Une scène surréaliste, des acteurs sortis de cauchemars [Adam Lucas & Joshua Torrent]

 
  
MessageMer 11 Avr - 22:12
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 112Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Une scène surréaliste, des acteurs sortis de cauchemarsft. Adam Lucas


La météo était plus qu’agréable pour un samedi de printemps. Un ciel vierge de tout nuages et un soleil si chaud qu’il vous en faisait oublier l’hiver qui venait à peine de s’achever. Ce n’était pas l’été et sa chaleur envahissante, mais c’était déjà bien ! Lorsque Joshua s’était réveillé ce matin-là, la rue grouillait tellement de monde que cela attira son attention : Ils étaient nombreux à vouloir profiter du soleil et Naïva, en bon reptile, souhaitait qu’ils fassent de même.

Et parce qu’elle possédait une arme secrète qui était qu’elle pouvait mener son daëmonien par le bout du nez, le jeune homme se dépêcha de faire ses ablutions matinales et d’enfiler une tenue légère composé d’un jean et d’un t-shirt courte manche. Le serpent de deux mètres autour du cou était un accessoire de mode totalement indémodable.

La bonne humeur de Naïva détint rapidement sur Joshua qui finissait de se réveiller en arpentant les rues en direction du parc. N’ayant pas encore mangé, il s’arrêta à une boulangerie pour acheter un sandwich qu’il partagea avec sa compagne, émiettant morceau par morceau leur déjeuner. Bien que les rues soient bondées de monde, on évitait adroitement de le bousculer. Pour éviter de toucher son daëmon surement ou tout simplement par peur des reptiles. Qui pouvait le savoir ?

Il passait dans une rue marchande particulièrement fréquentée lorsqu’un crissement de pneus retentit. Une voiture avait mal effectué un virage et approchait dangereusement le trottoir. Un mouvement de foule s’engendra, tout un chacun bousculant l’autre dans une tentative désespérée de s’éloigner de la zone à risque. Près de la scène où ça se déroulait, Joshua tenta vainement de s’extirper de la cohue mais il était entouré de toute part.

Quelqu’un bouscula le jeune daëmonien assez violemment et l’avant du corps du taïpan fut emporté par le choc. Naïva parvint à ne pas tomber en resserrant le bas de son corps autour du cou de Joshua, l’étouffant au passage. Cela aurait pu être le seul dommage collatéral de cet accident : La voiture avait réussi à freiner à temps, la foule s’était mise à l’abri et à part quelques sueurs froides, personnes n’étaient blessés. Mais voilà, rien n’est jamais aussi simple.

Lorsque la tête de Naïva fut emportée par le choc, elle se cogna contre la joue d’un autre passant ce qui aurait pu ne causer qu’une simple frayeur à ce dernier si l’animal n’avait pas été un daëmon. Le contact daëmon/peau humaine engendra la réaction habituelle et Joshua hurla de douleur. Le reptile, quant à lui, blessé mentalement et déboussolé, relâcha sa prise et tomba au sol en sifflant et en sinuant de manière aléatoire, signe qu’il souffrait. La foule à peine sauvée de la voiture fut de nouveau prise de panique en voyant un daëmon aussi dangereux se tortiller de manière inquiétante au sol.

La douleur si inattendue avait fait céder les genoux de Joshua mais, voyant sa daëmonne à terre, à la merci des pieds des passants, il se propulsa vers elle en bousculant tout ceux qui étaient autour d’eux et se jeta sur elle pour faire rempart de son corps. Il haletait de douleur à cause du contact humain sur sa daëmonne ainsi que du bref étranglement qu’elle lui avait fait subir.

À terre, les restes du sandwich avait été piétiné, destinant ses propriétaires à faire régime jusqu’à la prochaine boulangerie. Et un peu plus loin, quelque chose d’aussi inquiétant qu’un taïpan du désert finit d’éloigner les autres piétons. Sur un périmètre d’une dizaine de mètres, seulement deux personnes restaient : Joshua qui tentait de reprendre ses esprits, la conscience encore déchirée par le souvenir de la douleur et un des hommes qu’il avait poussé en voulant protéger sa daëmonne.

Le daëmonien finit par reprendre contenance et s’assit à même le trottoir en tenant Naïva dans ses bras tel un nourrisson.

- Ma Douce ? Est-ce que ça va ? s’enquit-il, totalement paniqué en l’inspectant sous toutes les écailles.

Ayant fini par reprendre contenance, la daëmonne était folle de rage. Une rage provoquée par la peur et la douleur intense qu’elle venait d’éprouver en laps de temps si court.

« - SOMBRES IDIOTS ! » rugit-elle mentalement à tous. « JE VAIS VOUS DONNER DES RAISONS DE PANIQUER BANDE DE DEMEURÉS ! APPROCHEZ DONC ! VOUS ALLEZ COMPRENDRE POURQUOI JE SUIS LE SERPENT LE PLUS DANGEREUX DE CETTE FOUTUE PLANETE ! »

Elle exhibait ses crocs d’un air menaçant quand Joshua éclata de rire. Soulagé de voir sa daëmonne indemne et prête à en découdre, il avait besoin de relâcher la pression. Autour d’eux, on ne réagissait pas et on préférait s’éloigner. Les daëmoniens et leurs liés devaient comprendre la colère du reptile et les humains devaient craindre qu’elle fût sérieuse.



  
MessageMer 16 Mai - 18:31
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018Nombre de messages : 91Nombre de RP : 38Âge réel : 30Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon : Fascinante et effrayante
Adam LucasNormal is just an illusion
Il fait un temps désespérément dépourvu de nuages dehors et toutes les météos du net semblent en accord avec cette affreuse nouvelle : il fera un soleil de plomb dès le matin. Pour ma part, la chaleur de mon ordinateur me suffisait amplement, pas besoin de sortir. Toi, tu en avais manifestement décidé autrement.

Je te vois déjà enfiler un T-shirt noir sur un pantalon de sport. Mon glas avait donc sonné : fini les soirées jeux-vidéos, le visionnages de films fraichement piratés en boucle, l'espionnage industriel ou encore la vente d'informations douteuses. Les "beaux" jours étaient bel et bien là et avec eux venaient la reprise du sport à l'extérieur, des marches interminables et des flâneries diverses qui ne servaient à rien. Et le pire arrive alors : tu me souris avec ton air le plus charmeur et le plus sincère dont tu es capable.

"J'aurais VRAIMENT du être un Daemon-chien, c'moi qui t'le dit ..."
soupire-je ce qui te fais déjà rire. Le beau temps à un effet absolument déplaisant sur vous, humains. C'est quoi toute cette joie malsaine ?

"Viens, je vais juste courir un peu dans le parc. Je suis sur que tu vas trouver ça amusant ou au moins te faire du bien de prendre un peu l'air !"

"Ah ouais ? On pari ?"
Dis-je de très mauvais poil.

Tu ne me réponds même pas. Tu as à peine fini de lacer tes baskets que déjà tu sors de l'appartement. En un bond, je saute au sol pour te suivre car partir sans me demander mon avis est encore ce que tu as trouvé de mieux pour pouvoir sortir. Pas de mauvaise rancune car j'aurais fais pareil si mon corps était plus massif que le tiens.

"Hé, attends, j'ai oublié ton smartphone ! Hé ! Demi-tour !"

Tu ricanes sans même ralentir. Le printemps te rend fourbe. Me voilà piégée dans une atroce et pathétique tentative de me faire prendre l'air et voir des gens ... Brrrr ... Ma communauté antipathique de pirates informatiques et mes partenaires de MMORPG me manquent déjà. Je saute alors sur ta jambe pour venir me loger entre tes omoplates, manquerait plus que je fasse du sport moi-même.

Alors tu commence par trottiner tranquillement ce qui me fait me ballotter même fermement accrochée derrière ta nuque. J'hésite encore à sortir de tes cheveux pour venir sur ton épaule. Le paysage serait divertissant à observer mais je n'aime décidément pas assez les autres pour me montrer ainsi au grand jour. En plus, cela t'arrange bien car ainsi cachée, tu n'as pas à répondre du regard horrifié des gens.

Je me tâte encore sur la meilleure position à adopter quand mon cerveau le plus primitif m'envoie des signaux d'alarmes. Appel ça comme tu veux mais je sens un danger, immédiat et physique. Alors, sans y penser, je m'étend sur ton épaule pour observer et je vois l'origine de mon mal être soudain : une énorme voiture et son conducteur effrayé.

"Aïeuh ! Tu m'as mordu ? Non mais ça va pas la t..."

Pas réfléchi, désolée, cours MAINTENANT !

Tes réflexes te viennent immédiatement. Tu te déplace de côté, hors de porté de la trajectoire de la voiture. Fort heureusement, tu es grand et assez massif ce qui te permet de ne pas te soucier de tous les autres humains qui se font nombreux à présent et que tu bouscules. Bandes de voyeurs attirés par l'odeur du sang, ce qui sont hors de danger se rapprochent pour voir ce qui se passe, piégeant ceux qui, au contraire, souhaiteraient se soustraire à la scène. Et après, c'est moi la sale bestiole hideuse.

Alors que tu te remets à peine de tes idées, voilà qu'on te rentre dedans. Pas une voiture, cette fois, mais un homme. En temps normal, tu aurais à peine bougé. Mais la panique visible du garçon, ton hébétement, et surtout, le fait qu'il t'ai touché directement le bras avec la paume de sa main t'ébranle au plus haut point et tu met tout en œuvre pour t'arracher à ce contact soudain, quitte à tomber à terre ce que tu ne manque pas de faire. Pour ma part, me voilà obligée de me projeter sur un mur pour éviter d'être écrabouillée par toi-même et par inadvertance par la semelle de quelqu'un d'autre.

Et alors on me voit dans toute ma splendeur. Je sais que je ne suis pas sous mon meilleur profil mais le blanc laiteux de ce mur met effectivement tout mes reflets azurs en valeur... 3... 2... 1....

Premier cri, un homme qui hurle, second, une fille, adolescente, probablement, un troisième, une femme plus âgée ... et ainsi de suite. Mais quelqu'un est en train de me voler la vedette, alors je me détourne et je la vois ... elle.

Contrairement à moi, elle n'a aucune patte, ni aucun poil, et pourtant, à nous deux, nous vidons la rue en un rien de temps. Je sourirais bien si mes muscles faciaux me le permettaient. Elle est magnifique, brillante sous la lumière, oscillant toute en souplesse et menaçant quiconque l'approchait de près ou de loin. La perfection à l'état pur à mes nombreux yeux. Elle a l'air mal en point et désorientée mais cela n'enlève rien à son charme.

"Nom de ... Merde !"
. Tu as porté une main à ta joue. Du sang. En tombant au sol et en ne te relevant pas tout de suite, tu t'es pris le coup de genou de l'un de mes admirateurs affolé. Je déploie mes chélicères mais je ne ressens pas beaucoup la douleur. Tu es coupé juste à l'arcade sourcilière, c'est abondant mais je sens que tu n'as pas mal. Tu regardes tes mains écarlates, incrédule et presque amusé à tout ce sang que tu n'as pas senti versé. Te voilà avec une bien belle blessure dans le sourcil mon ami, et nous n'avons aucun mouchoir ni aucun moyen d'appeler qui que ce soit à la rescousse puisque tu n'as pas pris mon smartphone.

Tu secoues la tête et viens te rendre près de l'autre âme qui n'a pas détalé à ma vue et qui s'avère être, pour mon plus grand bonheur, le compagnon de ma belle iridescente. Ce dernier à pris son Daemon dans ses bras et lui sourit. Pour eux aussi, il semble y avoir eu plus de peur que de mal.

Alors que tu passes à ma portée, tu me décroches et me garde dans ta main en t'approchant du duo. Peur que je leur fasse peur ? J'en doute.

"Tout va bien pour vous ?" Ta voix, douce et chaleureuse comme à ton habitude, semble résonner étrangement dans la ruelle désormais vide. "Désolé pour tout à l'heure..." Désolé pour quoi ? T'être fait bousculé ? T'es vraiment idiot des fois. "Je n'ai pas vu que vous étiez séparés, j'aurais du m'écarter."

En tout cas, bravo ... Pari gagné ! Je m'amuse vraiment beaucoup ! On devrait faire ça plus souvent.
  
MessageJeu 17 Mai - 20:13
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 112Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Une scène surréaliste, des acteurs sortis de cauchemarsft. Adam Lucas



« Je crois que tu n’es pas la créature la plus dangereuse du coin Ma Douce » souffla mentalement Joshua à sa compagne, rebondissant sur ses menaces.

Et, en effet, il y avait fort à parier qu’il disait juste ! L’homme qui les approchait portait une énorme araignée qui, supposait-il sans prendre trop de risques, ne pouvait-être qu’un daëmon. La rue était devenue une véritable exposition de créatures mortelles et il n’était même pas midi ! Quelle journée !

Naïva était orgueilleuse, très orgueilleuse. Mais, elle devait se l’avouer, l’arachnide avait une prestance et une grâce qui pouvait égaler la sienne. Elle avait juste plus de pattes, enfin… Elle avait des pattes, tout court. Elle dégageait cette même impression de « tu m’touches, j’te bouffe » que le taïpan transpirait avec adresse. La colère du reptile était passé bien qu’elle était prête à bouffer le premier emmerdeur qui viendrait jouer avec ses nerfs dans les minutes à venir. Charmante, à n’en point douter.

Joshua, lui, se concentrait sur l’homme qui les avait abordés en s’excusant. S’excuser de quoi d’ailleurs ? Ce n’était pas lui qui était au volant de la voiture qui avait causé le mouvement de foule. Il lui en fit d’ailleurs part avec un sourire se voulant rassurant puis ajouta :

- Je sais pas s’t’as remarqué mais tu pisses le sang, là (et il pointa la zone blessée). Le visage, ça saigne beaucoup.

Lui-même avait les mains écorchées, les genoux endoloris et le cou rouge de son interaction avec les anneaux de la daëmonne qui avait tenté de ne pas être éjectée. On aurait pu croire qu’il venait d’échapper à une tentative d’étranglement. Mais, il y pensait…

- Oh bah merde alors ! Désolé Ma Douce, on va devoir racheter un autre sandwich.

Le reste du premier gisait, écrabouillé, la victime sanglante de cet accident. Le jeune daëmonien se releva en tenant précieusement son âme contre lui, il avait eu peur pour elle et il était un vrai papa poule.

- Quel dommage ! soupira-t-elle théâtralement, je vais devoir me contenter de manger l’un des passants. On ne sait pas trop où ça a traîné mais il faudra s’y faire.

Elle posa son regard (inexpressif comme l’était toujours le visage du taïpan) sur l’autre daëmonne :

- On partage ?

L’intonation était… amicale ? Quelle journée ! On manquait de se retrouver dans les faits divers à cause d’une collision avec une voiture et voilà que Naïva était sympathique ! Cela surpris son daëmonien.

« Naï, tu t’es cogné fort la tête ? J’ai combien de doigts ? »
« La ferme ou tu n’auras bientôt plus. »

Il épousseta une de ses mains sur son jean et la tendit vers Adam. Naïva restait blottie contre son torse, soutenue par l’autre bras qui la serrait avec douceur. Pas question de la laisser s’éloigner de lui, le souvenir de la douleur qu’elle venait de vivre était encore trop présent pour que le daëmonien ne veille pas sur elle.

- Moi c’est Josh, la dame, c’est Naïva. Je crois que dans l’histoire il y a eu plus de peur que de mal. Il faudrait quand même désinfecter cette blessure et mettre un pansement dessus avant que toute ta tête soit couverte de sang.

Il leva un sourcil, en proie à une réflexion d’une intelligence rare.

- Quoique… ça pourrait aller avec le contexte, manque plus qu’une musique stressante et on peut faire un film d’horreur. Le Serpent, l’Araignée et l’Ensanglanté !
- Et le Crétin qui sait pas trop ce qu’il fait là mais qui va mourir en premier, ajouta sa daëmonne, innocemment.

Amusé, il adressa un sourire à son interlocuteur pour le rassurer quant à cette menace de mort lâchée sans sourciller. Naïva était comme ça : Agréable, délicate, emplie d’un amour universel et bienveillant. Quoi ? Comment ça : Il n’était pas une source fiable ?

« Rappelle-moi de breveter l’idée du film en rentrant. »
« Je regrette parfois de ne pas pouvoir t’empoisonner » répondit le taïpan, faussement chagrine.
« Moi aussi, je t’aime. »


  
MessageDim 20 Mai - 23:27
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018Nombre de messages : 91Nombre de RP : 38Âge réel : 30Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon : Fascinante et effrayante
Adam LucasNormal is just an illusion
JE L'ADOOOOORE !!! On peut les ramener à la maison, Adam, s'il te plaît ? Je ferais tout ce que tu veux pendant une semaine ! Je nous imagine déjà, elle et moi, terrorisant tout un café ou un restaurant entier pour offrir à nos humains les meilleures tables pour manger à l’œil. Je sais, je sais, je m’emballe, on se connait qu'à peine après tout, mais je sens qu'on pourrait devenir de grandes copines elle et moi, on est déjà si proche, on se comprend si bien !

"Un passant ? On les a tous fait fuir. Remarque, ça n'en rendra la chasse que plus intéressante, en effet." Dis-je d'une voix profonde et grave de conspiratrice. "Mais soit, partageons-en un, tu préfères quoi ? Homme, femme, enfant ?"

Et alors l'inévitable se produisit : une poignée de main. Tu ne trouves aucune excuse pour t'y soustraire sans que ça ne fasse vraiment étrange et te voilà obligé d'entrer en contact physique avec un inconnu. C'est un débat éternel que tu fais avec toi-même mais tu préfères infiniment que personne ne sache rien de ton pouvoir.

Collision de peau engagée, et c'est partit !

Joshua Torrent... Ce nom est assez connu sur la toile. Je ne savais pas le Daemonien aussi mignon cependant, cet air d'adolescent négligé ne laisserait personne indifférent. Il avait une très mauvaise réputation mais quand j'ai su que ce qu'on disait de lui n'étaient que des racontars, je suis bien vite passé à quelqu'un d'autre.

La poignet de main est brève et nous n'avons accès qu'à trop peu d'informations pour rendre le personnage intéressant. Alors que tu vas rompre le contact, un nom vient à ton esprit : Nathan. Ce nom est lié à tout un tas de questions et de souffrances qui te rappelle violemment tes propres conflits intérieurs. Presque immédiatement, tout tes sens se mettent en branlent, ce garçon vient de réveiller le psy qui sommeillait en toi. Et ce Nathan a réveillé mon instinct de chasse à l'information. C'est dommage que tu n’ai pas prolongé le contact, histoire de savoir ce qui s'est passé et de connaître l'origine de tout ces conflits intérieurs.

En réalité, peu de temps s'est écoulé depuis ce bref contact mais cela nous fait toujours plus ou moins cet effet. Le prénom nous est confirmé par le garçon lui-même alors qu'il fait les présentations qui s'imposent.

"Enchanté Josh, moi, c'est Adam. Et voilà Charlotte." Dis tu en relevant légèrement la main qui me tient.

Nous les regardons alors. Ces deux là ont l'air particulièrement proches, à veiller l'un sur l'autre presque à l'extrème. Bon, ils se chamaillent de temps en temps, un peu à notre manière à nous d'ailleurs, mais ils ont cette proximité, cette intimité que nous n'avons pas pour contrebalancer ces querelles. Je te sens un peu abattu devant cette image du couple parfait, tantôt à se chercher, tantôt à se câliner. Par comparaison, tu sens alors toute la distance qu'il peut y avoir entre toi et moi, nous n'avons que très rarement de gestes d'affection l'un envers l'autre.

Il faut te rendre à l'évidence, jamais nous ne seront intimes comme la plupart des autres Daemoniens. Peu m'importe, tu n'as pas à culpabiliser, dis toi que ça nous rend au moins spécial. A cette pensée partagée, je me sens monter jusqu'à ton épaule avant que tu ne me pose délicatement sur toi. Ce contact, bien que bref, avec ce garçon t'as vraiment troublé au point que ma présence près de ton visage t'es nécessaire. Méfie toi, tu te laisses beaucoup trop avoir par ton pouvoir en ce moment. La réalité reprends alors ses droits sur toi.

"Oui, tu as raison." dis-tu encore un peu perdu dans tes pensées. "Écoute, on va aller à la pharmacie pour se faire désinfecter toi et moi, et pour me mettre un pansement. Ensuite, si ça te va, je te propose d'aller manger un truc dans ce salon de thé qu'ils viennent d'ouvrir. Il paraît que leur sandwichs sont super bon et ce n'est pas loin d'ici."

"Et on pourra parler de notre histoire de film ! Voire même la mettre en scène si la pharmacie ou le café est bondé" dis-je à Naïva avant de réaliser un truc.

Adam ... Manger un sandwich ? Je ne pensais pas vivre assez longtemps pour voir ça un jour. Je te sens sourire à nouveau ce qui réchauffe mon petit cœur d'araignée. Comme pour t'encourager, je me frotte légèrement contre toi à la manière d'un chat, ce geste est si peu naturel qu'on tombe d'accord en pensée tous les deux : la proximité entre nous, ce n'est vraiment pas notre truc.


  
MessageMar 22 Mai - 16:16
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 112Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
  • Joshua Torrent
  • Adam Lucas
Une scène surréaliste, des acteurs sortis de cauchemars

L’intérêt de Naïva pour la charmante – oui, oui, charmante ! Vous en doutez ? – Charlotte était accru pour l’humour de la belle demoiselle bleue. D’habitude, les gens la regardaient avec effroi lorsqu’elle menaçait les gens de mort de manière si désinvolte mais, elle en rajoutait une couche. Que demandez de plus ?

« Amoureuse ? » la taquina son daëmonien, sentant par leur lien qu’elle était sous le charme.
« Presque » admit-elle, bien que cela soit plus de la sympathie que de la romance.
« Qui aurait pu croire que les serpents pouvaient être homo ! »
« Tu t’es regardé dans un miroir récemment ? »

Elle faillit lui rappeler son aventure avec Ethan mais se retint de justesse. Toutefois, le nom flotta entre eux et Joshua s’en rendit compte. Mais cette fois, plutôt que de se laisser aller à la mélancolie, il choisit la colère : Cet enfoiré ne voulait pas d’un daëmonien dans son lit ? Tant pis pour lui. Fière de cette pensée, le taïpan lui envoya une vague d’amour qu’il lui renvoya. Pas besoin d’un amant lorsqu’on avait une liée aussi parfaite, eh !

- Homme, femme, c’est pareil ! enchaîna Naïva parlant plus de son estomac que de son orientation sexuelle. Mais je les préfère adultes (toujours meilleur dans l’estomac et plus légal dans le lit), il y a plus à manger. Et surtout, la chasse est plus intéressante. Un enfant, c’est stupide.

Joshua roula des yeux, faussement exaspéré.

- T’as vu ce qu’on a déclenché ? dit-il à son interlocuteur. Elles vont bientôt imposer une tyrannie et Merkeley va être la cible de leurs attaques !

Le taïpan en aurait souri si elle avait eu visage humain, elle se contenta plutôt de lui transmettre son amusement tout en se réinstallant sur les épaules de son compagnon.

- Ce plan me va ! s’exclama le daëmonien, enthousiaste, en rebondissant sur le programme d’Adam.
« Ce plan me va ! » répéta Naïva, un air conspirateur et diabolique dans la voix, en rebondissant sur le programme de Charlotte.

Mon dieu, mais elle était infernale aujourd’hui ! Elle qui, d’habitude, était bien trop heureuse de rester dans le silence et le mépris ostentatoire pour transmettre tout son manque d’intérêt dans l’existence d’autrui, se déchaînait avec une daëmonne à l’aspect aussi peu engageant que le sien. Comme quoi, tout arrivait !

- Je suis tellement content que tu te fasses des amis, Ma Douce, souffla Joshua avec humour, tandis qu’il se dirigeait vers la fameuse pharmacie, néanmoins assez fort pour que l’autre couple puisse l’entendre.
- Tu le seras moins quand j’enverrais ma nouvelle amie te mordre le nez, rétorqua-t-elle.
- Elle peut pas m’empoisonner, na ! rétorqua-t-il dans toute sa maturité. Il hésita même un moment à tirer la langue à Charlotte mais se dit, que peut-être, ce n’était pas une bonne idée.
- Oui mais une morsure, ça fait quand même mal, tu veux essayer ?

Le daëmonien regarda son compagnon de route.

- J’en veux plus ! Je suis un homme battu ! J’te la donne !

C’est sur cette phrase qu’ils pénétrèrent dans la pharmacie. Daëmonienne également, la pharmacienne ne réagit pas violemment en voyant leurs deux compagnes bien qu’elle leur lança tout de même un regard suspicieux. Elle se contentait d’être liée à un chat. Peuh ! Pas du tout original ! Il ne lui fit néanmoins pas part de cette pensée de manière à éviter qu’elle ne tente de les empoisonner plutôt que des les soigner. Il s’en serait sorti sans souci mais Adam n’était pas aussi bien loti.

Elle désinfecta les légères plaies des mains de Joshua puis s’occupa de l’arcade sourcilière de l’autre daëmonien, qui saignait encore. Tandis qu’elle appliquait produit et pansement tout en dispensant des conseils, Naïva entreprit de contacter Charlotte par pensée pour une discussion entre-elle deux.

« Tu crois qu’il a bon goût ? » s’enquit-elle en lui désignant le daëmon chat.

Bah quoi ?! Il fallait bien donner une raison à cette pharmacienne de les regarder de travers, non ?

Informations
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1