Kinder surprise sans chocolat

 
  
MessageMar 29 Nov 2016, 00:55
avatar
Date d'inscription : 12/07/2016Nombre de messages : 172Nombre de RP : 67Âge réel : 21Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?
La tête d'Eléonore tournée vers la fenêtre, les yeux fermés.
Mlle ou Mme Abrams fait du bruit volontairement.

"Ne me dites pas que vous dormez encore. Vous ne m'aurez pas cette fois-ci. C'est pas grave, ne me répondez pas, à un moment donné vous allez vous ennuyer là-dedans. Oh à ce que je vois vous n'avez pas quitté la montre de votre sauveur. Il commence à faire froid dehors, c'est vivifiant. Toujours pas envie de sortir ? ... L'état de Jumbo Merlin est stable, c'est vraiment positif pour vous. Il demande à vous voir. Vous devriez..."

Elle se tait. Puis reprends tout en continuant ses soins.

"Très bien. Quand vous serez prête. Je pense qu'il se sent aussi mal que vous, cela vous ferait du bien de vous voir encore une fois. Vous ne pouvez pas rester éternellement les yeux fermés. Il va falloir vous y faire maintenant."

Elle saisit les draps et fait mine de s'en aller.

"Votre père est venu ce matin. En coup de vent. J'avais donné l'ordre de ne rien dire pour ... vos jambes mais il le savait, je suis désolée. Il veut appeler des spécialistes du monde entier. C'est quelqu'un de pas très commode votre père n'est-ce pas ? Ah et ... vous avez répondu à votre appel sur votre téléphone ? Si vous ne le faites pas cette dame risque de débarquer d'un instant à l'autre. ça fait presque dix jours. Votre portable est sur votre table de chevet au cas-où. Bon et bien je vous laisse, je reviendrais demain. Il fera beau, vous pourrez peut-être ouvrir les yeux."

La porte claque. Dans sa tête la voix grave de son daemon lui demande comment ça va, elle répond qu'elle ne sait pas. Il ne sait pas non plus. Elle lui répète qu'elle l'aime et qu'il lui manque mais qu'elle ne peut pas encore. Il s'excuse encore. Encore et encore. Elle fronce les sourcils, serre les lèvres. Les pardons l'insupportent.
Elle allume lascivement son téléphone et réécoute le message. La voix de l'italienne résonne dans le silence de la chambre. Derrière la porte, Hermione satisfaite, se rend à ses autres patients. Elle ira rassurer Jumbo dans l'après-midi.
Elle aime entendre les mots propres et détachés d'Elisa. Elle les connaît par cœur. Comme s'ils la raccrochaient à une autre réalité. La guitare ? Les contes en italien ? Elle remange, une bonne nouvelle. Un sourire écarte ses lèvres mais rien n'apparaît sur son visage. Un sourire ? Illusion.
Le regard retombe sur la fenêtre. Les épaules s'enfoncent dans le matelas. Non. Un effort. Qu'elle ne s'inquiète pas. Sa voix n'existe plus mais... ses doigts tapoteront sur le clavier, mêlant passé et présent, l'ancienne Eléonore et la nouvelle. Ils se travestissent pour prendre les mots des autres. Pour cacher les silences, et taire les siens. Ils ne sautillent plus, ne piquent plus. Ils sont étranges, masqués, différents. Ils blessent toujours. Jumbo ne lira plus. Elle ne sortira plus. Mensonges, mensonges. Lâcheté ou courage ? Chut. Se protéger d'une rencontre, se protéger du regard des autres. S'enfermer dans son esprit pour oublier son corps. Oublier. Il ne reste que Jumbo. Elle s'accroche à lui et il lui susurre des mots doux qui la berce. Elle se rendormira. Avant de se téléporter soudainement involontairement en plein milieu de la nuit. Et incapable de se relever, incapable de parler, restant jusqu'à ce que les infirmières la retrouvent, transie et la remettent au lit.

11/28/2016 ; 10h12 AM
Salut Eli ! Je fais passer à Jumbo et c'est vraiment bien si tu manges, continue ! Moi ça va, il fait froid c'est vivifiant non ? Sorry pour l'attente j'ai eu un incident avec la voiture récemment, cette ge que tu vas bien, même si je réponds pas tu peux m'envoyer des messages vocaux. XOXO


  
MessageMer 30 Nov 2016, 10:24
avatar
Date d'inscription : 25/06/2016Nombre de messages : 237Nombre de RP : 73Âge réel : 26Copyright : Lux Aeternae & Northern LightsAvatar daëmon :
Elisa G. LullyNothing will be the same...
Le téléphone est un compagnon constant, en ce moment. Toujours sur sonnerie, toujours dans sa poche ou dans sa main, en attente d'une réponse qui ne vient jamais de la bonne personne. Elle aurait pensé que Norina serait heureuse de la nouvelle, mais c'est le silence complet, et elle s'inquiète à la place. Elle n'a pas l'air d'être le genre à ignorer un coup de fil, pourtant, pas s'il vient de quelqu'un qu'elle ne veut pas éviter, et au vu de la lettre qu'elle avait laissé, elle n'a pas l'impression d'être de ceux-là. Un soupir lui échappe, lasse, tandis qu'elle se contraint à préparer de quoi déjeuner, mécaniquement. Elle n'a pas faim, mais elle a promis d'essayer, à plus d'une personne, et elle a réellement envie d'essayer.

La cafetière est en train de chanter et une tranche de pain bondit du toaster quand le téléphone signale l'arrivée d'un sms, italienne l'ouvrant précipitamment en voyant le nom qui s'affiche. Norina. Eléonore, enfin. Des nouvelles.

Qui lui gèlent le sang. Il y a quelque chose dans le sms qui la dérange, outre la nouvelle de l'accident, la faute peut-être, le c'est génial qu'elle devine derrière le cette ge. Quelque chose qui la tracasse, qui sonne pas faux, mais... elle ne sait pas, et ses sourcils se froncent tandis que ses doigts commencent à voler sur le clavier.

Citation :
28/11/2016 - 10:22 AM
Un accident de voiture ? Tout va bien ? Tu es allée à l’hôpital je suppose, qu'est-ce qu'ils ont dit ? Jumbo va bien ? Prends le dans tes bras pour moi s'il te plait. Tu es chez toi ? Tu veux venir pour une visite, ou que je passe ? C'est peut-être stupide, mais te voir me rassurerait. Prends soin de toi, ok ? Et donne des nouvelles, si j'apprends que tu m'as caché quelque chose, je débarque et tu verras pourquoi les italiennes ont la réputation d'être des mères poules ! Je t'embrasse Norina, don't be a stranger, okay ? I like hearing about you.

Un coup d’œil rapide à l'écran et le message part, téléphone retrouvant sa poche avant qu'elle attrape le toast, mordant distraitement dedans. Si elle remet aussi longtemps à répondre, il faudra chercher son adresse, aller prendre des nouvelles en personne et lui sonner les cloches.
  
MessageMer 30 Nov 2016, 18:31
avatar
Date d'inscription : 12/07/2016Nombre de messages : 172Nombre de RP : 67Âge réel : 21Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?

Encore un cauchemar. Encore se réveiller en criant. Puis le silence de la chambre. Elle écrit sur son papier, plus de morphine. La dernière infirmière avait accepté. Par pitié, impressionnée devant une si jeune femme mutique, impérative. C'est plus facile de fermer les yeux.
Impossible de dormir, elle reprend son portable. Pour revoir ses messages. Celui d'Élisa. Elle lâche le portable du lit, cherchant à le briser. Son esprit de gruyère qui cherche à se recomposer n'a pas pu envoyer un sms correctement. Maintenant elle se retrouve face à un nouveau message, plus alarmé. Elle s'en veut. Terriblement. Elle aimerait se rouler en boule. Mais elle reste immobile.
...

"Ah non c'est hors de question Mlle. Ça suffit, vous n'avez aucune douleur pas la peine de me mentir. Pensez un peu à la chance que vous avez de vous être réveillée et d'avoir passé cette période difficile."

"Jumbo."

Hermione la regarde, sa voix est cassée, rouillée après des semaines de silence. Puis elle lance un énorme sourire.

"Eh bien ça c'est une excellente nouvelle."


Elle la porte pour la mettre dans le fauteuil, elle lui parle normalement de choses et d'autres. Le mouvement est étrange pour Éléonore, ça lui donne le vertige. Son regard reste fixe pour fuir celui des autres. Le passage dans le couloir est remarqué. On la salue sans réponse. La chambre de Jumbo est à deux portes.

"Je vais le prévenir."


Elle passe devant, puis fait rentrer Éléonore. Comme la dernière fois l'impact visuel est fort. Il la suit du regard, au bord des larmes. Elle ne le regarde pas dans les yeux... ou plutôt l'œil. Elle se téléporte immédiatement sur lui, ses bandages, son lit. Il grimace puis la prend dans ses bras. Hermione s'éclipse tandis qu'ils restent ainsi silencieux. De longues larmes roulent sur le bandage de Jumbo, celui qui lui entoure le torse.

"Élisa a envoyé un message. Elle s'inquiète."

Elle fait l'effort de lui parler à voix haute, enrouée toujours. Il s'inquiète aussi. Ne dis rien. Mais il sait qu'elle ne répondra pas, elle sait qu'Elisa connaît peu de choses d'elle. Ni son adresse exacte, ni son nom. Ça lui faciliterait les choses. Mais il ne veut pas perdre Élisa. Éléonore ne le veut pas non plus. Elle n'est juste pas prête. Pas comme ça.

"Réponds lui."


Elle n'a pas la force, elle le lui tend. Il doit s'habituer avec son œil.

11/29/2016 ; 2h36 PM
Salut Élisa, c'est Jumbo. J'espère que tu vas bien, je suis ravi d'entendre que tu te remets à manger. Moi je dois encore faire des efforts là-dessus mais je garde espoir. La voiture n'a pas tenu le coup mais de toute façon c'était une antiquité et avec la conduite de Léo, tu seras plutôt heureuse qu'elle n'ait plus à toucher un volant. Quelques bricoles à l'hôpital, des éraflures, et la joie de la demoiselle d'y revenir (je rigole), rien de plus tu n'as pas à t'inquiéter ou à réveiller la madre. On doit se reposer en ce moment donc je crains qu'on doive remettre notre visite à plus tard. Et Éléonore a attrapé un mal de gorge elle ne peut pas répondre au téléphone. Je prends soin d'elle pour toi. Prends soin de toi pour nous.




Indices:
 
  
MessageVen 02 Déc 2016, 13:04
avatar
Date d'inscription : 25/06/2016Nombre de messages : 237Nombre de RP : 73Âge réel : 26Copyright : Lux Aeternae & Northern LightsAvatar daëmon :
Elisa G. LullyNothing will be the same...
Message envoyé, il faut attendre la réponse maintenant, toast reposé le temps de gober les cachets en tout genre que se réalimenter nécessite. C'est encore plus compliqué que ne pas manger, tout ça, même si une différence se fait déjà sentir dans son énergie. Le toast est repris et mordillé, regard fixé sur le portable avant de se servir un grand mug de café -et si il y a bien une raison de s'accrocher, c'est de pouvoir recommencer à apprécier l'odeur du café à sa juste valeur- et de monter à l'étage, chien redressant la tête avant de recommencer à mâchouiller son morceau de corde et jouer avec. L'ordinateur ronronne quand elle l'allume, mug posé sur la longue table, ouvrage attrapé. Quitte à attendre une réponse, elle compte tenter de travailler, inciter le temps à passer plus vite.

Le résultat est mitigé, heures puis journée s'écoulant sans grand enthousiasme, laissant la place au lendemain et à la même routine. L'italienne est distraite, incapable de réellement plonger dans sa traduction finissant par sauvegarder ce qu'elle a fait avant de basculer sur sa boite mail, triant et lisant distraitement les messages avant qu'enfin la sonnerie retentisse, Elisa ouvrant précipitamment le message et le dévorant des yeux avant de froncer les sourcils, le relisant de nouveau, puis une fois encore. Quelques égratignures, quand la voiture n'a pas survécu ? Le pick-up est vieux, mais elle le connait, elle y est monté, il est solide. Il faut bien, pour transporter le poids d'un gorille voire plus (beaucoup plus...). Pour le détruire, il faut beaucoup. Quelques égratignures... elle n'arrive pas à y croire, même en prenant en compte le fait que Norina est dæmonienne. Un post-it est attrapé, note faite de se renseigner auprès de la casse. Elle devrait pouvoir donner une description suffisante de la voiture, et sinon... elle improvisera.

Un sourire glisse sur ses lèvres tandis qu'elle retourne à ses mails un moment, encore moins concentrée. Norina s'est braquée une fois, elle ne veut pas la faire fuir de nouveau. Et c'est ce qui se passera si elle pousse trop. Elle attend avant de reprendre le téléphone à la place, sourire préoccupé glissant sur ses lèvres pendant qu'elle commence à tapoter sur le clavier.

Citation :
29/11/2016 - 04:37 PM
Salut Jumbo, j'espère que tu vas bien. Si tu recommences à manger, pense à aller voir un médecin ou quoi, j'ai failli faire la bêtise, et les conséquences sont pas belles, apparemment... je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose. J'imagine bien, elle ne devait pas être ravie, après l'avoir enfin quitté... Rien de trop grave, tu promets ? Je suis soulagée, alors, vous avez eu de la chance... J'espère que le responsable de l'accident va bien aussi, à moins que ç'ait été un accident de conduite ? Pas de problème pour la visite, prenez tout le temps qu'il vous faut, j'imagine que le contrecoup reste rude... Eléonore est malade ? Force Norina à se soigner, tu veux ? Promis, je prends soin de moi. Prenez bien soin de vous ! Je vous embrasse tous les deux (par écrit, je peux ! ♥)

SMS relu et envoyé, elle espère que l'inquiétude ne transparait pas trop, tandis qu'elle fait une nouvelle note. Certes, Norina est enrhumée, mais de là à ne pas répondre à un texto ? A moins que Jumbo l'ait juste prise de vitesse, mais elle a ses doutes. Il faudra passer quelques coups de fil demain. Pour l'instant, elle se retourne vers l'ordinateur et ouvre un nouvel onglet. Si accident il y a eu, il y aura peut-être une mention quelque part, même si le fait de ne pas connaitre le nom de famille de Norina l'handicape un peu. Elle a l'impression qu'ils cachent quelque chose. Et ça ne fait qu'augmenter son inquiétude.
  
MessageLun 05 Déc 2016, 15:53
avatar
Date d'inscription : 12/07/2016Nombre de messages : 172Nombre de RP : 67Âge réel : 21Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?
Eléonore relit le message. Elle se sent prise au piège, noyée sous des mensonges. Qui est le responsable ? Elle prend une grande inspiration. Elle respire mieux. Sans savoir pourquoi ni chercher à comprendre. Elle ouvre les yeux maintenant. Mais ça fait mal. Pourquoi ça fait aussi mal ? Pourquoi quand elle ferme les yeux maintenant elle se retrouve toujours au même endroit dans la voiture ? Pourquoi elle a envie de crier, tout le temps. Tout le temps. Sans cesse. Pourquoi elle n'a aucun mot ? Aucune blague, aucun sourire, même un qui serait triste. Elle ne se reconnaît plus. Elle ne veut plus être cette fille immobile à jamais, sur un fauteuil. Elle veut se retrouver. Elle veut arrêter ce qui lui fait mal. Cette culpabilité de n'avoir rien vu, de n'avoir rien su. Ce deuil d'avoir perdu la liberté qu'elle chérissait tant.
Elle regrette maintenant ces moments de réveil quand elle pensait encore qu'on pouvait la sauver, quand les défibrillateurs s'acharnaient à lui rendre conscience qu'elle prenait alors une feuille et un stylo vite pour écrire pour Jumbo, quand il se réveillera, lui écrire pour qu'il survive, elle avait encore toutes les couleurs dans le cœur.
Maintenant qu'ils sont en vie, il n'y a plus rien à espérer. Ils sont en vie et en morceaux. Maintenant elle sait qu'elle ne courra plus. Maintenant elle ne doit plus se battre. Elle est pathétique, elle le sait. Maintenant qu'il est en vie mais si peu, elle n'ose plus rien lui dire. Il a tout fait pour elle, il s'est accroché de ses dernières forces et elle ... elle n'a rien à lui donner. Il l'a accompagné dans sa descente, s'est réveillé quand elle lui a crié de vivre, lui demande pardon jour après jour. Et elle...
Des sanglots secouent son corps. Elle gémit, faute de crier.

Hermione s'assit sur le lit. Eléonore détourne la tête mais les larmes parlent pour elle.

"Je sais. C'est dur mais ce n'est pas fini. Votre daemon a besoin de vous. Il est en train de se laisser mourir. Allez lui dire ce que vous avez écrit pendant vos réveils. Il faut qu'il mange à nouveau, ses blessures ne pourront pas guérir sinon. Ni sur sa peau ni dans sa tête. D'ailleurs la dernière fois que vous vous êtes jetée sur lui les bandages ont empêché une côte de casser mais sa cicatrice s'est rouverte. Vous apprendrez à vivre avec vos jambes je vous le promets. Ce n'est pas fini. Mais il va falloir que vous soyez courageuse parce que vous devez vous battre."

"Dans le tiroir, vous pouvez la lui donner."

Salut le daemon aussi sage que Merlin et aussi maladroit que Jumbo,
Salut mon daemon,
Je crois que je t'ai oublié un peu ces derniers temps. Je crois que je voulais pas vraiment t'écouter. J'ai pas l'habitude d'écouter c'est vrai. Mais toi c'est différent. Toi tu as été là au début et tu le seras à la fin. Tu te rappelles quand j'étais petite, on se suffisait tous les deux, il n'y avait personne mais on s'en foutait. Tu étais un petit monstre à l'époque et ça a bien changé. Parfois j'aimerais y retourner, quand on ne savait rien de ce qui allait venir. Tu as toujours été là même quand j'ai décidé de tout foutre en l'air. J'étais toute jeune et pourtant j'ai l'impression que c'était hier. C'est la seule fois où j'ai eu le cœur brisé. Quand j'ai compris que mon papa n'était qu'un homme. J'en ai fait des mauvaises décisions ensuite. Je suis partie à l'aventure pour aller voir le monde par moi-même. Et tu m'as suivie. Tu as jamais été le plus agressif des daemons, ni le plus majestueux, ni le plus grand. Mais tu m'as protégée sans que je le voie, tu m'as assuré de rester dans le monde, un pied dans les études. Tu m'as fait la morale parce que tu croyais en moi. Je ne t'ai pas écouté. Tu as toujours assuré mes arrières et moi je t'ai mis de côté. Tu n'as pas l'habitude de gueuler comme moi. Alors tu t'es résigné en attendant que je grandisse. Et je ne t'ai pas écouté.
Mon daemon, mon Jumbo Merlin, tu es l'être le plus grand que moi je connaisse. Le plus fort. Tu es l'étoile du Nord. On ne te voit pas le jour mais la nuit tu guides le monde. Jamais je n'ai rencontré un esprit aussi brillant que toi. Si tu disparaissais... le monde disparaîtrait aussi. Moi je ne suis rien aujourd'hui. Mais toi... comment le monde pourrait se passer de toi ? Tu as tellement de choses à accomplir.
J'étais persuadée qu'on vieillirait ensemble. Je nous voyais déjà, appuyés sur nos cannes, moi me moquant des enfants et toi avec ton sourire de sage. C'est bien la seule chose que je voyais plus tard.
J'ai pas voulu t'écouter parce que je ne vois rien plus tard. Depuis que j'ai quitté la maison, les plans des parents je vais à l'aveugle. J'ai cru que ça allait. J'ai jamais souffert de nouveau, je n'ai plus peur de rien. Mon monde est simple comme ça. Je suis une gamine capricieuse et égoïste. Je sais. Je suis pas un ange et je le serais jamais. J'arrive pas à comprendre les gens. J'arrive pas à me comprendre moi-même. J'ai jamais su y faire avec les émotions alors je crois que j'ai préféré ne pas t'écouter. Parce que ... je peux pas te voir souffrir, ça m'est insupportable. Et je te le dirais peut-être qu'une fois. Peut-être que je suis lucide juste maintenant. Si j'ai cogné dans des sacs, dans des gens, si j'ai bu, si je t'ai traité comme un moins que rien, c'est que je ne pouvais pas te voir souffrir. Je ne peux pas. C'est au-dessus de mes forces. C'était la première fois que tu avais mal, et tu avais mal à cause de moi. Et tu me demandais de construire ma vie et j'en étais incapable. Et...
C'est tard pour une prise de conscience. Mais ce n'est pas trop tard. J'y crois encore. Tu es encore là, dans ce monde. Reste. J'ai besoin de toi.
Si tu te réveilles je te promets que je ne te laisserai plus jamais tomber
Si tu te réveilles je vais me battre pour toi, pour moi
Si tu te réveilles je te promets que je construirai quelque chose, même petit, même un château de cartes
Je suis terrifiée à l'idée de ce que je te dis. Mais c'est rien, à coté du simple risque de te perdre.
Je veux nous voir vieux sur nos cannes, je veux que tu deviennes un brillant médecin pour daemonien ou un scientifique renommé, ou un chercheur révolutionnaire, je veux t'entendre soupirer à cause de mes bêtises, je veux que tu sois fier de moi, je veux qu'on redevienne une équipe comme avant.
Mais je peux pas le faire toute seule.

Je suis désolée Jumbo, je suis si désolée d'avoir fermé les yeux et bouché mes oreilles. Je suis désolée de t'avoir fait vivre ça. Je suis désolée, tu aurais mérité tellement mieux. Je suis désolée, désolée, désolée, désolée, désolée, désolée, désolée, désolée, désolée.
Excuse moi.
Il nous reste des choses à vivre. Tu peux pas mourir. On peut pas mourir comme ça.

Je suis bizarre ?
Léo


Il se tait dans sa tête. Elle lui a promis et pourtant elle fixe le plafond, les yeux pleins de larmes.

Elle répond alors au bout de métal qui la raccroche à la réalité. Elle reprend le masque de celle qu'elle a été, mais ça ne lui convient plus. C'est la dernière fois qu'elle ment.

11/30/2016 ; 8h00 AM
C'est remoi (Léo).
S'il recommence à manger... déjà faudrait qu'on y arrive...
Rien de grave non, à part que vraiment c'est le destin avec ce fichu hôpital.
On a eu de la chance c'est vrai, le responsable est en vie aussi donc ça s'est bien fini... et puis bon c'était rien de grave encore une fois, c'est juste chiant pour la voiture.
Oui j'ai chopé le rhume de fin novembre, je morve partout et je reste chez moi pour pas contaminer toute la ville.
Mieux vaut que tu m'embrasses que par écrit si tu veux l'éviter d'ailleurs !
Je t'avoue que pour couronner le tout mon portable est en train de crever donc le temps de guérir et d'en trouver un nouveau je risque de pas te répondre.
Bisou morveux,


  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1