anipassion.com

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

You're the bait ! I'm the fucking cat !

 
  
MessageMer 23 Sep - 20:08
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 255Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Il avait fallu traîner Jim Bim hors du squatte à coup de chantage pour qu'il daigne se bouger. Monsieur n'était plus vraiment en clin à coopérer depuis quelques temps. Entre les frasques de Lumen, le présent plutôt sombre qui s'annonce et Merkeley complètement barricadé. Le canidé se sentait en cage, augmenté par l'angoisse de Lumen. Elle qui s'aimait libre, le chemin devant elle, toujours prête à fuir l'endroit, elle n'a jamais voulu autant partir de Merkeley que depuis que les frontières sont closes. Le retour des proches ne se fera plus et Lumen sera donc laissé pour compte dans ce qui se dessine comme son futur camp de concentration. Bon sang, elle l'avait toujours dit, ça sentait mauvais cette histoire de recensement. Elle s'était faite avoir par Adèle, elle n'aurait jamais du se faire influencer aussi facilement. Lumen aurait dû continuer sa route.

Ce soir Lumen cherchait de la compagnie, de celle qui diffère avec celle qu'elle compose en générale. Ce n'était pas un modèle, loin de là, le cliché de la paumé qui ne s'assume pas. Mais être entouré de junkies en tout genre ne l'aidait pas à redorer son estime. Elle se souvient d'un sourire nostalgique de ces timides mois à flirter avec Logan et le sentiment d'importance que ça lui avait donné. Lui n'aurait jamais fréquenté le genre d'endroit vulgaire où elle peut passer le temps. Si elle y retournait, peut-être le retrouverait-elle ? Sur la route, elle pousse un rire silencieux qui se veut moqueur. Les relations avec Jim Bim n'était pas aussi extrême qu'avant, mais quelques chose semblait s'être brisé depuis quelques mois, elle ne sentait plus l'amour surprotecteur de l'animal. Elle savait qu'elle y était pour quelque chose, à chercher une main qui se tendra jamais et l'échanger contre la raison de sa moitié. Elle lui avait fait du mal et elle oubliait parfois combien Jim était une personne doué de sensibilité et certainement plus d'humanité qu'elle. Ils sont si différents qu'elle en a du mal à comprendre comment ces deux êtres peuvent être une seule et même âme.

Elle s'était rafraîchie et maquiller dans les toilettes d'un fast food, de quoi redonner à ses cheveux de l'allure et à ses yeux l'éclat qu'ils méritent. Elle avait ranger dans cette lourde valide, ses derniers biens, le jean large et le sweet à capuche pour une robe noir et des talons lui offrant plusieurs centimètres en plus. Ses jambes se galbaient naturellement sous sa posture et sa démarche et ponctua son cou et ses poignets de parfum. L'image que lui renvoyait la Lumen du miroir était loin de la réalité qu'elle connaissait. Son cœur battait d'angoisse, se demandant qu'elle serait le prochain pas pour elle. Elle planqua le sac derrière le lavabo et reviendra le lendemain chercher son dû, rester éveillée toute la nuit ne sera pas un problème.

Elle franchi les portes du bar plutôt chic et branché du moment. Un sourire pour le videur, la demoiselle se fait tactile et accessible pour lui faire oublier son manque de classe dans la tenue. Même si elle n'était pas d'une grande vulgarité, Lumen avait presque l'air d'une escorte que d'une femme de mondanité. La musique est encore sobre et écoutable, les lumières n'ont pas encore laissé place aux faisceaux lumineux des danseurs fous, ce soir, il semblait plus que l'ambiance se prêtait à boire tranquillement et remplir les tables de billards en plus des poches des serveuses, très aguicheuses et pourtant très bien éduquées et présentées. Elle s'approche du bar et fait passer sa mèche folle derrière son oreille en s'approchant du barman. Serveuse ou barmaid, voilà deux métiers qu'elle connaissait bien et se permit alors d'être un peu exigeante.

« Un Daiquiri s'il te plait, avec du rhum ambré et pas de glace, le citron verre dans la boisson aussi. Merci. »

En attendant qu'on la serve, elle pousse un soupire et regarde autour d'elle qui elle pourrait bien accoster ce soir. Une sorte de chasse qui lui avait fait oublier l'humeur morose du dingo à ses côtés et qui restait assis à lui tourner le dos. En voulant ignorer l'animal elle voit plus loin à l'autre côté du bar un homme buvant seul. Elle l'observe et cherche autour de lui s'il était accompagné. Cette situation lui rappelle cruellement sa rencontre avec Logan mais elle efface ce souvenir d'un revers de main et récupère son verre quand enfin on lui serre. Les 15 dollars qu'elle doit lâcher pour cette boisson lui paraît exorbitant, surtout quand elle sait que les billets se font trop rare en ce moment. Elle arrive alors vers l'inconnu et masque son visage perdu par un sourire radieux et un regard bien trop sur de lui. Elle n'attends ni geste de sa part, ni approbation pour venir s’asseoir à côté de lui, proche, comme si ils se connaissaient.

«C'est un peu triste de boire seul, je peux t'accompagner ? » Dit-elle en levant son verre pour le montrer.
  
MessageMer 23 Sep - 20:47
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche




« Sérieusement ? Noon ! »

Les éclats de rire des deux hommes l'accompagnant le dérident un peu, mais il ne lâche pas la plantureuse blonde qui lui tourne le dos, à quelques mètres d'eux sur une table haute. Des jambes à n'en plus finir, une bouche pulpeuse et brillante, qu'il soupçonne habillée d'un peu de gloss pour que les regards soient attirés à cette bouche comme des moustiques à la lumière. La concernée se retourne pour faire face au serveur qui visiblement la flatte à l'oreille, puisqu'elle jette sa tête en arrière et éclate d'un rire bruyant.

« Allez, pour la poitrine 8/10.
Mali se force à sourire au commentaire graveleux de son collègue, et hoche la tête de droite à gauche.
J'vais m'en griller une.
- J'te suis.
- Tu veux quelque chose à boire Mali ?

- J'me servirai, ça va. »

Son verre de Martini à la main, il les observe se lever et sortir leurs clopes de leurs paquets avant de se diriger vers la sortie. Cette soirée entre hommes lui fait plus de bien qu'il ne veut l'avouer. Nuna le conforte dans cette idée d'un tendre geste en apposant ses naseaux contre le dos de sa main libre. Matthew et Antoine ne sont pas des amis à proprement parler, mais les bassesses masculines de l'espèce humaine lui avaient manqué. Cela faisait des années que son coach n'était plus à ses côtés pour lui foutre un coup de pied au cul quand c'était nécessaire, et rire gras en racontant des blagues salaces sur les femmes. Même si le russe n'est pas friand de ce genre de connerie et qu'il n'en sera jamais le débiteur, jouer un rôle le temps d'une soirée lui fait oublier l'ambiance tendue des derniers temps.
Même si, dans un coin reculé des muscles de sa nuque, une tension persistante lui permet de ne pas oublier.

De ne pas oublier qu'il est "quelqu'un d'important" comme le lui avait fait comprendre Aloisia. Et que les gens importants n'ont pas le droit au repos, il paraît. Un soupir anime l'homme qui semblait figé durant une poignée de secondes, et il finit par passer sa main sur le dos fragile et gracieux de sa moitié.

« On ne rentre pas trop tard si tu veux »

Sa douce Bambi hoche la tête, et ses yeux sourient ce que sa bouche ne peut pas faire.

« Il n'est même pas dix heures, tu veux jouer les papis et rentrer boire ta tisane avant d'aller te doucher et te coucher ?
C'est pas gentil, ça.
- Tu t'ennuie pas, promis ?
- C'est lequel le français, Antoine c'est ça ? Oui. Bon, et bien je le trouve drôle, il n'arrête pas de se plaindre, j'ai trouvé quelqu'un à ta hauteur. »

Les glaçons tintent contre le verre lorsqu'il se redresse sur sa chaise et fait mine de bouder la biche. Un mouvement à ses côtés lui fait croire que ses collègues sont de retour, mais en lieu et place de ça, ce sont deux yeux glacés qui le dévisagent un instant. Il vient bien de se passer qu'une femme venue de nulle part s'est installée à son aise à côté du mec le plus asocial de la soirée ? Un air surpris s'affiche sur son visage autant que celui de Nuna, mais le régal remplace vite l'étonnement.

« Je ne suis pas s- »

A temps, il se rend compte que ce n'est pas vraiment le genre de réponse qu'on attendrait de lui, en temps normal. En l'état actuel des choses, elle n'a pas tord. Il est seul. Ses yeux se rivent sur son verre encore plein, puis sur le sien à moitié vide.
Étrangement, il sourit.

« Vendu. »

Il détaille sans en avoir l'air sa robe et le naturel faussement négligé de ses cheveux. Ça change de la blonde plantureuse, mais ce charme sauvage lui plait. Cette nonchalance familière aussi. Il en a marre des pompeuseries hypocrites. Mali reprend son verre et fait un geste à son attention pour lui porter un toast.

« Mais je vous précise tout de suite que dans moins d'une minute, un américain et un français vont arriver et se mettre précisément sur ces deux chaises vides de l'autre côté, et vont se battre pour obtenir vos faveurs. »

Il les voit déjà, à travers les baies vitrées illuminées, qui tirent sur les dernières lattes de leurs cigarettes.

« Ce qui est compréhensible. Regard entendu. Mais ils sont très mauvais. »
AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 
  
MessageMer 23 Sep - 23:31
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 255Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Jim Bim penche la tête sur le côté, intrigué par cette biche qui le dépasse bien en taille. Il n'en accordera qu'un regard curieux, elle était plus engageante qu'un zèbre tordu ou un alligator monstrueux, cela dit, il sait bien maintenant que l'animal n'avait rien à voir avec l'homme qui le représentait. Lumen, elle, est plus engagée par le sourire qu'elle venait de tirer de l'inconnu impeccablement habillé. Elle lève tout autant son verre que lui et plonge ses lèvres dans le cocktail avant de lui sourire, flattée de ses paroles peut-être trop exagérés. Ça ne faisait rien, ce n'était pas si mal d'avoir l’ego de temps en temps remonté vers le haut. Elle tourne le dos à la vitrine pour lui faire face et croise ses jambes sur le tabouret, accoudé maintenant à son genou. Elle arque le sourcil et se donne encore ses airs d'enfant sur de soi que rien ne perturbe. Non Lumen n'était pas midinette à rougir pour le plus simple des compliments, surtout pour la flatterie. Un lueur brille dans les yeux bleus de l'australienne et hausse les épaules.

« Ils m'en voient gênée, je viens de trouver meilleur objet pour porter mon attention. » Dit-elle sous ce commentaire à peine voilé. Et ce qu'il répond le lui confirme. Cette fois-ci, elle feint la gêne et retrouve une mèche derrière son oreille.

Une voix masculine d'un accent plus particulier encore que son interlocuteur vient les interrompre. Elle les accueille d'un sourire polis.

« Bah alors, on profite qu'on ait le dos tournée pour faire les jolis cœurs ! » s'exclame le français à l'inconnu dont elle n'avait pas eu le temps de demander son nom. Lumen ne peut pas s'empêcher que celui-là était plus bruyant mais beaucoup moins charmant. Quelque chose chez l'inconnu l'avait interpeller, pourtant ils étaient habillé avec la même finesse. Elle inspire longuement, légèrement perdu parmi un groupe qui se connaissait. Peut-être s'était-elle un peu trop mise en avant et l'envie de fuir lui prenait. Elle se retourne sur le dingo et c'était surtout cette idiot qui l'influencer dans ses envies. Il n'aimait pas savoir Lumen avec des inconnus, alors trois, il y voyait déjà le pire. Il n'avait toujours oublié les horreurs dans lesquelles elle s'était mise pour juste une dose. Elle l'aurait giflé si elle n'était pas en publique, elle ne voulait plus y penser, plus jamais. Elle voulait retrouver sa fierté passé, celle qui attirait les hommes comme celui qui lui faisait face en cet instant.

« Je vais peut-être vous laissez entre hommes je pense, je ne voulais pas vous déranger. »

Le français se permet de poser sa main sur son épaule ce qui la raidit sans que rien ne se voit. Sans doute l'alcool lui permettait d'être plus familier avec les gens. « Mais non, non, non ! Reste je t'en prie, nous deux on allait de toute manière aller sur la piste, ce rabat-joie refuse toujours de nous accompagné. » Elle scrute furtivement le rabat joie en question pour voir sa réaction et lui sourit lorsque leurs regards se croisent. Pourtant, Lumen aimait dansé, parfois, sur un rythme long et séduisant pour attirer ses partenaires, mais visiblement, elle ne l'aurait pas comme ça. Quand la main se retire de son épaule, Lumen se détend et ne se savait pas aussi fermée aux contacts étrangers.

« Me voilà bien chanceuse qu'ils me laissent leur ami. » Dit-elle quand les deux collègues s'en allèrent plus loin dans le bar. Joyeux et un peu excités, ils étaient à la recherche d'une partenaire de danse et quelques chose disait à Lumen qu'ils reviendront certainement dans plusieurs minutes quand les avances ne marcheront plus et que l'alcool auront raison de leurs endurances. Jim Bim s'allonge en soupirant lourdement, le son couvert par la musique.

« Je m'appelle Lumen au passage » Se présente enfin l'australienne en buvant encore quelques gorgée de sa boisson. Puis lui tend sa main pour qu'il la serre et se présente à son tour.

Elle découvrira alors qu'il s'appelle Mali et ça l'intrigue la biche derrière. Rien à voir avec son brève passage à Perth où elle devait se couvrir et cacher Jim Bim. Alors ici, c'est un peu coutume de présenter son âme. Elle montre le canidé qui boude allongé dans son coin en fermant les yeux mais qui était parfaitement réveillé. « Lui c'est Jim Bim. »

Elle le détaille et il semble tellement différent de ses collègues. Alors elle ose s'avancer vers lui, se pencher pour mieux se faire entendre même si la musique n'est pas encore tonitruante.

« Dis-moi, tu n'as pas vraiment l'air du genre à danser jusqu'au bout de la nuit, je me trompes ? »
  
MessageJeu 24 Sep - 9:46
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche




Visiblement, il se fourvoie en espérant détecter ses intentions dans sa réaction gênée. Elle n'est tout bonnement pas gênée le moins du monde. Soit parce qu'elle a l'habitude des compliments, soit parce qu'elle possède assez de confiance en elle pour les prendre avec parcimonie. Ou autre chose, il n'arrive pas à mettre la main dessus. Il a l'impression d'avoir à ses côtés du sable qui lui file entre les doigts dès qu'il essaie de saisir le sens de cette rencontre. Avec Nuna en arrière plan qui le fustige mentalement d'essayer de trouver un sens à chacune des rencontres qu'il fait. Idiot.

« Ils m'en voient gênée, je viens de trouver meilleur objet pour porter mon attention. »
Non seulement elle ne s'empourpre pas d'un compliment, mais elle retourne les choses à son avantage. Voilà qui rend les choses intéressantes.
« Je vous laisse juger par vous-même. »

C'est tout ce qu'il a eu le temps de lui dire, avec Thomas et Antoine qui revenaient tous les deux. Mali imagine sans mal l'haleine de cigarette froide qu'ils dégageraient dans un corps à corps sur la piste de danse. Il a horreur de l'odeur de cigarette. Iryna fumait, et faisait exprès de s'en griller une sous son nez pour l'emmerder ; elle y arrivait plutôt bien.
Le problème avec les français, c'est qu'ils sont plutôt invasifs. Ils n'ont aucune notion de l'espace vital et s'embrasseraient même pour acheter du pain. Sans faire le moindre commentaire, Mali comme Nuna remarquent néanmoins une certaine distance dans le regard de la jeune femme, ce qui accentue sa sensation de la voir glisser entre ses doigts. Ce qui est injuste, lorsqu'on sait que c'est elle qui s'est assise à côté de lui. En négligeant les dommages collatéraux qui nous gratifient de regards entendus. Certes.

« Je t'emmerde Thom, au moins je ne fais saigner les yeux de personnes avec ma souplesse de manche à balai. »

Le concerné éclate de rire et adresse à Mali un magistral doigt d'honneur avant de disparaître parmi les corps dansants. Son sourire ne disparaît pas lorsqu'il se retourne vers la jeune femme assise à ses côtés, visiblement plus à l'aise face à un seul représentant de l'espèce masculine. Pas étonnant. Les troupeaux de testostérone ne portent pas à la confiance.

« Chanceuse de rester avec moi je ne sais pas, mais chanceuse qu'ils ne restent pas, ça... »

Il tend sa main et la lui serre poliment, sans la quitter du regard lorsqu'elle se présente à eux.

« Mali, mauvais danseur et mauvais compagnon de cancer de poumon. »
« Lui c'est Jim Bim. »
« Nuna, enchantée. »

Personne d'entre eux ne s'étonne plus que Nuna prenne d'avantage la parole en public, alors qu'à leur arrivée ici elle préférait largement s'effacer derrière le russe. Les derniers événements ont fait que c'est Mali qui s'efface progressivement, et que la biche soit obligée d'inonder de lumière les déchirures d'ombre qu'il laisse derrière lui. Peu habitué à la proximité qu'il ne contrôle et ne décide pas, Mali se force néanmoins à ne pas bouger lorsqu'elle rapproche sa tête de la sienne, et se rassure en se disant qu'il ne s'agit que de mieux s'entendre. Dieu qu'il a perdu l'habitude des échanges normaux. Encore un peu et il la mordait pour s'être approchée de son territoire.

« Disons que... je préfère d'autres activités nocturnes. Aller dévaliser une banque, lancer des œufs sur les bateaux de la Marina, crever les pneus des berlines et faire des courses de caddies... Un ange passe. Il se met à rire et reprend une gorgée de son Martini avant de poursuivre. Non vous en faites pas, je suis tristement plus classique. Et très mauvais danseur, c'est la raison principale. Mais si vous avez quelque chose de plus intéressant sous le coude, peut-être qu'on peut s'arranger. »

Sa main repose d'un geste léger le verre sur la table, et il pivote son buste vers elle pour capter toute son attention.

« J'échange volontiers ces deux gars contre quelque chose de plus divertissant. »
AVENGEDINCHAINS
  
MessageLun 28 Sep - 23:53
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 255Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Lumen ne pouvait feindre son soulagement de se retrouver seule avec Mali. Elle lui sourit, sincère et se laisse bercé par l'ambiance qui s'installe légèrement entre eux. Elle apprend alors le nom de la biche à ses côtés, lui rend un regard entendu et un hochement de tête. Ça fait longtemps que Lumen avait compris qu'il s'agissait d'individu à part entière et non un simple animal de compagnie, même si parfois, c'était plus simple de le voir ainsi. Quand la moitié d'un autre était aussi petit qu'un papillon ou envahissant qu'un dragon, difficile d'apparenter l'humain au daemon. Elle essaye doucement, d'engager la conversation mais la réponse, bien qu'une simple plaisanterie perd un peu la jeune australienne. Se moque-t-il d'elle ou voulait-il détendre l'atmosphère. La voix fourbe de Jim Bim lui murmurait même qu'il disait peut-être même la vérité pour plus de dérision. Un léger blanc, avant que le rire étrange sorte de la bouche du Pro conseil. Elle n'arrive pas à le cerner.

Enfin face à elle, elle mesure l'ampleur de leurs différences physique, il était grand, même assis, alors qu'elle était relativement petite, il était large d'épaule alors qu'elle était frêle, on devinait facilement ses muscles sous ce costume trois pièces alors qu'elle était presque trop mince. Elle n'en cacha pas son regard qui le détaillait pour essayer d'en deviner plus. Il voulait plus de divertissement ? Soit. Un sourire rempli de malice se dessine sur son visage.

-Voilà qui est plaisant à savoir.

Il était largement trop polis, cette façon de s'exprimer la perturbait, elle était loin de venir de ce monde un peu trop guinder pour l'adopter. Elle se demandait encore quel jeu jouer pour l'attirer dans ses filets et finir dans les siens. Mais quoi de mieux que l'alcool pour détendre les mœurs. Elle lève le bras en tournant la tête vers le barman. Il s'approche.

« Qu'est-ce qu'il vous faut ? »
Un dernier regard pour le beau Mali, un sourire taquin et elle a prit sa décision.

« Du sel, du citron, une bouteille de tequila et deux shooters s'il te plait ? »

Le serveur masqua parfaitement sa légère surprise, n'étant visiblement pas le genre de l'endroit. Mais les papillonnement de paupière de l'australienne eurent raison de ses questions.

« J'amène ça tout de suite. »

Comme si l'idée de s'amuser s'était communiqué dans tout le bar, la musique prend des airs plus rythmés, presque électrique. Elle lance un regard plein de défi à Mali. Et décidant de refuser ces bonnes manières, elle emploi un langage volontairement plus familier.

« Quoi, tu ne vas pas laisser une femme boire toute seule quand elle espère être suivie  ? » Elle ricane et finit son cocktail avant que sa commande n'arrive. Elle descend de son tabouret, la lâchant quelques centimètres plus haut, à peine et se tient debout à côté de Mali.

« Peut importe du milieu d'où on vient, n'importe connaît la tequila frappée. » Lâche-t-elle enjouée, tapotant sur la bar lorsque la bouteille arrive. « Si ça peut aider, imaginons qu'on soit au Mexique, c'est tradition là-bas ! » Elle hausse les épaules. Les deux shooters sont servis par le barman avant que celui-ci ne laisse la bouteille à leur service. Il lâche un sourire à l'attention de Mali, une manière de dire, amuse toi bien.

Elle lèche brièvement le dessus de sa main, sans manière ni vulgarité. C'était plus enfantin comme geste puis fait pleuvoir le sel dessus. Un quartier de citron entre les doigts, le petit verre dans l'autre, elle le garde au défi.

« Alors ? »
  
MessageMar 29 Sep - 12:16
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche



Quelque chose chez cette fille pique sa curiosité à vif. Comme la griffure d'un chat. Il ne sait pas si c'est sa façon de regarder autour comme si elle n'appartenait pas à ce monde, ou si c'est le sourire joueur qu'elle arbore au coin des lèvres et qui vient creuser une délicieuse fossette dans ses joues laiteuses. Son sens du détail va finir par la faire fuir s'il ne détourne pas rapidement le regard.

C'est elle qui lui en donne l'occasion. Le russe repose son dos contre le dossier et observe d'un oeil attentif le serveur lorsqu'elle lui demande des tequila... Well, inattendu, mais intéressant. Il ne s'était pas trompé en imaginant que derrière ces grands yeux bleu glacier il y a quelque chose d'aussi brûlant que cet alcool au fond du gosier. Une légère chaleur panique s'éprend de lui lorsqu'il repense aux erreurs commises lors de la dernière soirée un peu (trop) alcoolisée, mais il reste assez stoïque pour avoir l'air confiant. C'est une femme, agréable du peu que les poignées de secondes en sa compagnie le lui laissent penser.

« Carrément ? »

Il attendait que le serveur soit reparti avec son sourire complice pour s'adresser de nouveau à Lumen. Son nom est aussi solaire que la boisson qu'elle vient de commander. Lui qui est aussi classique qu'un vieux whisky à la teinte ambré va devoir retrouver sa jeunesse entre deux citrons.

« Quoi, tu ne vas pas laisser une femme boire toute seule quand elle espère être suivie ? »
« Je n'oserai pas. »

Le menton légèrement penché en avant, il essaie de deviner tout le sérieux qu'elle possède derrière sa proposition. Intérieurement, il avoue avoir perdu de son panache lorsqu'il s'agit de flatter une jolie femme -qu'il ne laissera décemment pas boire seule, il va de soi. Dernièrement, il n'a pas eu l'occasion de s'exercer à cet art.
Donc, ce sera ce soir.

« J'ai l'air si vieux que ça que je te donne l'impression de ne pas connaître ? »

Mali passe sa langue sur ses lèvres et fait un signe de tête au serveur pour le remercier -et le congédier, accessoirement. Le verre entre les mains, il l'observe faire avec un sourire. Le geste de Lumen est indéniablement voluptueux, peu importe les efforts d'en faire un geste anodin. Pour une fois Nuna est d'accord avec lui.

« Okay, je te suis. »

Il prend le verre dans sa main gauche, reproduit le même geste que Lumen en léchant le sel qu'il a préalablement versé dessus, puis tape son verre contre la table en faisant se tourner quelques regards vers eux. Il prend le temps de s'en occuper seulement après avoir vidé son verre d'un trait et d'avoir léché le sel. Le quartier de citron entre les dents et l'acidité de son jus s'écoulant agréablement contre sa langue et son palais après la brûlure de la téquila, il regarde autour d'eux puis se penche vers Lumen après avoir retiré le citron d'entre ses dents.

« Ils sont plutôt du genre à lever le petit doigt pour boire ici. »

Sans se démonter, il observe Lumen un instant après qu'elle repose elle aussi son verre sur la table, et les ressert tous les deux.

« Faut se fondre dans la masse. »

Sans rien changer au procédé précédent, il lève le petit doigt pour recommencer le processus, avec un sourire narquois qui ne passe pas inaperçu. Il sent son portable vibrer à l'intérieur de la poche de son pantalon et sait d'avance qu'il s'agit de l'un de ses deux collègues. Il se préoccupe plutôt de lever son verre à l'attention de Lumen, et prend un citron dans sa main libre pour le tendre à Lumen.

« Je vais t'apprendre à le faire comme chez moi. Il s'accoude sur la table et se met face à elle. Le deuxième verre, tu prends mon citron et toi le mien. Le troisième, c'est les verres. Et en général, ça finit mal pour les vêtements. »

Nuna se rapproche avec un léger sourire. Lumen a voulu boire avec un connaisseur (même si la tequila n'est clairement pas son domaine).

AVENGEDINCHAINS
  
MessageMar 29 Sep - 13:13
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 255Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
La tequila cogne contre le bar et le geste se fait succin. L'alcool lui réchauffe la gorge, le sel anesthésie sa langue et le citron la fait grimacer tout en riant pour ce premier verre. Elle se cache timidement derrière sa main lors qu'elle retire le quartier vidé de son jus et regarde autour d'elle. Le commentaire de Mali est de mise, elle lui rend un regard complice en pouffant légèrement. Elle se lèche les lèvres, l'acidité encore au bout des lèvres. Elle prend le verre que le russe lui tend et tout en se moquant des gens précédent lève aussi son petit doigt. Dieu que ce réflexe était ridicule mais Lumen était contente que le garçon se déride et se sorte du groupe. Elle se frotte les mains et attend la suite. Mali semblait vouloir la suivre sur le coup et ça lui permit d'oublier la valeur du temps et le présent.

Quand Monsieur se leva de sa chaise, Lumen se sentit ridiculement petite. A cette pensée, Jim Bim s'empressa de lui dire qu'elle n'était de toute manière qu'une petite punaise. Toujours aussi acide, il ne pouvait plus s'empêcher de commenter ses pensées et ne contrôlait de toute manière plus ce réseau de communication.

Se saisissant du citron, Lumen est absorbé par le sourire de l'homme et de sa façon de la regarder. Lumen était toute ouïe pour apprendre. « Comme chez toi hein ? » Ses yeux brillent, lui donnant encore d'autre idées plus emmêlés. Son sourire dévoile toute ses dents. Elle ne rougira pas avant que l'alcool ne l'y oblige. « Ok ! C'est partie ! » Elle mordit sa lèvre un instant. Même étape que tout à l'heure, lèche sa main, y met le sel, tape le verre sur le bois du bar et avale le liquide. Revient lécher le sel de sa main et se saisit entre ses doigts fins de la main de Mali, croque dans le citron. Autant dire que ce premier contact lui donne quelques idées en tête. Et la tequila n'était pas encore monter. Mali fait de même et ça l’électrise. L'ambiance s'installe. Ils se défient et Lumen est largement d'accord pour passer à la suite. Elle ne se contente cependant pas que du verre au final. Elle vient même croquer dans le citron après avoir bu le shooter que Mali lui tendait. L'acidité n'avait plus aucun effet répulsif sur sa langue désormais. Les deux jeunes gens semblent s'amuser et Lumen avait tout oublié des amis qui accompagnaient Mali tout à l'heure. La distance entre eux s'était même réduite au fur à mesure des verres. Elle avale sa salive avant de reprendre la parole.

-Hm maintenant, j'ai ma façon de faire les choses, et ça n'a rien d'australien. Lâche-t-elle d'un sourire carnassier.

Elle l'oblige à s'asseoir à cause de sa taille et se plante devant lui. Le verre plein, elle le laisse un instant et s'approche du beau russe. Elle pose sa main en douceur sur sa mâchoire, l'obligeant à tourner son visage. Lumen vient lécher ouvertement son cou pour y déposer le sel. Elle sent sa réticence et sa surprise, alors elle rigole comme une gamine. « Du calme ! J'ai pas fini. » Elle lui colle le citron du côté de la peau entre les dents. Elle cogne la tequila, vient lécher dans son cou, intercepte vaguement les regards outrés des clients et le sourire amusé du barman. Et comme si elle allait l'embrasser, vient chercher le citron, ses lèvres effleurant celle de Mali au passage, lui retirant le morceau de citron qu'elle avait garder entre ses dents.

La tequila faisait son chemin jusqu'au sang de Lumen et ses joues s'empourprèrent enfin. Elle mord sa lèvre inférieur en souriant, fière de son coup. Depuis le temps qu'elle voulait essayer ce truc. Elle serre elle même Mali. Jim avait tout vu et son soupire s'était perdu dans la musique. Elle était irrécupérable. Mais au moins, Mali avait l'air plus décent que les vermines qu'elle avait pris l'habitude de fréquenter par le passé. Il regarde Nuna, tout aussi intriguée par l'extraterrestre qu'était Lumen parfois. Il aimerait lui dire qu'elle était tout le temps comme ça. Mais là, elle était surtout dans ses bons jours et en clin à s'oublier.
  
MessageMar 29 Sep - 13:45
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche



D'ici, il peut voir tout le détail de la chevelure de Lumen, vue du dessus. Il ne reste pas longtemps focalisé sur sa taille, plutôt happé par la drôle de sensation de se sentir ridiculement petit face à un regard aussi déterminé. Comment peut-on avoir autant de détermination dans un si petit corps ? C'est lui qui est censé maîtriser le jeu à partir du moment où il propose de faire les choses à sa façon. C'est lui qui est censé diriger les choses, avoir l'habitude de le faire et avoir assez d'audace pour l'affirmer. Mais Lumen est un alien qui dépasse l'entendement : ses initiatives et son assurance feraient rougir n'importe quel ego même surdimensionné. Pourtant, celui de Mali est en bonne position dans la compétition, en général.

Ce soir, il accepte volontiers de s'abandonner à la volupté de la soirée, relevée par le goût des citrons qui se succèdent. Il craint brièvement de se faire mordre les doigts, et entre deux verres entend Nuna qui dans son esprit lui rappelle que ce n'est pas une tigresse mais que Lumen est tout ce qu'il y a de plus humain. Peut-être que c'était ce qu'il recherchait. Un semblant d'humanité au milieu de ces âmes animales qu'il emprunte et qui le perdent parfois. Souvent. Lui qui est plutôt café se surprend à apprécier le piquant de la tequila. Un plaisir qu'il ne s'offrait plus, par habitude, depuis qu'il a quitté l'université. Pourtant, la coutume est rapidement retrouvée au vu de la vitesse à laquelle la bouteille se vide. Bientôt, leur ami serveur va leur en proposer une seconde, et il regrette d'avance le fait qu'il va probablement accepter.

« Présente la donc »

Les mains en l'air, il se laisse asseoir de force en riant, sans que ses yeux attentifs ne quittent ses faits et gestes. Au départ animé par une certaine méfiance -qu'elle mette quelque chose dans son verre qui ne soit pas de la tequila ou tout simplement pas de l'alcool-, Mali accepte finalement d'être un peu plus docile. Malgré la froideur des doigts de Lumen contre sa gorge, que n'importe quel autre animal en lui aurait pris pour une menace. Ce soir, elle a de la chance : elle maltraite l'humain.

« Ch'est 'cha ta manière ? » dit-il avec un grand sourire, le citron entre les dents.

Le burlesque de la situation couplé au regard médusé de la jeune femme au bar qu'ils avaient vue tout à l'heure avec ses collègues... le moment est plus que parfait.Pire encore quand la langue de Lumen, chaude contrairement à la tequila qui bien que brûlant le gosier était d'une température suffisante pour lui glisser la chair de poule, vient happer la gourmandise alcoolisée au creux de son cou. Mali ne se départit pas le moins du monde de son sourire lorsqu'elle vient happer le citron qu'elle lui avait flanqué entre ses dents. A l'intérieur de son corps, c'est autre chose que le calme apparent qu'il veut bien lui servir. Ça ressemble vaguement à un feu d'artifice que seule la nuit pourrait éteindre. Il se laisse volontiers servir.

« A mon tour d'essayer. Pardonne moi d'avance, je suis débutant. »

Bien sûr. Par dessus l'épaule de Lumen qu'il fait asseoir à son tour, il capte le regard de Nuna, qu'il saisit comme de l'amusement qu'elle voudrait bien partager avec Jim Bim si la situation ne se prêtait pas exclusivement à la volupté des plaisirs humains. Et puis, elle considère que Mali en a bien plus besoin qu'elle. En reproduisant les mêmes gestes, il lèche le creux du cou de Lumen, près de la clavicule où un sillon semblait déjà prêt à accueillir ce vice, glisse de la même manière un citron entre ses dents coté peau, mais son sourire en coin ne pouvait révéler à Lumen qu'il ne se contenterait pas du sel. Une partie du contenu de son verre glisse "malencontreusement" en direction de son cou, et file à vive allure jusqu'au creux de son décolleté. Mais comme il sait qu'il est observé et qu'il se sent comme un animal en cage, Mali garde la décence de ne prendre du bout de la langue qu'une partie du précieux breuvage. Juste assez pour lui flanquer un frisson dans la nuque lorsqu'il s'arrête à la frontière de sa poitrine.

L'air de rien, il vient récupérer son citron avec les dents en fixant Lumen dans les yeux. Le problème avec ce genre d'entente un peu trop "joviale", c'est que ça finit rarement en histoire pour les enfants de chœur. Et surtout pas en histoire pour les enfants. Il retire son citron de la bouche et le repose sur la table parmi les autres cadavres acidulés.

« J'avais prévenu pour les vêtements. »

Il se rassoit près d'elle, la proximité entre eux ne le dérangeant plus, et leur sert deux autres verres. Les verres de trop qui servent toujours d'excuses aux lendemains.

« C'est le troisième. »

Il tend son verre à Lumen, attrape le sien, et croise son bras pour approcher son verre des lèvres de la jeune femme.

« En général, celui de nous deux qui en renverse le plus sur l'autre est obligé d'accepter n'importe quel pari idiot de l'autre. »

Pas la peine de compter le nombre d'idioties qu'il a pu faire en ayant perdu. Ses amis de l'époque avaient la fâcheuse tendance de secouer son bras pile à ce moment.
AVENGEDINCHAINS
  
MessageMar 29 Sep - 15:12
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 255Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Lumen avait clairement l'intention qu'il en fasse de même. Lumen n'était jamais allée au lycée, du moins très peu, alors encore moins les universités. Toutes ces choses elle les avait ratés et échangés pour une vie sur la route et dans les rues. Elle reprenait ce qui lui revenait de droit. Le fun ! L'accent froid et pourtant exotique de Mali avait le don d'attiser son envie de le titiller. Elle voulait déstabiliser cet homme, juste un instant. Pourtant, il semblait contrôler ses réactions, trop bien même. Il challengeait Lumen de trouver mieux encore. Assise à son tour, le voir la dominer ainsi éveillait chez elle quelques frémissements. Sa langue passe dans son cou et un frisson la traverse. L'alcool ou Mali, elle n'en sait rien, mais la température venait déjà de monter d'un cran. Elle prend délicatement le citron entre ses dents et ne coupe jamais le contact de son regard. Les yeux de Mali avait quelques choses d’envoûtant. Quand l'alcool se renverse, la fraîcheur du liquide la fait sursauter mais le russe ne perd pas le nord. Le mélange froid puis chaud de sa langue, laisse Lumen presque sur sa faim. Elle capte son regard, mais c'est l'australienne qui se montre enfin déstabilisée. Fallait dire, qu'au bout d'un moment, la tequila avait enfin eut raison de son esprit et que les hormones prenaient les commandes. Elle pousse un soupire envieux.

Elle prends le verre. Croise son bras avec celui de Mali, ils étaient proches, probablement trop pour deux personnes qui viennent de se rencontrer, mais les pensées de Lumen les emmenaient bien plus loin que les limites de ce bar.

« Très bien, alors tu assumeras les conséquences. » Un clin d’œil, un sourire, Lumen n'allait pas laisser ce moment la perturber plus longtemps.

Son verre approche des lèvres de Mali, chose qu'elle n'arrivait plus à détacher son regard maintenant qu'elle s'était habituée à l'intensité de son regard. Peu importe l'ordre maintenant. Le sel en premier ou après, elle ne sait plus. Elle avait lécher son poignet qu'elle avait saupoudrer juste avant, le laisse faire, et d'un comme un accord, boit en même temps. Le geste est maladroit, le shooter se lève un peu trop haut, elle redresse le buste pour le suivre, lève un peu trop celui qu'elle tient, elle voit l'alcool couler des lèvres du russe pour chuter sur son menton et son cou. Elle croque dans l'agrume dans un gémissement déstabilisant. Un rire nerveux la prend quand son bras s'éloigne de mali, elle essaye d'essuyer ce qui vient envahir sa peau. Elle repose tout sur le bar. Secoue la tête. L'alcool lui monte encore à la tête et se sent délicieusement fiévreuse.

Elle bondit de sa chaise, ne laisse la chance à Mali d'utiliser sa serviette. Elle vient l'embrasser, brièvement, du bout des lèvres, récupérer l'alcool et le citron mélanger sur l'inférieur de sa bouche avant de se reculer. « Je ne sais pas lequel en a reçu le plus. Peut-être devrait-on se donner chacun un gage non ? ». Faussement bonne joueuse.

Lumen ne se débarrassait pas de ce sourire des grands soirs ou le moment était plus agréable que la vie elle-même. Il avait l'air si sérieux avec son martini tout à l'heure, maintenant il était plus infantile qu'elle ou presque. Sa petite tête tente de passer au dela des effluves d'alcool qui l'embrume et relève ses yeux bleus sur Mali.

« Mali, je te mets au défi de ne pas rentrer avec tes amis ce soir. »

Voilà, comme ça c'était dit, sans être trop direct ou trop vulgaire. Lumen aimait jouer l’ambiguïté mais surtout être courtisé un temps soi peu. Mali était rentré dans ses filets, mais elle aimait ce côté sur de soi et viril qu'il dégageait, elle souhaitait dans un sens qu'il reste cet homme. Son regard glisse sur la piste de danse, oui, ils étaient observés et les rires idiots de ses amis étaient heureusement couvert par le bruit. Elle arque le sourcil. Heureusement Lumen avait de l’entraînement en matière d'alcool. Elle sert les derniers verres, la bouteille s'étant vidé un peu trop vite. Oui demain, elle allait le regretter. Jim Bim aussi le pauvre.
  
MessageMar 29 Sep - 15:41
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche



L'alcool lui monte délicieusement à la tête. Pas comme les soirs tranquille du temps de son célibat sans enfant à siroter un verre de cognac au fond de son fauteuil en cuir à la villa et à écoute de la musique classique. Ou alors le temps passé à peindre dans l'ancien bureau, de la peinture noire ou blanche partout sur son vieux T-shirt avec un pinceau dans la main et entre les dents. L'alcool a tendance à décupler son sens de l'art, ou son imaginaire. Il met le doigt sur des choses qu'il ignorerait en temps normal, trop pris au travail ou trop occupé par ses fonctions. Ce soir ses fonctions sont allées se faire foutre en même temps que Matthew et Antoine un peu plus loin dans le bar. En charmante compagnie sans doute ; pas autant que Lumen. Leurs charmants compagnies n'ont pas la langue aussi pendue et l'alcool aussi joyeux. Son entourage n'a jamais l'alcool joyeux, ils font semblant de discuter des problèmes du monde à travers l'ambre musquée d'un vieux whisky.

« J'assume toujours »

Un peu moins lorsque la moitié de leurs verres respectifs s'en est allée quelque part sur leurs tenues. Elle sur ses épaules et venant faire briller le noir un peu triste de sa robe, et lui le col de sa chemise où il rêverait, rien que pour le fantasme, de la voir y déposer du rouge à lèvres. Il sent la fraîcheur du tissu lui mouiller la peau, mais ignore les effets secondaires de leur taux d'alcoolémie au profit. Il fait mine de sécher le col de sa chemise en le secouant brièvement et attrape une serviette sur la table. Qu'elle ne lui laisse pas le temps d'employer. Ses lèvres ont un goût prononcé de citron et d'alcool. Cela va de soi. D'indécence aussi. Il se pince les lèvres après coup et l'observe sans savoir quoi faire. D'habitude, les initiatives viennent de lui.

« Les mauvais perdants disent toujours ça ! » Silence. Il sourit. « Et utilisent toujours des moyens déloyaux pour le faire oublier aux gagnants, d'ailleurs. »

Référence au baiser plus ou moins volé. Il recule sur son siège et croise les bras en écoutant attentivement son défi. Son regard parcourt un instant la salle derrière elle, offerte aux danses les plus sobres et aux rires à gorge déployée les plus hypocrites. La perspective de Lumen est engageante, sachant que ses collègues ne lui tiendront rigueur de sa fuite que parce qu'il a trouvé une compagnie plus agréable que la leur.

« Je suis sûr qu'ils ne m'en voudront pas. »

Comme ils sont observés, Mali les salue avec un large sourire moqueur, et s'intéresse de nouveau à Lumen et aux verres qui n'en finissent plus. Heureusement que la bouteille est vide, maintenant. Il lève de nouveau son verre dans un geste moins assuré que les premiers verres, et répète le geste précédent en tendant son verre à Lumen. Avec un soin approximatif qu'il s'évertue pourtant à garder. Sa robe risquerait d'être trempée à la fin de la soirée et il faudra trouver un moyen de la faire sécher. Un peu comme sa chemise.

« Je te mets au défi de fuir avec moi ce soir. »

On y est. Le regard médusé-amusé de Nuna. Dans sa folie passagère, Mali trouve un nouvel adjectif pour ce regard. Mémusé. L'alcool parle pour lui. Demain va être compliqué à gérer.
Mais pas ce soir.
Les verres terminés, il montre à Lumen d'un signe de tête ses collègues qui leur ont légèrement tourné le dos pour reprendre leur conversation avec les jeunes femmes accoudées au bar, et sans lui dire le moindre mot, pose l'argent sur le comptoir sous la bouteille, prend la main de Lumen et s'enfuit avec elle jusqu'à ce qu'ils retournent dans le hall du grand complexe hôtelier. Leur départ n'a pas du être excessivement discret, surtout avec Bambi et Jim Bim dans leur sillage. Et vu les éclats de rire gamins qu'ils laissaient derrière eux.

« Oups. »

Mali se retourne vers Lumen et l'observe briller sous le chandelier en cristal du haut plafond avec un air de canaille. Même mouillée de tequila, elle a quelque chose qu'il n'arrive pas à attraper. C'est encore mieux.

« Sale gosse. » marmonne la biche, plus pour elle-même et Jim Bim que pour Mali. Le concerné sourit et approche sa bouche de l'oreille de Lumen.
« Il va falloir remédier à ce manque d'alcool. Soit on va à la supérette d'en face et on revient se planquer ici, soit on vide le mini-bar d'une des chambres. »

Un oeil jeté vers l'homme et la jeune femme qui tiennent l'accueil de l'hotel à cette heure là, et il reprend, très sérieux. Trop sérieux pour son état d'ébriété.

« Mais j'ai plus de citrons. On fait comment ? »

AVENGEDINCHAINS
  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant