Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Nous évoluons et avançons # Erwan

 
  
MessageDim 27 Nov - 23:43
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1642Nombre de RP : 173Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Il fait un peu froid, mais c'est normal avec l'hiver qui arrive, les fêtes de fin d'année viendront avec. Les rues se pâment déjà de décoration de Noël et l'on commence déjà à acheter des cadeaux à offrir à nos proches. Il fait meilleur à la bibliothèque qu'à l'extérieur, Liberty s'est installée contre un radiateur, Canaö s'étant endormi sur la chaise en face de la sienne, bien content de profiter de la chaleur que diffuse l'appareil. Les yeux de la belle Finlandaise vont vers l'extérieur, le soleil décline à l'horizon, elle sait qu'elle ne restera pas toute la soirée, elle souhaite rentrer dans le studio d'étudiant qu'elle a en colocation avec d'autres étudiantes. Mais avant, elle veut finir ce qu'elle fait. Un bref coup d’œil sur son portable lui indique qu'il est dans les environs de dix-huit heures, le temps a défilé plus vite qu'elle ne l'aurait cru. D'un geste, elle débouche la bouteille d'eau et en boit quelques gorgées avant de remettre le bouchon dessus. Bon, allez ! Maximum dix-neuf heures ! Après elle rentrera. Elle aime ses études, même si elles sont similaires à celles qu’entreprend sa grande sœur. Mais les sciences c'est large et les deux jeunes femmes sont différentes et n'ont pas forcément les mêmes ambitions. Beaucoup de sujets passionnent Liberty, pas que la science ! La médecine, cette matière que maîtrisait leur mère. L'écologie. L'histoire. L'espace. Sommes-nous seuls dans l'univers ? Elle en doute. Tant d'autres choses sont si intéressantes. Mais d'autres, bien entendu, ne l'intéressent guère et lui semblent plus qu'ennuyants. Elle joue avec son stylo, le faisant tourner entre ses doigts, elle relit les mots qu'elle a écrits sur la feuille de papier. Ses yeux vont vers son ordinateur qui est allumé devant elle.

Son ordinateur personnel, parce que pas question qu'il vienne de l'université, hors de question de le partager avec quelqu'un d'autre que Canaö ! Il y a trois sessions dessus, l'une pour le panda roux, une pour elle et l'autre pour les études. Elle sait se clôturer, se mettre des barrières et lorsqu'elle travaille, elle reste concentrée sur ce qu'elle fait. Pour les pauses, autant lire quelques pages d'un bouquin qu'aller naviguer sur internet, car elle sait que c'est comme un piège et qu'elle aura du mal à en sortir. Bon, ok ! Le livre peut lui aussi devenir rapidement un piège si elle se plonge trop dedans, mais ça l'est moins qu'être sur internet. Après une bonne demi-heure elle finit par se lever, s'étire, soupire et laisse son ordinateur verrouillé, ses affaires et son âme pour aller à la recherche d'un document qui l'aidera. Et puis, peut-être un livre à lire qui n'a rien à avoir avec les cours. La librairie et la bibliothèque sont deux endroits parfaits pour se ravitailler en lecture. De plus, elle a fini celui qu'elle a lu durant la journée et elle ne se voit pas rester sans de quoi bouquiner. Si le petit panda se réveille, elle sait qu'il ne devrait pas paniquer en ne la voyant pas en face de lui, il se doutera sûrement qu'elle est quelque part dans les rayons entrain de chercher un document à consulter. De toute manière, s'il se demande où elle est, il n'aura qu'à le lui demander par télépathie. L'étudiante range l'une de ses mèches de cheveux derrière l'une de ses oreilles tout en laissant naviguer son regard sur les différentes reliures, à la recherche d'un titre qui pourrait l'aider dans son devoir, ce coup-ci sa chevelure arbore sa couleur naturelle. Chose rare chez elle qui aime tant la colorer de différentes couleurs, voire même parfois dans les tons arc-en-ciels.

Ah ! Le voilà ! Elle le saisit avant de revenir sa table où elle voit le panda roux qui émerge de son sommeil « Salut, bien dormi ? » « Ça va … on part bientôt ? » rapide coup d’œil sur sa montre « Tu me laisses ranger mes affaires, trouver de quoi lire puis on y va. Ça te laissera le temps d'émerger. » « D'accord … mais avant tu peux me donner à boire s'il te plaît ? » « Bien entendu. » Livre sur la table, bouteille dans la main, la Finlandaise s'est accroupi près de son daëmon, déversant précautionneusement le liquide dans sa bouche. Elle range tout d'abord ses affaires avant de se décider à aller explorer de nouveau les étages, ce coup-ci, elle ne sait pas trop ce qu'elle cherche. Ce n'est qu'au bout d'une dizaine de minutes qu'elle se décide pour un Agatha Christie, Un meurtre sera commis le lui semble être un livre qui saura éveiller son intérêt. De toute manière, les policiers elle les a toujours aimés. Récupérant son sac ainsi que son manteau, elle se met en marche, Canaö sautant de sa chaise pour venir trottiner à ses côtés. Elle sent dans sa poche sa carte, coincer entre le tissu et son portable, serrant contre elle le document pour son devoir et le livre qu'elle débutera sûrement ce soir, elle attend sagement dans la queue pour les emprunts, il n'y a que quatre personnes devant elle, ça devrait aller vite. Liberty se penche un peu sur le côté pour regarder s'ils ont beaucoup de bouquins à faire emprunter, non, ça va. Elle se remet bien droite, prenant son mal en patience alors que Canaö l'a laissé pour aller se soulager à l'extérieur, ayant trouvé un buisson qui ferait parfaitement l'affaire.
  
MessageVen 2 Déc - 16:22
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1490Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »


« What good is the warmth of summer, without the cold of winter to give it sweetness. » John Steinbeck

Je n'ai jamais vraiment aimé l'hiver.
Ayant toujours apprécié le printemps et l'été italiens, lorsque les premières feuilles tombent, je sens monter en moi comme un sentiment nostalgique. C'est seulement quelques mois semble me dire ma conscience. Quelques mois, ce n'est pas très long si ? En fonction des années, ça me paraît interminable. Ce ciel gris, cet air froid, les gens tristes, les sourires frêles. La seule chose que j'apprécie pendant cette période, ce sont les fêtes de fin d'année et surtout Noël. Petit, je trouvais cette fête si magique que lorsqu'elle approchait, je comptais trois fois par jour mon calendrier de l'avant pour me faire une idée du temps d'attente restant. Eléanore se moquait de moi, mais au fond, elle était toute aussi impatiente.

La magie n'a jamais vraiment disparu – même lorsque j'ai appris que le Père Noël n'existait pas –. Noël ce n'est pas seulement les cadeaux et le Père Noël avec son traineau, ce sont les repas, la famille, les sourires, les retrouvailles, la chaleur des moments de fête. Depuis que je suis à Merkeley, cependant, Noël, ce n'est pas vraiment ça. Je me souviens l'avoir fêté avec quelques connaissances ma première année ici. Mais c'était différent de ceux que je faisais en Italie. C'était mon premier Noël sans ma famille, sans mes parents, sans ma sœur. Beaucoup de choses deviennent différentes, en fait, après la disparition de quelqu'un qui nous était proche.

Je fais quelques pas dans le hall de Lindwuen University avant de tourner à droite, Saphira devant. Ça fait combien de temps que je ne suis pas revenu ? Un an ? Deux ans ? Je ne sais même plus mais ça me paraît si loin. Je repense encore à mes Noëls italiens. L'ouverture de nos cadeaux était un véritable spectacle pour mes parents tant nous étions excités. Ils nous arrivaient même parfois de nous disputer parce que l'un ou l'autre avait eu le plus gros cadeau, celui tant convoité dès le premier regard porté sur le sapin garni. Tout me paraît tellement loin maintenant. Sors de ta rêverie, tu me donnes la gerbe. Saphira, elle ne pense jamais. Elle ne souvient que très rarement. Elle avance, jetant aux oubliettes tout ce qui est futile – soit presque tout –. Moi je pense qu'elle aime juste pas se souvenir. C'est aussi pour ça que moi, j'aime bien le faire. On se complète.

Une ou deux minutes plus tard, je franchis les portes de la bibliothèque. J'adorais cet endroit quand j'étais étudiant ici. J'y ai emprunté tellement de livres. C'était mon nouveau refuge quand je n'avais plus rien à faire. Le livre est le meilleur ami du solitaire, du rêveur. Le sourire au coin des lèvres, j'avance vers les bibliothécaires.
Bonjour, je suis de la librairie de Merkeley, je vous amène votre commande.
La jeune femme que j'ai interpellé me fait un grand sourire derrière un visage un peu trop maquillé. Elle me tend les bras pour que je lui donne le carton de livre que je lui ai amené. Elle m'invite ensuite à la suivre pour qu'on remplisse les formalités administratives et vérifier que tout y ait. Elle semble adorer son travail. Je dis ça parce qu'elle ne remarque même pas la mauvaise humeur de Saphira qui ne dit jamais bonjour.

Les papiers faits et la commande vérifiée, la jeune femme semble avoir envie de discuter un peu. Je l'écoute me parler de ses expériences de bibliothécaire dans l'université jusqu'à la laisser dériver sur un tout autre sujet. Je ne suis pas très bavard mais ça n'a pas l'air de la déranger. J'interviens quelques fois pour donner mon point de vue, ou juste faire un petit commentaire. Elle rit aux éclats des fois comme si ce que je disais était drôle. Elle remet un peu trop souvent sa mèche de cheveux derrière son oreille. C'est rigolo. Elle craque pour le petit libraire la demoiselle ? On a autre chose à faire !
Rebecca, tu peux venir voir ? J'ai besoin de toi, intervient furtivement une de ses collègues.
Saphira est ravie quand la fameuse Rebecca nous salue pour rejoindre sa collège, un dernier petit regard vers nous. Je suis la féline qui quitte la pièce. Elle s'appelle Rebecca en plus.. Je lève les yeux au ciel.

Nostalgique de ne plus pouvoir venir ici en tant qu'étudiant, je profite de cette commande de l'université à la librairie pour me balader un peu dans les rayons. J'évite celui de Rebecca, ne voulant pas être dérangé dans mon moment à moi. Je passe beaucoup de temps dans les livres et les étagères depuis que je travaille à la librairie de Merkeley et je n'aurais jamais pensé que cela me plaise autant. Je m'y sens bien dans cette librairie. Je remercierai jamais assez Cassandre de m'avoir pris. Pour l'instant, elle est partie en voyage, me laissant le soin de gérer la librairie avec ses instructions. Ils nous arrivent d'avoir quelques discussions par Skype pour qu'elle m'aiguille car je débute – puis juste pour le plaisir de discuter aussi –. Je regrette un peu qu'elle soit partie. J'aimais beaucoup travailler avec elle. Avec la serpillière tachetée, ce n'est pas chose facile.. Je souris, c'est vrai que les deux félines n'arrêtaient pas de se tirer la bourre. Puis faut dire que... Saphira s'arrête, surprise par une odeur familière. Je la regarde, fronçant les sourcils. Quoi ? Bon, on y va ! Saphira change brusquement de bords et disparaît dans un rayon. Je soupire me demandant ce qui l'a « effrayé ».

J'observe la queue pour emprunter des livres mais rien n'attire mon regard. Je hausse les épaules et me dirige vers la sortie. Seulement, c'est en passant devant la queue que j'entends une voix qui me semble familière. Je m'arrête et me retourne. J'observe chaque personne présente mais aucune ne semble être quelqu'un que je connais. J'interroge alors Saphira. Va alors chaton, on a vu un fantôme ? Elle ne répond pas. Je ris intérieurement. Je tourne sur moi-même pour sortir mais je tombe nez à nez avec une jeune femme blonde qui vient de finir d'emprunter ses bouquins. Un sentiment étrange me saisit et c'est au contact de son regard que son nom coule de ma bouche :
Li.. Liberty ?
  
MessageJeu 15 Déc - 0:45
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1642Nombre de RP : 173Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
La surprise se fait voir dans ses yeux avant qu'un sourire apparaisse sur ses lèvres. Oh ! Erwan ! Cela fait depuis si longtemps qu'elle ne l'a pas vu ! Elle est heureuse de le revoir ici. Ils se sont connus à l'époque où les rebelles étaient exclus de Merkeley, s'étant retrouvés tous les quatre enfermés dans un train fantôme en panne. Elle avait rapidement compris que Saphira n'était pas la daëmonne la plus aimable, mais il en était tout autre de l'Italien. À la sortie du ménage, ils avaient finalement passé la soirée à écumer le parc d'attractions avant de rentrer ensemble au campement des rebelles. Parce que en effet, Erwan était comme eux, un non recensé. Allez savoir ses raisons ! Liberty ne le savait pas, la curiosité la poussait à se demander pourquoi mais elle ne lui avait pas posé la question. C'était personnel. Ils avaient donc eu l'occasion de se recroiser plus d'une fois au sein du camp et étaient devenus au final des amis. Parce que Canaö est ce qu'on peut appeler, le meilleur ami de la Seagard, elle ne pouvait considérer le daëmonien comme tel mais il est clair que c'est ce qui s'en rapproche le plus. Personne n'arrivera à avoir la même complicité qu'a Liberty avec son âme, ils ont passé tellement de temps ensemble lorsqu'ils étaient enfants, lorsque Liberty étudiait seule chez eux alors que leurs parents travaillaient et que Helena était en cours que forcément, ils n'avaient noué une certaine complicité que l'on ne pourrait pas défaire si facilement, voire même jamais. Il arrive bien à la jeune femme d'être exaspérée par le comportement du petit panda, celui-ci se comportant beaucoup comme un enfant, s'émerveillant de tout et souhaitant devenir ami avec tout le monde. Son envie de sympathiser avec n'importe quel individu ne fait pas partie des choses qui ont tendance à exaspérer la Finlandaise, c'est le côté chiant des enfants qui peut agacer Liberty. Celui-ci ayant des exigences et pouvant faire des crises, il lui arrive aujourd'hui de ne pas tolérer ce comportement qui l'agace. Ils sont grands, ils ont vingt ans, même si Liberty trouve que son comportement va avec la forme qu'il a prise, il serait bon que Canaö grandisse un peu !

« Erwan ! Ça fait longtemps ! comment vas-tu ? » déclare-t-elle joyeusement « Où est Saphira ? » demande-t-elle en parcourant les environs du regard, cherchant le jaguar qu'elle ne voit pas. Elle a déjà plusieurs questions qui lui viennent à l'esprit, mais elle se retient de tous les prononcés d'un coup, elle risquerait de le noyer sous le flot d'interrogations. Alors que ses yeux sont posés de nouveau sur l'homme, ceux-ci se baissent vers son sac où elle se met à ranger les deux bouquins qu'elle vient d'emprunter, faisant bien attention de ne pas les abîmer. « Salut ! T'es … oh ! Erwan ! C'est trop bien de te voir ici ! Tu deviens quoi ? » demande Canaö qui vient de le contourner, bien content d'être de nouveau au chaud même si dans l'idée, il ne tardera pas à ressortir pour pouvoir rentrer chez eux. Il hésite entre s'asseoir aux pieds des deux individus ou monter sur sa daëmonienne, rapidement la décision est prise et il prend la seconde option, grimpant avec souplesse sur l'épaule de la miss Seagard pour être au niveau du Valentini. Vous pourriez me dire, il a voulu se protéger de Saphira en faisant cela. En même temps, celle-ci ne l'apprécie guère. Mais en même temps, qui apprécie Saphira ? Pas grand monde. Et donc, vous auriez tort, car pas une fois la pensée de la daëmonienne d'Erwan rode dans les parages n'a traversé l'esprit du panda roux. C'est vraiment pour être à la hauteur du presque trentenaire que Canaö s'est mis sur l'épaule de Liberty, c'est bien plus agréable pour converser ! Évitons les torticolis, s'il vous plaît !
  
MessageVen 13 Jan - 9:31
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1490Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »


« Good friends, good books, and a sleepy conscience: this is the ideal life. » Mark Twain

Je reconnais rapidement ce sourire.
C'est bien elle. C'est bien Liberty. Mais où est passé sa chevelure arc-en-ciel ? C'était avec ça que je la reconnaissais – et la trouvais rapidement – au camp. J'appréciais me lever le matin et trouver sa tignasse multicolore dans les parages. Ça rendait les matins plus chauds.

Elle, par contre, me reconnaît immédiatement. Son visage est illuminé de ce beau sourire qui ressemble tant à celui de ma jumelle. Longtemps.. Oui, ça fait si longtemps. Comment je vais ? Oui, comment je vais tiens ? Toujours silencieux, je suis encore étonné mais heureux de la trouver ici – même si la joie n'est pas la première émotion qu'on lit sur mon visage –. La bouche entrouverte, je la fixe calmement, sans bruit comme si j'étais complètement sourd. Je ne m'attendais pas du tout à la trouver ici. Lorsqu'elle me demande où se trouve Saphira, je prononce un léger « euh.. » en pointant un rayon au hasard derrière moi. Putain, Liby', ça fait tellement longtemps que je ne t'ai pas vue !

Canaö vient briser mon silence en me saluant avec dynamisme et gaieté. Je baisse la tête pour poser mes yeux sur le petit panda roux. Toujours aussi adorable cette boule de poils roux. Il grimpe ensuite souplement jusqu'à l'épaule de sa moitié, pour se mettre à notre hauteur. Mon regard ne le quitte pas, un sourire au coin des lèvres. Je me rends ensuite vite compte que je suis toujours immobile et silencieux et que je n'ai répondu à aucune de leurs questions. Une décharge me réveille. Aller Valentini, reviens par en arrière !
Oui, ça faisait longtemps. Trop longtemps !
Je marque une courte pause.
Eh bien je vais bien ! J'ai repris une petite vie un peu normale depuis l'explosion du Conseil. Et vous alors comment allez-vous ?
En attendant leur réponse, je cherche Saphira du regard. La jaguar n'est toujours pas réapparu mais je sais qu'elle n'est pas loin. Saph', arrête de f.. Hors de question de débarquer dire bonjour au panda de salon et à pot de peinture. Sa remarque me fait regarder les cheveux de Liberty, que la féline voit immédiatement à travers mes yeux. Étonnamment, elle sort des rayons, dandinant gaiement sur ses quatre fines pattes agiles. Elle lève un sourcil à l'intention de Liberty et lâche, avec toujours autant de classe :
Dis donc, je comprends mieux pourquoi tu t'es versée de la peinture dans les cheveux. C'est un excellent camouflant des imperfections.
Elle regarde ensuite rapidement Canaö mais il n'a aucun intérêt pour elle. Elle me regarde.
Bon, on y va, on a du travail !
Puis elle s'apprête à quitter la bibliothèque, comme si la Terre entière allait suivre ses pas. Évidemment, je ne la suis pas.
Comme vous pouvez le voir, rien n'a vraiment changé dans ce côté-là.
Je ris un peu, histoire de détendre un peu l'atmosphère. Je ne sais pas si Liberty s'est habituée aux pics de ma moitié.
Et tiens, que faîtes-vous ici ? Tu as emprunté des bouquins ? je demande, me rappelant l'avoir vue ranger des livres dans son sac.
Je pourrais lui parler de la librairie dans laquelle je travaille, de Blue, mais je me dis que nous avons tout notre temps pour ça.
Tu as un peu de temps pour boire un coup ensemble ?
  
MessageLun 30 Jan - 20:32
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1642Nombre de RP : 173Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Nombreux sont les rebelles qu'ils n'ont plus revus depuis qu'ils se sont recensés, depuis que le Conseil a chuté. Ils se sont inquiétés de leurs situations pendant un temps, pensant à certains par moments, mais ils se concentrent surtout à mener leur petite vie tranquille. Il a été un peu difficile au début de s'adapter, que ça soit pour le camp comme de vivre de nouveau dans du solide et surtout, avec des inconnus. Mais tous deux ont accueilli le second événement comme une aventure à vivre, parce que dans le camp ça a été plus compliqué. Liberty a déprimé, loin de sa sœur, de sa très chère grande sœur. Coupée de tout, elle s'est renfermée sur elle-même, lorsqu'elle sortait de sa tente, elle tentait de faire bonne figure, ne pas trop montrer que cela lui coûtait beaucoup de ne plus être avec la seule membre de sa famille qui l'avait accompagné jusqu'aux États-Unis. La rupture avait été dure très dure, même si elle avait quelque peu tardé à se faire sentir. À peine quelques semaines après l'expulsion des rebelles de Merkeley, le moral de la belle à la chevelure colorée avait commencé à chuter. Pas que le camping lui soit désagréable, ça ne la dérangeait pas, elle aimait bien ça et puis, sa colocataire de tente était sympa. Mettre la main à la pâte pour aider le reste du camp, ça aussi ça ne la dérangeait pas, ça lui permettait de sortir un peu mais aussi de rencontrer d'autres personnes et pour Canaö, de potentiellement se faire d'autres amis. Mais elle avait fini par préférer son sac de couchage aux joggings matinaux et en ce qui concernait son job, elle y allait avec beaucoup moins d'envie alors que son travail au centre nautique lui plaisait toujours. Ses pensées restant vers le duvet et Helena.

Ils ont rencontré Saphira et Erwan en se retrouvant enfermés dans un train fantôme. Une période où la miss Seagard allait un peu mieux et commençait à remonter la pente. Bien sûr qu'ils se sont inquiétés pour eux après s'être recensés, peu de temps avant la chute du Conseil. Mais ils se sont dit qu'ils devaient aller bien. Saphira ne permettrait pas d'aller mal avec dit un jour le petit panda. À présent, ils attendent surtout une réponse de la part du daëmonien semble surtout stupéfait de les voir là. Et pourtant, la Finlandaise est tout à fait dans la tranche d'âge pour être à l'université. Oui, elle bosse à côté, mais c'est pour se faire de l'argent de poche, pour pouvoir payer son loyer et les nourrir comme pour pouvoir s'acheter des trucs à côté. Parce que même si sa famille a de l'argent, beaucoup d'argent, elle ne peut pas y toucher sans l'autorisation de sa grande sœur, sœur aînée dont elle n'a pas de nouvelles. Tout ce qu'elle sait, c'est que celle-ci est retournée dans leur pays natal. Va-t-elle bien ? Elle n'en sait rien. Liberty l'espère. Cela la désole que Helena ne veuille pas avoir de contact avec elle, mais en même temps, c'est justifiable, leur dernière rencontre a été marqué du froid qu'avait laissé la séparation que leur avait infligée le Conseil, et le manque de nouvelles de la part de la bio-kinésiste. Elle espère tout de même que Helena finira par la contacter tôt ou tard. Cette situation ne peut durer toutes leurs vies.

Un sentiment de culpabilité naît en Liberty en écoutant les quelques mots que prononce l'Italien. Elle n'a pas pris de nouvelles de lui depuis la chute du Conseil, il lui aurait juste fallu ouvrir un annuaire ou faire une recherche sur internet. Il ne doit pas y avoir trente mille Erwan Valentini dans les environs. Note à elle-même. Se mettre à chercher durant la semaine toutes les personnes avec qui elle a sympathisé au camp, elle est du genre à être amie avec tous ou presque, mais certains individus l'ont plus marqués que d'autres et c'est ceux-là qu'elle souhaite recontacter. « Nous allons bien, nous vivons notre petite vie tranquille. Sans l'épée de Damoclès du Conseil, ça fait du bien ! » Voilà que Saphira sort des rayonnages, daignant enfin les rejoindre même si cela ne fait qu'à peine quelques instants qu'ils discutent. Un sourire amusé apparaît sur les lèvres de la Finlandaise en écoutant les paroles de la jaguar « Moi aussi je suis contente de te revoir Saphira. » dit-elle d'une voix douce, refusant de rentrer dans son jeu. Par contre, Canaö, il n'attend que ça de pouvoir répliquer et lorsque celle-ci se dirige vers la porte menant vers l'extérieur du bâtiment, alors qu'Erwan leur dit que rien n'a changé, il déclare « Si ça cache tant les imperfections que ça, alors tu devrais le faire. » et paf ! Dans sa tronche ! Le petit panda savoure son effet du haut de l'épaule de sa daëmonienne. Une Saphira en rose fuchsia avec des paillettes, ça ne serait pas si mal que ça, non ?

« Eh bien, depuis que nous sommes revenus à Merkeley j'ai repris les études et nous habitons à présent dans un studio sur le campus. Et donc pour te répondre, oui j'ai bien emprunté des livres, un pour un cours et un autre pour tout simplement lire. Un meurtre sera commis le, d'Agatha Christie, tu connais ? » Les gens les contournent, ne leur prêtant pas plus d'attention que cela. Heureusement, la bibliothèque ne ferme pas dans l'immédiat sinon on les aurait mis dehors sans aucune délicatesse. De nouveau, un sourire fleurit sur ses lèvres alors que la belle à la chevelure blonde écoute la proposition de son ami « Bien sûr ! Il y a un bar pas loin, si tu veux nous pouvons y aller. Sauf si tu penses qu'un autre endroit serait mieux. » Même Canaö qui jusqu'à présent, avait juste envie de rentrer chez eux est emballé par l'idée de passer du temps avec l'Italien. Il l'aime bien, contrairement à sa daëmonienne. Les impératrices, très peu pour lui ! Alors il ne fait aucune réflexion, sentant l'impatience monter graduellement en lui. Devoir affronter l'espace de quelques minutes le froid de l'extérieur ne lui fait pas peur, sa fourrure l'arme suffisamment pour le tenir bien au chaud.
  
MessageMar 4 Juil - 9:45
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1490Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »


« The best way to pay for a lovely moment is to enjoy it. » Richard Bach

Une main dans les cheveux, je réalise que ma vie a bien changé ; et je n'ai rien vu venir.
Qui aurait cru que je deviendrais libraire à Merkeley ? Que le Conseil imploserait ? Que je cesserais de me tourmenter avec mes démons du passé ? Certainement pas moi. Depuis notre sortie du camp, tout s'est accéléré ! Et je n'ai rien vu venir.

Saphira n'a pas réagi à la réplique de Canaö pour défendre Liberty face au pic de la féline. Elle s'est simplement contentée de l'ignorer, en s’asseyant, la queue fouettant gracieusement l'air. Je n'ai lui ai pas prêté beaucoup d'attention ensuite, m'intéressant plutôt aux réponses de Liberty. Ça fait plaisir de sentir que tout le monde semble s'être laissé porter par la vie et que a disparition du Conseil a fait du bien à tout le monde ! Un bref coup d’œil sur son livre dont la couverture m'est familière et je réponds :
Évidemment ! J'adore Agatha Christie !
Y a t-il seulement un livre que je n'aime pas ? Si je pouvais passer ma journée dans les bouquins, cela ne me dérangerait pas. Je suis d'ailleurs étonné de ne pas m'être lassé des lettres après toutes ses études ! Tu es un homme de lettre ! avait affirmé Eléanore, un soir, lorsque nous discutions lycée. Elle voyait souvent très juste, ma jumelle. Surtout quand il était question de moi.

Liberty évoque un petit bar non loin. J'acquiesce d'un simple mouvement de tête. Je ne suis pas quelqu'un de très compliqué en général ; tout me va ! Je me laisse guider par Liberty jusqu'au bar, en dehors de l'université, à quelques pas à peine. On a du taff' ! On peut pas se permettre d'aller se prendre un petit café tranquille.. Tu te soucies des règles maintenant toi ? Saphira grommelle, puis prend les devants ; comme toujours. En fin de compte, il y a quand même beaucoup de choses qui n'ont pas changé ; et qui ne changeront jamais.

Arrivé en terrasse, je choisis la table. Sur la gauche, près des jardinières et des plantes accrochées au plafond. Ça me rappelle un petit salon où nous étions allé avec Blue. Le serveur s'approche de nous pour nous dire bonjour dans un grand sourire, si grand que je me demande s'il n'a pas mal aux joues ! Il s’éclipse ensuite vers d'autres clients pour nous laisser le temps de choisir. J'attrape la petite carte qui tient debout sur notre table.
Bon, aller, c'est moi qui offre !
Saphira grommelle à nouveau. J’enchaîne :
Quelles études tu fais déjà ? Je ne m'en souviens plus.
Je fais une petite mine désolée. Je ne retiens jamais ce genre de choses ; c'est terrible.

Le serveur revient finalement vite vers nous. Je ne prends jamais beaucoup de temps pour réfléchir, moi, je choisis tout le temps la même chose :
Un jus de pamplemousse pour moi s'il vous plaît et...
Un bol de lait.
Sec. Franc. Direct. Saphira déteste ne pas dire ce qu'elle veut. C'est elle qui sait ce qu'elle veut non ? Alors c'est à elle de le dire ! Logique.. Le serveur ne réagit pas au regard perturbant de ma Daemonne qui accompagne son ton hautain. Il se retourne vers Liberty qu'il doit trouver plus agréable – c'est même sur en fait –.

J'observe la jeune femme donner son choix, dans un sourire. Ah, Liberty, je crois que je te rencontre toujours dans les moments où je ne crois jamais te rencontrer !
  
MessageJeu 20 Juil - 21:56
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1642Nombre de RP : 173Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Ça fait toujours plaisir de revoir une personne que l'on apprécie et que l'on n'a pas vue depuis longtemps. Liberty a culpabilisé à plusieurs reprises de s'être recensée avant la chute du Conseil, d'avoir laissé ses amis dans le campement de rebelles. Mais Liberty a tendance à facilement culpabilisé et retrouver une vie normale lui a fait beaucoup de bien. Quand elle était dans le camp, elle avait tendance à déprimer, c'était surtout dû au fait qu'elle était loin de sa sœur. À un moment, elle a été au fond du gouffre et ne l'a même pas contacté alors que la voir lui aurait sans doute fait du bien, mais pour cela, il aurait fallu qu'elle arrive à sortir de son sac de couchage. Canaö a fait preuve de beaucoup de patience durant cette période. C'est toute seule et avec l'aide de son âme que la Finlandaise a réussie à s'en sortir. Une sortie dans un parc d'attractions l'a aidé à se remettre sur les rails et c'est là-bas qu'elle a rencontré Erwan et sa daëmonne. Elle n'oubliera pas de sitôt comment ils se sont rencontrés. C'était bien la première fois de sa vie qu'un train fantôme tombait en panne alors qu'elle était à l'intérieur, ce genre de choses arrivants généralement aux autres. Elle peut observer que malgré le temps qui est passé Saphira n'a pas changé, toujours désagréable, toujours antipathique et n'aimant personne d'autre que sa propre personne et théoriquement, son daëmonien. Est-ce qu'un daëmon peut ne pas aimer ou éprouver de la sympathie envers son daëmonien ? Liberty en doute même si elle se dit que sait-on jamais, ça peut exister.

Il ne leur faut pas beaucoup de temps pour rejoindre le café que connaît Liberty et encore moins pour se trouver une table même si ce soir, il y a un peu de monde. Mais pas assez pour qu'il faille élever la voix pour se faire entendre. « J'étudie en science, si je me souviens bien, tu étudiais toi aussi ? où en es-tu ? » Ça, ça n'a pas changé non plus. Elle étudie toujours dans le même cursus même si elle a pour projet d'étudier dans d'autres domaines, mais chaque chose en son temps ! Contrairement à Erwan qui bosse à présent, la bio-kinésiste ne sait pas ce qu'elle souhaite faire plus tard. Beaucoup de jobs s'offrent à elle, surtout sachant qu'elle est ce qu'on appelle communément, une surdouée. Une chose dont elle est sûre c'est de ne pas vouloir travailler éternellement au centre nautique. Pas qu'elle ne s'y plaise pas, loin de là, mais elle a pris ce travail comme boulot d'étudiant et elle ne souhaite pas faire carrière là-dedans. Tout se passe bien avec le patron, mais ça serait limiter ses capacités de rester là après ses études. Elle pourrait faire tant de choses ! Peut-être qu'avec son QI élevait elle trouverait des solutions pour telle ou telle maladie, qu'elle découvrirait des théories qui révolutionneraient le monde, trouverait comment résoudre certains problèmes importants de notre planète. Tant de choses s'ouvrent à elle et il serait dommage qu'elle se contente d'être simplement une monitrice. Son but, c'est d'aider les autres, ou au moins, de trouver des solutions à des problèmes importants, mais pour cela il faudrait qu'elle sache dans quel domaine elle mettrait son esprit à son service.

Ce que commande Saphira fait apparaître un sourire amusé sur le visage du petit panda, ça fait tellement penser à un chat, mais au fond Saphira est juste un gros chat. Un gros chat avec un sale caractère. « Un diabolo fraise, s'il vous plaît. » s'empresse de commander Canaö « Ça sera une limonade pour moi, merci. » son attention retourne rapidement vers l'Italien et elle lui adresse un sourire alors qu'elle enchaîne sur une question lorsque le serveur s'éloigne d'eux avec leurs commandes « Et sinon, quoi de beau ? hormis le fait que tu sois à présent libraire. » depuis la dernière fois qu'ils se sont vu de l'eau à couler sous les ponts. Pour sa part, Liberty a eu l'occasion de voyager un peu, aller à New York, retourner dans son pays natal pour retrouver sa grande sœur et son daëmon. La jeune femme espère bien pouvoir continuer dans sa lancée et visiter les États-Unis, beaucoup de villes la tentent, à vrai dire toutes les grandes villes et celles connues lui donnent envie d'y aller. De la plus simple à la plus atypique.
  
MessageVen 21 Juil - 18:42
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1490Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »

« A friend is someone who knows all about you and still loves you. » — Elbert Hubbard

L'air est frais aujourd'hui à Merkeley. C'est agréable.
Je regarde au loin le campus que j'ai quitté depuis un an. Peut-être deux. Peut-être même trois. Je gratte du bout des ongles le bout de barbe que j'ai laissé pousser sur mon menton sans trop m'en apercevoir. Je souris intérieurement. Voilà que je me fais déjà vieux? J'ai déjà passé la trentaine, il faut dire. Je me souviendrais toujours de ma mère qui n'arrêtait pas de se plaindre d'avoir passé cet âge-là. Eléanore et moi, on trouvait ça mignon.

Mon attention se tourne à nouveau sur Liberty lorsqu'elle me dit ce qu'elle fait comme études. Sciences. C'est marrant, nous sommes totalement opposés en matière d'études. Moi un homme de lettre, elle, une femme de sciences. Je lui fais remarquer en même temps que de lui dire quel type d'études je faisais et ce que je fais actuellement – enfin, ça, elle a du le voir tout à l'heure dans la bibliothèque –.

La serveuse s'en va après avoir pris toutes nos commandes. Saphira veut ajouter quelque chose quand Canaö commande un diabolo fraise mais je lui pince le cou et elle s'abstient. Ouf. Pas maintenant mon chaton, retiens toi un petit peu cette fois-ci. J'suis pas ton chat de salon sale faiblard Owh je le sais ça ma princesse ! Certes, je vieillis un peu, mais Saphira elle, elle ne semble pas changer. L'âge ne lui donne ni sagesse, ni raison. C'est pour les vieillards ça, les larves. Toujours aussi trash, oui oui.

Quoi de beau tu dis ? Je n'en sais rien ma chère amie. Dans un sourire, je réponds du mieux que je peux :
Quoi de beau ? Eh bien c'est une très bonne question. A part être devenu libraire ? Je réfléchis encore un peu. Et l'idée vient ! Owh eh bien je suis parti revoir ma famille en Italie, avec Blue, tu sais on est ensemble depuis un petit moment maintenant. Je ne suis même pas sur qu'elle le sait. Ce fut.. très.. très riche en émotions on va dire !
Je ne sais même plus si j'ai déjà parlé de ma famille à Liberty. Je crois que seule Blue est au courant ; et Cassady mais cela fait si longtemps que je ne l'ai pas vu. Je crois qu'elle est partie d'ici. Je décide de retourner la question à Liberty :
Et toi alors ? Qu'ai-je manqué depuis tout ce temps ?
La serveuse arrive avec nos boissons. Mon jus de pamplemousse a l'air délicieux. Je lui souris en la remerciant pendant qu'elle vide son plateau. Saphira grogne un peu quand elle renverse une goutte de son lait.
Vous pourriez faire attention ! C'est quand même pas compliqué !
Saph'.. Excusez la, dis-je en m'adressant à la jeune femme. Elle fait ça tout le temps.
Ca ne semble pas la rassurer. Oups. Elle s'éloigne sans rien dire. Je soupire en adressant un petit clin d’œil à Liberty. Toi, tu le sais.
C'est agréable de retrouver une amie.
  
MessageMer 26 Juil - 2:32
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1642Nombre de RP : 173Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Même si elle aime lire et qu'elle peut dire que c'est l'une de ses passions, elle ne fera sans doute jamais d'études dans cette matière. Elle n'y voit rien d'intéressant à part se divertir et faire passer le temps. Elle respecte tout de même le fait que certaines personnes fassent des études dans ce domaine, il faut bien de tout ! Maintenant qu'Erwan lui parle du fait qu'il est à présent libraire, ça lui semble logique qu'il fasse un tel métier après avoir fait de telles études. En tout cas, elle, elle ne se verrait pas passer ses journées dans une librairie, même si elle est tout à fait capable de la passer dans une bibliothèque. Mais ce n'est pas la même chose, là on parle boulot et libraire ne serait pas un travail qui conviendrait à la Finlandaise. Elle doute que le travail que fait Erwan convienne à Saphira, elle la voit mal rester des heures allonger à s'ennuyer. Après tout, Saphira n'aime rien ni personne sauf elle, alors il est logique de l'imaginer s'ennuyer dans un tel endroit. Il n'y a pas grand-chose à faire dans une librairie selon Liberty et Saphira n'est pas la personne la plus sociable. Il faut juste apprendre à l'ignorer et surtout converser avec son daëmonien. Selon la Finlandaise, le jaguar grogne puisqu'elle ne mord, elle ne s'est donc jamais véritablement inquiétée pour la sécurité du panda roux contrairement à lui qui a toujours gardé un œil sur l'autre âme. Causer bouquins, elle n'a aucun problème sur ce point, déblatérer sur pourquoi tel auteur a écrit son oeuvre, alors là, elle aura du mal ! C'est ce qui doit sans doute la différencier des littéraires.

Depuis combien ne se sont-ils pas vu ? Depuis qu'elle est partie du camp des rebelles et ça fait longtemps ! trop longtemps ! Ils ont chacun évolué dans leurs vies. Preuve en est, il leur raconte qu'il est parti en Italie avec Blue, voir sa famille. Sa famille, Liberty n'en a plus beaucoup, elle n'a quasiment aucune nouvelle de son aînée et cherche à garder espoir en ce qui concerne ses parents qui ont disparu il a des années de cela. Le choc a été tel que pendant un temps son esprit a rétrogradé et qu'elle avait des comportements assez enfantin, mais finalement ça a disparu et c'est Canaö qui l'est resté. Mais a-t-il un jour été adulte ? Oui, il y a bien eu quelques fois où le daëmon n'a pas agi comme un enfant. Il a su faire preuve de courage lors des derniers instants du Conseil où ils se sont retrouvés agressés par un clone d'Helena et d'Ajet. Il était certes question de survie à ce moment-là, mais au lieu de se cacher il a choisi d'attaquer. Lui, petite boule de poils rousse attaquant comme il le pouvait un griffon, animal beaucoup plus grand et massif que lui. Eux aussi ont eu l'occasion de voyager, retourner dans leur pays d'origine, visiter New York. Le premier a été empreint d'émotions, cela faisait depuis si longtemps qu'ils n'y étaient pas retournés ! Les souvenirs sont remontés à la surface et encore plus lorsqu'ils ont eu la possibilité de rentrer dans le domaine et la maison qui les ont vus grandir. Une expérience qu'ils envisagent de ré-expérimenter, pas forcément dans l'optique d'aller voir Helena, mais c'est que leur contrée leur manque déjà et qu'elle est belle à visiter. Peut-être y retourner en hiver pour y voir les célèbres aurores boréales, étant nés et ayant grandi dans un pays où l'on peut les voir ça ne sera donc pas la première fois qu'ils les verront, mais c'est toujours aussi beau à voir.

« Pas grand-chose, je poursuis mes études. Nous avons eu l'occasion nous aussi de retourner dans notre pays, mais pas pour les mêmes raisons. Après la chute du Conseil, notre sœur a décidé de s'en aller, sans réponse de sa part à nos courriers, nous avons décidé d'aller la voir. Sinon, nous avons eu l'occasion de visiter brièvement New York, l'espace d'un week-end. Mais nous envisageons d'y retourner pour mieux la visiter. Vous y êtes déjà allé ? » Ont-ils déjà un jour parlé d'Helena aux deux Italiens ? Liberty ne sait plus. Elle espère que son aînée reviendra bientôt aux États-Unis, elle espère aussi que leurs relations seront meilleures qu'avant, que ça ira mieux entre elles. Elle accepte totalement ses torts, mais elle n'est pas la seule en cause, Helena l'est aussi. La Finlandaise n'aime guère s’épancher sur le sujet de la famille, c'est lui rappeler que ses parents sont toujours portés disparus et qu'ils ne sont peut-être plus envie. Elle garde toujours espoir, il le faut. Elle n'a pas non plus souvenir qu'Erwan lui a déjà parlé de sa propre famille, a-t-il des sœurs ? des frères ? Elle ne sait pas si elle peut aborder ce sujet, après tout, peut-être est-ce pour lui aussi un sujet difficile. La serveuse revient avec leurs boissons, la bio-kinésiste n'a pas le temps de la remercier que Saphira se montre désagréable envers elle. Liberty esquisse un mince sourire, rien de rieur, rien de moqueur, juste compatissant, parce que tout le monde qu'il soit proche ou non de l'homme doit subir Saphira. Lorsque la jeune femme s'en va l'attention et le regard de la belle blonde vont vers Erwan « Blue a apprécié le séjour ? C'était la première fois qu'elle allait en Italie ? » « Comment va-t-elle ? » au moins comme ça, le sujet de la famille n'est pas abordé, en tout cas pas immédiatement. Car Liberty est curieuse et aimerait bien en savoir plus sur son ami.
  
MessageJeu 27 Juil - 18:52
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1490Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »

« Le temps perdu se rattrape toujours. » — Alexandre Vialatte

Je porte mon jus de pamplemousse à mes lèvres. C'est mon jus préféré depuis.. owh depuis très longtemps. Celui-ci est pas trop mal, un peu trop sucré à mon goût mais qu'importe. Je me remémore ce que vient de me dire Liberty. Je ne savais pas que la jeune femme avait une sœur, ni même d'où elle vient, son pays d'origine. C'est terrible de se prendre proche des gens sans même savoir d'où ils viennent ! Je suis, ou du moins, j'étais – peut-être – quelqu'un de très secret et je sais que parler de moi est une des dernières choses qui me venaient à l'esprit. Maintenant.. Maintenant c'est différent.

Liberty s'interroge maintenant sur le fait que Blue est apprécié le voyage ou non. Ah nous voilà revenu sur nous. Canaö s'intéresse même à comment elle va. Je fronce légèrement les sourcils en reposant mon jus de pamplemousse :
Attendez.. Vous vous connaissez.. bien ?
Ca non plus, je ne savais pas. Je ne me souviens pas avoir parler de Liberty avec Blue et non plus de Blue me parlant de Liberty. Finalement, dans un sourire, je poursuis :
Eh bien, je crois qu'elle a apprécié. Tu sais, depuis que je suis arrivé ici, je suis quelqu'un de très secret, je ne me suis jamais vraiment confié aux autres. Puis, lorsque Blue est arrivée, il fallait que j'apprenne à le faire. Mais bon, certaines choses ne sont pas faciles à dire alors j'ai trouvé ça plus intéressant que nous partions tous les deux.. à la découverte de nos « secrets » on va dire !
Je bois une autre gorgée avant de continuer pour Canaö :
Et ça va bien pour Blue ! On reconstruit un peu ce qu'on a laissé derrière depuis l'expérience du camp.
En parlant si ouvertement à Liberty, une idée me vient.
D'ailleurs, en parlant de reconstruction, j'ai décidé de rattraper le temps perdu à chasser des démons du passé. Puisque Liberty tu es ma plus ancienne amie depuis que je suis ici, j'aimerais rattraper tout ce que je ne sais pas de toi et que je devrais savoir. J'effectue une courte pause sinon je n'ai plus de souffle pour la suite. Alors, tu me poses une question, je te donne une réponse ; puis c'est mon tour. Ainsi de suite.
Je regarde la jeune femme, un petit sourire au coin des lèvres pour attendre son approbation. Quoi de mieux qu'un verre, une amie et du temps pour rattraper ce qu'on a manqué ? Saphira soupire, désespérée à l'idée que, elle, elle risque de perdre son temps.
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant