Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

La beauté est dans les yeux de celui qui regarde. [Maxime]

 
  
MessageDim 12 Avr - 19:00
Groupe
avatar
InvitéInvité
" Tout le bonheur du monde est dans l'inattendu. "


La liberté. Comment un seul mot peut-il signifier autant ? On ne l’apprécie pas à sa juste valeur… Peut être parce qu’on ignore l’avoir ? Lou n’arrivait pas à y croire. Ce n’était qu’un rêve. Pourtant, l’espoir continuait à percer dans le cœur de la jeune fille et dans celui de son dæmon. La liberté…
Elle venait de signer les papiers pour sa sortie de l’hôpital. Et elle se trouvait maintenant devant l’entrée. Encore un pas et elle serait dehors. Libre de faire ce qui lui plairait.

- Il est temps de franchir ce cap… murmura la jeune fille pour elle même.

Noah, à côté de la jeune fille, regardait l’extérieur d’un air indifférent. Mais Lou le savait, tout comme elle, il jubilait. Il espérait qu’il s’agissait de la réalité. Enfin, ensemble, ils franchirent les portes de l’hôpital. La fraîcheur de la légère brise se fit sentir et Lou prit une longue inspiration. Celle d’une nouvelle vie. L’orphelinat, l’explosion, le laboratoire… Tout ça, c’était du passé. Par où commencer ? Par déposer les maigres effets qu’elle et Noah possédaient dans cet appartement universitaire, qu’on venait juste de leur attribuer ? Pourquoi pas…

Lou prit la direction de l’université. Bien heureusement, la ville était très bien pour se repérer, on trouvait régulièrement des panneaux sur son chemin, ce qui facilita bien les choses pour Lou et Noah. Mais la jeune fille prenait son temps, sans se presser. Autant savourer sa liberté nouvellement acquise. Elle observait tout. A commencer par les gens. La majorité d’entre eux, bien que pas tous, étaient des dæmoniens. Des gens comme elle. Pour certains d’entre eux, ça ne signifierait rien, d’être comme tout le monde, mais pour une jeune fille ayant connu la majeure partie de sa vie des gens « normaux » uniquement, personne ayant la même « tare » qu’elle, c’était appréciable. Pour une fois, Lou avait l’impression de rentrer dans le moule, de faire partie de ces gens normaux. Beaucoup de gens la regardait. Elle souriait à tout le monde et rendait regard pour regard. Noah, sous sa forme de panthère, marchait à côté d’elle. Il regardait partout, rien ne semblait échapper à ses prunelles inquisitrices. Il veillait sur Lou. Mais en même temps que ça dæmonienne, il appréciait ce qui l’entourait, allant du parterre de fleurs jusqu’aux vitrines de certains commerces. Mais sa fierté l’obligeait à n’en strictement rien montrer. Il gardait constamment cet air indifférent, ce masque comme l’appelait la dæmonienne.

Ils arrivèrent à l’arrêt de bus et, après un petit moment d’attente, montèrent dans un bus en partance pour l’université de Lindwuen. Maintenant que Lou avait trouvé un petit paradis pour les dæmoniens, hors de question de retourner dans une ville où on la regarderait à nouveau de travers, comme une bête de foire pour certaines personnes, comme une anomalie de la nature à supprimer pour d’autres. La résidence universitaire apparut à Lou comme un palace. Rien à voir avec les modestes chambres de l’orphelinat, aux murs à la peinture écaillée et au sol fissuré. L’appartement était grand et Lou et Noah furent heureux de pouvoir le décorer à leur goût. Mais plus tard. La jeune fille brûlait de retourner à l’extérieur. Ce que Noah et elle firent immédiatement.

Ils flânèrent un moment dans le parc de l’université, observant à la dérobée des étudiants et leurs dæmons, en train de discuter, de travailler leurs cours ou encore, de jouer avec un ballon. Tant de choses à faire, tant de choses à voir ! Lou aurait voulu se dédoubler plusieurs fois afin de pouvoir examiner tous ces nouveaux endroits. Son regard fut attiré par une belle fleur blanche. L’image d’un livre revînt aussitôt à la mémoire de Lou. Une tulipe. Lou la cueillit et caressa ses pétales, avant de la mettre dans ses cheveux châtains, juste au dessus de l’oreille droite. Noah observa la jeune fille faire. Comme Lou, il était joyeux et il restait difficilement en place. L’après-midi se déroula sur le même modèle. Les deux moitiés visitèrent l’université puis retournèrent en bus jusqu’à Perth Amboy, où ils avaient remarqué une petite boutique de musique. Lou ne possédait que peu de partitions. La majorité de celles qu’elle possédait autrefois avaient brûlées dans l’explosion du laboratoire. Elle n’avait même pas pu sauver sa vieille guitare, celle qu’on lui avait offerte pour l’un de ces anniversaires dans un orphelinat. Un cadeau. Lou n’en avait eu que très peu, c’est pourquoi elle savait particulièrement apprécier qu’on lui en fasse un, qu’il soit matériel ou non.

- La bourse que nous a offert l’université couvrira largement les études et l’achat d’une nouvelle guitare ainsi que celui d’un piano. fit mentalement Noah.

Lou acquiesça avant de pousser la porte de la petite boutique de musique. Elle testa plusieurs instruments et se décida pour une belle guitare sèche ou guitare acoustique, de belle facture. Elle la paya à l’aide de sa carte de crédit neuve. Durant ses quelques semaines d’hospitalisation, elle s’était ouvert un compte épargne et s’était ensuite inscrite à l’université. Ne pouvant pas se déplacer, l’université avait envoyé quelqu’un la tester sur ses connaissances et l’interroger sur le cursus qu’elle voulait suivre et, à la suite de l’entretien, l’université lui avait offert une bourse plus que généreuse afin qu’elle intègre les rangs des étudiants.

La nuit tomba peu à peu. Lou assista au coucher de soleil assise sur un banc, Noah à côté d’elle. Les gens se retirèrent peu à peu des rues, mais la jeune fille et la panthère noire continuaient leur tour. En pleine nuit, une jeune fille prudente serait rentrée chez elle, mais Lou, confiante, préférait profiter.

- Et si nous montions regarder la ville d’en haut ? proposa Noah.
- Encore faut-il trouver un toit. répondit la dæmonienne.
- Pas de problème, j’ai vu l’entrée d’un immeuble de vingt et un étages ouverte. Peut être pas le plus haut de la ville, mais je pense que de là-haut, on aura quand même une bonne vue sur les alentours !

Noah guida la jeune fille à travers les rues. La porte de l’immeuble était toujours ouverte et le concierge ne trouva même pas étrange qu’une fille et une panthère qu’il n’avait jamais vu passent devant lui. Il se contenta de marmonner un truc incompréhensible et de ramasser ses affaires pour s’en aller. Lou secoua la tête, sans comprendre comment il pouvait autant détester la vie, ce qu’elle avait lu dans ses yeux, avant de monter les vingt et un étages accompagnée par son fidèle compagnon. Elle prit son temps, non habituée à monter autant d’escalier. Tout le monde aurait pris l’ascenseur. Pas eux. Une fois arrivée en haut, elle s’arrêta et attendit un peu que son mal de jambes cesse. Puis, l’étui contenant sa nouvelle guitare dans la main, elle s’approcha du bord afin de profiter de la vue. Elle déposa l’étui par terre et appuya ses coudes contre le bord du mur. Les graviers crissaient sous ses pieds. Noah sauta sur le mur, juste assez large pour lui permettre de ne pas tomber. Mais l’agilité de la panthère et la prudence naturelle du dæmon l’aidèrent à prendre juste l’élan qu’il fallait. Il s’assit juste à côté de sa dæmonienne et tous deux observèrent la vue. Les lumières allumées partout dans la ville et les feux des voitures en file indienne sous un ciel d’un bleu marine pur uniquement percé par la lumière de la pleine lune rendaient la ville magnifique. Lou cherchait dans ses souvenirs ce qui pouvait rivaliser avec cette magnifique vue. Mais autant qu’elle chercha, elle ne trouva rien de comparable. Noah marcha un peu sur le mur sans trop s’éloigner afin de ne pas provoquer cette douleur insupportable qui surgissait dès qu’ils étaient trop loin l’un de l’autre. La jeune fille grimpa aussi sur le mur afin de s’asseoir dessus. Une fois à califourchon sur le mur, elle passa sa jambe afin de les suspendre dans le vide. Mais sa main glissa et Lou se sentit partir…
  
MessageLun 13 Avr - 20:36
Groupe
avatar
InvitéInvité
La journée avait bien commencé pour Max et Lynn. Ils parvenaient de mieux en mieux à se faire des liens, des relations dans le milieu du Pro-Conseil. Bientôt, ils pourraient rapporter des informations intéressantes aux Rebelles. Mais ils s'interdisaient de se réjouir trop vite. Enfin Lynn l'avait interdit à Max. Après tout, ils avaient appris, de la façon la plus dur qui soit, que même si l'avenir s'annonce radieux, y a tellement souvent un truc qui se met en travers de la route et qui gâche tout… Alors oui, c'est une bonne nouvelle, mais ce n'en est que là pour le moment. Ayant le reste de la journée de libre pour le moment, ils décidèrent de s'entraîner un peu. Mais avec eux, quand on dit un peu, ça prend facilement et rapidement des proportions relativement énormes. Et c'est donc de cette façon que lorsqu'ils arrêtèrent l'entraînement, il était 14h, alors qu'ils avaient commencés à 9h. Oui oui, des malades, mais rassurez-vous, ils le savent parfaitement et ça n'a pas l'air de les déranger pus que cela pour vivre…

Après ces longues heures d'entraînements, ils décidèrent de remonter à l'appartement et que Max prendrait une douche, parce que faire du sport et de l'entraînement ça forme le corps, mais ça fait puer aussi et pas qu'un peu quand on fait une dose aussi énorme que lui… Depuis que Max avait découvert le "luxe" des douches, il avait clairement du mal à s'en passer, ne serait-ce qu'une seule journée. Il était devenu inconcevable pour lui de ne pas prendre une douche une journée. Surtout quand on vit au sein de la société, les odeurs corporelles de sueurs sont, en général, mal vues et mal venues. Mais ils n'ont pas encore vraiment comprit pourquoi… Après tout, c'est naturel… Mais bon, s'il veut finir par arrivé à s'intégrer totalement et complètement parmi les membres du pro-conseil, ben il fallait suivre le code. Code qu'ils étaient encore en train d'étudier et autant dire qu'ils n'en menaient pas bien large pour le moment. Faut dire que quand on grandit dans la rue et que notre seule compagnie est un animal, une panthère la moitié du temps, c'est pas facile d'apprendre les coutumes des gens civilisés, surtout quand on débarque en plein milieu de ce bordel à 30 ans… Allez donc apprendre à un mec de 30 and qui a vécu toute sa vie comme bon lui semblait qu'il y a des codes de bien séance et qu'on ne s'adresse pas à n'importe qui, n'importe comment, ben je vous promet que ce n'est franchement pas de la tarte !

Une fois Max sortit de la douche, habillé et prêt à partir, ils se mirent en route sans vraiment avoir décidés d'où ils souhaitaient se rendre. Mais bon, comme toujours, ils se laissèrent aller au gré de leurs pas, marchant côte à côte, se parlant de tout et de rien par pensées et comme chaque fois qu'ils faisaient cela, ils se retrouvèrent au même endroit : Perth Amboy. Leur ancien chez eux. Pas très accueillant, mais ils avaient tout de même un certain mal à s'en défaire totalement. Leur ventre gargouillant, à passer 15h de l'après-midi, tu m'étonnes, ils décidèrent de rendre une visite à un des très rares amis qu'ils avaient dans la ville. Il tenait une épicerie déjà à l'époque où Max et Lynn n'étaient encore que des gosses, traînant dans les rues, cherchant de quoi survivre. Et même s'il ne pouvait se permettre de les aider aux regards de tous, il ne manquait jamais de leur laisser, dans un sac devant la porte de derrière, les produits data (les invendus à la date d'expiration), enfin bien évidemment, il n'y en avait pas tous les jours et il ne leur donnait pas tout, juste de quoi faire un ou deux repas. Il avait aussi offert un travail quand Max avait commencé à chercher. Mais rapidement, la panthère noire avait fini par être trouvée et le scandale avait éclaté. Le patron de l'épicerie était gêner, car sa clientèle lui était nécessaire, mais il appréciait vraiment Max et ne voulait pas lui faire ça. Max et Lynn, d'un commun accord mire un terme au dilemme en donnant leur démission. Le patron les en remercia et continua à leur donner les produit data.

Comme toujours, dès qu'ils arrivèrent, ils furent salués chaleureusement, une accolade pour Max et un steak pour Lynn. Il avait tenté une caresse sur la tête une fois, mais la panthère ayant grondé, il n'avait pas compris pourquoi et Max lui avait expliqué que si quelqu'un d'autre touchait sa panthère, lui-même ressentait une atroce douleur. Alors du coup, il s'en était excusé et un morceau de viande était devenu les salutations de bases entre la panthère et le patron de l'épicerie. Parfois, un os aussi. Et l'attention était toujours bienvenue. Une fois, le patron s'était fait braqué et ils étaient venu à son secours, Lynn avait protégé leur ami commun et il estimait ne jamais pouvoir la remercier assez la remercier. Donc, selon lui, le morceau de viande à chacune de leur venue, c'est la moindre des choses. Ils restèrent un moment à parler avec le propriétaire de l'épicerie, puis, remarquant que la nuit était presque entièrement tombée, il devait donc être relativement tard. Ils saluèrent leur ami et sortirent de la boutique commençant déjà à planifier ce qu'ils allaient faire maintenant. Lynn proposa d'éventuellement rentrer, sans grande conviction. Et elle se ravisa bien vite lorsque Max lui lança un regard taquin et qu'il s'élança contre un mur, se projetant ensuite sur celui d'en face plus haut. La panthère s'élança elle aussi et ils se mirent à faire la course pour grimper sur les toits en utilisant tout ce qu'il trouvait à proximité. Les murs, les échelles de secours, les balcons… Lynn, malgré son départ en retard parvint à gagner. Max se laissa tombé par terre, sans faire cas de la dureté du sol sous son dos et Lynn vint s'installer les pattes avant sur son torse, le reste du corps le long de celui de Max. Max posa sa main sur la tête de la panthère et se mit à la gratouiller derrière les oreilles. Le félin se mit à ronronner, faisant vibrer tout le torse de Max. Ils restèrent là un moment à regarder le ciel, les étoiles. Ils avaient choisis un immeuble assez haut pour que la lumière de la ville ne les dérange pas pour regarder les étoiles dans le ciel. Ils parvinrent même à s'endormir un moment.

Mais bientôt Lynn leva brusquement la tête et la tourna dans une direction précise, ses oreilles suivant le mouvement et pointées vers l'origine du bruit qu'elle avait entendu. Max se redressa à son tour et quand Lynn s'élança, il la suivit. Ils commencèrent à sauter de toit en toit et Max la suivait sans comprendre. Mais il avait une confiance aveugle en elle. Et elle ne parlait pas, ce n'était pas grave, il la suivrait de toute façon. Soudain, elle s'arrêta, cachée derrière un muret sur un toit. Les oreilles de côté, pour qu'elles ne dépassent pas du muret, les yeux juste en dessus du niveau du muret elle observait quelque chose.

"J'ai sentis une odeur qui me ressemblait, je n'y croyait pas vraiment, mais je voulais vérifier. Regarde, il est comme moi…"

Dans sa voix, Max entendait de la joie, de l'espoir et ses yeux brillaient d'une lueur que même lui n'avait encore jamais vue chez la panthère. Max s'approcha donc du muret et regarda dans la même direction que sa daemone. Il remarqua d'abord une jeune fille et ensuite, effectivement, une panthère noire. Plus costaude que Lynn, mais cette panthère lui semblait plus jeune qu'elle… Et même de loin… Soudain, la jeune fille grimpa sur le muret du toit où elle se trouvait pour s'y asseoir. Au moment de passé sa deuxième jambe par-dessus, sa main glissa et vif comme l'éclair, Max sauta son muret et traversa l'espace entre les deux bâtiments comme si c'était qu'un petit mètre. Il attrapa la taille de la jeune femme dans sa course et ils terminèrent sur le toit, allongés, dans une position trop suggestive au goût de Max.

"Il faut vraiment faire attention quand on veut naviguer sur les toits des immeubles. C'est dangereux mine de rien."Il se releva rapidement et lui tendit une main pour la relever aussi, lui lança un sourire éblouissant. "Moi c'est Max, et je te présente Lynn."

Il désigna la panthère de la main, mais elle était bien trop absorbée à bouffer des yeux l'autre panthère. Jamais elle n'avait eu l'occasion de voir un animal de son espèce. Elle en avait vu qui ressemblait, mais jamais exactement le même… Et on peut dire qu'elle était absolument et inconditionnellement captivée… Max secoua la tête mais ne fit aucun commentaire, comprenant la joie de son âme.
  
MessageMar 14 Avr - 17:44
Groupe
avatar
InvitéInvité
« C’est grâce aux risques que l’on prend que la vie devient vivable. »


Lou se sentit glisser. Le temps ralentit, ou du moins la jeune fille en eut-elle l’impression. La terreur envahit Noah. Elle arriva brusquement. Effaça toute pensée cohérente, empêcha tout réflexe hormis celui de tenter de s’écarter mentalement du dæmon. La panthère cria mentalement, en faisant demi-tour. Noah savait qu’il arriverait trop tard. Mais il tenterait malgré tout de rejoindra sa dæmonienne. La terreur les ayant envahi tous les deux et empêchant Lou de crier, aucun des deux ne vit l’homme et la panthère s’élancer vers eux. Jusqu’à ce que Lou sentit un bras enserrer sa taille pour la tirer de là. Il la tira en arrière avec force, et tous deux s’étalèrent au sol. La jeune fille sentit la morsure des graviers contre sa peau. A la fois froide, tranchante. Douloureuse. Mais la douleur était signe de vie. La terreur quitta Noah alors que les deux moitiés étaient envahies par un profond soulagement. La panthère sauta du muret vers Lou qui, se mettant à genoux, réceptionna son dæmon dans ses bras tremblants.

- Lou ! Est-ce que ça va ? s’écria mentalement Noah.

La jeune dæmonienne ne répondit pas, mais son soulagement parlait pour elle. De plus, le lien qu’elle partageait avec Noah permettait à celui-ci de sentir chacune des égratignures faites par les graviers. Et aussi qu’elle n’était pas blessée. La panthère s’écarta enfin de sa dæmonienne. Peut être dans l’intention de remercier le dæmonien qui venait de sauver la vie de sa moitié. Ou peut être pour observer la panthère. Plus fine, plus petite. Une femelle, sans aucun doute. Mais Noah resta silencieux tandis que l’homme se relevait et tendait la main à Lou.

- Il faut vraiment faire attention quand on veut naviguer sur les toits des immeubles. C'est dangereux mine de rien. Moi c'est Max, et je te présente Lynn.

Noah se tendit un peu, son instinct de défense éveillé. Comme à chaque fois que Lou et lui n’étaient pas seuls. La jeune fille observa la main que l’homme lui tendait. Il paraissait joyeux. Elle hésita. Personne ne lui avait jamais tendu la main, avant. Pour l’aider, ou juste pour lui montrer qu’elle n’était pas totalement invisible aux yeux du monde. Elle ne demanda pas conseil à Noah, qui ne lui en prodigua pas. Il resta silencieux, laissant à Lou le soin d’accepter ou de refuser l’aide proposée. Et, par conséquent, le contact. Elle prit la main de l’homme et se laissa aider. Simplement.

- C’est la première fois que je fais ça. répondit la jeune fille.

Lou songea aux quelques heures écoulées, à la liberté ressentie pour la première fois. L’ivresse de cette liberté tant désirée et enfin accordée. Mais la prudence n’avait pour elle aucun sens, elle ignorait tout du danger. En connaissait-elle seulement le sens ? Noah se posait parfois la question.

- Je suis Lou, et voici Noah. fit-elle en désignant son dæmon.

Ce dernier avait remarqué la façon dont le regardait l’autre panthère. Comme s’il était le premier représentant dæmon de la même espèce qu’elle rencontrait. Il ne savait pas comment réagir à tant de curiosité. Il toucha doucement l’esprit de sa dæmonienne, lui demandant ainsi conseil. Lui était plutôt fier, indifférent. Mais Lou sentait bien que lui aussi était content de rencontrer une panthère. A moins que ce ne soit plutôt de rencontrer un autre dæmon ?

- Merci de m’avoir sauvé la vie.

Après tout, c’était la moindre des choses, de remercier l’homme qui venait de lui éviter de finir littéralement explosée vingt et un étage plus bas. Elle serait probablement morte avant, bien trop loin de son dæmon. A penser à la douleur atroce à laquelle elle venait d’échapper, Lou frissonna involontairement. Suivant le fil des pensées de sa dæmonienne, le même frisson parcourut Noah.

- Merci. fit également Noah.

Après tout, il lui devait tout autant que Lou. Après réflexion, il décida de laisser Lou faire, lui n’étant pas très doué pour le contact avec les autres. Néanmoins, il resterait sur ses gardes, comme à son habitude. Mais pourquoi ne pas profiter de l’instant présent ? Après tout, ils ne connaissaient personne en dehors des quelques dæmoniens, trop rares à leur goût, ayant survécu à l’explosion du laboratoire et, plus largement, de l’orphelinat. Et pour l’instant, ils étaient hors d’atteinte. Autant lier quelques connaissances et, qui sait, peut être se faire des amis ? Amis… L’un comme l’autre en rêvaient autant que d’obtenir leur liberté. Aujourd’hui, ils l’avaient. A eux maintenant de se trouver des amis.

Noah sauta à nouveau sur le mur et regarda en bas. Les voitures qui passaient dans la rue paraissaient si petites ! L’obscurité du toit ne le gênait pas, sa vue étant largement supérieure à celle d’un être humain, sous cette forme. Lou l’avait échappée belle. Et lui aussi. Il redescendit.

- Ne tentons pas le sort, redescendons. fit mentalement Noah.

Lou acquiesça vaguement aux paroles de son dæmon. Elle ressentait encore l’ivresse de celle qui vient de risquer sa vie, même si c’était involontaire de sa part. Elle indiqua au dæmonien et à sa dæmonne que Noah souhaitait redescendre. Puis son regard se tourna vers Lynn. Elle ne pouvait plus changer de forme, vu que son dæmonien était plus âgé que Lou et que Noah ne devrait plus tarder à se stabiliser définitivement. Elle ne réfléchit pas avant de se tourner vers Max et de demander à brûle-pourpoint.

- Qu’est-ce que ça fait d’avoir un dæmon stabilisé ?

Son air curieux devait probablement lui donner l’air de se mêler de ce qui ne la regardait pas, mais à vrai dire, ça lui était égal. Elle voulait tellement une réponse à cette question qui tournait depuis des semaines dans sa tête et dans celle de Noah… Même le jeune dæmon ne put empêcher son regard de devenir curieux. Pourtant, il gardait le plus souvent son air indifférent à tout…
  
MessageJeu 16 Avr - 17:09
Groupe
avatar
InvitéInvité
A peine la jeune femme se rendit compte qu’elle n’était pas morte, son daemon se jeta sur elle et elle le sera fort dans ses bras, le consolant autant qu’il la consolait. Max ne connaissait que trop bien ce genre de moments, c’est pourquoi il ne dit absolument rien et les laissa se retrouver tranquillement. Lorsque la panthère noire s’écarta de la jeune femme, Max lui tendit sa main pour l’aider à se relever et après un moment d’hésitation et un regard vers son daemon, elle finit par la prendre et il la tira vers le haut pour la remettre sur ses jambes. Jambes très jolies, mais bien trop fines et pas assez musclées pour lui permettre de se promener de toits en toits. D’ailleurs, elle avait une allure bien squelettique, enfin pas à ce point-là, mais ça se voyait tout de même qu’elle n’avait en tout cas jamais eu trop à manger. Pour quelqu’un de normal, ça ne se remarquait pas, mais pour Lynn et Max qui avaient passés des années avec des allures de squelettes sur pattes, ils savaient aussitôt le voir chez les autres. Ces deux jeunes daemoniens n’avaient pas eu la vie facile, cela se voyait sur le visage de la jeune femme qui hésitait même seulement à prendre la main d’un inconnu. Que leur était-il arrivé, ils étaient si jeunes… Bon, Max et Lynn étaient très jeunes lorsqu’ils avaient fini dans la rue, mais à leur connaissances, ils n’étaient pas très nombreux les daemoniens dans leur cas. Au contraire, peu de monde arrivait à comprendre comme il était possible qu’ils soient encore en vie. Une fois debout, la jeune femme prit la parole en déclarant que c’était la première fois qu’ils faisaient cela. Ben voyons, on ne s’invente pas acrobates du jour au lendemain voyons. Il envoya cette pensée à Lynn, mais celle-ci ne répondit pas et il se demanda pourquoi, se retournant vers elle.

Lynn fixait toujours le daemon de la jeune femme, panthère lui aussi. On voyait à sa carrure plus musclée, que c’était un mâle, mais il avait la même taille qu’elle, ce qui confirmait qu’il était plus jeune. Les femelles étant généralement plus petites que les mâles. Et en voyant l’âge de la jeune femme, oui, ils étaient jeunes, ça ne faisait aucun doute. Après encore un moment, la jeune femme finit par se présenter, ainsi que son deamon. "J’aime beaucoup comme nom. C’est très joli et ça lui va bien !" Lynn envoya aussi une image d’elle, souriant jusqu’aux oreilles avec un regard charmeur à son compagnon d’âme. "Trop jeune pour toi mon âme… Mais on ne va pas les laisser seuls comme ça. Ils n’ont l’air d’avoir personne et on sait à quel point ça fait mal de n’avoir absolument personne…" La panthère noire planta ses yeux dans ceux de son compagnon d’âme et y lu toute la souffrance passée qui revenait avec les souvenirs. Tout comme elle ressentit la pression qui entoura le cœur de son daemonien dans le sien aussi. Elle acquiesça doucement. Lou se décida ensuite à reprendre la parole pour les remercier de l’avoir sauvée. Et son daemon fini enfin par faire entendre le son de sa voix en les remerciant aussi. Max cru que sa daemone allait se mettre à ronronner rien qu’en entendant le son de la voix du mâle, mais Max décida de la calmer avant même qu’elle ne commence. "Lynn, ça suffit, ils doivent avoir la moitié de notre âge, enfin, reprends toi, je t’en prie ! Tu vas leur faire peur…" La panthère se tourna vers son daemonien et feula, les oreilles couchées en arrière sur sa tête. Il la regarda outré, mais ne s’en vexa pas outre mesure, c’était sa façon de montrer qu’elle avait compris et qu’elle se tiendrait correctement, mais que son ton ne lui avait pas plu.

Le daemon de la jeune femme remonta sur le mur et regarda en bas. Max comme Lynn se tinrent prêts à bondir au cas où il basculerait, mais finalement, la panthère redescendit souplement du mur et regarda sa daemonienne. Puis Lou demanda à redescendre ce que Max et Lynn approuvèrent. Pendant qu’ils les emmenaient par les escaliers, qu’ils peinèrent a trouvé, et pour cause, vu le nombre d’année depuis lesquelles ils ne les utilisaient plus… Ce fut finalement les deux plus jeunes qui les guidèrent. Puis, lorsqu’ils arrivèrent dans la rue, la jeune femme demanda de but en blanc :
" Qu’est-ce que ça fait d’avoir un dæmon stabilisé ?"

Max s’arrêta 1 seconde, sous le choc de la question ainsi posée puis il se remit à marcher, réfléchissant à comment formuler une réponse… Il ne pouvait pas vraiment lui expliquer ce que ça leur avait fait, sans lui déballer son histoire… Il demanda son avis à Lynn. Elle renifla l’air et ne sentit absolument rien, à part l’innoncence des deux jeunes gens et indiqua donc à Max qu’il n’y avait pas grand risque à leur raconter. Alors, insipirant un grand coup, tout en continuant de marché, il se mit à raconter :

"En fait, on ne l’a pas vécu comme tout le monde. Nous, depuis l’âge de 8 ans, on était dans la rue, seuls, totalement seuls. Avant la révélation au monde de notre espèce, le 1 août 2011, on ne savait même pas que nous n’étions pas seuls et surtout ce que nous étions. On ne savait absolument rien, hormis le fait qu’il nous fallait survivre, seuls dans un monde où personne ne voulait de nous, pas même ma famille. Lorsqu’on s’est enfui, Lynn, plus mature et plus forte que moi a prit les choses en main, elle est presque devenue une mère pour moi, pendant ces années. Les jeunes qui nous voyaient ou nous trouvaient dans nos planques s’amusaient à venir nous tabasser et nous torturer. Et pendant des années, nous n’avons eu d’autre choix que de nous laisser faire. Enfin, je me laissais faire, ordonnant à Lynn de se cacher. Il était inutile qu’on se retrouve avec le double de blessures chacun. Puis, au fil des années, elle a commencé à en avoir marre qu’on se laisse faire. Elle a commencé a exigés de moi que j’apprenne à escalader les immeubles. Une fois cela fait, on passait le plus clair de notre temps sur les toits, pour échapper à ceux qui nous voulaient du mal, c’est-à-dire presque tout le monde. Et ensuite, on a commencé à s’entraîner à se battre, Lynn étant enfin parvenue à trouver un animal assez puissant pour qu’elle puisse combattre avec, mais dans lequel elle n’était pas trop jeune et pataude. Ce fut la forme de panthère noire, et qu’est-ce qu’elle était adorable en panthère adolescente… Un jour, nous étions bien entraîner, on est retourné dans notre squat et les brutes n’ont pas manqués de venir nous trouver. Mais en venant ils ne s’attendaient surement pas à se faire massacrer. Lynn est très gentille en général, mais cette nuit-là, il n’y avait que la rage et la vengeance qu’elle souhaitait depuis des années qui étaient présente. Ensuite, elle a décidé de garder cette forme, car plus personne n’osait nous embêter. Surtout que j’arrivais tellement rarement à trouver un t-shirt… Je fais fuir les gens quand je ne porte pas de haut... On a donc pu passer quelques semaines sereines avant que les gens ne se mettent à appeler les flics et nous sommes donc remonter sur les toits pour leur échapper. Et durant tout ce temps, on n’a jamais croisé l’un des nôtres. Un jour, Lynn est venue, paniquée, me disant qu’elle n’arrivait plus à changer de forme. Elle était bloquée sous forme de panthère noire. On ne peut pas dire que ça lui déplaisait, elle aimait bien cette forme, mais elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait et je ne pouvais pas l’aider d’avantage. On finit par oublier, on s’y est habituée et en 2011, la nouvelle a éclatée. A ce moment-là, on s’est mis à la recherche de quelqu’un qui voudrait et pourrait répondre à toutes les questions que l’on se posait depuis plus de 30 ans. "

Il s’arrêta là dans son histoire et tout en continuant de marché, Lynn lui fit remarquer qu’ils n’étaient plus bien loin des portes de Merkeley. Max pensait les emmener chez eux, qu’ils aient un endroit sûr et confortable ou dormir pendant quelques temps, mais il ne savait pas s’ils étaient recensés…

"On va arriver aux portes de Merkeley, seuls les deamoniens recensés sont autorisé à entrer dans la ville depuis quelques temps. Est-ce que vous l’êtes ? Je pensais vous accueillir chez nous pour la nuit. Que vous puissiez avoir un endroit sûr et dormir sur vos deux oreilles. Mais sans carte d’identité, vous ne pourrez pas rentrer. Si vous n’en avez pas, ce n’est pas grave, on ira voir avec les gardes si on peut s’arranger, pour aller vous faire recensé demain, si c’est ce que vous souhaitez bien entendu, sinon, on peut se trouvé un hôtel en dehors de la ville… Lynn et moi sommes d’accord sur le fait qu’on refuse de vous laisser seuls cette nuit, vous avez l’air d’avoir besoin de compagnie "

Il termina avec un clin d’œil et attendit la réponse de la jeune femme.
  
MessageJeu 16 Avr - 22:41
Groupe
avatar
InvitéInvité
« C'est souvent en compagnie des êtres avec qui l'on pense le moins apprendre qu'on apprend le plus. »


Une fois en bas, son étui à guitare accroché dans son dos, la jeune fille posa sa question et, sous le choc, Max s’arrêta une seconde. Un instant, la jeune fille craignit avoir été trop loin en posant une telle question, dont la réponse était aussi personnelle. La panthère de l’homme renifla l’air. Noah songea que c’était probablement pour déterminer leur honnêteté, peut être découvrir leurs mauvaises intentions si mauvaises intentions il y avait. Lui même faisant fréquemment appel à cette capacité animale afin de déterminer la franchise et l’honnêteté des personnes qui s’adressaient à eux, il ne s’en offusqua pas. Après tout, ni lui ni Lou n’avait de mauvaises intentions, ils souhaitaient seulement en apprendre plus sur les dæmoniens. Et aussi, plus sur eux…

Lou écouta l’homme lui parler de son histoire. Avec étonnement. Depuis l’âge de 8 ans, Max et Lynn avaient vécu dans la rue, seul. Noah et elle partagèrent la pensée que ça avait dû être horrible… Même si elle ne mangeait pas à sa faim dans les différents orphelinats, au moins, elle avait à manger tous les jours un minimum, des vêtements, certes vieux, mais au moins propres, un lit pour dormir toutes les nuits ainsi que la possibilité de prendre une douche tous les jours. L’un comme l’autre se demandèrent ce que ça pouvait faire de n’avoir même pas ça pour vivre. Mais d’un accord commun, ils décidèrent de ne pas poser de questions à ce sujet. Ce devait déjà être compliqué de révéler son histoire à des personnes à peine rencontrées alors si en plus ces personnes faisaient montre de curiosité… En plus, Max expliqua que des jeunes venaient les tabasser et les torturer régulièrement, ce qui devait être encore plus horrible… Il conta les grandes lignes de son histoire, et lorsqu’il en vînt au massacre, Lou ne put s’empêcher de frissonner et Noah, marchant à côté de Lou, aplatit ses oreilles sur son crâne, son instinct de défense cherchant à s’exprimer. Lou posa la main sur le cou de son dæmon et ce geste les apaisa tous les deux. Max et Lynn n’avaient pas l’air méchants, ni du genre à massacrer sans pitié les gens sans aucune raison valable. D’un autre côté, ni l’un ni l’autre ne savait comment ils auraient pu réagir dans la même situation. Après tout, on ne sait jamais ce que l’on est capable de faire pour survivre.

- Et puis après les avoir torturés pendant des années, ils ont sans doute mérité leur sort. conclut mentalement Noah.

Lou n’était pas du genre à juger, mais elle ne pouvait qu’être d’accord avec lui. Elle n’aimait pas la méchanceté gratuite et elle était toujours prête à faire payer quiconque lui en faisait subir, à elle ou bien à Noah. Lou se concentra à nouveau sur ce que disait l’homme. Il précisa qu’en général, sa dæmonne était gentille. C’est vrai qu’en l’observant, Lou trouvait qu’elle en avait l’air. Cependant, les apparences peuvent être tellement trompeuses… Les deux moitiés ne relevèrent pas lorsqu’il précisa que torse-nu, il faisait fuir les gens. Noah songea à des cicatrices datant des tortures et des blessures dues aux violences qu’ils avaient subi par le passé. Max passa ensuite au jour où Lynn était venue, paniquée, parce qu’elle ne pouvait plus changer de forme. La jeune fille n’imaginait que trop bien ce qu’ils avaient pu ressentir. Seuls, différents des autres, avec toutes les caractéristiques qu’une telle différence engendrait… Personne pour répondre aux questions que l’un comme l’autre pouvait se poser…

- Au moins, nous avons découvert ce que nous étions vraiment avant que je me stabilise… fit mentalement Noah en observant sa dæmonienne.

Encore une fois, Lou approuvait totalement. Noah changeait souvent de forme et Lou appréciait ça. Quand elle était petite et qu’ils étaient seuls, Noah faisait ça pour amuser sa dæmonienne. Ils n’avaient ni jouet ni possession digne de ce nom, ils s’amusaient comme ils pouvaient. Et voir ça apaisait Lou. Elle pouvait découvrir certains animaux, quelquefois d’espèces qui avaient disparus depuis des milliers voire des millions d’années. Après tout, ça pouvait être une chance ! Qui n’aurait pas voulu voir un smilodon ou un dinosaure vivant ? Ni l’un ni l’autre n’avait de forme préférée et ils ignoraient en quoi Noah se stabiliserait. Le dæmon mourrait de peur de se stabiliser en insecte ou autre petit animal vulnérable, aussi ne prenait-il plus du tout ces formes, afin d’être sûr d’éviter de les garder définitivement. Lou n’avait pas de préférence pour une forme particulière. Quelle que puisse être son apparence, il restait son Noah et ce serait toujours le cas. Savoir ça avait rassuré le dæmon, qui ne s’inquiétait plus autant de son apparence finale, hormis son obsession pour éviter la stabilisation sous une forme vulnérable. Visiblement, Lynn n’avait pas choisi cette apparence pour être définitive, mais elle lui convenait parfaitement. Noah espérait être aussi heureux de la sienne que Lynn.

- Ça a dû être horrible de vivre toutes ces horreurs à un si jeune âge… Je suis désolée pour vous. dit doucement Lou.

Elle avait ainsi exprimé sa compassion sans cependant prendre Max et Lynn en pitié. Noah et elle n’aimait pas qu’on les prenne en pitié et ils avaient tous deux songé que l’homme et la panthère n’apprécierait sans doute pas cela non plus. Les portes de Merkeley s’étaient rapprochées et pour rentrer dans la ville, on demandait la carte d’identité.

- On va arriver aux portes de Merkeley, seuls les dæmoniens recensés sont autorisé à entrer dans la ville depuis quelques temps. Est-ce que vous l’êtes ? Je pensais vous accueillir chez nous pour la nuit. Que vous puissiez avoir un endroit sûr et dormir sur vos deux oreilles. Mais sans carte d’identité, vous ne pourrez pas rentrer. Si vous n’en avez pas, ce n’est pas grave, on ira voir avec les gardes si on peut s’arranger, pour aller vous faire recensé demain, si c’est ce que vous souhaitez bien entendu, sinon, on peut se trouvé un hôtel en dehors de la ville… Lynn et moi sommes d’accord sur le fait qu’on refuse de vous laisser seuls cette nuit, vous avez l’air d’avoir besoin de compagnie.

Noah et Lou stoppèrent net, surpris. Ils n’avaient jamais intéressé personne et jamais quelqu’un ne s’était soucié de leur bien-être. Et voilà qu’un dæmonien et sa moitié s’intéressaient suffisamment à eux pour leur interdire de rester seuls ! Méfiant, Noah ne dit rien. Cependant, ses oreilles s’étaient à nouveau plaquées sur sa tête.

- Du calme. murmura mentalement Lou pour rassurer son dæmon.

Il se tranquillisa presque instantanément. Une idée venait de lui traverser l’esprit. Celle qu’il pouvait toujours changer de forme, ce qui pouvait leur conférer un avantage si besoin. Lou doutait que ce soit nécessaire, mais Noah savait qu’elle était parfois trop confiante. Il renifla donc l’air à son tour, afin de déterminer s’ils avaient de mauvaises intentions. Et comme Lynn plus tôt, il ne sentit rien qui puisse l’inquiéter. Max et sa panthère noire étaient honnête et c’était uniquement la sollicitude qui les motivaient. Il fit part de son accord à sa dæmonienne.

- Oui, nous sommes recensés et possédons une carte d’identité. Et nous sommes d’accord pour rester avec vous cette nuit.

Recensée de force par l’orphelinat le jour même de la mise en place du dispositif lors de la grande révélation… Personne ne leur avait demandé leur avis, à elle ou à son dæmon. Mais au final, se recenser leur avait assuré un minimum de tranquillité pour l’instant, alors… L’un et l’autre avaient entendu parler de cette guerre entre les rebelles – dæmoniens et dæmons non recensés – et les pro-conseils, cherchant à tout prix à appliquer des lois qui privaient les dæmoniens de leur liberté. Et qui, souvent, pouvaient conduire à de la brutalité, de la méchanceté gratuite dans le meilleur des cas. A la torture et à la mort dans le pire. La jeune femme n’avait pas encore d’opinion définie concernant sa place dans cette guerre. Elle savait uniquement que si elle devait se battre, ce serait pour une cause qu’elle considérerait comme juste. Un combat qu’elle serait prête à mener pour ses propres convictions et celles de Noah. Pour l’heure, elle attendait d’en savoir plus pour se faire une opinion définitive. Sa panthère était parfaitement d’accord.

Les gardes, au nombre de deux, attendaient patiemment. Lou tendit sa carte d’identité sans hésitation et ils vérifièrent rapidement avant de les laisser passer, Noah et elle. Puis la marche reprit, Max et Lynn guidant Lou et Noah.

- Dormir sur nos deux oreilles… Ca fait tellement longtemps que ce n’est pas arrivé que je ne sais plus vraiment ce que ça signifie… soupira Lou.

  
MessageLun 20 Avr - 17:43
Groupe
avatar
InvitéInvité
Pendant tout le récit de l’histoire de Max, la jeune femme et son daemon ne dirent absolument rien, se contentant d’écouter. Peut-être se faisaient-ils des commentaires par le biais de leur pensées, mais ça, on ne le saura pas sans leur demander. Raconter tout cela n’était pas des plus facile pour Max et Lynn, mais ils voulaient aider ces deux-là comme eux n’en avaient pas eu la chance. Ils voulaient être présents pour eux, les aider à affronter ce monde parfois sans pitié. Les soutenir dans les moments durs, être les amis avec qui passer de bons moments. Bref, tant qu’ils voudraient bien d’eux, Max et Lynn comptaient bien restés auprès d’eux et être présent pour quoique ce soit dont ils aient besoin. Et s’il leur fallait un logement, de la nourriture et des vêtements, alors Max étaient prêt à les leur fournir sans rien demander en retour. Lynn était bien d’accord là-dessus. Et d’ailleurs, elle avait fini par arrêter de bouffer des yeux Noah. Elle était redevenue la Lynn que Max connaissait vraiment, celle qui était la voix de la raison pour eux deux. A la fin du récit, Lou fit simplement remarquer que ça n’avait pas dû être facile de vivre de cette façon, depuis un si jeune âge. Max haussa les épaules en répondant :

" Ce n’est pas facile tous les jours, mais on s’y fait. On n’a pas vraiment le choix. Et sans cela, on ne serait pas ce qu’on est aujourd’hui. On a fini par l’accepter et arrêter de se morfondre sur notre passé. L’avenir et là, devant nous, et c’est là que nous allons ! "

Il lui fit un sourire, accompagné d’un clin d’œil et ils continuèrent de marcher un moment, en silence. Lorsqu’il annonça à Lou qu’il comptait les héberger et prendre soin d’eux au moins pour la nuit, la daemonienne se stoppa net et son daemon aussi, un air de surprise clairement visible sur leur visage. En revanche, la surprise de Noah ne dura pas. Et même s’il ne dit rien, ses oreilles se plaquèrent sur sa tête ce qui était un message assez clair pour Max et Lynn. Il n’avait pas confiance. Il se méfiait et il avait bien raison. Pas de se méfier d’eux, leurs intentions étaient bonnes, mais de se méfier, c’est une bonne chose. Eux aussi avaient dû en baver un bon moment pour que Noah réagissent comme cela. Car Lynn avait réagi de pareilles façons de nombreuses fois. Lou lui demanda néanmoins de se calmer et presque immédiatement ses oreilles se redressèrent. Puis il se mit à renifler l’air et cela rassura Lynn, qu’elle ne soit pas la seule à le faire. Après un court instant, Lou finit par répondre à Max :

" Oui, nous sommes recensés et possédons une carte d’identité. Et nous sommes d’accord pour rester avec vous cette nuit. "

Après lui avoir répondu, les yeux de la jeune femme s’assombrirent, comme si des souvenirs douloureux refaisaient surface. "Elle porte l’odeur de la peur, de l’indécision et de la conviction, dans cet ordre précis." Max hocha la tête en pensée et continua de marcher sans rien montrer. Puis, ils finirent par arriver devant les gardes. Lou sortit ses papiers d’identité et ils purent passés sans problème. Max attendit son tour et quand il vit que le garde était une de ces connaissance il réagit, vif comme l’éclair et envoya Lynn vers Noah. "Dit à ta daemonienne de rester naturelle et de ne rien dire !" Au moment où elle finissait de dire cela à Noah, le garde s’exclama :

" Logan, ça faisait un moment qu’on s’était plus croisé ! "

Max conversa un moment, joyeusement avec le garde puis celui-ci les laissa repartir. Max marcha en silence, accélérant le pas. Ils n’étaient plus très loin de chez lui et il savait qu’il devrait répondre aux questions de Lou, mais il voulait attendre d’être dans la sécurité de son appartement. Les murs ont des oreilles en villes. Ils finirent par arriver dans leur quartier et enfin, ils aperçurent leur immeuble. Ce n’était pas un immeuble de luxe, mais pas non plus un tas de ruine. D’aspect extérieur, on voyait qu’il était assez récent, et qu’il devait s’avérer confortable et fonctionnel. Ils montèrent les 3 étages à pieds. Max ne pensa pas à demander à Lou si elle voulait prendre l’ascenseur, il avait tellement l’habitude de monter à pied. Il sortit ses clés, ouvrit la porte, s’effaça pour inviter Lou et Noah à entrer, puis Lynn se tourna sur elle-même, flairant l’air autour d’eux, la cage d’escalier et l’ascenseur. Puis elle hocha la tête et ils entrèrent et Max referma la porte derrière Lynn. Il enleva ses chaussures et demanda poliment à Lou de faire de même, l’informant qu’il avait fait le ménage l’après-midi même. Puis il se dirigea vers la cuisine, invitant la jeune femme à le suivre et ouvrit son frigo pour en vérifier le contenu. Il avait un peu moins de peine à aller faire les courses… Ce n’était pas la joie, mais ça devenait nécessaire au bout d’un moment. Il y trouva des lasagnes prêtes à mettre au four 20 minutes. Il sortit les deux boîtes, mit le four à chauffer, ramassa une grosse gamelle d’eau sur le sol, la vida dans l’évier et la remplit d’eau fraîche puis la reposa à sa place, invitant Noah à boire d’un signe de la main. Ensuite, il prépara du thé, seule boisson disponible pour le moment chez lui et en offrit une tasse à la jeune femme. Il lui demanda de rester là une minute et sortit de la pièce. Il se dirigea vers le placard à balais relativement immense, ou était placé un immense congélateur remplit de viande congelée. Il en sortit 2 bons morceaux et les emmena à la cuisine ou il les mit au frigo tout en sortant les deux qui s’y trouvaient déjà. Heureusement qu’il avait pour habitude d’avoir toujours 2 morceaux de viandes prêt, pour le cas où un jour, en rentrant, ils n’auraient pas le temps d’en faire faire dégeler un autre. Il déballa les deux morceaux de viande et en posa un dans la gamelle encore plus énorme qui se trouvait à côté de la gamelle d’eau et l’autre dans une grande assiette qu’il déposa devant Noah. Il vint ensuite s’asseoir à table, en face de la jeune femme, non sans avoir mis les lasagnes au four qui était chaud entre temps.

" Bonnap’ les fauves, régalez-vous bien. Lou, j’imagine bien que tu dois avoir des questions par rapport à l’évènement avec le garde. Tout d’abord, merci de n’avoir rien dit. Ensuite, poses tes questions, je répondrais à celles que je peux. "
  
MessageMar 12 Mai - 17:43
Groupe
avatar
InvitéInvité
Pour chacune des bonnes raisons de mentir, il y a une meilleure raison de dire la vérité.


Alors qu’ils s’approchaient tous les quatre des gardes, Lynn se rapprocha de Noah et lui transmit la consigne de Logan, à savoir rester naturels. Noah transmit à son tour à Lou et l’un comme l’autre s’interrogèrent sur les raisons qui avaient pu pousser Logan et Lynn à réagir de cette façon. La jeune fille pensa soudain qu’ils avaient probablement quelque chose à cacher. En lien avec leur passé ?

- Oliver, ça faisait un moment qu’on s’était plus croisé ! lança le garde à mon voisin.

Aussitôt, la méfiance de Noah reprit le dessus. Une personne qui donne un nom à une personne et un autre à une seconde ne peut que mentir à l’un voire aux deux. Et s’il y avait quelque chose que Noah ne supportait pas, tout comme sa dæmonienne, c’était le mensonge. La jeune fille resta tranquille à l’extérieur avec un masque, une expression sereine. Mais à l’intérieur, elle bouillait. Logan, comme s’il le faisait exprès, entreprit de converser joyeusement avec le garde, ce qui mit le comble à l’exaspération de Noah. Juste avant qu’il ne se mette à grogner, Lou lui intima de garder son calme et le silence. Il serait toujours temps de réagir plus tard. Pour l’instant, en dehors des mensonges, il n’avait pas cherché à leur faire du mal. Le dæmon se calma, mais la jeune fille sentait bien que ça ne lui plaisait pas du tout.

Enfin, le garde lâcha Logan – où Oliver ? – et nous reprîmes notre marche. Et nous accélérâmes le pas de façon significative, comme si l’homme et la panthère fuyaient quelque chose. Noah s’était collé entre Logan et moi. De manière à pouvoir réagir, m’avait-il précisé, si ils changeaient d’attitude. Je ne pouvais pas lui en vouloir d’être protecteur et je devais avouer que la confiance que j’avais accordé à cet inconnu avait pris un sacré coup. Il allait devoir réparer ça avec une bonne explication, autant pour les noms différents que pour les mensonges racontés. Nous nous dirigeâmes vers un immeuble à peu près neuf, ou en tout cas récent, et nous nous engouffrâmes dans la cage d’escalier, montant les trois étages à la hâte. Après avoir déverrouillé la serrure, Max s’effaça et je pénétrai dans l’appartement, suivie par Noah. Lorsqu’il me demanda de retirer mes chaussures puisqu’il avait fait le ménage le matin même, j’obtempérai et les laissai à l’entrée. Puis il nous conduisit à la cuisine ou il fit rapidement des lasagnes avant de nourrir nos panthères.

- Bonnap’ les fauves, régalez-vous bien. Lou, j’imagine bien que tu dois avoir des questions par rapport à l’évènement avec le garde. Tout d’abord, merci de n’avoir rien dit. Ensuite, pose tes questions, je répondrais à celles que je peux.

Noah se mit à manger, mais je sentais sa méfiance. Il était aux aguets, au cas où. Je m’assis en face de Logan, où quel que soit son nom et je le regardais dans les yeux. Des questions, j’en avais oui. Mais je me doutais qu’elles ne lui plairaient sûrement pas. Je n’avais rien dit mais n’en avais pas moins pensé, je songeai qu’il s’en doutait probablement. Il me demanda de poser mes questions, promettant de répondre à celles qu’il pourrait. Je le regardais plusieurs minutes en silence. Puis d’une voix froide, calme, je posai ma première question.

- Quel est ton véritable nom ? Et pas de mensonge s’il te plaît. Tu n’es pas sans savoir que Noah pourra le sentir si tu me mens, maintenant qu’il sera concentré sur ta réponse.

Le silence s’installa. J’attendis. Noah nous observait, Logan plutôt que moi. A ce moment là, les lasagnes terminèrent de chauffer et Logan m’en tendit une assiette (je me permet). Face à lui, je le remerciai, poliment, puis je commençai à manger.

Je posai ensuite ma seconde question.

- Tu m’as fait passé le message de rester naturelle et calme face au garde. J’en déduis que tu as quelque chose à cacher. Peut être même que tu ne devrais pas être là. Je ne veux pas savoir ce que tu caches. Mais je veux que tu m’expliques pourquoi est-ce que c’est si important pour toi de rester seul, d’éloigner de toi toutes les personnes auxquelles tu pourrais te lier durablement. Et ne me sort pas la réponse basique disant que ça les mettrait en danger et qu’elles pourraient y laisser la vie.
  
MessageMar 12 Mai - 20:01
Groupe
avatar
InvitéInvité
Alors que Max se faisait interpeler par le garde sous le nom de Logan, son identité connue de presque tous, il consulta par la pensée sa compagne d’âme pour savoir comment ça allait pour la jeune femme. "Ils sont nerveux, en colère, méfiants, mais à priori, ils ne diront rien devant le garde." "En même temps, c’est pas comme si j’avais prévu le coup… " "Tu t’attendais à quoi ?!" Max lui envoya une image de lui levant les yeux au ciel tout en secouant doucement la tête. Gentiment mais sûrement, il tenta de mettre fin à la conversation, mais le garde lui tenait la jambe, refusant de le laisser partir. Il finit par jouer l’excuse des invités à ramener à la maison et le garde le laissa partir, enfin. Max garda le silence, faisant signe à Lou et Noah de le suivre et rapidement, il les conduisit à son appartement. Une fois arrivé, il les fit entrer, prépara le plus vite possible à manger pour tout le monde et une fois que tout le monde fut servis, il s’assit enfin à table, prêt à répondre aux questions de la jeune femme. Lynn lui indiqua que même s’il mangeait volontiers, Noah puait la méfiance à pleines narines. Elle resta plusieurs minutes silencieuses, puis d’une voix froide qu’il ne lui avait pas imaginée, elle lui demanda son véritable nom. Sans mensonge, lui rappelant que Noah le saurait s’il mentait. Bien entendu, elle en savait bien peu sur lui, vu qu’il était capable de mentir sans que cela ne soit détectable pour qui que ce soit. Alors qu’il s’apprêtait à lui répondre, le four émit un petit « ding » et il alla donc sortir les deux barguettes de lasages pour en poser une devant Lou et une pour lui. II s’assit ensuite et prit son souffle pour répondre à la question.

"Pour le moment, je ne vous ai mentis à aucun moment depuis notre rencontre. Je suis Maxime Alexander May. Je viens d’une famille noble qui n’a jamais voulu de moi à cause de Lynn. On s’est tiré du manoir à l’âge de 8 ans car on ne supportait plus d’être enfermés tel des monstres dans une aile du manoir. Ma famille me croit sûrement mort et c’est mieux ainsi. Mais il est vrai que bien peu de personnes me connaissent sous ce nom. Et d’ailleurs, ça fait bien longtemps que je ne me suis plus présenter à quelqu’un sous mon véritable nom. Mais je n’avais pas vraiment envie de vous mentir, Lynn a senti que vous aviez besoin de pouvoir faire confiance à quelqu’un… Logan, c’est mon identité recensée, pour pouvoir vivre ici, justement. "

Ses lasagnes s’étant un peu refroidies après son long discours, il se mit à manger tranquillement. Il avait à peine mangés quelques bouchées que Lou reprit la parole :

" Tu m’as fait passer le message de rester naturelle et calme face au garde. J’en déduis que tu as quelque chose à cacher. Peut-être même que tu ne devrais pas être là. Je ne veux pas savoir ce que tu caches. Mais je veux que tu m’expliques pourquoi est-ce que c’est si important pour toi de rester seul, d’éloigner de toi toutes les personnes auxquelles tu pourrais te lier durablement. Et ne me sort pas la réponse basique disant que ça les mettrait en danger et qu’elles pourraient y laisser la vie."

Max soupira, accompagné par Lynn et finit par répondre :

"Je voudrais pouvoir répondre à cette question, mais je ne suis pas sure que ce soit vraiment le bon moment, on vient de se rencontrer. Tout ce que je peux te dire, c’est que tu ne vas pas aimer ce que je vais te donner comme réponse. Je n’ai aucune envie de vous mentir, nous voulons vous aider, être des personnes qui soient là pour vous, quelques soient vos problèmes, alors je ne vais pas tout te dire d’emblée, mais je ne vais pas vous mentir… Oui, je suis seul, isolé et connus presque uniquement sous le nom de Logan parce que pour ceux qui me connaissent comme Maxime, c’est dangereux, et pour eux, et pour moi et Lynn. Et pour te prouver que je ne raconte pas de salade, voilà. "

Max se leva et sans aucune pudeur, il enleva son t-shirt. S’affichant devant la jeune femme, sans honte. Ses cicatrices monstrueuses, certaines encore rouge, pas si vieille… Il avait fini par ne plus avoir honte de ses cicatrices. Finalement, sans elles, lui et Lynn ne seraient pas ce qu’ils sont… Sur Lynn, les cicatrices étaient bien plus discrètes, grâce à sa fourrure.

"Donc oui, c’est dangereux pour vous, comme pour moi. Mais on ne vous laissera pas tombé… Nous n’avons pas eu la vie facile, comme tu l’as entendu pendant qu’on marchait. Certaines de ces cicatrices sont dues à nos années dans les rues, d’autres non. Elles sont arrivées par la suite… Mais en baver simplement parce que l’on est différent, on sait ce que c’est. Et on a senti immédiatement que vous n’aviez pas vraiment été épargnés par la vie. Quand on a su qu’on n’était pas seul, on a décidé d’aider les daemoniens qui avaient été malmenés, maltraités, voir torturés. Vous ne saurez sur nous que ce qui vous est nécessaire pour le moment. Mais sachez que vous êtes ici en sécurité et les bienvenus aussi longtemps que vous le voudrez. "

Il remit son t-shirt, regarda Noah qui avait fini de manger et lui demanda s’il en voulait encore.
  
MessageVen 3 Juil - 20:58
Groupe
avatar
InvitéInvité
"La confiance se gagne en gouttes et se perd en litres."


- Pour le moment, je ne vous ai mentis à aucun moment depuis notre rencontre. Je suis Maxime Alexander May. Je viens d’une famille noble qui n’a jamais voulu de moi à cause de Lynn. On s’est tiré du manoir à l’âge de 8 ans car on ne supportait plus d’être enfermés tel des monstres dans une aile du manoir. Ma famille me croit sûrement mort et c’est mieux ainsi. Mais il est vrai que bien peu de personnes me connaissent sous ce nom. Et d’ailleurs, ça fait bien longtemps que je ne me suis plus présenté à quelqu’un sous mon véritable nom. Mais je n’avais pas vraiment envie de vous mentir, Lynn a senti que vous aviez besoin de pouvoir faire confiance à quelqu’un… Logan, c’est mon identité recensée, pour pouvoir vivre ici, justement.

Lou écoutait Logan – Maxime – s’expliquer. Elle devinait aisément, à sa façon de se comporter, que ça vie n’avait pas été une partie de plaisir, même sans qu’il lui en explique les raisons. La jeune fille songea qu’ils se ressemblaient… Après tout, jusqu’à sa fuite, n’avait-il pas été enfermé dans une « cage » ? Tout comme elle ? Lui dans un manoir, elle dans un orphelinat puis dans un laboratoire… Elle frissonna au souvenir des expériences qui l’avaient utilisée ainsi que Noah comme sujets d’études.

- Leur honnêteté est tout à leur honneur. fit mentalement Noah. Je crois qu’on peut leur faire confiance.

La brune ne se tourna pas vers Noah, mais celui-ci comprit qu’elle réfléchissait en tenant compte, autant de son avis à lui que de ses impressions à elle.

- Je ne peux parler que pour moi mais je te promet de garder coûte que coûte le secret sur ton identité réelle autant que ton appartenance aux Rebelles. déclara simplement Lou en regardant Maxime dans les yeux.

Elle avait conscience de s’engager sur le long terme en faisant une telle promesse. Mais son identité devait probablement être un de ses secrets les mieux gardés, qu’il avait décidé de partager avec elle, donc de lui faire confiance. Au fond d’elle, elle se sentait honorée de cette confiance. Noah promit à son tour.

- Je voudrais pouvoir répondre à cette question, mais je ne suis pas sure que ce soit vraiment le bon moment, on vient de se rencontrer. Tout ce que je peux te dire, c’est que tu ne vas pas aimer ce que je vais te donner comme réponse. Je n’ai aucune envie de vous mentir, nous voulons vous aider, être des personnes qui soient là pour vous, quelques soient vos problèmes, alors je ne vais pas tout te dire d’emblée, mais je ne vais pas vous mentir… Oui, je suis seul, isolé et connu presque uniquement sous le nom de Logan parce que pour ceux qui me connaissent comme Maxime, c’est dangereux, et pour eux, et pour moi et Lynn. Et pour te prouver que je ne raconte pas de salades, voilà.

Sous le regard stupéfait de la jeune fille, il se leva et retira son t-shirt, laissant ainsi apparaître un grand nombre de cicatrices, certaines parfaitement cicatrisées, d’autres encore rouges, d’autres encore pas si vieilles que ça… Elle ne sut pas vraiment comment réagir et examina les cicatrices les unes après les autres, songeant à l’horreur qu’avaient du endurer Maxime ainsi que celles de Lynn. Noah observa aussi les cicatrices et ses oreilles s’aplatirent sur son crâne. Qui pouvait survivre à autant de blessures ! ? Et qui pouvait infliger cela à un autre être humain, même quelqu’un de différent ?

- Donc oui, c’est dangereux pour vous, comme pour moi. Mais on ne vous laissera pas tomber… Nous n’avons pas eu la vie facile, comme tu l’as entendu pendant qu’on marchait. Certaines de ces cicatrices sont dues à nos années dans les rues, d’autres non. Elles sont arrivées par la suite… Mais en baver simplement parce que l’on est différent, on sait ce que c’est. Et on a senti immédiatement que vous n’aviez pas vraiment été épargnés par la vie. Quand on a su qu’on n’était pas seul, on a décidé d’aider les dæmoniens qui avaient été malmenés, maltraités, voir torturés. Vous ne saurez sur nous que ce qui vous est nécessaire pour le moment. Mais sachez que vous êtes ici en sécurité et les bienvenus aussi longtemps que vous le voudrez.

Maxime se rassit après avoir remis son t-shirt et Noah continua à observer l’homme. Cependant, uniquement avec curiosité, ni avec pitié, ni avec répulsion.

- J’ai moins de cicatrices physiques, mais tu as raison, nous aussi nous en avons bavé. On a, par exemple, servi de cobayes dans un laboratoire, longtemps. Je ne sais pas exactement combien de temps… Sous terre, sans jamais voir le ciel ni d’autre lumière que celles artificielles, on perd très vite la notion du temps… Mais des mois, des années peut être. fit doucement Lou.

Elle avait des difficultés à parler de ça et elle savait que ça s’entendait à sa voix. Cependant, elle songeait qu’elle aussi avait peut être besoin de parler à quelqu’un et Maxime semblait digne de confiance. De plus, mais elle ne le précisa pas, Noah et elle n’avaient pas servis de cobayes une seule fois, mais bien deux. Lou était trop petite pour s’en souvenir, mais elle avait fini par réussir à percer les barrières de Noah et accéder à ses souvenirs afin de compléter les flashbacks qu’elle avait souvent, en rêves. Certains dont elle se souvenait parfaitement, d’autres qui semblaient surgir des tréfonds de sa mémoire, parfois flous, parfois avec une clarté effrayante. Elle frissonna à ce souvenir. Noah lui lança une vague d’apaisement à travers leur lien et la jeune fille se calma presque instantanément, lançant un regard reconnaissant à la panthère.

Maxime demanda à Noah s’il en voulait encore. Ce dernier répondit par la négative, remerciant tout de même l’homme tant pour le repas que pour l’aide. Lou mangea tranquillement ses lasagnes avant qu’elles refroidissent et, une fois qu’elle eut terminé son assiette, proposa de faire la vaisselle. Après tout, elle n’était pas là pour se faire servir ! La jeune fille chercha des yeux son étui à guitare, qu’elle avait machinalement posé à côté de ses chaussures.
  
MessageLun 19 Oct - 14:44
Groupe
avatar
InvitéInvité
Spoiler:
 

Une fois Maxime rhabiller et à nouveau assit à manger sa lasagne, la jeune femme se lança dans un récit de leur vécut. En entendant qu’ils avaient été les sujets d’expériences pour des laboratoires, Lynn se mit à gronder et à fouetter l’air de sa queue. Cette idée lui était insupportable. Là, tout de suite, elle avait envie d’aller réduire en charpie les horribles personnes capables de telles choses, et il fallait avouer que Maxime n’était pas vraiment contre l’idée. Comment pouvait-on traiter des enfants comme des cobayes. C’était encore pire que des mettre à la rue selon lui… Maxime se tourna vers Lynn et d’un simple regard, elle se calma instantanément. Ses oreilles se redressèrent, sa queue cessa ses mouvements rapides et son regard redevint le regard bienveillant que Maxime lui connaissait. Après un moment, elle se releva et se dirigea vers Noah. Elle frotta gentiment sa tête contre la sienne en lui communiquant une vague de chaleur et de soutient.

Maxime aurait voulu pour voir faire pareil, mais il ignorait si la jeune femme accepterait le contact… Mais sa voix… Il entendait la tristesse, la souffrance et la difficulté d’en parler, alors après un moment, il ne résista pas et vint s’assoir sur le banc à côté de la jeune femme et la prit doucement dans ses bras pour venir la caler contre son torse. Il ne la serra pas trop fort, si elle voulait se retirer, il ne la retiendrait pas, mais il se sentait proche de cette jeune femme. Pas comme une amie, ou plus, mais plutôt comme… Il ne savait pas vraiment, il avait qu’une envie, la protéger de tout ce qui pourrait lui arriver. Comme si ça devenait son devoir… Après un moment, il relâcha la jeune femme et se leva, la laissant terminé son repas. Il s’en alla dans la chambre en lui signalant qu’il allait revenir dans un instant. Lynn frotta une dernière fois sa tête contre celle de Noah, lui adressa un regard bienveillant, rassurant, toujours en signe de réconfort, aucune pitié et suivi Maxime. Celui-ci avait décider que les deux invités dormiraient dans la chambre, alors il changea le lit, le refit avec des draps propres et embarqua un t-shirt et un boxer, après un instant d’hésitation, il prit un deuxième t-shirt dans son armoire ainsi qu’un short d’intérieur. En temps normal, il dormait sans t-shirt, mais il se dit que ce serait peut-être mieux… Il balança ses affaires sur le canapé qu’il déplia en lit et y installa ensuite un drap et une couverture. Puis il revint tranquillement dans la cuisine et refusa la proposition de la jeune femme de faire la vaisselle. Il tendit ensuite le t-shirt et le short à la jeune femme.

"Tiens, je te prête ça pour la nuit, que tu sois confortable. Je te laisse la chambre, je dormirais sur le canapé, et ce n’est pas négociable. Il est tard, je vais gentiment aller me coucher, je me suis levé très tôt ce matin. Fais comme chez toi. "

Avant de partir, il lui adressa un sourire rassurant et Lynn attira l’attention de Noah pour lui indiquer une gamelle d’eau dans un coin de la cuisine. Puis, elle se dirigea vers le salon, non sans se frotter contre Noah. Ce n’était qu’un geste purement affectueux. Elle avait bien compris qu’il était trop jeune pour elle, mais elle se sentait le devoir de le rassurer, de lui montrer que lui et sa daëmonienne n’était désormais, plus seuls. Maxime passa par le salon, ramassa ses affaires, partit à la salle de bain se changer puis revint au salon et se laissa tombé sur le canapé lit. Lynn vint le rejoindre, c’était exceptionnel qu’elle dorme avec lui, en général elle dormait par terre, c’est elle qui insistait… Mais ce soir, elle monta sur le canapé et vint se rouler en boule contre Maxime, posant sa tête sur son torse. Machinalement, il se mit à la gratouiller derrière les oreilles et elle se mit à ronronner. "Est-ce que toi aussi tu te sens proche d’eux, sans pouvoir vraiment dire de quelle manière ? " "Oui, inexplicablement, j’ai envie de prendre ce duo sous mon aile, de les protéger, de m’occuper d’eux, puisque personne ne l’a fait jusque-là…" La panthère hocha la tête et tout en réfléchissant en pensées, ils finirent par s’endormir, sans s’inquiéter pour le duo. Ils faisaient ce qu’ils voulaient, Lynn et Maxime avaient maintenant entière confiance en eux… Maxime s’endormit sur le dernier espoir que la jeune femme n’était pas sujette aux cauchemars pendant les nuits comme lui, qui trouvait que c’était un enfer à vivre, surtout quand on est seul, mais Lynn pensait que ce serait sûrement le cas, vu ce qu’ils semblaient avoir vécu, qui ne feraient pas de cauchemar ? Maxime approuva et finit par s’endormir…
  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant