Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Everything's that's broke leave it to the breeze

 
  
MessageVen 23 Juin - 16:07
avatar
Date d'inscription : 23/10/2015Nombre de messages : 1220Nombre de RP : 93Âge réel : 25Copyright : (c) aki'Avatar daëmon : Coyote
Kyllian GriffinMODO• I'm all kind of BAD luck



Everything that's broke

Leave it to the breeze


Rafael Garcias & Delilah | Kyllian Griffin & Kaya | Garage Flynt | mai 2017






« Kyllian... »

L’homme tique en entendant son nom et serre les dents. Il sait ce qu’il va lui dire, comment il va tenter de le rassurer, de le déculpabiliser. Il ne pourra pas lui en vouloir, bien sûr, mais ces mots, il n’y croit pas d’avance et ne veut pas les entendre. Il ne peut plus les entendre.

Kyllian ferme les yeux et se concentre sur sa respiration, tentant de se calmer et de ramener les battements de son cœur à un rythme normal. Il doit reprendre le contrôle, il ne peut pas laisser ses émotions faire exploser son pouvoir et risquer de blesser Rafael et Delilah. Pas eux.

« On connait les pertes et elles ont toujours été douloureuses, de tout temps...
Je ne dis pas que tu n'y es pour rien dans ce qui est arrivé, je dis juste que des choses affreuses arrivent sans que tu y sois pour quelques choses... Elles n'en sont pas plus faciles à vivre, mais... »


Il serre les poings. Oui des choses horribles arrivent. Des millions de choses horribles lui sont toujours tombées dessus, depuis aussi loin qu’il se souvienne, lui volant la moindre parcelle de bonheur qu’il parvient à trouver par miracle. Alors il la connait bien, trop même, cette puta de vie terrible et injuste. Comme une vieille amie qu’il hait de tout son cœur, mais ne peut faire autrement que vivre avec.

Et il lui en veut, à cette bon sang de vie. Il lui en veut de tout son être de l’avoir fait venir au monde avec cette malédiction, d’avoir mis Karolinja sur sa route, d’avoir fait en sorte qu’il cause la mort de tant de personnes qu’il aime, y compris son propre fils. Il lui en vaut terriblement, car si lui n’a en effet rien fait, sinon exister, pour causer tant de malheur et de souffrances autour de lui, alors c’est sa faute à elle. Sa faute de l’avoir créé ainsi. Et alors il rage, il veut hurler, frapper, se venger. Mais il ne peut pas. Parce que cette bordel de vie se cache et ne se matérialisera jamais devant lui pour s’excuser ou recevoir sa peine. Alors il n’a qui lui à déchirer de ses mains, que lui-même a blessé pour la punir.

Pourquoi les autres ne peuvent-ils pas voir cela ? Pourquoi s’entêtent-ils à vouloir lui dire tous ces mots qu’il ne peut accepter ? Ces phrases vides lui disant que ce n’est pas de sa faute, qu’il n’a rien à se reprocher, que c’est malheureux, mais que c’est comme ça ? Comment le pourrait-il, hein ? HEIN ? Comment pourrait-il accepter ça tout simplement en hochant la tête et en continuant sa vie comme si de rien n’était ? Il veut détruire le monde et se détruire lui-même. Il veut hurler et faire payer. Il veut mourir pour effacer. Alors comment leurs mots pourraient être suffisants pour remplacer ces désirs si violents qu’ils l’empêchent de dormir ou de respirer sans souffrir depuis des semaines ?

« Mais tu dois accepter le fait que la vie elle-même peut détruire. Et tu devrais voir que des choses heureuses arrivent aussi lorsque tu en es au centre. Yo parezco una mierda mais je suis une mierda heureuse parce que j'ai retrouvé cette vieille moto et son buté de pilote ce soir, à des milliers de kilomètres de là où je l'avais laissé. »

Une lueur de colère brille dans les iris verts de Kyllian lorsque le coati prononce ces mots. Accepter. Oui, il a accepté que la vie puisse être détruite. Il l’a compris à 8 ans, lorsque sa mère est morte pour le protéger. Et cette connaissance l’a suivi toute sa vie, au travers des tirs et des bombes pendant la rébellion mexicaine, pendant que son père se mourrait d’un cancer du cerveau occasionné par une trop longue exposition à l’aura de son fils, lorsqu’il a appris que le premier amour de sa vie, Ana, s’était suicidée à cause de ce que son don à lui l’avait fait poser comme geste… Et cette même certitude n’avait jamais été aussi forte que lorsqu’il avait tenu le corps sans vie de son fils entre ses mains.

« Crees que no lo sé ? J’ai perdu tellement de gens et de choses dans ma vie, et j’ai toujours continué. Mon père, Ana, toi… J’ai toujours accepté et tenté de faire au mieux, de vous croire quand vous et les autres disiez que je peux apporter du bien. »

Il serre les dents. Il ne veut pas être agressif envers Rafael, ce n’est pas contre lui qu’il en veut, mais sa douleur et sa colère sont trop fortes, trop violentes pour être contenues, tout comme avec Kaya un peu plus tôt. Des accents désespérés font vaciller sa voix lorsqu’il l’élève afin d’ajouter, lentement, comme on prononce une sentence à mort :

« Lo sienta... No puedo. Me dolio tanto, Rafi… Je… J’ai causé la mort de mon propre fils. Mon FILS. Tu comprends ? J’ai fait ça. Lo hice. Il n’y a rien d’heureux après ça. »

Sa respiration est si rapide qu’il hyper ventile, et son cœur bat si rapidement qu’il en a la tête qui tourne. Il prend ses tempes à deux mains, comme s’il craignait que son crane allait exploser. Il recule davantage jusqu’à ce que son dos butte contre quelque chose et dans un murmure à moitié fou ajoute, les yeux fermés :

« Je l’ai pris dans mes bras. Je l’avais contre moi et je ne pouvais rien faire… hijo mía … »

Il répète ces derniers mots, à peine audible, son contact avec la réalité perdue. Il ne voit pas Rafael tomber à genoux au sol sous l’effet de sa crise de panique et son pouvoir combiné. Il ne voit pas Kaya se recroqueviller sur elle-même avec douleur. Non. Tout ce qu’il voit est le souvenir de cette nui ou il l’a tenu trop brièvement dans ses bras. Et alors que la folie l’effleure, tendant ses mains glacées autour de sa gorge, une voix perce les brumes de sa conscience.

« Rafael ... ? »

Le regard fou, hagard, perdu, Kyllian tourne la tête vers l’entrée pour y apercevoir Demelza. Il la reconnait d’abord avant de comprendre qu’elle est réellement là. Puis, alors qu’il reprend contact avec la réalité, il sent un vertige violent faire tanguer la gravité autour de lui. Il la suit ds yeux alors qu’elle s’approche de Rafael pour l’aider et Kyllian réalise alors l’état de son ami. La honte et la culpabilité qui l’étouffe déjà se resserrent encore davantage, l’empêchant de respirer.

« Les deux terreurs mexicaines enfin réunies. Vous croyez qu'il faut prévenir les autorités ? »

Il ne répond rien, ne parvient plus à bouger ni à respirer. Il a blessé encore. Pire, il a blessé Rafael. Il reste interdit lorsque Demelza vint vers lui et le prend dans ses bras, fixant Rafael avec une horreur et une douleur non dissimulée sans lui rendre son étreinte. Lorsqu’elle se sépare de lui, il parvient à avaler avec difficulté et à dire à mi-voix :

« I need to go. »

Puis il marche rapidement, tanguant sur ses pieds, jusqu’à la porte avant de sortir à l’extérieur, refermant derrière lui. Il fait plusieurs pas sur l’asphalte du stationnement puis s’écroule à genoux. Là, il tente de se calmer, de reprendre le contrôle de son esprit, de ses actes et de son corps. Lentement, sa respiration se calme et ses tremblements cessent, ne laissant qu’un vide amer. Il lève alors les yeux vers le ciel laiteux du levé du jour et le fixe longuement, jusqu’à ce que le vide soit la seule chose qui existe.

À l’intérieur, Kaya pousse un soupir résigné et douloureux avant de rassurer tout le monde.

« Il va revenir. Laissez-lui du temps. »

Elle frotte ensuite son nez contre la fourrure de Delilah, en soutient comme en excuse. L’état de Kyllian la blesse davantage que ses mots. Elle sait qu’il ne lui en veut pas à elle, comme il n’en veut pas à Rafael et Delilah, tout comme elle sait à quel point il s’en veut d ne pouvoir contrôler ces élans de douleur et de folie qui ne font plus que blesser davantage ceux qu’il aime et qui tentent de l’aider. Elle sait qu’il a perdu le contrôle de sa vie, elle sait qu’il se bat pour le retrouver. Elle sait tout ça. Elle VIT tout ça. Et tout ce qu’elle peut faire est tenter de limiter les dégâts et souhaiter que les choses puissent être autrement sans vraiment y croire.

« Kyllian m'a parlé de toi, c'est vraiment un plaisir pour moi de te rencontrer. Je m'appelle Demelza. Et visiblement, Sky a trouvé deux charmantes demoiselles à conquérir. »

Kaya se force à sourire, et bien qu’il doit sonner faux, l’intention est là. Elle apprécie tellement tout ce que Demelza et Sky font pour eux et ne sait pas comment elle pourra un jour les en remercier à égale mesure. Aussi, pour l’instant, elle se contente simplement de dire :

« Merci. »

Elle se tourne ensuite vers Rafael, anxieuse.

« Ça va aller ? Est-ce que tu as besoin de t’allonger ? Je suis tellement désolé. Il est tellement désolé… Il ne voulait pas, vraiment, je te le jure. Il… Pardon. »



Kyllian Griffin ▬ I'm all kind of BAD luck

(c) Nebula, Never Utopia & Lindwuen Daemon | Feat Aki'
  
MessageVen 23 Juin - 18:56
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017Nombre de messages : 130Nombre de RP : 23Âge réel : 25Copyright : .nephilimAvatar daëmon : Coati à Nez Blanc
Rafael GarcíasNothing will be the same...
Kyllian Griffin & Rafael Garcías ▬ Delilah & Kaya
Everything's that's broke leave it to the breeze
La fébrilité de son cœur harassait son corps déjà usé. Le poing crispé contre sa poitrine Rafael trouvait tout de même de quoi progresser et formuler maladroitement un brin de pensée. Il en oubliait la fragilité de cette situation mais elle ne tarda guère à s'imposer malgré tout.

▬ " Crees que no lo sé ? J’ai perdu tellement de gens et de choses dans ma vie, et j’ai toujours continué. Mon père, Ana, toi… J’ai toujours accepté et tenté de faire au mieux, de vous croire quand vous et les autres disiez que je peux apporter du bien. Lo sienta... No puedo. Me dolio tanto, Rafi… Je… J’ai causé la mort de mon propre fils. Mon FILS. Tu comprends ? J’ai fait ça. Lo hice. Il n’y a rien d’heureux après ça. " Le sourire qui s'était affiché sur les lèvres de Rafael avait sombré dans un tangage alors qu'il palpait le gouffre dans lequel son ami semblait être tombé. A mesure que les mots fusaient son impuissance semblait plus évidente, il avait beau déployer quelques derniers sursauts de volonté son esprit n'arrivait plus à voir un angle d'attaque ou une faille dans la vision du monde de Kyllian. Les dernières forces qu'il mit dans cette vaine entreprise laissèrent un vide que son esprit combla aussitôt.

Alice, Ana, Tobias, Celso, Roselia, Tiago et d'autres encore dont la liste s’égrainait pour lui rappeler qu'il avait été à chaque fois inutile par une impuissance des gestes ou des connaissances. Comme là il n'avait su réagir et trouver la solution, un comble lorsque l'on se disait militant pour un autre monde. Au final il restait toujours spectateur, car même ces mots qu'il savait manier défaillaient au moment où il en avait le plus besoin.

Perclus dans une souffrance existentielle Rafael n'entendit par les derniers mots de Kyllian tout comme il ne se sentit pas tomber même si la douleur libéra un souffle, il n'entendit pas non plus les faibles appels de Delilah qui la sentait sombrer. D'angoisse, la Daemone s'était tapi au sol aux côtés de Kaya, les yeux rivés sur Rafael dont elle ne percevait que la chute vers ces limbes qu'elle avait tant de mal à faire vaciller. Focalisée sur son compagnon, la coati sursauta au bruissement d'ailes et à l'apparition d'un duo inconnu. Dans un réflexe angoissée elle se replia derrière Kaya tout en mourant d'envie de rejoindre Rafael pour le protéger de ces intrus bien mal venus.

▬ " Prends de grandes respirations. Doucement. Ça ira. " À genoux, recroquevillé autour de son poing qui vibrait sous les coups fébriles de son cœur, notre homme perçu les mots sans pour autant les assimiler. Son regard se redressa doucement au contact d'une main sur son bras mais son esprit était resté à cette histoire dont il s'était éloigné en passant la frontière. La réalité ne reprit de la consistance que quelques instants plus tard dans une inspiration qui délia ses muscles. Un vertige l'obligea à plaquer ses deux mains au sol tandis qu'il trouvait de quoi laborieusement chasser ses monstres cachés dans son histoire.

▬ " Il va revenir. Laissez-lui du temps. " L'effort fourni pas son corps l'avait exténué au point que les tremblements prirent la place de la tension, son souffle prit un goût de bile dans sa gorge mais il commençait à retrouver quelques idées claires. Comme un écho, Delilah tremblait elle aussi et sursauta au contact de Kaya.

▬ " Kyllian m'a parlé de toi, c'est vraiment un plaisir pour moi de te rencontrer. Je m'appelle Demelza. Et visiblement, Sky a trouvé deux charmantes demoiselles à conquérir. " Cette fois Rafael assimila mots et présence, son visage se leva vers la blonde qui était apparue et se redressa tant bien que mal pour de nouveau s'asseoir sur ses pieds. Tout aussi usé qu'il pouvait être notre homme trouva de quoi afficher un léger sourire alors que Delilah s'élançait dans sa direction en rasant le sol et en évitant Sky.

▬ " Ça va aller ? Est-ce que tu as besoin de t’allonger ? Je suis tellement désolé. Il est tellement désolé… Il ne voulait pas, vraiment, je te le jure. Il… Pardon. " La fatigue lui faisait voir des étoiles et tous ces mots à assimiler... Rafael leva une main vacillante vers l'assistance pour leur demander d'attendre une minute et sans autre forme de cérémonie se laissa plus ou moins tomber sur le dos à même le sol et sans grande considération sur ce qui pouvait hypothétiquement trainer sur le béton d'un garage. Mais ainsi installé son corps ne tanguait plus à la recherche d'un équilibre, ses membres ne tremblaient plus pour tenir leur position et son souffle se déliait, bref c'est bien ce qu'il lui fallait.

▬ " Ça va. J'ai juste besoin d'un instant. " L'anglais bien hispanique s'éleva sans presque aucune difficulté alors que son esprit assimilait la disparition de Kyllian.

▬ " Está fuera. " Delilah se logea entre son bras et son torse, trouvant dans cette installation de quoi s'apaiser elle aussi. Le regard sombre de Rafael glissa vers la coati avant de tomber vers la porte quelques instants. Tout était encore un peu flou, le fil de ces derniers instants lui semblait difficile à saisir mais il en avait assez pour se souvenir de la détresse de son ami.

▬ " Désolé, habituellement je ne m'installe pas comme ça dès la première rencontre. " Il avait finalement délogé son regard de la porte pour se reporter vers la demoiselle qui devait déjà se faire quelques idées sur le nouveau venu aux étranges habitudes. À retardement, il tourna aussi son visage vers Kaya pour laquelle il garda ce fin sourire qui traînait sur son visage las. " Sólo estoy cansada. Les excuses ne sont pas nécessaires. " Fatigué oui mais sincère surtout. Delilah glissa son museau dans son cou en réponse à ce résumé bien futile de sa situation mais qui ne dénaturait au final pas le fait qu'ils n'avaient aucune rigueur à tenir contre son ami. Rafael caressa brièvement la tête de la demoiselle avant de précautionneusement se redresser. " Tu étais venu le voir ? " Le fil se refaisait doucement, il se souvenait que la miss semblait le connaître et tenait un lien avec Kyllian, de quoi peut-être maladroitement meubler ce silence qui se posait sur l'attente du retour de ce dernier et aussi peut-être équilibrer la balance des connaissances plus que lui s'en tenait à la découverte de deux prénoms.

code by bat'phanie
  
MessageMer 23 Aoû - 21:23
avatar
Date d'inscription : 20/08/2016Nombre de messages : 236Nombre de RP : 44Âge réel : 27Copyright : Avatar ∞ miss Avatar daëmon :
Demelza FlyntMODO• Nothing will be the same...




EVERYTHING'S THAT'S BROKE LEAVE IT TO THE BREEZE

feat. KYLLIAN & KAYA | RAFAEL & DELILAH | DEMELZA & SKY
Demelza déglutit lentement lorsque Kyllian disparait derrière la porte du garage, pousse un soupir alors qu'elle se perd quelques secondes dans ses pensées. Elle sait à quel point les derniers jours ont été éprouvants pour lui et elle sait aussi que ça ne doit pas toujours être facile de vivre dans le corps et la tête de Kyllian Griffin, mais elle est persuadée qu'il a tout ce qu'il faut pour s'en sortir. Kyllian est un battant, un homme qui n'a pas froid aux yeux, un homme qui n'abandonne jamais. Bien sûr que la route sera longue, parsemée d'embûches et parfois douloureuse, mais elle se promet de faire tout ce qui sera en son pouvoir pour l'aider à surmonter les difficultés qui se dresseront sur son chemin. L'emmener ici était une bonne idée puisqu'elle devine aisément les regards discrets de sa mère en direction du mexicain et les nouvelles idées de son père pour ne pas le laisser seul.

Kaya semble croire que Kyllian reviendra vite, mais la blonde n'en est pas aussi persuadée. Elle le connait, son mexicain, et elle sait qu'il s'en veut pour le mal qu'il a pu causer à Rafael. Les deux hommes sont dans un état pitoyable et franchement, Dem' n'est pas vraiment certaine d'être celle qu'il faut pour gérer la situation convenablement. Si elle a bel et bien entendu parler de Rafael au cours des derniers mois, elle n'a pas la prétention de les connaître, lui et son daëmon, si bien qu'elle ignore ce qu'elle doit leur dire pour les rassurer ou les calmer. Elle demeure d'ailleurs muette pendant quelques minutes, observe bien malgré elle la douleur qui se glisse sur les traits du nouvel arrivé en ville et écoute Kaya qui s'excuse pour Kyllian. Si l'océanographe a bon espoir qu'un jour, Kyllian saura mieux contrôler son pouvoir et tout ce qu'il implique, elle se demande encore quel sera le prix à payer de la part du mexicain. Les malheurs ne peuvent pas seulement s'enchaîner les uns à la suite des autres, n'est-ce pas ? Il devra bel et bien y avoir quelques éclaircies, par ci, par là, afin d'illuminer l'esprit de cet homme si important pour elle ?

Elle reste silencieuse quelques secondes encore, comprend rapidement que Kyllian a été le déclencheur de la crise de Rafael, que les émotions s'avéraient probablement trop intenses à gérer pour les deux amis qui viennent de se retrouver.

Elle sourit doucement et baisse les yeux sur ses genoux alors qu'elle s'est elle aussi installée sur le sol froid du garage. Sky semble jauger le nouveau daëmon venu du Mexique, demeure également silencieux alors que ce n'est pourtant pas dans ses habitudes. Il s'approche de Kaya en sautillant légèrement sur ses pattes palmées dans l'espoir de la faire rire, picore gentiment de son bec le bout des oreilles de la coyote.

« Vous finirez par retrouver ce lien si précieux entre vous deux, même si tu as l'impression qu'il a disparu pour toujours. Ça finira par lui manquer de t'entendre râler. »

Il lui donne un léger coup d'aile alors que Dem' détourne un peu la tête pour observer la réaction de Kaya. Pourtant, c'est plutôt Rafael qui attire son attention alors qu'il s'adresse à elle et un sourire un peu plus léger apparait rapidement sur ses lèvres.

« Fais comme chez toi surtout. Les amis de Kyllian sont nos amis également. »

Elle ajoute ces quelques mots avec un nouveau sourire, d'une voix douce. Si Demelza a l'habitude d'entendre Kyllian s'exprimer en espagnol, surtout lorsqu'il est fatigué ou énervé, elle peine encore à déchiffrer cette langue qui n'est pas la sienne et elle ignore ce que le mot cansada veut dire. À voir les cernes sous ses yeux et la lassitude qui pèse sur ses épaules, elle devine à peu près, se rapproche doucement afin de s'asseoir à ses côtés en remontant ses jambes contre sa poitrine.

Elle fronce légèrement les sourcils lorsque Rafael se redresse, son daëmon bien calé contre lui, dans l'attente d'un nouveau malaise qui ne vient heureusement jamais.

« Je venais chercher ma voiture, en fait. Mon père m'a dit qu'elle devrait être prête ce matin, j'en ai profité pour venir la chercher avant d'aller travailler. C'est le garage de mon père. »

Sky relève le bec, lance un regard mutin à la blonde avant de porter son attention sur le mexicain.

« Elle aime bien surveiller Kyllian du coin de l'oeil, aussi. »

Demelza fait mine de lui tordre le cou, sourit finalement avant de hausser les épaules.

« Et visiblement, ce n'est pas une mauvaise chose. Tu es arrivé quand ? »

Inquiète pour son ami, malgré tout, l'océanographe soupire légèrement alors que la porte du garage demeure complètement close. Kyllian ne peut pas être allé bien loin, évidemment, puisque Kaya en ressentirait les effets, et Demelza se décide enfin à se lever afin d'aller rejoindre celui qu'elle considère comme son grand frère.

« Je reviens. »

Elle marche doucement en direction de la porte, jette un dernier regard à Rafael avant de se retrouver à l'extérieur, presque aveuglée par les rayons du jour qui se pointent plus efficacement à l'horizon. Comme elle l'a pressenti, Kyllian n'est pas allé bien loin et se trouve au beau milieu de la cour, à genoux. Demelza soupire doucement et s'approche dans son dos, entoure le mexicain de ses bras et pose son menton contre son crâne.

« Rafael doit avoir faim. Tu viens manger un petit quelque chose ? »

Elle sent son estomac se nouer devant la détresse de son ami, ses nausées refaire surface, mais elle ne le relâche pas pour autant, resserre plus fortement ses bras autour de lui et dépose même un baiser sur sa joue.

« Viens. »

Elle se détache finalement de Kyllian, lui attrape la main pour l'aider à se redresser. Ça lui fera du bien à lui aussi, d'avaler un morceau.

(c) aki' (Kyllian) sur Lindwuën Daëmon
  
MessageMar 12 Sep - 18:12
avatar
Date d'inscription : 23/10/2015Nombre de messages : 1220Nombre de RP : 93Âge réel : 25Copyright : (c) aki'Avatar daëmon : Coyote
Kyllian GriffinMODO• I'm all kind of BAD luck



Everything that's broke

Leave it to the breeze


Rafael Garcias & Delilah | Kyllian Griffin & Kaya | Garage Flynt | mai 2017






« Vous finirez par retrouver ce lien si précieux entre vous deux, même si tu as l'impression qu'il a disparu pour toujours. Ça finira par lui manquer de t'entendre râler. »

Kaya ne répond rien. Elle sait que Sky tente de la rassurer, mais elle sait au fond d'elle que plus jamais rien ne sera comme avant désormais. Dans leur vie, ils ont réussi à mettre beaucoup de choses derrière eux qui auraient dû les abattre et les empêcher d'avancer. La guerre et la mort de leurs proches, pour commencer. Mais ça? Non. C'est trop... gros. Trop inoubliable, trop impardonnable. La mort d'un enfant est la pire des épreuves. Alors, en être responsable? Cette blessure ne guérira pas. Kaya le sait.

Le Kyllian qu'elle a connu toute sa vie n'existe plus. Il est mort en même temps que son fils. Ce qui reste de lui, rattacher désespérément à son corps physique, est brisé avec un pied dans l'univers de la folie. Peu importe ce qu'elle fera ou dira, peu importe ce que Rafael, Demelza et les autres tenteront aussi de faire pour l'aider ne changera plus jamais rien à cela. Il pourra continuer à vivre, peut-être même apprendre à fonctionner de nouveau, à sourire un peu aussi. Les petits bouts qui pourront être recollés le seront surement, mais le centre de la pièce maîtresse à été fracassé en une poussière de verre trop fine pour pouvoir espérer la reconstituer.

Alors Kaya ne peut que se demander ce à quoi l'avenir ressemblera désormais pour eux. Elle sait que Sky, Demelza et les autres ont raison lorsqu'ils disent que l'état dans lequel sa moitié est actuellement ne durera pas éternellement. Néanmoins, pour la première fois de sa vie, alors qu'elle sait qu'elle ne retrouvera jamais sa moitié comme avant, elle n'a aucune idée de ce que Kyllian sera "après". C'est probablement ce qui lui fait le plus peur.

Le coyote finit par s'arracher à son tourbillon de réflexion pour tourner la tête vers Rafael, alors que Demelza quitte la pièce pour aller s'enquérir de l'état de Kyllian. Elle n'y croit toujours pas, qu'il se tient là devant elle. Un putain de miracle. Un merveilleux miracle. Un triste miracle aussi, d'une certaine façon.

Elle se lève péniblement, comme si la douleur que les paroles et l'état de son daemonien lui provoquent était physique, et s'avance vers le mexicain et sa daemonne. Une douce lueur d'affection brille dans ses yeux dorés ternis par la fatigue lorsqu'elle s'adresse à eux.

« Je suis tellement, tellement heureuse de vous revoir. De vous savoir en vie. Tellement... Je suis seulement désolé que ce soit l'état dans lequel vous retrouvez Kyllian. »

Elle baisse un peu la tête, comme si un poids immense pesait sur ses épaules.

« Il a rêvé tellement de fois à ce moment. Jamais, dans aucun des scénarios qu'il a imaginé les choses se passaient ainsi. Il aurait voulu que ce ne soit que du bonheur, vraiment. Pas... ça. »

L'inquiétude se lit alors sur son visage et sa voix se fait plus douce encore.

« Mais vous n'allez pas bien non plus... non? »

Elle laisse passer quelques instants de silence puis ajoute :

« Ce n'est pas que l'aura de Kyllian qui t'a mis dans cet état, n'est-ce pas? Ces crises de panique t'arrivent souvent? »

À l'extérieur du garage, Kyllian remarque avec un temps de retard que Demelza est maintenant près de lui. Il ne tente pas de s'échapper de son étreinte, ce qui est déjà beaucoup. En fait, il reste immobile, comme vidé de toute motivation. Il entend, mais ne comprend pas les premières paroles qu'elle lui dit, comme s'il avait trop bu e que son esprit flottait dans du coton.

« Viens. »

Demelza l’entraîne avec elle et il n'oppose pas de résistance. Bouger l'aide à reprendre contrôle de son esprit, et s'il se sent toujours engourdi et étranger à son corps, il n'est plus à des années-lumière de celui-ci.

Lorsqu'il entre à l'intérieur, Kyllian marque un nouveau temps d'arrêt en apercevant Rafael. Il revit en partie le premier choc de le revoir, comme si paradoxalement, il ne croyait pas à sa chance de le retrouver et espérait que ce n'ait été qu'un rêve. Car Kyllian s'en veut. Il n'a pas seulement gâché leurs retrouvailles, qui sont si précieuses à ses yeux, mais il a aussi blessé Rafi, et probablement dit des choses qu'il regrette, même s'il ne se souvient plus de la moitié.

Il reste à une distance sécuritaire de son ami, bien qu'il soit maintenant beaucoup plus calme et en contrôle que précédemment, et lui offre un regard sincèrement désolé. Ils se sont toujours compris avec peu de mots, et Kyllian espère que Rafael comprendra tout ce qu'il veut lui dire par ce regard.

Prudent, il demande d'une voix neutre pour cacher son inquiétude comme sa culpabilité :

« Comment tu vas? »


Kyllian Griffin ▬ I'm all kind of BAD luck

(c) Nebula, Never Utopia & Lindwuen Daemon | Feat Aki'
  
MessageMer 13 Sep - 2:03
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017Nombre de messages : 130Nombre de RP : 23Âge réel : 25Copyright : .nephilimAvatar daëmon : Coati à Nez Blanc
Rafael GarcíasNothing will be the same...
Kyllian Griffin & Rafael Garcías ▬ Delilah & Kaya
Everything's that's broke leave it to the breeze
Allongé à même la plaque de béton, Rafael sentait que son corps n'était plus qu'un fantôme en quête d'une étincelle d'énergie après toute cette dépense inutile. Trop de marche, trop de tension, pas assez de nourriture et le sommeil était à peine calculable. Une vraie carcasse abandonnée au milieu d'un garage, mais il n'était pas si mal que ça, il sentait qu'il en avait encore un peu sous la pédale, il fallait juste que la machine redémarre. Son esprit s'était aussi libéré, se défaisant de ses aspirations angoissées qui l'avaient saisi dès que son regard était tombé sur cette moto. Mais si lui était vide et prêt à redémarrer doucement, Delilah, elle, cherchait le réconfort de sa présence. Tapis à ses côtés, elle avait glissé sa tête dans son cou et avait clôt ses yeux pour s’apaiser et cesser de trembler comme un chaton apeuré.

Les naufrages de sa moitié l'effrayaient un peu plus chaque jour car à chaque fois elle avait la sensation de perdre un peu plus son propre raisonnement et de se faire happer par ces angoisses. Elle redoutait le jour où ils seraient tout deux emporté sans aucun soutient de la réalité et sans aucune promesse de ré-emerger avant l'épuisement de leur corps. Et puis ses angoisses et ses souvenirs elle s'y heurtait sans cesse, en partageait même beaucoup et en souffrait aussi bien que lui à chaque rencontre. Au moins à présent elle n'avait plus à gérer l'angoisse supplémentaire d'un naufrage mal synchronisé survenant au pire des moments. Ici ils n'étaient pas chassés, l'environnement était moins hostile et cette donnée finirait bien par influer sur Rafael.

Dans sa quête de raisonnement réconfortant la demoiselle senti la main maladroite de son humain qui dans sa fatigue cherchait à la rassurer en caressant sa tête. D'avis de daemone il aurait bien mieux fait de provisionner cette énergie plutôt que d'en user ainsi mais elle l'en remercia d'un léger coup de museau sous son menton.

▬ " Fais comme chez toi surtout. Les amis de Kyllian sont nos amis également. " Si obtenir le consentement de la demoiselle était une bonne chose Rafael n'avait nullement l'intention de perdurer son étrange installation. Se remettre debout n'était pas à l'ordre du jour, il n'était pas si idéaliste que ça, mais si la fantaisie ne faisait pas souvent de mal tenir cette conversation dans cette configuration lui semblait un peu trop étrange. Alors doucement il se redressa, laissant Delilah libérer son cou pour venir contre et sur sa hanche où il pue garder une main sur sa tête. Leur nouvelle connaissance, elle, décida de rejoindre le sitting au milieu du garage et s’assit à leurs côtés tandis que Rafael s'essayait à la pêche aux informations. " Je venais chercher ma voiture, en fait. Mon père m'a dit qu'elle devrait être prête ce matin, j'en ai profité pour venir la chercher avant d'aller travailler. C'est le garage de mon père. " " Elle aime bien surveiller Kyllian du coin de l'oeil, aussi " Le regard sombre de Rafael glissa vers l'oiseau tandis que son esprit faisait laborieusement le puzzle qu'on lui livrait. Il sourit doucement au regard du daemon qui semblait prompt à la légèreté.

▬ " Un poco demasiado " Delilah reprenait aussi doucement du poils de la bête en glissant cette remarque dans son esprit qui l'amusa légèrement. Il baissa son attention vers la miss qui en profitait pour grimper cette fois véritablement sur lui, envisageant un instant de tenter de se glisser dans la poche ventrale de son sweet avant de jauger que sa taille allait probablement être un problème, heureusement Rafael offrit une alternative appréciable plus qu'un bras se creusa pour la recueillir contre lui.

▬ " Et visiblement, ce n'est pas une mauvaise chose. Tu es arrivé quand ? " Il observa brièvement l'installation de sa moitié avant de relever son attention vers son interlocutrice.

▬ " Quelques jours et les découvertes s’enchaînent. " Enfin jusqu'à présent cela n'avait été que les petites découvertes d'une vie de l'autre côté de la frontière, rien de mesurable à celle de cette matinée qui doucement se déclarait.

▬ " Je reviens " Rafael réalisa qu'il avait détourné son attention vers la porte où avait disparu Kyllian. Naturellement son esprit s'était raccroché à son ami qui s'était échappé depuis un temps qu'il n'arrivait pas vraiment à mesurer mais qui à présent lui semblait long. Il suivit alors du regard le mouvement de Demelza avec un brin de gratitude car c'est le genre d’initiative qu'il aurait pris à cet instant s'il s'était senti assez assuré pour se remettre sur ses pieds. Il avait du mal à définir ce qui tenait à l'écart Kyllian si longtemps entre sa récente meurtrissure ou ce qui venait de se passer, probablement un mélange des deux et d'autres choses mais cela faisait tellement longtemps et les derniers évènements lui étaient un peu trop flou pour qu'il réussisse à produire un raisonnement censé sur cet éloignement.

▬ " Je suis tellement, tellement heureuse de vous revoir. De vous savoir en vie. Tellement... Je suis seulement désolé que ce soit l'état dans lequel vous retrouvez Kyllian. " Rafael s'arracha à sa contemplation muette de la porte tandis que Delilah dégageait sa tête qu'elle avait précédemment dissimulée sous le bras de son humain pour cette fois la poser dessus et observer Kaya. " Il a rêvé tellement de fois à ce moment. Jamais, dans aucun des scénarios qu'il a imaginé les choses se passaient ainsi. Il aurait voulu que ce ne soit que du bonheur, vraiment. Pas... ça. "

▬ " Mais maintenant on va avoir du temps pour le bonheur. " Un brin de conviction et de promesse, Delilah avait reprit la patte sur ses craintes et semblait prête à lutter contre les souffrances de son amie retrouvée tandis que Rafael suivait ses propos avec un léger sourire et un acquiescement.

▬ " Mais vous n'allez pas bien non plus... non ? " La belle énergie de la coati s'égara légèrement, elle demeura dans la même position mais son corps sembla se rapetisser alors que le sourire de sa moitié demeurait présent mais se vidait doucement d'intention. Ils auraient pu se chamailler à ce sujet, savoir ce qu'il fallait dire ou non alors que ce qu'ils traversaient n'avait aucune mesure compatible pour comparer le chemin de leurs amies mais Delilah n'osait pas, la demoiselle ne pouvait se résoudre à aucune forme de pression ou de chantage et laissait Rafael les glisser derrière leur bouclier. " Ce n'est pas que l'aura de Kyllian qui t'a mis dans cet état, n'est-ce pas ? Ces crises de panique t'arrivent souvent ? "

▬ " Je suis un juste un peu trop fatigué. Je n'aurais pas dû autant marcher cette nuit, es tonto, ce n'est pas faute de le savoir. " Delilah avait un peu délaissé son amie du regard au contraire de Rafael qui se dessinait un brin de sérénité sur le visage. Lui ne s'était pas même poser la question, n'ayant aucune envie d’empêtrer quiconque dans l’enchevêtrement de ses démons, il n'y avait aucune raison de tourmenter ou d'inquiéter quelqu'un avec cela encore moins lorsque ce dernier avait déjà bien à faire de son côté. Et heureusement le regard éclairé de Kaya fut finalement détourné grâce au retour de Kyllian et Demelza qui firent pivoter les minois du duo vers eux. Le regard et le sourire de Rafael retrouvèrent aussitôt leur éclat, soulagé de le voir rebrousser chemin malgré sa tête délavée et coupable.

▬ " Comment tu vas ? " Avec un brin de réconfort, Rafael perçut sans mal ces excuses qui lui étaient adressés dans un silence, le temps n'avait pas pu effacer toute cette compréhension et cette simple constatation aurait probablement pu donner des ailes à celui qui était toujours échoué au sol. Sincèrement, il balaya les remords de son ami ne voyant guère un motif de griefs se dessiner entre eux il préférait tenter de reprendre ces retrouvailles avant le point où tout avait dérapé.

▬ " Bien... ¿ Y tu ? " Instinctivement et sans trace de crainte, Rafael tendit sa main vers Kyllian, réclamant cet élan qui pourrait le remettre sur ses pieds sans lamentablement vaciller. Signe aussi pour lui que son ami n'avait guère d'excuses à venir quérir il n'avait créé aucune nouvelle blessure et Rafael était prêt à sceller cette affirmation. Cette courte crise n'avait pas que mit à mal ses forces, son esprit profitait d'une brève liberté dans cet entre deux qui lui permettait de saisir pleinement la réalité heureuse de ces retrouvailles, le berçant d'une douce insouciance qui ne durerait probablement pas. " J'ai cru comprendre que tu avais parlé de moi. " Avec son sourire il glissa son regard vers Demelza. " J'espère que ce n'était qu'avec les souvenirs glorieux. "
code by bat'phanie
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2