Il était une fois une fille et son chien

avatar
Date d'inscription : 03/02/2017
Nombre de messages : 430
Couronnes : 8
Âge réel : 21
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Folkr

MODO
Nothing will be the same...

Sam 1 Avr - 18:40
Chronologie



10 novembre 1994 Naissance
~2004 Mariage de sa mère avec le pêcheur
~2012 Fuite d'Irlande et tentative de meurtre sur Nollaig/Meurtre pour Tomas
2016 Accueille par Rafi
2017 Entrée à l'université


Ombre dans la nuit
Protecteur
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t5357-il-etait-une-fois-une-fille-et-son-chien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017
Nombre de messages : 430
Couronnes : 8
Âge réel : 21
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Folkr

MODO
Nothing will be the same...

Sam 1 Avr - 18:45
Venu au monde



La nuit est tombé depuis longtemps. Ici en hiver, on semble vivre la plupart du temps dans le noir. Le matin quand les hommes partent il fait sombre. Pendant la journée le brouillard enveloppe le village ou parfois c'est la pluie. Et en fin d'après midi la nuit tombe de nouveau. Joyce se tient allongée dans le lit, poisseux de sueur. Les femmes s'affairent autour d'elle. On lui rafraîchit le front, débarrasse le lit des draps ensanglantés, on la rassure. Elle ne sait pas exactement pendant combien de temps elle a poussé. Mais c'est fini. Elle veut serrer sa petite fille dans ses bras. C'est long neuf mois. Des mois en solitaire. Pas de mari pour la soutenir. Dans un sourire fatigué, elle tourne la tête vers le médecin qui s'est rapproché de la femme qui amené son bébé pour la nettoyer. Ses sourcils se froncent. Que se passe t-il ? Pourquoi la sage femme a les traits si tendus ? L'air effrayé ? Et le médecin.. Elle ne vois pas son visage. Il se tient légèrement pencher en avant, tenant son enfant entre ses bras. La jeune mère entre ouvre les lèvres. Mais rien ne vient. Elle a peur elle aussi. Que se passe t-il ? Pourquoi ne lui donne t-on pas son bébé ? Elle l'a entendu pleurer, mais depuis elle est calme. Silencieuse. Peut être trop ? Finalement les mots s'échappent de sa bouche. Elle veut tenir sa petite fille contre elle et se remplir de sa présence.

-Mon bébé...


Le médecin lève la tête. Il était plongé dans ses pensées, plonger sur le sort de cette enfant qu'il tient entre ses bras. Il sait ce que c'est. Il a entendu des rumeurs. Il a une cousine, plus vieille que lui qui est tenu par sa famille dans la maison secondaire en Ecosse. Accompagnée continuellement d'un fauve, un lion il croit, elle converse avec lui. Folle ils disent certains. Un monstre dise d'autres. Car la bête répond. Est-ce ceci aussi ? Il regarde de nouveau le poupon avant de retourner vers la jeune femme.

-Madame, votre bébé va bien mais je crains...

Joyce n'écoute plus le médecin. Ses yeux sont fixés sur le bébé qu'on vient de lui glisser entre les bras. Non pas le bébé. Elle fixe la chose écailleuse qui se tient enroulé, agrippé à son bébé. Elle semble si sombre, huileuse comme le pétrole. Ses yeux reptiliens clignent lentement, puis la fixe. Son regard est froid. Animal. Dans un bruit de gorge étranglé, elle tente de décroché cette chose. Mais le petit crocodile claque des mâchoires, clapit, s'accroche encore plus tandis que le bébé se met à hurler, remuant ses bras avec une force étonnante.

-Prenez les ! Prenez les !

La jeune mère se recroqueville sur elle même, tournant le dos au médecin. Des sanglots secouent les épaules de Joyce alors qu'elle répète des mots difficilement compréhensibles : monstre... Pas en vouloir... Loin d'ici.. Loin.. Maudite..
Dans les bras de l'homme le bébé ne fait que de sangloter, se cramponnant à la bête dans un réflexe étrange.


Rencontre


Il se tient dans le berceau, entourant sa moitié. Il n'a pas de nom. Elle non plus. Mais ce n'est pas important. La protéger. C'est tous ce qui compte. Des voix attirent son attention. Des pas lourds s'approchent. Il siffle, s'agite. Et une voix gronde alors qu'un homme se penche sur eux.

-Brave petit bonhomme.
-Calme.

La voix féminine s'est glissé dans son esprit. Complice.

-Accroche toi.

Deux mains immenses attrape avec douceur le poupon, emportant avec elle le petit crocodile. Il siffle un peu plus, claque et claque encore de la mâchoire. Mais l'homme ne fait que les garder contre lui, s'asseyant dans un siège se trouvant là. La chose reste immobile, dresser sur ses quatre pattes. Rien ne vient. Pas de douleur ?

-Non rien de tous ça bonhomme. Vous êtes en sécurité. Tous les deux maintenant. Un doigt plein de cale et pâle de poussière effleure la joue du bébé. Nous sommes là maintenant Ana et moi. Et on vous lâchera pas. Aller repose toi.
-Ecoute le. Il veillera. C'est le grand père de ta moitié, de ta dévonienne. Repose toi. Tu auras besoin de force pour les jours à venir .

Au petit matin colosse et lynx veille toujours


Ombre dans la nuit
Protecteur
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t5357-il-etait-une-fois-une-fille-et-son-chien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017
Nombre de messages : 430
Couronnes : 8
Âge réel : 21
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Folkr

MODO
Nothing will be the same...

Sam 1 Avr - 18:52
Journée avec seanathair



-Nollaig !

La voix féminine retentit dans les collines. L'enfant cachée entre les branches d'un buisson ricane. A cet instant elle a oublié son début de semaine assez sombre. L'arrivée d'un nouvel homme à la maison. Cédric. Les moqueries des enfants depuis son arrivée à l'école. L'ignorance de sa mère. Les regards des autres adultes. La fillette l'a déjà oublié. Aujourd'hui elle est chez son seanathair et tous ses soucis vont disparaître pour la journée.
A ses côtés Tomas est silencieux. Sous une forme de chiot, il se tient dans le giron de son Edi'. Il partage avec elle sa joie de partager sa journée avec Ana et Eolas. Mais il sait que dès ce soir les problèmes reprendront. A part si le vieillard veut bien les accueillir pour la nuit.. Il garde ses pensées pour lui ne voulant pas assombrir la bonne humeur de sa moitié. Il adore son rire. Il devine la vieille lynx un peu plus bas, tenaillée par son lien avec le seanathair d'Edi'. Il doit être enfermé dans son atelier, finissant son boulot. Alors c'est Ana qui était chargé de les surveiller, mais ils se sont trop éloignés et là elle ne peut rien faire à par gronder inutilement.

-Nollaig Edith O'Malley. Si tu ne reviens pas tous de suite je vais chercher
Eolas

La fillette se recroqueville encore plus, ricanant de plus belle. Elle sait bien que Ana ne fera jamais ça. Pas si ce n'est pas une urgence comme la fois où elle est tombée d'un arbre. Un sourire dévoilant quelques dents perdus elle continu à progresser entre les arbres, tenant fermement Tomas contre elle. Soudain un craquement de branche résonne derrière elle. Lentement elle se tourne et..

Un cri retentit dans les hauteurs. Un doux ricanement vient secouer le corps de la daemonne allongée sur un rocher. Sa leath a enfin consentit à sortir de sa grotte. Une caresse sur son pelage encore doux et il est allé crapahuter lui aussi dans les bois retrouver sa cailín beag. La lassie n'a aucune chance. Mais elle, elle se contentera de les attendre là. Cela ne tarde pas. Bientôt Nollaig dévale la colline, riant et hurlant à moitié. Tomas lui la suit comme il peut, jappant, grognant à moitié contre Eolas. Et le vieil homme trottine derrière eux, imitant un monstre quelconque, ses grandes jambes dévorant la distance inexorablement.
La poursuite continu encore un peu. Tomas vient rapidement se lover contre Ana, qui le câline sans un mot. Finalement la demoiselle est attrapée et ramenée vers les daemons. Le goûté est sortie, Tomas retourne vers son Edi', profitant du moment. La fillette discute, babille sous les regards attendri de son seanathair et de sa daemonne. Nollaig se fait câliner, encourager.
Cette après midi comme beaucoup d'autre ce fut une accalmie, où la fillette redevient une enfant comme les autres. Mais le soir il est déjà l'heure de rentrer.

Ils sont tous les quatre dans l'atelier. L'enfant est dans un coin à regarder son grand père s'activer sur un bloc de pierre. On commence à y deviner le corps délié d'une jeune femme, jaillissant du bloc comme si elle allait s'y échapper. Puis un bruit de voiture se fait entendre, puis l'appel impatient d'une femme. Ana ne peut que regarder, triste, de voir Tomas changer et devenir scarabée se cachant dans le cou de l'enfant. Celle-ci ne sourit plus, et déjà commence à se lever. La suite fut rapide. La femme, la soit disant mère de la petite fille de Eolas déboule dans l'atelier, les traits tendus, le dégoût brillant dans son regard. Ana reste immobile se retenant de souffler contre la fille de sa leath. Elle n'avait jamais eu aucun amour pour elle. Jamais. Elle avait pardonné à l'enfant qui avait rejeter son papa, suivant l'exemple de toute la famille. Mais pas à la mère qu'elle était devenu, rejetant une enfant innocente. Eolas quand à lui n'adresse pas une parole à Louise. Il sait ceci inutile. Il fait une dernière étreinte d'ours à sa cailín beag où l'enfant se gorge de l'odeur rassurante, puis la pousse délicatement vers sa mère. Celle-ci ne fait que la pousser devant elle, grogne quelque chose puis file aussi vite qu'elle est venu. Le vieille homme reste de longues minutes à observer la porte close, caressant Ana qui est venu se lover contre lui, envoyant des vagues d'amour. Grand solitaire dans l'âme, son exclusion obligatoire du fait de sa nature de la part de sa famille, du village ne le dérange maintenant plus vraiment. Mais il doit le reconnaître les venues régulière de sa petite fille sont de véritables gorgées d'oxygène. Et il aurait voulu faire quelque chose pour cette enfant injustement maltraité.. Mais que faire quand on était nous même traité de monstre ? De paria ?


Durant les mois qui ont suivit ils s’inquiètent. Nollaig et Tomas ne viennent pas leur rendre visite. Il tente de joindre sa fille mais rien à faire. Il ne peut que laisser des messages sur le répondeur. Pas de réponses. Mois deviennent années.

Et alors que les jours s'allongent, la pluie, le brouillard plongent les alentours dans une grisaille, presque une nuit continuelle. Et une nuit ils reviennent. Seuls. Par leur propre moyen. Nollaig n'est plus une enfant insouciante mais une jeune adolescente dans un corps en plein changement. Le regard fuyant, le corps tendu prêt à fuir à chaque instant. Elle est arrivée alors que la pluie n'avait cessé de tomber, immense rideau d'eau. Vêtue d'un simple pyjama, cela ne l'a pas empêché de venir jusqu'ici. Elle a fui. Quelque chose. Quelqu'un.
Eolas n'a posé aucune question quand il a remarqué ses gestes mesurés alors qu'elle se glisse dans un des ses pulls. Ni à la vue de sa lèvre éclatée et sa joue qui se colore doucement de bleu. Tomas est tous aussi silencieux. Ce soir là, comme toute les fois qu'ils arriveront chez eux sans prévenir, il est sous la forme d'un chien immense, aux yeux rougeoyant et au pelage sombre et épais. Véritable ombre silencieuse transpirant une rage silencieuse. Un chien noir, légende proche de leur Dobhar-chú selon certains. Chien monstrueux, spectrale qui erraient dans les landes, gardait des lieux ou parfois pouvaient attaquer les voyageurs égarés. Un présage de mort, de violence.

Il est resté immobile, silencieux les ignorant jusqu'à ce qu'ils aillent dans l'atelier. C'est à partir de ce jour là qu'Eolas commence à réellement apprendre à Nollaig à tailler la pierre. Et chaque fois le daemon de l'adolescente va s'allonger dans un coin alors que Nollaig s'installe au côté de son grand père. Ana le rejoind, le câlinant comme elle le faisait il y a quelques années. Et au fil des heures il redevient un simple animal, selon ses envies. Parfois ils discutent entre eux. Il lui raconte leur quotidien, sa colère, le rejet de son Edi', ses états d'âme.. Ana ne révéla jamais ce qu'il lui racontait. Jamais.
Au petit matin ils repartaient tous simplement. Il n'y eu plus de rires mais Eolas su reconnaître la reconnaissance dans les yeux de sa cailín beag et la sentir se tranquilliser au fil des heures. Ces deux gamins avaient besoin de ces moments calmes et silencieux. Alors leur donnait. Sans poser une question.


Ombre dans la nuit
Protecteur
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t5357-il-etait-une-fois-une-fille-et-son-chien
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: forum et gestion de personnage :: gestion de votre personnage :: journal-