Aller à la page : Précédent  1, 2
 

La musique comme instrument de rencontre? [Benedict]

 
  
MessageMar 13 Mar - 21:45
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 143Nombre de RP : 76Âge réel : 22Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Je n’avais pas répliqué à propos de sa vantardise sur son pouvoir. Enfin, vantardise, c’était plutôt de l’humour à vrai dire, et je m’en rendais bien compte. Question former un dôme qui aurait éviter l’effondrement sur nous, je ne pensais pas qu’il en soit capable. Ou en tout cas, pas actuellement. Moi-même je pourrais, si j’avais le moindre contrôle sur mes pouvoirs, mais ça n’était pas le cas, et ça ne serait sûrement jamais le cas. Quoique, comme dit le vieux dicton, il ne faut jamais dire jamais. Un dicton assez stupide si vous voulez mon avis, mais la vie m’avait prouvé plus d’une fois qu’il n’était pas si faux que ça. Et en attendant, plutôt que de commenter, je regardais les interactions entre Muirne et Benedict, quelque peu amusé par la façon dont ils se parlaient entre eux. Ils semblaient plutôt proches, et assez fusionnel. Je lance un regard en coin à Seth, me demandant si notre relation pouvait s’apparenter à quelque chose de similaire. De l’extérieur, tout le monde disait que nous nous ressemblions, mais entre nous… C’était assez différent au final.

Comme s’il sentait mon regard sur lui, Seth lève la tête vers moi, écoutant d’une oreille l’argumentation de Muirne à propos du film de Fantasia. Je lui fis un léger sourire pour le rassurer. Il me répondit simplement par un petit mouvement de ses oreilles rondes, puis revint au Daëmon qui lui faisait tout un discours. Il répondit sur un ton amusé.

« Eh bien, s’il est si fantastique que ça, nous allons peut-être trouver un petit moment pour le voir, même si la grande fan de musique ici c’est Alex, dit-il, en mentant légèrement. Il adorait regarder les films, il feignait simplement un certain manque d’intérêt pour ne pas ressembler à un gosse surexcité. T’as d’autres films à nous conseiller ? Tu ressembles à une vraie cinéphile, rajoute-t-il »

On avait loupé beaucoup de films ces dernières années, et nous n’avions pas pris la peine de rattraper notre retard. Lui qui aimait se tenir à jour sur les nouveautés, voir même regarder de vieux films… Je le lui avais peut-être transmis avec mon envie de composer les musiques de ces films. Après tout, sans musique, les films perdaient toute leur saveur. Même à l’époque des films muets, des pianistes venaient jouer directement dans la salle pour animer durant la séance.

Puis vint le moment de parler de nos compositeurs. Je connaissais Vivaldi, bien que je l’écoute un peu moins que certains. Enfin… Je ne le croyais toujours pas. Oui, parce que je n’avais pas cru un mot sur le fait qu’il sache jouer de la harpe celtique. Pourquoi ? Parce que j’étais une adepte de l’utilisation de l’ironie et du second degré, et que je savais lorsqu’on l’utilisait avec moi. Mais en plus de ça, la plupart des instruments à corde laissaient des marques, de la corne sur le bout des doigts par exemple, et il en était dénué. Donc si la jouait sur le ton du second degré, et du bluff, moi aussi – après tout l’ironie était ma marque de fabrique.

Alors que je jouais, en aparté, les deux Daëmons discutent tranquillement.

« Oui j’en ai bien l’impression, dit Seth avec une certaine ironique. Quoiqu’il ressemble plus à un beau-musicien, qu’autre chose, dit-il, cherchant à faire un jeu de mot avec l’expression bien connu de beau-parleur »

Oui, d’accord, c’était nul, mais personne ne disait que Seth avait spécialement un bon humour, moi comprise.

Après avoir réussi à repousser Seth, j’essayais de replacer rapidement mes cheveux ondulés. Heureusement que je ne faisais pas spécialement attention à ça, certaines auraient fait une crise rien que pour ça… Bon, ça aurait éventuellement poussé Seth à le faire plus souvent rien que pour m’agacer, mais ça c’était un autre problème. Je tournais la tête vers Benedict.

« Ah oui, c’est idiot en espagnol, lui dis-je en haussant les épaules, ne tenant pas spécialement à m’attardé sur mes origines. J’enchainais d’ailleurs directement sur autre chose assez curieuse à propos de la mythologie. Et alors cet Ogme, le Dieu de l’éloquence donc. Je connais plutôt bien les anciens dieux grecs, et égyptien, mais pas celtique, lui dis-je tout d’abord. Enfin, je crois comprendre pourquoi cette Lulla t’as surnommé comme ça »

Puis il me posa une question qui me dérangea. Pas spécialement la question en soi, mais plutôt la réponse que je n’arrivais pas vraiment à fournir. Je connaissais, mais je fuyais ce genre d’endroit. Déjà devant une petite classe de quelques élèves, je paniquais, alors devant un public… Non merci. C’était un coup à me faire paniquer, et c’était une mauvaise nouvelle pour tout le monde. Je me fichais de me provoquer des bleus à cause de mes pouvoirs, mais je blessais plus souvent les autres que je ne me blessais moi-même, risquant même de les tuer.

« Je suis un peu trop occupée pour faire ça, les cours, le travail derrière, et le boulot, ça m’occupe déjà bien assez répondis-je en détournant la tête. Et puis, je ne suis pas assez douée à la guitare pour passer devant un public. »

Oui, j’étais toujours en train de me dénigrer. Et puis, je préférais composer dans mon appartement, là où personne ne pouvait m’écouter. Au moins si je faisais un truc de nul, je n’avais qu’à supprimer cette erreur, et personne ne le saurait à part moi et Seth. Sauf si je le faisais avec mon casque sur mon logiciel de montage. Logiciel pirater, parce qu’il fallait l’acheter, et je n’avais pas encore assez de sous pour ça. C’était l’avantage de connaitre une informaticienne particulièrement douée, et qui se fichait de respecter les règles.

Je posais la guitare, et me levais.

« Bon, on est censé ranger cette salle, dis-je. Sinon on a pas fini. Quoique, si tu veux jouer un morceau, fais-toi plaisir, si tu as du talent à la harpe, tu devrais t’en sortir avec une guitare, ou autre, lançais-je en regardant par-dessus mon épaule, un léger sourire en coin sur mon visage.

- Mais fais gaffe aux fausses notes, Alex risque peut-être de te balancer un truc à la tête si elle en entend trop, ajoute Seth en étirant ses babines dans un simulie de sourire. Bon, pas un instrument, plutôt une chaussure, crut-il bon de dire pour se moquer de moi »

Oui on se moquait de lui, et oui il devait s’en rendre compte maintenant. Mais vu comment il semblait réagir, il n’allait pas le prendre mal du fait que je le malmène un peu. En attendant de voir ce qu’il allait faire, je me penchais, récupérant une trompette et un saxophone, puis je les ramenais sur la scène pour les remettre à leur place.
  
MessageVen 30 Mar - 21:29
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 173Nombre de RP : 48Âge réel : 28Copyright : BibifocAvatar daëmon : Muirne
Benedict O'ConnellNothing will be the same...
J’avais ressenti la véhémence qui avait gagné mon daemon lorsqu’elle s’était lancée dans on discours passionné sur fantasia, même si je n’avais pas prêté une oreille très attentive à ce qu’elle avait bien pu raconter à Seth et son engouement avait déteint sur moi.

Muirne était trop fière d’avoir réussi à suffisamment captiver l’attention de Seth pour lui avoir donné envie de voir le film et elle fut un peu prise de court par la question de l’autre daemon.
– Je suis plus mélomane que cinéphile, dit-elle. Ce qui était vrai du reste. Elle avait l’ouïe bien plus aiguisée que moi, et sorti des films de Disneys, qui était son petit péché mignon, elle n’en connaissait pas tant que cela.
Après qu’Alexie ai joué son morceau emprunté à un autre Disney de sa connaissance, elle glissa à Seth :
– Et bien celui-là, je te le recommande par exemple. Pirate des Caraïbes. La musique de ce film est juste sublime ! Et faut l’entendre jouée par un orchestre symphonique !!! C’est une tuerie ! On a assisté à un concert une fois avec Ben, c’est ce qui l’a motivé à voir le film avec moi.

Pendant que je me vantais auprès d’Alexie sur mes prétendus talents de musicien, Muirne continuait de discuter avec le félin avec qui elle avait semble-t-il réussi à briser la glace, malgré l’abord froid qu’il avait eu à notre arrivée. Et ce dernier avait visiblement su lire entre les lignes de sa métaphore puisqu’il confirma son affirmation sur mes talents de compositeur et de beau parleur. Muirne tourna la tête vers lui pour le regarder droit dans les yeux en entendant sa blague.
– Ouais, mais ça, il ne vaut mieux pas lui dire. Ses chevilles vont enfler ! ironisa-t-elle, sur un ton mi-figue, mi-raisin.
J’avais conscience de mon habileté à manier le verbe et j’en usais et en abusais. J’étais aussi, effectivement sensible à la flatterie. En revanche, je n’aimais pas trop qu’on me fasse remarquer la grandiloquence de mes discours lorsqu’il s’agissait de l’utiliser à dessein.

Un voile était passé dans le regard de la jeune fille, dissipé par son daemon qu’elle réprimanda encore une fois, en espagnol.
– Je me disais aussi, que c’était une langue latine. Tu as des origines hispaniques ? Espagnole fut ma première pensée, en tant qu’européen, bien que nous soyons aux Etats-Unis et qu’il y avait plus de chance qu’elle soit mexicaine.

Muirne s’amusa de la déduction d’Alexie sur les dieux celtes au moins autant que moi.
– Le pire, c’est que ce n’est même pas Lulla qui l’a surnommé comme ça ! commença-t-elle, mais avant qu’elle n’ajoute quoi que ce soit, je lui coupai l’herbe sous le pied.
– C’est mon deuxième prénom, affirmai-je avec le sourire.
– Voilà… ajouta Muirne avec ironie.
Je lui coulai un regard complice, la défiant au passage d’infirmer le contraire. Elle commençait à être habituée à cette nouvelle excentricité de ma part. Mais elle préféra ne rien ajouter, ni même démenti. Le pire, c’était que comme je prenais de plus en plus l’habitude d’affirmer cela, il se pouvait que des gens pensent que c’était réellement un autre de mes nombreux prénoms.
Je ris, toujours aussi fier de ma connerie.
– La mythologie celte est toute aussi fascinante que celle des grecs ou des égyptiens et même des nordiques. Elle est méconnue et pourtant, de nombreuses légendes et contes s’en inspirent.

La conversation dériva sur la musique et, convaincu par son talent, je l’incitai à essayer de se produire sur une scène ouverte. Invitation qu’elle déclina, avec ce même voile sombre au fond des yeux. Je mis cela sur le compte de sa timidité.
– Oh crois-moi, tu es bien assez douée pour ça ! Tu ne devrais pas te dévaloriser tu sais. Tu peux me dire que tu n’as pas envie, mais ne dis me pas que tu n’es pas douée. Je ne te crois pas une seconde ! dis-je avec bienveillance, sans me défaire de mon sourire.

Je la suivis du regard tandis qu’elle se levait avant de l’imiter. J’attendis qu’elle daigne à nouveau me regarder pour lui répondre avec un grand sourire :
– Bien-sûr ! La guitare c’est tout de même très différent de la harpe.
Muirne qui pressentait une autre frasque de ma part, tourna la tête vers Seth qui se moquait de moi.
– Ca va, je n’ai qu’à essuyer deux fausses notes et tu n’auras plus rien à me jeter ensuite. fanfaronnai-je.

Je sautai de la scène pour aller chercher les cuivres dans le couloir. J’essayai de souffler dedans sur le chemin du retour et ne réussi à en sortir aucun son.
– Une chose est sûre, je ne pourrais pas être trompettiste ! [/color]dis-je en riant. Je mets ça où ? demandais-je à la jeune femme.
  
MessageLun 21 Mai - 19:25
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 143Nombre de RP : 76Âge réel : 22Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Seth rit face à la passion qu’appliquait Muirne dans sa voix et ses explications. Une grande passionnée, ça on ne pouvait pas le lui retirer. Lui aussi avait une certaine passion, mais plutôt pour la biologie.

« Tu risques de bien t’entendre avec Alexie si tu aimes tant la musique. C’est elle la mélomane. Elle rêverait d’aller voir un orchestre symphonique un jour, et d’y jouer en son sein même, mais pour le moment ce n’est pas encore d’actualité, lui confit Seth »

C’était une réalité. Combien de fois avais-je regardé des vidéos sur YouTube d’orchestre des plus grands compositeurs ? Bien trop. Mais pour assister à l’un de ces concerts, il faudrait plus d’argent que je n’en possédais actuellement.

« Motus et bouche cousue, je te le promets. Il me semble déjà bien avoir la grosse-tête, n’empirons pas les choses, rétorque Seth en la regardant dans les yeux en retour »

Je n’avais pas répondu sur mes origines à Benedict. Je n’aimais pas vraiment en parler, et le plus souvent, cela tournait toujours en question multiple sur le Mexique, si j’étais née là-bas, si j’avais vécu la rébellion, et d’autres questions plus ou moins subtile sur la vie là-bas, les cartels, et les favelas. Benedict n’aurait qu’à faire les conclusions qu’il souhaitait.

« Eh bien… Il faut croire que les Irlandais sont plutôt excentriques pour appeler leurs enfants ainsi… Ou c’est les enfants qui sont excentriques pour se faire appeler ainsi, rétorquais-je avec une pointe de sarcasme.

- Ouai, enfin c’est toi qui m’a appeler Seth, comme le dieu du tonnerre et des tempêtes égyptien, me dit mon Daëmon.

- Il faut dire que tu as toujours été une vraie catastrophe ambulante, comparable à un ouragan, répliquais-je ce qui déclencha rire chez Seth »

J’étais touchée par les compliments de Benedict à propos de ma façon de jouer. C’était un néophyte en la matière, il n’avait sûrement pas assez de connaissances sur la matière pour réellement évaluer mon talent à la guitare. J’étais plus douée au violon, certes, mais même en la matière, je devais encore m’améliorer sur celui-ci.

« Eh bien, je pourrais continuer en lançant les sièges, au moins je ne t’entendrais plus jouer faussement, rétorquais-je à Ben. Alors un bon conseil, repose cette trompette avant que je ne réponde plus de rien, terminais-je avec un sourire en coin.

- Fait attention, quand elle fait cette tête, c’est qu’elle est sérieuse. Cette trompette va se transformer en mobile de meurtre, Alex blague pas avec la musique. Plus sérieuse qu’elle, c’est pas possible. Tu devrais voir sa collection d’artiste, nous dit mon Daëmon en se moquant de moi »

Je lançais un regard noir à Seth en plissant les yeux.

« Parle toujours, toi t’es pire que moi avec les livres de la biologie, rétorquais-je pour chercher à le faire taire, ce qui provoqua un rire chez mon compagnon »

Je me sentais un peu plus à l’aise avec Benedict maintenant. Après le premier choc passé suite à notre mésaventure de perte de contrôle, j’étais toujours tendue – comme toujours avec les inconnus – mais plus tout à fait en ce moment. Je restais toujours assez éloignée, et relativement froide, contrairement à lui qui se montrait joyeux et enthousiaste. C’était peut-être pour cela qu’il arrivait à me mettre à l’aise de la sorte. Ou parce qu’il ressemblait tant à Liam que je baissais ma garde malgré moi. Une partie de moi voulait fuir, une autre restait parce que je me sentais un peu mieux malgré tout. Ce qui m’énervait tout autant, car cela me ramenait à mes souvenirs de ce garçon que je détestais.

Je finis par désigner un endroit à Benedict pour qu’il pose l’instrument à la bonne place. J’en saisis moi-même d’autres pour venir non loin du jeune homme et les déposer sur leur présentoir.

« A ce rythme, on risque de pas avoir fini avant la nuit si ça continue, dit Seth.

- Si tu trouves qu’on va pas assez vite, t’as qu’à venir nous aider, rétorquais-je à mon Daëmon.

Ah non, moi j’ai déjà fait ma part du boulot. C’est vous qui avez provoqué une catastrophe, répondit Seth. En tout cas, heureusement que tu ne travailles pas ce soir, t’aurais des heures supp’ à faire.

- E ncore heureux, je ne tiens pas à voir mon patron ce soir, ni les clients, ils sont bien assez emmerdants comme ça, rétorquais-je, puis je tournais la tête vers Benedict. Ne l’écoute pas, il fait son intéressant, et est véritablement insupportable quand il s’y met. »

Seth rejoint Muirne, et se penche vers le Daëmon, parlant plus bas que d’habitude, mais assez haut pour que nous entendions ce qu’il lui confiait.

« En vrai, elle est trop fière pour admettre que j’ai toujours raison, et c’est pour ça que je suis intéressant, dit-il en secouant la queue de droite à gauche en se redressant »

Evidemment, il sous-entendait que je n’étais pas intéressante. Ce n’était qu’une blague bien évidemment. Une fausse arrogance qu’il affichait. Je secouais la tête, ne répondant rien fasse à cette remarque, que je trouvais parfaitement justifiée à vrai dire. LE regard de Seth s’assombrit légèrement. Il n’aimait pas l’avis que je portais sur ma personne. Quant à moi, je continuais d’indiquer les différents emplacements aux instruments que Benedict ramassait.
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2