ARSENIC - mathys ludvik obreen

 
  
MessageMar 26 Juil - 22:48
Groupe
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016Nombre de messages : 262Nombre de RP : 29Âge réel : 21Copyright : avatar © kykyAvatar daëmon : //
Karolinja Pawloski
†AINTED ○ love
un point rouge sur ton coeur
Mathys Ludvik Obreen

Identité
28 ans - Amsterdam
Néerlandais
Perth Amboy

michiel huisman
(c) idk

Citoyen Daemonien
Caractère

On connaît tous une chanson, avec des guitares qui crissent, une batterie qui tonne et une voix grave, masculine, éraillée par l'alcool et la vie, qui ânonne des mots sauvages et sans consistance. Cette chanson qu'on écoute sur la banquette arrière d'un cabriolet délavé, lorsqu'on part en vacances, l'été, balayé par un ciel torride et son soleil de plomb tandis que nos rires éclaboussent l'air chaud. C'était la mélodie insouciante de l'inconstance.

Il était cette chanson.
Mathys. C'était celui qui marchait, le pas vif, un peu léger, toujours devant. C'était celui qui fonçait dans la vie comme on se prendrait un mur : sans jamais s'arrêter. 

Mathys, c'était le cri de la liberté.
Il avait toujours eu cette symphonie de papillons dans les poumons. Une drôle de fumée libertine, évaporée, comme le souffle gris des américaines qu'il enfilait à la pelle. Il était l’anarchiste, le marginal. Le muet qui s'égosillait dans le gouffre du silence. Il était celui qui, à défaut d'être en être un, avait haït les riches.
Et quand on mentionnait la vie mondaine et ses belles gens, il éclatait d'un rire ignoble. C'était peut être dans l'air du temps, toute cette rage contre la vie.

Mathys était le bambin que le manque et la faim avaient cherché à briser sans jamais vraiment y arriver. Quand la terre se mêlait à ses tâches de rousseur et la flamme d'un briquet au fusain de ses iris, il était plus beau que jamais. Et derrière sa peau claire, ses yeux noirs et ses côtes saillantes transparaissait la crasse des origines inférieures. Quand il souriait, il sentait le nord, comme si sous sa peau, sous ses lèvres courrait le vent tiède de son pays.

On connaît tous un gamin, ce petit garçon blond, qui rit sous la pluie. Un petit rire doux, gonflé d'espoir et de joie simple. Ce rire chaud qu'on aimerait conserver, ne jamais oublier.

Mathys avait été ce rire d'enfant. Maintenant il n'était plus que la mine grisée des adultes, animé par le désir et l'ivresse d'en avoir plus.
Il déteste le monde, vous déteste si vous l'empêcher de réaliser ses plans. Il ne vit que pour ses intérêts. Chacun pour sa pomme. Il est la bile dans votre gorge. La crasse sous les ongles. Il est celui qui vous manipule. Il n'y a plus que lui qui compte. Seulement lui.

Le gamin est devenu vermine.div>
Nom de la daemonne

vipère des buissons
Caprices incessants et attitude hautaine. Voix fluette, tête dressée, elle vous fixe d’un regard autoritaire, semblant demander le monde et ses confins à la fois. [daemonne] était ainsi, la vipère, devenue souveraine autoproclamée. Dédaigner, mépriser, dominer, écraser. Elle ne veut rien de plus que s'amuser avec votre patience, vos nerfs et votre gentillesse. Car elle sera vous manipuler la vile [daemonne]. Attendrissante, feignant d'être la malheureuse daemonne d'un adulte encore gamin avec qui elle n'a tristement aucune affinité. Mensonges bien réglés cachant la vérité.
Elle est aussi mauvaise que Mathys quand il s'agit de défendre ses intérêts. Qui se ressemble s'assemble. Il n'y a que pour cette raison qu'ils daignent s'apprécier, aussi parce qu'ils ne peuvent se séparer vraiment.

Leur relation est poison. Distorsion. Étrangeté. Ils ne sont pas aimés pendant de long moments. Se supportant parce qu'il le devait. Mais avec le temps le lien les unissant s'est solidifié, parce que pour l'un comme pour l'autre il ne leur restait plus qu'eux deux. Il n'y a qu'à deux qu'ils s'autorisent quelques écarts, quelques moments de bonheur simplets, des morceaux d'eux qu'ils laissent à découvert avant de refermer leurs carapaces pour affronter le monde extérieur et ses atrocités. Pourtant ils en font partis, de ses atrocités. Ce mal qui vous pourrit la vie. [daemonne] est mauvaise, [daemonne] est dangereuse. Autant pour Mathys que pour vous.
Chronos - Contrôle du temps

Ce don est une malédiction. Il vous gâche la vie, vous rendant incohérent et perturbant votre esprit. Chronos est vil. Chronos est impassible. Impitoyable comme une horloge, il met à rude épreuve votre endurance, pour une victoire inéluctable. Dans le cas de Mathys, Chronos ne fait que s'amuser. Il lui laisse le contrôle de son bien le plus précieux : le temps. Mathys peut revenir en arrière, de quelques heures, parfois quelques jours. Il peut stopper le temps pour quelques secondes mais n'est toujours pas parvenu à voyager dans l'avenir si ce n'est qu'une fraction de secondes.

Ce don lui est précieux, il l'aide dans ses vols, dans ses méfaits. L'aide à s'enfuir une fois l'alarme déclenché, à dérober un bijou bien gardé. Mais le temps ne fait pas que donner. Depuis des années, Mathys est persuadé qu'en revenant dans le temps, en le stoppant il perd un peu de son espérance de vie. S'il revient de deux heures en arrière, il en perd deux à vivre. Rien de bien compliqué à comprendre. Il note dans un livre chaque distorsion temporelle qu'il effectue. Comme un décompte sur le reste du temps qui est supposé lui rester à vivre.

Mais Chronos ne s'arrête pas là. Il se joue de lui. Parfois Mathys est un peu perdu, ne s'est plus trop à quel moment il se trouve. Dès qu'on lui parle de repères temporels il divague un peu. Il sait aussi que s'il intervient trop sur le passé, qu'il croise sa propre personne il restera coincé dans un cercle temporel à tout jamais, la même scène se reproduisant indéfiniment. Son don lui demande beaucoup d'énergie et la présence obligatoire de sa daemoenne sans qui il ne peut voyager dans le temps.
Il était une fois

Il aurait du se rappeler de cette fois-là.
Revoir la gueule de sa mère et celle de son amant. Les revoir encore, toujours, gravés dans sa mémoire comme une vieille balafre sur une peau ravagée. Mais il a oublié. Juste un vague reflet demeure, deux visages hagards dans le brouillard, cette nausée dans la poitrine, la même - toujours la même - et un rictus qui pend aux lèvres. De cette fois-là, Mathys a juste retenu que la vie était une garce. Et que si elle les avait gâté, lui et sa famille, jamais sa mère ne se serait réfugié dans les bras d'un homme plus riche, son argent transformait ses étreintes en des caresses plus douces. Le vil amour du fric.

Mais cette fois-là, pour la première fois, Mathys avait éprouvé ce que les gens de lettre appelleraient la douleur de vivre. Cette fureur au creux du cœur qui ne vous quitte plus. Il avait seulement dix ans, et juste pour ça, il n'était plus un enfant. Il avait encore peur des monstres sous le lit mais sans attendre la vie lui crachait dessus.

Ludvik ne l'avait jamais plus jamais appelée maman. Elle était devenue Suzanne. La femme mère. La génitrice. Une inconnue presque.
Elle s'en moquait. Pour un peu, elle en riait. [daemonne] s'était stabilisée à ce moment-là en une vipère aux écailles vertes. Symbole de la tromperie et du mal. Pendant un moment Ludvik se mit à détester sa daemonne. Parce qu'il l'avait hérité de sa mère, son père charmait par ses courbes n'avait rien d'exceptionnel. Hormis qu'il aurait donné sa vie pour une femme qui ne l'aimait plus. Mais le temps ne lui en avait pas laissé l'occasion. Le cancer l'emmena, loin, très loin des tracas et de la triste vie que sa famille menait. Mais [daemonne] finit rapidement par n'être plus que la seule sur qui il pouvait compter. Et leur lien n'en fût que plus renforcé.
C'est à ce moment aussi que son don se manifesta pour la première fois. Il était revenu quelques minutes plus tôt et du fond du couloir avait vu sa propre personne qui avançait jusque la chambre de sa mère. Il aurait voulu l'en empêcher, s'empêcher d'ouvrir cette porte mais ne fît que pleurer avant de revenir quelques minutes plus tard, caché dans le grenier, les joues rouges et le souffle court d'avoir trop pleuré.

Il en avait voulu à sa mère, longtemps. Même après la mort de son père, quand elle était libre de ramener qui bon lui semblait. Elle n'avait pas l'instinct maternel. Elle avait juste eu ce rêve un peu fou de croire à l'amour. Il n'était finalement que son devoir envers la nation, son dû à son père pour son alliance à l'annulaire. Un prêté pour un rendu. Elle lui avait donné une descendance, rempli sa partie du contrat. Elle vivait sa vie, Ludvik vivait la sienne, chacun de son côté.

C'était un fragment de sa vie qui craquait sous son talon. Mathys savait que Suzanne aurait aimé que Mark soit là encore, malgré tout. Il lui manquait. Elle ressentait toujours à regarder leur photo de mariage avec un peu de nostalgie, comme si dans ces moments là surtout, les relents de leur gâchis emplissaient ses poumons. Elle avait des remords peut être, parfois. Ça devait lui arriver. Elle repensait à ces années disparues ; ils s'aimaient alors tous les deux comme on aime un idéal. Elle repensait à cette pièce ou à celle-ci, à cette chambre où ils étaient venus en douce autrefois, à l'improviste, comme des amants. Puis le quotidien revenait. Ses yeux se couvraient. Son manège recommençait. Les femmes ne peuvent pas vivre sans tendresse.

Mais il finit par partir. Abandonnant sa génitrice. Crachant sur son passé et ne voyant à présent plus que son avenir. Il le voulait grand, beau et prospect. Il le voulait à l'image de cette élite qu'il détestait tant. Mathys se voulait riche, plus riche qu'eux. Être le premier. Il n'y a plus que ça qui comptait.
BlumeB

/balance des cookies en pleine figure à celui qui aura lu jusqu'ici/
je. je suis trop heureuuuuse de poster enfin cette fiche qui prenait la poussière dans mes documents (depuis le temps que je voulais le présenter comme scénario, je me suis enfin jetée à l'eau)

si tu lis ça c'est certainement que mathys t'intéresse et pour ça je t'aime déjà (ou simplement que t'es curieux et jpeux pas t'en vouloir parce que je suis pareille ahah) mais breeeef trêve de plaisanteries ! passons aux choses sérieuses, car si tu souhaites jouer mathys je pense que tu voudrais savoir un minimum ce que j'attends de toi

d'abord sache que mathys devait être mon double compte mais que par manque de temps je l'ai envoyé ici comme une malotrue du coup la première chose que je vais attendre de toi c'est : DE T'AMUSER avec lui, autant que j'aurais pu m'amuser avec ! j'aimerais même que tu me réserves quelques rp voire même un lien avec ma karo, mais je ne t'impose rien
au niveau de l'activité, si tu le prends, j'aimerais que tu sois active/actif un minimum et qu'il ne devienne pas un scénario fantôme comme les dizaines qui peuplent les fofo sinon je pense avoir fait le tour, tu es libre d'adopter mathys et de le transformer en un personnage qui te correspondra le mieux et avec qui tu passeras de bons moments en rp ♥

* * *


INFO COMPLÉMENTAIRES

nom/prénom : le prénom n'est pas négociable car je l'aime beaucoup et que je le trouve bien adapté au personnage (un enfant paumé dans un corps d'adulte) par contre le nom et son deuxième prénom le sont, tu es libre de les changer si tu le veux et d'en trouver d'autres qui t'iront mieux

puis rien ne t'empêche, si le prénom "mathys" te gêne, de lui trouver un deuxième prénom que tu utiliseras plus souvent que le premier What a Face


nationalité/âge : négociable également, rien ne t'empêche de lui trouver une autre nationalité et de le rajeunir de quelques années ou de le vieillir un peu, bien que je pense qu'il soit mieux qu'il reste dans une tranche d'âge entre 26 et 29 ans car cela me semble le plus logique pour le personnage


don : désolée pour toi d'avance mais il n'est absolument pas négociable, non pas que je sois chiante mais c'est là toute la force du personnage son don lui permet de commettre tous ses méfaits, d'avoir un but dans la vie (voir jusqu'où il peut aller avant de mourir car il est persuadé que sa durée de vie diminue à mesure qu'il utilise son don) et puis voilà son don lui permet de s'évader un peu, de sortir de son quotidien monotone toussatoussa

puis si tu veux plus de précision sur son don (car je conçois qu'il soit difficile à mettre en oeuvre en rp) tu peux me mp sans souciiiis ! je serais ravie de te donner plus d'info sur les voyages temporels et sur la façon dont je vois le don de matmat


daemon : comme tu as pu le constater en lisant la présentation de mathys, sa daemonne n'a pas de nom donc tu es totalement libreeee de lui en trouver un à ta convenance, au niveau de sa forme je suis prête à t'entendre si tu as d'autres propositions à me faire bien que je trouve qu'un reptile colle parfaitement à la personnalité de mathys et à son vécu ! mais je suis ouverte alors n'hésite pas si tu as une meilleure idée pour lui, je serais toute ouïe

son caractère à elle est négociable aussi, hormis les grandes lignes qui sont qu'elle est très manipulatrice et orgueilleuse, un peu comme mathys finalement


caractère : il est très peu négociable, je n'ai donné que les grandes lignes dans la présentation et au final les seules choses qui doivent être respectées sont le fait qu'il soit renfermé, psychopathe sur les bords, envieux (même s'il ne l'avouera jamais) et qu'il a l’appât du gain : en soi mathys n'est pas compliqué à comprendre, il a vécu un traumatisme difficile pendant son enfance et du coup aujourd'hui se comporte comme un vrai connard, détestant les femmes (une maman qui donne une mauvaise image n'aide pas) et les riches (donc souhaite devenir plus riches qu'eux et il s'est finalement un peu trop pris au jeu...)

il pense surtout à sa personne (et qu'à la sienne - parfois à celle de sa daemoenne car ils sont liés "de force" même si dans le fond ils finissent par s'apprécier un minimum pour avoir les mêmes mauvaises valeurs ahah) et il est très intelligent/cultivé/calculateur/prévoyant : il ne supporte pas la société et ceux qui la compose car pour lui personne n'est fiable (sa propre mère ne l'était pas alors pourquoi les autres qui sont de parfaits inconnus ?)

mais je ne suis pas une bourreau qui t'empêchera de modeler mathys à ta sauce, tu peux lui ajouter des traits de caractère, des penchants de personnalité auxquels je n'aurais pas pensé : n'hésite pas à me parler de ta manière de le voir et de voir son caractère, si tu me proposes quelque chose de sympa et en accord avec le personnage je ne vois aucune raison de m'y opposer

pour la relation qu'il entretient avec sa daemonne, tu es libre ! le principal étant de respecté que s'ils sont toujours ensemble et qu'ils s'apprécient un peu c'est parce qu'ils sont forcés à vivre ensemble
mathys a longtemps vu cette dernière comme un souvenir de sa mère (qu'il déteste car sa mère était daemonienne et pas son père - pas négociable non plus) même si maintenant il a un peu mûri et pris du recul (il commence à passer de vrais moments avec sa daemonne ce qui n'était pas arrivé depuis sa petite enfance) donc tu es libre sur l'avenir de leur relation et sur leur présent à tous les deux


histoire : au final tu es complètement libre là-dessus, tu peux lui inventer autant de séjours en prison que tu veux, autant d'évasions par le biais de son don que tu veux, autant de filles qu'il aura draguer par pure plaisir de les faire souffrir (garder en tête qu'il déteste les femmes et que s'il se rapproche d'elles c'est par simple jeu ou pour profiter de x ou y situations) breeeef encore une fois tu es libre ! la seule chose qui n'est pas négociable c'est l'épisode qu'il a vécu avec la découverte de sa mère et de son amant on est sadiques avec nos perso j'avoue


avatar : MICHIEEEEL j'aurais eu tendance à dire qu'il n'est pas négociable car je trouve qu'il colle parfaitement à mathys mais en même temps s'il ne t'inspire pas et qu'il n'y a que ça qui te bloque pour le jouer alors pas de soucis : tu peux me proposer un nouvel avatar et s'il me convient et qu'il te convient aussi alors RAS pour moi, tu auras mon feu vert (mais j'aimerais quand même voir la bouille que tu lui réserves avant)



voilààààà
j'espère que je n'ai pas trop blablaté et que je ne t'ai pas fais peur ! promis je ne mords pas et ma boîte à mp est toute ouverte si tu as des questions/revendications/idées (bref) si tu as besoin de quelque chose au sujet de mathys : JE SUIS TON HOMME TA FEMME


je t'envoie plein d'amour
en espérant te voir rp avec matmat très vite

scénario lu et approuvé par Kelly McAllister
Page 1 sur 1