Le shopping, c'est l'activité culturelle de notre temps # Felix

 
  
MessageVen 7 Juil - 13:18
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1802Nombre de RP : 181Âge réel : 23Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)Avatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Avec la fin des cours et le soleil quasiment tous les jours, les deux Finlandais ont souvent le nez dehors à profiter de leur nouvelle liberté. Que ce soit se balader, manger une glace à une terrasse, bosser au centre nautique ou tout simplement se prélasser dans un parc, ils profitent volontiers de l'été et de leurs vacances. Ils envisagent même d'aller visiter une ou deux villes du pays, même si la liste de leurs envies est longue et qu'il faudra faire un tri. Ils ont de l'argent sur leur compte en banque, beaucoup d'argent, mais préfèrent tout de même se limiter. Ils savent que s'ils sont tout l'été en vadrouille, ils finiront par se sentir mal et voudront rentrer à Merkeley en cours de route. Ils ont déjà ressenti à plusieurs reprises ce mal-être concernant leur pays natal qui leur manque beaucoup ces derniers temps. Peut-être qu'y retourner en hiver serait une bonne idée ? Y revoir les aurores boréales, ça serait merveilleux ! Ils ont bien eu l'occasion d'y aller il y a quelques mois pour retrouver leur grande sœur. Les projets se forment petit à petit dans leurs têtes et peut-être que certains se réaliseront durant les mois de repos qui leur sont octroyés. Canaö n'est pas du tout pressé de retourner en cours, c'est que ça l'ennui ! Il comprend bien l'intérêt qu'à Liberty à étudier, mais lui, il passe des heures à s'ennuyer, n'y comprenant pas grand-chose à tout ce charabia qui est déblatéré, il finit généralement par s'endormir. Pas qu'il n'aime pas dormir, mais c'est qu'à la longue il trouve ça ennuyant de passer ses journées à sommeiller. Depuis qu'ils ont plus de disponibilité, ils ont aussi eu l'occasion d'aller plusieurs fois au cinéma, en tout cas, plus facilement que lorsqu'il y a cours.

Aujourd'hui, ils ont prévu d'aller se réfugier au centre commercial, la chaleur à l'extérieur se prêtant à rester à l'intérieur qu'à sortir. Et autant en profiter, ils y feront du shopping. A vrai dire, Canaö n'est pas un grand fan de cette activité, ça prend des heures et c'est surtout des essayages de vêtements, habits qu'il ne portera jamais. En plus de ça, il peut y avoir du monde dans les magasins et donc il risque de se faire toucher. Au moins, ce coup-ci il ne sera pas seul il y aura un autre daëmon avec lui. Parce qu'il a été décidé qu'ils passeraient leurs après-midi avec une amie, ce qui là, ravi le panda roux. Il aime bien Felix et Steve. Il s'inquiète tout de même des risques que peut prendre Steve à aller se balader dans des boutiques, un paresseux n'est pas aussi petit qu'un panda roux. Bien qu'il soit content de voir leurs amis, il n'est toujours pas emballé d'aller faire du shopping, même s'il y a la perspective de manger une ou des glaces ou de boire des boissons fraîches. Ce n'est pas vraiment parce que ça ne sera pas pour lui, au fond, il s'en fout. C'est le fait de rester des heures à ne pas faire grand-chose, à part peut-être donner un avis qu'il n'est pas sûr que ça soit pris en compte.

C'est sûr le campus qu'ils se sont rejoints. Liberty est armée d'un petit sac contenant le nécessaire pour l'après-midi, sourire aux lèvres malgré la température lourde qui ne l'a pas quittait depuis. La chaleur des transports en commun ne l'a pas affecté plus que ça, alors que le pauvre petit panda avait l'impression de suffoquer tellement il faisait chaud pour lui. Pas pratique d'avoir une fourrure bien fournie. Il fut donc ravi de rejoindre le bitume – hélas lui aussi très chaud -, loin de la fournaise du bus garni – un peu trop – de gens. Il ne leur fallut pas longtemps pour rejoindre le centre commercial, lieu semblant à un asile bienvenu durant cette journée typique de l'été. Comme une oasis au beau milieu du désert, le centre commercial se dresse promettant fraîcheur et de quoi rafraîchir. Le changement de température frappe Canaö avec ravissement. Bon sang que ça fait du bien ! Il en ferme même les yeux quelques secondes, savourant le moment présent et la climatisation qui semble être comme un miracle pour lui. « Bon, par quoi commence-t-on ? » « On se mange une glace ? On a bien le droit après ce qu'on a traversé ! Ou un truc à boire ? »
  
MessageMer 12 Juil - 11:13
avatar
InvitéInvité

Le Shopping, c'est l'activité culturelle de notre temps

La chaleur. Posée sur nos épaules, frappant notre crâne et faisant suer notre corps... même les nuits sont perturbées par les températures records. Impossible de dormir convenablement : les draps collent, l'oreiller est brûlant, la peau transpire... Simplement se tourner sur le côté devient une épreuve. Je déteste l'été. Je méprise les grandes chaleurs, préférant le climat modéré du printemps. Les fleurs sont d'ailleurs d'excellents modèles de photographie. L'été se prête aussi à l'art. Comme les cours se sont terminés, nous pouvons profiter d'un temps libre conséquent que nous utilisons en vagabondages, à la recherche du cliché parfait. Comme nous avons tout notre temps, il m'arrive de rester immobile des heures entières pour attendre LE bon moment; le moment où le cocon de la chenille se romps et où deux ailes cramoisies forcent la paroi. Le moment ou le héron frôle de ses plumes la surface translucide de l'eau. Le moment où cet homme se penche, se détachant comme une silhouette au fusain sur un merveilleux fond coloré. Ensuite, nous rentrons à la maison, et Steve et moi décidons des clichés les plus prometteurs, retouchant de temps à autre de maigres défauts sur les photos. Un éclat tardif de lumière devient alors un rayon divin et une tâche sur le nez devient un éclairage obscur. Mon oeil d'artiste perce tous les mystères pour propager mon art.

Aujourd'hui, cependant, pas de photos, pas d'appareil... Ne mens pas, Fix ! Je sais qu'il est rangé dans ta besace, au cas où ! Mais tu sais bien que Lib' est un modèle formidable ! Elle est pleine de couleurs, pleine de vie ! Les clichés d'elle sont toujours superbes... Je vois Steve qui ouvre un oeil moqueur. Je comprends que je fais ce plaidoyer pour rien, il ne me reprochait pas d'emmener mon trésor personnel. Il aime bien, lui aussi, regarder les tirages et sélectionner ses préférés. Je sais qu'il cache sous une latte du parquet une réserve de quelques uns de ses clichés favoris. C'est son petit pécule personnel, alors je ne m'en mêle pas. J’ébouriffe ses poils, juste derrière son cou, et il se tourne lentement vers moi. Ne prends pas cet air bêta, ce n'est que du shopping. Tu vas t'acheter quoi ? Sans doute pas grand chose... Tu sais bien que j'ai accepté pour Liberty ! Eh puis, tu verras Canaö, c'est sympa ! Steve aimait beaucoup le petit panda roux. Il le trouvait vif sans être insolent et intéressant sans être prétentieux. Parvenir à un équilibre aux yeux du paresseux était une tâche ardue. Pas du tout. J'aime simplement les gens qui ne parlent pas trop vite et qui savent se montrer pertinents quand ils le font... j'éclate d'un rire franc. Grand dieu, Steve ! Qu'est ce que tu fais avec une humaine comme moi ? Je développe... ma patience. articule-t-il, faisant exprès d'accentuer son trait de lenteur. Nous rions encore tous les deux tandis que je ferme la porte de ma chambre. Ma coloc n'a encore jamais pointé le bout de son nez en même temps que moi... Même si je passe d'avantage de temps au studio de photo que dans cette chambre, c'est quand même dingue.

Les événements s'enchaînent ensuite très vite et nous nous laissons porter par le mouvement. Après avoir retrouvés et salués Lib et Canaö, nous avons prit le bus tous ensemble. Je me suis tenue en recule, évitant de toucher qui que ce soit, dans une mine de dégoût totale. C'était toujours aussi atroce : ces flux et reflux d'émotions sombres qui me prenait quand j'étais au contact d'une foule. Finalement, nous sortîmes de ce petit enfer avant de gagner la fraîcheur du centre commercial. Steve soupira de soulagement en chœur avec Canaö. Le paresseux avait tous ses poils de collés à sa peau par l'humidité. Je le promenais sur le bras, comme d'habitude. Il s'était perché, le fesses sur mon coude droit, la tête sur mon épaule, et se laissait balancer au gré de mes mouvements. Je ne le dérangeais pas, mais il me tenait vraiment, vraiment, très chaud. Pour autant il aurait été incapable de faire un tel chemin si je ne le portais pas.

« - Bon, par quoi commence-t-on ? »

Canaö proposa ensuite de se poser un moment autour de quelque chose de frais avant de commencer la partie de shopping. Steve et moi étions parfaitement d'accord et nous acquiesçâmes en même temps avec une vivacité peu commune.

- Je crois bien me souvenir qu'il y a un glacier sur le toit terrasse.
- Tu veux dire celui qui fait de super milk-shake ? Et les sorbets complètement dingues ?

Steve hocha la tête avec un sourire. Ah, dès qu'on parlait de bouffe, je me réveillais instinctivement ! Et si'l s'agissait en plus de lait et de glace, mon bonheur était complet. Notre fine équipe s'embarqua donc dans la danse des escalators, montant les étages un à un avant de pousser les portes battantes qui donnaient sur le toit terrasse. Ici, de petites échoppes s'enchaînaient les unes après les autres. Elles n'étaient ouvertes que l'été et proposaient toutes des gourmandises plus délicieuses les unes que les autres. Nous passâmes devant une crêperie et une friterie, puis nous installâmes à la terrasse colorée du glacier.

- On va aller commander, je dis à Lib.Qu'est-ce que vous voulez, tous les deux ?
  
MessageLun 31 Juil - 19:00
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1802Nombre de RP : 181Âge réel : 23Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)Avatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Retourner dans la fournaise n'enchante guère Canaö, mais l'idée qu'à l'extérieur il y a possibilité de manger une glace arrive à le motiver pour tout de même y retourner. En plus, l'idée de boire un milk-shake l'enchante déjà, parce qu'il sait qu'ils se partageront la boisson et la glace, ça ne peut être autrement. Les voilà donc en route, gravissant les étages via les escalators ils peuvent admirer la structure et voir le monde qui déambule. Espérons qu'il n'y en ait pas trop dans les magasins, mince espoir qui ne se réalisera probablement pas. Les odeurs assaillent les narines de la peluche rousse lorsqu'ils poussent les portes qui les mènent à l'extérieur, senteurs qui lui donnent déjà l'eau à la bouche. Avec souplesse il grimpe sur l'épaule de sa daëmonienne, pas question de se brûler les pattes, parce que bien entendu à peine sont-ils arrivés à l'extérieur que la chaleur implacable s'est faite de nouveau ressentir. Il faut qu'ils se trouvent un coin à l'ombre ! Le regard du panda roux dévie à chaque fois qu'ils passent près d'un stand, ses yeux s'attardant sur les mets proposés, c'est que les crêpes ça le tente bien ! Voir même un peu plus que la glace. Mais l'idée de se rafraîchir lui revient à l'esprit, au pire, ils pourront y revenir plus tard si la faim se fait ressentir. Ils arrivent à trouver une place un peu à l'ombre, une table sous un parasol donnant un vague espoir d'être un peu épargné par la lourdeur de la température. Canaö se laisse tomber sous le coussin d'une chaise, coussin tiède mais pas brûlant, ouf ! Son attention revient rapidement vers l'autre daëmonienne et son âme. Avant même que Liberty ait pu prendre la parole il n'hésite pas à faire savoir ses désirs « Une boule de glace vanille et une au caramel pour moi, s'il te plaît ! » « Plus une à la pistache, dans un pot s'il te plaît et on prendra un smoothie à la banane. Merci. On garde la place en attendant. »

C'est qu'elle préfère commander soi-même, mais si personne ne reste c'est prendre le risque qu'on prenne leur table, et ça, c'est hors de question ! Lunettes sur le nez, elle penche son regard vers son portable qu'elle a tout juste sorti. Une notification lui signale qu'elle a reçu un message sur messenger, elle clique sur le lien que lui envoit son contact, à peine a-t-elle le temps de voir l'image qu'une autre apparaît. Et merde ! Une pub. Elle pousse un soupir. Vous avez été tiré au sort pour recevoir le tout dernier Iphone. lui signale le message clignotant sur son écran. La Finlandaise n'y croit pas un instant et puis de toute façon, son téléphone lui convient très bien. En plus de ça, les Iphone ne sont pas les portables qu'elle préfère. Elle referme la page puis rappuie sur le lien, encore une fois une pub s'affiche. La bio-kinésiste tape donc un rapide message à l'intention de l'ami qui lui a envoyé le lien pour lui signaler qu'elle verra ça en rentrant chez elle lorsqu'elle sera sur l'ordi, because, elle a des annonces qui s'affichent constamment. C'est que c'est agaçant ! Mais la jeune femme à la chevelure colorée n'est pas du genre à s'énerver facilement et ce petit dérangement ne lui fait ni chaud ni froid. Liberty range son portable dans sa poche puis passe ses doigts dans le pelage de son daëmon « Ça va ? » « Oui, en plus, je suis en plein dans la direction du ventilo donc ça va, mais vivement qu'on retourne à l'intérieur ! et toi, ça va ? Tu supportes ? » « Plus que toi en tout cas. » lui répond-elle amuser, c'est vrai que le pauvre avec sa fourrure doit mourir de chaud.

Elle, elle est en partie dans la ligne de mire du ventilateur et ça lui va parfaitement. Même si elle vient d'un pays nordique elle n'est pas une fan de la fraîcheur artificielle. Ses yeux vont vers son amie qui revient avec les commandes, elle esquisse un sourire « Je te dois combien ? » demande-t-elle lorsque celle-ci est arrivée à leur table. L'argent n'est pas un problème pour la miss Seagard, à vrai dire, elle est même riche aux vues de l'argent que lui ont laissé ses parents sur son compte, elle l'alimente régulièrement grâce au petit boulot qu'elle fait à Perth Amboy, parce que même si elle est aisée elle ne se repose pas sur ça et aime travailler. Elle a commencé à travailler au centre nautique avant de pouvoir avoir accès librement à son compte en banque, avant il fallait qu'elle demande l'autorisation à sa grande sœur pour retirer des billets mais plus maintenant et ça lui plaît beaucoup de n'être plus dépendante. Liberty déteste avoir à devoir quelque chose à quelqu'un, que ce soit de l'argent ou autre chose, mais ça ne la dérangera pas d'avancer de l'argent, après tout elle n'est pas dans le besoin ! Pourtant, ça ne l'empêchera pas au bout d'un moment d'aller dire à la personne qu'il lui en doit qu'elle attend d'être remboursé. C'est mieux d'être quitte de chaque côté, comme ça aucun problème, pas de tension, pas de malaise en présence de l'individu. Elle saisit l'une des deux cuillères et la plonge dans la glace à la vanille avant d'aller la donner au petit panda qui émet un bruit de satisfaction. Elle n'hésite pas à en prendre un peu avant de boire une longue gorgée de sa boisson « Vous avez passé une bonne semaine sinon ? » histoire de lancer la conversation.
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1