Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Ruben Cooper

 
  
MessageJeu 26 Oct - 14:57
avatar
Date d'inscription : 26/10/2017Nombre de messages : 27Nombre de RP : 9Âge réel : 20Copyright : PinterestAvatar daëmon :
Ruben CooperNothing will be the same...

Ruben Cooper

«Qu'on me donne six heures pour couper un arbre, j'en passerai quatre à préparer ma hache» Abraham Lincoln

Identité

Nom Prénoms : Ruben Cooper
Age : 45 ans
Date et lieu de naissance : La Nouvelle Orléans le 13 aout 1972
Nationalité : Américaine
Métier ou étude : Médecin Urgentiste
Précision : Bisexuel et sait parler quelques dialectes d'Afrique du Nord à cause de ses années dans l'armée
mads mikkelsen
(c) sympathyforthecannibal

Citoyen Daemonien

Morphée



La musique en arrière plan, Ruben cuisine avec soin. Petit à petit il sent son pincement au cœur disparaître. Dans un froissement de plumes, Morphée se glisse par la fenêtre avant de se poser sur la table basse. Stoppant ses gestes, essuyant ses mains dans un torchon l'homme vient saluer sa daemonne. Celle-ci l’accueille en battant de ses ailes imposantes. C'est vrai que ce n'est pas un petit oiseau Morphée, étant une femelle Urubus à tête rouge elle mesure environ soixante dix centimètres pour un mètre quatre vingt d'envergure. Ce qui fait d'elle un beau spécimen d'un peu plus un kilo. Du bout des doigts il caresse ses plumes noires aux reflets bruns avant de gratter sa tête si particulière. Recouverte d'une peau rouge et avec un trou béant à la place du nez elle ne rassure pas toujours du premier abord. Mais quand on la connaît on ne peut que l'apprécier selon lui.

Après tous elle a toujours fait en sorte de plaire, même s'il ne faut pas la pousser à bout bien sûr. Tous comme lui elle est curieuse. Elle adore regarder avec lui des documentaires sur toutes sortes de sujet, à eux deux ils ont rempli les deux bibliothèques de leur maison. Avec difficulté elle s'envole et va se poser sur le tabouret vers ses préparations. Gourmande comme elle est, il va vite l'empêcher de goûter. Elle grogne, siffle dans son mécontentement et fait même mine de le pincer avec son bec ivoire. Puis elle se met à parler. Car oui elle est bavarde Morphée, ce qui l'aide pour son désir de sociabilité. Elle aime rencontrer des gens, débattre. Mais attention il ne faut pas la vexer. Bon Ruben sait comment faire, l'ignorer, attendre qu'elle ait fini de bouder. Et encore cela ne dure pas longtemps puisque c'est lui. Mais pour les autres, ils peuvent attendre longtemps. Si vous voulez savoir si quelque chose ne va pas, cela se sait quand demoiselle se tait. Car oui quand Morphée se tait ce n'est pas normal. Cela peut être aussi bien parce qu'elle fait la tête, si elle est de mauvaise humeur ou si elle ne vous aime pas. Après ces longues années de silence obligatoire pour ne pas se faire remarquer, elle a du mal à respecter le silence. Cela va assez avec son impatience. Bon il exagère parce que cela dépend des choses : pour les patients, les enfants, ses jeux d'énigmes ou de casses tête elle peut être capable d'une patience infinie. Presque maternelle.

Une vraie maman poule Morphée. C'est la seule qui se permet de le critiquer sur sa tenue, le comportement de son humain, quand il ne mange pas assez à sa pause de midi ou qui le surveille pendant les soirées. Mais elle veillait aussi sur le sommeil de Donna et Daryl quand ils faisaient la sieste ou les surveillait dans le jardin. Bref si elle vous garde une place dans son cœur, vous pouvez être sûr qu'elle se souciera toujours de votre bonheur, que vous ayez à manger ou autres petites attentions.
Elle tient à Ruben mais elle ne veut pas l'étouffer. Ainsi d'elle même elle laissera de l'intimité à son daemonien, s'éloignant s'il le faut. Mais en contre parti, elle sait que quand elle a besoin il sera toujours là. Il y a des moments elle peut rester des heures à se faire câliner par Ruben, ou bien celui-ci n'hésite jamais à lui faire une petite marque d'affection dans la journée. Mais surtout elle sait que pendant ses « mauvais jours » il est là. Car oui les années de conflits et de guerre ont laissé des traces mais c'est Morphée qui en porte les stigmates. Pendant les nuits de cauchemars il y a toujours une place pour elle dans le lit. Les lendemains il se charge de lui rendre sa bonne humeur : petits plats favoris, câlins à foison.. Et lors des jours de mauvais temps, les douleurs des anciennes blessures se réveillent. Ceci est une des raisons pourquoi elle déteste l'automne et l'hiver. Ces jours là il lui accorde encore plus d'attention, veillant de l'avoir toujours vers elle car souvent l'éloignement leur devient douloureux.


Caractère


De loin on pourrait qualifier Ruben de grande force tranquille. Après ces années en temps que médecin militaire il a gardé une posture droite et digne. Son visage est souvent lisse d'émotion mais dès qu'il converse avec quelqu'un son regard s'anime et quelques sourires peuvent fuser. Il est capable d'un grand sang froid, dût à ses expériences dans des situations urgente. Combien de fois Morphée l'a vu analyser avec calme un blessé alors que celui-ci gémissait de douleur ? Mais à chaque situation délicate il sait garder son calme. Il en faut beaucoup pour le faire sortir de ses gonds, et dans ces cas là il n'a pas peur de répliquer et de même en venir aux poings. Après tous, il a appris à se battre pour que son corps soit une arme en dernier recours et il garde un certain sang chaud quand il n'est pas d'humeur. Mais avant cela il faut que Morphée ne réussisse pas à le calmer. Car quand il commence à se mettre en colère c'est Morphée qui devient son garde fou, comme durant les années précédentes.
Bon il n'est pas rare que c'est lui qui initie les mauvaises expériences avec ses enfants ou quand il a trop d'alcool dans le sang. Mais bon son âme peut être contente, il s'est assagit avec le temps même si de temps en temps un plomb saute là haut et il se met à jouer à la tête brûler.

C'est lui qui tempère Morphée quand elle est à bout d'impatience. Les longues heures à attendre le bon moment dans les montagnes lors des combats on fait de lui quelqu'un de patient. Ainsi il n'hésite pas à débattre de longues minutes ou se battre pour obtenir ce qu'il veut. Il a toujours aimé apprendre différentes choses, ainsi il n'a pas peur d'apprendre par lui même, essayer jusqu'à ce que cela fonctionne. Le fait qu'il soit médecin va avec son souhait d'aider le plus souvent possible d'autrui. Bon il ne fera pas traverser les grands mère quand même. Trop bavarde. Il apprécie enseigner aux jeunes, ce qui en fait un bon pédagogue pour les internes à l’hôpital. Il a développé un grand esprit de camaraderie à l'armée. Si vous faites parti de ses proches, il sera là pour vous. Mais attention si vous vous fichez de lui. C'est un véritable papa poule envers ses enfants, avec qui il garde contact sans difficulté. Message, appel tous est bon. Il ne sera pas de ceux qui se défilent. S'il a fait une erreur il en prendra la responsabilité. Mais si la faute d'autrui lui retombe dessus, il n'acceptera pas.

Heureusement pour Morphée il aime cuisiner et ne dis jamais non pour une exposition d'art. Bien sur il possède un permis d'arme ainsi qu'un fusil de chasse et un révolver dans un placard cadenassé dans sa maison. Suite à son service dans l'armée il lui arrive d'avoir quelques cauchemars, mais il s'en remet assez vite. Une bonne course ou une longue marche suffit. Il continue d'ailleurs à se maintenir en forme avec des joggings réguliers. Il possède quelques cicatrices dût à ses différentes blessures sur le front.
Régénération cellulaire


Depuis son passage à tabac quand il avait une dizaine d'année, Ruben découvrit qu'il avait la capacité de guérir de lui même. Cette action lui coûte de l'énergie en fonction de la gravité de la blessure. Mais au fil des années il apprit à le contrôler, modifiant par exemple la vitesse de guérison, qui modifie la quantité d'énergie nécessaire. Mais il y a aussi le fait si sa blessure est propre ou non. Par exemple un jour il s'est prit un balle dans le flanc. Il ne prit pas le temps d'extraire la balle donc son corps du l'extraire de lui même. Ce ne fut pas une expérience agréable. Cela lui a couter plus d'énergie et c'était douloureux. Pour une plaie infectée, il a besoin de la nettoyer, et aussi pour faciliter la guérison. Mais attention il n'est pas immortel : il ne peut pas faire repousser de membre, il ne peut rien contre les maladies, la vieillesse et si il ne peut rien pour les blessures mortelles (cœur, cerveau). Ensuite selon le degré d'énergie nécessaire, il peut y avoir différentes répercussion : la faim, la fatigue et pour les plaies vraiment importantes il doit dormir un certain temps et il ne pourra par exemple que réduire l'hémorragie. Il s'est rendu compte aussi que Morphée peut lui venir en aide si il y a besoin d'énergie. Pendant que lui dort pour se régénérer, Morphée peut continuer à lui fournir de l'énergie. Elle devrait continuer dans ces cas là à se nourrir. Mais un étrange instinct se met en place et elle refuse de le quitter. Gare à celui qui essaye de la déloger.
Il était une fois


13 aout 1971: Naissance de Ruben à la Nouvelle-Orléans. Il sera le seule enfant de ses parents, sa mère ayant eu de nombreuses fausses couches avant lui. Son père était policier et sa mère ancienne professeur se réfugiait maintenant dans la peinture. C'est elle qui va se charger de lui donner cours à la maison avant que son père décide de l'envoyer à l'école.

Avril 1985: Passage à tabas par des garçons plus vieux. Cela entraine la découverte de son don.

Novembre 1988: Son père décide de l'envoyé dans un lycée militaire à cause de son comportement violent envers les professeurs et les élèves

1990: Rentrée à l'école de médecin militaire

Décembre 1993 stabilisation de Morphée

Mars 1996: Sarah, copine du moment, lui annonce qu'elle est enceinte. Ruben ne veut pas en entendre parler. Suite à ça, la jeune femme disparaît dans la nature.

1998: Ruben commence son travail en temps que médecin militaire

Mai 1998: Il rencontre Alice, une professeur de science à l'Université. Il restera avec elle durant douze ans

Octobre 2001: Sa fille Donna vint au monde

2003: Il se maria avec Alice et en aout vint au monde Darryl. Quelques mois plus tard son père décéda d'une crise cardiaque. Ruben décida de prendre chez eux sa mère. Ils déménagèrent à Atlanta dans une maison au environ des bois.

2010: Ruben divorça d'un commun accord avec Alice. Il alla prendre un appartement dans le centre d'Atlanta pour sa mère et lui. Il prit une infirmière à domicile pour se charger de sa mère durant ses absences.

2011: il eut la révélation. Il quitta l'armée et se réfugia chez son ex femme.

2012: il partit à Merkeley et s'installa là bas. Il vint en aide aux rebelles et autres contestataires. Sa mère mourut quelques années après un beau jours de printemps. Aujourd'hui il vit dans une maison qu'il a entièrement retapé et il travaille en temps que médecin urgentiste à l'hôpital de Merkeley.



Qui tire les ficelles

Pseudo/Prénom : Noémie
Âge : 20 ans
Double Compte : Oui
Activité sur le forum : j'essaye de passer au moins tous les jours mais les rps seront surement les week ends
Comment as-tu connu le forum ? Euh fouillage sur internet je crois
Un commentaire ? Un avis ? Une suggestion ? C'est toujours aussi génial!!
Et si je te demande le code du règlement ?



  
MessageJeu 26 Oct - 14:59
avatar
Date d'inscription : 26/10/2017Nombre de messages : 27Nombre de RP : 9Âge réel : 20Copyright : PinterestAvatar daëmon :
Ruben CooperNothing will be the same...
Bon d'abord je dis désolée à ceux qui vont lire ce pavé et merci à ceux qui vont réussir^^


Histoire


C'était une nuit chaude d'été. L'air lourd s'engouffrait, sans rafraîchir, par les fenêtres ouvertes de la chambre où se trouvait Jeanne. Derrière la porte close, un homme faisait les cent pas. Il s'inquiétait Brad'. Il s'inquiétait pour le futur garçon à naître et la femme qu'il aimait dans l'autre pièce. Après tous avec les quelques fausses couches qui ont ébranlés le couple il y avait de quoi. Aimée se tenait allongée sur le sol, suivant de ses yeux bleus son daemonien. L'impressionnante pitt-bull couleur perle savait très bien que cela ne servait à rien d'essayer de le tempérer. Elle aussi tremblait pour Jeanne et ce petit bout de chou qu'elle aimait déjà. Soudain des cris résonnèrent dans la chambre. Pas ceux d'une perte non. Ceux d'un nouveau né clamant son arrivée sur ce monde. Le duo se ruèrent vers la porte, l'ouvrant à voler. Pas de regard vers la sage femme qu'ils venaient de bousculer. Non ils regardaient sans y croire la femme au sourire resplendissant malgré sa fatigue et le poupon enveloppé qu'elle tenait contre son sein. Il ne cessait de hurler. C'est Aimée qui ramassa le raton aveugle emmêlé dans les couvertures avec délicatesse. Quand elle le posa au côté du nourrisson, il se calma, et ne tarda pas à s'endormir. C'est la mère qui a choisi le nom du daemon à cet instant. Morphée. Quant à son fils il prit le nom du frère aîné du père, Ruben, décédé quelques années plus tôt.

Ainsi il a passé une enfance heureuse et insouciante. Avec deux parents daemoniens, il n'a jamais manqué d'amour et ils étaient toujours là pour répondre à ses questions. Ils vécurent dans une petite maison à la Nouvelle Orléans. Elle donnait directement sur une des rues principales dans la partie touristique de la ville. Ainsi Ruben grandit au rythme des concerts de rue, de la foule et autres animations qui faisaient vivre les lieux nuit et jour. Ses parents n'avaient jamais réellement attiré l'attention. Après tous qui ferai attention à un moineau et un chien ? Son père travaillait en tant que policier. C'est qu'il ne payait pas de mine avec son allure d’échalas et ne disant jamais un mot plus haut qu'un autre. Mais il était réactif, désamorçant la plupart des situations avec son calme et sa capacité d'écoute. Aimée était devenue une mascotte, piétinant l'image que l'on pouvait se faire des chiens d'attaque emplient de violence. Même si elle n'hésitait pas à sortir ses crocs lorsque quelqu'un de l'équipe était menacée. Jeanne quant à elle travaillait à la maison. Il se souvient encore distinctement de cette porte entrouverte, d'un rouge profond. Quand il y pénétrait l'odeur de fleur et de plantes séchées lui envahissaient le nez, accompagné de celle plus forte de la terebentine.Et sa mère se tenait là au milieu de ce bric à brac : toiles plus ou moins entamées, cadres encore vierges, feuilles de croquis, livres et matériels de peinture s'entassaient de ça et là dans la pièce. Elle se tenait assise devant une toile, chantonnant souvent et un air rêveur ou extrêmement concentrée selon si elle avait trouvé l'inspiration ou non. Elle pouvait rester de longues heures dans cette pièce. C'est elle qui lui fit l'école au début de son enfance puisqu'elle était une ancienne professeure. Quand elle partait dans cette pièce c'était Bastien, le daemon de celle-ci qui les surveillait. Beaucoup plus carré que sa daemonienne, il ne cessait de piailler des recommandations à l'enfant. Pendant le début de son enfance cela le gênait. Il était là dans la maison, sa mère devenant inaccessible à certaines heures de la journée. Puis il a grandi. Au fil des mois il fut toléré dans cette pièce. Au début il n'eut aucun mot, puis elle se mit à lui expliquer la peinture, l'initiant à cet art qui était son oxygène. Il se souvient de ces longues heures accroupis sur le sol ou assis comme un grand devant un chevalet à peindre, expérimenter. Elle ne cessait de parler. Encore aujourd'hui il entend cette voix douce lui conter la vie des peintres, l'histoire de l'art. Elle semblait intarissable. Puis il eut les heures de jeux, de rires, de courses poursuites dans la cuisine et les longs moments consacrés à l'amour qu'elle lui portait. C'est Jeanne qui tenait la maisonnée, épaulée avec discrétion par son mari. Celui-ci bien moins présent lors des journées, ne fut pas des moindre dans l'éducation de Ruben. Complice il le soutenait dans ses demandes, rendant faussement la femme folle. C'est lui qui l'amenait dans les rues de la Nouvelle-Orléans, leur enseignant la discrétion, le pardon et la patience.
Il lui fit découvrir la vie, contre le désir de sa femme qui souhaitait le conserver dans le cocon familiale. Il lui expliqua sa différence, le besoin de se cacher sans honte seulement pour mieux survivre. Il le plongea dans les fanfares, dans les rues sentant la nourriture, résonnant de chant. Et la musique, c'est lui qui lui transmit sa passion. Il ne cessait de chantonner. Sa voix grave et douce était parfaite pour le jazz qui résonnait dans la maison dès qu'il était là. Ces comptines qu'il chantait le soir avant qu'il aille se coucher l'accompagnaient dans ses rêves. Mais le mieux était quand il prenait son accordéon. Il jouait aussi bien dans la maison, que dans la rue accompagnés de quelques copains. Pendant de longues heures, Ruben le regardait jouer, ses doigts longs courraient sur l'instrument avec une adresse peu commune. Aujourd'hui l'instrument trône dans son salon, et Ruben l'utilise à chaque fois que Morphée n'est pas tranquille. Mais il se demande encore s'il trouverait ces gestes si merveilleux aujourd'hui. Après tous, les enfants mettent toujours leur parent sur un piédestal.

Les années passèrent, et un soir Bradley prit une décision : son fils devait aller à l'école. Sa femme fit front, argumenta mais rien n'y fit. Il devait côtoyer des enfants de son âge selon lui, côtoyer les autres pour préparer ses armes pour la vie futur. Ruben ne vit jamais sa mère aussi désespérée, si violente dans ses propos. Il revoit ses yeux en larmes pleins de peur, ses cheveux s'échapper de son chignon si parfait. Il a découvert la fêllure qui l'habitait depuis des années, si bien cachée en temps normal. Car oui elle est cassée Jeanne. Fille d'une famille persécutée, ayant été rejetée, traitée de monstre. Une famille déchirée par la haine, réduite en cendre pour la plupart. Ayant trouvé refuge dans cette ville bruyante, cloîtrée dans cette pièce où se mêlent imagination et folie. Depuis ce jour, il a remarqué les gestes qu'il n'avait encore jamais vu : les regards perdus de sa mère, les cachets que lui donnait avec douceur et patience son père, les gémissements des cauchemars dans la nuit sombre, les sursauts lors des jours de fête, la douceur dont faisait preuve Bastien envers son humaine. Oui Jeanne est l'être fragile dont toute la famille tachait d'envelopper dans du coton.

Puis la rentrée en classe est arrivée. Ce jour-là c'est son père qui l'a accompagné, sa mère quant à elle était enfermée dans sa salle de peinture depuis plusieurs jours. Au portail de l'école, Brad' donna ses dernières recommandations, tandis qu'Aimé cajolait Morphée qui ne faisait pas bien sa fière. Puis devenant hamster, son âme était montée dans sa poche de chemise et courageusement Ruben s'est avancé dans la cour. Les débuts ne furent pas trop compliqués. Après tout le jeune garçon n'était pas quelqu'un de mauvais : il se souciait des autres, il ne reculait pas facilement face aux menaces des plus grands, joueur et le petit rigolo de la classe il s'attira facilement la sympathie des autres élèves. Morphée quant à elle fut exemplaire, utilisant toute la discrétion dont elle était capable et du calme alors qu'elle voulait aider son humain. Mais dès qu'ils étaient en dehors de la maison, elle pouvait sortir de la poche. Alors là elle déclenchait des regards admiratifs, chaton délicat qui le suivait partout. De la chance disait certains, mais ils ne connaissaient pas la vérité. Car les histoires circulaient, sur des gens qui avaient des animaux parlant, des pouvoirs effrayants. Certains disaient qu'un cirque en présentait un dans le secret de la nuit. D'autres en aurait vu détruire des maisons par colère.. Ruben n'y fit pas attention. Il ignorait les questions sur sa famille, les regards trop noirs. Il y avait une règle : ne pas changer de forme en ville, rester le garçon au chat. Chose difficile, mais ils s'y tinrent. Ils ne voulaient décevoir personne.

Les années passèrent, avec son lot de problèmes et de joies. Ruben s'était fait des amis chers. Ils partaient des heures dans les rues à courir, inventer un nouveau monde. Jeanne semblait s'être calmée, voyant son garçon grandir, s'ouvrir toujours plus à ce qui l'entourait. Mais durant sa dernière année de collège il eut un problème. C'était un soir, Ruben et Morphée avaient pris l'habitude d'aller chercher Bradley à la sortie de son travail. Ils prenaient toujours le même chemin, courant, grimpant et riant ensemble. C'était des lieux peu fréquentés. En temps normal. Cette fois-ci ils croisèrent des jeunes. De plusieurs années leur aînés, ils se tenaient contre un mur, attentant quelque chose. Ou peut être quelqu'un. Il en reconnut un. C'était le frère d'un de ses camarades de classe. Une de ces petites brutes qui croyaient que tous leur étaient acquis. Sauf que durant une après midi Ruben lui avait montré le contraire. Bon il c'était bien fait disputé par son père le soir en rentrant, mais cela valait le coup.
Il pensait passer sans un regard pour eux, ignorer les messes basses à son propos. Mais ils commencèrent à l'entourer, le retenir. Quelques pichenettes de ça et de là. On le poussait. Ruben restait calme. S'il ne répliquait pas, ils se lasseraient. Puis il eut les mots plus méchants. Morphée ne cessait de sonder Ruben, sifflant en même temps face aux plus brutaux. Elle sentait la colère de son humain grimper petit à petit. Puis il y eut les mots de trop. Ni sur lui. Ni sur Morphée. Mais sur sa mère, la douce et fragile Jeanne. Il ne put en supporter plus et commença à rendre les coups. D'un bond Morphée se mit hors de portée des enfants. Il ne fallait pas qu'ils la touchent. C'était promesse d'une douleur immense pour elle comme pour son daemonien. Et puis Ruben lui avait ordonné de s'éloigner. Il le savait lui aussi. La colère lui fit croire qu'il les ferait reculer. Pauvre fou. Il ignorait les paroles de son âme qui lui disait de s'enfuir. Non la rage trop longtemps contenue était libérée. Mais petit à petit la douleur, la fatigue vinrent. Morphée recroquevillée dans son coin subissait elle aussi les coups. La douleur venait par vagues, allant crescendo. Elle ne sait pas encore réellement ce qui la maintenait ainsi immobile face au combat. La peur ? L'ordre que ne cessait lui répéter Ruben ? La douleur ? Où peut être qu'elle savait qu'il ne fallait pas que leur secret soit trahis ? Quand il s'écroula, les garçons se stoppèrent. Elle attendit longtemps pour être sur qu'ils soient réellement parti. La nuit tombait, les parents allaient se faire du soucis mais quelle importance. Finalement elle s'élança vers le sol. En douceur elle cajola Ruben, léchant les hématomes, tentant de lui faire reprendre pied sur terre. Finalement c'est Bradley qui les retrouva, grâce au don dont il était doté. Avec douceur il recueillit son garçon, tandis qu'Aimé prit dans sa gueule Morphée. Cette nuit là, et la journée suivante il fut plongé dans un état comateux. Rien ne semblait pouvoir le sortir dans ce sommeil de plomb et quiconque tentait de le toucher, était sauvagement chasser par Morphée. On le reconnaissait plus. Elle si douce et discrète, était devenu violente, n'écoutant rien. Mais ses parents purent voir les écorchures se refermer, les bleus refluer. Quand il se réveilla tous semblaient aller pour le mieux, si on met de côté sa faim inhabituelle. Morphée quant à elle devint une loque durant quelques heures, ne se décollant pas de son humain. Ce fut la première apparition de son don.

Ses années de lycée furent les pires. Depuis son épisode où il se fit frapper, Ruben devint bien moins patient. Il s'énervait facilement, et acceptait plus de devoir cacher Morphée. Son père décida de les entraîner à élargir leur distance de séparation. Mais le jeune homme refusa quand même de la laisser hors des bâtiments, malgré les recommandations de Bradley. Il fut rapidement repoussé par les élèves. Après tous, n'était-il pas étrange avec son rat caché dans ses vêtements ? Seulement Morphée avait le pouvoir de le garder un minimum raisonnable. Mais au bout de la deuxième année, cela devint infernal. Il se mit à se battre, et manquer de respect aux professeurs tandis que ses notes allaient en chute libre. Ayant gardé contact avec des amis à son frère, militaire, Brad' décida d'envoyer son fils à une école militaire. Il ne souhaitait pas voir son fils continuait à bousiller son avenir et il espérait que la manière de faire des soldats remette un peu de plomb dans la tête de son fils. Ce fut de nouveau une dispute explosive, mais cette fois-ci il fut confronté à deux obstacles : sa femme et son fils. La nuit fut longue mais au final Ruben dut capituler. Car même Morphée était d'accord avec son père. Prendre un nouveau départ et un nouvel mode de vie pouvait lui être bénéfique. Sa colère constante l'effrayait. Surtout qu'elle était son garde fou.. Donc ils quittèrent tous deux le foyer pour cette école. Il ne sut jamais que son départ créa des crises d'angoisses à sa mère la fragilisant encore plus. Là bas, Morphée apprit l'art de la discrétion : insecte durant les cours, oiseau pendant les séances de sport, et chien quand le moment leur permettait. Petit à petit Ruben se calma, créa des liens avec ses camarades. L'armée le rendit plus réfléchit et patient. Bien sur personne ne su son secret, mais cela l'énervait moins. Par chance les quelques blessures qu'il eut ne suffirent pas à déclencher son don. Il ne le maîtrisait pas suffisamment à l'époque.
Mais il gardait une certaine amertume envers son père. Il lui reprochait de l'avoir obligé de quitter ainsi la maison, même si ce départ lui fut bénéfique. Ainsi quand il rentrait les sorties entre père et fils se firent rares. Il passait de longues heures avec sa mère, calmant ses peurs et ses doutes. Puis il commença à profiter simplement de sa jeunesse, se révélant être un bon fêtard et surtout grand séducteur. Car oui, Ruben avait le coup de foudre facile, et peu importait le sexe, mais il se lassait vite. Longtemps Morphée tenta de le raisonner. Bon elle réussit au moins à le rendre respectueux envers ses différents partenaires quand il décidait de mettre fin à la relation, mais cela ne lui suffisait pas. Grande romantique dans l'âme, elle voulait qu'il trouve sa moitié et fasse sa vie tranquillement.

Puis il y a eu la stabilisation de Morphée. Non elle ne réveilla pas un matin pour se retrouver bloquer sous cette forme si particulière. Non, cela vint durant sa première année de médecine militaire. Ruben avait choisi cette voie, car il souhaitait venir en aide à autrui et aux gens qui défendaient la patrie. C'était une sortie pour le sport habituel. Une simple course dans les bois. Il avait plu les jours précédents, rendant le sol glissant. Un faux pas, une pente trop importante, à la fin de l'exercice il manquait un gars à l'appel. Par petits groupes ils se mirent à le chercher. Mais c'est Morphée qui le trouva en premier, transmettant les informations à Ruben. Elle avait adopté cette forme par instinct, suivant l'odeur. Elle ne put le soir quitter cette forme si sombre. Au début cela l'attrista. Après tous c'était une forme particulière, souvent mal vu par les gens. Et puis elle dût rester plus loin de Ruben, ne pouvant pas rentrer dans le bâtiment sans éveiller les soupçons. Mais les soldats remarquèrent cet oiseau, qui suivait leur camarade avec application. Elle devint alors la mascotte de l'équipe, ce qui lui remonta légèrement le morale.

Durant ces dernières années d'étude, un fait vint bousculer son existence. Et cette « erreur » continu à le hanter aujourd'hui. Il était avec une fille, Sarah selon Morphée. Elle était gentille, douce et les nombreuses disputes qui les opposaient se réglaient toujours après une partie de jambe à l'air. Une relation pas trop prise de tête selon lui. Mais elle tomba enceinte, et le lui annonça un week end alors qu'il était en permission. Sa réaction première fut de demander à la jeune femme de s'en séparer. Il allait rentrer dans l'armé dans un peu plus d'un an, et il ne se voyait absolument pas être père. Il voulait profiter encore de la vie et se consacrer à sa carrière. Ou peut être que ce n'était pas la bonne tous simplement. Ils se sont disputés, et aucune tendresse ne désamorça la bombe. Au petit matin, elle avait disparu. Ruben chercha à la recontacter mais impossible. Morphée lui en veut encore pour cet épisode. Il était irresponsable selon lui. Depuis il a retrouvé les traces de sa fille mais trop tard selon elle. Ils sont aujourd'hui dans une relation conflictuelle, dont seule Morphée est épargnée.

Les études finies il fut envoyé d'abord à un hôpital militaire. Pendant les quelques mois suivants il fit la rencontre de Alice. Aujourd'hui elle fut celle avec qui il resta le plus longtemps et avec qui il est encore en bon terme. La première fois qu'il la rencontra fut dans un café. Une rencontre des plus banale mais son sarcasme et son esprit vif le charma. Au début il tenta de nier la vérité et de rester prudent. Après tous il n'était pas « humain » et il ne voulait pas que l'on sache pour Morphée. Mais au fil des mois ils continuèrent de se voir au gré des permissions alors que les sentiments prenaient plus de place. Un jour ils prirent un appartement à deux. Pas bien grand mais cela suffit amplement. Alice accepta facilement l'idée que son copain était un brin atypique quand il lui expliqua qu'il gardait cet oiseau avec lui depuis l'école militaire. Ces années là furent durs pour Morphée qui devait se faire passer pour un simple oiseau, malgré son envie de parler, lire, et d'autres choses qu'elle aimait faire depuis quelques années. Bien sur on remarqua que c'était un oiseau bien plus intelligent que la moyenne mais elle ne pouvait être complètement elle même. Mais bon, elle profitait des moments seuls avec Ruben, qui était aux petits soins pour elle. Et puis son humain était heureux. Alors pourquoi se plaindre ?

Il eut l'envoie au front. Aujourd'hui Ruben en parle peu, et Morphée devient exécrable dès que le sujet est abordé. Bien sur la bas Ruben prit rapidement le pli : il voulait sauver des vies donc il fera tel qu'on lui dira. Si un homme avait peu de chance, il le laissait de coté pour être sur de faire survivre un camarade. Ainsi il gagna la faculté de mettre de côté tous ses principes moraux pour utiliser pleinement ses compétences. Il s'écroulait plus tard, durant ses permissions et dans ces moments là seules de longues ballades avec Morphée pouvait le sortir de sa morosité. Ainsi il connut les moments de complicités dans les camps, ceux pleins de tensions alors qu'il accompagnait un groupe, il dut réprimer la colère quand l'un des soldats mourrait entre ses doigts. Il dût négocier de nombreuses fois pour amener Morphée avec lui, mais au fil de ses départs cela devint plus en plus facile. Elle redevint une mascotte : intelligente elle distrayait les soldats lors des pauses, ou les blessés, elle surveillait les alentours lors des patrouilles, récupérait les plaques de ceux tombés au combat qu'elle veillait jusqu'à ce que son lien avec son daemonien tire trop. Elle tentait de se rendre utile autant qu'elle pouvait durant ces moments d'enfer.

Il se maria avec Alice après cinq ans de relation. Il eut des hauts et des bas mais cela dura. En 2000 sa copine tomba enceinte. Et cette fois-ci il accueillit avec joie la nouvelle et c'est ce qui le poussa à reprendre ses recherche sur Sarah. Sa petite fille, Donna vint au monde un jour de pluie alors qu'il était en pleine montagne à chercher à ne pas se faire trouer la peau. C'est deux jours après qu'il put voir les quelques mails de sa femme remplis de photos de sa princesse. Son second garçon vint trois ans après, il put cette fois-ci être présent pour l'accouchement. Il aime ses deux enfants. Ce sont ses trésors. Durant ses permissions il était aux petits soins avec eux, leur enseignant une multitude de choses, délaissant peut être presque Alice. Morphée fut leur nounou attitrée, veillant au grain quand leurs parents n'étaient pas dans le coin. Bien sur elle et Ruben dût leur faire comprendre qu'ils ne devaient toucher la daemonne. Lui avec des mots, elle a coup de sifflements coléreux. Parallèlement à ceci, le père de Ruben s'éteignit la même année que Darryl, quelques mois plus tard. C'est une crise cardiaque qui le foudroya, faisant s'envoler Aimé en pluie de poussière. Personne n'expliqua la disparition du molosse qui ne laissa aucune trace. Un problème se posa : qu'aller t-il se passer pour Jeanne ? Les années l'avaient rendu de plus en plus instable. Elle ne réalisait pas la disparition de son mari, son fils lui manquait et il était impensable de la séparer de Bastien. Ils leur étaient devenus impossible de se séparer de quelques mètres. Les maisons de soins refusèrent d’accueillir un oiseau, qu'importe les explications de Ruben. Ruben et sa petite famille durent déménagés. Ils trouvèrent une grande maison aux alentours des bois des environs d'Atlanta. Jeanne trouva sa place dans une partie qu'ils lui réservèrent. Elle avait besoin de tranquillité. Elle la remplit de peinture, de tableaux plus ou moins fini et d'autres affaires qu'elle avait amassée durant sa vie. Elle fut toujours aussi fragile mais le fait de vivre avec la petite famille et d'entendre les enfants dans les alentours la calma. Elle aimait se poster dans le jardin et surveiller les enfants, accompagné de Bastien et de Morphée. On ne se soucia pas trop qu'elle parle à son oiseau et celui de Ruben. Après tous elle était folle.
Durant les combats, Ruben eut de nombreuses blessures. Bien sur il survécut, attirant sur lui une attention dont il se serait bien passé. Mais les années lui permirent de maîtriser son don, le comprendre pour l'utiliser sans éveiller les soupçons.

Mais en 2010, son couple se brisa. Ce ne fut pas à cause de la nature séductrice de Ruben qui revint ni d'une tromperie. Non c'était l'éloignement qui stoppa tout ceci. Ils se rendirent compte que seulement les enfants les maintenaient encore ensemble. Ils s'aimaient mais la distance avait rendu cela plus comme de l'affection. Au bout de plusieurs mois d'organisation, ils se séparèrent. Ruben prit avec lui sa mère dans son appartement, la laissant au soin d'une infirmière à domicile quand nécessaire.

Puis vint la révélation. Au niveau de sa famille, chez qui il rendait visite régulièrement, cela ne fut pas un grand problème. Après tous Morphée avait toujours vécu avec eux, et inconsciemment ils savaient qu'elle avait quelque chose de spécial. Les enfants se réjouirent de pouvoir parler avec la daemonne, augmentant un peu plus leur complicité. Alice quant à elle découvrit une nouvelle camarade pour débattre sur les enfants et autres sujets dont ne raffolait pas forcement Ruben. Le plus difficile fut à l'armée. Tandis que certains ne firent pas réellement attention à son nouveau statut, d'autre le rejetèrent. Ceci atteignit le plus Morphée, qui avait toujours été là pour certains, participant activement à la vie de soldat de son daemonnien. Ils tinrent quelques mois puis finalement Ruben quitta l'armée, ayant atteint son temps d'engagement. Il partit de l'appartement qu'il occupait pour aller se réfugier chez son ex femme. Il entendait les rumeurs des daemons enlevés, attaqués dans la rue. Lors de ses rares sorties, il essuya des insultes, des regards mauvais ainsi que quelques tentatives de bagarre mais étant ancien militaire il ne fallut pas beaucoup pour désamorcer ces situations. Pendant de longs mois Morphée eut peur, ses cauchemars n'aidèrent pas. Il fallut tous l'amour de son humain ainsi que de la petite famille pour qu'elle cesse de sursauter à chaque bruit non identifiable. Jeanne devint quant à elle complètement paranoïaque. Aucun des « humains » de la maison ne purent s'approcher d'elle. Pendant de longues minutes, Ruben devait vérifier chaque porte, chaque cachette potentielle de la maison. La solution vint seulement l'année suivante.

Merkeley se fit savoir comme terre d'asile pour les daemoniens. Ruben ne mit pas longtemps avant de se décider. Promettant à ses enfants de venir les voir rapidement il quitta les lieux pour cet havre de paix. Malgré sa réticence de se faire recenser il le fit. Il ne pouvait se faire renvoyer en dehors alors que sa mère était là. Avec les années passées avec elle, il était maintenant réticent à la laisser dans un hôpital psychiatrique. Donc il fit comme à Atlanta : il prit une infirmière à domicile et trouva un travail comme médecin urgentiste à l’hôpital de Merkeley. Quand ils surent que certains daemoniens furent renvoyés hors de la ville à cause de leur refus face au recensement il ne put rester les bras croisés. Bon Morphée le poussa beaucoup, révoltée par ces faits. Au début il ne fit que d'aller parler avec quelques rebelles, tentant de les aider comme il le pouvait : soins, nourritures. Mais quand les choses commencèrent à se dégrader il fit ce qu'il savait faire de mieux : lors des émeutes et autres déchaînements de violence, il mit en place des petits centres de soins recueillant les daemoniens blessées. C'est là bas qu'il rencontra sa fille, Tristen dont Sarah lui avait caché l'existence. Bon l'expérience ne fut pas des plus joyeuses mais ceci est une autre histoire. Le principal c'est qu'il savait maintenant à quoi elle ressemblait et comment elle s’appelait. Aujourd'hui seulement Morphée arrive à réguler leurs rares rencontres, puisqu'elle est la seule que la jeune femme apprécie.

Aujourd'hui, il occupe une petite maison à Merkeley qu'il a totalement retapé. Elle peut accueillir ses enfants quand ceux décident de venir lui rendre visite. Sa mère s'est éteinte quelques années plus tôt. Chose qu'il avait senti arriver car elle était devenue de plus en plus calme. Il travaille toujours en temps que médecin urgentiste à Merkeley.


  
MessageJeu 26 Oct - 15:21
avatar
Date d'inscription : 23/06/2010Nombre de messages : 6828Nombre de RP : 348Âge réel : 25Copyright : AryaAvatar daëmon : every colors in the air
Aaron Dwayne☷ ADMIN-BREIZH ☷
←☸ →
Tempest in a Bottle
Bienvenue à ton nouveau personnage Nollaig ! =D
Mads *___*
  
MessageJeu 26 Oct - 16:18
avatar
Date d'inscription : 23/10/2015Nombre de messages : 1219Nombre de RP : 93Âge réel : 25Copyright : (c) aki'Avatar daëmon : Coyote
Kyllian GriffinMODO• I'm all kind of BAD luck
Re bienvenue Nollaig!

Joli perso que tu nous présente là! Cet avatar
Petite note au passage, tes avatars ne sont pas à la bonne taille (ils doivent être 200x320 pu). N'hésite pas à m'envoyer un MP si tu as besoin d'un coup de main avec ca ^^
  
MessageJeu 26 Oct - 16:28
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1802Nombre de RP : 181Âge réel : 23Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)Avatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Rebienvenue
  
MessageJeu 26 Oct - 18:22
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017Nombre de messages : 179Nombre de RP : 18Âge réel : 22Copyright : myrtilleAvatar daëmon :
Kala JeffersonNothing will be the same...
j'aime tellement l'avatar que tu as choisi ! même si j'imaginais un tout autre caractère pour le perso qui prendrait sa bouille mais j'aime beaucoup ta fiche quand même hein !

du coup re-bienvenue hein
  
MessageJeu 26 Oct - 19:22
avatar
Date d'inscription : 26/10/2017Nombre de messages : 27Nombre de RP : 9Âge réel : 20Copyright : PinterestAvatar daëmon :
Ruben CooperNothing will be the same...
Merci tous le monde

Alors normalement Kiki, j'ai retouché les images mais je viendrai peut être t'embeter;)

Ah ah Curieuse de savoir à quoi tu pensais Kala^^

Et oui!! Mads!!
  
MessageJeu 26 Oct - 20:00
avatar
Date d'inscription : 22/11/2012Nombre de messages : 3280Nombre de RP : 157Âge réel : 23Copyright : lux aeterna sur Bazzart (avatar) ; .TITANIUMWAY (signature) + Nora Roberts & Victor Hugo (citations)Avatar daëmon : Tatouage de phénix sur l'omoplate gauche. Un phénix qui s'enflamme.
Kayla P. LaneFire burns into me
It consumes me
Re bienvenue avec lui
  
MessageDim 5 Nov - 18:05
avatar
Date d'inscription : 23/06/2010Nombre de messages : 6828Nombre de RP : 348Âge réel : 25Copyright : AryaAvatar daëmon : every colors in the air
Aaron Dwayne☷ ADMIN-BREIZH ☷
←☸ →
Tempest in a Bottle
Elle est finie ta fichette miss ? Ou c'est toujours en cours ? =)
  
MessageDim 5 Nov - 18:45
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017Nombre de messages : 276Nombre de RP : 43Âge réel : 20Copyright : FolkrAvatar daëmon :
Nollaig E. O'MalleyNothing will be the same...
Yep c'est fini je l'avais signalé en plus ;)
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant