Les jours de pluie

 
  
MessageLun 23 Oct - 19:44
avatar
InvitéInvité





Les jours de pluie
Setsuna & Tessa

La journée était entamée depuis un bon moment déjà et à cette heure de l'après-midi, le soleil aurait du briller haut dans le ciel. Malheureusement, les nuages avaient pris possession du ciel comme s'il leur appartenait et ils pleuraient toute l'eau du monde sur Merkeley. Pour un samedi du mois d'octobre à la température légèrement au dessus des normales saisonnières, où on aurait pu marcher dans les sentiers bordés d'arbres aux feuilles colorées. Les enfants auraient pu jouer dans les parcs, profitant des derniers jours de température clémente. Rien de tout cela n'était envisageable avec cette pluie qui tombait depuis le milieu de la nuit et qui ne semblait pas vouloir tarir. Les rues étaient vides et les boutiques, bondées. Personne ne semblait vouloir braver la tempête, mais personne ne souhaitait rester chez lui. Quel dilemme…

Setsuna et Vladimir avaient décidé se tout de même sortir, malgré la pluie et le vent. Rien n'était trop dur pour le grand parapluie jaune de la jeune femme. Armée d'une grande valise d'art, un trench coat noir et son fidèle parapluie jaune, Vlad blottit dans son cou, elle s'était rendu au café le plus proche pour travailler. En effet, rien ne motive plus qu'un latte nappé de crème fouetté accompagné d'un biscotti aux amandes. Habillée de son sempiternel sourire, Setsuna ne se souciait pas des nuages. Elle savait que, sans la pluie, on ne pourrait voir d'arc-en-ciel. Le chemin fut rapide et le café n'était pas trop bondé. Avant de commander, la jeune femme prit une table libre et y déposa son matériel que Vlad se chargea de surveiller. Un café, un biscotti avec un bol de lait et un bagel pour son daemon… Les mains pleines, elle retourna vers la table où Vlad avait déjà commencé à sortir son matériel.


«On aurait pas été plus confortable à la maison pour faire les affiches?», demanda la zibeline tout en tentant de faire une place pour les breuvages et casse-croûte sur la table. La jeune femme déposa les vivres avant de s'asseoir. «Peut-être, mais tu ne fais pas d'aussi bon latte que Sandy.», lui répondit-elle en pointant la barista du menton. «Et puis, tu n'avait pas besoin de tout sortir. Tu peux ranger les pinceaux, je n'en aurai pas besoin. Et la peinture aussi.» Pendant que Vlad s’affairait à ranger ce qu'il venait tout juste de sortir, Setsuna plaça sa commande de façon à ne pas nuire à la confection de la grande affiche qu'elle devait faire. Elle prit une longue gorgée de son café latte qui vint se déposer tout doucement directement sur son coeur. Mentalement, alors que Vladimir se trouvait toujours au fond de la mallette d'artiste, elle lui demanda de lui sortir les crayon et les petites paillettes colorées. Les crayons de bois arrivèrent rapidement, mais les paillettes se faisaient attendre.

Concentrée sur son affiche qui avançait bien, Setsuna ne remarqua pas que le café s'était rempli. Avec application, elle traçait un gros ''N'' au crayon rouge. Sur le grand carton blanc, on pouvait lire en lettre rouge ''Toucher un autre Daemon, c'est NON!'' Les enfants de sa classe de maternelle, comme tous les autres enfants, humains ou non, étaient curieux. S'ils sont capable d'appuyer sur une ecchymose fraîchement faite et ce, malgré la douleur que ce geste pouvait causer, il ne fallait pas s'étonner de les voir toucher les daemons des autres. Évidemment, ce geste était sévèrement punis chez les enfants plus vieux, mais chez les petite de quatre ou cinq ans, il ne s'agissait que de curiosité naïve. Il fallait leur apprendre, car même s'ils connaissaient la douleur que cela entraînait, les liens de cause à effet ne se faisaient pas toujours dans leurs esprits candides. Elle-même, en début de carrière, en avait fait les frais. Les enfants voulaient tous flatter la zibeline de Madame Setsuna. Depuis le temps, Vlad et elle avaient développé des trucs pour éviter ce genre de situation. Bien sur, il arrivait des accidents où un enfant touchait Vlad, soit par inadvertance, soit par curiosité. Il était même arrivé un fois qu'un petit garçon touche son daemon par défi qui lui avait été lancé par des enfants plus vieux. L'enseignante avait été tellement en colère, non pas contre le jeune garçon, mais contre la petite bande de pré-adolescents qui se trouvaient très drôle de faire faire leur mauvais coup par les plus jeune. Ils avaient été suspendu pendant trois jours et leurs parents avaient été rencontrés.

Alors que Setsuna venait de terminer le message et qu'elle pouvait s'attaquer à la décoration de la pancarte, elle entendit la voix étouffée de Vladimir lui dire qu'il avait trouvé les paillette. C'était parfait, pile à temps. La jeune femme tourna la tête vers sa valise d'art juste au moment où son daemon en sortait avec quatre pots de paillette. En le voyant, elle ne put s'empêcher d'éclater de rire. La pauvre zibeline était recouverte de paillettes mauves. Quelques clients du café plein à craquer se retourner et esquissèrent des sourire à la vu de Vlad qui ressemblait plus à une version drag queen de lui-même. Irrité et l'orgueil meurtri, Vladimir tentait tant bien que mal de balayer les paillettes de son doux pelage, mais il ne réussissait qu'à en faire voler tout autour de lui sans que la quantité sur sa fourrure ne semble diminuer. La jeune femme riait tellement qu'elle en pleurait. Et plus elle riait, plus Vlad semblait fâché.
«La prochaine fois, met tes paillettes dans des contenant qui ne risquent pas de s'ouvrir tout seul.», lui dit-il avec force. Setsuna essuya une larme qui lui coulait sur la joue. «Je pense que tu vas avoir besoin d'un bon bain ce soir...»

 

B.DAVIS sur Bazzart.



Page 1 sur 1