Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

Mathys Ludvik Obreen // DÉLAIS ACCORDÉ JUSQU'AU 13.08

 
  
MessageLun 3 Juil - 7:22
avatar
Date d'inscription : 30/06/2017Nombre de messages : 15Nombre de RP : 0Âge réel : 31Copyright : AstoriaAvatar daëmon :
Mathys L. ObreenNothing will be the same...

Mathys L. Obreen

« Pan, t'es mort ! »

Identité

Nom Prénoms : Obreen Mathys Ludvik
Age : 30 ans
Date et lieu de naissance : 11 janvier 1986 à Philadelphie, Pennsylvanie
Nationalité : Américaine
Métier : Investisseur Immobilier - Courtier en dons
Précision : R.A.S

Michiel Huisman
(c) IDK

Citoyen Daemonien

Kali


Mathys ne s’aime pas. Comment pourrait-il t’aimer toi ?

La voix sifflante, l’esprit étriqué, le regard snob. Silencieuse, Kali observe le monde avec dédain. Elle vous juge, vous défie. Déterminée et égoïste, elle fera toujours passer ses propres intérêts avant ceux des autres. Plaisez-lui, elle sifflera à vos oreilles, vous amadouera, vous hypnotisera. Kali veut user de vous à sa convenance. Une Reine n’est comblée que dans l’opulence, et vous êtes ses biens. Et si vous prenez trop de place, elle interfère pour vous éliminer de sa sphère royale. Détournez son humain du futur qui leur est destiné, et vous serez chassé. Ce que vous pourriez considérer comme de la jalousie n’est en fait que possessivité. Car la souveraine n’envie pas, elle exige.

Grattez un peu la couche dorée de l’orgueil, et vous découvrirez, sous ses écailles vertes, la misère d’une jeunesse fissurée. Tout comme Mathys, la vipère des buissons a souffert du manque. Elle a vu la faim, a connu la crasse, enduré la privation. À cette époque, à la fois chienne, renarde, souris, furet, oiseau, elle a vécu le bonheur simple d’un enfant alors que le désespoir creusait son abîme au fond d’eux. Le voir sourire la rendait heureuse, le soutenir était son seul but. Et puis il y a eu la stabilisation.
Elle a détesté se faire détester. Comment pouvait-elle déplaire autant à celui qu’elle avait tant aimé ? Le rejet a fait naître en elle une haine dans laquelle elle a progressivement évolué. La haine des autres, et la haine de son humain.
Cet immature, instable, incapable Mathys. Elle ne le porte plus dans son cœur. Comment le pourrait-elle ? Il l’a trahi, rejeté, abandonné à ses tourments alors qu’elle avait été l’amie, la confidente. Elle avait rêvé d’un avenir meilleur avec lui, et voilà qu'il rêvait son avenir sans elle.
À présent que la douleur est devenue souvenir, elle a appris à jouer de cela. Vous émouvoir, vous pousser à vous apitoyer sur son sort. À ceux qui représentent un tremplin vers le pouvoir qu'elle s'est promis d'obtenir, elle saura se montrer attendrissante. Se faire plaindre de son manque d’affinité avec celui dont elle est la moitié. Elle expose ce qu’elle fera passer pour ses faiblesses, dans l’unique but d’apercevoir les vôtres.

Au diapason de sa race, Kali est devenue sournoise, perfide, froide. Vipère des buissons, elle ne mesure pas plus de cinquante centimètres de long, et tourne cela à son avantage. Se dissimulant dans les vêtements de Mathys, elle reste principalement hors de la vue des insignifiants êtres humains. Inutile d’être visible pour atteindre son but.

Il existe cependant, au sein de ce duo venimeux, une étincelle, une lueur qui a su, au prix de nombreux et pourtant très éphémères moments de complicité, solidifier le lien fragile qui les rallie. Après tout, unis à la vie à la mort, il n’y a que l’un pour comprendre l’autre dans les profondeurs de leur âme.


Caractère


La cupidité à l'état pur. Le vice dans toute sa splendeur.

Mathys est indescriptible. Contradictoire. Chaud et froid. Il est le regard qu’on accroche au premier coup d’œil dans un bar, il est le malaise qui s’insinue dans les veines. L’enfant insolent, rieur, blessé. L’homme gris, hautain, égoïste. Il est la fureur et la douceur. Mais bien au-dessus de cela, il est la cupidité incarnée. Car il n’y a que le pouvoir qui apporte le bonheur, et le pouvoir s’acquiert en billets verts.

Il vous regarde, vous observe, vous étudie et juge de votre valeur en silence. Il calcule, domine la situation. Chaque situation. Plaisez-lui, et c’est le froid de la ruse que vous sentirez glisser sur votre corps. Ennuyez-le, le chaud de l’impulsivité vous explosera en plein visage. Mathys est indomptable, imprévisible.

Sous ses vestons-cravates immaculés, Mathys est d’une vulgarité déplorable. Peu importe la façon avec laquelle vous le traitez, il ne verra en vous que ce que vous pouvez lui apporter. Vous n’êtes que des objets, une ascension vers le pouvoir ou un passe-temps. Donnez-lui un coup, et la rancune le consommera jusqu’à ce qu’il obtienne vengeance. Aidez-le, et vous n'aurez fait que ce que vous deviez faire. La reconnaissance ne lui a jamais brûlé les mains.

Car Mathys est maître. Mathys est roi. Kali et lui forment ce duo infernal qui rêve de plus, toujours plus. La langue acérée, la détermination sans faille, ils avancent ensemble vers ce qu'ils ont toujours désiré, incapables de se contenter de ce qu'ils ont déjà gagné.
Seul le daëmon comprend l’humain. Elle ressent ses émotions, parfois les partage. Pourtant, Mathys se ferme presque continuellement à elle, peut-être justement parce qu’elle est la seule à l’appréhender. Car l’idée même de se dévoiler, se mettre à nu face à un jugement extérieur le tourmente. Il n’y a bien que lors de ses voyages que l’homme et le daëmon retrouvent le lien puissant qui les relie, dans des instants d’insouciance comme ils en vivaient, plus jeune. Conscient qu’elle est la seule à avoir toujours été présente, il voue un respect profond, bien que peu apparent, envers la vipère. Il reste pourtant incapable de s'ouvrir. À elle ou à quiconque.

Captivé par le temps qui passe, celui qu'il utilise et celui qu'il perd, Mathys écrit avec une conscienciosité malsaine chaque utilisation de son don dans un carnet. Persuadé que chaque minute à utiliser ce don est une minute en moins sur le décompte de sa vie, il aspire à ne s'en servir que lorsque cela lui est indispensable. Pourtant, il lui arrive encore de jouer avec le temps lorsque la colère ou l'envie prennent le dessus sur sa conscience. Il rit alors de son impulsivité, d'un rire amer, ignoble, rendu rauque par les cigarettes qu'il s'enfile à longueur de journée, comme pour féliciter la vie d'être aussi garce avec lui.

Esprit libre, l’investisseur voyage souvent, dans les plus beaux palaces ou avec un simple sac à dos, parcourant le pays de fonds en comble à la recherche de plus de pouvoir, de plus de dons, et peut-être simplement d’un il ne sait quoi qu’il ne peut trouver à Perth Amboy, ni nulle part ailleurs.

Mais Mathys est surtout vide. Il n’a pas de limite, pas de chagrin, pas de regret. Il porte un regard contrarié sur son passé qu’il tente d’oublier, et un poing déterminé sur son avenir, écrasant au passage famille, amis et éthique. Ses sentiments sont toujours éphémères. Joie, fierté, tristesse. Tout s'engouffre dans cet abîme infâme qui le bouffe de l'intérieur, et ni Kali, ni personne n'a, jusque-là, su combler le vide de ce gamin perdu.

Chronos - Contrôle du temps


Cours toujours, tu ne le rattraperas jamais.

Ce don est une malédiction. Il vous gâche la vie, vous rendant incohérent et perturbant votre esprit. Chronos est vil. Chronos est impassible. Impitoyable comme une horloge, il met à rude épreuve votre endurance, pour une victoire inéluctable. Dans le cas de Mathys, Chronos ne fait que s'amuser. Il lui laisse le contrôle de son bien le plus précieux : le temps.
Il lui permet de revivre pendant quelques minutes des événements normalement révolus. De quelques secondes à quelques jours en arrière, Mathys peut voyager dans son passé, toujours accompagné de Kali. Car il ne peut se servir de Chronos qu’en sa présence. Capable d’arrêter le temps sur plusieurs minutes, il n’a cependant aucun pouvoir sur le futur, incapable jusque-là d’y voyager, si ce n’est une fraction de secondes. Son seul essai fructueux fut le dernier, celui-ci lui ayant fait perdre connaissance immédiatement.

Chaque utilisation lui donne des vertiges. La fatigue rend le contrôle de Chronos difficile. Plus Mathys sera mal en point, moins ses voyages seront longs et lointains. Lorsqu’il revient au moment présent, l’homme tout comme le daëmon se retrouvent étourdis, plus ou moins longtemps, proportionnellement à l’utilisation du don. S’il arrête le temps quelques secondes, le vertige se ressentira à peine. S’il retourne loin en arrière pour plusieurs minutes, le trouble sera suffisamment intense pour le faire flancher, voire s’évanouir ou rendre son dernier repas.

Revivant les instants choisis, Mathys crée un deuxième lui, un lui du futur qui aura la possibilité d’agir en même temps que le lui du passé agit, sans restriction de périmètre, ou bien il ne l’a jamais découvert. Pouvant maintenir cet état plusieurs minutes – jusqu’à une trentaine dans des conditions absolument optimales, autrement dit quasiment jamais – il est apte à agir comme bon lui semble, à condition de ne jamais interagir directement avec le deuxième lui, au risque de changer son futur, et donc le lui actuel.

Depuis des années, Mathys est persuadé qu'en revenant dans le temps ou en le stoppant, il perd un peu de son espérance de vie. S'il revient de deux heures en arrière, il en perd deux à vivre. Peu importe qu’il n’y reste que quelques minutes ou quelques secondes. Rien de bien compliqué à comprendre. Il note dans un livre chaque distorsion temporelle qu'il effectue. Comme un décompte sur le reste du temps qui est supposé lui rester à vivre.
Mais Chronos ne s'arrête pas là. Il se joue de lui. Parfois Mathys est un peu perdu, ne sait plus trop à quel moment il se trouve. Dès qu'on lui parle de repères temporels, il divague un peu, avec l’impression d’avoir vécu plusieurs vies à la fois. Ce qui, au final, n’est pas tout à fait une fausse impression.
Il est aussi persuadé que chaque rhume, chaque aigreur d’estomac, chaque fièvre est le prix de ce don, et la colère peste souvent contre cette malédiction si précieuse.



Qui tire les ficelles

Pseudo/Prénom : Cyndie
Âge : 23 ans
Double Compte : /
Activité sur le forum : Relativement basse en semaine, en général tard le soir (#décalagehoraire) et selon le travail. Plus facilement le week-end.
Comment as-tu connu le forum ? Grâce à Tessa sur FB
Un commentaire ? Un avis ? Une suggestion ? Je suis ici uniquement à cause de l'axolotl sur le QEEL Sinon, forum extra, beau boulot !
Et si je te demande le code du règlement ?

  
MessageLun 3 Juil - 7:23
avatar
Date d'inscription : 30/06/2017Nombre de messages : 15Nombre de RP : 0Âge réel : 31Copyright : AstoriaAvatar daëmon :
Mathys L. ObreenNothing will be the same...

Histoire


Un soupir las effleura les lèvres de Mathys, alors penché sur un dossier volumineux. Relevant la tête, il étira son cou jusqu’à le faire craquer, puis observa la pièce dans laquelle il se trouvait. Depuis que sa société avait emménagé dans cet immeuble, son bureau avait presque doublé de volume. L’ancien était triste, grisâtre, insupportable. Celui-ci lui semblait vide, sans charme. Décevant.
Sur sa droite, dans ce qui ressemblait à un grand vivarium, Kali observait la scène sous une lumière chauffante. Depuis combien de temps le fixait-elle ? Il n’en avait aucune idée. Elle était calme, silencieuse. C’était un bon signe. Un sourire moqueur étira ses lèvres alors qu’il se rappelait la réaction qu’elle avait eue lorsqu’il l’avait placé dans un vivarium pour la première fois. Il était tout bonnement incapable de replacer le souvenir dans le temps, et il lui était impossible de dire si la scène s’était passé il y a un an ou dix, mais ce fragment de sa vie était ancré dans sa mémoire comme s’il s’était déroulé une minute plus tôt.

***
*Me traiter comme un vulgaire serpent domestique. Moi !* La vipère avait sifflé, scandalisée par la situation. Mathys avait claqué sa langue, exténué par le comportement de son daëmon.

« Tu préfères peut-être rester cacher dans mes vêtements à longueur de journée ? Désolée ma belle, mais j’ai assez d’un serpent dans le pantalon, j’ai pas besoin de toi en plus. » L’homme avait ri, d’un rire ignoble, lourd, satisfait de sa réplique, alors que la vipère avait agité sa queue avec rage.

*Pas étonnant que personne ne t’aime, tu n’as aucune maturité. Il aurait mieux valu pour tout le monde que ce soit moi l’humain et toi le daëmon*

***

Aujourd’hui, et ce depuis longtemps, Kali avait accepté son sort, retournant encore une fois la situation à son avantage. Il en avait toujours été ainsi, pour elle comme pour lui. Par ennui, elle préférait être considérée comme un simple animal par les gens qui passaient dans le bureau de Mathys plutôt que d’être obligée de leur prêter la moindre attention. Et parfois, Mathys l’enviait. Il y avait bien des choses qu’il aurait aimé ne pas endurer. Des épreuves pourtant obligatoires pour son ascension vers le pouvoir. Sa cupidité et sa détermination avait, jusque-là, toujours pris le dessus sur son envie de jeter par la fenêtre les hommes et femmes qui avaient mis les pieds dans son bureau pour lui faire perdre son temps.

« On s'emmerde hein ? Vivement ce soir qu'on s'amuse un peu. » avait-il fini par lancer à l'adresse de Kali, qui avait vaguement relevé la tête, comme pour approuver à sa façon.

***


Cela faisait sept ans que la grande révélation avait eu lieu. Une véritable aubaine pour Mathys, qui commençait alors à se faire connaître dans le domaine de l’immobilier, deux ans après la fin de ses études. Il avait observé ce revirement de situation depuis Philadelphie, méfiant à l’idée de révéler sa propre nature de daëmonien. Après tout, Kali était douée pour se camoufler dans les vêtements de Mathys, et peu de personne l’avait déjà vu. Mais il s’était intéressé intensément à l’actualité, cherchant un moyen de faire du profit sur ces centaines de daëmoniens qui faisaient leur apparition soudainement partout sur Terre, avec leur précieux don. Car s’il avait d’abord été soulagé de constater qu’il n’était pas si seul qu’il l’avait longtemps pensé, la cupidité avait rapidement pris le dessus. Une cupidité qui avait été calmée par les excès de violence et le traitement ignoble réservé alors aux daëmoniens. Fidèles à eux-même, Kali et Mathys s’étaient cachés, égoïstes, ressentant assez peu de sentiments pour leurs semblables qui se faisaient alors châtier à tour de bras. Après tout, ils n’avaient pas d’amis, encore moins parmi les daëmoniens.

Lorsque, en 2012, l’université de Merkeley avait été déclarée terre d’asile, son intérêt pour les dons avait refait surface avec une force extraordinaire. Sa réputation dans le domaine de l’immobilier grandissait au fur et à mesure des mois, son solde en banque aussi. Il traînait depuis des années dans les affaires louches, profitant de son don pour piller de riches propriétés et revendre ses gains sur le marché noir. Plus les propriétaires étaient riches, et plus sa convoitise était grande. Mais cela ne lui suffisait pas et l’idée d’avoir un contrôle sur le don de plusieurs daëmoniens le faisait jubiler.
Il avait d’abord été discret, dépensant une énergie modérée à ce nouvel hobby. Il voyageait régulièrement à Merkeley, espérant croiser des voyageurs se dirigeant vers l’université afin de les accoster. Mais le travail était fastidieux, la méfiance étant de mise. Rares furent les daëmoniens qui acceptèrent de lui parler, parmi le nombre infime qu’il croisait dans la ville. Une chasse aux dons plutôt silencieuse et sans réelle réussite. Rongeant son frein, le brun avait décidé d’être patient, laissant le temps à la population humaine d’accepter la nouvelle situation, et aux daëmoniens de ne plus se faire persécuter.

Un an plus tard, lorsque le recensement fut proposé, Mathys l’ignora tout bonnement. Après tout, il n’avait aucun intérêt à signer quoi que ce soit. Il avait vécu vingt-cinq ans parmi le peuple, et même s’il dénigrait celui-ci, il n’avait jamais été en danger parmi eux. Jusqu’à ce que les choses s’éclaircissent, Kali et Mathys avaient décidé de continuer à se cacher.


Un an plus tard, lorsque le recensement fut proposé, Mathys l’ignora tout bonnement. Après tout, il n’avait aucun intérêt à signer quoi que ce soit. Il avait vécu vingt-cinq ans parmi le peuple, et même s’il dénigrait celui-ci, il n’avait jamais été en danger parmi eux. Jusqu’à ce que les choses s’éclaircissent, Kali et Mathys avaient décidé de continuer à se cacher.

Ce fut à cette époque que l’aigreur de sa situation lui éclata en plein visage. Au fil de ces années, tenus éloignés du scandale de la révélation, le duo amassa une belle fortune et une réputation hors-norme dans les deux domaines dans lesquelles ils excellaient : l’immobilier et le vol. Cette année, en 2013, Mathys créa sa propre société, spécialisée dans la vente de prestige, acquérant des propriétés luxueuses et réservées à la caste supérieure. Ses désirs fantaisistes de dominer les riches investisseurs s’exprimaient à chaque visite effectuée par les femmes de ceux-ci. Mathys prenait un malin plaisir à les enjôler, les séduire, jusqu’à les pousser à la tentation. C’était son pourboire, sa petite touche personnelle. Son égo surdimensionné se voyait gonflé à chaque affaire dûment signée, quand Kali voyait en ce petit manège les jeux d’un gamin mal-élevé.

Pour les vols, Mathys visait ces mêmes castes. Son don précieux était son meilleur atout dans ces méfaits, Kali, par sa petite taille, sa meilleure alliée. À eux deux, ils avaient, depuis leur dix-sept ans, récolté une véritable collection d’objets précieux, qu’ils revendaient ensuite au marché noir. Si Kali voyait en ces vols un moyen d’accéder au pouvoir par l’argent, Mathys, lui, y voyait un jeu, auquel il devenait de plus en plus doué. Ce jeu, ils y avaient joué avec excès, usant de son pouvoir jusqu’à ce que, un soir, en faisant le compte de ses heures perdues à jouer avec le temps, Mathys ne se fasse peur.
Depuis toujours, il notait dans un petit carnet – à ces yeux plus précieux que tout ce qu’il pouvait posséder – chaque utilisation de son pouvoir et le temps qu’il avait pris. Pris à la vie, sa vie. À vingt ans, après seulement quelques années à maitriser son pouvoir, il avait déjà usé plusieurs semaines de sa vie. Cinq ans plus tard, c’était en mois qu’il comptait ses pertes. Ce jour-là, il avait perdu sa première année. Une année entière de sa vie à jouer, à délirer, à perdre son temps dans des futilités. Il était riche, il était beau, à la tête d’une société florissante, il couchait avec des femmes d’hommes d’influences, et voilà qu’il venait de perdre un an de sa vie. Le temps était le plus précieux chiffre qu’il avait, et le seul qui dégringolait au fil des jours. Tout lui paraissait injuste, et cette nuit, les évènements du passé lui étaient revenus en mémoire, mélangés, mêlés, alors qu’il se voyait tantôt jeune, tantôt vieux, dans des situations qu’il savait avoir vécu, sans savoir si cela s’était passé quelques jours ou quelques années plus tôt.

Il avait revu sa mère dans le lit d’hommes riches et ressenti à nouveau la haine qui l’avait envahi à ce moment-là envers ces hommes. Il avait revécu la mort de son père, un homme bon que son mariage avait détruit. Il avait ressenti à nouveau l’injustice que sa mère lui avait fait subir, alors qu’elle l’avait laissé de côté au profit de ses amants. Comme si la mort de son mari lui avait non seulement retiré ses responsabilités de femme, mais aussi celles de mère. Elle avait, pour contenter son mari, enfanté d’un enfant qu’elle ne voulait pas vraiment, et l’avait laissé à la vie aussitôt que celle-ci avait pris son père. Il avait revu Kali se stabiliser en cette vipère perfide et avait alors vu sa mère en elle. Il se souvint de sa colère contre la vie, qui lui imposait jusqu’à sa mort l’image de la femme qui lui avait donné naissance et qui lui avait enseigné la haine à la place de l’amour et l’avait fait vivre dans le besoin et la misère. Il se revit quitter la maison alors qu’il n’était encore qu’un adolescent, rejoindre New-York pour y faire ses études, études qu’il avait financé au moyen de vol, et pour lesquels il s’était servi de son don pour apprendre, être le meilleur et surpasser les gosses de riches qu’il avait en camarade. Sa première revanche sur la vie, qu’elle lui reprenait ce soir en lui révélant le prix de sa réussite.

La vie était une garce. Il avait compris, ce soir-là, qu’elle lui réservait les meilleures choses en le privant de la possibilité d’en être heureux. Il avait tout ce qu’un homme pouvait espérer, et il payait cela de sa vie, incapable de se réjouir de cela. La vie était une garce, et il se devait de lui rendre la pareille.

***

*Avoue, ce gars-là a une tête à avoir besoin d’un daëmonien qui fait pousser des arbres. Une bonne tête de champion.*

L’absence de réponse de la part de Kali lui indiqua qu’elle avait fermé son esprit, sans doute épuisée par les remarques débiles de son humain. Dissimulée dans son col, la vipère, telle la chasseuse-de-tête qu’elle était devenue, observait avec un professionnalisme inébranlable la foule présente dans le bar. Mathys, lui, buvait son scotch, un sourire franchement amusé par la remarque qu’il venait de faire au coin des lèvres. Le Daëmon lui avait cent fois répété qu’elle était le vrai cerveau du duo, et parfois, Mathys voulait bien y croire.
Après le scandale concernant le Conseil et l’éclatement de celui-ci, Mathys s’était rapproché de Merkeley afin de mieux gérer sa petite affaire de courtier qui, depuis un an, avait gagné en popularité. Il avait fini, un jour, par signer le recensement pour se simplifier la vie, découvrant par la même occasion les joies de l’avion, une folie qu’il s’était toujours refusée avec Kali. Il avait, depuis, voyagé à s’en lasser, allant plus loin que le continent américain qu’il avait exploré en long et en large, se laissant parfois tenté par une nuit de vol. Il s’adonnait bien moins à ce « travail » depuis sa première année perdue, mais cédait parfois à la tentation, retrouvant avec un plaisir orgueilleux l’adrénaline qui lui remplissait les veines à chaque distorsion temporelle et chaque objet ajouté à sa collection fictive, puisqu’il se refusait le plaisir de garder pour lui ces pièces volées. Aujourd’hui, sa société installée à New-York, sa maison à Perth Amboy et son activité clandestine principalement à Merkeley, il vivait entre ces trois destinations et amassait toujours plus d’argent et de femmes à son tableau de chasse. Mais aussi de plus en plus de clients et de dons, lui donnant l’impression d’être maître de cette communauté.

*Ce serait bien plus simple si tu m’aidais. Et si tu avais accès aux listes. Il serait temps de te bouger, Mathys.*

Reposant son verre sur le bar en grimaçant, le brun fit pivoter sa chaise pour faire face à la salle.

*Ça va, ça va, j’y travaille. Le gouvernement d’ici est pas des plus accessibles qui soient, et le loup est pas facile à approcher.*

*Ne me fais pas rire,
commenta-t-elle avec mépris, tu n’y travaille pas du tout. Tu n’as même pas pris la peine de chercher Loewer, pas même la moindre information sur lui.*

Mathys ne répondit pas. Déjà parce qu’il savait qu’elle avait raison, ensuite parce qu’il venait d’apercevoir la personne avait qui il avait rendez-vous ce soir. Fermant son esprit à Kali, il se redressa, afficha son sourire charmeur et retrouva tout son sérieux. Il chassa ses pensées concernant le gouvernement de son esprit et se concentra sur l’affaire qui l’attendait. Le don qu’il convoitait était précieux, et il connaissait plusieurs clients prêts à payer cher pour en bénéficier. Il n’avait pas le droit à l’erreur. Ce soir, il devait conclure.

  
MessageLun 3 Juil - 8:59
avatar
Date d'inscription : 13/02/2016Nombre de messages : 256Nombre de RP : 53Âge réel : 18Copyright : © lou'Avatar daëmon :
Rose M. BakerJust play. Have fun.
Enjoy the game. ♚
MICHIEL HUISMAN ! J'adore tellement ton avatar non de non.
Puis Mathys avec un "y" quoi de mieux ?
Et Kali' the Queen a l'air super intéressante (à jouer en tout cas). Je crois qu'elle s'entendrait bien avec le Daemon de mon autre compte quoi que...

Bienvenue parmi nous jeune nouveau pancake et bonne continuation pour la suite de ta fiche que je veux absolument connaître.
  
MessageLun 3 Juil - 12:46
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017Nombre de messages : 195Nombre de RP : 31Âge réel : 20Copyright : Kyky!!Avatar daëmon :
Nollaig E. O'MalleyNothing will be the same...
Hello. Une bien jolie fiche qui promet. Bon courage pour la suite! Et surtout bienvenue :)
  
MessageLun 3 Juil - 13:21
avatar
Date d'inscription : 07/10/2016Nombre de messages : 270Nombre de RP : 28Âge réel : 22Copyright : Dana-Sian/Arya (pour Teddy)Avatar daëmon :
Stella HemingwayMODO• Nothing will be the same...
Bienvenue officiellement Ravie de t'avoir fait découvrir LD Bon courage pour ta fiche
  
MessageLun 3 Juil - 22:15
avatar
InvitéInvité
(petit passage en coup de vent parce que mon dieu je. rihezajogzepfaj)

je. jvais me répèter et même si je te l'ai déjà dis en mp je suis super contente que tu ai choisi mon mathyyys d'amour, il n'était pas fait pour pourrir dans les predef ahahah /sors/

bref j'adore déjà ce que tu as écris, j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire et voilà, je t'ai déjà tout dit de toute manière // j'espère que tu passeras de fabuleux moments ici comme j'ai pu en passer et que tu t'éclateras avec matmat en rp !

kisslove et pluie d'amour
  
MessageMar 4 Juil - 19:09
avatar
Date d'inscription : 23/10/2015Nombre de messages : 1220Nombre de RP : 93Âge réel : 25Copyright : (c) aki'Avatar daëmon : Coyote
Kyllian GriffinMODO• I'm all kind of BAD luck
Bienvenue sur LD! ♥️

Je t'ai déjà tout dis également, mais j'approuves tellement ton choix de scénario Cet avatar, ce daemon, le pouvoir, son caractère... tout est juste tellement génial.

Je valide ton code au passage ;)

Bon courage pour la suite de la rédaction!
  
MessageSam 8 Juil - 10:22
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011Nombre de messages : 1029Nombre de RP : 228Âge réel : 24Copyright : Cocopix/TumblrAvatar daëmon :
Jake EvansJ'aime les mikados è_é
Officiellement bienvenue ! (Un peu en retard mais mieux vaut tard que jamais /PAN)

Ce scéna, Michiel.... Nan ce perso promet tellement !

Bonne chance pour la fin de ta fiche !


  
MessageSam 8 Juil - 20:18
avatar
Date d'inscription : 30/06/2017Nombre de messages : 15Nombre de RP : 0Âge réel : 31Copyright : AstoriaAvatar daëmon :
Mathys L. ObreenNothing will be the same...
Merci à vous tous ! j'ai tellement hâte d'écrire avec vous !

Normalement, cette nuit, ma fiche devrait être finie ou pas loin de l'être !

J'espère que Mathys vous plaira et que vous voudrez des liens !
  
MessageDim 9 Juil - 23:32
avatar
Date d'inscription : 26/02/2016Nombre de messages : 316Nombre de RP : 47Âge réel : 23Copyright : Aki (sign) & angel dust (av)Avatar daëmon :
Jack L. WildeI'm not after fame and fortune
    I'm after you
Bienvenue officiellement beauté fatale ! Ce prédef est tellement ouf, j'adore déjà ce que tu as écrit, hâte d'en savoir plus ! ** Bon courage avec tout ça ♥
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant