Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

Stella ˣ sometimes it hurts to breathe

 
  
MessageDim 8 Mai - 22:21
avatar
InvitéInvité

Stella Ariel Hampton






Stella un monstre, une abomination. Elle est de ceux qui vivent la bouche grande ouverte et les yeux vides de sentiments. Comme un cadavre sur le bord de la route, elle regarde le monde défiler sous ses yeux, glaciale et insensible. La vie semble courir sur sa peau, faire battre son cœur, cligner les paupières, sans jamais pourtant vraiment l'animer. Elle ressemble à ces marionnettes de cires, ce teint blafard et ces membres articulés. A l'âme de pierre et la poitrine vide. Elle a cet air constamment blasé, constamment désintéressé ; des autres et de la vie en générale. Elle lève les yeux vers vous, souffle sa fumée blanche et lâche doucement que vous pouvez tracer, qu'elle n'a pas besoin de vous. Elle peut parfois paraître froide, hautaine ; elle ne sait pas y faire avec les autres - on ne lui a jamais appris - et ne s'est de toute façon jamais embarrassée de phrases de courtoisies. Stella est cash. Stella est dure. Elle vous crache ses pensées, ses impression et ses préjugés à la gueule, sans tact ni retenu. Elle se fiche bien du mal qu'elle cause, de l'effet que sa franchise a.

Ses amitiés sont éphémères. Ses sentiments, volatiles. Stella est trop compliquée, trop difficile a suivre. Elle sourit. Hurle. Pleure. Aime. Rejette. Pardonne. Rechute. Frappe. Mord. S'excuse. Les émotions s’emmêlent, son corps se déchaîne. Puis elle atteint sa limite et elle se force à oublier. Tout. Elle a joué, elle a cru apprécier, mais il lui reste cette vague sensation que tout est faux. Qu'elle a inventé. Qu'elle a poussé son esprit à créer, à se mentir à lui-même, pour ne plus être seule. Alors elle part, du jour au lendemain, une lettre sur la table. Lâche et honteuse. Elle dit qu'elle n'en peut plus ; qu'elle étouffe. Et elle recommence. Le même schéma, les mêmes conneries. Avec quelqu'un d'autre. Stella tâtonne. Stella se perd. A chaque fois, elle y croit ; à cette petite étincelle qu'elle sent flamber dans le creux de son cœur vide. Et à chaque fois, elle se trompe.

Stella vit la nuit. Elle aime la lueur de la lune, le calme nocturne.
Dev Nerd Girl - RPG Stuff

« Elle avait ton parler, elle avait ton sourire, cet air doux et rêveur qui ne peut se décrire. »
Stella - Ariel pour son daemon - Hampton est née sur le sol Américain, à Oakland, en Californie. Elle erre dans ce monde depuis vingt-quatre ans ; elle dit n'être vivante que depuis vingt-deux. Elle possède quelques origines allemandes, du côté de son grand-père maternel. Elle parle maladroitement la langue, bien mieux à l'oral qu'à l'écrit. Jusque là, ses rares expériences ont été tournées vers les hommes, mais de plus en plus elle sent son regard glisser, dériver vers les courbes des femmes. Pendant longtemps elle a espéré être une gamine comme les autres ; une simple citoyenne, un passager de ce monde. Mais elle s'est trop cachée, s'est trop faite oubliée, et ne vit maintenant plus que dans l'ombre, sans argent, sans métier et sans papier. Elle vit actuellement dans l'arrière-boutique d'une fleuristerie abandonnée, dans le Bronx. Qui sait ce qu'elle y fait pousser ?

On dit - parce que personne n'en est vraiment certain - qu'elle manipule le sommeil. Les limbes de l'inconscience. Qu'elle peut s'infiltrer en vous lorsque vous fermez les yeux. Voir ce qui vous hante. Modifier ce qui lui plait. Violer votre intimité. On murmure qu'elle aurait un accès total à ce monde parallèle, à vos peurs et fantasmes. Qu'elle peut tout changer, tout modeler selon ses envies, sans que vous n'en ayez conscience. Que sa seule limite, sa seule barrière, c'est l'imagination. Qu'elle crée, façonne, détruit, reconstruit aussi vite que sa pensée fuse. Il parait que l'exercice de son pouvoir rend le sommeil agité, comme si la phase lente profonde n'existait pas. Que lorsqu'on se réveille, on ne se souvient plus. Ni du cauchemar, ni de sa présence. Que les murmures de vos songes se dissipent dans sa magie du soir. Elle est l'oracle des rêves ; elle est la reine des abysses.


Alphard


Hydre de Lerne ; la solitaire.

Alphard est une étoile. Alphard est une lueur perdue dans l'espace. Stella lui a donné beaucoup d'appellations - daemon, l'autre, la bête - mais c'est le nom de cet astre, de cet immense corps gazeux, qui est resté dans les mémoires. Dont elle est tombée amoureuse. Elle feuilletait les livres anciens, religieux et mythologique, lorsqu'elle a découvert la constellation de l'hydre ; la constellation de son daemon. Ce fut une évidence, une vérité soudaine. Alphard était là. Le cœur du dragon. Brillante et solitaire. Elle a relevé la tête, fermé les yeux et murmuré ces deux syllabes. Doucement. Lentement. Pour ne pas les briser, comme si les prononcer à voix haute allait les fissurer. Et Alphard avait cligné ses douze yeux, hoché ses six têtes et poussé son long sifflement de serpent.

Elle a cette allure imposante de dragon, cette posture supérieure qu'on les grands mythes, les légendes vivantes. Du haut de ses deux mètres et demi, elle surplombe le monde et y pose un regard - des regards ? - froid et impassible. Depuis sa stabilisation, elle impose silencieusement le respect, parfois même la peur, de par sa carrure, ses innombrables têtes et ses indénombrables crocs. Elle est un cauchemar vivant, une créature de l'ombre, une hydre carnassière sur Terre. Certains disent qu'elle tient plus du serpent, d'autres du dragon, mais la vérité est qu'Alphard n'est ni l'un ni l'autre, ou alors les deux en même temps. Elle possède le buste d'un gigantesque reptile, des pattes trapues ornées de griffes et une longue queue d'écailles. Contrairement aux dragons, Alphard ne possède pas d'ailes ; l'hydre est supposée vivre dans les marais et non dans les cieux. A hauteur du garrot, peut-être même légèrement au-dessus, sa carapace d'écailles semble se déchirer, se multiplier, pour former six longs cou et autant d'immenses têtes de serpent. A l'inverse de la légende, leur haleine n'est pas mortelle, mais les rangées de crocs qui les ornent restent tout aussi dangereuses.

Il est parfois dit qu'au commencement, les hommes avaient quatre bras, quatre jambes, deux têtes, une âme et que c'est Zeus, jaloux de leur perfection, qui les scinda en deux. Stella, elle, avait deux jambes, deux bras, quatre pattes et sept têtes. Elle devait être si belle, si douce, que les dieux la mutilèrent, la déchiquetèrent. Alphard est ainsi née, une moitié d'âme, l'autre part d'un cœur blessé et torturé. Elles se ressemblent, elles s'assemblent et ensembles, ne se sentent plus si seules. Alphard est une présence constante, une oreille attentive, un bouclier contre la peur, contre les autres, contre le monde. Elle protégerait Stella coûte que coûte, quitte à broyer des os, quitte à sectionner des membres, quitte à tuer ; l'hydre irait même jusqu'à enfermer sa daemonienne dans la plus haute tour du plus haut donjon pour qu'elle soit en sécurité. Et si Stella n'aime personne, si elle n'a rien à donner, cette règle ne s'applique pas à Aphard ; elles ne forment qu'un. Pour toujours.





My story is a long story...






Il dit que c'est pour la vie.
Ah oui ?
Que l'amour est pur.

Tu crois ça ?
Je sais pas.
Et elle se laisse aller. Trébucher. S'affaler. Où, sur quoi, sur qui, elle n'en sait rien. Elle s'en fiche un peu. Elle tente de rire. Se contente de sourire ; un sourire faible. Pensif. Presque triste. Ses yeux se perdent. Elle a le regard vague. Autre part. Dans son monde.
C'est des conneries.
Tu penses ?
Et tu vas tomber dedans.
Oui.
Elle ferme les paupières. Se sent dégringoler. L'univers commence à tourner. Elle ne sait plus où elle est. Ce qu'elle faisait. Son esprit embrumé ne se souvient plus que du là, du présent, du maintenant. De ce sentiment de bien-être qui surpasse tout. Tout. Excepté peut-être la solitude.
Puis elle la sent, cette chose qui tente de s'infiltrer entre ses lèvres. Tout son être l'accepte. Elle ouvre la bouche. Attrape ce corps étranger. Inspire une longue bouffée de nicotine et de drogue mêlées.
Tu vaux mieux que ça.
Mieux que lui ?
Mieux que le monde entier.
...
Il dort, la tête posé sur ses genoux. Elle le caresse machinalement. Sans vraiment y prêter attention. Entre les deux oreilles. Sous le menton, parfois. Il n'est pas stabilisé ; aujourd'hui il a la forme d'un gros chat. De son autre main, elle écrase sa clope. En rallume une autre. Se grille les poumons. Ne s'en soucie même pas.
Ils savent.
Qui ?
Le monde.
Et ?
Rien.
Sa main abandonne la douce fourrure de son daemon. Elle attrape le journal. Le tend devant elle. Y met le feu. Et c'est dans le plus grand calme, dans la plus grande sérénité, qu'elle le regarde brûler.
Penses-tu parfois au futur ?
Jamais.
Et au passé ?
Encore moins.
Elle se retourne. Froisse ses draps. Tire sa couette. Pose les yeux sur la silhouette sombre d'un pangolin. Il est replié sur lui-même. Une véritable boule d'écailles. Froide et rugueuse. Parfaite et impénétrable.
Moi oui. Parfois même, je regrette.
Quoi donc ?
De ne pas être normale.
J'appelle ça être fade.
Elle lâche un long soupir. Se rallonge sur le dos. Fixe son plafond faussement étoilé par des astres phosphorescents. Sa main tâte le bois rugueux de sa table de chevet. Y attrape un paquet de cigarette. Le ramène jusqu'à elle. Malgré l'obscurité presque opaque, elle y jette un œil. Vide. Se mord frénétiquement la peau intérieure de la joue.
Pourquoi cette aversion ?
Combattre le feu par le feu.
Ils ne te haïssent pas.
Mais ils te haïssent, toi.
Tu l'as largué ?
Oui.
Pourquoi ?
Parce que je ne l'aimais pas.
Je te l'avais dis.
Pourquoi fais-tu demi-tour ?
Tais-toi.
Son cœur s'emballe. Sa respiration s’accélère. Ses pas se font rapides, presque suspects. Son corps se crispe, ses muscles se tendent. Dans la poche centrale de son sweat, elle sent son deamon se raidir, prisonnier d'une peur qui n'est pas la sienne. Elle le sent, l'entend gémir ; perplexe et inquiet. Elle ne l'écoute pas, elle-même troublée. Perdue.
Y'avait cette fille à l'entrée. Ils l'ont fouillé.
Elle s'engouffre dans une rue parallèle. Quitte la grande place. S'éloigne de plus en plus de son université. Accélère encore. Elle sent le tissu de ses vêtements se tordre, son deamon se débattre pour sortir. Sa main plonge dans sa poche. Enserre son petit corps. L'empêche de bouger davantage. Elle ne grimace même pas lorsque deux incisives de rongeur se plantent dans sa chair.
Elle cachait une mygale. Elle a tenté de fuir.
Elle s'arrête. Secoue la tête. Lève les yeux vers le ciel. Comme une prière. Dans sa main, son daemon s'est calmé. A cessé de bouger. Il sent l'incompréhension, la peur et le désespoir courir dans ses veines. Dans leurs veines. Et avant même qu'elle n'ouvre la bouche, il sait déjà.
Ils en ont abattu un. L'autre est mort avec.
Elle a les traits tirés. Les yeux cernés. Les cheveux en bataille. Elle n'a pas pu fermé l’œil de la nuit, encore hantée par cette fille et son daemon. Lorsqu'elle ferme les yeux, elle revoit tout. La violence. Les coups de feu. Le sang et la poussière s'évaporant dans l'air. Elle se mord la langue. Sent le goût métallique du sang lui inonder la bouche.
Il ne t'arrivera rien.
Comment en être certain ?
Parce que je suis là.
Elle baisse les yeux. Esquisse un sourire. Lui offre une caresse. L'immense tête de serpent posée sur son ventre frémi au contact de sa main. C'est la première fois qu'il prend cette allure d'hydre, cette apparence d'un monstre d'écailles et de muscles. Elle se sent petite. Fragile. Mais, aux côtés de son daemon, incroyablement protégée.
Promis ?
Promis.
Tu crois que ça va changer un jour ?
Qu'ils arrêteront de nous chasser ?
Quelque chose du genre.
Je ne sais pas.
La musique hurle dans ses oreilles. Lui agressent les tympans. Elle les regarde rire. Danser. S'amuser. De loin et les yeux plissés. Elle n'a ni envie de se lever, ni de les rejoindre et encore moins de leur parler. Ils lui semble soudainement tous semblables, insignifiants. Des ombres mouvantes au clair de lune. Insipides. De pâles copies les uns des autres, transparents et pourtant si violents.
Te font-ils toujours peur ?
Oui.
Bien. Ça te gardera en vie.
Elle tire une moue lasse. Claque sa langue contre son palais. Fini de rouler sa feuille. Son daemon est dehors, perché sur un câble électrique. Même si elle ne le voit pas, elle sent sa présence réconfortante. Son regard posé sur elle. Leurs esprits connectés. Portant son joint à ses lèvres, elle se nourrit de deux grandes inspirations. La fumée blanche s'évaporent lentement de ses narines.
Mais il y a une chose que je crains encore plus.
Quoi ?
Moi.
Le cauchemar s'était brisé en un instant, emportant avec lui colère, monstres et sang. Un choc rude, violent, qui l'arrache aux bras de Morphée pour la projeter dans la réalité. Elle est trempée de sueur, les pupilles dilatées et le cœur sur le point d'exploser. Son regard balaye rapidement le pièce, paniqué, à la recherche de son daemon. Il est là. Camouflé dans l'ombre. Seules les deux flammes de ses prunelles brillantes dans l'obscurité. Ses yeux s’accrochent à cette lueur. Désespérément.
Moi aussi, je l'ai senti.
Son cœur manque un battement. Elle fronce légèrement les sourcils. Suis le regard de son daemon. Découvre un autre corps dans son lit. Nu et endormi. Elle en oublie son cauchemar. Lâche un juron. Se frappe la tête de la paume de sa main. Mais alors qu'elle s'approche de lui, bien décidée à le réveiller, à le faire dégager, une étrange sensation s'insinue en elle. Elle pose un doigt, puis deux, sur le dos de l'inconnu. Sur sa peau.
Ariel ?
Ses mouvements se sont figés. Ses prunelles, devenues blanches. Elle ressemble à ces magnifiques statues de marbres, immobiles et pourtant si réelles. Si vides. Elle a la bouche ouverte, les traits légèrement tendus. Intérieurement, elle tente de crier. Aucun son ne franchit les barrières de ses lèvres.
Elle pleure. Gémit. Supplie. Les yeux révulsés et la bouche remplie de sang. Elle a ramené ses jambes contre sa poitrine et les enlace de toutes ses forces ; ultime défense contre un adversaire sournois et invisible. Elle tremble. Sanglote. Bafouille des mots, des phrases, sans parvenir à leur donner un sens. Ses doigts rentrent dans sa chair, lacèrent sa peau. Des traînées vermillons parcourent son corps.
C'est pas ma faute. C'est pas ma faute. C'est pas ma faute. C'est pas ma faute. C'est pas ma faute. C'est pas ma faute.









Qui es-tu réellement ?

Pseudo/Prénom : Rewfox.
Âge : Dix-neuf ans et toutes mes dents. (presque)
Double Compte : Non.
Activité sur le forum : 6/7.
Avatar : ewelina kurkinen
Comment as-tu connu le forum ? Un loup me l'a soufflé à l'oreille.
Un commentaire ? Un avis ? Une suggestion ? du tout.
Et si je te demande le code du règlement ? Oki by Kiou
  
MessageDim 8 Mai - 22:26
avatar
Date d'inscription : 24/11/2014Nombre de messages : 1372Nombre de RP : 134Âge réel : 22Copyright : Vieux frères / Erwan (pour Lewis) / Eriam (pour l'aesthetic)Avatar daëmon :
Tessa B. O'CahanMODO• Nothing will be the same...
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ^^
  
MessageDim 8 Mai - 22:43
avatar
Date d'inscription : 08/04/2014Nombre de messages : 1171Nombre de RP : 208Âge réel : 26Copyright : Air (av) & fucking face (sign)Avatar daëmon :
Charlie SabaniSWEET LITTLE DISASTER

Bienvenue parmi nous ! Tu peux retourner dans les abysses impénétrables de LD, le code n'est pas bon *evil laugh* Hâte d'en lire plus ! (le don, mais ce don! ♥️)
  
MessageDim 8 Mai - 23:00
avatar
InvitéInvité
han. je le savais.
code changé.

et merci pour votre accueil, je me dépêche ♥

EDIT POUR KYKY > désolée 8D je suis du genre indécise quant à mon daemon
  
MessageLun 9 Mai - 1:06
avatar
Date d'inscription : 23/10/2015Nombre de messages : 1215Nombre de RP : 92Âge réel : 24Copyright : (c) aki'Avatar daëmon : Coyote
Kyllian GriffinMODO• I'm all kind of BAD luck
Bienvenue sur le forum!

J'approuves tellement l'avatar, et ce don vend du rêve
J'ai hate d'en lire plus, bon courage pour la rédaction de ta fiche! ♥️

Édit : OMFG UNE PANTHÈRE NÉBULEUSE
Ce choix de daemon est génial. Ca y est. Je t'aime d'amour toi.

  
MessageLun 9 Mai - 8:21
avatar
InvitéInvité
bienvenue parmi nous

J'adore ton don bon courage pour ta fifiche
  
MessageLun 9 Mai - 11:22
avatar
Date d'inscription : 01/08/2010Nombre de messages : 6307Nombre de RP : 189Âge réel : 25Copyright : RONRONATOR ♥Avatar daëmon :
Kalhan Xénia
ADMIN-BIGBOOBS ♦ ||
Chienne de garde dévergondée... †
Bienvenue !
Je valide le code ;)
  
MessageLun 9 Mai - 15:46
avatar
InvitéInvité
Bienvenue parmi nous ! J'aime l'avatar, le don, le daemon. Tout quoi. Hâte d'en lire plus, bonne continuation pour la suite de ta fiche !
  
MessageLun 9 Mai - 18:25
avatar
Date d'inscription : 08/04/2014Nombre de messages : 1171Nombre de RP : 208Âge réel : 26Copyright : Air (av) & fucking face (sign)Avatar daëmon :
Charlie SabaniSWEET LITTLE DISASTER

Cette plume ! *bave dessus*

J'ai hâte de voir tout ça terminé ! et l'avatar est canon *ramène Mali * Par contre il manque une petite partie du formulaire ou c'est moi ? (a)
  
MessageMar 10 Mai - 12:18
avatar
Date d'inscription : 23/06/2010Nombre de messages : 6712Nombre de RP : 348Âge réel : 24Copyright : AryaAvatar daëmon : every colors in the air
Aaron Dwayne☷ ADMIN-BREIZH ☷
←☸ →
Tempest in a Bottle
Alycia debnam carey ** quel bon choix d'avatar, elle est beaucoup trop belle cette nana !
Bienvenue parmi nous ! Fais attention dans la première partie de ta fiche avec les informations du type prénom, nom etc tu as supprimé les entrées et tu as donc oublié certaines infos. Ca serait bien de les remettre et de les compléter ;) Je pense notamment au métier en fait, ou à ses études si elle est à l'université.
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant