Hello Doctor, we have a problem || Kiera

 
  
MessageSam 2 Déc - 23:19
avatar
Date d'inscription : 08/09/2017Nombre de messages : 44Nombre de RP : 3Âge réel : 26Copyright : avatar by writerinafoxholeAvatar daëmon :
Horacio LawrenceNothing will be the same...


HELLO DOCTOR, WE HAVE A PROBLEM
Kiera, Ewan, Horacio & Toci

« When I was younger so much younger than today, I never needed anybody's help in any way but now these days are gone and I'm not so self assured, now I find I've changed my mind, I've opened up the doors ! »
« Madame Rodgers, je vous assure, votre fils n'a rien de grave. » Voix calme, les mains posées sur le bureau, Horacio tentait de calme sa patiente hypocondriaque qui avait amener son fils pour la troisième fois cette semaine parce qu'il avait toussé. Elle n'est pas convaincue, le médecin le sait bien, le froncement des sourcils, les dents qui viennent mordre la lèvre inférieure, elle tente de trouver une autre excuse, une autre idée, une autre maladie. Il connaît le dossier, personne ne fume, il n'a pas d'asthme, il devait donc forcément être malade pour tousser. Alors, il repartait sur une liste simple de raisons pour lesquelles sont fils, en pleine santé qui était installé à ses côtés, puisse avoir ce genre de réaction. Elle ne lâche pas l'affaire, son fils roule des yeux, un regard suppliant au médecin de rassurer sa mère ou lui donner raison, mais de la faire taire, pour qu'il puisse rentrer, certainement jouer aux jeux vidéo ou autre. Son regard observe le chat qui semble plongé dans un atlas de l'autre côté de la salle, il le voit à travers la vitre, si le reste est opaque, on peut voir les pieds des gens, c'est plutôt amusant. Heureusement, il n'est pas allergique aux chats, sinon sa mère aurait déjà collé un procès au coup du docteur, finalement, il demande des détail sur quand ça s'est passé. La première fois, alors qu'il riait, la seconde pendant un repas après une gorgée d'eau. Moment de silence, léger haussement de sourcil trahissant la frustration du docteur. « Madame Rodgers, votre fils à tout simplement faillit s'étouffer, ce n'est rien ça arrive à tout le monde. » Le gamin hoche la tête, il marmonne que c'est ce qu'il lui avait dit. La mère n'était pas convaincue, Horacio change de tactique et lui demande comment, elle allait, le gamin se lève alors, quittant la pièce pendant que sa mère déverse ses inquiétudes au médecin qui patiemment l'écoute. Quinze minutes plus tard, elle sortait, récupérant son fil, un air légèrement plus satisfait que lorsqu'elle était rentrée dans le cabinet.

< Tu as réussi à la virer en un temps record. > Commentait Toci, sans lever le nez de son livre. < Je commence à connaître le personnage. > Répondait Horacio avec un sourire alors qu'il accueillait le dernier patient de la journée, un vieux monsieur qui venait souvent pour un check-up. Une vingtaine de minutes plus tard, il le raccompagnait à la porte, recommandant de poursuivre ses efforts de préféré la marche au transport et prendre soin de lui. Un mouvement de la main pour le saluer, il allait refermer la porte afin de se mettre au chaud, lorsque celle-ci fut retenue par un pied, ce qui le fit sursauter, alors qu'il ouvrait de nouveau la porte en grand. Un homme, plutôt baraqué, accompagné d'un lièvre qui tenait dans ses bras une jeune femme qui semblait avoir était mal menée, sur son ventre son daemon qui semblait tout aussi mal en point.

Il n'avait pas vraiment le temps de poser des questions, l'homme lui avouait les avoir trouvé dans le parc, il n'était qu'un agent d'entretien et qu'il savait juste qu'il y avait un médecin prêt du parc et donc les avait emmener là. Horacio le guida alors dans l'une des salles qui avait un lit, rassurant l'homme que ça ne semblait pas bien grave et dans le pire des cas, il se chargerait d'appeler l'hôpital. Une fois encore, l'homme lui confiait qu'il doutait que la jeune femme avait les moyens, il l'avait déjà vu traîné dans le parc de temps en temps. Horacio lança un regard vers Toci qui semblait en pleine discussion avec le lièvre de son interlocuteur. Une étrangère qui semblait vivre dans la rue, une locataire pour la soirée donc, si Horacio arrivait à la mettre sur pied. Il remercia l'homme qui s'excusait encore de ne pas pouvoir plus l'aider n'ayant rien vu, doutant aussi que ce qui s'était passé devait avoir eu lieu dans le parc sauf alors sans que ça alarme ceux qui s'y trouvaient. Le médecin rappelait que c'était le début de l'hiver et que malheureusement, il n'y avait pas vraiment foule au parc. Il lui remit aussi le portefeuille qu'il avait trouvé prêt d'elle et sur ce il prit la direction de la sortie.

Horacio s'attela à faire un meilleur examen de la jeune femme maintenant allongée, respiration faible, mais son pouls semblait se régulariser, bien qu’un peu plus faible que la normale. Elle avait néanmoins pris des sacré coups, par contre ce n'était pas sans en rendre, il y avait aussi des marques de défenses et de la peau sous ses ongles. Pas de fièvre, elle avait dû tombait d'épuisement, il retira sa veste, glissant ses mains sous le tee-shirt, tâtant son corps à la recherche de possible saignement interne qui l'enverrait obligatoirement à l'hôpital, mais rien de telle. Pas de côtes cassées, mais de belle contusion et peut-être de légère fêlure. Il devrait faire des radios, mais il n'était pas à l'hôpital, il ne pourrait donc que les lui faire une fois qu'elle soit réveillée. Il désinfecta les plaies sur son visage, posant une compresse sur sa tête et banda la cheville enflée, elle était hors de danger pour le moment. Son daemon, semblait avoir était malmené aussi, néanmoins, il n'était pas vétérinaire, et à part désinfecter ses plaies, il le laisserait pour le moment aux côtés de l'inconnue.

Il n'aimait pas fouiller, mais il ouvrit le portefeuille de la jeune femme dans l'espoir de trouver une information sur son nom. Kiera Nelson. Elle venait de loin, il y avait encore un peu d'argent ce qui voulait dire qu'on ne l'avait pas passé à tabac pour son argent. Elle devait certainement avoir une histoire à raconter.

« Je vais faire un thé. Appelle-moi s'ils se réveillent. » Indiquait-il a Toci qui s'était installer sur la table de chevet à leur côté.

Ces derniers temps, il était vraiment abonné aux imprévus, pensait-il alors qu'il lancé l'eau de la bouilloire et préparé une théière. Il revenait quelques minutes plus tard avec un plateau qu'il posa sur une tale, tirant un fauteuil non loin du lit avant de disparaître pour réapparaître avec un livre. Il voulait garder un œil sur ses patients, afin de limiter la panique à leur réveil.

Spoiler:
 
(c) DΛNDELION
Page 1 sur 1