mathys ~ je volerai ton coeur comme on m'a volé mon âme

Aller à la page : 1, 2  Suivant
" Invité "
avatar

Invité

Mer 24 Aoû - 21:59

Mathis Ludwig Obreen

« Même la mort s'est crâmée les ailes en essayant de m'amadouer »

Identité

Nom Prénoms : Mathys Ludwig Obreen. Les origines allemandes qui se cachent sous le "L" de son prénom
Age : Vingt-neuf ans de déchéance
Date et lieu de naissance : 19/05/87 à Amsterdam
Nationalité : Néerlandaise
Métier ou étude : Cambrioleur pour pouvoir survivre, pour pouvoir prospérer
Précision : Quelque chose que vous ne pouvez mettre nulle part ailleurs mais c'est important de le dire.

SHILOH FERNANDEZ
(c) lux

Paria

Ivy


La vipère est comme son maître: sournoise. On dit les serpents perfides, froids et calculateurs. Ivy ne déroge pas à cette règle. Elle est même l'archétype de l'espèce. Ivy n'a de doux que le prénom. Sinon, elle n'est que caprices. Ivy est hautaine. Ivy est autoritaire. Pour résumé, Ivy est exécrable. Personne n'est épargné. Même Mathys paye le prix de ses envies et de sa méchanceté. Les deux se supportent. Ils se tolèrent à la limite. Les instants de partage sont furtifs, étrangement faux. Ils sont rares surtout. Ils sont fragiles. Ces instants se froissent et s'envolent aussi facilement qu'une plume.
De plus, Mathys ne supporte pas le statut de victime que Ivy se donne. Elle essaiera de vous amadouer. Elle vous fera les yeux doux. Elle fait passer Mathys comme son bourreau. Un homme infect, trop immature, trop impulsif, dangereux pour leur sécurité. Mais ce n'est qu'un tour, une illusion. Son seul but est de vous embobiner. Elle veut vous ensorceler, vous dominer pour mieux vous écraser. Mathys cache moins ses émotions. Ivy sait feindre l'innocence. Elle sait se donner l'air angélique des autres espèces animales.
Mais même dans sa plus belle façade, il existe toujours une fêlure.
Caractère

Mathys c'est la cupidité à l'état pur. Il est ce vice dans toute sa splendeur. L'argent. Toujours l'argent. Encore l'argent. L'argent partout. Alors pour en avoir toujours plus, Mathys calcule. Mathys fait des plans, des stratégies pour amasser beaucoup.
Machiavélique, ses plans sont réfléchis. Aucun détail n'est laissé au dépourvu. Parce que Mathys déteste perdre le contrôle pendant ses vols. Il déteste la surprise. Il déteste ne plus être maître de la situation. C'est lui qui dirige, parfois accompagnée d'Ivy la belle vipère. Mais Mathys n'est pas toujours ce spécimen froid. Il est aussi explosif quand on le cherche trop, quand les choses tournent mal. Il a la langue aussi acérée que sa daemonne. Il frise bien souvent la vulgarité. Il s'y plonge même dedans.
Mathys est un sanguin. Quelqu'un que l'on préfère avoir de son coté qu'en ennemi. Mathys est rancunier. Mathys n'oublie jamais. Mathys n'oublie jamais les coups bas qu'on peut lui faire. Il oublie facilement les siens mais jamais ceux des autres. Mathys est une personne haineuse. Depuis bien trop longtemps. La haine le consomme mais elle l'anime depuis des années.
Mathys est dur à comprendre. Colérique et lunatique, il peut exploser en une fraction de secondes. Mathys est charmeur, enjôleur. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins. Mathys ne fait confiance en personne. Sa daemonne n'échappe pas à la règle. Il a dû mal à se livrer totalement. Ivy est perfide mais il entretient un lien tenace avec elle. Mais il reste beaucoup à traverser avant que leur relation soit pleine et entière. Mathys ne peut pas oublier qu'elle a été la seule quand il n'y avait plus personne. Mais quelque chose bloque toujours. C'est son coeur qui s'est fermé quand il a compris que la vie était une vulgaire chienne.
Mathys a été brisé par sa mère, par sa cupidité, son infamie, son infidélité. Et depuis ses dix ans, Mathys ne croit plus en rien. L'enfant joyeux et espiègle qu'il était s'est mué en cet homme distant et froid. L'enfant a disparu. Il a muté, il a grandi. Et maintenant, il croit seulement en une chose: son avenir. Et surtout à son opulence. Mathys deviendra grand. Plus grand que tous les autres. Mais surtout, Mathys sera surtout le premier. Le seul et l'unique.
Chronos

Le contrôle du temps. La possibilité de revivre quelques instants. Le fait de stopper les minutes quelques secondes. Avec les désavantages qui vont avec. Mais le temps, c'est bien. Le temps qui défile. Surtout en arrière. Parce que l'avenir reste flou. L'avenir est fugace. Il est visible seulement quelques secondes.
Seul le passé se laisse plus facilement manipuler. Mathys peut remonter le temps. Jusqu'à quelques jours s'il est en forme sinon, il arrive à atteindre quelques heures. Et tout se mélange. Car l'avenir est fragile. Un seul choix et tout peut s'effondrer. Tout peut changer. Tout peut se remodeler. Et c'est pour ça qu'il est dur pour Mathys de s'y focaliser.
Ce don lui est très utile. Utile pour ses méfaits. Mais Mathys est asservi. préférant recourir à son don plutôt qu'à ses propres capacités parfois. Et puis Mathys est perdu dans un espace temps qui lui est propre. Mathys est perdu entre les jours. Mathys ne sait jamais quel mois on est voire quelle heure il est.
Et puis le pire, c'est que Mathys perd de la vie. Au fur et à mesure qu'il utilise son pouvoir, son espérance de vie se raccourcit. Le temps remonté le rattrape. Mais Mathys se fiche de vivre moins tant qu'il vit dans l'opulence.
Toutefois, Mathys fait attention quand il remonte le temps. Il fuit son double du passé. Parce que qui sait ce qu'il peut arriver s'il se croise dans le passé ? Mathys suppose le pire sans véritable preuve. Peut-être fait-il bien mais, il est le dernier à vouloir vérifier. Mathys préfère être prudent. Mathys s'évite sans preuve formelle parce que Mathys aime sans aucun doute rester comme il est. Et surtout, il aime rester en vie.
Son don lui vole de la vie mais aussi de l'énergie. Son don le vide, le fatigue énormément.
Aussi, vous ne verrez jamais Mathys sans Ivy quand il remonte le temps. Elle doit être là. C'est un fait, une obligation qu'il ne peut jamais transgresser. Pas d'Ivy, pas de voyage dans le temps. Tout est simple.
Mais techniquement, il y a de belles subtilités. Mathys peut remonter dans le temps de quelques jours. Une semaine s'il est vraiment forme. Mais plus, il remonte loin dans le temps, moins de temps il peut rester. Par exemple, s'il revient une semaine en arrière, son temps de résidence dans le passé ne pourra pas excéder une heure. Mais s'il revient un jour en arrière, il pourra rester une demie-journée maximum. Néanmoins, cela l'épuisera et il préfère se limiter et rester le moins de temps possible. C'est pour cela qu'en général, il ne pousse pas le bouchon trop loin et reste quelques heures seulement quelque soit le nombre de jours ou d'heures. Toutefois, il ne peut pas dépasser la période où il est remonté dans le temps. C'est-à-dire que s'il part trois heures dans le passé alors son voyage sera de deux heures cinquante-neuf minutes et cinquante-neuf secondes au mieux. Sinon, il sera troublé au niveau des jours. Tout sera bouleversé, le retard dans le présent sera violent et douloureux.
Quand Mathys voyage dans le temps, il arrive maintenant à choisir un endroit précis où il s'est trouvé. Mais avant, c'était plutôt aléatoire. Par contre, s'il veut revenir dans le présent, il doit retrouver l'endroit par où il s'est téléporté.
Il était une fois

Mensarum enim voragines et varias voluptatum inlecebras, ne longius progrediar, praetermitto illuc transiturus quod quidam per ampla spatia urbis subversasque silices sine periculi metu properantes equos velut publicos signatis quod dicitur calceis agitant, familiarium agmina tamquam praedatorios globos post terga trahentes ne Sannione quidem, ut ait comicus, domi relicto. quos imitatae matronae complures opertis capitibus et basternis per latera civitatis cuncta discurrunt.

In his tractibus navigerum nusquam visitur flumen sed in locis plurimis aquae suapte natura calentes emergunt ad usus aptae multiplicium medelarum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis domitis et Hierosolymis captis in provinciae speciem delata iuris dictione formavit.

Mensarum enim voragines et varias voluptatum inlecebras, ne longius progrediar, praetermitto illuc transiturus quod quidam per ampla spatia urbis subversasque silices sine periculi metu properantes equos velut publicos signatis quod dicitur calceis agitant, familiarium agmina tamquam praedatorios globos post terga trahentes ne Sannione quidem, ut ait comicus, domi relicto. quos imitatae matronae complures opertis capitibus et basternis per latera civitatis cuncta discurrunt.

In his tractibus navigerum nusquam visitur flumen sed in locis plurimis aquae suapte natura calentes emergunt ad usus aptae multiplicium medelarum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis domitis et Hierosolymis captis in provinciae speciem delata iuris dictione formavit.

Qui tire les ficelles

Pseudo/Prénom :Kispz/Philippine
Âge : Dix-neuf ans
Double Compte : Aucun
Activité sur le forum : 5/7 dira-t-on
Comment as-tu connu le forum ? Un top-site
Un commentaire ? Un avis ? Une suggestion ? Perfect ♥
Et si je te demande le code du règlement ?
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Mer 24 Aoû - 22:00

Histoire


L'odeur de sueur. Les gémissements. Les halètements. Tout ça dans la même pièce. Deux corps qui se mélangent, qui fusionnent presque. Les bouches qui se frôlent et puis qui se dévorent presque. Et moi, je toise toute la saleté de la situation. La perfidie qui dégouline à travers tous leurs pores. La pénombre cache les deux corps. Mais c'est suffisant. Suffisant pour l'enfant de dix ans que je suis de reconnaître ma mère. Mais surtout, de ne pas comprendre qui est l'homme qui la chevauche sauvagement. Parce que Papa est brun et que cet homme est blond. Parce qu'il est bien fait, ses biceps sont apparents alors que Papa s'est laissé aller. Il s'est laissé aller car le travail lui prend trop de temps. Il faut accumuler les heures sup pour pouvoir boucler les fins de mois. Il faut s'écorcher les ongles pour pouvoir survivre. Papa galère. Maman s'envoie en l'air. Suzanne se fait du bien avec un autre homme que mon père. La colère monte en moi. Comme un ouragan. Parce que c'est moche. Horriblement moche. Que c'est un geste grave. Un geste horriblement qu'elle vient de faire. Surtout qu'ils viennent en fait de s'arrêter. Ils sont dégoulinants de sueur. L'homme se lève, se rhabille. Et puis, il fourre la main dans la poche de son jean et en tire quelques billets. Il les tend à cette femme indigne qu'est ma génitrice. Mais le pire, c'est qu'elle lui sourit et qu'elle prend goulûment l'argent. Ils s'embrassent une dernière fois. Moi, je décide de partir. De fuir cette immonde situation? Tromper pour de l'argent.
Le monde est sale mais il semblerait que le monde marche comme cela.

Ivy sifflait au creux de mon oreille. " Allez Mathys, tu ne peux pas me détester. " Elle s'enroulait autour de mon cou, glissait sur mon bras. Cela faisait deux jours que la daemonne s'était stabilisée. Deux jours que j'avais vu ma génitrice trompait mon imbécile de père. Et la vipère dansait le long de mon bras. Elle coulait, elle me cherchait. Mais à son moment-là, je détestais tout et tout le monde. Ivy en faisait partie. Le sale héritage de la daronne. Ce n'était pas un daemon, un don de la nature mais une horrible malédiction. Une malédiction aux belles écailles vertes et à la voix serpentine. Le mal en personne Comme Suzanne, la génitrice.

" Je serai toujours là pour toi Papa. " J'enlève ma main. Je regarde une dernière fois derrière moi avant de quitter la chambre blanche. La chambre terne, la chambre morne. La chambre qui pue le gel hydro-alcoolique. La chambre d'hôpital, dégueulasse. La chambre qui pue le cancer, la maladie, le malheur et le déshonneur. Mon père, ce brave homme est tombé entre les doigts décharnés du cancer. Les métastases polluent maintenant son corps. Elles se multiplient sans pudeur. Elles colonisent tout sur son passage. Il souffre le martyre probablement. Alors que Suzanne se fait du bien dans les bras d'un homme. Elle vient au chevet de son mari quelques fois. Histoire de sauver les apparences. Peut-être que le regard follement amoureux de mon père lui permet de se sentir tranquille. Parce qu'après tout, il est malade. Il ne peut plus assouvir ses désirs de sexe et d'argent alors, elle peut trouver quelqu'un d'autre sans culpabiliser. Je pose ma tête contre la vitre du bus qui me ramène chez moi. Je la pose et je songe. A la vie que nous aurions pu avoir si nous avions eu de l'argent. Une meilleure vie, de meilleures chimiothérapies. Plus d'espoir.
Et alors, que je pousse la porte de la maison. Le téléphone sonne. On dirait qu'il pleure presque. (Mal)heureusement, mon ex-mère prend le téléphone. Sa voix s'éteint.
Je comprends de suite que c'est l'hôpital. L'hôpital qui appelle telle une annonce funèbre.
La seule personne qui comptait un peu pour moi vient de mourir, enlevée par cette maladie pitoyable qu'est le cancer.
J'ai fermé les yeux. Pour me rappeler une dernière fois le visage de mon père tant qu'il était encore frais. Je voulais tellement le rejoindre une dernière fois. Avant que ses souvenirs disparaissent de ma mémoire.
C'est alors que je me suis retrouvée de nouveau dans le long couloir de l'hôpital. Mon coeur fit un bond dans ma poitrine. Je jette un coup d'oeil vers l'horloge. je vois seize heures. Mon coeur s'arrêterait presque. Et c'est là que je vis l'enfant que j'étais. Et cet enfant, mon double, s'avançait vers la porte. La trois cents quatre-vingt. Celle de mon père. Celle que j'avais ouvert quelques minutes plus tôt.
Un battement de cil et je fus de nouveau chez moi. Recroquevillé dans le coin de la pièce. Le souffle trop court. Le souffle épuisé par tous mes larmes. Et avec en plus le poids d'un voyage dans le temps.

Les années qui suivirent fût longue. Mon pouvoir chronos était difficile à gérer. Difficile de ne pas remonter le temps à chaque fois. Dur de subir les conséquences, la fatigue. Dur de supporter la frustration de ne pas faire tout ce que je voulais de plus fou. Dur de se préserver, de faire des hypothèses. Compliqué de se forcer à ne pas rencontrer son double du passé. Parce qu'on ne sait pas ce qu'il peut arriver. Les livres ne parlent pas de mon don si précieux. Alors, même si je ne sais rien, même si je ne sais pas les conséquences de mes actes, j'essaye de me préserver.
Mais ce qui est le plus dur, c'est de voir cette femme, ma génitrice ramener des hommes dans le lit qui accueillait mon père. Périlleux de ne pas exploser devant cette personne que je déteste le plus au monde. Alors, on se raccroche à tout ce qu'il nous reste. Je me raccroche à la daemonne qui s'enroule autour de mon cou et qui me siffle des abominations au creux de l'oreille.
Un jour, à mes dix-neufs ans, j'ai fini par véritablement l'écouter. J'ai pris mon sac, rassemblé le peu d'argent que j'avais et j'ai tracé ma route. Tracé une route sinueuse. Ponctuée de méfaits.
Mais c'était ma route. Celle que j'avais choisie. Celle où je décidais de tirer une croix sur mon passé. Tirer une croix sur cette personne que je détestais. Et j'écrivais le futur qui me convenait tant. Vagabondant là où les billets me portaient. Là où ils étaient opulents. M'accompagnant parfois d'un ou d'une compère. Suivant mes envies, suivant mes désirs, mes besoins.
Dix ans de vagabondage peuplés de rencontres. Peuplés de femmes aux douces courbes. Peuplés de fuites. Peuplés de phrases aiguisées. Peuplés des pleurs de riches dépouillés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 24/11/2014
Nombre de messages : 1750
Couronnes : 48
Âge réel : 23
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Merenwen / Beylin (pour l'aesthetic)

MODO
Nothing will be the same...

Mer 24 Aoû - 22:11
Bienvenue et bon courage pour ta fiche


And I close my eyes
And I take it in
I'm bleeding out for you



Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Mer 24 Aoû - 22:30
mon petit mathyyyys

mon dieu je me répète mais je suis troooop contente qu'il te plaise ! j'ai hâte de voir la suite de ta ficheee, bon courage itoutitout
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 22/11/2012
Nombre de messages : 3323
Couronnes : 43
Âge réel : 24
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : ultraviolences (avatar) ; Crazyoilmachine (signature)

And one day
you'll burn

Mer 24 Aoû - 23:24
Bienvenue !

Chouette l'avatar **

Bonne continuation :D



   

   
TRUE LOVE WILL FIND YOU IN THE END


   COM
   
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Mer 24 Aoû - 23:30
Bienvenue!

Je suis contente pour Karo, mais en même temps, ce personnage à tellement de gueule que c'est pas étonnant qu'il ait séduit rapidement quelqu'un
Bon courage avec la rédaction, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de ce joli barbu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Jeu 25 Aoû - 8:55
Bienvenue ! Le daemon Et SHILOOOOOH OMG !

je suis pressée d'en savoir plus bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Jeu 25 Aoû - 11:42
Bienvenue à toi. Il a l'air super chouette ce bonhomme. Bon courage pour la suite de ta fiche. :)
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Ven 26 Aoû - 22:59
Bienvenue!
Je suis, comme tout le monde, impatiente de lire ta fiche!
Y a pas à dire, ce personnage promet!
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar

Invité

Sam 27 Aoû - 17:48
Merci tout le monde, vous êtes adorables sérieux ♥️ J'essaye de ne pas vous décevoir (surtout Karo) avec ma présentation ! J'espère que ça le fera
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: détente et partenariat :: Archives :: Archives de Merkeley et Perth Amboy :: Archives personnages ::  Présentations refusées-