Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

Veni Vidi Whisky

 
  
MessageSam 18 Fév - 23:40
Groupe
avatar
Date d'inscription : 22/11/2012Nombre de messages : 3106Nombre de RP : 149Âge réel : 22Copyright : Air (C'EST MALI) (avatar) ; .TITANIUMWAY (signature) + Nora Roberts & Victor Hugo (citations)Avatar daëmon : Tatouage de phénix sur l'omoplate gauche. Un phénix qui s'enflamme.
Kayla P. LaneFire burns into me
It consumes me




« La vie est comme une danse, elle dure peu de temps. Je crois qu'il faut être deux pour en saisir le tempo et en apprécier la mélodie. On ne goûte vraiment que ce que l'on partage. Le reste est sans valeur. »
Gilles Legardinier

J'ai vidé mon verre trop rapidement. Je ferme les yeux tandis que l'alcool me brûle la gorge. C'est une brûle agréable, mais pas comme mon don. Je repose le verre un peu trop fort. Qu'est-ce que je suis venue faire ici moi déjà ? Ah, oui. M'amuser. Je maudis intérieurement Altaïr qui s'en moque. Il est allé rejoindre les autres Daemons, presque à contre cœur. Il y a trop de monde, ils parlent beaucoup trop à son goût. Il est silencieux, presque un rabat joie, mais qu'importe. Tant que je m'amuse, ça lui va.

Alors que je suis en train de me morfondre sur mon tabouret, j'entends quelqu'un qui m'appelle. Elisa m'a vue. Je me retourne et me force à sourire. Un sourire forcé vaut mieux que pas de sourire du tout. Beaucoup de choses se sont passées depuis que l'on s'était quittées. Elle s'approche de moi et me serre tout contre elle. Si nous n'étions pas dans un bar, j'aurais presque pu me laisser aller. Presque. Elisa sent l'alcool. Elle m'observe et j'en fais de même. Visiblement, la jolie brune avait déjà bu quelques verres ... Je fronce les sourcils. Elle n'était pas comme ça, avant. Qu'est-ce qu'il s'est passé pour qu'elle veuille boire ? Elle n'a visiblement pas envie de rentrer chez elle. Ses yeux me quittent un instant mais pas les miens. « Elle a le droit de s'amuser ! » Oui mais ... « Elle est assez grande pour s'occuper d'elle. » Non. Apparemment non. L'étalon est clairement en désaccord avec moi et il le fait savoir. Les gens s'amusent qu'il me rétorque par la suite. Je m'en fiche des autres. Elisa se remet à me parler en me demandant si ça allait, pourquoi je ne lui avait pas donné de nouvelles et où était Altaïr ... Il est vrai que je n'avais plus donné de nouvelles, mais ce n'était pas entièrement ma faute. M'enfin, gardons ça pour nous. J'essaye de me détendre pour lui répondre.

« Oui oui, ça va et toi ? C'est vrai que ça fait un bail ... »

Autrement dit, on a pleins de choses à se dire. Mais pas ce soir. Elle me demande à présent d'aller danser avec elle. Danser. Danser ?! Moi ! Je fais les yeux ronds. Je ne sais pas danser ... « Pas besoin de savoir danser ici. » Rabat joie. Me défends pas surtout. Je soupire.

« D'accord ... Mais fais attention à tes pieds, je risque de te marcher dessus ! »

Et les talons aiguilles, ça fait mal.
Je la prends par la main et l'entraîne sur la piste de danse.
Se détendre et sourire. Easy.
  
MessageSam 25 Fév - 15:56
Groupe
avatar
Date d'inscription : 25/06/2016Nombre de messages : 236Nombre de RP : 73Âge réel : 26Copyright : Lux Aeternae & Northern LightsAvatar daëmon :
Elisa G. LullyNothing will be the same...
Un bail... Euphémisme. Elle ne s'en vexe pas pour autant, trop joyeuse, sourire partiellement présent seulement étirant ses lèvres tandis qu'elle affirme aller bien. C'est vrai, elle est bien, la tête qui tourne juste assez pour la faire flotter, la chaleur dans ses veines qui chasse la fatigue, la musique qui pulse au fond de ses os et qui crie son nom... Elle veut aller danser, invitation sortant tout naturellement. Elle ne se souviens pas si elle est déjà allé dansé avec l'américaine, à l'époque, les souvenirs sont trop flous ce soir. Mais c'est sans importance, tandis qu'elle entraine Kayla sans noter son manque d'enthousiasme, lui assurant au passage qu'elle ne risque pas de lui fracturer le pied.

Ce n'est pas tout ce qu'elle a manqué, après tout. Les nouvelles têtes, le trouble d'Eléonore, la panique d'une des nombreuses femmes... tous vaguement notés du coin de l'oeil sans réellement faire d'impact. Ils ne l'affectent pas, tant qu'elle est dans la brume, italienne préférant se mettre à onduler au rythme de la musique, indifférente aux talons qui sont censés menacer ses orteils, aux âmes dans l'autre pièce et à la grande silhouette de Jumbo qui tient quelque chose. Rien n'a d'importance, ce soir. Elle a envie de boire, encore. Elle danse à la place, rire lui échappant à l'occasion, avant de s'arrêter, brusquement. Fixant Kayla, observant ses traits de nouveau avant de sourire.

"Tu es à Merkeley depuis longtemps ? J'ai du mal à y croire... je crois qu'une part de moi s'est toujours dit que tu finirais dans le Montana ou autre, juste Altaïr et toi, à travailler comme cowgirl peut-être."
L'idée la fait rire, maintenant. "Cliché, non ? J'ai dû voir trop de films, vraiment... Rassure-moi, tu n'es pas bel et bien devenue cowgirl ?" Une nouvelle pause. Non, décidément, elle a soif. "Tu veux un verre ? Ma tournée." Son sac est avec les dæmons dans l'autre pièce, mais sa carte bancaire ? Bien au chaud à l'intérieur de son soutien-gorge. Il faudra qu'elle pense à la ranger dans la poche de son jean, il est assez près de son corps pour qu'elle puisse sentir si on essaie de lui faire les poches de toutes façons.

Il faut naviguer les corps, pour se rapprocher du bar, commande passée et payée avant que les verres n'arrivent, italienne prenant aussitôt une longue gorgée. L'idée de se restreindre a disparu en même temps que la soif est apparue, voile autour de son esprit se renforçant encore un peu alors qu'Elisa glousse seule, attrapant la main de Kayla au passage. "J'ai besoin d'air, je crois... Tu veux venir aussi ?" Elle a peut-être des amis à rejoindre ici, après tout. Ou alors c'est que toutes les femmes de Merkeley et Perth Amboy ont décidé de boire et faire la fête, ce soir.
  
MessageSam 18 Mar - 19:26
Groupe
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016Nombre de messages : 86Nombre de RP : 12Âge réel : 22Copyright : Aki' ♥Avatar daëmon :
Ana E. SantiagoEstoy en llamas
Elle essaye de respirer. En vain. Yeux clos, elle pense à son appartement, vide. Eloigné de tout danger, de la foule, du monde. Sa bulle, son refuge. Elle essaye de se convaincre qu'elle y est. Seulement, la musique est trop forte. Elle n'y arrive pas. Tehwa est là, sur son épaule, essayant de la rassurer, d'apaiser ses émotions. Leur lien ne suffit pas, il n'arrive à rien. Et rage. Parce qu'il sait ce qu'elle ressent, il le sent. Dans ses tripes, dans sa propre tête. Il voit les images qu'elle s'offre pour se rassurer. Mais rien n'y fait, son coeur s'emballe encore.

- J'ai besoin d'un verre, Tehwa...

Il la regarde, s'il avait été humain, ses sourcils se fronceraient. D'un regard, il la questionne. Elle ouvre le sien, le plante dans celui de son jumeau.

- Maintenant. S'il te plait.

Le daëmon soupire, tremble d'une peur qui n'est pas la sienne, sait qu'il le lui faut, ce verre. Alors, il glisse au sol, un billet en bouche qu'il a pris dans le sac de sa soeur, se fraye un passage jusqu'au bar pour demander un verre. Un shot, le seul qu'il pourra transporter sans trop de difficultés. On le lui sert, il le prend dans ses pattes, essaye de ne rien renverser. Et après tout, qu'il se fiche bien de s'en mettre dans les poils, sa Ana a besoin de ce verre. Elle a besoin de lui. Lorsqu'il arrive à la table, elle a enfoui sa tête entre ses mains. Ne bouge plus.

- Ana ? Ton verre. Je vais pas pouvoir le transporter sur la table.

Elle ne réagit pas.

*Ana ?*

D'un geste vif, elle relève la tête. La penche vers le sol, main droite qui agrippe le verre, l'autre paume levée vers le ciel pour accueillir son jumeau et le déposer sur la table. Cul sec, verre vide. Elle soupire. Repose ses main sur ses tempes, referme les yeux. Respire.
Une voix la fait sursauter, relever la tête d'un seul coup. Une femme. Dans la pénombre du bar, elle peine à déchiffrer les traits de son visage. Ana n'a pas entendu les paroles de l'inconnue. S'est-elle assise là où il ne fallait pas ? Lui demande-t-elle une cigarette ? Que veut-elle...
Elle lui demande soudain si elle veut prendre l'air. Non, la femme veut juste l'aider. A-t-elle l'air si pathétique ? Elle se revoit dans son lit... Au Mexique... Alitée... Pauvre chose incapable... Est-elle redevenue cette femme ?...

Ana se redresse. Plante comme elle peut son regard dans celui de la femme. Et, d'un effort sur-humain, lui sourit comme elle peut. Tehwa reste silencieux, il s'est glissé dans la chevelure de sa soeur avant que l'inconnue ne le voit. Plus un vieux réflexe qu'un geste utile.

- Oui, j'aurais bien aimer prendre l'air, mais traverser la foule est... compliqué.

D'un effort hors norme, elle garde sa crise en elle, parle d'une traite. Gardant sa façade du mieux qu'elle peut. L'inconnue ne doit pas même imaginer à quel point Ana lui sera redevable d'être apparu à cet instant...

- Tu veux bien m'aider ?

... à ne pas m'effondrer au milieu de la foule ?
  
MessageMar 28 Mar - 20:07
Groupe
avatar
Date d'inscription : 13/07/2016Nombre de messages : 128Nombre de RP : 53Âge réel : 20Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?
Jumbo mitraille là où on lui demande de mitrailler. L’appareil photo est littéralement devenu une arme de destruction massive. Le seul qui se souviendra de ce qui s’et passé. Des preuves encore des preuves. Il observe aussi la pièce dans laquelle ils sont, ils ont de la chance de ne pas avoir le bruit intense des hauts parleurs mais seulement les basses qui résonnent de là-bas. Pareil pour les odeurs. Heureusement qu’ils ne sentent pas les verres renversés, la sueur, le tabac. La pièce avec sa lumière tamisée et ses fauteuils lui donneraient presque envie de faire un poker. Il soupire et retourne à son nouveau travail, paparazzi. Léo a dû sortir après son arrivée fracassante dans la salle aux daemons. Ivre déjà, le chemisier blanc lui collant à la peau, laissant deviner son soutien-gorge noire entre dentelle et push-up. Elle voulait un change. Il ne fouilla même pas le sac et n’ouvrit pas la bouche, elle était déjà partie. Ils n’en avaient pas pris par oubli. Un soupir avait secoué certains daemons, une boule d’électricité dans une pièce c’était forcément dangereux. Elle aurait pu toucher n’importe lequel. C’était sans doute pour ça qu’elle était partie. Avec son regard saoul, son sourire pétillant, son corps d’humaine en trop.
Il avait ressenti un vertige peu après alors qu’il prenait en photo Elisa avec une vieille connaissance semblait-il.
En réalité c’est amusant de prendre en photo des individus qui s’abandonnent complètement. Il y a quelque chose de pur, qu’il aimerait dessiner.
Ce n’est pas facile avec ses gros doigts mais il arrive à zoomer et il voit une petite bête qui tient un trop grand verre. Petaurus breviceps, un phalanger volant. Un daemon alcoolique ? Ah ça serait sûrement le genre d’histoire qui plairait à Léo. Jumbo suit des yeux le phalanger qui court vite vite avec le verre en équilibre. Jusqu’à une table qu’il entraperçoit. Il n’écoute même plus le pigeon au nom de viking, comme souvent : concentré et sourd.

« C’est la tienne non ? »

C’est la dæmonienne du pigeon qu’il voit en utilisant l’appareil comme une jumelle. Il tient l’appareil pour que le pigeon puisse reconnaître. En face une jeune femme qui boit le verre du phalanger d’un coup. Une femme dont le corps crie la fuite. Ça frappe Jumbo. Il reconnaît, il les ressent presque. Ça l’enfonce horriblement dans une grotte où il suffoque. L’anxiété le prend. Ses yeux soudainement fermés refusent de s’ouvrir. À l’intérieur il s’invente la voix d’Éléonore, la voix riante qui le traite de parano. Sa respiration se ralentit. Il s’invente dans les moindres détails le poids de Léo sur ses épaules quand il pouvait encore la porter. Sa nonchalance, son indifférence. Il ouvre les yeux de nouveau.
Elles tentent de traverser la foule.
Il envoie un message à Léo, au moins qu’elle serve à quelque chose. Ça ne lui demanderait rien de transporter quelqu’un dehors. Ça ne lui rapporterait rien non plus. Il faut la jouer finement

*Il y a une princesse plutôt sexy en détresse à l’intérieur. Je sais que t’es pas vraiment ce qu’on peut appeler un chevalier blanc mais tu pourrais être le dragon qui la kidnappe. Ça serait bête qu’il y ait un malaise et que tes collègues des urgences arrivent. *

Marchera ? Marchera pas ?
Silence radio. L’écho de son message lui revient. Et il se rappelle instantanément que ce qu’il a toujours pris pour acquis, la communication avec sa dæmonienne, n’est plus. Elle ne l’entend pas.
À moins que…

***

Après quelques taffes, Léo sent son corps se détendre, elle ne sent plus le froid mais seulement le mélange de la drogue et de l’alcool qui s’entremêlent doucement dans son esprit. Elle est à demi posée sur un mur, passant régulièrement la main dans ses cheveux mouillés. On dirait qu’elle flirte. La pick-up line de la latina qui est arrivée l’a fait immensément rire. La drague de vieux lourd entre les lèvres d’une jeune femme. Elle s’apprête à répondre une petite pique quand une autre jeune femme arrive. Et on lui tend de nouveau la « cigarette ». Elle inspire longuement et fait passer à son tour.
L’alcool l’a suffisamment imbibée pour qu’elle soit passée dans une autre phase. Elle ne peut s’empêcher de regarder les lèvres qui s’ouvrent pour laisser la fumée. Fumée qui s’envole dans un ciel noir d’encre sans étoile, avec une lune pleine et ronde. Elle a envie de jouer.
Quand elle entend au loin la voix grave de Jumbo. Elle se retourne brusquement et fronce les sourcils.
Comment peut-il …
Un message mental ? Mais elle ne l’entend plus depuis des semaines. Sur le coup elle ne s’en rend pas compte, sa tête tourne trop, ses idées s’enchaînent sans qu’elle puisse se raccrocher à autre chose que son envie de jeu. Elle n’a pas saisi le sens des paroles mais elle sent qu’il faut qu’elle rentre. Sans un bruit ou un mot elle s’éclipse pour rentrer de nouveau dans l’ambiance sensuelle, virevoltante, torride, suffocante du bar. Elle commande un shot par réflexe. Le verre de trop, par habitude, inconsciemment. Elle voit Jumbo, leurs regards se croisent. Il est surpris, elle est contente de le voir. Comme s’il avait disparu et que tout d’un coup il était là. C’est bon, il est là, tout va bien. Elle fixe le doigt de Jumbo. Son regard passe sur l’air blasé de Jumbo et enfin elle finit par voir ce qu’elle veut lui montrer. Plus loin, deux jeunes femmes essaient de traverser la foule. Léo reconnaît la chevelure de sa voisine et … la sorcière qui lui a jeté un sort. Elle reste interdite, reconnaissant les signaux de détresse que Jumbo exprime parfois. Une crise d'angoisse. Elle croise son regard. Une image lui vient en tête, la prendre dans les bras, la serrer fort, l'emmener autre part. Léo serre les dents. Sortilège encore ? Elle a un choix à faire. Aider ou…
Léo tourne les talons et disparaît. Elle réapparaît dans le groupe qu’elle vient de quitter en s’accrochant à moitié à une épaule. La téléportation bourrée rend l’atterrissage moins sûr. Elle cherche du regard le joint pour respirer à nouveau, tire une taffe en détendant ses épaules.
Elle s’appuie nonchalamment sur la première épaule venue, sa main joue délicatement avec une mèche de cheveux inconnue, ses doigts frôlant la nuque involontairement, puis lance à la cantonade :

«Woaw j’ai la dalle, ça vous dit on va manger un truc ? Si tout n’est pas fermé… »

Léo tente de lire l'heure à sa montre mais les aiguilles tournent trop vite. Celle des secondes surtout. Il est tard déjà. À quelle heure le bar ferme ?
  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3