C'est toi qui a coupé l'eau ?

 
  
MessageDim 28 Fév - 22:07
Groupe
avatar
InvitéInvité
Se réveiller comme ça le matin quand on sait qu'on a la journée devant soi, c'est un sentiment si plaisant, tu trouves pas ? Moi si, c'est d'ailleurs un de mes sentiments préféré. En effet, aujourd'hui, pas de travail et aucune obligation d'aucune sorte. Si, il y aurait bien un peu de ménage chez moi à faire mais ... Je ne suis pas chez moi, dommage, non ? En plus, la fenêtre sans rideau et le soleil clair m'indique que la journée sera on ne peut plus belle.

Platypus est là, couché sur le dos comme à son habitude. Il bâille un large coup et nous nous regardons un moment, les yeux encore plein de sommeil en se demandant qui de l'un ou de l'autre va commencer à faire le pitre. Pour ma part, je n'ai pas d'idée, mon esprit bouillonne, il faut que je trouve avant lui une bêtise à faire mais ce n'est pas facile de rivaliser avec une loutre de 40 kg conditionnée pour les fadaises.

Effectivement, il a trouvé en premier en déviant légèrement son regard du mien, vers la fenêtre, et en criant "Hé mais ... Il neige ?". Comme la nouille que je suis, je tourne à mon tour le regard étonné vers cette fenêtre où je n'avais vu qu'un soleil brillant sans nuage et il m'assène un coup d'oreiller derrière la tête en me qualifiant d'un magnifique "Irréductible crédule !". Pour ma part, je ne suis pas en reste en tirant d'un coup sur la couette sur lequel Platypus se tient sur deux pattes, le renversant en arrière dans la foulée. Alors que nous nous apprêtions à jouer le second round et à nous lancer l'un vers l'autre, une délicieuse odeur de chocolat chaud nous prend aux narines à tous les deux. S'il est facile de nous bagarrer, il est encore plus simple de nous mettre d'accord. J'emmitoufle alors ma loutre dans le reste de la couette afin d'avoir de l'avance et je m'engage au pas de course dans le couloir. Très vite j'entends des bruits de pattes au galop. Pour ma part, je saute par dessus la balustrade et suis dans la cuisine en un rien de temps qu'il faut pour le dire.

"Salut mon p'tit Papa, Maman à fait du chocolat chaud maison ? Il en reste ?"

Mon géniteur se retourne vers moi et me lance un regard chaleureux comme il en a le secret. Il m'ébouriffe les cheveux et je fais celle qui a horreur de ça, comme à nos habitudes.

"Petite ingrate, sache que c'est moi qui l'ai fait."

Je souris et flaire le danger venir comme un troupeau d'éléphants dans un magasin de porcelaine.

"Annonce la couleur, tu as quoi à me demander ?"

"Un père n'a pas le droit de faire plaisir à sa fille préféré ?"

Je le regarde, interdite avec autant de sérieux et de colère dont je suis capable à cet instant précis. Ce qui signifie que j'essaye vainement de ne pas sourire devant cet air tout penaud qu'il me lance alors.

"J'ai une course à faire, c'est le jour de repos de Kyllian. Je ... Enfin, je sais que tu n'es pas ..."

"Bon ! Je dois faire quoi ?"

"Juste accueillir les clients le temps que je revienne, prendre les rendez-vous, tout ça, rien de plus. Je t'aime ! A plus tard !"

Et il s'en va. A dire vrai, ça allait être plus simple que je ne le croyais. Dans le pire des cas, il en aurait pour une heure ou deux, pour ma part, j'avais justement à faire sur ma propre voiture. Je finissais alors mon chocolat chaud en soupirant de frustration parce qu'il faut bien sauver les apparences.

J'arrivais pour ouvrir le garage avec un peu moins de dix minutes de retard : le temps de faire prendre sa douche à Platypus, de l'en virer, de prendre ma douche à mon tour, de l'engueuler pour avoir coupé l'eau alors que j'étais toute savonnée, de le menacer puis de nous réconcilier et de faire une bataille d'eau dans la salle de bain ...

Bien entendu, je m'étais habillé aussi peu conventionnellement pour la mécanique que je le pouvais : un legging et une tunique. C'était ce que j'avais prévu de porter, je n'allais pas tout chambouler maintenant.

Je me détendis quand je vis que personne ne faisait déjà le pied-de-grue devant le garage. C'était en réalité ce que je redoutais : qu'un inconnu m'engueule de but en blanc sans raison, et allez savoir pourquoi, ça arrivait particulièrement souvent dans un garage en particulier quand on est petite, menue et blonde. Les gens sont tellement stressés, c'est fou !

Bon, patience donc et rapidement je m'ennuie ... J'attendais vingts minutes et toujours personne. Je décidais donc de regarder ce que je devais changer dans ma propre voiture, cela m'occupera. Malheureusement, ce n'était pas grand chose et j'arrivais bientôt à bout de ces plaquettes de freins. Dépitée, je me disais que j'allais laver un coup le garage à grandes eaux. C'est que les hommes ne s'occupaient pas tellement de l'aspect 'propre' de cet endroit et c'est bien dommage. Oui, P'pa, je parle de toi là !

Je prenais alors un seau et commençais mon nettoyage. Un coup d’œil m'indiquais qu'il n'y avait toujours aucun client, tant mieux, j'allais pouvoir tricher un peu. D'un geste, je lançais des trompes d'eau qui vinrent capturer toute la crasse accumulée. Une fois sale, je n'avais qu'à changer l'eau pour de la plus propre. L'avantage était qu'à peine l'opération finie, c'était déjà sec.

Platypus vint rapidement se prendre au jeu et s'amusait à essayer de chevaucher les attaques aqueuses que je menais contre les terribles armées du commandant saleté ! Rapidement, je ne pensais même plus à vérifier la probable arrivée de clients. D'ailleurs, j'avais bientôt fini ! Rien ne servait de s'assurer que ...

... Je me sentais étrange ... Et d'un coup, ce fut comme une décharge, toute l'eau en suspension en l'air se déversa le sol malgré le fait que j'avais toujours les bras en l'air et que je n'éprouvais aucune difficulté à la maintenir. Mes pieds furent inondés et je restais particulièrement perplexe devant mon incapacité à y faire quoi que ce soit. C'était que je savais pas où étaient les balais et les raclettes moi !
  
MessageDim 13 Mar - 16:48
Groupe
avatar
Date d'inscription : 06/11/2015Nombre de messages : 200Nombre de RP : 42Âge réel : 22Copyright : Aki'Avatar daëmon : Margay mâle
Areli NoraNothing will be the same...
Décidément, son don inventait tous les jours de nouvelles façons de lui taper sur les nerfs! Areli soupira alors que, calée dans son siège dans le bus, Eclipse sur les genoux, elle s'entêtait à réduire au maximum la portée de son don. Le margay était roulé en boule sur ses genoux et même si elle sentait sa présence mentale et le voyait ouvrir les yeux de temps en temps pour lui jeter des coups d’œil ou regarder par la fenêtre, elle le sentait plus spectateur qu'autre chose et doutait qu'il propose de l'aider. Elle se débrouilla donc comme elle pu avec son don en espérant qu'au moins, elle ne gênait personne, car il y avait pas mal de monde dans le bus ce jour là. Il faut dire qu'il faisait particulièrement beau, cela donnait envie de bouger, mais comme Areli n'avait pas de moyen de transport, elle n'avait d'autre choix que d'utiliser les transport en commun. Elle se décida néanmoins à quitter le confort du bus en entendant quelqu'un râler qu'il n'arrivait pas à utiliser son don. Sans rien dire, elle descendit au prochain arrêt sous les râlements mentaux d'Eclipse, qui s'était installé sur ses épaules.

Tu n'étais pas obligée de partir à cause d'eux, il ne restait plus beaucoup de route!
Justement, on peut terminer à pied. En plus il y a un petit parc juste à côté, regarde, on peut aller y faire un tour! On est pas pressés de toute façon, je doute que Kyllian soit au garage à cette heure.


Eclipse fit la moue, mais ne répliqua rien. La mexicaine ne savait pas pourquoi il tenait tant à aller voir l'ancien rebelle. Ils n'avaient pourtant pas d'entraînement de prévu, que se soit pour qu'Areli contrôle son don ou apprenne à se servir d'une arme à feu, ce dernier type d'entraînement se déroulant d'ailleurs plutôt en forêt. En plus, elle allait plutôt bien en ce moment côté cauchemars, et son don ne l'embêtait pas trop... Bon, sauf aujourd'hui où il semblait prendre un malin plaisir à s'étendre de façon aléatoire et sans qu'elle y puisse grand chose. Fort heureusement, ça restait dans les limites du raisonnable et cela l'épuisait peu, alors elle préférait profiter du beau temps plutôt que de se casser la tête avec ça. Et puis elle avait confiance en son âme pour l'avertir avant qu'elle ne soit trop crevée.

Et puis il y avait vraiment un petit parc à côté de l'arrêt de bus où ils étaient descendus. Areli s'approcha d'une marre, attendrie par la vue de canetons tandis qu'Eclipse demandait mentalement s'il pouvait en croquer un.

Je ne pense pas qu'on ai le droit, tu sais.
Pourquoi? Ce n'est pas une espèce protégée, si?
Et puis tu ferais comment, gros malin? Tu ne vas pas chasser sous le nez de tout le monde!


Ce dernier argument réussi à convaincre le margay de se tenir tranquille. Il pouvait en effet difficilement attraper quoi que se soit dans un espace si découvert, si différent de son milieu habituel de chasse, la mère des canetons aurait trop vite fait de le repérer. Et il faisait encore un peu trop froid pour lui donner envie de faire trempette.

Ils se promenèrent donc un peu, puis Areli sentit soudain une certaine hilarité chez son daemon. Elle chercha à toucher son esprit pour voir ce qui l'amusait ainsi, mais il cherchait volontairement à lui cacher l'objet de son amusement. Sentant qu'il venait de tourner la tête, l'étudiante se tourna vers lui, surprise puis regarda autour d'elle sans trouver la raison de son hilarité. Elle continua son chemin sans faire attention aux quelques regards qui se posaient sur elle, trop habituée aux humains qui n'étaient pas encore totalement habituées aux daemoniens pour se rendre compte que parmi eux, il y avait aussi des daemoniens, et elle finit par sortir du parc pour continuer sa route vers le garage.

Elle était presque arrivée lorsqu'elle s'arrêta, songeuse. C'est vrai qu'elle avait envie de voir Kyllian, mais elle se doutait qu'il ne serait pas là si tôt, pourtant Eclipse insistait, mais qu'est-ce qu'elle allait dire si elle tombait sur Beth et Daryl? Ils étaient adorables mais elle avait encore oublié d'amener un cadeau...

Pas grave, ils ne t'en voudront sans doute pas, la rassura Eclipse.

Pas faux, mais quand même. Vu leur gentillesse, elle se sentait mal à cette idée, même si elle avait une bonne excuse, à savoir qu'elle était relativement fauchée. Enfin, tant pis, il était trop tard pour reculer!

Elle commença à entrer et ne se rappela que son don faisait des siennes qu'en arrivant en vue du garage et en voyant des trombes d'eau s'étaler par terre sous le regard surpris d'une jeune femme qu'elle ne connaissait pas.

Oups...

Areli s'était arrêtée pour ramener son don à la normale en toute hâte histoire de ne plus gênée l'inconnu - peut-être la fameuse Demelza, la fille de Daryl et Beth - lorsque quelque chose de tout petit lui rentra dans le pieds par derrière.

Surprise, Areli baissa la tête et vit un caneton reculer un peu avant de fixer son regard attentif sur elle.

- Mais qu'est-ce que... Eclipse, ne me dit pas que c'est ça qui te faisait rire tout à l'heure?! Lâcha-t-elle à haute voix, surprise.

L'intéressé parti dans un éclat de rire.

- Et tu ne le remarques que maintenant! Il te suit depuis le parc pourtant je te signale! On dirait qu'il te prend pour sa mère, c'est trop chou. Et puis il devrait se laisser croquer, non?
- Ça ne va pas?! S'exclama Areli. Tu aurais du me le dire avant, maintenant ça va être impossible de le ramener à sa mère, il ne voudra plus me lâcher! En plus j'aurais pu le distancer sur la route, il aurait pu se faire écraser...

Areli mit sa tête dans sa main en signe de dépit tandis qu'Eclipse continuait de rire. Comment est-ce qu'elle allait gérer ça? Heureusement qu'elle avait marché lentement! Le caneton la fixa, toujours collé à ses basques, et émit un petit piaillements avant de se tourner vers l'intérieur du garage. Se rappelant soudain la jeune femme aperçue plus tôt, Areli reporta son regard vers l'avant pour voir si elle avait réussi à réduire son don assez pour que l'autre personne puisse utiliser le sien et remédier à l'inondation involontaire.
Page 1 sur 1