Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

Phyllis Robinson & Pomelo

 
  
MessageJeu 9 Nov - 10:50
avatar
InvitéInvité

Phyllis Robinson

« Méfie-toi des faux sommets »

Identité

Nom Prénoms : Robinson Phyllis
Age : 21 ANS
Date et lieu de naissance : Pays de Galles Le 6 JUILLET 1996
Nationalité : Galloise
Métier ou étude :Etudiante en journalisme
Précision : Aime la glace à la violette, le Moscato d’Asti, le Givry , se sentir pas grand chose au milieu de ce "tout", la passion sous toutes ses formes et marcher pieds nus même en hiver
Alycia Debnam-Carey
(c)Guy Lowndes

Résidents Permanents

Pomelo


La cucarracha la cucarracha, no se puede caminar, si no lo tiene, si no lo tiene, marijuana que fumar

« Seule une très grande intelligence est capable d'insuffler
un sens logique aux idées insensées. »
Pomelo est cette intelligence…

Pomelo est un conteur qui sait mieux que quiconque galvaniser mes sens et s’en approprier chaque nuance. Je n’ai qu’à clore les paupières pour être submergée …Je ne suis plus qu’une prisonnière dans l’oeil de ce cyclone qui à mesure de ses mots s’amplifie. Et cette quiétude effroyable, je la ressens, chaque bribe de moi, l’endure…

On s’est regardé « Le cercle des poètes disparus » cette nuit…

Mes pieds nus dans l’herbe se souviennent encore des terres brûlées, des terres glacées, de chaque galet, de chaque rocher, de ces épopées dont il faisait de moi l’aventurière. Il m’a mené plus loin dans les terres sauvages que jamais il me sera donné d’aller. Avec lui, j’ai dansé l’Enkipaata Nanyokie, le Diamanga, le Hula, L’Amuesha ,il est ma poussière de songes

Mais aussi un kangourou roux qui plus jeune a dû bouffer une trop grosse touffe de zamal pour être aussi apathique maintenant ! Non mais franchement  un paresseux comparé à lui c’est « Flash Gordon » quoi ! Si vous saviez le temps qu’il lui faut pour aller du canap’ à la porte d’entrée, vous n’oublieriez jamais vos clés !

Phyll’, le petit ouragan de Pom’, pressée mais enchantée !

Il a toujours été le calme de cette tempête qu’ensemble nous formons. Il m’a fallu du temps pour comprendre la beauté et l’intelligence de son silence, de son « flegme britannique ». Aucun détail ne lui échappe jamais, je suis pour lui un livre ouvert. Il est le seul à pouvoir m’apaiser, le seul à me comprendre vraiment et à ne pas vouloir me changer. J’aime sa franchise et lui mes taquineries.

Il aime lire également, alors tous les jours, ou presque on va à la bibliothèque. En été, il se sert de l’écharpe moche à souhait que je lui ai tricoté pour attacher ses bouquins entre eux et en hiver, il l’ajuste au tour de son cou avec ce même regard de fierté à chaque fois. Il a l’air d’un clochard mais ça fait son charme et puis ça aide à arrondir les fins de mois ! C’est aussi un lecteur assidu de magazines féminins ! Vous devriez le voir quand il s’attaque aux tests, armé de son crayon mâchonné, un vrai tueur ! Les cases à cocher n’ont qu’à bien s’tenir !

"T’es au courant, quand même, que le but c’est de réponde spontanément, sinon ça ne marche pas ! »

« Chut ! C’est ce que j’essaie de faire. »

« Vraiment ?! Wow, ta spontanéité est aussi lente à la détente que toi !"

Et, j’arrache systématiquement les feuilles des astuces beauté/santé, avant qu’il les ait lu. pourquoi ? 

« Phyllissss’ !"

« Mais qu’est-ce qui ce passe encore ici ! C’est quoi ce truc dans tes poils ? Qu’est-ce que t’as foutu ! »

« Je voulais me faire un masque à l’argile. Dans « ELLE » s’était marqué « rincer à l’eau tiède » mais je n’arrive pas à l’enlever. Je ne comprends pas pourquoi ? »

« Je te donne un indice mais promets moi de ne pas tomber dans les pommes d’accord ? »

« D’ac ! »

« Si je te dis : cire verte d’épilation ?! »

« Ca va faire mal, Phyll’ ? »

« Oui, un peu Pom’… »

Il est a lui seul une parodie. Parfois ça lui arrive d’avoir un bug à cause du flux d’informations trop important. Son cerveau ressemble à une DMZ virtualisée dans un réseau superneté, couplé à des ACL très strictes et une cryptographie asymétrique type RSA, à identification sur serveur NFS. Résultat surchauffe du Kernell, plantage du ESXi, reboot du système Pom’ en échec, message d’erreur « RTFM » ! Je préfère encore quand il part dans ses délires de « If » poétique, « intrication quantique » ou « état-providence ». Ouais je sais, moi aussi…

Mais heureusement, le plus souvent, nous passons tout notre temps ensemble. J’arrive toujours à l’embarquer dans mes activités un chouia extrêmes, ouais et c’est grave le pied ! En le convainquant qu’elles le seront toujours moins que mes colères et en contrepartie, je le laisse organiser des soirées. Il a pas son pareil pour recevoir et il aime ça. Il aime les gens, il les comprend, ne les juge pas.

Je le considère comme un être à part entière et non pas que comme une extension de moi et si c’était le cas alors il en serait la meilleure sans aucun doute.

Bon, il se fait tard, je vais aller me blottir contre mon pomelo d’amour à moi, m’endormir avec cette histoire de pygmée et m’en tape royal de passer pour une gamine trop gâtée !

Kangourou roux • décontracté • paisible • franc • apaisant • conciliant chaleureux • sociable • oisif • indolent • tolérant • presque apathique indulgent • rêveur

Caractère


Ne vous fiez pas aux apparences…

Et ne la cherchez pas non plus, elle doit être en train de sauter d’un avion avec un kangourou sur le dos et vous l’aurez compris le pauvre kangourou avec le bandana sur les yeux en train de hurler, c’est moi Pomelo ! Je vais me charger de la description de son caractère parce que qui mieux que moi peux vous parler d’elle ?!

Phyllis Robinson de son petit nom Phyll’ c'est mon ouragan à moi, le plus exquis qui soit. Pour elle « Les règles ?! Elles sont faites pour être transgressées » et « Le danger ?! Pour être bravé, évidement »

Impulsive, téméraire, obstinée juste un peu seulement…

"Il est orphelin Pom’, on ne peut pas l’abandonner à une mort certaine. Ca ferait de nous des monstres sans coeur ! ».

Croyez-vous que le panneau « Ne pas grimper, risque de mort par chute » qui moi me crevait les yeux, l’en a dissuadé elle ? Ni une, ni deux on y était au sommet pour le sauvetage « héroïque » de ce bébé Macareux moine. Elle avait le sourire, moi les sueurs froides…

Lorsqu’elle est déterminée, plus rien ne compte pas même les conséquences. Je me dois d’être en plus de son âme, sa conscience, voilà qui lève le voile sur mes prises de poids inexpliquées !

Donc oui, elle est du genre à croquer la vie à pleines dents et à aimer les torrents tumultueux. Pourtant j’ai tout essayé, j’ai jeté son bouquin de Poincaré et sa théorie du chaos, résilié son abonnement à la newsletter de « Bear Grylls » et les ai remplacés par des vidéos de Gloria Latham. Elle a été tellement inspirée, qu’elle s’est mise au funambulisme. Ca lui apporte équilibre et calme intérieur selon elle. Les seules routines qu’elle supporte sont sa relation qu’elle entretient avec moi, son Pomelo d’amour et son assiduité au sport pour se préparer « au terrain »

Ca ne l’empêche pas d’être épicurienne, elle aime apprendre, découvrir, goûter. Je ne compte plus les fois où je l’ai trouvée, perchée à la fenêtre de la cuisine, volant un bout de bara brith encore chaud. Elle ne manque pas non plus de toupet ! Quand elle se faisait prendre la main dans le sac par sa mère, en la regardant droit dans les yeux avec aplomb, elle osait nier la bouche pleine. Têtue, elle ne capitulait jamais.

A la maison il y a toujours des fruits qu’elle adore, du vin, son précieux café, une nouveauté et un pot d’herbe toujours fraîchement cueilli pour moi. Elle n’est pas de ceux qui vous disent « je t’aime » mais plutôt à le prouver. Elle agit, moi je parle. C’est pour ça qu’elle cuisine et que moi je l’encourage et la félicite depuis mon canapé ! Je dois dire qu’elle se débrouille plutôt bien « ma petite chef ! »

Naturelle, à tendance « airs revêches », Je dirais ! Moi qui suis naturellement élégant, je ne comprends pas. Parfois il lui arrive de traverser le salon en coup de vent, de s’enfermer dans la salle de bain un long moment. Mais quand elle en ressort rien n’a changé, à part un trait de eye-liner. Un détail certes mais il sublime son regard intense dont elle me foudroie avant que je ne puisse faire un commentaire.

Phyllis et moi sommes très fusionnels, tant physiquement qu'émotionnellement. Je peux ressentir l’effet qu’un frisson qui parcourt sa peau lui procure, la douleur d’une épine au bout de son doigt et la peine qu’elle sait si bien dissimuler. Nous n’avons fixé aucune limite, d’ailleurs nous n’y avons jamais seulement pensé. Il n’y a pas vraiment d’explication mais tout à toujours était « intime » entre nous. Nous nous parlons par télépathie et ça arrange bien mon petit ouragan qui peut aisément tenir deux conversations distinctes en même temps ! Mes pensées n’ont pas de secrets pour elle et les siennes aucuns pour moi. Parce que nous sommes en mesure de savoir quand respecter ce besoin d’intimité que l’autre ressent soudain.

Même si Phyllis pense que « le bonheur est un rêve d’enfant réalisé à l’âge adulte », elle n’en est pas moins une femme responsable et mature. Elle ne veux pas d’histoire d’amour ou quoi que ce soit qui y ressemble. Aimer l’obligerait à rester, à renoncer à son indépendance, à ses projets. Pour elle l’amour est contraintes et concessions et elle ne veut ni des unes, ni des autres. En revanche, elle très sociable et avec ses amis très fidèle, quand elle vous choisit c’est pour la vie. Elle aime les personnalités passionnées, peu conventionnelles, rêveuses, avec un brin de folie, d’humour et beaucoup de sensibilité. J’ai collecté ces informations dans un test de magazine, qu’elle a laissé trainer mais je ne sais plus qui de nous deux l’a fait…

Compréhensive elle accepte qu’on puisse être différent. Torturée par ses convictions, elle ironise souvent

« Je devais être un émetteur radio dans une autre vie pour être préoccupée à ce point par la non-information ».

Certains soirs, je peux sentir cette « bête » la submerger toute entière et de tout son être désolé, je peux l’entendre en moi murmurer

« Nous mourrons jeunes mon Pomelo… »

« …alors souffle mon petit ouragan tant qu’il en est encore temps »

Je suis coupable d’avoir oeuvré pour qu’elle reste un brin naïve.Tout faire pour garder intact ce petit bout d’elle qui me regarde les yeux pétillants d’émerveillement quand je la berce tous les soirs d’une de mes histoires.

…Bon alors, il lui arrive quoi à ce « tout petit » pygmée ?! Raconte Pom’ !

Garder aussi ce petit air farouche qui fait dresser tout droit de minuscules épis dans ses sourcils quand elle boude. Et surtout faire prisonnier du temps cette désinvolture lorsqu’elle me prend dans ses bras comme un doudou, après avoir terrassé le monde de sa fougue espiègle et de se ses colères titanesques.

Je l’aime exactement comme elle est. Non pas, parce que je suis son âme et que nous sommes liés mais parce que je l’ai choisi. Et puis mon petit ouragan est trop de chose pour que je puisse la résumer...

Impulsive • un brin naïve • colérique • têtue • audacieuse • téméraire espiègle • dégourdie • compréhensive • bienveillante • a facilement des airs revêche • curieuse, souvent trop • indépendante
Faciomorphisme


« Tu te souviens de la toute première fois ? Face à ce miroir, à ce reflet, je suis restée sans pouvoir bouger. J’étais essoufflée, perplexe et étonnement heureuse  »

« Oui, tu avais un superbe sourire au milieu des larmes qui coulaient sur ton visage, je m’en souviens »

J’ai aimé ce don de faciomorphisme dès les premières secondes et ce malgré la peur de ne plus retrouver mes traits originels. Triste que ma grand-mère ne puisse pas voir sa deuxième petite fille s’accomplir, elle qui aurait été si fière. J’avais besoin de le partager, je me suis donc empressée de téléphoner à Dana pour lui annoncer la nouvelle. J’étais tellement excitée, qu’elle n’a pas pu en placer une et Pacha malgré ses tentatives impériales non plus.

Au début tout était incontrôlable. Certaines parties de mon visages se modifiaient sans que je ne puisse rien n’y faire et ça me provoquait des douleurs intenables. Je savais que pour ma mère ce serait compliqué à gérer, elle avait déjà du mal à supporter « mes ressemblances » avec mon père, alors « ça » en plus. J’ai donc tout fait pour minimiser les effets secondaires. C’est Pomelo qui à force de patience a fini par me faire comprendre qu’il fallait que je lâche prise.

« Tu cherches à t’approprier quelque chose qui fait déjà partie de toi. Il n’est pas question de force mais de maitrise. Ne réfléchis pas, ressens » 

Ce don a exacerbé la sensibilité émotionnelle du lien entre Pom’ et moi et j’ai très rapidement compris qu’il en serait le garde-fou. Quand je suis enfin parvenue à contrôler les moments de son apparition, tout s’est enchainé.

Au départ, je ne pouvais modifier qu’une partie de mon visage à la fois, les traits étaient grossiers et ça durait une poignée de minutes. En revanche la douleur n’était plus que quasi inexistante. Puis peu à peu, mes talents de faussaires se sont affinés. J’ai pu déterminer avec précision que seuls mon visage, mes oreilles et mes sourcils pouvaient être modifiés. Je pouvais aussi agir sur les pigments de mon épiderme mais pas sur sa matière.

Aujourd’hui, ma précision est telle que c’est à l’échelle d’une ridule que je détaille un visage. Je suis capable de reproduire aussi complexe qu’elle soit une couleur, grain par grain. La contrepartie est que plus le faciomorphisme est élaboré et plus sa durée est courte.

« M’est il arrivée d’abuser de ce petit avantage, Pom’ ? »

«Uniquement dans un but d’apprentissage, Phyll’… »

Et c’est durant ces périodes d’apprentissages justement que j’ai fait les frais des effets négatifs, les plus sévères. Une sécheresse extrêmes de la peau, de l’eczéma, des rougeurs importantes, de violentes fièvres et parfois même des troubles de la vision entrainant des pertes de consciences sont apparus.

Nous découvrons et prenons connaissance au fil du temps, de la dangerosité que peut représenter le faciomorphisme et pour ces raisons, il n’est pas question de le subir. Nous voulons le comprendre, le pratiquer jusqu’à le dominer pour le contenir et un jour en contrôler tous les effets.

D’imperceptibles modification à d’autres niveaux me font penser qu’avec mon expérience grandissante, mon don évoluera vers quelque chose de plus abouti.

Je suis prodigieusement studieuse lorsqu’il s’agit de mon don. Parce qu’il représente un atout considérable professionnellement parlant qui me permettra d’obtenir des renseignements cruciaux.


Il était une fois

Rosemary Robinson avait pris délicatement à l'aide d'une couverture le daëmon encore frêle et d'un geste d’une infinie douceur l’avait déposé discrètement dans le berceau de sa fille . Le petit loir s’était aussitôt blotti contre Phyllis. Elle eût un sourire en le voyant ainsi faire et son regard ne pouvait plus se détacher d’eux, comme pour graver dans sa mémoire cet instant de bonheur. Un moment qu’elle aurait voulu partager avec sa grande fille Dana et sa mère qui étaient restées à Limeslade Bay. Elle se pencha légèrement au-dessus du couffin et murmura à ce tout petit être encore endormi

« …Je ne te voudrais pour rien au monde différente de ce que tu es »

Et cela même si elle était différente d'elle qui était humaine.

L’insouciance, l’innocence, il lui arrive encore parfois de les ressentir, lorsqu’elle ferme les yeux. Elles sont comme une brise légère en plein été…

Phyllis vivait sa différence avec une totale indifférence, le résultat d’un amour inconditionnel des êtres chers qui l’entouraient. Petite, elle portait des salopettes bien trop grande, flanquait son poing dans le nez des audacieux qui osaient la traiter de monstre, grimpait sur son pupitre et crachait sa colère lorsque ces questions dérangeantes restaient sans réponse. Impulsive, elle ne savait pas se contrôler mais surtout elle ne le voulait pas. Entre sa fureur de vivre et sa vision romantique de la vie, les émotions brutes étaient son moteur. Cela lui valu de nombreux pansements et une certaine solitude, celle des incompris pourtant elle ne manquait pas d’amis. Ils la surnommaient tous "l’hurricane thunderclap", croyez le ou non mais aucun vent n’a jamais soufflé aussi violemment de Llanelli à cardiff que les colères de ce petit brin de nana en culotte courte.

La sagesse, jamais elle ne pourra oublier le jour où elle la frappa, lui arrachant des entrailles sa naïveté et son innocence. Elle comprit que s’il existait une force qui ne pouvait être arrêtée, il était impossible qu’il eut existé une force qui ne pouvait pas être déplacée. Ce fut la dernière leçon que sa grand-mère et confidente qu’elle aimait plus que tout, lui légua. Rien ni personne n’était inébranlable. A peine âgée de huit ans, elle n’avait aucune autre défense que la fuite face à cette douleur incommensurable qu’est la perte. Alors elle s’échappa de cette maison en deuil, ses pieds nus malgré le tranchant des cailloux qui leurs transperçaient la chair la portèrent jusqu’au au bord de cette falaise, aux pieds de cet océan tourmenté où elle tomba résignée à genoux. C’était la toute première fois qu’elle se soumettait.

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » Même si aujourd’hui cela t’apparait comme une vérité absolue mon petit ouragan, le temps te démontrera le contraire. Avancer ne veut pas dire oublier tu sais.

Et ce même matin du mois de mars, Pomelo avec ces mots avait semé en elle les graines de l’humilité et de la bienveillance. Son Daëmon avait toujours été empreint de cette maturité et de cette indulgence dont sa moitié manquait cruellement. Il était l’âme rêveuse, l’intelligence paisible de leur duo improbable.

Depuis ils venaient se réfugier sur les parois vertigineuses de ces géantes de pierres. Ils pouvaient y passer toute une journée à y dévorer des livres. Et à mesure que le temps passait leurs curiosités et leurs esprits devenaient insatiables de connaissance. Pomelo changeait de forme si souvent, Myomimus, Microcébus, Mantella, Greta oto, Brookesia peyrierasi, des espèces toujours plus spectaculaires et rare les unes que les autres, offrant ainsi à sa moitié le plaisir d’enquêter sur leurs origines, si bien qu’ils pensaient et espéraient tous les deux que jamais il ne cesserait de se métamorphoser.

Puis avec l’apparition de son don dans sa quinzième année vint la stabilisation de son Pomelo.

Ils étaient étendus sur la plage, les vagues chatouillaient les orteils de Phyllis alors que Pom’ lui racontait encore une de ces histoires sorties tout droit de son imagination. La jeune daëmonienne ressentie une vive brûlure au bout de son nez qui la fit sursauter et mit du temps à s’estomper.

« Si en plein hiver tu arrives à attraper un coup de soleil, on peut faire une croix sur nos rêves d’escapades dans les tropiques »

Mais lorsque ses petits yeux s’étaient posés sur elle, il avait cessé de rire et était resté bouche bée 

« Quoi ?! Ne me dit pas que ce sont des tâches de rousseurs ?! Non dis le moi je veux savoir ! Non, non attend il faut que je me prépare au choc ! Vas y, je suis prête ! Non, attends, sois rapide, pas de grand discours ok ?! »

« Ok ! »

« Ben alors qu’est ce que t’attends, vas y ! »

 Voilà ce qu’il subissait au quotient et cela le faisait sourire, il aimait la folie de son petit ouragan.

« Tu te souviens, que tu disais que tu n’aimais pas ton tout petit nez ? »

« J’ai dit droit au but Pom’ ! »

« D’ac ! Je crois que c’est ton don »

« Mon don ? Mais qu’est ce que ça avoir avec mon nez ? Arrête donc de me faire marcher ! Tu vas me dire ce qu’il y a à la fin ! »

« Ton nez à changer de forme, il est plus… »

« De forme ?! »

« Oui… »

« Quoi oui ?! c’est pas une explication ça ! » 

« Je vais à l’essentiel comme tu me l’as demandée mon petit choux »

 Sur ces mots elle s’était levée, lui avait jeté un regard méchant en tapant du pied et avait couru jusqu’à sa salle de bain pour s’y regarder dans le miroir. Ce fût une épreuve douloureuse, très éprouvante mais Phyllis jamais ne se plaignit…Un an après c’était la stabilisation de son daëmon.

« Je crois que tu vas rester comme ça Pom’ »

"Je crois aussi Phyll’ »

« De toutes ces espèces rares, fascinantes et surtout pratiques à transporter, voir cacher, il a fallu que tu sois un Kangourou ! »

« Je te rappelles que j’ai le vertige donc tout ce qui vole est exclu, que je suis claustrophobe donc tout animal qui peut être mis dans une poche également et que tu marches beaucoup trop vite »

« Tu veux en venir où là !? »

« Un saut de kangourou ça en fait des pas de Phyllis pressés ! »

« Pomelo tu sais que.. »

« Que tu m’aimes, oh oui ! Et puis c’est pratique cette poche intégrée, tu pourras y mettre tous tes bidules de reporter dedans ! »

« Vraiment parfait, je ne vais pas me trimbaler un sac à dos mais un Kangourou, merci du cadeau ! Ce n’est pas juste quand je pense à Dana et son Manchot Empereur… »

« Alors que toi tu n’as qu’un pauvre Kangourou roux… »

« ...qui en plus essaie de me faire passer son bourrelet ventrale pour une poche marsupiale ! J’te préviens c’est terminé les aprèm canap’ mon grand ! »

« Ca c’est bas ! Ma brioche et moi si tu veux savoir, on peut faire des bonds de 3 mètres, des pointes de 80 km/h et on a un uppercut à faire pâlir Julio César Chávez, ma petite ! »

« Alors là je suis impressionnée, mais de quoi je me plains !? C’est vrai si ma carrière ne décolle pas, je pourrais toujours me reconvertir dans des combats de boxe clandestins, je te teindrais en rose panthère pour l’originalité. Tu feras un tabac en « Pom Pom Gourou »

Elle lui avait tiré la langue avant de lui sauter au cou en riant aux éclats. Il l’aimait sa petite teigne.

Du haut de ses quinze ans, elle ne fut pas le moins du monde perturbée par la révélation. Elle n’avait suscité aucun sentiment révolutionnaire en elle, en revanche elle avait attisé son désir d’aller au coeur de l’action pour dénoncer au monde entier les atrocités commises contre les siens. Alors que sa mère désemparée se battait pour l’éloigner du danger, elle ne rêvait que de le côtoyer. Et ce fut lors d’une de ces disputes où Phyllis avait émis le souhait un jour de partir pour enquêter en Philippines connue pour ses trafics de Daëmoniens, qu’emportée par la colère sa mère lui avait reproché d’être comme son père.

« Tu n’es qu’une égoïste idéaliste comme ton père ! »

« Mon père… »

« Ce qui m’a fait l’aimer me la aussi arracher »

« Tu as dit ne pas savoir qui était mon père ! »

« Qu’est ce que j’aurais pu faire d’autre, il nous a abandonné parce que lui aussi croyait pouvoir rendre ce monde meilleur ! »

« J’avais le droit de savoir ! »

« Tu as le droit de rester en vie, pour ta soeur et moi ! »

« Est-ce que tu sais où il est ? »

« Mort probablement comme tout ceux qui… »

« Tais toi ! Je te hais… »

« Il savait pour toi, ça ne l’a pas empêché de partir sans se retourner, sans que je puisse le retenir. Tu peux me haïr pour ça mais je suis restée moi, ne l’oublie jamais ! »

A vingt et un ans, elle concédait enfin à la demande incessante de sa mère en acceptant de partir pour Merkeley. Il était convenu qu’elle et son daëmon y rejoindraient sa demi-soeur et y resteraient en sécurité. Ca c’était la version pour sa mère, la réalité était tout autre…

Dana était son ainée d’une dizaine d’année. Elle en avait fini avec les études et pratiquait l’acupuncture et l’homéopathie. Phyllis nourrissait une secrète admiration et un profond attachement pour elle depuis la mort de leur grand-mère même si parfois, elle la trouvait vraiment bizarre avec son histoire de collection de tasse mais l’idée de la retrouver et de faire partie de sa vie autrement qu’en pointillé, la rendait heureuse…

Le jour de leur arrivée, ils allaient devoir se faire recenser, ils le savaient. Elle eût un frisson en repensant à tous ces événements. Comment un bâtiment aussi anodin qu’un orphelinat, au beau milieu d’une ville qui se prétendait être un lieu de respect et de liberté, pouvait avoir été le théâtre d’une telle abomination. Elle n’avait pas l’âme d’une révolutionnaire. Rien que l’idée de prendre les armes, lui était inenvisageable mais elle approuvait cette rébellion. Phyll’ était fière de ses compatriotes daëmoniens qui s’étaient unis et qui avaient ouvert la porte à la différence au sein de leur communauté, en acceptant les humains. Pomelo avait senti son angoisse et l’avait entendu murmurer en lui.

« Si on ne laisse pas une chance à ce nouveau système de faire ses preuves autant renoncer tout court »

«  Tu as raison Pomelo, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs »


Qui tire les ficelles

Pseudo/Prénom : Yu’ka
Âge : 36 ANS
Double Compte : Non
Activité sur le forum : 3/4
Comment as-tu connu le forum ? Par un rôliste d'Infinite rpg
Un commentaire ? Un avis ? Une suggestion ? LD est impressionnant tant graphiquement que par son contenu très riche. Une entraide présente et vraiment "sympa"(Mention spé pour Dana et Liberty, merci les filles !) - Pour les suggestions on verra plus tard... Et si je te demande le code du règlement ?
  
MessageJeu 9 Nov - 12:04
avatar
Date d'inscription : 22/11/2012Nombre de messages : 3280Nombre de RP : 157Âge réel : 23Copyright : lux aeterna sur Bazzart (avatar) ; .TITANIUMWAY (signature) + Nora Roberts & Victor Hugo (citations)Avatar daëmon : Tatouage de phénix sur l'omoplate gauche. Un phénix qui s'enflamme.
Kayla P. LaneFire burns into me
It consumes me
Bienvenue !

Original le don :D

Et avec la jolie ADC !
Bonne continuation
  
MessageJeu 9 Nov - 12:32
avatar
InvitéInvité
Pour ce qui est de l’originalité du don tout le mérite revient à Dana-Sian Nott ! Merci Kayla, j’espère bien vous ensevelir sous un tas d’RPs..

Et espère secrètement que vous en fassiez autant
  
MessageJeu 9 Nov - 13:19
avatar
Date d'inscription : 20/11/2015Nombre de messages : 868Nombre de RP : 114Âge réel : 23Copyright : Av: Anaé. © | Sign: Solosand © & me.Avatar daëmon :
Aelya FeredenLiving like we're renegades
Bienvenue par ici
Génial le don ! J'ai hâte de le voir en action :D
(Big up au daemon aussi, l'image dans ta signature m'a fait sourire)

Bon courage pour ta fichette et amuse toi bien parmi nous
  
MessageJeu 9 Nov - 13:34
avatar
InvitéInvité
Moi aussi j’ai hâte ! Je ne sais pas comment va se débrouiller ma petite Phyll’ mais la connaissant ça va être…

Il sait prendre la pause dès qu’il y a un objectif mon Pom’ !

Merci Aelya
  
MessageJeu 9 Nov - 16:27
avatar
InvitéInvité
Ma petite Phyllis
Bienvenue
J'espère que tu t'amuseras bien parmis nous!
  
MessageJeu 9 Nov - 17:05
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 259Nombre de RP : 60Âge réel : 28Copyright : BenedictAvatar daëmon : La Prince
Lulla C. PietruNothing will be the same...
Bienvenue :o

Déjà le perso est super cool Elle est tout mignone Phillys ! (Bon, l'effet de la celebrité joue aussi beaucoup, je l'aime beaucoup !)

J'ai hâte d'en découvrir plus et ouiiiii Innonde-nous de rp
  
MessageJeu 9 Nov - 17:22
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1832Nombre de RP : 183Âge réel : 23Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)Avatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Bienvenue je pense que c'est moi qui t'ai ramené x) chouette choix de scénario ! je viendrais te demander un lien quand tu seras validée bon courage pour ta fiche
  
MessageJeu 9 Nov - 17:54
avatar
InvitéInvité
Dana
…Je ne te serai jamais assez reconnaissante d’avoir donné naissance à Phyll’&Pom’ et d’avoir confié à la novice que je suis …les ficelles de notre duo.
Je te réserve une surprise et j’espère qu’elle… Je n’en dirai pas plus tu commences à me connaître maintenant !

Tiens toi bien au mât, je peut être pire qu'une vague scélérate !
Et merci, petit moussaillon Lulla


Liberty
Ce prénom est fidèle à l’idée que je me suis faite de toi…
Tes RPs sont un régal, je les bois sans soif et en profite à chaque fois que le ciel veut bien se parer d’un "E" 

Pour l’encouragement et ton URL, merci
  
MessageJeu 9 Nov - 21:18
avatar
Date d'inscription : 18/05/2016Nombre de messages : 576Nombre de RP : 61Âge réel : 25Copyright : Aki' (me)Avatar daëmon : Berger Allemand
Ryan FarellMODO• We can be HEROES
Just for one day
Bienvenue sur LD!

ALYCIA DEBNAM-CAREY!! Et un kangourou Et un don à la Tonks d'Harry Potter
*va mettre ses pieds dans la glace pour se calmer*
Ce personnage vend déjà du rêve, c'est de toute beauté, j'ai vraiment hate d'en lire d’avantage! Tournée de cookies pour toi et Dana-Sian pour nous avoir ramener ce petit bout de personnage trop sympa

Courage pour la suite de ta fiche
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant