Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Pansements de toutes sortes › Kelly

 
  
MessageVen 1 Juil - 19:35
Groupe
avatar
InvitéInvité
Sans grande surprise, Kelly et Mattheus ne semblent pas être convaincus par ce que Bhaga avait dit. Il n'allait pas se laisser décourager par aussi peu d'enthousiasme. Il en avait à revendre, il en avait pour eux et puis pour moi en plus. Je connaissais très bien mon daemon, je savais qu'il en avait énormément, mais je doutais après cette journée. Si la journée était plus au moins fichue, la suite n'avait pas à l'être me semblait être une manière un peu plus réaliste. Certes, peut-être qu'il n'y aurait pas de suite à cette rencontre dans cette place. On passait le temps et ensuite nos chemins allaient se séparer, cela arrivait parfois. Cela aurait pu arriver, lorsque la jeune femme décida d'aller se promener. J'aurais pu décidé de rester là, de ne pas la suivre. Ce que je n'avais pas fait. Où cela allait-il nous mener ? À part dehors ? Je n'en savais rien. Je n'étais pas du genre à me questionner sur mes relations avec les autres qui pouvaient être assez fluctuantes. Je savais très bien que je n'étais pas la plus sociable ni la plus facile d'approche et que je pouvais facilement m'emporter au moindre petit signe non écologique par exemple, tout comme que j'étais souvent celle qui ne voulait pas faire la fête ou qui ne comprenait pas l'intérêt de faire une activité dite de jeune. J'étais mature, concentrée sur mes études et plutôt sage. J'étais coincée en somme et je le savais, ça ne plaisait pas à tout le monde et je le savais aussi.

Il était normal qu'ils ne se dirigent pas vers l'extérieur. Kelly ayant menti à propos du pourquoi elle était là. Elle recherchait une petite fille. Dans le chaos ambiant je comprenais parfaitement qu'elle ait pu l'avoir perdu. Je n'étais pas de celle qui allait juger car elle avait perdu une enfant. Vu mon très bas niveau avec les enfants, je ne pouvais pas du tout le faire. Je n'étais pas du tout attirée par eux. Je ne voulais pas en avoir, car je trouvais qu'on était trop sur Terre. Sauf que je n'allais pas me mettre à tuer n'importe qui, encore moins à devenir terroriste. Je n'avais donc aucune raison de ne pas l'aider à retrouver la petite fille. Tout aussi peu attirée que je l'étais envers les plus jeunes, je ne pouvais pas non plus rester complètement insensible. N'importe quoi aurait pu lui arriver, autant s'assurer qu'elle soit sauve. Et ma conscience (un certain axolotl) n'allait pas non plus me laisser tranquille si je ne l'aidais pas. Sans lui aussi, je n'aurais pas eu la conscience tranquille de toute façon.

Bhaga se mit à baragouiner un air, que des nananas en fait, d'espionnage. Niveau subtilité on repassera. En espérant que personne ne l'entende ou ne trouve ça trop louche. Je regardais mon daemon avec des gros yeux, ne sachant pas trop comment ils allaient le prendre. Il était bien pratique pour casser la glace, mais ensuite, je ne savais jamais ce qui allait se passer. — À deux on doit avoir plus de chance de la retrouver. supposais-je. C'était ma manière d'accepter de l'aider. — Elle ressemble à quoi ? demandais-je, quelques secondes plus tard. Ce serait déjà un début. Je voulais bien chercher, durant quelque temps tout du moins, mais si je ne savais pas à quoi ressemblait la petite fille, ce serait encore pire que de chercher une aiguille dans une botte de foin. Au moins, on savait à quoi ressembler l'aiguille. Bref, en espérant qu'elle soit en sécurité, quelque part, pas blessée. Chez ses parents peut-être. — Tu peux pas l'appeler ? Elle était peut-être assez vieille pour avoir un cellulaire... de ce que je savais, il y avait même des téléphones pour les plus jeunes avec quelques numéros d'enregistrés automatiquement.
  
MessageDim 11 Sep - 3:23
Groupe
avatar
Date d'inscription : 10/08/2010Nombre de messages : 3846Nombre de RP : 361Âge réel : 24Copyright : MerenwenAvatar daëmon :
Kelly McAllisterADMIN-SEMI-DIABOLIQUE
♣ || Flamboyante Flamby
Un ange est passé. J’ai cru pendant un moment que Yaksha allait me laisser partir seule ou pire, qu’elle allait me dénoncer à une infirmière. Après tout, je ne la connais pas vraiment et je n’ai aucune idée de ses valeurs, ou de ce qu’elle considère comme bien ou mal. Je m’en veux un peu de me méfier, mais d’un autre côté, je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre.

Mes doutes ne durent pas très longtemps. Ils se volatilisent dès que j’entends à nouveau la voix de Bhaga, qui, du fond de son bocal, se met à chantonner un air tout droit sorti de Mission Impossible. C’est tout sauf discret, le regard que lui coule sa daemonienne en dit long sur ce qu’elle pense de cette soudaine trame sonore. De mon côté, je ne peux me retenir de rire, malgré tout ce qui se passe, les blessures de Matt, la disparition de Louise et Mali. Je trouve l’initiative du petit daemon particulièrement drôle. Je pose une main sur ma bouche pour tenter d’étouffer mon rire, question d’éviter qu’on se fasse repérer. Mattheus, qui tente péniblement de se lever sur son fauteuil roulant, secoue la tête.

– On n’ira pas très loin avec un tel vacarme, nous gronde-t-il, amusé.

Quelle bande de boulets nous sommes.

Yaksha accepte finalement de m’aider, déclarant qu’à deux, nous auront plus de chances de retrouver la petite. Soulagée, je lui jette un regard reconnaissant, puis entreprends de lui faire un bref descriptif de la cible.

– C’est une petite fille, deux ans, brune, daemonienne. Elle s’appelle Louise et son daemon a un nom évolutif, quelque part entre « Nours » et « Miou ».

Mattheus et moi avons décidé de le nommer « bébé daemon » jusqu’à ce qu’il possède un nom officiel. C’est moins compliqué comme ça.

– Tu peux pas l'appeler ?
– Non, elle n’a pas de téléphone, dis-je, dépitée, en secouant la tête.

Voilà bien l’une des seules situations où donner un téléphone à un bébé pourrait s’avérer pratique. La question de Yaksha me rappelle cependant l’existence de mon propre portable. J’attrape l’appareil dans la poche arrière de mon jean, l’allume et parcours les photos pour ensuite le tendre à la jeune femme.

– Tiens, c’est elle. La dernière fois que je l’ai vue elle portait ce chandail.

Je lui montre une selfie prise quelques semaines plus tôt. Je suis assise sur un banc, au parc, Louise sur les genoux. La petite souris de toutes ses dents pendant que son daemon, sous la forme d’un chiot, tire l’oreille d’un Mattheus blasé. Mon cœur se serre à la vue de son visage. J’ai passé tant de temps, par le passé, à me convaincre que je détestais les morveux, et me voilà à me préoccuper d’une fillette comme s’il s’agissait de mon propre enfant. Jamais je n’aurais cru une telle chose possible, pourtant…

Après quelques essais infructueux, mon daemon parvient à se lever. Ses pattes toujours ankylosée par les sédatifs le soutiennent enfin suffisamment pour lui permettre de rejoindre le sol et de boitiller à mes côtés. Je parcours une nouvelle fois le couloir des yeux. Tout est beaucoup trop calme, ils ne doivent pas garder les enfants ici. Mon regard se pose sur une porte fermée, tout au fond, qui mène visiblement à une autre section de la clinique. Objectif en vue.

– Allons-y.

J’abandonne le fauteuil roulant et m’engage dans le couloir, jetant de rapides coups d’œil à travers les portes entrebaillées que nous croisons. Les salles sont toutes vides, ça fait presque froid dans le dos.

– Merci, au fait, dis-je à la jeune femme et à son daemon. Je suis contente que vous soyez là.

Rien n’oblige Yaksha à me suivre dans mes conneries, mais elle le fait quand même et sa présence – ainsi que l’enthousiasme envahissant de Bhaga – m’aident à ne pas péter les plombs. Si j’avais été seule, je serais probablement en train de courir dans tous les sens en criant le nom de Louise.

Spoiler:
 
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2