comme un boomerang - kyle

 
  
MessageVen 28 Juil - 20:49
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017Nombre de messages : 95Nombre de RP : 11Âge réel : 21Copyright : lemon-tartAvatar daëmon :
Kala JeffersonNothing will be the same...
COMME UN BOOMERANG


- Faudrait peut-être penser à te bouger Cendrillon. T'as rendez-vous dans 30min et tu ressembles vraiment à rien là.
- Sérieux Nagi...

Dans la lueur du petit jour, une paupière s'ouvre puis l'autre, avant de se refermer. Kala passe une main sur son visage fatigué. Elle se retourne sur son matelas et tente en vain de se remémorer les dernières heures. Ce serait tellement plus simple si elle n'avait pas aussi mal à la tête. Tout se mélange et se perd : les éclats de rire, l'alcool et la musique. Elle adore ces moments : quand les sens sont enivrés, il n'y a plus d'heure, plus de temps. On s'oublie. On se perd dans l'ignorance. Les souvenirs s'enlisent.

L'indienne s'étire longuement avant de lâcher un soupir, la tête dans l'oreiller. Nagini glissa du lit, sifflant lentement. Lui aussi était un peu fatigué, suivre sa daemonienne dans ses expéditions nocturnes n'étaient pas chose aisée. Mais il était ravie de voir Kala si calme ce matin. Peut-être était-ce parce qu'elle était encore un peu bourrée. Mais au moins elle ne risquait pas d'exploser en rencontrant son nouveau partenaire. Cette nuit Kala s'était laissée porter par la vie. Son visage avait été habillé toute la soirée d'un sourire un peu idiot, sincère. Ce même sourire qui se glisse sur ses lèvres dès qu'elle se laisse transporter, dès que l'alcool lui fait oublier.

* * *

Premier jour de boulot. Premier retard. Bien joué. T'es plutôt douée Kala. De toute façon tu fais jamais rien comme les autres. Les cases, les codes et les bonnes moeurs c'est pas vraiment pour toi. Mais c'était un de ces beaux après-midis de juillet dont on rêve tout l'hiver : un jour éclairé par un soleil incandescent et un ciel sans nuages ; un de ces jours-là où il semblait qu'on pouvait enfin goûter aux saveurs de l'été. Et toi Kala tu vois pas pourquoi tu devrais pas en profiter. Après tout t'es déjà en retard. Alors 30 minutes ou 1 heure ça change pas beaucoup la donne. Tu trouveras bien une bonne excuse. Tu t'en sors toujours après tout. Bon. Du coup c'est quoi le plan ? Parce que c'est hors de question que jparte en mission avec un abruti moi.

Les écouteurs de son iPod vissés dans les oreilles, Kala chantonnait dans un murmure. Elle avait l'œil brillant, ce petit charme des gens heureux, et un sourire naïf pendu aux lèvres. Jolie façade. Joli masque enfilé avec soin. Au fond Kala bouillonnait. La seule idée de devoir aller se présenter à son nouveau « coéquipier » lui était insupportable. C'est pas que t'es antisociale Kala. Mais t'as toujours été un peu solitaire. T'as jamais eu d'amis d'enfance, de petit copain ou bien de proches. Non dans ton monde Kala y'a que Nagini. Et toi. Rien d'autre. Et c'était bien suffisant pour ton petit coeur, t'es juste capable de vous aimer tous les deux. Je sais pas.. Au pire un accident ça peut vite arriver.

Nagini. Son gamin. Elle rigole doucement Kala, le serpent trouve toujours les bons mots pour lui voler un sourire. Il savait comment s'y prendre pour la sortir de ses pensées, pour l'empêcher de plonger dans sa bulle et de s'enfermer. Kala était belle quand elle rigolait, naturelle, craquante même. C'était une jeune femme, qui n'avait pas eu le temps d'être une enfant. Ses traits et son âme gardaient encore les traces d'une enfance fanée. Elle était symbole de pureté insolente. Mais Kala, c'était tellement plus. C'était la violence et la passion. L'inconscience et la réflexion. C'était le jour et la nuit. Une bourrasque de vent.

* * *

- Comment ça « il est pas là » ?!

Kala grogna. Elle plonge sa main dans la noirceur de ses cheveux. Déjà agacée. Nagini à ses pieds, s'était redressé au dessus du bureau. Fixant la secrétaire qui, elle, était restée de marbre.

- Votre partenaire, l'agent Farell, n'a pas eu la patience de vous attendre. Il n'a pas dit pour combien de temps il en avait. Je vous laisse aller l'attendre dans la salle d'entretien, au fond à droite. Le directeur vous a déjà préparé un dossier pour lequel il voudrait que vous jetiez un coup d'oeil...

Elle s'éloigna en grommelant des insultes, attrapant à la volée la liasse de papiers, rangée dans une pochette brune.

- C'est une blague !

Elle était rentrée dans la salle en claquant la porte. Encaissant les regards accusateurs des autres agents. Elle détestait quand les choses n'allaient pas dans son sens Kala. Fallait que tout se passe comme elle l'avait prévu, comme elle l'avait imaginé. Et si c'était pas le cas, elle s'enfermait derrière un masque froid. Machinalement elle ouvrit le dossier, elle jeta quelques coups d'oeil rapides aux photos et aux notes. Holfmann lui avait laissé quelques indications, lui demandant de rassembler des informations sur les différents suspects. Nagini lui l'entendait réfléchir, répéter des mots clefs en boucle.

- Damn.. j'ai trop mal au crâne pour réfléchir correctement.
  
MessageLun 21 Aoû - 19:55
avatar
Date d'inscription : 06/08/2010Nombre de messages : 749Nombre de RP : 91Âge réel : 23Copyright : Aki <3Avatar daëmon : /
Kyle JohnsonLivin' in sin is the new thing

Depuis quelques semaines maintenant, il y avait des jours avec, et certains sans, mais je me sentais globalement…bien. Ma rupture avec Léo m’avait mit un petit coup de masse sur les épaules et m’avait fait comprendre certaines choses. Cela avait été l’occasion pour moi de reprendre ma vie de baroudeur sexuel en main et de freiner certains comportements peut être un peu trop excessifs. Disons que les dames ne s’enchaînaient plus comme autrefois dans mes draps, et que je me comportais comme un gentleman qui se contentait de simples regards de braises en soirée et d’un verre gentiment offert. Ma braguette ne criait plus kekette, et j’en étais à presque 3 semaines d’abstinence totale ! Mon docteur Love, Ryan Farell premier du nom, avait eut les mots justes lors de notre dernière grosse discussion sur le sujet et j’étais fier de mes progrès ! Lui, dans son petit coin, faisait naître quelques sentiments d’amour pour la jolie rousse que je connaissais bien, et j’en étais heureux pour lui. Une page se tournait, et un nouveau chapitre commençait de s’écrire. Ca sentait bon le changement, j’en étais certain. Pour ce qui était de ma soeur, Bridget, elle n’était toujours pas réapparut, mais j’avais repris espoir lorsque les hommes de Ryan avait trouvé une piste. Infime, certes, mais c’était le genre de nouvelle que je prenais à bras ouvert et qui me redonnait du mordant. On la retrouverait, j’en étais certain…

Dès les premières lueurs du jour, j’avais sauté hors de mon lit, me préparant en vitesse pour être l’un des premiers dans la salle de sport de la base militaire. Je n’aimais pas que les jeunes recrues assiste à mes entrainements, et l’aube était le seul moment où je pouvais y être tranquille. Doug me suivait comme une ombre, se prélassant sur les matelas de la salle tandis que j’enchaînais les tractions, pompes et développés couchés pendant plus d’une heure et demi, jusqu’à l’arrivée des premiers soldats. Je terminais l’entrainement par un footing de 45 minutes dans le parc militaire, pantalon d’uniforme et marcel blanc sur le dos, à croire que depuis Pearl Harbor, l’armée US n’avait pas trop changée ses habitudes vestimentaires. Le malinois était toujours à mes côtés, tenant le rythme malgré une langue pendante qui ne demandait qu’à s’hydrater. Jetant un petit coup d’oeil à ma montre, j’accélérais l’allure en voyant les 9h affichées sur le cadran. Je devais présenter un cours de maniements d’armes aux jeunes soldats, que j’entrainais actuellement, dans une demie heure et il aurait été déplacé d’arriver en retard alors que je ne cessais de leur apprendre la discipline. De retour à la caserne, une douche rapide, une clope rapidement écrasée et j’enfilais mon costume de professeur strict à la gueule de biais qu’au élève ne pouvait s’encadrer. Je n’étais pas là pour plaire, mais ils remerciaient tous ma façon d’enseigner une fois leur première année passée. Durant près de deux heures, j’abordais avec eux le maniements d’un AK-47, le démontage et le remontage, le nettoyage, l’armement, le désarmement. En début d’après-midi, j’allais passer de la théorie à la pratique en les faisant tirer sur des cibles. Certains ne s’étaient engagés dans l’armée que pour cette partie là, et ils l’avaient d’ailleurs regretté en s’apercevant qu’être soldat ne se résumait pas qu’à canarder l’ennemis, et que les cours de tirs la première année se faisaient très rares. Bref, en résumé, un début de journée routinier pour le capitaine que j’étais devenu. Les missions commençaient à me manquer, et j’espérais que les choses bougent un peu plus dans cette petite ville calme de Merkeley.

Pour moi, la journée à la caserne s’achevait, mais un autre rendez-vous m’attendait. Non, pas de filles, c’est promis. Quoi que Ryan pouvait presque faire office d’âme soeur ! A quelques trucs près… Aujourd’hui était un jour important pour lui, et qui le mettait dans tous ses états. Pour la première fois depuis bien longtemps, on lui avait affilié un nouveau coéquipier, et il avait un souvenir douloureux du dernier avec qui il avait travaillé. Pour leur rencontre, il m’avait demandé d’être présent, plus comme un soutient du frère que j’étais pour lui que comme réelle obligation professionnelle. Poussant les portes du FBI, Doug habitué des lieux me dépassa et arpenta les couloirs alors que je saluais en retour tous les hommes que je croisais et qui se mettaient au garde à vous, mon uniforme trahissant mon grade.

    « Capitaine Johnson. » 




Me retournant vers la voix féminine qui venait de m’interpeller, je tombais sur la secrétaire de Ryan, petit chemisier blanc bien trop serré qui étouffait sa poitrine et qui elle ne demandait qu’à avoir un peu d’air.

    « Mademoiselle Swann… »




Ses yeux à elle criaient braguette, c’était certain, et du bout du doigt elle me montra la porte que je devais prendre, sans dire mot. La gratifiant d’un sourire en coin, elle fit de même, et je me dirigeais vers la porte, certain d’y trouver Ryan seul. Il est évident que si son coéquipier était là, il m’aurait déjà envoyé un sms pour savoir ce que je foutais. J’actionner la poignet sans frapper, comme à mon habitude, et entrais comme un joyeux luron.

    « Hey bro’ ! Alors c’est à qui qu’on doit faire la…. »

 Mes yeux s’arrêtèrent avec stupeur sur la silhouette féminine face à moi, tout comme ma voix qui s’étrangla dans ma gorge, terminant juste en un murmure.
    « …peau… »




La dévisageant de bas en haut, je fixais les traits de son visage, plantant mes prunelles dans les siennes en réalisant à qui j’avais à faire. Un sourire en coin prit place sur mes lèvres et je levais un sourcil amusé, presque heureux de cette charmante compagnie.

    « Si on m’avait dit que j’allais te voir aujourd’hui, je me serais un peu plus apprêté ! » 




Humour et ironie, comme à chaque fois que je me trouvais avec elle, parce que je ne pouvais m’en empêcher. Kala. Jolie indienne survoltée et ancienne partenaire…de travail, ne vous méprenez pas. Approchant d’elle, je m’appuyais d’une main sur son bureau, curieux d’en savoir plus.

    « Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu me suis c'est ça ? »




Regard provocant et sourire en coin. J’étais vraiment content de la revoir mais ça, elle n’en saurait rien, certainement pas.
  
MessageDim 3 Sep - 15:51
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017Nombre de messages : 95Nombre de RP : 11Âge réel : 21Copyright : lemon-tartAvatar daëmon :
Kala JeffersonNothing will be the same...


Une seconde tape l'infini. Kala n'a pas besoin de se retourner pour reconnaître la voix qui venait de rompre le silence. Elle relève enfin les yeux, se lève et se retourne, attrape son regard. Elle tente d'afficher un air furibond et se mord la lèvre pour réprimer le rire espiègle qui frémit au coin de sa bouche. C'était une blague, une caméra cachée, ça ne pouvait pas en être autrement. Kyle. Il était bien là, sous ses airs de crapule exquise, enivrant et railleur.

- L'uniforme te donne un charme. Mais j'avoue que t'aurais pu faire un peu plus d'efforts... Désinvolte. Elle se rapprocha de lui, féline, attrapant les pans de sa chemise. T'aurais au moins pu mettre une cravate. Et elle s'éloigne, changeant de cap.

* Tu joue avec le feu, princesse. * Tu n'arrive pas à détacher tes yeux de lui, Kala. Sa présence est d'une insolente évidence. Il est une anomalie, ici, une déchirure dans ton univers bien propret, dans ta réalité. Ta fausse note à toi. Ton visage s'habille d'un petit sourire, pour le coup t'étais presque contente de le voir débarquer lui, plutôt que ton nouveau partenaire. Il y avait dans le pli de tes lèvres les miettes d'une tentation refoulée, d'une envie bien cachée. Kyle c'était une bourrasque de vent, le seul qui te faisait perdre le contrôle, qui t'empêchait de rester sur les sentiers battus que tu connaissais.

T'avais pas prévu tout ça. Pas prévu qu'il débarque. D'un coup comme ça, alors que tu t'y attendais pas, il était là. Réapparu après plusieurs mois comme par magie, comme une plaie qui nous taraude et ne guérit jamais complètement. Elle le regarde s'approchait, mutine. Il appuie une main contre le bureau et Kala reste en face de lui, ses pupilles noires - qu'elle aurait voulu bleues - le détaillant. Tic bien huilé.

- J'aurais plutôt penché pour le contraire. T'es pire qu'un vieux chewing-gum collé à ma chaussure... Tu peux l'avouer maintenant que tu peux pas t'empêcher de me suivre Capitaine Johnson. Elle avait prononcé les derniers mots avec provocation, un léger rire passa la barrière de ses lèvres pour s'étouffer dans le silence de la pièce.

C'était toujours compliqué entre toi et lui. Comme chien et chat. Un je t'aime moi non plus. Vous étiez comme deux aimants qui s'attirent. Et vous essayez inlassablement de vous repousser, sans trop jamais savoir comment. C'était des moqueries, des airs taquins que vous empruntiez pour pousser l'autre un peu plus loin dans ses retranchements. C'était une flamme avec laquelle vous jouez. Vous pouviez vous bouffer l'air à manquer d'oxygène et la seconde d'après vous pouviez rire à en avoir mal au ventre. Vous ne saviez jamais sur quel pied danser, n'est-ce pas Kala ?

Nagini s'était posté sous le bureau, prédateur bien caché. Il observait de sa cachette. Il avait toujours du mal à comprendre Kala, à la suivre et à calmer ses pensées quand elle se retrouvait face à Kyle. S'ils finissaient par se battre un jour, ça ne l'étonnerait pas. Il lui faisait perdre le contrôle. Kyle. Prénom devenu évidence, passeport pour son enfer personnel.

L'indienne cacha bien son jeu ; elle dissimule ses sentiments, enfile un masque. Elle est perturbée Kala, mais elle l'avouera jamais. Elle sait pas trop comment se comporter, elle l'a jamais su avec Kyle. Si bien qu'elle ne lui répond qu'à moitié, oubliant d'expliquer sa présence ici. Elle n'avait pas l'habitude de perdre contenance. Alors Nagini s'en chargea pour elle, sortant de l'ombre.

- Kala a la chance de rencontrer son nouveau partenaire aujourd'hui. Elle est ravie. Il siffla lentement, presque moqueur. * T'es vraiment chiant. Y'a plus de suspens maintenant. * * Retrouve déjà tes esprits et après tu viendras me parler beauté. *

Elle retient un petit rire Kala, ça aurait été déplacé. Kyle aurait pu croire qu'elle se moquait de lui. Son daemon ne changera décidément jamais.

- Mais tu vas peut-être servir à quelque chose aujourd'hui. T'es capitaine après tout, tu pourrais te charger de me faire visiter les bureaux. Regard appuyé. Taquine. L'indienne se rapprocha de lui, penchant son visage vers le brun. Laissant plané une tonne de sous-entendus. Elle aimait jouer à ce jeu dangereux, s'approchant un peu trop, sauvageonne. Le temps se fige, elle se mord les lèvres. Se noie dans son regard. Avant de se pencher à son oreille. Et j'avoue que Doug m'avait manqué. Elle l'avait dit à mi-voix. Belle comédienne.

Son rire cristallin éclabousse les murs, elle recule de quelques pas. Fière de sa connerie. Tu changeras jamais non plus Kala. Tu aimes trop venir le taquiner pour arrêter. Tu t'approches dangereusement et t'éloignes la seconde suivante, comme l'eau qui glisse entre les doigts, impossible à arrêter, difficile à capturer. Mais Kyle aussi il t'avait manqué, hein Kala ?
  
MessageMer 20 Sep - 14:15
avatar
Date d'inscription : 06/08/2010Nombre de messages : 749Nombre de RP : 91Âge réel : 23Copyright : Aki <3Avatar daëmon : /
Kyle JohnsonLivin' in sin is the new thing

Nos regards s’emmêlèrent, l’histoire d’un court instant, et le silence plana, juste assez pour que chacun se remette de cette surprise inattendue. Ce petit rictus en coin que j’arborais généralement avant de sortir une ânerie ne me quittait pas. A moins qu’il témoignait simplement d’une certaine joie procurée alors par la jeune femme ? C’était possible, et à la fois si surprenant.

    « L'uniforme te donne un charme. Mais j'avoue que t'aurais pu faire un peu plus d’efforts… »




Et prédatrice, elle se rapproche, roulant ses hanches comme un guépard et glisse ses doigts sur le col flottant de mon uniforme.

    « T'aurais au moins pu mettre une cravate. »




Les effluves de parfums qui nichaient dans son cou envahirent mes narines et je stoppais difficilement un frisson créé au contact de ses mains, serrant un instant les mâchoires pour rester maître de moi même. Elle savait parfaitement l’homme que j’étais, ma réputation de « bourreau des coeurs » m’ayant trahis dès les premières fois que l’on s’était rencontré, et je pense qu’elle faisait tout pour me faire craquer, juste pour jubiler du parfait râteau qu’elle me mettrait une fois que j’aurais succombé à ses charmes. J’aurais pu succomber un nombre incalculable de fois, mais sa position de collaboratrice me compliquait la tâche alors que je ne voulais pas mélanger ma vie et mon métier. De plus j’étais certain que je n’étais pas son genre de mec, et que ses provocations témoignaient plus d’un jeu qu’autre chose. Quoi qu’il en soit, on se chamaillait souvent comme des ados pré pubères, et notre relation de chien et de chat me convenait plutôt bien.

    « J’ai pas le droit à la cravate, James Bond ne porte que des noeuds pap’… »




L’on se renvoyait la balle, comme un ping pong, jeu auquel on était maître tous les deux à force d’expérience. Et personne encore n’avait faibli ou n’avait déclaré forfait. De nouveau, j’enchaînais sur un sarcasme, et de nouveau, elle répondit avec cette pointe de dérision et cette petite étincelle dans les yeux.

    « J'aurais plutôt penché pour le contraire. T'es pire qu'un vieux chewing-gum collé à ma chaussure... Tu peux l'avouer maintenant que tu peux pas t'empêcher de me suivre Capitaine Johnson. »




Sourire en coin qui s’étend et un sourcil haussé, je rie dans ma barbe, amusé par la jeune femme et ses dires. Cette fois, je lui laissais la main et ne répliquais pas, déstabilisé par un soudain et violent mal de crâne qui me fit perdre la vue un court instant. Voilà plusieurs jours maintenant que j’étais assailli par d’étranges céphalées qui semblaient mutiler ma boite crânienne, du nerf optique jusqu’à la nuque. Et puis ils cessaient, me laissant toujours une sensation étrange. Quand ce n’était pas ma tête qui me faisait souffrir, c’était mes muscles, ceux des jambes et de mes bras surtout, qui se contractaient de manières involontaires, comme des crampes qui me faisaient me tordre de douleur. Par chance, elles ne duraient que quelques secondes, et étaient provoqués généralement après une séance de sport. De ce fait, j’avais baissé un peu le rythme de mes entraînements, peut être un peu trop intenses. Il est vrai qu’en ce moment, je ne ménageais pas trop mon corps. Nous étions actuellement sur tous les fronts et j’étais pris par les actes des Free Daemoniens qui me faisaient passer des nuits blanches. Chaque jour l’on se relayait pour arpenter les alentours de l’aqueduc de la ville et tenter de dénicher ces hommes se faisant passer pour des supers héros. Voilà bien longtemps que les daemoniens ne m’avaient pas donné de fil à retordre. D’ailleurs, il était question que je touche deux mots à Ryan à ce sujet là aujourd’hui, mais ce vieux loup grincheux avait préféré quitter la tanière.

    « Kala a la chance de rencontrer son nouveau partenaire aujourd'hui. Elle est ravie. »




Le sifflement ironique du serpent me fit abandonner mes pensées et je reportais mon regard de nouveau dans celui de l’indienne.

    « Farell est un chouette mec, faut juste apprendre à le connaitre un peu ! Tu t’en sortiras va, j’ai confiance en tes talents de socialisation. »




Et de nouveau, féline et sans peur, elle se rapprochait de moi, m’hypnotisant de ses prunelles sombres. Les mots qui sortaient de ses lèvres n’avaient alors plus trop de sens, lèvres qui se penchaient d’ailleurs bien trop près de ma peau et qui susurraient des sous entendus en m’en faire perdre raison. Un frisson glacial me parcouru l’échine, violent, comme si un flot bien trop important d’adrénaline s’était déversé dans mon organisme. Clignant des yeux une fraction de seconde, je m’imaginais plaquer avec fougue la jeune femme contre le mur de la pièce et prendre de ma bouche ses lèvres si volages; vision d’une pulsion soudaine venue d’une sorte de monde parallèle qui me décontenançait. Gêné et ahuris par les flashs si étranges qui étouffaient mon esprit, je reculais d’un pas, quittant le regard envoutant de Kala, toujours planté devant moi, et passais une main machinale dans mes cheveux, sans tenir compte de la peau brulante de mon front. Voilà que la fatigue à présent me jouait des tours, me faisant imaginer des choses fort peu convenables et de manière si soudaine et exagérée. Pour tenter de noyer le poisson sur les choses étranges que je ressentais actuellement, je lui tournais le dos et attrapais la poignée de la porte menant sur le couloir.

    « Alors si Doug t’a manqué, tu ne devrais pas être déçue. »




J’ouvrais alors en grand et le malinois, que j’entendais couiner depuis un moment de l’autre côté de la pièce, se jeta comme une furie sur Kala, lançant des grands coups de langue pour tenter d’atteindre son visage. Sourire en coin face à tant d’enthousiasme de la part du berger belge, je laissais l’animal distraire un instant la jeune femme et j’en profitais pour tirer un antalgique de l’une de mes poches que j’avalais à sec en toute discrétion afin d’éviter les railleries de mon ancienne collaboratrice. J’étais un homme, un vrai, mais les céphalées que je ressentais devenaient si intenses que je ne pouvais plus lutter contre la douleur. Néanmoins, il était bien sûr hors de question qu’elle s’aperçoive de quoi que ce soit, sous peine de voir mon égo partir en fumée et en éclat. Fallait pas déconner non plus.

    « Allez, suis moi, je vais te montrer un peu les locaux. »




Mon enthousiasme c’était quelque peu éteint, trop concentré maintenant pour marcher droit sans tituber sous l’assaut des maux de tête, et pour tenter d’être le plus normal possible. Je laissais Kala me suivre, lui montrant les différentes pièces des locaux: celle des dépôts de plaintes, ceux de la garde à vue, les salles d’entraînements aux tirs, et la machine à café, c’était quand même hyper important. Et puis, alors que l’on arpentait les couloirs, une jeune recrue du FBI me tamponna violemment l’épaule sans faire attention et sans le vouloir, le regard plongé dans des dossiers. L’adrénaline qui bouillonnait dans mon corps depuis quelques minutes maintenant ne lui laissa même pas le temps de s’excuser ou de lever les yeux. Mes mains avaient empoignées violemment son col de chemise et le jeune homme se retrouvaient alors suspendu par mes bras crispés et contractés, le maintenant pieds hors du sol contre le mur du couloir. Cette fois, les actes avaient été exécuté bien plus rapidement que les simples visions précédentes. Une impulsivité et une violence qui m’était propre, mais bien trop exagérées et si peu maîtrisées comparé à d’habitude. Comme si mon esprit ne répondait plus et qu’il laissait mon corps libre de ses envies. Armant mon poing, c’est l’aboiement féroce de Doug qui réveilla mes neurones endormies et me fit éviter de justesse son visage, écrasant ma main fermée à quelques centimètres de la joue du brun et trouant par la même occasion le placo du mur. Ok. Je crois que j’ai merdé.
  
MessageLun 2 Oct - 21:58
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017Nombre de messages : 95Nombre de RP : 11Âge réel : 21Copyright : lemon-tartAvatar daëmon :
Kala JeffersonNothing will be the same...

Ce n'était pas une fille facile. Elle était plutôt cérébrale, posée Kala. C'était pas le genre de nana qu'on essayait de comprendre, parce que de toute façon elle avait bâti un mur autour de son coeur. Si bien que plus rien n'y entrait, ni n'en sortait d'ailleurs. Mais Kyle il avait trouvé la faille. Tu sais cette petite brèche qui avait, un jour, balafrée ces remparts que tu pensais imprenables. Il l'avait peut-être même pas fait exprès d'ailleurs. Peut-être qu'il ne s'en était même pas rendu compte, parce que t'étais bonne comédienne Kala. Que t'étais capable de te cacher derrière un masque, puis un autre, sans qu'on ne sache vraiment qui tu étais. Kyle semblait le savoir, lui.

- J'ai pas envie de le connaître. Tu sais très bien que le boulot en équipe c'est pas mon truc. Elle avait roulé des yeux alors que ses doigts l'effleuraient encore et l'avait regardé se reculer. Presque triste de la distance qui s'était installée entre eux.

Ils avaient travaillé ensemble. Plusieurs fois. Et ça avait été la même chose à chaque fois, le même cinéma. Les mêmes remarques brûlantes. Cette même partie d'échec qui se rejouait. A vrai dire, c'était plutôt agréable de travailler avec Kyle, hein Kala ? Elle n'avait jamais gardé un partenaire plus de 2h. C'était même devenu un jeu avec Nagini, voir combien de temps leur nouveau coéquipier serait capable de tenir ; et le serpent mettait toujours le coeur à l'ouvrage quand il s'agissait d'être exécrable. Kyle n'avait jamais flanché et jamais le drapeau blanc n'avait été dressé.

Quand le berger rentra en trompe dans la salle, Kala l'accueillit avec un grand sourire. Ses mains passant dans son poil long. C'était étrange pour elle de se comporter différemment avec ce que les humains considéraient comme leur animaux de compagnie, de le toucher alors que dans son monde à elle, c'était inconcevable de le faire avec le daemon d'un autre. Mais si Doug et Kyle n'étaient pas en mesure de communiquer comme les daemoniens, elle pouvait sentir entre eux ce même amour, ce même lien qui la liait à Nagini.

* * *

Elle suivit Kyle assidûment, chose qu'elle n'aurait d'ailleurs jamais fait habituellement. Mais elle avait senti que quelque chose clochait. Il manquait à Kyle cet enthousiasme, cette petite flamme dans l'abdomen qu'elle lui connaissait habituellement. C'était pour ça qu'aucune remarque n'avait franchi la barrière de ses lèvres. L'indienne observa les pièces une à une, lançant des regards froids aux futurs collègues qu'ils croisaient, juste histoire de montrer la couleur.

T'es pas possible... T'es le premier à faire fuir tout le monde. Pas de ma faute si je suis aussi impressionnant.

La réalité lui fit face à nouveau. C'est un bruit sourd qui la ramène sur terre. Ses yeux se reportent soudainement sur la silhouette masculine, Doug s'était arrêté, les poils hérissaient, aboyant sur son maître. Elle fixe Kyle d'un regard inquisiteur, presque assassin mais pas aussi froid que ceux qu'elle lançait aux autres officiers quelques minutes avant. Il avait manqué d'exploser la gueule à un gamin. Elle le regardait avec incompréhension, Kala avait manqué un épisode. Nagini, par habitude, s'était enroulé autour de sa princesse.

- Putain Kyle !

Instinctivement son corps s'était recouvert d'écailles de métal. Plissant les paupières, sa main attrape l'avant-bras du capitaine. C'est le contact froid du métal contre la peau bouillante de Johnson. Elle soupire, les nerfs à vif.

Son regard s'arrêta sur la plaque du jeune homme, encore tétanisé, le dos collé au mur. Recrue Matthews retournez à vos occupations. C'est un ordre. Il ne fallut pas lui dire deux fois pour qu'il s'éloigne aussi vite qu'une proie enfin libérée de son piège. Elle profita d'avoir un peu plus de poigne avec son don pour attirer Kyle vers elle, le bloquant à son tour contre le mur.

- A quoi tu joue bordel Kyle ? Sa voix se fit un peu hésitante, pas plus rassurée que Nagini qui partageait ses pensées.

Il fallait toujours que t'attires les problèmes hein Kala. T'étais plutôt douée pour ça. Et si t'habitues ça vous faisait rire, toi et Nagini, de vous retrouver dans des situations pas possible, c'était nettement moins drôle là tout de suite. Tu savais que quelque chose clochait, n'est-ce-pas ? Parce que si Kyle était l'un des seuls à lire en toi, à deviner tes pensées, l'inverse était vrai. Tu voyais bien, en plongeant tes prunelles noires dans les siennes, que quelque chose n'allait pas. Tu relâchas son bras, histoire d'apaiser un peu les tensions. Ta peau réapparaît doucement, ton armure disparaît. Ta main caressa Doug, qui s'était rapproché à tâtons de son maître. Nagini siffla un peu, tendu lui aussi.

- T'es toujours très fort pour les entrées en matière Johnson !
- Je t'emmène voir un médecin... Avant qu'il ne réplique Kala prit les devants. Et c'est non négociable.

[ok c'est VRAIMENT
pourri mais genre puissance
mille j'espère que ça ira
quand même mon chaaaat]

  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1