Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Nous évoluons et avançons # Erwan

 
  
MessageJeu 10 Aoû - 2:16
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1534Nombre de RP : 171Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Blue et Erwan, ils les ont connu lorsque les rebelles ont été éjectés de Merkeley. Comme eux, ils ne s'étaient pas recensés. Erwan, ils l'ont connu dans un parc d'attractions, ils se sont retrouvés bloqués dans un train fantôme. Quant à Blue, c'est dans le camp qu'ils ont fait connaissance, le premier jour de leur séjour là-bas. L'étonnement de l'Italien fait apparaître un petit sourire amusé sur les lèvres de la daëmonienne « Bien, je ne sais pas trop. Mais nous avons habité dans la même tente, donc ça rapproche forcément. » « J'ai même pu monter sur le dos de Ky ... Kya ... raah, son prénom il est trop compliqué ... mais en tout cas c'était trop bien ! » best activité ever de monter sur le dos d'un dinosaure, ça avait le don de mettre la peluche rousse dans un état d'excitation qu'il avait du mal à se calmer. Liberty boit une gorgée alors que son daëmon s'amuse à boire à l'aide de la paille et surtout d'essayer de faire des bulles avec. Voilà une activité, qui, comme tous les enfants, trouve ça amusant. Liberty sourit de nouveau en écoutant Erwan lui parler de Blue, la jeune femme est heureuse pour lui, tout le monde mérite d'être amoureux et elle se dit qu'il a trouvé la personne qui lui convient. Combien d'expériences amoureuses a-t-il eues avant Blue ? Liberty n'a pas eu l'occasion de sortir avec beaucoup de garçons, pas que ce soit de la faute de Canaö, mais plus d'elle qui préfère se concentrer sur ses études que de chercher à se caser. Peut-être une façon pour elle de se protéger de potentielles déceptions ? Par contre, la dernière phrase que prononce le jeune homme fait tilter Canaö qui relève la tête et braque ses yeux sur le daëmonien « Ça veut dire que vous habitez ensemble ? » « Canaö ! » s'exclame Liberty.

D'un hochement de tête elle accepte la proposition d'Erwan, c'est un bon moyen d'apprendre à le connaître car après tout, elle ne le connaît pas tant que ça et serait ravie d'en apprendre plus sur lui. C'est aussi un moyen qui lui offre pour lui poser la question qui lui était passé à l'esprit. A-t-il des frères et soeurs ? Et si oui, sont-ils eux aussi des daëmoniens ? Une question logique qui irait avec celle-ci serait, est-ce que leurs daëmons ont aussi mauvais caractère que Saphira ? Mais ça, elle sait que si elle la pose, ça piquera tout de suite le jaguar. Autant rendre le moment qu'ils passent ensemble utiles. Elle laisse passer volontairement une bonne minute, sirotant son verre, avant de prendre la parole. Après tout, c'est à elle de commencer ce petit jeu et elle a tant de questions à lui poser ! « C'est une bonne idée. Bien, alors de quelle ville viens-tu ? » commençons tranquillement avec une question simple qui ne devrait poser aucun problème. Elle s'attend qu'avec ce jeu la question en retour soit sur ses origines, ça serait logique après tout, c'est ce qui arrive généralement, on retourne la même question à celui qui la posait. Elle se cale un peu mieux sur sa chaise, doux sourire sur ses lèvres, ses yeux sont posés sur ceux de l'Italien et ses doigts entourent son verre de limonade qui est à moitié vide. Elle théorise dans sa tête la provenance de l'homme, Rome, Milan, Naples, Venise ? Une ville moins connue ? Il faudrait qu'un jour elle y aille. Les monuments qu'offrent Rome tel que le Colisée n'intéresserait sans doute son daëmon, sauf si elle lui raconte leur passé et encore ... leurs différences se ressentent dans ce genre de moments. Liberty aime visiter les musées, les églises, les architectures remplit d'histoire alors que ce genre de choses a tendance à gaver rapidement Canaö. Il y voit très peu d'attrait et même s'il s'émerveille facilement dans les musées – sauf s'il est question de peintures, là il n'y a aucune chance qu'il accroche – il finit par s'ennuyer rapidement et par vouloir s'en aller.
  
MessageVen 11 Aoû - 9:31
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1480Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »

« Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines. » —  Marcus Garvey

J'ai été étonnamment surpris de voir que Blue et Liberty se connaissent. J'ai souris lorsqu'elle a évoqué le fait qu'elles étaient dans la même tente au camp. Comment ai-je fait pour ne pas le voir ? Moi qui passait la plus part de mon temps avec Blue. Tu ne partageais pas sa tente non plus, m'a fait remarqué Saphira. C'était vrai. Et c'était sûrement pour ça que je ne les ai pas vu ensemble ? J'ai ensuite ri quand Canaö a parlé de son activité. Saphira a soupiré, roulant les yeux en l'air. Mais personne n'a fait trop attention. J'ai ensuite répondu à la positive à la question de Canaö que Liberty a voulu faire taire. Mon regard était doux, montrant que ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Après tout, ça faisait maintenant plusieurs mois que Blue et moi habitions ensemble.

Liberty sirotte son verre. Je l'imite mais réalise que j'ai presque fini mon jus. Déjà ? Décidement, j'ai la descente beaucoup trop rapide. J'avale calmement en écoutant la question de mon amie. Ah, venons-en aux racines. Je repose mon verre et réponds :
Je viens de Padova, à quelques kilomètres de Venise. Une quarantaine environ.
J'utilise toujours Venise pour situer l'endroit d'où je viens. Dans un sourire, je lui retourne la question :
Restons sur les essentiels du coup. Et toi ? Quels sont ton pays et ta ville d'origine ?
C'est vrai, elle a évoqué son pays d'origine, mais je ne sais absolument pas lequel sait. Saphira râle devant cette discussion qu'elle trouve trop ennuyante. Je lui demande de la fermer télépathiquement. Surprise par autant d'agressivité, elle se couche – en râlant, toujours, évidemment –. Je peux me concentrer à nouveau sur Liberty et son histoire.


Binoufle :
 
  
MessageLun 21 Aoû - 0:22
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1534Nombre de RP : 171Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Venise, ça elle sait situer. Padova pas du tout. Il faudra qu'elle fasse une recherche sur google map en rentrant si elle n'oublie pas. Elle se demande comment a été la vie d'Erwan et Saphira là-bas . Est-ce que dans la ville les daëmoniens étaient bien acceptés ? Ce n'est pas parce que dans un pays il y a une bonne acceptation globale que forcément tout le monde les apprécie, il y a bien quelques endroits où on jette volontiers la pierre aux daëmoniens. Comme s'ils étaient en tord, comme si c'était une faute d'être né différent, comme s'ils étaient des monstres. Mais ils ont tous cohabité en plus ou moins harmonie pendant tout ce temps jusqu'à ce qu'il y ait la Révélation. Quand Liberty y repense elle trouve ça assez dingue et stupéfiant de voir un tel rejet alors qu'ils habitent la même planète depuis des générations et des générations sans avoir eu de réels problèmes auparavant. C'est dingue aussi que les humains pensent que ce sont eux, les daëmoniens, qui sont les anomalies et si au final c'était plutôt eux, les humains qui étaient anormaux ? Bien sûr, les membres de leur espèce rejetteront forcément cette théorie, ça serait con de se remettre en question, vraiment remettre en question, et dire que certaines espèces de singes vivent en harmonie et n'ont quasiment pas de discorde, ça devrait peut-être être eux qui devraient être majoritaire sur Terre ? Qui devraient être l'espèce dominante. Même si l'humain a su évoluer et se développer il arrive à la miss Seagard de penser qu'ils sont très bêtes, mais quand elle pense aux humains elle pense aussi à eux, les daëmoniens car pour elle, forcément les humains ne sont pas les seuls à être ainsi et à faire de telles choses. Après tout, les daëmoniens n'ont que quelques différences et ils ont dû commettre des exactions par le passé. « Nous n'avons jamais eu l'occasion d'aller à Venise. »

Bien entendu la question sur les origines lui revient, un sourire apparaît sur ses lèvres. Son pays lui manque, c'est un fait, l'envie de voyager elle en a prit goût et elle ne dirait pas non pour y retourner quelques semaines – ou plus – histoire de bien visiter son pays, se remémorer des souvenirs et peut-être revoir encore une fois sa sœur mais elle ne veut pas paraître trop oppressante. « Nous venons d'Helsinki, en Finlande. En fait, notre maison était juste à côté de la ville, mais on peut considérer que nous habitions à Helsinki tellement c'était proche. C'est vraiment un beau pays, si vous n'y êtes déjà pas allés vous devriez y aller au moins une fois, histoire de voir au moins les aurores boréales, même si les paysages et les villes en valent tout autant le coup. » C'est probablement pour cela qu'elle tolère mieux les températures basses et que Canaö s'est transformé en animal avec une épaisse fourrure. Elle se souvient d'en avoir déjà vu plusieurs lorsqu'elle habitait encore là-bas, quand elle était petite ça l'avait émerveillé et surtout rendue très surexcitée et les autres fois où elle a pu en voir elle était toujours émerveillée mais beaucoup moins excitée, après tout, elle avait grandi. Liberty s'accorde un temps de réflexion choisissant ses mots, la question elle pense qu'elle est facile et qu'elle ne remuera pas forcément de couteau dans une plaie – même si sait-on jamais – mais c'est qu'elle a bien envie d'en poser deux à la fois. Bah, ça peut bien attendre. « Vous avez des daëmoniens dans votre famille ? » Oh, bien sûr elle s'attend à avoir le même genre de question après, mais de son côté il est sûr que ça ne la dérangera pas d'en parler, les daëmoniens sont communs dans sa famille et ça n'a jamais été un tabou même si lorsqu'ils recevaient quelqu'un chez eux leurs daëmons devaient se comporter comme de vrais animaux et avoir toujours la même forme.
  
MessageJeu 24 Aoû - 19:02
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1480Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »

« The town was paper, but the memories were not.  » — John Green

Un doux soleil réchauffe finalement notre petite terrasse. C'est agréable de sentir sa chaleur réchauffer nos dos. Je sirote encore un peu de mon jus en attendant que Liberty me réponde. La jeune femme ne tarde pas trop et j'écoute attentivement ses paroles. Je suis surpris de la savoir finlandaise. Quoi que, ça lui va bien ! Le nom de la ville m'est bien entendu inconnu mais je me promets de l'enregistrer pour m'en souvenir. Lorsque la jeune femme me conseille de visiter la Finlande pour tous ses trésors, je lui réponds :
On note le projet. Peut-être passerons-nous un jour où tu y seras ? Je te souhaite la même chose pour Venise !
Effectivement, Liberty m'a dit qu'ils n'étaient jamais allés dans la ville qui dort sur l'eau. Peut-être elle aussi pourrait-elle passer lorsque nous y serons ? Car nous y retournons ! Cette fois, j'en suis certain.

La question de Liberty arrive ensuite. Je lève quelques secondes les yeux vers le ciel puis réponds presque dans la foulée. Il n'a pas trop réfléchir – enfin, pas vraiment, normalement – :
Mes parents sont humains. Je suis né dæmonien avec ma jumelle Eléanore.
En temps normal, j'aurais du mal à prononcer son nom. Mais pas maintenant. Plus maintenant. Cependant, je ne précise pas à Liberty le défunt destin qu'a connu ma sœur. Peut-être à l'occasion d'une prochaine question. C'est mon tour à présent.
Quelle est ta plus grande peur ?
J'aurais pu effectivement, retourner la question à Liberty mais je préfère varier les sujets. Je reviendrais sûrement dessus plus tard. Le thème de notre rencontre m'a donné envie de poser cette question.
  
MessageLun 28 Aoû - 1:23
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1534Nombre de RP : 171Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Helsinki est tellement grande qu'il est facile de s'y perdre si on a un mauvais sens de l'orientation, en même temps, c'est une capitale et non un petit bourg ! L'ambiance là-bas est vraiment agréable, la ville est vivante et ça se sent. Il faut ne pas avoir trop de problèmes avec le froid pour aller en Finlande car même si les températures sont bonnes en été, l'hiver est impitoyable. Elle se souvient de la neige qui tombait du matin jusqu'au soir et des tempêtes dont elle s'émerveillait avec son daëmon devant la fenêtre. Elle a grandi avec le froid typique des pays du Nord alors elle le supporte mieux que beaucoup d'autres Européens. Contrairement à beaucoup, Liberty et Canaö ne rouspètent pas lorsqu'ils voient de la neige tomber. Certes, c'est embêtant, handicapant même par moments mais c'est tellement beau, ils aiment tellement ça, la neige c'est un souvenir de chez eux, un souvenir qui se transporte si facilement à travers la plupart des pays et qui leur permet de retrouver un peu de leur contrée natale. Elle se souvient de l'époque où elle faisait des anges dans la neige du parc de leur demeure, des bonhommes de neige et des batailles. Ce temps lui semble si lointain. « Oh, c'est si grand qu'il y a peu de chances que nous nous croisions, à moins que nous sachions que nous y sommes en même temps. »

Suite à ce que lui répond Erwan sur ses parents et sa soeur jumelle, des questions apparaissent dans l'esprit de la belle blonde. Comment ont-ils pris de mettre au monde deux daëmoniens ? Vu qu'il a eu l'occasion de retourner chez lui il doit avoir quand même une bonne entente avec eux. Liberty ne se doutait pas que l'Italien avait une soeur, elle se demande à quoi elle peut ressembler vu qu'elle est son double féminin. Et son daëmon, est-il aussi désagréable que Saphira ? Ressemble-t-il à l'âme du jeune homme ? Le sujet daëmonien-daëmon est encore très mystérieux et beaucoup de questions n'ont pas encore eu des réponses. Par contre, la question que pose le daëmonien fait froncer les sourcils de Liberty. A vrai dire, elle n'y a jamais vraiment pensé. Quelle est donc sa plus grande peur ? Perdre Canaö semble la réponse la plus évidente, pourtant elle prend le temps de réfléchir. Avoir une grande peur est trop restrictif pour la miss Seagard, elle finit sa boisson dans le silence laissant son cerveau carburer à la recherche de quoi répondre à Erwan. Au bout d'un temps elle finit par relever son regard vers lui « Je ne sais pas trop, qu'il arrive quelque chose à Canaö, le perdre est l'une de mes plus grosses angoisses. Mais s'il lui arrive une telle chose je n'aurais rapidement plus à m'en soucier ... » ses doigts vont se poser sur la fourrure rousse de la peluche vivante, une manière d'enlever ce petit sentiment de mal-être qui s'est installé suite aux mots qu'elle vient de prononcer « Mais aussi mes peurs vont vers ma famille. Helena est en Finlande et j'avoue que parfois, le fait qu'elle ne soit pas là m'angoisse un peu, mais c'est parce que nous avons passé tellement de temps ensemble et c'est surtout lié à ces moments où j'ai des coups de cafards. Bref, des peurs bien banales ... »

La jeune femme fait un signe à la serveuse qui était venue à leur table, elle a bien envie de reprendre une boisson. Le temps qu'elle arrive Liberty peut poser sa question vu que c'est à présent son tour. « Donc, tu as une sœur jumelle. Quel travail fait-elle ? » Elle ne se doute de rien et avant même qu'Erwan ait pu répondre voilà que la serveuse apparaît à leur table, sourire aux lèvres faisant en sorte de ne pas jeter un regard vers la daëmonne « Je reprendrais une limonade et pouvez-vous apporter de l'eau, s'il vous plaît ? Merci. Un pichet ira très bien. » Histoire d'équilibrer et parce qu'une telle boisson sucrée ne désaltère pas. Elle sait qu'après ce soda elle n'en reprendra pas un troisième et si elle veut que le panda roux ne soit pas trop agité ce soir, elle limitera aussi les boissons de ce genre et tant pis s'il s'en plaint.
  
MessageMar 29 Aoû - 23:24
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1480Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »

« The art and science of asking questions is the source of all knowledge. » — Thomas Berger

La réponse de Liberty me fait sourire. Je suis toujours ému par deux âmes qui s'aiment intensément. Je l'observe toucher d'une main douce sa moitié à poil roux. Quel lien complexe mais si intense que celui qui lie les deux corps de notre espèce ! Deux corps, une seule âme. J'avoue qu'en y réfléchissant quelques instants, c'est assez étrange et difficilement imaginable. Évidemment, pour moi, ça me paraît évident, essentiel, inimaginable sans.

La jeune femme évoque une autre peur, tout aussi honorable. La famille, quel lien complexe celui-ci aussi, mais si intense et inexplicable ! Stop la philosophie, on a arrêté les cours.. Je souris intérieurement – même si la philosophie ne ressemble pas tant à toutes ses pensées qui me traversent –. Je fronce cependant les sourcils lorsque Liberty qualifie ses peurs de « banales ».
Je ne suis pas d'accord ! je ne peux m'empêcher d'ajouter à sa suite.
La serveuse revient rapidement après l'appel de Liberty. Mon amie commande une autre boisson. Quand elle a fini de griffonner quelques mots illisibles sur son papier, elle se tourne vers moi. Je lui dis que je vais reprendre la même chose. Elle ne griffonne pas pour moi : elle s'enfuit, refusant de croiser le regard de Saphira. C'est compréhensible.

Le poil de Saphira se dresse lorsque Liberty pose sa question. Elle ne peut s'empêcher de me regarder les sourcils froncés. Vais-je le dire ou non ? Visiblement, Saphira a oublié le but de notre précédent voyage. J'inspire avant de répondre, calmement :
Ma sœur est décédée.
Je laisse mon regard s'enfuir quelques secondes pour chasser les images d'horreur de sa découverte macabre. Quand je me sens plus fort, je secoue les mains devant Liberty en ajoutant :
Et ne te sens pas mal, tu ne pouvais pas savoir ! On a tous nos histoires sombres.
Je suis calme, beaucoup plus calme qu'à mon arrivée face à ces souvenirs-là, certes, mais il est encore difficile pour moi de développer. Je n'ai jamais vraiment mis la mort de ma sœur sous le joug de la vérité. Je ne préfère pas conter des faits qui sont peut-être faux. Comment peux-tu douter de sa parole, grogne Saphira dans mon esprit.
Quand as-tu quitté la Finlande ? Pour quelle raison ?
Outch ! Deux questions. Ce n'est pas grave, elles vont ensemble.
  
MessageVen 1 Sep - 19:41
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1534Nombre de RP : 171Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
La réaction de Saphira suite à la question que vient de poser Liberty la surprend un instant avant de comprendre en entendant la réponse d'Erwan. Même s'il lui dit de ne pas se sentir mal, elle l'est quand même, car Erwan est un ami et qu'elle ne peut s'empêcher d'être affectée par une telle mort. Comment sa sœur est-elle décédée ? Question déplacée qu'elle ne posera pas. Maladie ? Accident ? Meurtre ? « Je suis tout de même désolée pour vous deux, si un jour tu as besoin d'en parler, n'hésite pas à venir me voir. » Même Canaö a arrêté de s'intéresser à sa boisson, il se sent lui aussi un peu mal, désolé par cette nouvelle. Ça réveille chez eux la perte de leurs parents et l'angoisse qu'ils ont d'apprendre un jour qu'ils ne sont plus de ce monde. « Je suis désolé aussi ... » marmonne-t-il en ne sachant pas trop quoi dire. Saphira et l'autre daëmon étaient-ils proches ? Canaö se dit que peut-être est-ce l'une des raisons de pourquoi le jaguar agit ainsi, une manière de ne pas montrer la souffrance de la perte d'un frère – et d'une sœur – de se montrer forte. En apprenant cette nouvelle les deux Finlandais voient à présent autrement l'autre duo, ni l'un ni l'autre ne soupçonnaient qu'Erwan avait eu une sœur jumelle, en même temps, il n'en a jamais parlé et la question ne leur est pas vraiment venu à l'esprit non plus. La réaction de la serveuse a fait sourire mentalement Liberty, ignorer la daëmonne est la meilleure des choses à faire, la craindre c'est comme la caresser dans le sens du poil.

Les yeux de la blonde se baissent l'espace d'un instant vers la table lorsque Erwan demande pourquoi elle a quitté la Finlande. C'est un pays qui a assez bien accepté les daëmoniens, il n'y a pas eu de réelles violences et elle n'en a jamais été victime. Il y fait bon vivre que ce soit pour les humains comme pour les daëmoniens. Elle y est née et elle y a grandi et pourtant elle est partie. Sa sœur et elle avaient besoin de changement après la disparition de leurs géniteurs, elles avaient besoin d'un nouveau départ pour ne pas rester éternellement dans le passé. En plus de ça, Merkeley a une université composée uniquement de daëmoniens à l'époque, elles ne se seraient pas sentie à part. Et pourtant, ce changement les a fait prendre de la distance à cause de leurs opinions divergentes. Helena était ce qu'on appelle une pro-conseil alors que Liberty refusait de se recenser, une énorme différence qui faisait naître des conflits entre elles. Alors que la miss Seagard relève ses yeux vers Erwan la serveuse revient, dépose les verres et le pichet puis s'en va précipitamment sans un mot. Il faudrait peut-être lui faire la remarque qu'elle n'a pas à avoir autant de crainte envers Saphira. Après tout, on ne peut pas toucher l'âme qui n'est pas la nôtre sans infliger de la souffrance envers son daëmonien. Ainsi, un daëmon ne peut pas s'en prendre à un humain ou un daëmonien sans avoir mal et faire souffrir son daëmonien. Son attention revient finalement vers Erwan « Ça va faire quatre ans je dirais que nous sommes arrivés à Merkeley, nous avions besoin de changements, un nouveau départ. Pourquoi vous ne vous êtes pas recensés ? » Elle n'a pas abordé le sujet de ses parents, elle était pourtant honnête dans sa réponse même si elle a omis ce détail, toutes deux avaient besoin d'un nouveau départ. En même temps, Erwan n'a rien demandé ce sujet, alors c'est facile pour elle d'esquiver le sujet, en tout cas pour le moment.
  
MessageMar 5 Sep - 10:27
avatar
Date d'inscription : 30/11/2012Nombre de messages : 1480Nombre de RP : 187Âge réel : 18Copyright : © Lou'Avatar daëmon :
Erwan A. Valentini
« And if somebody hurts you
I wanna fight »

« We should all relax about life because you don't have a clue as to what's really going on. » — Barry Sonnenfeld

La compassion et discrétion de Liberty me touche. Elle s'est excusée malgré le fait que je lui ai dit de ne pas le faire. Mais elle n'a rien ajouté d'autre. Pas d'autres remarques. Pas d'autres questions. Parfait. C'est ce dont j'avais besoin. J'ai hoché la tête quand elle m'a dit qu'elle était si jamais nous avions besoin. En temps normal, j'aurais refusé cette aide, froidement, vivement. Mais nous voilà. Je gratte ma barbe naissante en réalisant que la vie n'est qu'une enchanteresse, changeant de visage et d'humeur.

J'aperçois la serveuse revenir pendant que Liberty baisse les yeux. Elle réfléchit certainement, elle aussi, à la façon dont elle peut répondre à ma question. Son temps de réflexion dure jusqu'à ce que la petite demoiselle pose sur notre table les quelques commandes. J'attrape mon jus de pamplemousse tout en écoutant mon amie. Changements, nouveau départ. Ce sont des mots qui n'ont jamais vraiment fait partis de moi ; jusqu'à aujourd'hui.
Je comprends.
Je bois quelques gorgées avant de répondre à sa nouvelle question. Saphira n'est pas à l'aise car la réponse implique certaines explications. Mais je suis prêt maintenant à les donner.
Eh bien.. Ma sœur, qui était de plus ma sœur jumelle, est morte, assassinée par un homme étrange que je ne connaissais pas. Je l'ai découverte avant qu'elle ne disparaisse complètement et elle m'a dit de me méfier du Conseil, de leurs institutions. Je l'ai donc écoutée et je ne me suis pas recensé.
Courte pause.
Mais vois-tu, maintenant, avec le recul, je me demande si tout ce en quoi je croyais était juste. J'ai toujours cru que c'était un membre du Conseil qui avait tué ma sœur et que le Conseil ne nous voulait que du mal. Je voulais donc démanteler ce réseau pour savoir, connaître la vérité. Je n'ai pas réussi. Je n'ai même pas véritablement essayé. C'est plus facile de rester dans la haine que de se confronter à la réalité, la véritable réalité.
Je repose mon verre. Je n'ai pas l'habitude de parler autant. C'est assez perturbant en fin de compte. Je vais m'y habituer !
Je te retourne la question ! Et vous alors ? Pourquoi ne pas vous être recensés ?
  
MessageMar 12 Sep - 18:31
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1534Nombre de RP : 171Âge réel : 22Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Liberty pince les lèvres en écoutant le récit d'Erwan, elle connaît ça, enfin, elle n'a pas eu la même expérience que lui mais elle sait ce que c'est d'avoir de la méfiance envers le Conseil et au final, elle avait raison de ne pas leur faire confiance ! La main de la belle blonde se pose sur celle de l'Italien, lui montrant ainsi qu'elle compatit, qu'elle le soutient. Elle se dit que ça doit être dur pour lui d'en parler, c'est comme remuer le couteau dans la plaie. La sienne, elle n'est pas autant cicatrisée que celle du daëmonien, elle n'est plus fraîche mais fait encore bien mal. Elle le comprend lorsqu'il dit qu'il est plus facile de rester dans la haine que de se confronter à la réalité. Il est facile de les accuser, facile de se méfier d'eux lorsque ses parents ont disparu. Pourquoi se recenser si ses parents qui l'avaient fait n'ont même pas été protégés ? Des questions sont toujours en attente de réponses pour sa part. Erwan lui semble avoir trouvé une certaine paix intérieure contrairement à Liberty. « Tu n'as jamais envisagé de prendre un détective privé ? » Ça c'est l'option qu'elle envisage depuis quelques semaines déjà, les services de police qui ont ouvert une enquête il y a plusieurs années de cela n'ont rien trouvé, en tout cas, rien de concret et ils ont sûrement dû classer l'affaire depuis le temps. Peut-être que si elle engage quelqu'un, il aura plus de résultats . L'espoir brille toujours chez la Finlandaise qui refuse de penser à l'option qu'elle ne retrouvera jamais ses géniteurs, qu'ils sont peut-être morts depuis longtemps. Elle a les moyens d'engager une telle personne, alors pourquoi s'en priver ?

La question lui est bien entendue renvoyer, elle s'y attendait mais elle prend le temps de choisir ses mots, c'est que c'est difficile de faire remonter de tels souvenirs à la surface. Elle boit une gorgée, range une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille avant de prendre la parole « Nous nous méfions du Conseil. Enfin, plus moi que Canaö. Nos ... » elle marque une courte pause, c'est dur à dire « Nos parents ont disparu peu de temps après la Révélation. Je crois que Helena a vu en rêve leur kidnapping, quelque chose comme ça, elle a des visions ... et je n'arrivais donc pas à accorder ma confiance à des gens qui disaient pouvoir nous protéger si on se recensait alors que nos parents l'avaient fait et sont à présent portés disparus. » Voilà, c'est dit. Elle se force à garder son regard dans celui d'Erwan, c'était vraiment dur pour elle d'en parler. « Au final, nous avons eu raison de nous en méfier, ils n'étaient pas tout blancs. » Liberty ne les a jamais accusé d'être lié à l'enlèvement de ses parents car elle n'a jamais pensé à cette option et n'y pense toujours pas aujourd'hui. Ce qu'elle leur reprochait c'est de ne pas su les protéger alors qu'ils étaient recensés. Elle n'a rien fait pour les faire tomber mais lorsqu'ils ont chuté, elle a ressenti de la satisfaction ce qu'elle ne niera pas. « Comment c'est passé la Révélation dans votre ville ? pas trop de rejet ? » Dans son cas, la Finlande est un pays accueillant pour les daëmoniens et il ne lui semble pas se souvenir qu'il y ait eu trop de remous à l'annonce du président Américain de la présence des daëmoniens. On peut bien dire que cette contrée du monde fait partie de ces pays qui sont des refuges pour leur espèce.
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2