no witnesses, no crime (boston 2015) ★ byron

 
  
MessageLun 3 Avr - 20:58
Groupe
avatar
Date d'inscription : 20/08/2016Nombre de messages : 111Nombre de RP : 30Âge réel : 26Copyright : Avatar ∞ finnou <3 Avatar daëmon :
Demelza FlyntNothing will be the same...




NO WITNESSES NO CRIME (BOSTON 2015)

feat. BYRON & PRALINE | DEMELZA & SKY

Vêtue d'une robe très simple, mais professionnelle, et d'une paire d'escarpins qui ne lui rendent pas la vie facile alors qu'elle doit presque courir afin d'arriver à l'heure à la prochaine présentation sur les marsouins, Demelza tente difficilement de se repérer au sein de ce centre qu'elle ne connait pas du tout et qui possède une quantité phénoménales de couloirs. Les ascenseurs ne montent pas tous au même étage et différentes ailes ne sont accessibles que par certains d'entre eux, si bien que la jeune femme ne trouve finalement la salle qui l'intéresse qu'à quelques secondes du début de la conférence. « Pfiou. C'était moins une ! » « Si tu m'aidais un peu à retenir les numéros des salles, aussi ! » La jeune océanographe s'installe à l'arrière de la pièce alors que Sky se glisse sur le siège libre à ses côtés.

Le congrès auquel ils assistent tous les deux s'avère particulièrement imposant, cette année, puisqu'il comporte des tonnes de disciplines, réparties dans différents pavillons. Évidemment, si Demelza a bel et bien la bonne salle, elle se trouve à l'autre bout du monde de la salle qui l'intéresse et ce n'est que lorsque le conférencier - sans doute un étudiant - se met à parler et qu'elle lève les yeux vers lui pour parcourir le titre de sa présentation qu'elle comprend son erreur. Nouvelle technique chirurgicale pour ... Wait, what ? Cette fois, son attention entière est dirigée sur les propos du conférencier alors qu'elle fronce légèrement les sourcils avant de jeter un coup d'oeil aux gens qui se trouvent dans la salle et qui sont majoritairement des hommes. Elle ne reconnait personne et un léger soupir quitte ses lèvres alors qu'elle s'enfonce légèrement dans son siège, un peu déçue. Elle ne peut pas partir maintenant et de toute façon, même si elle se mettait à courir, la conférence sur les marsouins serait déjà terminée lorsqu'elle atteindrait le bon pavillon.

Curieuse, malgré tout, Demelza écoute attentivement l'étude qui leur est présentée, peine à comprendre le charabia médical qu'il ne prend pas la peine de décrire puisqu'il considère que tout le monde ici se trouve en terrain connu. Bon. À vrai dire, il n'a pas vraiment tort puisque l'océanographe n'aurait jamais mis les pieds ici si ce n'était pas par erreur. En jetant un coup d'oeil autour d'elle, elle croise le regard d'un homme un peu plus vieux qu'elle, très bien vêtu et particulièrement séduisant. Un peu déconcentrée, Demelza reporte finalement son attention sur la présentation, un petit sourire aux lèvres.

Lorsque la période de questions débute, la jeune femme possède un nombre incalculable d'interrogations, sans doute parce qu'une dizaine de minutes ne s'avère franchement pas suffisant pour bien comprendre - et bien expliquer - une étude complète. Elle lève la main, attend qu'on la désigne avant de se redresser légèrement sur son siège.

« Merci pour votre présentation, c'est vraiment un sujet très intéressant. Par contre, je me demande quel est l'avantage d'utiliser votre technique au lieu de toutes celles qui existent déjà ? »

Le jeune homme semble un peu perturbé par sa question et Demelza se demande s'il a vraiment réfléchi à ce genre de choses ou s'il a déjà pris la peine de prendre en compte toutes les techniques chirurgicales usuelles avant de se lancer corps et âme dans une étude aussi importante. Il prend quelques secondes de réflexion et la jeune femme devine certains visage qui se tournent vers elle. « Demelza Flynt, ou comment passer inaperçue au sein d'une pièce remplie d'inconnus. » lance mentalement le fou de bassan, visiblement amusé.

Demelza ne fait pas attention à lui, écoute l'explication vacillante de l'étudiant avant de hocher simplement la tête, un petit sourire aux lèvres. Il tourne autour du pot, il bafouille un peu aussi et puisqu'elle n'a pas l'intention de l'humilier ou de le rendre davantage inconfortable, elle fait comme si tout est limpide, comme s'il a véritablement répondu à sa question.

Lorsqu'elle quitte la salle, quelques minutes plus tard, un léger sourire étire ses lèvres alors que son ventre se met à gargouiller un peu. « Je meurs de faim. » Lorsqu'un homme l'aborde, elle met une fraction de seconde avant de le reconnaître et lui offre finalement un sourire malgré les simagrées mentales de son daemon. « Est-ce que je suis la seule à ne jamais trouver mon chemin dans ce labyrinthe ? » demande-t-elle avec un grand sourire alors qu'elle jette un coup d'oeil subtil à l'homme qui se trouve à ses côtés. « Demelza Flynt. Et voici Sky. » Elle tend la main, ravie de faire connaissance, espère que l'étudiant ne se trouve pas sous son aile et qu'elle ne l'a pas vexé avec sa question. « Ça vous dit, qu'on se déplace lentement vers le buffet ? » demande-t-elle alors que Sky semble un peu suspicieux tout à coup, maintenant qu'il se trouve face à face avec le lynx.

(c) aki' (Kyllian) sur Lindwuën Daëmon
  
MessageSam 22 Avr - 4:44
Groupe
avatar
Date d'inscription : 14/06/2015Nombre de messages : 137Nombre de RP : 54Âge réel : 23Copyright : AKI' ♥Avatar daëmon :
Byron BlightBouffeur de cerveau
(ʘ︿ʘ)
J’ai emménagé à Perth il y a seulement quelques mois et voilà que je dois à nouveau repartir vers une ville qui m’est totalement inconnue. Je dois dire que ma vie a grandement changé depuis que j’ai quitté l’Australie. C’est exactement ce que je désirais après avoir pris la lourde décision de m’éloigner autant de ma famille, mais jamais je n’aurai pensé que cela se produirait si rapidement... Dès mon arrivé, j’ai entrepris un roadtrip avec ma cousine à travers tout le Canada qui a duré près de deux mois qui m’a permis de faire le vide et de reprendre ma vie du bon pied. J’ai ensuite été engagé à l’hôpital de Perth en tant que titulaire en chirurgie lors de mon retour de voyage et maintenant, je suis envoyé à un congrès scientifique par mes supérieurs sous prétexte que c’est une occasion en or pour moi d’apprendre les dernières nouvelles de la médecine. Par contre, je dois me rendre à Boston pour y assister et je commence à peine à m’habituer à la conduite inversée de ce continent.

C’est partit pour un nouveau voyage. Malgré mes craintes, je me pointe au congrès pas mal à l’avance et je ne vais pas m’en plaindre, surtout avec Praline qui a tendance à angoissée pour rien. Vêtue d’une chemise bleue et d’une cravate, j’assiste à plusieurs conférences au cours de la journée parlant de sujet divers pour finalement me pointer à celle parlant d’une nouvelle technique chirurgicale qui m’intéresse au plus haut point. Visiblement intimidée par tous les regards qui sont posés sur elle, Praline ne tarde pas à se cacher sous ma chaise. Malgré tout, j’insiste pour qu’elle prenne place à mes côtés, mais la lynx refuse de se montrer davantage, même en ma présence. De nature peureuse et timide, je dois dire que cette réaction de sa part ne me surprend pas vraiment, surtout avec tous les humains qui nous entourent et qui ne semblent pas êtres habitués à croiser un daemonien. Après avoir jeté un rapide coup d’œil autour de moi avant le début de la conférence, je constate que nous sommes grandement dévisagé par toutes les personnes qui se trouvent dans la salle. Dommage qu’il n’y ait pas d'autres daemoniens aux alentours.

L’étudiant commence bientôt sa présentation, à mon plus grand soulagement puisque tous les regards se détournent de sur nous pour se diriger vers l’avant. Pendant les minutes qui suivent, j’écoute avec attention les paroles du jeune homme et je me surprends même à prendre quelques notes de temps à autre dans mon calepin. Cela me servira très fortement plus tard, lors de mon retour à Perth. Hey, je crois que nous ne sommes pas les seuls daemoniens ici. Il y a un oiseau sur une chaise là-bas, à côté d’une fille. Surpris, je fronce les sourcils avant de tourner la tête dans la direction indiquée par la lynx et je suis plutôt ravi de voir qu’elle a raison. Assise un peu en retrait des autres, se trouve une jeune femme aux cheveux blonds et bien vêtue, accompagnée par un fou de bassan. Je dois avouer que ça fait du bien de rencontrer quelqu’un faisant partit de ses semblables. Tu veux dire que ça fait du bien de rencontrer une jolie jeune fille...

Puis, comme si elle était capable de lire dans mes pensées, la jeune daemonienne tourne la tête pour croiser mon regard. Comme elle est charmante, je lui adresse un large sourire avant de rapidement détourner les yeux pour éviter d’être victime d’une vision malgré moi. En pleine conférence, ça ne serait pas le bon moment. Peu de temps après, une voix interrompt le conférencier pour poser une question assez... surprenante. Tellement surprenante qu’elle fait bégayer le pauvre étudiant un moment, n’arrivant pas à lui trouver une quelconque réponse dans l’immédiat. Intrigué de connaître l’auteur de cette question, je me tourne à nouveau pour constater qu’il s’agit de la même jeune fille blonde que tout à l’heure. Tiens, une petite qui n’a pas froid aux yeux. J’adore ça.

La conférence s’éternise pendant encore quelques minutes et je me contente de suivre la foule pour quitter la salle. Toujours derrière moi, Praline tente d’ignorer tous les regards qui sont à nouveau posés sur elle, mais sa drôle de démarche et son pelage hérissé démontre tout le contraire. Une fois de retour dans le couloir, j’observe les alentours une dernière fois à la recherche de la jeune daemonienne de tout à l’heure et je m’approche rapidement d’elle dès que je l’ai repérée.

- J’avoue que ce centre est très mal organisé, ils auraient du y réfléchir à deux fois lors de sa construction.

Puis, tout en lui rendant son sourire, je poursuis en lui serrant la main en retour.

- Byron Blight, enchanté mademoiselle Flynt. Et je vous présente Praline, la daemonne la plus peureuse qui existe.

N'importe quoi. Évidemment, au moment où je prononce ces mots, la lynx ne tarde pas à venir se réfugier entre mes jambes, comme si ce geste allait l’aider à affronter ses peurs. Un peu exaspéré par son comportement, j’accepte néanmoins de suivre la daemonienne jusqu’au buffet. Je n’ai pas vraiment faim pour le moment, mais je suis convaincu que mon estomac va se mettre à crier famine à la simple vue des diverses petites bouchées qui doivent s’y trouver.

- Est-ce que je peux me permettre une question ? Suite à votre, euh... interrogation lors de la conférence, j’ai cru comprendre que vous n’étiez pas très familière en ce qui concerne la chirurgie. Je me trompe peut-être, mais c’est l’impression qui m’a été donnée à cet instant.

Depuis quand est-ce que tu parles comme ça, toi ? Aucune idée, mais tous les moyens sont bons pour tenter de plaire à une si ravissante jeune fille.
Page 1 sur 1