Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

Veni Vidi Whisky

 
  
MessageSam 10 Déc - 21:40
Groupe
avatar
Date d'inscription : 25/06/2016Nombre de messages : 236Nombre de RP : 73Âge réel : 26Copyright : Lux Aeternae & Northern LightsAvatar daëmon :
Elisa G. LullyNothing will be the same...
La musique pulse, l'alcool réchauffe, le gout fruité du cocktail parfaitement adapté à l'humeur de la nuit et à ce qu'elle recherche. Oubli, distraction, bonne humeur. S'enivrer pour mieux ignorer. Pour pouvoir rire et sourire sans se forcer. La tête tourne déjà un peu lorsque d'autres femmes font leur entrée, toutes amenées par la même quête de distraction et d'un bon moment loin du quotidien, avant qu'elle les ignore, les laissant à leurs danses. Les boucles de l'américaine sont plus distrayantes, sourcils contrariés se fronçant quand elle s'échappe pour danser avant qu'elle se retourne dans son siège pour l'observer, amusée, rire s'échappant de sa gorge comme autant de bulles de champagne qui chatouillent et rendent légère. La musique change, nostalgique. David Bowie. Dommage qu'il soit mort, lui aussi. Elle se laisse entrainer, pas s'enchainant, tête tournant d'une nouvelle ivresse alors qu'elle essaie de chanter entre deux rires.

Le retour au bar n'est pas des plus stables, mais elle retombe sur sa chaise, signe fait au barman amenant à un nouveau cocktail devant elle, lèvres se refermant aussitôt sur la paille et regard oscillant entre tous les corps en mouvement, jouant avec l'idée de les rejoindre. Le monde est à quelques pas d'elle, esprit en train de se déconnecter lentement de la réalité ne laissant que l'ivresse montante. Alors la paille est ôtée du verre, tête renversée en arrière en gorge travaillant pour le descendre, sans élégance mais sans s'étouffer non plus. Danser un verre à la main, non merci. C'est déjà assez dur comme ça, avec le sol qui a des hoquets sous ses talons alors qu'elle tourne sur elle-même et laisse le rythme lui servir de cavalier, riant tout du long, sourire lancé en direction d'Eléonore avant d'aller chercher Anja pour l'entraîner dans une danse à deux, alcool permettant d'oublier l'instabilité de ses pas et de ne laisser que l'entrain, musique changeant de nouveau et regard observant les personnes alentour. La plupart des nouvelles venues semblent se connaitre et elle se permet de les envier un moment avant de se retourner vers le bar, yeux s'écarquillant aussitôt.

"Kayla ?"

Elle a grandi, italienne s'approchant aussitôt d'elle dans un sourire et la prenant dans ses bras pour une étreinte, savourant la joie de l'avoir retrouvée et s'emparant aussitôt d'une mèche de cheveux pour jouer avec, inspectant son amie au passage. Elle a changé, traits gagnant en maturité. Et machinalement, elle se met à chercher Altaïr du regard, s'attendant à trouver le pur-sang en dépit de toutes les personnes qui circulent et dansent dans la pièce.

"Tu vas bien ? Pourquoi t'as pas donné de nouvelles, tu m'as manquée... Et il est où, Altaïr ? Y'a plein de dæmons dans l'autre pièce, et Jumbo est sympa, je parie qu'ils pourraient discuter ensemble !" Une pause, le temps d'incliner la tête de côté avant de lancer un grand sourire à l'autre femme, parfaitement ravie de la revoir après toutes ces années. "Tu viens danser ?"

Elle a vaguement la sensation d'oublier quelque chose mais... Pas grave.
  
MessageDim 11 Déc - 10:56
Groupe
avatar
Date d'inscription : 13/01/2016Nombre de messages : 248Nombre de RP : 25Âge réel : 19Copyright : ShalyniaAvatar daëmon : Hermine (Mustela erminea)
Levy R. Sherwood√ And fade out again.



Veni Vidi Whisky

Levy R. Sherwood - Beaucoup de meufs bourrées
<< We try to take it slow, but we're still losing control / And we try to make it work but it still ends up the worst >>



Sexy jusqu’au bout des lèvres, Lev’ danse. Ses yeux bleutés – dont l’éclat avait terni les lueurs de l’alcool – étaient devenus tempête, soupçon sauvage dissimulé sous un long trait d’eye-liner. Autour d’elle le monde se dénude en corolles ; les strates de lumière s’ouvrent comme des pétales, au rythme de la musique qui tantôt évoque l’enfance, et tantôt la folie de ces dernières années. Dos nus où se glissent les rouges et les fushias. Une pulsation. Toute entière aquarelle, elle s’absorbe sauvagement aux perceptions qui déchirent ses sens. Et danser encore, caresser d’une main le pelage d’Elliot, oublier cette journée de merde et les crachins de la pluie qui reprendront son cœur lorsque tout s’effondrera encore, lorsque l’ivresse désertera son cœur et qu’il ne restera d’elle qu’une chair morte, vibrante sous la nuit, tête renversée face aux averses avec un mur comme unique point d’ancrage.

Magnifique sous les cœurs, et séduisante sans doute, la jeune femme claque ses talons sur la piste de danse avant de capturer un regard, homme aux iris ambrées et une main glissée sur sa hanche comme une invitation. Une chaleur familière dans les reins aussi, rouge et belle, qu’elle se doit de repousser avant que l’alcool ne la consume. Ils dansent, alors. Ensemble, mais solitaires tous les deux. Vivants dans cette foule encore plus vivante qu’une somme de peines, de chagrins, d’amertumes, de rancœurs, de drames, de tragédies, de manques et d’amours avait amené à se saouler ce soir. Enfin, la musique s’achève sans hâte, laissant sa chair bruissante et pâle ; la gorge sèche aussi, sous sa nuque pâle et gracieuse qui semblait attirer tant d’hommes. D’un simple contact, Levy invite sa ‘conquête’ à la suivre. Elle choppe Aelya au bas de la piste de danse – aucune trace d’Ana ou de Demelza – avant de les entrainer vers le bar. Un verre, puis un deuxième. Ils discutent quelques minutes alors que leurs mains retracent le rythme de la musique sur le comptoir, Levy chantonnant à demi mot sous ses paupières. Avec l’alcool, le monde lui semble plus trouble, plus ombré encore, puisque désormais tout se divise en mille miroir. Les bouteilles derrière le bar, les iris écorchés. Envie de s’aérer, soudain... De sortir un instant. Elle se relève, glisse un instant ses doigts sur le pelage d’Elliot, puis invite le jeune homme à faire de même, et pose une petite claque sur ses fesses avec un sourire provocateur. Jack n’apprécierait pas.

— C’était bien sympa, mais j’ai un copain. Sorry. Amuse-toi bien quand même ! (se tournant vers Aelya). On taxe un truc à fumer et on sort deux minutes ?

L’avocate acquiesce. Verre à la main et Aelya à ses côtés, elle se glisse lentement dans la foule avant qu’on ne la bouscule et qu’elle ne renverse son verre sur une autre jeune femme. Une seconde d’hésitation, puis elle s’excuse, entraine la nouvelle venue vers le bar pour un défi alcoolisé – qu’elle gagne de justesse – avant de lui demander si elle a quelque chose à fumer.



Rp #2

  
MessageLun 12 Déc - 18:20
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/03/2015Nombre de messages : 209Nombre de RP : 72Âge réel : 23Copyright : Deviantart, Pinterest.Avatar daëmon : Renard Argenté.
Lynae ChimaetineNo Time Left


Veni Vidi Whisky
Lynae


Bonjour. J’aimerais monter un renard de sexe féminin. Au revoir ! Annonce soudainement le goupil aux personnes assises autour de la table en sortant du dessous de cette dernière.

Avant qu’ils ne puissent réagir et émettre le moindre étonnement, il se faufile loin de leur regard, laissant son verre vide à proximité d’un pied, verre qui finira probablement par rouler au premier mouvement. C’était quoi ce renard ? se disent-ils tandis qu’il est déjà bien loin, se glissant entre les jambes des multiples personnes en train de danser sur la piste.

De son côté, Lynae est accostée par une jolie brune au chemisier élégant. Lui sortant tout d’abord quelques mots dans une langue qu’elle ne maîtrise pas, mais dont elle semble reconnaître la provenance française, la jeune femme lui propose de venir avec elle avant de l’emmener sans attendre une réponse. L’alcool brouillant un peu ses réflexions, la mannequin ne s’y oppose pas et suit cette nouvelle femme, un sourire collé à ses lèvres. Lynae salue les nouvelles filles qu’elle rencontre, se présentant, essayant de retenir les prénoms de Léo et… son cerveau se brouille, l’alcool coule à nouveau. On lui paye des shooters pour un baptême, mais elle n’est en rien une gagnante comparée à cette brune qui ridiculise les autres personnes présentes avec le nombre de shooters avalés. Lynae en est surprise. Nouvelle musique, la fille l’ayant accosté s’en va alors danser et laisse Lynae seule. Elle s’amuse pourtant à regarder danser cette drôle de fille prise d’une fougue alcoolisée.

Peu de minutes s’étalent avant qu’elle ne revienne, le devant de son chemisier humide d’un probable verre s’y étant déversé. Elle semble avoir amené avec elle deux nouvelles inconnues aussi splendides l’une que l’autre. Elles font un nouveau challenge alcoolisé, Lynae se contentant de regarder, étonnée de l’endurance de la prénommée Léo, dont celle aux cheveux plus clairs en sort vainqueur. Elle entend alors que les deux femmes cherchent quelque chose à fumer. C’est l’occasion rêvée de s’intégrer que Lynae saisit en plein vol, s’avançant et leur annonçant avoir ce qu’il faut si elles le souhaitent. Il lui faut juste retrouver son dæmon, porteur du saint graal dans un pendentif accroché à son cou. T’es où Night ? Je vais sortir fumer et j’ai besoin de toi. Aaaaaah ne crie pas ! Ma cervelle ouuuh… Mais je ne crie pas… T’es où ?

Quelques secondes passent avant de voir apparaître le renard argenté, les yeux brillants comme jamais, l’esprit flou et la démarche peu assurée. Lynae s’agenouille pour récupérer le petit sachet situé dans son espèce de collier et sourit aux deux femmes avant de les accompagner vers la sortie, le renard s’accrochant à son pied droit et se laissant traîner en glissant sur la moitié du trajet.

T’es pas possible toi… Lui dit-elle dans un soupir avant de sortir à l’extérieur.




  
MessageVen 6 Jan - 18:29
Groupe
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016Nombre de messages : 81Nombre de RP : 12Âge réel : 22Copyright : Aki' ♥Avatar daëmon :
Ana E. SantiagoNothing will be the same...
Tout tourne et tourne autour. Les corps s'entremêlent, pas de place pour respirer. Simplement la danse, la musique, la fête. Et tellement de gens... Une foule angoissante. Tous rient, séduisent, sans relâche. S'amusent.
Et Ana retombe. Ses esprits reviennent, son oeil s'éclaire lorsqu'elle voit ces mains autour de sa taille. Ce visage, face à elle, inconnu. Tout tourne, un peu. Et elle revient sur terre, l'alcool s'évadant. Esprit redevenu clair. Son coeur accélère, les bruits deviennent plus intenses, les gens se rapprochent à vue d'oeil. Elle se sent submergée. Incapable d'en sortir. De fuir. Son souffle s'emballe, elle chasse les mains de l'homme, se retourne, tente de sortir de là. De fuir la guerre de la piste. De fuir cette foule qui l'oppresse, la rend folle. La panique...
Où est sa solitude...
Elle manque de tomber, se rattrape sur l'épaule de quelqu'un. Elle ne pense pas même à s'excuser, elle cherche un coin au calme. Voir la sortie. Elle ne trouve pas le visage de Levy dans la foule, elle rêve de se ruer dans ses bras, pour se sentir à l'abri. Parce qu'ils sont si nombreux, tous... Autour d'elle. Le bruit, la nuit. Tout est sombre et trop bruyant...
Alors elle hurle. Dans son esprit.

*TEHWA !!*

Sur la poutre au-dessus du bar, le daëmon ouvre les yeux, vif. Son corps se lève, ses pattes courent sans qu'il n'ait encore percuté. Et il la repère en quelques secondes, saute dans le vide, il a repéré un coin au calme, plus loin. Une table dans un coin sombre, à l'écart de tous. Il se retrouve sur sa tête, glisse sur son épaule. Et lui indique où passer. Ana ne sait plus où elle est, l'alcool la trouble presque autant que sa crise.

*Tehwa... Y a trop de monde, je veux sortir...*

Elle voit enfin la porte. De l'autre côté de la piste de danse. Pas moyen de traverser. Jurons espagnols.

*Quelle foutue idée que de danser au milieu d'une telle foule, aussi, Ana... Tu le sais pourtant.*

Elle ne répond pas, continue de marcher, essaye d'éviter tous ces regards. Et elle se glisse jusqu'à la petite table, incapable de contenir plus de deux personnes. Elle est loin, évitée des autres, car trop petite pour un groupe. Un refuge pour l'agoraphobe.
Elle recherche le calme. La solitude.
Assise, enfin. Dos contre le mur, ses mains viennent se coller contre ses tempes. Elle ferme les yeux. Respire, entend la voix de son jumeau dans sa tête qui la rassure, elle le sent essayer de l'apaiser par le biais de leur lien. Inspiration, expiration.
C'est Merkeley, pas le Mexique. Inspiration, expiration. Ce n'est qu'une fête, pas un champ de bataille. Inspiration, expiration. Ce sont des civiles, pas des militaires. Inspiration, expiration. Ils ne veulent que s'amuser, pas exterminer. Inspiration, expiration.
Ana sent son coeur ralentir, sa crise est en surface. Prête à la prendre à la gorge.

- Quelle idée stupide... Ca m'apprendra à vouloir sortir.

Rester ici, attendre Levy. Reviens vite...
  
MessageVen 13 Jan - 14:38
Groupe
avatar
Date d'inscription : 10/12/2014Nombre de messages : 246Nombre de RP : 63Âge réel : 25Copyright : Faestock & Arya ; RavenofthenightAvatar daëmon : Klodevig, pigeon biset (et guindé)
Anja MüllerNothing will be the same...
En avalant le premier shooter Anja prend conscience d'une terrible réalité : voilà une éternité qu'elle n'a pas bu d'alcool fort, et certainement pas au point de rouler sous la table. Elle n'a plus l'habitude, ça brûle, ça l'énerve et elle le cache sous son rire, saisissant un deuxième verre aussi sec. C'est comme le vélo, on n'oublie pas, n'est-ce pas ? Attention au coma éthylique, je ne pourrai rien faire si... Oh, la paix ! Et elle l'avale d'un coup, comme un défi au pigeon qui n'en peut mais. Elle suit les filles sur la piste, danse avec Léo en faisant un peu n'importe quoi - la danse reviendra vite, comme le vélo et l'alcool -, passe entre d'autres bras. Ca tourne, c'est coloré, bruyant, ça pue un peu la chaleur humaine aussi, mais c'est vivant, tellement plus vivant que les bureaux blancs et les étoiles qui peuplent les dossiers incomplets du recensement.

***

"...entendons-nous bien, je n'ai rien contre le fait de se libérer d'un trop-plein d'émotions, de travail, de problèmes. Mais il y a des façons bien moins périlleuses de lâcher du lest, ne pensez-vous pas ?"

L'alcool des humaines délie quelque peu la langue et l'esprit des daemons, par ricochet. Klodevig trouve ce gorille très convenable, et décidément beaucoup plus sensé que les trois femmes avec lesquelles ils ont effectué le voyage jusqu'à Perth.

"En toute sincérité, Jumbo, je ne vois aucune meilleure solution que des photos compromettantes pour apprendre à ces jeunes filles à quel point leur conduite est non seulement déplacée, mais encore dangereuse. Ahrum, rrrou."

Le pigeon se racle la gorge en réalisant qu'il force peut-être un peu trop sur les graines mises à disposition des daemons par l'établissement. Au moins il aura l'estomac plein, contrairement à la jeune irresponsable qui lui sert d'humaine.

***

Anja quitte la piste quand ça commence à tourner un peu trop fort, cherche un coin tranquille où se poser deux minutes et voit un coin de table presque inoccupé. L'air pas frais de la fille tassée dans le coin l'interpelle, elle s'approche presque doucement.

"Hey, ça va pas ?" Elle l'observe un peu mieux, entre l'alcool, la danse et le vélo qui revient aussi. Définitivement. On dirait qu'elle fait un malaise. Elle se penche un peu sur la table. Houlà. Non. Elle s'accroupit, c'est mieux. "Tu n'as pas l'air bien, tu veux sortir respirer un coup ?"
  
MessageSam 14 Jan - 19:17
Groupe
avatar
Date d'inscription : 20/11/2015Nombre de messages : 669Nombre de RP : 92Âge réel : 22Copyright : Quantum Mechanics © & me. Avatar daëmon :
Aelya FeredenLiving like we're renegades
Veni Vidi Whisky

RP Cuite


« Drink&Smoke&Dance&Forget »


« Aelya… ? »

L’alcool aidant, l’irlandaise ne se formalise pas de ces retrouvailles et présente également la chirurgienne à Demelza, jetant un coup d’œil rapide à la brunette. Inconnue au bataillon. Qu’importe !

Lya éclate de rire à la proposition de Levy, déposant à la hâte la carte des shooters pour se glisser à la suite de Dem’. Brun aux yeux verts ? Excellent choix. Elle tablera sur le grand blond, un peu plus à gauche – et corps contre corps, ils se déhancheront ; il caressera ses flancs, elle entremêlera ses doigts dans les cheveux cendrés et, lorsqu’elle le sentira sur le point de passer à un autre stade, se dégagera de son étreinte dans un sourire pour retrouver Lev’ et le comptoir du bar. Une nouvelle tête, une nouvelle fille ; elle ne retient aucun prénom. Les verres dansent devant ses yeux et la vodka lui brûle la gorge, shooters défilant dans un jeu à la con qu’elle ne gagnera pas. La blonde a toujours été plus forte à ce jeu-là. « T’es qu'un puits sans fond! » Elle éclate de rire, s’extirpant pour aller fumer, oubliant momentanément Dem’ et sa séduisante proie.

L’air est frais, le vent gifle. Elle se les caille. Ses oreilles bourdonnent, son crâne vibre. Eko l’incendie mentalement mais elle s’en fiche. D’un doigt, elle s’empare des cheveux de la jeune femme qui les accompagne et les malaxe entre ses phalanges.

« T’as vraiment des cheveux magnifiques toi. »

Un sourire sincère au creux des lèvres, l’avocate se décale maladroitement pour s’éloigner un peu de la sortie de la boite. Eh merde, elle commence déjà à dire des trucs étranges et il n’est même pas vingt-trois heures… Elle n’est pas décidée à ralentir. Pendant un temps, Lya observe l’inconnue rouler le premier joint et lui demande de lui passer le matos pour lui filer un coup de main.

« Ça me rappelle des vieux souvenirs ! Elle rit, légère. Tu fumes souvent ? Puis tourne la tête. Lev’, mater le videur ne t’aidera pas à avoir des entrées gratuites tu sais. »

Les syllabes se confondent un peu ; elle frissonne. Qu’est-ce qu’elle fabrique là ? Dehors, à briser une promesse qu’elle s’était faite il y a sept ans déjà… Oh et puis merde. Claquement de briquet, première taffe et ces épaules qui se détendent. La nuit va être douce, finalement.

*

Ce pigeon parle trop. Genre beaucoup trop, et ça va finir par le faire partir en vrille.

« Moins périlleuses ? Honnêtement, je crois que de toutes les options de Lya, celle-ci est celle qui craint le moins. »

Il détourne les yeux, maugréant dans ses babines quelques paroles inintelligibles. Qu’est-ce qu’il fabrique là ? Seul Sky lui est familier, lui qui semble apprécier la nourriture qui leur est proposée et la musique d’ambiance. A l’évocation des photos cependant, l’humeur du caracal se fait changeante.

« Je vote pour les photos ! Quelqu’un a un téléphone ? »

Il saute de la table sur laquelle il s’était perché, interpelle Sky au passage.

« Oh, l’animal, prends le temps de respirer quand même. On s’fait une petite virée jusqu’aux vestiaires ? »

Quitte à être coincé ici…


Codage par Libella sur Graphiorum
  
MessageMer 18 Jan - 21:13
Groupe
avatar
Date d'inscription : 13/07/2016Nombre de messages : 125Nombre de RP : 52Âge réel : 20Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?
Tout va vite, tout s’enchaîne. Elisa disparaît vers une autre personne, Léo se fait battre par une inconnue blonde aux yeux bleutés. Ce sera une revanche à prendre. Elle a quelque chose à fumer lui demande-t-on ? Ah zut non elle a oublié ça. Heureusement c’est la belle Lyly qu’elle a accosté qui sort de quoi planer du collier de son renard. Ça fait rire Léo. Il est bourré ce renard d’ailleurs non ?
Il n’empêche qu’elle a le chemisier trempé, il valait le coup pourtant… Elle les rejoindra mais il faut qu’elle se change. Elle a envie d’enlever ce chemisier là tout de suite. Tout le monde a déjà vu des sous-vêtements après tout… En plus ils se voient déjà. Que ça colle à sa peau ne la dérange pas mais l’alcool qui sèche c’est désagréable et ça risque de sentir…

***

Jumbo n’a pas l’habitude d’être le centre de l’attention, surtout avec des daemons. Il subit d’habitude l’indifférence ou la peur des humains. Mais c’est particulier avec des daemons, ils savent qui il est. C’est presque … mieux. Il a l’avantage d’avoir des doigts et Klodevig, le daemon-pigeon de la voisine lui énumère les arguments pour prendre des photos. Il jette un coup d’œil dehors. Léo boit trop mais elle est avec Elisa, et puis elle a l’air heureuse… Pour une fois. Ça le rend immensément triste. Il aimerait qu’ils puissent parler de nouveau, il se sent en trop. Mais cette soirée a l’air si vibrante, si vivante.
Des photos ? Pour leur prouver de leur conduite dangereuse. Jumbo esquisse un sourire et ne dit rien. Eko, le caracal semble approuver. Et demande qui a un portable. Jumbo, toujours intimidé et muet, fouille dans son sac pour sortir celui de Léo qu’il lui a évidemment confisqué en début de soirée et celui d’Elisa et de sa voix grave et imposante présente les trésors. Il opte pour celui d’Elisa qui sera plus sage avec l’usage des preuves.

« Je commence par qui ? »

Dans cette foule, il va falloir les dénicher.

***

La foule l’attire, l’oppression des corps, la sueur, le bruit, le mouvement, l’alcool. L’oubli. Elle est passée devant JM pour lui demander s’ils avaient pris un change. Ses yeux brillent, elle tangue un peu mais à part ça elle ne donne pas l’impression d’être soûle à se rouler par terre. Son gorille n’est pas dupe. Il se demande comment elle s’est fait ça, son chemisier luxueux trempé par de l’alcool, mais elle a disparu. Retournée dans l’agitation, en plein milieu. C’est là qu’elle voit. Elle s’arrête de danser, un frisson glacé traverse sa colonne vertébrale. Le son lui parvient étouffé, son cœur manque des battements. On la bouscule, son regard immobile, son corps paralysé. Elle a la tête sous l’eau, elle se demande si elle va mourir soudainement. Et cette première pensée la ramène dans la réalité. Les bruits l’agressent soudainement, son corps redevient sien, elle revoit tout avec son acuité habituelle avec une impression désagréable que son estomac est entièrement vide, que son chemisier colle froidement à sa peau. Elle pousse les gens devant elle, presque hargneuse. Il faut La retrouver. C’est quoi ce maléfice, cette daemonienne que lui a-t-elle fait ? Ses sourcils se froncent. Elle arrive mais elle déglutit quand elle voit la jeune femme en question. Qui semble repousser les mains de l’homme avec qui elle danse. L’esprit de Léo retombe dans le flou de l’alcool mais elle connaît le regard sombre et dément, le même que Jumbo pendant ses crises. Alors Léo, incontrôlée, incontrôlable, pousse les épaules de l’homme avec toute la force qu’elle a. Elle veut lui mettre un coup de tête, l’adrénaline l’envahit soudain, l’envie de se battre, de faire mal. Mais l’autre est partie déjà. Elle se faufile comme elle sait si bien le faire puis elle sent une main se rattraper sur son épaule. Comme un contact électrique. C’est Elle. Léo en est sûre. L’autre ne s’en rend pas compte, se relève à moitié, repart. Léo se téléporte aux toilettes, tant pis si on l’a vu. Elle se passe de l’eau sur le visage, encore et encore remerciant son maquillage waterproof, puis sur sa tâche d’alcool pour diluer. Mais c’était quoi ça bordel. Elle comprend rien. Elle passe en vitesse alléger sa vessie. Sidérée.
Elle veut voir la seule personne qui lui ramènerait un semblant de normalité. L’italienne.
Le froid plaque instantanément sa chemise sur son corps. Elle retrouve le groupe de fille. Et elle passe sa main dans ses cheveux un peu mouillés. Vulnérable. Pour la première fois. Elle demande à tirer et inspire si longuement que le temps s’arrête, si fort que la fumée s’engouffre dans chaque interstice de sa peau. Et se mélange à l’alcool. Et ça va mieux. Le sourire revient, franc. Les yeux pétillent.

« Bon. Vous auriez une idée pour ça ? Parce que j’avoue qu’il caille un peu. Et le parfum au … à la vodka, y’a mieux pour choper. »

Ses mots se mélangent mais elle irradie, l’alcool lui donne de l’énergie, la drogue la monte dans de nouvelles sphères où c’est normal. Où ça va.
  
MessageMer 8 Fév - 17:23
Groupe
avatar
Date d'inscription : 02/12/2016Nombre de messages : 13Nombre de RP : 1Âge réel : 19Copyright : IlyaAvatar daëmon :
Luna MorrinNothing will be the same...
La queue enroulée autour de mon corps doré, les yeux mi-clos, je surveille du coin de l'oeil Luna qui a le nez plongé dans un bouquin. Un paisible vendredi soir comme je les aime. « So real » de Jeff Buckley résonne avec douceur dans l'appartement. Soudain, Luna lâche son livre et soupire.

« Sol, on est vendredi ! On pourrait pas sortir pour une fois ? »

Je réponds par un grognement de protestation. Elle maîtrise à la perfection l'art de me gâcher la vie cette fille. Commencent alors les négociations. Les arguments fusent, le ton monte, Luna fait des allers retours dans l'appartement sans me lâcher des yeux. Quelle plaie. Finalement le marché est conclu : nous sortons ce soir, mais en échange elle devra me grattouiller le dos pendant une heure demain et nous passerons une après-midi entière à la bibliothèque. Je m'en suis plutôt bien sorti. En me voyant capituler Luna exécute une danse de la joie rythmée et change de disque : calle 13 enivre la pièce de son rythme exotique, annonçant une soirée de folie. Mon dieu je n'ose imaginer comment tout ceci va se terminer.

Une heure plus tard, la tête me tourne quelque peu. La fripouille est résolue à me dévergonder. Le cannabis et le rosé qu'elle m'a convaincu d'absorber se répandent dans mon sang à une vitesse inquiétante. De son côté elle se change en tanguant légèrement. Puis elle se retourne pour me laisser admirer le résultat : short taille haute déchiré, haut rouge au décolleté plongeant et talons hauts. Ça aurait pu être pire. Elle enfile par dessus une veste en cuir et colore de rouge ses lèvres généreuses.

« J'ai envoyé un texto à Liberty, ça fait longtemps qu'on ne l'a pas vu ! On se rejoint direct au bar. »

Comme d'habitude elle n'en fait qu'à sa tête. Mais les drogues absorbées me font oublier l'envie de grogner. Une langueur déroutante s'empare de moi, et je me blottis sur les épaules de Luna, chose totalement contraire à mes habitudes. Un ronron s'échappe malgré moi de ma gorge, le rire cristallin de ma chilienne résonne agréablement dans mes oreilles.
Le temps s'accélère, un battement de paupière et nous sommes au rendez-vous. Une musique trop forte s'échappe du bar. Les corps ondulent langoureusement derrière la vitre. Je constate, consterné, que Luna a roulé deux autres joints. Elle en range un dans sa pochette magique, et glisse l'autre entre ses lèvres. Liberty n'est pas encore arrivée, mais un groupe de filles fument elles aussi à l'extérieur. Luna s'approche tout en laissant la fumée s'échapper lentement de sa bouche vermeille. Je sens qu'elle est quelque peu éméchée.

- Dis donc la beauté est de mise par ici ! Vous faites passer des auditions avant d'accepter de traîner avec quelqu'un ? Lance Luna, le regard pétillant, tout en tendant au groupe sa très longue cigarette.

Résigné, je feins d'être endormi sur son épaule. Avec un peu de chance elles me prendront pour une écharpe.
  
MessageMer 8 Fév - 20:45
Groupe
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1427Nombre de RP : 145Âge réel : 22Copyright : Misty MountainsAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Même si les études lui prennent beaucoup de temps et qu'elle ne sort pas autant que d'autres de ses camarades, il n'en reste pas moins que Liberty ne vit pas en ermite. Elle aime faire la fête ou bien faire une simple sortie cinéma. Des amis, elle en a même si elle ne les fréquente pas tout le temps. Le côté pot de colle, très peu pour elle ! Avec son travail au centre nautique, la jeune femme à la chevelure colorée peut se permettre des extras, pas autant qu'elle le souhaiterait, mais elle peut se permettre de ne pas compter le nombre de grains de riz qu'elle mange et faire plaisir à son daëmon de temps à autre. Elle lève son nez d'un de ses cours lorsqu'elle entend son portable vibrer sur le bureau, d'une main elle le saisit, veillant à ne pas l'arracher du fil qui le charge. Un sourire apparaît sur ses lèvres en voyant le sms reçu, sortir ce soir peut-être une bonne idée. Ce n'est pas parce qu'il fait froid dehors qu'il faut vivre constamment enfermé chez soi. Et puis, elle ne va pas rester éternellement au-dehors, la proposition est d'aller dans un bar. Et un bar, c'est chauffé, en plus de la présence d'individus qui augmente la chaleur. Il faudra juste affronter le froid de l'extérieur pendant un court laps de temps. « On sort ce soir. » annonce-t-elle à son panda roux alors qu'elle vient de répondre au texto en donnant rendez-vous au bar « Oh ! On va où ? » « Boire un verre avec Luna et Sol, tu te souviens d'eux ? » « Oui ! » pas de protestation, elle est satisfaite. En plus, comme il est vendredi soir, elle n'a pas cours le lendemain donc elle a la possibilité de rentrer tard. Demain, exceptionnellement, il n'y aura pas de jogging, ce qui devrait satisfaire Canaö qui ronchonne toujours au début, avant de se prêter au jeu avec une certaine joie. Courir, ça fait du bien une fois qu'on le fait régulièrement.

Parce que ça ne se passe pas à Merkeley mais à Perth Amboy et qu'il n'est pas question qu'elle fasse le trajet à pied de nuit, Liberty a opté pour un taxi. Il n'a fallu qu'une dizaine de minutes à la voiture pour arriver sur le campus, assez pour que Liberty finisse de se préparer. Maquillage léger, elle n'est pas du genre à en mettre à toutes les occasions et à se remaquiller entre chaque cours. En fait, ce genre de comportement a plutôt tendance à la laisser perplexe. Mais même si elle n'est pas aussi accro à ce genre de choses par rapport à certaines filles, elle apprécie malgré tout de se maquiller de temps à autre. Léger coup de brosse sur le pelage de Canaö qui avait décidé de faire une sieste en début de soirée et qui avait semblé avoir un sommeil agité. Lorsqu'il s'est réveillé, la jeune femme l'a interrogé mais il n'a rien voulut lui dire, esquivant son interrogation. Bah ! Elle ne va pas le forcer à parler ! Et puis, ça ne doit pas être bien grave, tout le monde fait des cauchemars. Ils saluent le conducteur en rentrant dans la voiture avant que Liberty ne donne l'adresse à l'individu. Il fait chaud dans ce véhicule, trop chaud et puis, ça a une odeur de sueur. Elle pince les lèvres, bon sang que le trajet se fasse vite. D'une pression du doigt, elle descend l'une des vitres, son regard se perdant sur l'extérieur qui défile devant ses yeux. Elle se cale dans le siège, plongée dans ses pensées.

Soudain, elle entend une voix masculine qui s'élève dans l'habitacle, lui demandant de payer en annonçant le prix de la course. La voilà de retour sur Terre, elle papillonne des paupières avant de fouiller dans l'une des poches intérieures de son manteau pour en ressortir sa carte. Le payement est rapidement effectué et elle peut enfin sortir de ce taxi oppressant. Ouvrant la portière, elle laisse Canaö grimper sur ses genoux avant de bondir sur le sol, elle souhaite une bonne soirée à l'individu, se dépêchant de sortir et de refermer derrière elle. La jeune femme n'est pas face au bar, mais non loin et elle arrive à distinguer un regroupement de filles. « Eh ! Luna est déjà là ! » sans attendre, le panda roux se met à trottiner, suivi par Liberty les mains dans les poches qui une fois rapprochée de la daëmonienne lance un « Bonsoir ! » qui vaut pour tout l'attroupement avant de se concentrer sur son amie « Comment vas-tu ? » « Coucou ! » glisse Canaö, assit sagement aux pieds de la Finlandaise, pour une fois ne prenant pas appui sur son épaule. Leurs narines captent l'odeur désagréable de la fumée de cigarette et autre moyen de fumer. Ils sont non-fumeurs et tolèrent que d'autres le fassent, chacun sa vie ! Mais il n'en reste pas moins que l'odeur est désagréable.
  
MessageJeu 16 Fév - 17:09
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/03/2015Nombre de messages : 209Nombre de RP : 72Âge réel : 23Copyright : Deviantart, Pinterest.Avatar daëmon : Renard Argenté.
Lynae ChimaetineNo Time Left


Veni Vidi Whisky
Lynae


Il y a du monde, beaucoup de monde. Sortir à l’extérieur fait un bien fou à Lynae, malgré le froid hivernal qui vient picorer sa peau dénudée par endroits. Elle s’avance un peu plus loin que la sortie avec les deux filles, histoire de ne pas gêner la porte, puis sort tout l’attirail lui permettant de rouler ce pourquoi elles étaient sorties. Elle se contente de sourire à la jeune femme qui lui caresse les cheveux tout en la complimentant. Tabac à rouler et feuilles slim sont de mise. Une fois le tabac préparé dans la feuille, le petit carton venant d’un ticket de bus roulé, elle sort son petit sachet contenant des têtes de cannabis, la meilleure partie à fumer de la fleur, selon elle. Elle en écrase un peu entre son index et son pouce, laissant tomber les résidus dans la fine et longue feuille à rouler et finalise le tout. Elle passe alors le matos à celle qui le demande, lui permettant de rouler le sien. Le partage ne dérange pas Lynae, bien au contraire. Elle n’est pas à son petit sachet prêt, oh que non. Un autre, aussi bien rempli, est encore dans le collier de Night, au cas où la consommation s’avère gloutonne ce soir.

De temps en temps oui, ça fait toujours bien de décompresser un peu ! Dit-elle alors dans un sourire.

L’allumage émet une grosse flamme qu’elle éteint en soufflant doucement dessus, et elle tire sa première bouffée. Un frisson parcourt son corps en même temps que le goût lui apaise les papilles. Elle sent le renard qui lui tapote la jambe et elle s’accroupie alors pour lui faire prendre, lui aussi, sa taffe attendue.

Deux filles arrivent alors, à moins de deux minutes d’intervalle. La première, une jolie métisse arborant une jolie écharpe -qui s’avère être un genre de chat- et qui complimente tout le monde à peine arrivée. Il est vrai que leur groupe, de plus en plus nombreux au fur et à mesure que de nouvelles filles se joignent à leur fumette dehors, n’est composé que de beautés. Les hommes à l’intérieur de la boîte de nuit devraient faire un tour dehors. L’enfer est vide, tous les démons sont ici, aurait dit Shakespeare. La seconde fille, munie de beaux cheveux multicolores, n’est pas inconnues de Lynae, mais c’est alors Night qui réagit en premier à son arrivée.

Eeeeh mais c’est l’autre peluche rousse ! Il s’approche de Canaö et lui frotte le crâne avec sa patte.
Comment il va le petit low-cost depuis la dernière fois ?

Des taquineries qui, contrairement au tout début de leur première rencontre, sont dépourvues de toute méchanceté. Heureusement que nous sommes encore au début de la soirée, le renard n’en est pas encore à aligner des phrases sans queues ni têtes. Pourtant, Lynae se contente de regarder Canaö avec un petit sourire compatissant, avant de saluer la nouvelle arrivante d’un « Salut Liberty ! » et d'un geste de la main.






  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant