Une ombre survolant la ville

 
  
MessageMar 21 Fév - 4:39
Groupe
avatar
Date d'inscription : 29/08/2014Nombre de messages : 187Nombre de RP : 77Âge réel : 23Copyright : Aki' ♥Avatar daëmon :
Malaika SvenssonYou're my flashlight ♫
En voyant le magnifique soleil brillé ce matin, il est hors de question de rester enfermé entre quatre murs. Je dois profiter de ma journée de congé au maximum avec un temps pareil et ce n’est pas un peu de neige au sol accumulé pendant la nuit dernière qui me fera reculer. Ma moitié est du même avis, heureusement pour lui car je l’aurai traîné de force jusqu’à l’extérieur. Traîné de force ? T’es vraiment sure de ça ? Hey, ne me tente pas. Je te rappelle que je pèse presque une tonne, alors pour ce qui est de me forcer à aller quelque part... tu peux oublier ça. Le daemon prononce ses dernières paroles d’un ton amusé et il se retient même de rire. C’est parce qu’il me met au défi, en plus. Rira bien qui rira le dernier. Impatiente à l’idée de sortir pour profiter du grand air, je sors de ma chambre en vitesse pour me diriger vers la salle de bain, tandis que ma moitié baille à s’en décrocher la mâchoire dans le salon.

Je profite du fait qu’Evelyne soit déjà partie travailler pour me préparer sans avoir besoin de faire attention au bruit pour éviter de la réveiller. Au diable le maquillage pour cette fois-ci, une balade dans les airs à dos de dragon n’est pas l’activité qui nécessite d’être sous son plus beau jour. Tout en fredonnant, je brosse mes cheveux rebelles avant de les attacher en chignon bien serré pour éviter qu’ils se détachent une fois dans le ciel. De retour dans la chambre, je choisis des vêtements confortables pour le rodéo aérien qui m’attend et je m’empresse de rejoindre mon daemon dans le salon une fois prête. Celui-ci est enfin levé, les ailes à moitié déployées dans la pièce, apparemment aussi impatient que moi à l’idée de partir. Tout comme moi, Vaaldrick ne peut supporter de rester enfermer à l’intérieur pendant une journée entière, aussi a-t-on pris l’habitude d’aller voler un peu chaque jour, autant par plaisir que pour lui faire perdre son surplus d’énergie.

Fidèle à mes habitudes, je me dirige vers la grande porte-fenêtre qui donne sur le balcon et que j’ouvre complètement pour laisser le dragon passer, ce qu’il fait en sautillant. Une fois dehors, je referme la porte pour sortir de l’appartement par l’escalier comme le ferait toute personne civilisée. Tu insinues que je ne suis pas civilisé ? Je n’ai pas dit ça, mais ta claustrophobie aura raison de toi un jour. Oui, le furie nocturne est un brin claustrophobe à cause de sa taille imposante et de sa maladresse au sol. Je retrouve ce dernier dans le stationnement de l’immeuble pour grimper sur son dos d’un bond et ce simple geste me rend davantage excitée à l’idée de sentir le vent fouetter mon visage. Vaaldrick ne se fait ensuite pas prier. À peine suis-je installée sur lui qu’il déploie ses ailes pour s’envoler.

Quelques secondes lui suffisent pour prendre l’altitude nécessaire et il finalement stabilise son vol un peu plus haut que les plus grands immeubles de la ville. La vision est toujours aussi magnifique d’ici et je suis toujours grandement soulagée par le fait de ne pas avoir le vertige. Cette phobie aurait été terrible pour moi en ayant un daemon comme Vaaldrick... Ce dernier savoure la douce brise qui flotte jusqu’à nous pendant un petit moment avant de prendre la direction de la métropole américaine. New-York. Pas que Merkeley est ennuyante à survoler, au contraire, mais depuis notre arrivée ici, nous avons fait le tour de la ville plusieurs fois. Et puis, j’avoue que c’est drôle de voir la tête des humains quand ils aperçoivent le gros reptile volant qui me sert de daemon. Le dragon instaure le respect partout où il va... ou presque.

Le vol jusqu’à New-York n’est pas très long et bientôt, nous atteignons les premiers buildings. Agile, Vaaldrick contourne chacun d’entre eux avec facilité, faisant même exprès d’en frôler quelques uns du bout de l’aile de temps à autre, Il passe entre les tours et survolent les rues les plus achalandées de la ville, où tous les regards se tourne dans notre direction après notre passage. L’ombre de la créature défile sur le sol et même les gens rivés sur leurs téléphones ne peuvent s’empêcher de lever la tête pour comprendre ce qui se passe. C’est bon de se sentir différent parfois, aussi suis-je loin de me lassée de venir ici pour y passer du bon temps. Après quelques minutes, Vaaldrick s’engage au-dessus de Central Park, probablement mon endroit préféré dans toute la ville. Lisant dans mes pensées, il tourne un regard dans ma direction, guettant mon approbation.

Profitant de l’endroit parsemé d’arbre et dégagé de tous gratte-ciel en tout genre, le dragon accélère ses battements d’aile. Je sens les muscles de ses épaules rouler sous mes cuisses et d’un coup, nous prenons de l’altitude à une vitesse ahurissante. Le sol s’éloigne de plus en plus et Vaaldrick ne peut résister à la tentation de tourner sur lui-même à deux ou trois reprises. J’ai presque envie de faire la scène culte du Titanic, tiens... Que c’est bon de se sentir libre et vivant à la fois. Le ciel nous appartient. Enfin ça, c’est ce que je crois...
  
MessageJeu 23 Fév - 13:01
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/02/2017Nombre de messages : 31Nombre de RP : 8Âge réel : 17Copyright : (c) ColderAvatar daëmon : (c) Fran
W. Edwin de WinterI'm a cowbow but with a huge water gun
Les bras croisés, assis sur une chaise en face d'un homme grisonnant, Edwin écoute attentivement. L'homme lui parlait de faire des essais et des tests expérimentaux pour guérir son frère. Bien sûr qu'Edwin était familier à tout ce vocabulaire médical que cet homme employait, après tout, il avait suivi des études de médecine, et même si aujourd'hui, il ne travaillait pas dans cette branche-là, il comprenait parfaitement de quoi il s'agissait. Aussi grimaçait-il quand il entendait certains termes. « Prenez le temps de réfléchir, ce n'est pas une décision facile. » Ça ne l'était jamais de toute manière. Pas depuis les accidents. L'homme se releva. « Voici les dossiers » Dit-il en tendant une enveloppe marron au Daemonien. Edwin était à New-York pour récupérer des dossiers médicaux et discuter du cas de son frère. Ce qu'il avait entendu ne présageait rien de bon, mais Edwin avait encore espoir et ce n'est pas le contenu de cette enveloppe qui allait lui faire changer d'avis malgré tout. Le jeune homme était attentif à chaque parole de son interlocuteur et écoutait en silence en fronçant légèrement les sourcils. Il était d'un côté partagé par l'inquiétude et le stress d'Eris qui patientait dehors. Il ressentait son énervement, elle aussi détestait être dévisagée.

Le daemon agita doucement les ailes. Elle restait sur ses gardes, ne faisant pas confiance aux humains qui ne pouvaient s'empêcher de la regarder avec des yeux gros comme des ballons. Sûr qu'elle devait paraître impressionnante. Elle espérait qu'Edwin sorte rapidement parce qu'elle ne supportait pas le regard parfois haineux des patients. Entre les gens impressionnés et ceux qui lançaient des commentaires comme quoi ils avaient un endroit où vivre et laisser les honnêtes gens tranquilles. Eris n'était pas habituée à ce genre de chose, elle et Edwin avaient vécu isolé du monde, de ses bienfaits, mais surtout de ses malheurs. Donc elle ne pouvait s'empêcher en retour de lancer un regard haineux suivi d'un battement d'ailes impressionnants à tous ceux qui s'autorisaient le moindre commentaire. « Je vois que tu t'aies fait des amis. » Dit Edwin en posant une main sur le bec de l'oiseau. Il ignora tout simplement les regards et plaça les dossiers dans une sacoche accrochée au cou de la belle. On aurait dit une sorte de chouette postale comme dans Harry Potter, sauf que la bête était ici beaucoup plus grande. « Tu ne prends pas le taxi, je suppose. » Il fit non de la tête. Eris aimait beaucoup ses moments à voler avec Edwin, mais là, c'était la première fois qu'il volait en dehors de Merkeley.

Elle était stressée et Edwin pouvait le comprendre, lui-même n'aimait pas tellement l'idée de venir à New-York. « Le rendez-vous s'est bien passé au moins ? » Dit-elle en repliant doucement ses ailes. « Si on veut, ils m'ont donné les examens médicaux. Je me demande pourquoi ils ne les ont pas directement postés à l'hôpital. Bref, allons-y. » Il n'avait pas vraiment envie de s'envoler maintenant, mais Eris n'aurait pas supporté l'ambiance actuelle encore longtemps, elle fit donc de la place à son humain et essaya de dégager un maximum ses ailes pour qu'il puisse monter. Edwin se positionna correctement et s'accrocha aux duvets derrière sa tête pour ne pas lui faire mal. Une impulsion plus tard, la voilà dans les airs, survolant les buildings de New-York. « Ils n'ont rien dit d'autre ? » Elle prit plus d'impulsion pour essayer de voler le plus haut possible, là où personne ne les verrait. « Si bien sûr, ce serait plus intelligent que j'éteigne la machine et que je le laisse partir, bref, le blabla habituel, tu vois. » Il imagina Eris hocher la tête ou alors elle le fit vraiment. Le fait est que c'était un sujet sensible et Eris restait neutre quand il s'agissait de son frère, elle préférait ne pas s’immiscer dans ce genre de discours, sachant que de toute façon, c'était perdu d'avance avec Edwin.

Le jeune homme s'accrochait fermement à son daemon, le spectacle de New-York à cette hauteur était magnifique et il était chanceux de se trouver là à ce moment, quelques nuages lui barrait la vue à cause de la hauteur, mais le spectacle n'en restait pas moins impressionnant. Aussi loin qu'il s'en souvienne, Edwin était toujours avec Eris. Il n'a jamais monté de chevaux de sa vie autre qu'Eris quand elle prenait cette forme, il ne se souvient pas avoir fait quelque chose du même type avec un quelconque animal. Mais Eris n'était pas un vulgaire animal, c'était un être à part entière dotée d'un esprit maternel très fort et qui esquivait les nuages. Bien sûr, cela ne la gênait pas, mais Edwin en revanche se retrouvait trempé à chaque fois, aussi faisait-elle des efforts pour maximiser le confort de son daemonien, car oui, le voyage à dos d'oiseau-tonnerre n'était pas sans risque et sans turbulences. Il avait fallu de l'entraînement avant d'arriver à une telle stabilité. Stabilité qui fut bientôt gâché par un objet volant qui barra droit la route à Eris. Elle poussa un cri perçant semblable à un éclair s'abat dans un champ.

Edwin s'accrocha fermement, ne comprenant pas ce qu'il venait de se passer ni pourquoi son daemon faisait pareil pirouette. Edwin lui intima l'ordre de se calmer immédiatement, mais entre penser et faire, il y avait une marge de différence. « Espèce de grand malade ! Mais t'es pas bien ou quoi ! T'aurais pu nous tuer ! » Hurla-t-elle à l'intention du dragon. Edwin ne comprenait toujours pas la situation, il peinait à retrouver ses esprits, et même si Eris était un oiseau géant et qu'il y avait suffisamment de place pour qu'il puisse s'équilibrer et s'accrocher, il n'était pas du tout en confiance. Il souffla, fermant ses yeux pour que son cœur reprenne un battement régulier. Voilà longtemps qu'il n'avait pas eu pareille frayeur. Il ouvrit les yeux, essayant de se relever lentement pour voir qui, son daemon était en train d'agresser verbalement et copieusement en plus. Il ne put s'empêcher de rire de la voir dans cet état, elle qui d'habitude était si calme et si réservée. Elle continua d'insulter son opposant quelques minutes encore avant qu'Edwin ne la rassure en caressant doucement le cou de la belle. « Oh doucement, doucement, on est vivant calme toi ! » Dit-il avec un léger rire. L'après-coup de l'adrénaline sans doute.
  
MessageMer 1 Mar - 3:19
Groupe
avatar
Date d'inscription : 29/08/2014Nombre de messages : 187Nombre de RP : 77Âge réel : 23Copyright : Aki' ♥Avatar daëmon :
Malaika SvenssonYou're my flashlight ♫
Pour profiter au maximum des sensations qui parcourent tout mon corps, je décide de fermer les yeux, les bras toujours écartés de chaque côté tandis que Vaaldrick continue de tourner sur lui-même en prenant de l’altitude. Toutes ces acrobaties pourraient sembler dangereuses pour bien des personnes, mais je vole avec mon daemon depuis tellement longtemps... et nous avons faits des choses bien plus risquées que de simples spirales. Voler est devenue comme une seconde nature pour moi. Malgré le peu d’espace dont je dispose sur le dragon, espace qui se trouve le long de son cou et juste devant l’articulation de ses ailes, je m’y suis habituée avec le temps. Il est vrai que j’ai fait quelques chutes au début lors de nos premières tentatives de vol ensemble, mais Vaaldrick a toujours été assez rapide pour me rattraper avec ses grosses pattes pour ainsi m’éviter de me casser le cou sur le sol. Néanmoins, cela ne m’empêche pas d’être avide de vitesse et de sensation forte dès que je grimpe sur lui. Et comme à chaque fois, il ne me déçoit pas.

La luminosité tournoie sans cesse au travers de mes paupières fermées, preuve que le dragon tourne encore sur lui-même malgré sa perte de vitesse assez considérable du à ses ailes repliées. Puis, je sens quelque chose d’humide et de froid me frapper comme une vague pour me recouvrir ensuite toute entière. Sous l’effet de la surprise, j’ouvre les yeux même si je sais très bien ce qui a causé ce soudain changement. Foutu nuage. Je suis toute trempée maintenant. Percevant mon inconfort, Vaaldrick décide alors de mettre un terme à sa montrée fulgurante pour revenir à un vol plus calme au même moment où il sort du nuage comme une flèche dans lequel nous nous trouvons. Soudain, un coup de tonnerre éclate tout juste à nos côtés, faisant violemment sursauter le dragon qui manque de peu de chuter de plusieurs mètre. Je sursaute en même temps que lui tandis que mon cœur cesse de battre un moment. Bon sang, mais que s’est-il passé !? Il y a de l’orage dans le coin ou comment ça se passe ?

Encore sous l’effet de l’adrénaline, je secoue la tête pour tenter de reprendre mes esprits après cette belle frayeur alors qu’une pluie d’insulte s’abat sur nous. Visiblement mécontent de se faire parler sur ce ton, Vaaldrick émet un petit grognement en se mettant en vol stationnaire devant l’origine du coup de tonnerre et je sens qu’il lui lance un regard mauvais. N’y comprenant plus rien, je lève finalement la tête pour apercevoir un immense oiseau à deux ou trois paires d’ailes qui s’agitent dans tous les sens. Euh, what the... ? C’est quoi cet animal ? Mon regard s’agrandie de stupéfaction et autant dire que je n’arrive pas à en croire mes yeux. C’est l’oiseau qui a insulté mon daemon, il n’y a aucun doute là-dessus, alors... ça veut dire que j’ai affaire à un daemon ? Tout se déroule beaucoup trop vite pour que je puisse comprendre et je sais très bien que ma moitié n’osera pas ouvrir la bouche pour répliquer quoique ce soit à l’autre âme. Je dois reprendre mes esprits et vite.

- Nous sommes désolé, nous ne voulions pas effrayer qui que ce soit. C’est juste que... nous avons l’habitude de voler seuls.

Puis, sur un coup de tête, je décide de poursuivre.

- En fait, c’est la première fois qu’on rencontre autre chose qu’un avion dans le ciel.

Ça, tu peux le dire. D’accord, nous avons déjà croisé des hélicoptères, surtout au-dessus de New York, mais bon... c’est vraiment la première fois que nous croisons la route d’un autre daemon volant. D’ailleurs, où est son daemonien ? Intriguée, je fronce les sourcils pour ensuite me décaler légèrement d’un côté. De cet angle de vu, j’arrive à le voir un peu, mais Vaaldrick est trop loin pour que je puisse bien voir ses traits. Malgré ça, il semble tout de même beau gosse. Agacé, le dragon lève les yeux au ciel avant de me jeter un regard en coin qui en dit. Toi, t’es vraiment agaçante. Tu le vois à peine d’ici et tu le trouves déjà beau, il y a un problème. Mouais... rien ne m’empêche d’imaginer son visage d’ici. Après tout, ça ne fait de mal à personne, non ?
  
MessageLun 6 Mar - 23:00
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/02/2017Nombre de messages : 31Nombre de RP : 8Âge réel : 17Copyright : (c) ColderAvatar daëmon : (c) Fran
W. Edwin de WinterI'm a cowbow but with a huge water gun
« Nous sommes désolés, nous ne voulions pas effrayer qui que ce soit. C’est juste que... Nous avons l’habitude de voler seuls. » Eris soupira et Edwin l'empêcha de rétorquer une autre insulte. « En fait, c’est la première fois qu’on rencontre autre chose qu’un avion dans le ciel. » Eris arqua un sourcil « Attend, elle me traite d'avion là ? » Edwin soupira, la colère d'Eris était quelque chose de compliquer à gérer, la daemone étant la représentation de la colère, c'était tout à fait normal. Mais parfois, Edwin en avait vraiment assez. Il caressa doucement son plumage doré pour essayer de la calmer. « Ce n'est pas grave, nous non plus on n'a pas l'habitude de croiser du monde là-haut et encore moins dans le ciel de New-York. » Dit-il calmement, essayant de radoucir la colère de son daemon. L'atmosphère était électrique, littéralement et c'était totalement la faute d'Edwin et de son daemon. Il était sûr que cette jeune fille et son... Dragon ?! N'avaient absolument pas fait exprès de barrer le chemin à Eris de cette façon. Le jeune homme se redressa légèrement essayant d'apercevoir l'humaine derrière le daemon. « Eris n'aurait pas dû s'énerver de cette façon, elle, on s'excuse. » L'oiseau tonnerre tiqua. « Hey ?! No... » Eris lui intima de se taire et d'arrêter. « D'accord... Je m'excuse... »

Satisfait, Edwin fit un léger sourire et Eris se rapprocha doucement du dragon. C'était vraiment inhabituel. Mais après tout, Edwin avait bien lui aussi un animal de légende pour daemon, alors il fallait s'y attendre à ce qu'il y en ait d'autre. Le dragon était bien plus grand qu'Eris, mais ce n'était pas la taille qui effrayait la lady et elle n'hésitait pas à se mesurer à plus fort qu'elle au grand damne du daemonien qui à chaque fois se retrouvait avec des blessures qui ne lui appartenaient pas. En apercevant la chevelure rousse de la jeune fille, Edwin lui fit un sourire discret et un bref signe de tête. « Je m'appelle Edwin et elle c'est Eris. » Autant se présenter et essayer de sympathiser vu le début de rencontre assez houleux à cause du caractère à sang chaud d'Eris. Le daemonien rajusta ses gants une fois de plus, il avait senti son pouvoir pulser suite à l'adrénaline provoquée par les loopings de son daemon, mais il ne s'en formalisait pas, tout allait bien plutôt bien pour le moment et il espérait que la jeune fille ne tienne pas rigueur des insultes de son daemon. Edwin jeta un œil un peu plus bas. Il pourrait l'inviter à en discuter en bas, mais cela paraîtrait déplacé et il ne voulait pas transmettre une image de dragueur la daemonienne. Ce qu'il n'était absolument pas, mais vu comment ça avait commencé, autant essayer de rendre les choses plus positives.

Sa moitié se calma légèrement, observant sans rien dire le dragon et la daemonienne tour à tour. Elle était en train de voir si oui ou non, ils étaient "fiables". Le Canadien leva les yeux au ciel. Se rendant compte qu'un blanc venait de s'installer, il prit la parole. « Que diriez-vous de discuter sur la terre ferme plutôt ? » Essaya-t-il de dire le plus platoniquement possible. Il n'avait pas trouvé une autre façon de le dire sans faire peur ou passer pour un gros dragueur. Bien sûr que le jeune homme n'en avait rien à faire de son image, mais pour sympathiser, il valait mieux montrer une facette plus positive de soi-même et la facette Eris d'Edwin ne plaisait pas forcément et ce n'était pas l'image la plus positive qu'il pouvait montrer. Bien sûr, Edwin parlait sans jamais regarder les autres dans les yeux, c'était étrange, mais il n'aimait pas croiser le regard des autres et se contentait de regarder ailleurs. Cela pouvait aider à montrer que le Canadien n'était pas vraiment une menace. Eris se demandait pourquoi il s'embêtait avec ça. Mais, il ne pouvait tout simplement pas dire ; "Hey, tu ne m'intéresses pas du tout, mais tu veux venir prendre un verre avec moi ?"
  
MessageMar 14 Mar - 3:44
Groupe
avatar
Date d'inscription : 29/08/2014Nombre de messages : 187Nombre de RP : 77Âge réel : 23Copyright : Aki' ♥Avatar daëmon :
Malaika SvenssonYou're my flashlight ♫
Toujours en vol stationnaire, Vaaldrick ne cesse de fixer la daemonne d’un regard mauvais, ce qui est loin d’être son comportement habituel. Toujours dans son dos, il m’est impossible de voir son langage non-verbal, mais je sens au fond de moi qu’il est fortement agacé ce qui, encore une fois, n’est pas habituel. Normalement, le dragon se montre très amical et se jette sur toutes les autres âmes qu’on peut croiser sur notre chemin, autant pour leur faire des câlins que pour les lécher de la tête aux pieds en signe d’affection. Bon, d’accord... cette première rencontre ne s’est pas très bien déroulée, mais je dois avouer que j’ai du mal à le reconnaître en ce moment. Je suis sur le point de lui demander ce qu’il se passe lorsque le jeune homme prend alors la parole, suivi des excuses de la part de sa daemonne. Surprise, je relève la tête vers eux, les yeux ronds. Après toutes les insultes qu’elle nous a lancées, je ne pensais pas qu’elle s’excuse aussi rapidement.

Aussitôt, le regard de Vaaldrick s’adoucit, à croire qu’il attendait seulement ce moment pour changer d’attitude. Tout en continuant de battre des ailes, il observe l’oiseau sous un nouveau regard, penchant même la tête sur le côté tandis qu’elle s’approche doucement. Soulagée que mon daemon démontre enfin un peu de civisme, je peux accorder toute mon attention au jeune homme qui se présente sous le nom d’Edwin. Charmant prénom, cela le rend encore plus intriguant, surtout que je suis désormais en mesure de détailler un peu plus ses traits. D’ailleurs, cela me confirme que je ne m’étais pas trompé la première fois, il est vraiment mignon même de près.

- Enchantée de vous rencontrer. Je m’appelle Malaika et ce gros reptile noir, c’est Vaaldrick. Il semble dangereux mais il ne l’est pas du tout.

Je dis ça, mais... l’autre a quand même un oiseau-tonnerre comme daemon. Joignant le geste à la parole, je passe une main sur la tête du dragon pour le caresser un peu et ce dernier ne peut s’empêcher d’afficher son sourire édenté si particulier. Ça fait du bien de sentir que l’atmosphère est plus détendue désormais et, après un moment de silence, le jeune homme me propose de nous poser plus discuter. C’est vrai que dans les airs comme ça, à distance l’un de l’autre et avec le vent qui souffle, ce n’est pas l’endroit idéal pour apprendre à se connaître.

- D’accord, lui répondis-je avec un sourire. Nous pouvons nous poser à Central Park plutôt qu’en pleine ville, on y sera plus tranquille.

Je sens alors une pointe d’excitation prendre forme chez mon daemon qui s’empresse de tourner la tête vers moi suite à mes paroles. Dit, on peut faire une course ? Non Vaaldrick, pas de course cette... Cependant, le dragon n’attendait pas forcément de réponse suite à sa question. La gueule grande ouverte, souriant jusqu’aux oreilles, il se penche vers l’avant pour plonger en piquer vers la ville en contrebas. Stupéfaite par cette soudaine sensation de chute libre, je lâche un cri qui se perd rapidement dans le vent. Bon sang que je déteste cette sensation... Les ailes repliées contre son corps, Vaaldrick fonce à toute vitesse vers le sol. Il sort des nuages et se dirige vers le parc où les arbres dégarnis par le froid de l’hiver se rapprochent de plus en plus. Puis, avant d’être trop près du sol, le dragon rouvre ses ailes pour ralentir doucement jusqu’à un endroit dégagé où il parvient à se poser sans problème.

Le cœur encore battant sous l’effet de la surprise, je descends de ma monture avide de sensations fortes avant de constater que nous nous trouvons près d’un étang gelé et assez éloigné de la végétation du parc. Évidemment, tous les regards des passants présents aux alentours sont tournés dans notre direction, ce qui n’est pas surprenant. Exaspérée, je soupire bruyamment avant de me tourner vers le dragon qui commence déjà à s’amuser dans la neige.

- Bravo, j’espère que tu es content après ce que tu as fait. J’ai bien peur qu’Edwin et Eris ne parviennent pas à nous suivre.

Puis, croisant les bras et ignorant le gémissement plaintif de Vaaldrick, je lève la tête vers le ciel pour tenter d’apercevoir l’oiseau-tonnerre. Avec sa taille plutôt imposante, elle ne devrait pas passer inaperçue, non ? Et même si je peux la voir d’ici, ça ne sera sûrement pas son cas à elle dans le ciel. À part grimper à nouveau sur le dos du dragon pour aller les rejoindre, je me demande bien comment je vais faire pour leur indiquer l’endroit où nous nous trouvons si jamais ils n’y parviennent pas. Dire que tout cela ne serait pas arrivé si Vaaldrick ne s’était pas autant emporté. Parfois, le comportement de ce dernier me rend complètement dingue.
  
MessageSam 22 Avr - 1:28
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/02/2017Nombre de messages : 31Nombre de RP : 8Âge réel : 17Copyright : (c) ColderAvatar daëmon : (c) Fran
W. Edwin de WinterI'm a cowbow but with a huge water gun
Edwin fit un sourire discret après avoir appris le prénom des deux individus devant lui. « D’accord, nous pouvons nous poser à Central Park plutôt qu’en pleine ville, on y sera plus tranquille. » Le Canadien hocha la tête en signe d'approbation alors qu'Eris leva les yeux au ciel. Sentant bien qu'Eris n'était pas d'accord de se poser dans un endroit aussi peuplé d'humain sans daemon, il essaya de la rassurer le plus possible. Après tout, si quelques humains voyaient les daemoniens d'un très mauvais œil, Eris avait peu de considération pour les humains. Elle reste cependant douce et remarquant que le dragon la dévisage, Eris semble se renfrogner. Si elle avait pu rougir, elle l'aurait surement fait. D'un coup, Vaaldrick fonce en piqué droit vers le sol, surprenant Edwin qui manqua de tomber de sa monture. « Mais il joue à quoi là ? » Soupira-t-elle. « Il veut faire la course ? » Devinant ce que son daemon avait derrière la tête, Edwin essaya de l'en dissuader. « Non non pas ma... » Eris fonça en ligne droite dans le sillage du dragon noir, loin d'être impressionnée. Encore une fois, Edwin dû se cramponner et tenir fort le duvet de son daemon pour ne pas tomber à la renverse.

Eris peut atteindre une vitesse de croisière de 180 km/h et la maintenir sur de longues distances. De quoi faire biper les radars des voitures. Saviez-vous qu'un faucon pèlerin en attaque en piqué peut atteindre les 360 km/h, imaginez maintenant Eris avec la force de sa double paires d'ailes ? Et surtout avec sa condition d'oiseau-tonnerre. Eris est capable de dépasser la vitesse du son, plus rapide qu'un éclair donc. Vous en conviendrez que c'est impossible pour Edwin de rester accrocher à pareil engin. Presque arrivée au niveau du Furie Nocturne, Eris accélère et Edwin lâche soudain prise, forçant le daemon à reconsidérer la course en elle-même. Heureusement qu'ils sont suffisamment haut dans le ciel parce que sinon Edwin se serait déjà ramassé le sol. Malgré tout, le jeune homme n'apprécie pas les chutes libres sans parachute. Essayant de réfléchir le plus vite possible, sentant l'adrénaline le gagner, le jeune homme commence à paniquer. Eris apparaît d'un coup comme une sauveuse, attrapant Edwin avec ses puissantes serres. Bye-bye la veste en cuir. Non loin d'être vraiment content, le jeune homme commence à traiter son daemon de tous les jurons possibles.

Ça y est, maintenant, c'est lui qui s'énerve. Sentant bien qu'il ne serre à rien de continuer, le jeune homme se calme pendant que son daemon se rapproche du sol. L'action a été rapide et a suffit à perdre Malaika et son daemon de vue. Heureusement qu'Eris possède la vision d'un aigle, car il n'aurait pas été possible de les retrouver sinon. Elle lâcha Edwin qui se rattrapa sur le sol et se posa pas très loin. Sentant son cœur battre à vive allure, le brun souffle et respire fort, se remettant tant bien que mal de ses émotions et de cette poussée d'adrénaline si soudaine. « Désolé, on a été retardé par... Un imprévu » La veste d'Edwin déchiquetée laissait aisément deviner la nature de l'imprévu, mais Eris ne semble pas vouloir s'excuser et semble même amusé de la situation, ce serait bien la première fois. Elle se renferme néanmoins sur elle-même, sentant de nouveau des regards sur elle. Sûr qu'à Central Park ça ne doit pas arriver tous les jours ! Et en particulier quand le décor est blanc. Edwin se rapprocha de Malaika, laissant Eris regarder le dragon s'amuser tout seul dans la neige. La lady n'étant pas vraiment friande de ce genre d'amusement, mais plutôt d'action pure.

« Qu'est-ce qui vous amène ici dans le ciel de New-York ? » Questionna-t-il, histoire de faire la causette. Ignorant par la même occasion les regards des passants sur eux, il se mit à marcher et faisant un discret signe à Malaika. Une promenade enneigée, magnifique non ? « Je ne suis pas sûr que l'on soit les bienvenue ici, voilà longtemps que je n'étais pas sorti avec mon daemon sans me cacher. » Edwin connaissait très bien la réputation des daemoniens envers les humains. Heureusement, tous n'étaient pas comme ça, mais la différence n'était jamais une bonne chose aux yeux des hommes. Ainsi, il essaya vainement de ne pas sentir les regards des autres et essaya même de sourire.


Spoiler:
 
  
MessageHier à 21:06
Groupe
avatar
Date d'inscription : 29/08/2014Nombre de messages : 187Nombre de RP : 77Âge réel : 23Copyright : Aki' ♥Avatar daëmon :
Malaika SvenssonYou're my flashlight ♫
Anxieuse, je continue de fixer le ciel à la recherche du jeune homme et de son daemon en faisant les cents pas, les bras croisés sur ma poitrine. Et s’il leur était arrivé quelque chose de grave lors de l’atterrissage ? Plusieurs options peuvent êtres envisageables après le soudain plongeon du dragon, mais je refuse d’être aussi pessimiste. À bout de patience, je détache finalement les yeux du ciel pour me tourner vers ma moitié qui s’amuse encore dans la neige, indifférent face à ce qui se passe. Je m’avance rapidement vers lui en ayant la ferme intention de retourner dans le ciel pour chercher Edwin, mais un mouvement du coin de l’œil me redonne soudain espoir. Eris est de retour et descend lentement dans ma direction, mais son daemonien reste invisible. Enfin, c’est ce que je crois avoir de l’apercevoir entre les serres de l’oiseau, sa veste en cuire toute déchirée. En voyant cela, je me doute très bien de ce qui s’est passé.

- Oh non... Est-ce que ça va ?

Je ne me souviens pas d’être déjà tomber du dos de Vaaldrick pendant un vol, mais juste l’idée d’une chute libre à une bonne dizaine de mètre du sol, comme Edwin vient de le vivre, me terrifie. Si cela arrivait, j’ignore comment je réagirais. D’ailleurs, en le voyant si ébranlé, j’ai une envie irrésistible de m’avancer vers lui pour l’examiner et ainsi m’assurer qu’il n’est pas blessé, mais je me résigne à le faire au dernier moment. J’ai la foutue manie de toujours vouloir toucher les gens autour de moi et je commence à savoir que ce n’est pas tout le monde qui apprécie un tel contact lors d’une première rencontre. Ouais, vaut mieux éviter. Je te connais, ton attirance envers lui va augmenter d’un cran si tu réussis à poser les mains sur lui. Au fond, il n’a pas forcément tord.

- Je suis vraiment désolée pour tout ça. Vaaldrick n’était pas censé plonger comme ça sans prévenir, je ne voulais pas qu’il fasse la course pour éviter ce genre de situation.

Mais... comme d’habitude, ma moitié ne m’écoute jamais. Heureusement, le jeune homme n’a que des blessures superficielles et je sais bien que ce genre d’accident aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves et tragiques. Néanmoins, il me fait un signe discret de la main et je lui adresse un sourire avant de m’engager sur le sentier enneigé qu’il m’a indiqué. À croire qu’il a réussi à lire dans mes pensées, car je préfère largement ce genre de rencontre plutôt que de simplement s’asseoir sur un banc pour discuter.

- Pour tout dire, nous venons souvent ici pour passer du bon temps, Vaaldrick et moi. Nous avons déjà fait plusieurs fois le tour de Merkeley en volant et comme nous volons presque à tous les jours, c’est devenu plutôt lassant. À New-York, le paysage est magnifique et il y a de nombreux courants d’air ascendants que mon daemon apprécie.

Difficile à croire que le vent s’engouffre mieux dans une aussi grande ville plutôt que dans une ville plus petite comme l’est Merkeley, mais c’est bien le cas.

- Et vous, pourquoi êtes-vous ici aujourd’hui ? Vous volez souvent avec votre daemon ?

Une question peut-être indiscrète, mais je suis curieuse de savoir. Edwin est bien le seul autre daemonien que j’ai rencontré qui possède une âme ailée et assez grosse pour pouvoir voler sur son dos. Jusqu’à présent, j’étais la seule avec Vaaldrick à pouvoir profiter des cieux à volonté, autant ici que lorsque j’étais encore en Suède. Je suis vraiment contente de l’avoir rencontré, surtout que j’ai des tonnes de question à lui poser. Cependant, son commentaire refroidit légèrement mes ardeurs et je détourne ensuite la tête pour observer ce qui se passe autour de moi. Évidemment, les humains déjà présents dans le parc n’hésitent pas à nous dévisager, bien que cela me soit complètement égal. Avec une furie nocturne qui me suit constamment, j’ai appris à vivre avec le jugement des autres et je me fiche bien de ce qu’ils peuvent penser de nous. Ce n’est pas leur intolérance qui me feront changer d’attitude.

- Sérieusement ? Vous vous cachez tout les deux ?

J’en suis choquée. C’est bien la première fois que je rencontre quelqu’un qui se cache encore après la grande révélation. Ils leur est forcément arrivé quelque chose pour qu’ils choisissent cette option, à moins qu’ils se préoccupent plus de ce que les autres humains pensent que moi.

- Je suis désolée d’entendre ça, ajoutai-je rapidement. Personnellement, je ne m’empêche pas de sortir juste pour quelques regards indiscrets. Je me contente de les ignorer ou de les dévisager à mon tour. Après tout, avec un dragon comme daemon, je ne peux pas vraiment me cacher... Dans tous les cas, si vous vous sentez mal à l’aise ici nous pouvons aller discuter ailleurs si vous voulez, il n’y a aucun problème. Ce n’est pas l’espace qui manque à New-York.

Je veux surtout qu’il se sente bien et s’il faut se poser au sommet d’un building pour avoir de la tranquillité, je suis prête à le faire.
  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1