Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Premier étage, porte à gauche ! [Joshua Torrent & Lulla C. Pietru]

 
  
MessageJeu 15 Mar - 20:37
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 110Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Premier étage, porte à gaucheft. Lulla C. Pietru



Dieu qu’il s’amusait depuis que Lulla était entrée dans sa vie. Au fond de lui, Joshua se dit que c’était une aubaine que ce soit elle qui ait répondu à son annonce. Sa vie promettait d’être amusante et animée avec une colocataire pareille. La plupart du temps, on se contentait de lui adresser des sourires amusés lorsqu’il faisait des âneries ou déblatérait des idioties. Cette jeune fille en rajoutait une couche, elle ! Et ça, c’était extra !

Les meubles à l’arrière du véhicule, leurs nombreux achats loufoques et la machine à pop-corn - absolument pas loufoque mais nécessaire au plus haut point - sur les sièges arrière, Joshua repartit sur les routes pour de nouvelles aventures. Dans la voiture, il ressentit comme une ambiance familiale. Il avait l’impression de connaître Lulla depuis des années, comme si elle était une amie longtemps perdue et enfin retrouvée. Ainsi, lorsqu’elle lui adressa ses remerciements, il comprit ce qu’elle voulait dire par là. Il lui adressa un clin d’œil complice sans creuser plus. Lui aussi lui était reconnaissant d’égayer ainsi sa vie.

- Franchement Mahka ! s’offusqua faussement le daëmonien. Tu oses sous-entendre que je ne suis pas aussi canon que Wonder Woman ? Ça me blesse mon vieux ! Sache que j’suis très rancunier ; j’aiderais Lulla à te transformer en licorne.

Il adorait taquiner les individus impassibles et le chacal était une proie tentante. Il avait du mal à le cerner face à son absence de discussion. Amusé, le jeune homme se dit que sa colocataire devait se dire de la même chose du serpent qui dormait à l’arrière. Ils s’étaient vraiment bien trouvés. Aussi loufoques l’un que l’autre avec des daëmons taciturnes et méprisants. Ils auraient pu être frère et sœur que ça ne l’aurait pas étonné !

Un silence confortable s’installa dans l’habitacle tandis que la radio tourne en fond. Il n’écouta que d’une oreille l’annonce qui avait fait réagir Lulla pour finir par comprendre ce que ça voulait dire. Son sourire se tarit tandis que les mauvais souvenirs titillaient son esprit. Naïva se réveilla, alarmée et lui envoya une vague d’affection. Reconnaissant, il récupéra son sourire bien que celui-ci soit maintenant plus réservé.

- Ta présence est un remerciement en soi, belle dame ! dit-il pour noyer le poisson. J’cherche pas la femme de ma vie, elle est déjà sur la banquette arrière.

Le taïpan gigota un peu, flattée et pleine d’orgueil. Les compliments, ça marchait toujours.  Joshua, quant à lui, se sentait coupable de briser le plan de Lulla qui semblait ravie à l’idée de lui trouver l’amour. Mais lui ne le cherchait pas. Ne cherchait plus. Ethan avait été la goutte de trop de sa vie sentimentale. L’amour, il n’en voulait plus. Oh, bien sûr, il aimait passer du temps avec d’autres personnes dans son lit mais ça se résumait à ça : uniquement de la chair. Son cœur restait dans un coin, cicatrisant de trop nombreuses et profondes blessures.

Une soirée « pour célibataire » n’offrait rien qui se résumait à du physique. Ce serait surement plein de femmes et d’hommes avec un surplus de sentiments qui s’accrocheraient au moindre signe positif. S’ensuivrait un jeu de séduction que Joshua n’avait plus la force d’effectuer. Heureusement, leur arrivé sur le parking du supermarché lui offrit une échappatoire à une discussion qu’il n’avait pas vraiment envie d’avoir. Les clefs dans la poche et le serpent autour du coup, il sortir de sa voiture avec un « A la chasse à la bouffe ! » enjoué.

- On commence par les bonbons et les chips ! s’exclama-t-il en se dirigeant vers le rayon approprié après avoir attrapé un chariot.

Il hésita un moment à proposer à Mahka de s’installer sur le siège enfant mais il se dit qu’il avait déjà suffisamment ennuyé l’animal, il avait un cœur quand même ! C’était son supermarché de prédilection. Ainsi, le jeune homme avec un taïpan de deux mètres autour du cou n’était plus aussi exotique. L’endroit était de taille modeste mais contenait l’essentiel, c’est-à-dire des bonbons coca, du chocolat et des chips paprika.

« Prends des marshmallows » exigea Naïva qui en avait une subite envie

Et il obéit docilement. Il laissa le chariot dans le rayon pour que Lulla puisse y glisser ce qu’elle souhaitait et continua son choix de gourmandises.

- Par contre, lui dit-il en hésitant entre deux paquets de biscuits salés, cette fois on fait moitié-moitié pour l’addition. J’pas envie qu’on croie que tu m’entretiens sinon je serais obligé d’accomplir le devoir de tout bon entretenu qui veut satisfaire la demoiselle qui lui paie tout.

Il accompagna sa remarque d’un regard grivois tandis que Naïva transpirait l’exaspération. Il finit par choisir l’un des paquets et reposa l’autre à sa place puis regarda le contenu du chariot.

- On a de quoi faire une super boom là ! Aux boissons maintenant !

Et, comme promis, il ne dit rien quant au choix des alcools. Après tout, il ne voulait pas se faire agresser par les hommes de mains de Lulla. Il lui fit d’ailleurs part de cette réflexion. Puis, d’un coup, une illumination lui prit.

- Mais il nous faut du maïs ! Pas de pop-corn sans maïs !

Il laissa la daëmonienne à sa sélection de bières et s’empressa d’aller chercher trois paquets de « maïs pour pop-corn » puis se dit qu’il avait zappé un détail. Une question existentielle allait devoir être posée. Il empoigna un paquet de sucre et un autre de sel et revint vers sa colocataire, prêt à lancer un conflit d’ampleur mondiale au travers d’un simple choix.

- Tu aimes ton popcorn sucré ou salé ? demanda-t-il aussi sérieux qu’un pape.

PS:
 

Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2