Aller à la page : Précédent  1, 2
 

We watched the castle on the hill.

 
  
MessageMar 15 Aoû - 17:31
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016Nombre de messages : 262Nombre de RP : 45Âge réel : 23Copyright : Rafi & Aki ♥Avatar daëmon :
Ana E. SantiagoEstoy en llamas
Ces bras, croisés devant sa poitrine, sa dernière ancre pour ne pas sombrer. Barrière protectrice contre ces fantômes qui la hantent, l'obsèdent. La détruisent toutes les nuits. Cauchemar après cauchemar. Insomnie après insomnie. Ces mouchoirs étendus, cadavres sur son lit, son jumeau silencieux dans sa nuit. Et ses fantômes à elle, toujours là. Alors, elle use de cette dernière protection pour les éloigner, pour se réjouir enfin réellement de ces retrouvailles aux silhouettes miraculées.
Seulement, son sourire faiblit. Ana pense trop. Elle observe ce visage aimé, qui s'illumine doucement, pourtant, elle en voit un autre à la place. Et ne peut s'empêcher de recommencer à trembler. De ses bras, elle bloque ses membres, les empêche de trembler trop évidemment. Pour eux trois, parce qu'ils n'ont rien à voir là-dedans. Rien à voir avec sa faiblesse, sa lâcheté. Ses monstres. Elle n'a pas le droit de leur faire ça. Elle n'a aucun droit de s'enfuir. Alors elle reste plantée là, droite comme un i, à attendre que les discussions passent.

- On a eu de l'aide pour les formalités.

- De l'aide ? Comment ça ?

Le phalanger est heureux, transporté. Et ne sent pas sa jumelle se retirer de leur lien, refermer la porte. Il ne l'entend pas glisser la clé dans la serrure, l'empêcher de ressentir ses sentiments. Ses peurs, ses doutes. Pour son bonheur à lui, uniquement. Pour qu'il profite, cette fois-ci, pour que cet instant soit à lui. A eux. Ana refuse de leur enlever ce bonheur. De le leur enlever une nouvelle fois... Pour ses besoins égoïste.

- Il n'était pas monté dans le bus qu'il avait déjà un travail et on avait un appartement qui nous attendait.

Le petit daemon se redresse sur ses pattes arrières, sa queue touffue s'enroule autour de son ventre. Il écoute, attentif. S'il avait pu sourire, ce dernier s'étirerait jusqu'à ses oreilles, ses dents élancées vers l'avant. La mexicaine peut la sentir, cette joie. Il n'est pas de ceux qui se fait ami de tous. Plutôt timide, il préfère se cacher dans les boucles de sa soeur plutôt que d'affronter de nouvelles têtes. Plus d'une fois, elle a dû l'excuser ou le cacher, parce qu'il ne souhaitait pas se montrer. Elle ne lui en veut pas. Il fut un certain temps, c'est elle qui a disparu. S'est faite passée pour morte. Ignorait le monde entier...

- Et qu'elle ordonne aujourd'hui avec passion.

Tehwa explose de rire. Depuis combien de temps n'avait-il pas rit ainsi avec d'autres personnes qu'Ana ? Des millénaires, peut-être.

- Ah, je n'en doute pas une seconde, qu'elle ordonne tout ça avec passion. Ca doit être un vrai cauchemar !

Malheureusement, l'on ne peut rester éternellement invisible. Alors que Rafael se retourne vers la mexicaine, cette dernière oblige ses lèvres à sourire de nouveau. Parfaite petite comédienne, elle enfile un costume et joue. Le destin maître du jeu, elle seule actrice de la scène, incapable de la moindre volonté.

- Mais j'espère que l'on n'a pas “dérangé“ ta soirée.

La femme sourit toujours, ses bras se tendent sous la pression de son regard. Au travers de ses yeux, Ana perçoit les ombres de ses pensées, les images de leur passé. Pourtant, elle reste droite, étonnée de cette force soudaine. Et craintive du flot de conversation. Apeurée de tout.
Alors que son coeur se réjouit, son esprit s'affole, ses lèvres bougent. Libérées de toutes entraves, elles prennent vie.

- Euh, non. Je n'avais plus que cet étage à terminer, de toute façon, tous les autres sont faits. Plus que cette pièce, d'ailleurs...

- On termine ça et on se réjouit dans un endroit plus adapté à de telles retrouvailles ?

Le petit daemon coupe la parole à sa jumelle, volontairement. Il le sait, qu'elle rêverait de terminer son travail seule, puis de rentrer à la maison et de s'enfuir dans son canapé, un film et le reste de guacamole qu'elle a fait hier soir. C'est sans compter son petit ange gardien, veillant sur sa santé mentale et celle de son coeur meurtri. Ces retrouvailles sont un don du ciel, il n'accepterait pas qu'elle le refuse. Alors il prend les décisions à sa place, quitte à s'expliquer plus tard. Il ne la laissera pas gâcher une seconde fois sa vie... Il refuse de se laisser une nouvelle fois entrainer vers le fond.
C'est à cet instant qu'il remarque la porte de leur esprit, fermée. Elle a coupé le lien, pour lui. Et il fronce une oreille, mécontent. Par ce simple geste, elle lui prouve que ses pensées sont assaillies par souvenirs et culpabilité, peur et incertitude. Ils sont jumeaux, il est son âme. Elle ne peut rien lui cacher.
Seulement, il compte aller jusqu'au bout de son idée et, têtu, il se retourne vers Delilah et Rafael, souriant.

- Qu'est-ce que vous en pensez ? On a encore du guacamole à la maison, et pas n'importe lequel, du guacamole à la Ana, purement de chez nous. Ca vous tente ?

La mexicaine fusille son jumeau du regard.
  
MessageMar 15 Aoû - 19:27
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017Nombre de messages : 158Nombre de RP : 37Âge réel : 26Copyright : .nephilimAvatar daëmon : Coati à Nez Blanc
Rafael GarcíasNothing will be the same...
Ana E. Santiago & Rafael Garcías ▬ Delilah & Tehwa
We watched the castle on the hill
L'animation apportée par les daemons tranche quelque peu avec leur reflet humain. Rafael observe le duo avec un regard et un sourire bienveillant, apportant quelques mots dans l'échange sans pour autant en prendre la main tandis qu'Ana semblait s'en être un peu éloigné depuis qu'elle avait rompu le contact. Amusé et heureux, notre homme mit du temps avant de noter ce fait.

▬ " De l'aide ? Comment ça ? " Réactif, le phalanger n'avait aucune difficulté à mener la conversation pour deux et monopoliser l'attention de Rafael qui lui répondit avec un sourire.

▬ " L'agent qui nous a cueilli à la frontière connaissait les bonnes cartes. " Il ne serait d'ailleurs jamais assez reconnaissant pour cet homme qui avait su récupérer cette loque instable. Il l'avait remis sur pied tout en œuvrant pour son futur, déjouant même quelques procédures pour accéder plus rapidement aux officialisations. Ces quelques semaines dans ce noyau familial bienveillant avaient été une formidable amorce de renaissance même si ses véritables maux étaient trop profonds pour en subir les effets. Mais s'il était arrivé à Merkley sous d'aussi bons hospices il savait à qui et à quoi il le devait.

Delilah n’eut pas trop le loisir de faire semblant de s'offusquer de cette remarque sur sa manière de tenir leur logis, la réaction de Tehwa était plus conséquente et prit la priorité sur son esprit. La demoiselle tourna son museau vers son ami qui riait un peu trop à son goût, comme s'il était véritablement hilarant qu'elle soit une belle petite daemone au foyer.

▬ " Ah, je n'en doute pas une seconde, qu'elle ordonne tout ça avec passion. Ça doit être un vrai cauchemar ! " La demoiselle s'étira pour distribuer un coup de museau au bonhomme perché sur sa pile de feuille.

▬ " Qu'est-ce que tu entends par là ? Il faut du temps pour trouver l’agencement le plus harmonieux et pendant ce temps-là, il amasse des choses qu'il faut ranger. " Sereinement, la miss exposait son point de vu sur la question et qui était bien loin de toute forme de maniaquerie ou de d'une apparence de tortionnaire. Rafael s'amusa de cet éclaircissement que la coati avait estimé essentiel avant de se rappeler un point qu'il avait noté et qu'il ne voulait pas handicaper. C'est pour cela qu'il se retourna vers Ana qui sembla se reconnecter dans un battement de cils à son environnement alors qu'il s'enquerrait du dérangement qu'ils causaient peut-être.

▬ " Euh, non. Je n'avais plus que cet étage à terminer, de toute façon, tous les autres sont faits. Plus que cette pièce, d'ailleurs... " " On termine ça et on se réjouit dans un endroit plus adapté à de telles retrouvailles ? " Cette fois Tehwa ne réussit pas à le distraire et Rafael sourit doucement à la demoiselle qui semblait habillement couver quelque chose. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il perçut son retrait depuis plusieurs minutes et le doute reprit le chemin de son esprit.

▬ " Oh oui ça c'est une bonne idée ! Nous on en avait finit ici non ? " Rafael inclina pensivement la tête pour répondre à l'emballement de Delilah alors que ses propres songes lui dessinaient une situation intimidante.

▬ " Qu'est-ce que vous en pensez ? On a encore du guacamole à la maison, et pas n'importe lequel, du guacamole à la Ana, purement de chez nous. Ça vous tente ? " La coati était bien trop occupé à s'enthousiasmer de cette idée pour le voir, mais notre homme capta le regard de la jeune femme à l'encontre de son jumeau. Regard qui le ramena à ses remords et à une sensation d'indésirable. Après tout leurs vies avaient changé, il n'avait aucune idée de ce qu'elle avait traversé ces dernières années, de ce qui l'avait modelé, il était sûrement trop tôt pour tenter de faire comme avant et de s'inviter ainsi.

▬ " Voilà des arguments de poids ! " Peu au fait des impressions de son compagnon, Delilah ne pouvait que se laisser éblouir par cette invitation qui répondait à son estomac autant qu'à son cœur, sans compter que cela serait une occasion de rappeler à Rafael que son corps avait besoin de manger et qu'il n'avait plus de nécessité à se tenir en carence ainsi.

▬ " Je ne voudrais pas déranger. " Son regard se muait en une excuse penaude, sentant que l'enthousiasme de leur âme animalière forçait la main de la demoiselle. Mais la coati ne semblait toujours pas réaliser de ce qui se tramait en silence et se remit sur ses pattes avec entrain.

▬ " Et on va vous aider tiens. " Joignant bonne volonté et parole, la daemone sauta au bas du bureau pour aller rassembler les feuilles que Ana avait fait tomber dans sa chute. Embêté par le manque de clairvoyance de Delilah, Rafael se détacha du bureau pour venir passer un pouce sur sa mâchoire broussailleuse.

▬ " Je ... Ça peut être un autre jour, ne te sens pas obligée. "
code by bat'phanie
  
MessageMar 29 Aoû - 19:46
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016Nombre de messages : 262Nombre de RP : 45Âge réel : 23Copyright : Rafi & Aki ♥Avatar daëmon :
Ana E. SantiagoEstoy en llamas
Tehwa est heureux de cette proposition. Parce qu'il en a envie pour lui, pour sa jumelle. Mais surtout, pour Delilah et Rafael qui comptent tant pour lui. Peu sont ceux qui prennent place en son coeur et ces deux-là possèdent une place de choix. Presque de la famille.
Et ce coeur difficile... Il bat encore si fort de ces retrouvailles. Revoir ces visages réchauffe son âme, lui redonne cet espoir que tout n'est pas perdu. Retrouver les morts, les serrer à nouveau dans leurs bras. Pour lui, c'est absolument impossible de se quitter si vite après s'être retrouvés, une idée plus que saugrenue. Malvenue.
Et Delilah semble en accord avec lui, pour son plus grand bonheur. Il l'observe et lui sourit, elle est toujours si jolie et enthousiaste que dans ses souvenirs.

- Voilà des arguments de poids !

- Je te le fais pas dire, Del' !

Lorsque le petit daemon tourne son museau vers sa soeur, qu'il croise son regard, il ressent cette légère amertume. Dans ses yeux, à elle. Ana lui en veut. Elle aurait préféré se faire à l'idée, attendre quelques jours, s'adapter à son rythme. Elle n'est plus aussi réactive que dans le passé. Elle n'est plus la Ana de la rébellion. Aujourd'hui, il lui faut du temps. Parfois un peu trop. Elle lui répète pourtant sans cesse qu'elle aimerait se retrouver, redevenir celle qu'elle a été dans le passé. Se reconstruire. Quoi de mieux que de vieux amis ? Quoi de mieux que de la provoquer dans ses habitudes de tortue à la carapace trop dure ? Tehwa ne regrette pas sa proposition. Un peu égoïstement aussi.

- Je ne voudrais pas déranger.

D'un seul froncement de rétine, le phalanger passe un message à sa soeur. Implacable. Alors, elle retourne son oeil vers Rafael, lui sourit gentiment.

- Bien sûr que non, vous ne dérangez pas...

- Vous serez toujours les bienvenue chez nous !

Le daemon coupe la parole de sa jumelle, surenchérit. Elle n'aura pas le choix. Leur lien est toujours coupé, Tehwa ignore ce qui traine dans l'esprit d'Ana, comme elle ignore ce qu'il a en tête. Ils n'ont jamais eu besoin de ça pour se comprendre. Ils connaissent tous deux les pensées de l'autre d'un simple coup d'oeil.
Alors que Delilah propose de les aider, elle saute au bas du bureau et commence déjà à rassembler les feuilles tombées dans la course de la mexicaine. Tehwa n'est pas assez grand pour soulever des feuilles, mais descend tout de même du bureau, se dirige vers le matériel de la femme.

Rafael et Ana, toujours debout l'un en face de l'autre. L'homme se détache du bureau, gratte distraitement sa mâchoire.

- Je... Ca peut être un autre jour, ne te sens pas obligée.

La mexicaine élabore un doux sourire, détache un de ses bras, l'autre toujours si bien collé contre sa poitrine. De sa main, elle vient frôler l'épaule de son ami, d'une attention absolue.

- Je ne me sens obligée de rien, on vient de se retrouver.

Ana se retourne alors, recroise vigoureusement ses bras et se dirige vers son matériel de nettoyage. Un instant, elle ferme les yeux. Respire, lentement. Expire. Que lui prend-t-il ? Pourquoi telle réaction ? Idiotes crises... Ce ne sont que Rafael et Delilah, pourtant. Alors pourquoi trembler ainsi ? Pourquoi chercher à s'en éloigner ?
Parce qu'elle a peur de les décevoir. Elle a peur de les perdre. Elle a peur de retomber, une fois encore, devant eux. Devant Rafael qui a été son reflet durant si longtemps. Il sait tout d'elle, elle sait tout de lui. Son épaule.
La femme rouvre les yeux, se trouve face à son matériel, inspire profondément. Empoigne un spray, une éponge. Et se retourne face aux autres, un sourire hésitant sur le visage.

- Allons-y, alors...

- Qu'on en finisse vite, le guacamole n'attend pas !

Tehwa, en forme, se lance alors à l'assaut de la saleté, de sa petite taille de rongeur.




[ Suite de ce petit RP dans les appartements d'Ana et Tehwa. ]
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2