Emploi à pourvoir au Tsarine

 
  
MessageSam 14 Avr - 0:03
avatar
Date d'inscription : 04/02/2018Nombre de messages : 24Nombre de RP : 3Âge réel : 40Copyright : AkiAvatar daëmon :
Nikolaï LockwoodNothing will be the same...

La chouette rangeait ses plumes du bec tout en tournant la bague à sa patte la rendant ainsi plus visible. Elle soupira avant de s'étirer le cou. Puis elle s'immobilisa, confortable, sur un rebord de fauteuil, droite et fière.
Nikolaï ne pouvait s'empêcher de taper le bureau du bout de ses doigts à intervalles réguliers.
Derrière lui, une grande fenêtre donnant sur un petit balcon et plus globalement sur une cour et les véhicules des employés. De chaque côté de la fenêtre se trouvaient des bibliothèques de bois encombrées de vieux ouvrages de luxe, lus par Minerva pour certains mais servant un objectif décoratif pour la majorité. Le grand siège de cuir noir sur lequel se trouvait, prônait dans la pièce et avait une importance symbolique. Le grand bureau de bois aux multiples tiroirs et à l'allure royale trônait face à lui avec une feuille, une plume factice et surtout son ordinateur portable moderne et fin que Nikolaï utilisait. Il attrapa d'ailleurs une feuille de compte, en lisant en diagonale les bilans financiers du restaurant. A vrai dire il n'avait pas vraiment besoin de le faire, David dont le bureau se tenait à côté, un bureau bien plus moderne, gérait parfaitement le trésor.
La pièce offrait une sensation de richesse ancienne, de connaissance, de délicatesse. Yulia-Minerva l'avait personnellement décorée. On y sentait une influence française au travers des fauteuils à branches de velours rouge. Le parquet était de bonne qualité, un tapis persan protégeait l'espace de table basse entourée d'un sofa et de deux fauteuils. Une cheminée surmontée d'un grand miroir se trouvait face à cet espace bien que l'on n'allumait jamais de feu. La pièce était suffisamment large pour qu'on puisse y rentrer, contourner cet espace plus informel et arriver au grand bureau de Nikolaï où deux chaises confortables restaient vides.
Un perchoir de bois clair se tenait près du bureau où Yulia pouvait se mettre pour lorgner la scène de haut mais elle pouvait tout aussi bien se tenir sur le lustre.
La plupart des documents administratifs se trouvaient dans une autre salle et ce bureau servait surtout à Nikolaï pour le recrutement, des réunions en privé ou des moments de repos. Un tourne-disque moderne passait parfois des morceaux de classique pour le seul plaisir de Yulia. C'est d'ailleurs elle qui avait insisté pour faire cette pièce digne de Louis XIV pour apporter un peu de royauté au sein de sa vie. Surtout si l'on pensait à l'immense colocation dans laquelle vivaient les membres rapprochés de Nikolaï ou encore la dépendance du manoir familial dans laquelle vivait sa femme … ou plutôt son ex-femme et sa fille qui chacune était simple, moderne et épurée (du moins au début puisque tous n'avaient pas la fibre du rangement).

Nikolaï sortit la fiche du garçon se présentant aujourd'hui pour relire dans les détails son CV ainsi que sa lettre de motivation. Il fonctionnait bien plus à l'entretien et à son instinct mais cela pouvait se révéler intéressant. N'aimant pas trop attendre il soupira sans s'entendre. C'était de sa faute après tout s'ils étaient en avance. Il passa la main dans ses cheveux coupés courts puis sur sa barbe savamment travaillée (Yulia n'aurait supporté une barbe en fouillis, déjà qu'elle le considérait canaille avec). Il regarda sa montre, de marque comme tout le temps, et se leva pour faire quelques pas dans la pièce. Devant le miroir, il réajusta inutilement sa chemise. Il était en costume italien taillé, un complet gris accompagné d'une cravate noire. Il se trouvait bien et s'éloigna du miroir.

*Tâche de ne pas l'effrayer cette fois.*

*Je n'effraie personne, comment le pourrais-je ?*

*Il n'empêche que la dernière s'est littéralement enfuie de l'endroit en pleurs.*

*Elle était fragile… et sa tenue n'était pas adaptée je lui ai juste fait remarquer. De toute façon je ne pouvais pas la supporter, elle essayait de te faire du charme grossièrement.*

*Cyrus l'aimait bien. Et elle était juste à la plonge, pas besoin d'une tenue tirée à quatre épingles*

*Nous sommes un établissement de haut standing Nikolaï, tous les employés le représentent. Je ne vais pas te laisser encanailler ce restaurant. Il y a une tenue pour tous.*


L'établissement en question n'avait pas encore ouvert ses portes mais la petite équipe se trouvait en cuisine, seul David se trouvait à l'étage et Cyrus s'occupait comme il voulait. Le petit téléphone de Nikolaï vibra dans sa poche, il le sortit et jeta un œil au message. Le jeune homme était arrivé. Ça n'était pas trop tôt. Le patron inspira et fit craquer ses jointures en une manie désagréable qui eut le don d'agacer Yulia qui lui lança une remarque acide. Puis il pianota sur son téléphone, il demanda à ce que l'on guide le jeune jusqu'à son bureau. Evidemment Max savait parfaitement ce qu'entendait Nikolaï par là, il n’emmènerait pas le jeune homme devant le bureau mais lui indiquerait l'endroit. Cela permettait un moment de solitude et d'autonomie au candidat qui faisait ainsi face seul au bureau. Nikolaï n'était pas du genre à faire ami-ami avec ses employés hors de son équipe réduite et pour en arriver à un stade d'intimité il aimait voir les preuves de ceux qu'il employait. Il les aimait dignes de confiance, efficaces, avec du sang-froid. On ne savait jamais ce qu'il pouvait arriver. Les mettre en position de perte de repères et de déséquilibre de pouvoir lui assurait une meilleure visibilité de leur vulnérabilité.

Aussi il se rassit à son bureau, se servant un grand verre d'eau, qu'il ne toucherait probablement pas. Yulia-Minerva aimait le voir ainsi, dans son élément, avec sa carrure naturelle, son air de commandant bien qu'elle leva les yeux au ciel face à ses simagrées. Contrairement à certains daemons elle n'avait pas à faire la police sur les fréquentations de Nikolaï qui était déjà méfiant sans en faire trop. C'était notamment grâce à ce trait de caractère qu'il avait pu survivre dans son milieu. Cependant il restait toujours poli, charmeur et accueillant, avec une réserve indéfinissable tant que l'on ne rentrait pas dans son cercle proche. La chouette aimait le voir beau, élégant, sérieux. Il enfila ses implants cochléaires qui pouvaient lui être utiles dans cette situation bien qu'il aurait préféré ne pas les mettre. Il voulait être sympathique envers le candidat, c'était celui qui avait sa préférence au vu des dossiers, et l'emploi voulu n'était que du service de petite main, de la plonge surtout. Donc ce n'était pas la peine de le mettre mal à l'aise plus que de mesure. Il mit un temps à s'adapter au bruissement constant et lointain qu'il entendait.

Ils attendirent qu'on toque à la porte, il attendait du moins que Yulia le prévienne puisqu'il ne reconnaîtrait pas forcément le son, son cerveau s'adaptant encore à l'appareil. Ce qu'elle fit en laissant volontairement un temps d'attente après les premiers chocs du bois. D'une voix forte mais sans crier Nikolaï prit la parole.

« Entrez. »

Son regard clair dardait l'inconnu qu'il analysa sans un mot ou un sourire.

  
MessageSam 14 Avr - 15:59
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 110Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Emploi à pourvoir au Tsarineft. Nikolaï Lockwood



Joshua avait longuement pesté en tentant de se souvenir de comment on faisait un nœud de cravate. Les costumes classes, il les avait en horreur et ces saloperies le lui rendaient bien ! Il s’était trompé en boutonnant sa chemise, liant lundi avec dimanche et son veston était un poil trop serré, signe qu’il avait pris en muscle à force de jouer les hommes à tout faire.

- Tu devrais t’acheter de nouveaux costumes, lui conseilla sa mère en terminant de nouer la cravate autour de son cou, lui ayant abandonné.
- Ça coûte cher et je rentre encore dans ceux-là, rétorqua-t-il.

La femme qui l’avait adopté alors qu’il n’était qu’un poupon le dévisagea longuement puis lui ordonna de ne pas bouger le temps qu’elle aille chercher quelque chose. Elle revint quelques secondes plus tard, une housse à la main de laquelle elle sortit un costume bleu sombre que le jeune daëmonien reconnut comme étant celui de son père.

- Ça devrait t’aller, il avait une plus grande carrure que toi, dit sa mère, la voix défaillante.

Ne sachant pas quoi dire face à la découverte que son modèle féminin dans la vie était incapable de se débarrasser des vieilles tenues de son époux mort, il se contenta d’enfiler la tenue. Kelly choisit ce moment pour débarquer dans le salon.

- Ouah Josh, t’es trop beau ! On dirait papa !

Le visage de leur mère se ferma et l’aîné en aurait fait de même s’il n’y avait pas eu sa petite sœur. Au lieu de cela, il lui adressa un grand sourire enjoué et termina de boutonner le veston.

- Bien sûr qu’je suis beau microbe !

Il la prit dans ses bras et lui embrassa la joue, la faisant glousser.

- Naïva a dit que vous alliez postuler à un emploi. Ça veut dire quoi postuler ?

La petite furie blonde passa des bras de son frère à ceux de sa mère qui entreprit de lui expliquer le terme « postuler » tandis que Joshua finissait de se préparer. Après avoir chatouillé sa sœur et serré les deux femmes de sa vie dans ses bras, il entreprit de rejoindre sa daëmonne qui était sur la commode de la salle à manger. Elle évitait de s’installer sur des endroits bas car la petite sœur avait la sale manie de ne pas faire attention à où elle mettait les mains quand elle bougeait. Il lui arrivait donc de toucher le taïpan, occasionnant au couple d’horribles douleurs.

« Je sais que tu veux que je te dise que tu es ridicule mais je trouve que ça te met en valeur » lui dit le taïpan en le détaillant. Et parce qu’elle était l’amour de sa vie, Joshua fut convaincu qu’il avait bien fait d’enfiler ces habits du démon.
« Sac ou épaule ? » lui demanda-t-il.
« En temps normal, j’aurais dit sac car il faut faire bonne impression pour un entretien mais vu que là ils souhaitent spécifiquement un daëmonien, autant leur montrer que t’en es un. »
« Pour une fois qu’être daëmonien est un avantage ! » s’exclama-t-il, à moitié sérieux en laissant sa daëmonne s’enrouler autour de son cou.
« M’avoir pour daëmon est le meilleur avantage » répliqua Naïva avec orgueil.
« C’est évident. »

Après avoir embrassé le museau de sa compagne, il s’installa au volant de la Mercedes grise de sa mère (son vieux pick-up à moitié mort ne collerait pas à l’ambiance) et se mit en route vers le Tsarine. Une amie à sa mère qui savait qu’il était daëmonien lui avait décroché cet entretien d’embauche et il lui en était reconnaissant. Il souhaitait mettre de l’argent de côté pour emmener sa famille à Disneyland. Il aurait pu s’expliquer en disant que c’était sa petite sœur qui voulait absolument y aller mais, en vérité, il était tout aussi enthousiaste.

Le job était en tout point commun à ceux qu’il avait eu tout au long de sa vie et qui avait donc bien rempli son CV : la plonge, c’était presque un réflexe à ce stade pour Joshua. Le seul détail qui changeait c’était l’étiquette « classe » ce qu’il pouvait être avec pas mal d’abnégation (il avait même mis du gel pour donner bonne allure à ses cheveux, bon dieu !) ainsi que l’exigence de savoir tenir sa langue ; ce qu’il était parfaitement capable de faire. Les affaires des autres, il s’en foutait du moment que ça ne le concernait pas.

Il entra dans le bâtiment avec assurance et se présenta à un individu qui lui dit s’appeler Max. Il arrivait avec 5 minutes d’avance (ce qui était un exploit pour lui qui, d’habitude, arrivait toujours à la dernière minute) et on lui expliqua comment atteindre le bureau du recruteur. Mémorisant les instructions, Joshua fut agréablement surpris des daëmons qu’ils croisaient. Ce n’est pas ici qu’on risquait de mal regarder le serpent qu’il avait autour du cou.

Il monta les escaliers et se dirigea vers la porte qu’il soupçonna, au vu des indications qu’on lui avait données, d’être celle du bureau de Nikolaï Lockwood, comme on le lui avait présenté. Il toqua trois coups ferme et attendit. L’absence de réponse immédiate lui fit douter de sa destination mais, finalement, une invitation à entrer se fit entendre. Il arbora un sourire qu’il voulait poli mais qui semblait plus enjoué sur sa tête et pénétra dans la salle en refermant la porte derrière lui.

La pièce lui fit l’impression d’être dans un film sur les familles nobles des siècles précédents et il aurait lâcher un sifflement admiratif s’il ne se trouvait pas dans une situation aussi formelle. Il préféra se diriger d’un pas confiant vers le bureau où se tenait ce qu’il supposait être le recruteur tandis Naïva, elle, ne se gênait pas pour admirer la décoration.

- Bonjour monsieur Lockwood, dit-il en tendant la main par-dessus le bureau après avoir adressé un signe de tête respectueux à la chouette perché à côté, se doutant qu’il s’agissait d’un daëmon. Je suis Joshua Torrent mais vous pouvez m’appelez Josh.

Depuis que les horribles crimes de Joshua Collins avaient été dévoilés, le jeune daëmonien ne supportait pas qu’on utilise son prénom en entier car cela le rapprochait trop de ce tueur d’orphelins. Et pour un orphelin, c’était assez horrible.

« - Je suis Naïva » dit simplement sa compagne dans l’esprit de l’homme et de la chouette que Joshua avait discrètement détaillé avait de reposer son attention sur l’autre daëmonien.

Le jeune daëmonien resta debout, attendant qu’on l’invite à s’assoir pour le faire et Naïva, quant à elle, détourna son regard de leurs interlocuteurs pour ne pas les mettre mal à l’aise – sa mère lui avait dit qu’un serpent qui regarde quelqu’un sans rien dire peut-être assez intimidant. Elle aussi voulait que son daëmonien décroche le job ! Le salaire lui promettait des repas de qualité. Elle choisit donc de fixer les bibliothèques en y détaillant les livres qui s’y trouvait tout en restant immobile, évitant ainsi d’attirer l’attention sur sa longueur qui atteignait presque les 2 mètres.

- Comme vous avez pu le constater avec mon CV, j’ai une grande expérience dans le domaine, dit-il avec aplomb. Je sais donc me rendre utile et le travail ne me fait pas peur.

On lui avait toujours dit de s’affirmer dès le début de l’entretien avant même qu’on lui pose des questions. Comme quoi ça donnait une plus grande valeur à ses paroles. Il espérait que ça marcherait ici aussi. Son assurance était également un atout mais sa mère lui avait souvent dit qu’il était stupide de ne pas stresser un minimum. Ce à quoi il avait rétorqué qu’il fallait affronter le monde plutôt que de le craindre.

Il regarda donc dans les yeux son interlocuteur dans une posture confiante, prêt à affronter ses questions.

  
MessageMer 18 Avr - 14:34
avatar
Date d'inscription : 04/02/2018Nombre de messages : 24Nombre de RP : 3Âge réel : 40Copyright : AkiAvatar daëmon :
Nikolaï LockwoodNothing will be the same...

Joshua Torrent entra donc dans le bureau de Nikolaï. Tandis que le daemonien présentait une mine relativement ouverte, Yulia observa de haut les deux approchant. Elle nota d'abord l'effort de présentation, le costume qui lui allait à peu près bien qu'on savait qu'il n'était pas taillé pour lui. Elle n'aurait pas accepté que Nikolaï s'habille de cette façon mais elle fit preuve d'indulgence. Sur son épaule se tenait sa daemonne, un serpent gigantesque. Pourtant habituée du contrôle, elle ne put réprimer un frisson qui parcourut ses plumes. Les oiseaux et les reptiles étaient des classes d'animaux pour le moins opposées, s'ils étaient avant tout des âmes, certains instincts se faisaient parfois ressentir. Rien que sur le mode de déplacement, voler ou ramper… pourtant les volants et les rampants étaient sans doute les plus anciens des animaux terrestres. Malgré ce premier instinct de répulsion, vite maîtrisé, Minerva ne bougea pas. Immobile comme une statue. Après avoir réprimé un sentiment de dégoût face aux cheveux gélifiés de ce Joshua, elle se concentra sur le serpent. Elle devina que ce devait être une femelle, par ses manières et par son bon goût. En effet, le serpent matait littéralement la pièce, ce qui flatta évidemment Yulia-Minerva qui revit son jugement hâtif et primitif sur ce daemon.
Nikolaï attrapa la main et la serra fermement en deux mouvements tandis que Yulia sortit de sa position pour baisser la tête gracieusement. Grâce aux appareils, Nikolaï n'eut aucun problème pour saisir la phrase. De toute façon il aurait même pu lire sur ses lèvres, aucun mot à la prononciation compliquée n'avait été prononcée. De plus il avait déjà lu le dossier du garçon, impossible de se tromper sur son nom. Il aima la franchise et l'intimité que Joshua mettait déjà entre eux. Il eut un léger sourire.

« Très bien Josh. C'est comme cela que je t'appellerai. »

Sa voix était ponctuée d'un accent russe marqué. Le tutoyer était plus naturel pour Nikolaï qui le voyait en jeune garçon qui intégrerait potentiellement l'équipe du restaurant. Ses employés étaient ses alliés et il n'aimait pas mettre de distance avec eux. Cependant on ne le tutoyait pas vraiment en retour, il se devait de garder une position de patron au sein de son entreprise. Nikolaï salua ensuite à voix haute la daemonne bien qu'il n'espérait qu'elle ne parla pas, il lui était impossible de lire sur les lèvres des daemons et l'appareil ne suffirait probablement pas.

« Enchanté mademoiselle. »

Yulia-Minerva en profita pour se présenter mentalement en un anglais parfait quoiqu'un peu soutenu et d'une voix soprane presque séductrice.

*Yulia-Minerva.*

La chouette n'ajouta rien, elle préférait garder ses distances quitte à être arrogante. Pourtant elle appréciait la première attention involontaire du serpent à sa décoration. La façon de lui faire voir avait été son ton plus sympathique que cassant.

« Tu peux t'asseoir. »

Lui même s'assit, repliant une jambe sur l'autre et remettant sa montre d'un geste automatique. Yulia-Minerva qui, elle au moins contrairement à son impoli de daemonien, ne fixait pas droit dans les yeux ou les lèvres, se contentait d'observer du coin de l’œil. Le serpent faisait de même, par des règles élémentaires de politesse se dit-elle. Elle regardait sa bibliothèque et Yulia se dit qu'elle avait bien eu raison de choisir méticuleusement les titres qu'elle y avait mis, sans pour autant les lire. Certaines grosses encyclopédies y figuraient tout comme des classiques et des anciens traités scientifiques.

Entendant le jeune garçon, courageux pour le moins, prendre la parole et y appuyer son envie de travailler dans l'endroit fit sourire Nikolaï une deuxième fois, un sourire en coin, presque moqueur. Se rendre utile et ne pas rechigner à la tâche c'est bien les compétences qu'on lui demandait avec une certaine prestance si besoin. Le fait qu'il n'avait pas l'air anxieux était à son avantage. Il risquait de rencontrer de drôles de phénomènes dans les cuisines et c'était mieux de garder son calme et son assurance même face à des gros bonhommes comme Kuruk ou pire Liluye, sa sœur, bien plus petite mais plus agressive.

« Et c'est tout à ton honneur Josh. J'ai lu ton CV et effectivement il me semble que tu as déjà fait ce genre de travail. »

Il continue après un instant de silence.

« En toute franchise, le poste que nous proposons, c'est essentiellement de la plonge. Et des coups de main quand c'est nécessaire. Ce que j'attends de celui ou celle qui prendra cette place, c'est de l'obéissance et ne pas rechigner à la tâche. Je vois déjà que tu as fait l'effort de ta présentation et c'est apprécié. Le Tsarine ce n'est ni McDonald's ni une brasserie familiale. Les gens qui y viennent, recherchent le calme, un service parfait et une certaine notion du secret. Un espace protégé et luxueux en quelque sorte. »

Il déposa le dossier de Joshua face visible, sur le bureau.

« J'ai trouvé ton dossier intéressant. Comme tu le sais peut-être nous n'embauchons que des daemoniens, pour des raisons assez évidentes. Déjà cela m'enlève une possible inquiétude, l'hostilité de certains humains est assez connue mais la plupart d'entre eux sont mal à l'aise à l'idée de travailler avec nous. »

Yulia-Minerva qui faisait mine de s'intéresser à autre chose claqua la langue de mépris. Le son était minime et on aurait pu le prendre pour un bruit du dehors.

« De plus certaines capacités sont utiles pour le travail. Et j'estime les daemoniens mieux préparés en général pour faire face à des complications, à d'autres daemoniens ou à garder le secret. Bref je ne m'éterniserai pas plus sur mes raisons mais je voulais que tu en saches plus. C'est donc à moi de te demander Josh, peux-tu te présenter rapidement ? Ton parcours, ce pourquoi tu veux cet emploi. Et je demanderai à Naïva, si cela ne vous dérange pas Naïva, de te décrire au niveau de ta personnalité, puisqu'elle te connaît le mieux. J'aimerais que vous soyez honnêtes, tous les deux, c'est une qualité que j'apprécie. »

Il vouvoyait la daemonne par son caractère traditionnel et son respect particulier envers les femmes. Sa daemonne n'aurait pas accepté qu'il s'exprime à une autre dame sans les honneurs qui lui incombaient. Yulia-Minerva qui jouait la discrétion ne put s'empêcher d'ajouter, oralement, bien que Nikolaï puisse l'entendre mentalement, en s'adressant au serpent.

« Nikolaï a par pudeur, oublié d'en parler. Et je vous présente mes excuses par avance si cela vous indispose cependant je dois vous faire part d'un détail que je vous demanderai de respecter. A cause d'une surdité, Naïva je vous prierai de ne pas vous adresser oralement à Nikolaï puisqu'il ne peut lire sur vos lèvres. Ses appareils ainsi qu'une aide de ma part lui permettraient de comprendre ce que vous voudriez lui dire, mais je pense que vous serez plus libre en lui parlant directement sans avoir besoin d'une traduction indirecte. »

Nikolaï acquiesça en serrant les dents. Yulia n'aimait pas faire la pigeonne voyageuse ce qu'il comprenait. Et évoquer sa surdité maintenant empêchait un retour plus tard ou une curiosité mal placée de la part de Josh. C'était un test sur sa façon de réagir à une situation surprenante et sa curiosité. Il n'ajouta rien de plus, espérant que le jeune ne ferait pas l'erreur de le sous-estimer ou de moins le respecter ou même de le considérer comme un handicapé. De toute façon chaque membre de son équipe proche avait un « handicap » et si le petit était pris, il verrait bien assez vite qu'un « handicap » ne fait pas perdre de valeur, au contraire ayant du se battre deux fois plus chacun savait se démener et dépasser même les pires obstacles. Nikolaï aimait les gens compétents et il ne considérait aucun handicap comme indépassable.
  
MessageDim 29 Avr - 19:16
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 110Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Emploi à pourvoir au Tsarineft. Nikolaï Lockwood



« Il nous faut une bibliothèque » décida Naïva tandis qu’elle admirait les ouvrages.
« Et pourquoi faire ? T’as pas de doigts pour tourner les pages » rétorqua mentalement son daëmonien en veillant à garder son expression inchangée pour ne pas révéler qu’ils avaient cette petite conversation privée.
« Pas besoin de mains lorsqu’on a esclave pour ça. »
« Tiens-toi bien Ma Douce, on en parlera après » répondit-il en lui envoyant l’équivalent mental d’un levage d’yeux au ciel.

Vu la classe qu’imposait Nikolaï et l’environnement dans lequel il travaillait, Joshua se dit qu’il ne devait pas avoir ce genre de conversation débile avec sa daëmonne – qui s’était présenté comme Yulia-Minerva. Toutefois, le jeune homme ne regrettait pas son âme, il s’ennuierait à mourir avec une daëmonne sans humour.

Il s’assit à l’invitation de son interlocuteur et joignit ses mains en entrecroisant ses doigts sur ses hanches. Cela lui évitait de chipoter nerveusement à quelque chose durant l’entretien et donc de déconcentrer l’employeur de la véritable raison de cet entretien : l’embauche.

Il écouta attentivement Nikolaï en hochant légèrement la tête pour marquer son accord à ce qu’il disait tout en se demandant quel pouvait être son origine. Son accent était présent mais Joshua ne s’y connaissait pas vraiment avec son pur parler d’américain.

Lorsque l’homme en vint à expliquer les raisons pour lesquelles il ne voulait que du daëmonien, Naïva se réjouit à l’idée qu’ils n’allaient pas travailler aux côtés d’humain. L’endroit était chic et haut de gamme, comme l’avait souligné son propriétaire. Joshua ne pouvant s’empêcher d’asticoter les personnes qui avaient peur de sa nature, ça aurait vite tourner au carnage dans les cuisines, ce qui était la porte assurée dans ce genre d’établissement.

Naïva tourna la tête vers l’homme quand il s’adressa à elle et se rengorgea face à l’utilisation du vouvoiement qui la flattait.

« Je l’aime bien » déclara-t-elle.

Joshua ne répondit rien, son amusement parlait pour lui à travers leur lien mental.
Après Nikolaï, ce fut la chouette que le taïpan observa alors qu’elle s’adressait à elle. Sourd ? Vraiment ? Le jeune couple ne s’en était même pas rendu compte. Un début d’admiration naquit chez la daëmonne. Dans la nature, seuls les plus fûtés survivaient. Qu’il se soit aussi bien adapté à ce handicap faisait de lui un fûté.

- Je vais faire ainsi , se contenta-t-elle de dire, respectant les consignes de Yulia-Minerva.

Joshua ne dit rien quant à la remarque sur la surdité. Dans certains endroits où il était allé, son orientation sexuelle lui avait valu des réactions aussi débiles les unes que les autres, certains voyant ça comme un handicap et se permettant des remarques et questions socialement incorrects tout ça sur le prétexte qu’il était différent. Nikolaï l’avait très bien compris jusqu’à maintenant, non ? Il pouvait donc continuer de parler étant donné que, face à face, son interlocuteur pouvait clairement voir ses lèvres.

- Eh bien, commença-t-il. Depuis que j’ai fini ma scolarité, j’ai enchaîné des petits boulots de plonge ou d’homme à tout faire. Cela m’a permis de développer très tôt une grande polyvalence. Je n’ai peut-être pas de diplôme universitaire mais je sais me servir de mes mains et effectuer les tâches qu’on me donne sans rechigner. Si je ne sais pas faire quelque chose, je ne le cacherais pas mais vous demanderais de me l’expliquer plutôt que de tenter seul et de faire une bêtise.

Il marqua une pause puis enchaîna :

- J’aspire pas à être riche comme Crésus. Tout ce que je veux, c’est d’avoir les moyens d’offrir des fleurs à ma mère, des jouets à ma sœur et de pouvoir combler toutes les demandes de ma charmante amie (il caressa le corps du taïpan autour de son cou).

Naïva fixa son regard vers Nikolaï et prit la relève avec conviction :

- Si vous voulez quelqu’un qui sache faire face aux imprévus, vous pouvez comptez sur Josh. Cela fait des années que nous vivons par nos propres moyens et il a toujours su faire face aux problèmes qui nous ont fait obstacle. Si vous désirez quelqu’un de parfait qui ne fait jamais d’erreur, vous n’avez pas la bonne personne devant vous. Personne ne l’est, de toute façon. Ce que je peux vous assurer c’est qu’il fera toujours de son mieux et apprendra de ses erreurs pour autant qu’on lui explique honnêtement qu’il en a fait une et en quoi elle consistait. Il les assumera et fera en sorte de ne pas les reproduire.

Flatté par les paroles de sa daëmonne, Joshua ne put s’empêcher de la regarder avec affection. Et, bien évidemment, parce qu’elle était aussi fourbe que lui, elle ne put s’empêcher d’ajouter :

- Par contre, si vous n’appréciez pas son humour, il faudra le noyer dans l’eau de la vaisselle pour l’arrêter.

  
MessageMar 29 Mai - 12:11
avatar
Date d'inscription : 04/02/2018Nombre de messages : 24Nombre de RP : 3Âge réel : 40Copyright : AkiAvatar daëmon :
Nikolaï LockwoodNothing will be the same...

Nikolaï souriait. Pas de son sourire d'ange adorable qu'il réservait pour sa famille mais un demi sourire, il ne pouvait s'empêcher d'acquiescer. D'abord parce que le jeune homme le convainquait dans sa façon d'apprendre mais aussi sa façon d'être, mais aussi parce qu'il le trouvait presque touchant. Il maintenait son regard rivé sur Joshua, ce qu'il faisait avec tous ses interlocuteurs. C'était autant une marque d'attention pour ceux qui n'en avaient pas l'habitude qu'une habitude d'observation et d'analyse de Nikolaï. Il interrogeait du regard le langage corporel de ceux qui se tenaient face à lui. Cela lui avait sauvé la vie à de nombreuses reprises.
Que Joshua n'ait pas de diplôme universitaire ne gênait pas Nikolaï, il n'en avait pas non plus et ça ne servait à rien dans ce qu'il proposait. Par contre la polyvalence, l'expérience et l'adaptation c'était des qualités qu'il recherchait. Tout comme le manque d'appât du gain. En même temps, s'il faisait bien de le préciser, le boulot d'homme de plonge n'allait pas lui ramener des milles et des cents comme il devait se douter. Même si Nikolaï aimait payer plus largement ses employés.
Des fleurs à ma mère, des jouets à ma sœur, les caprices de sa compagne. Décidément, ce Joshua savait toucher la corde sensible. Si la mère de Nikolaï n'était plus de ce monde depuis des années, que sa sœur avait passé l'âge de jouer avec des jouets (si elle l'avait jamais fait), sa daemonne était encore capricieuse … ou du moins elle avait un certain standing comme elle le disait. Rendre les siens heureux était un de ses principes de vie, voire son principe de vie le plus important. L'esprit de la famille était sa madeleine de Proust et Joshua venait sans doute de marquer un essai décisif.
Il écouta néanmoins la daemonne… il savait que Yulia était intransigeante et qu'une daemonne difficile à gérer en cuisine, qui rendait un travail en équipe impossible … eh bien la proposition de contrat devenait tendue.
Elle reprécisa cette capacité d'adaptation que Nikolaï et Yulia avaient cru comprendre, mais aussi la responsabilité qu'il n'hésiterait pas à prendre et le fait qu'il restait un apprenti. Le sourire de Nikolaï avait disparu, il était redevenu sérieux, prenant les paroles du reptile comme de véritables informations capitales. Tandis qu'elle plaisanta sur la fin, Yulia-Minerva ne quitta pas un instant son image de volatile impassible, quoiqu'un œil agguerri aurait pu voir l'ombre d'un sourire moqueur. Cela dit elle paraissait juste froide et distante. Nikolaï était plus expressif. Il leva un sourcil, sans se départir de son air sérieux.

« Oh… nous avons bien plus efficace en matière d'assassinat discret. »

*Pitié Nikolaï.*

*Je plaisante Yulia.*


Un sourire vint se glisser sur son visage signe positif qu'il jouait aussi d'ironie. Pourtant s'ils savaient … Quelques années plus tôt, quand Nikolaï n'était pas très à l'aise avec les américains et qu'il traînait presqu'exclusivement avec des russes mafieux, il n'aurait pas compris la blague de la daemonne et aurait sans doute répondu le plus sérieusement du monde que noyer quelqu'un dans du liquide vaisselle était étrange et peu pratique. Aujourd'hui, il était plus à l'aise avec le second degré et tant que ses secrets étaient gardés, personne n'avait de raison d'avoir peur. Il n'assassinait toujours pas dans le liquide vaisselle s'il devait empêcher quelqu'un de parler… il essayait de ne pas tuer d'ailleurs. Et il avait d'autres moyens de s'assurer du silence.
Cela s'était sans doute vu, s'il n'avait pas souri, on n'aurait pu douter de la nature comique de sa phrase… il était imposant et vêtu de son costume bien taillé, de son air confiant voire dur, il avait les attributs clichés de celui qui n'avait pas que trempé dans des saines et légales histoires de restaurant.

« Les diplômes, pas la peine… la perfection non plus… la bonne volonté, l'apprentissage, l'expérience… voilà des qualités qui me parlent. Je vous aime bien. Vous avez l'air d'être des êtres de confiance. »

Il se leva de son bureau, pour regarder un instant par la fenêtre.

« Vous vous doutez bien que cet entretien préalable est le moyen de tester tes qualités en particulier et de vous découvrir. Tu m'as l'air motivé et tu as déjà de l'expérience dans le domaine. Le Tsarine n'est cependant pas un commerce comme les autres. Je ne parle pas du standing de l'établissement, ou du moins pas que… »

Il posa ses mains sur la table et leva un sourcil pour interroger Joshua.

« Sais-tu… ou plutôt savez-vous garder des secrets ? »

Il attendit un instant pour écouter la réponse. De cela dépendrait l'embauche pourtant déjà presque gagnée.

« Pour les papiers nous verrons ça avec le trésorier. Pour les détails techniques, tu auras une période d'essai payée d'une semaine pour t'habituer et pour vérifier que ton intégration se passe bien. Ensuite tu pourras signer le contrat. Je vais te faire visiter et te présenter l'équipe. Histoire de te laisser fuir, si l'endroit ou les membres du Tsarine te font peur d'emblée. Même si… celle à qui tu devras rendre le plus de compte reste encore ma très chère Yulia-Minerva. »

Son sourire affectueux guidait ses paroles et il plaisantait à moité comme souvent. Il ne connaissait pas Joshua et ne pouvait se permettre trop de familiarité mais il était du genre assez avenant alors sa nature transparaissait. Yulia elle restait de marbre, reine figée et juge observatrice.
  
MessageLun 18 Juin - 20:05
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 110Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Emploi à pourvoir au Tsarineft. Nikolaï Lockwood



Un sourire flotta sur les lèvres de Joshua lorsque Nikolaï rebondit sur la phrase taquine de sa daëmonne. Cette opportunité de travail se révélait tout de suite plus intéressante si le patron n’était pas coincé. La vie était tout de suite plus agréable lorsque l’humour était de mise, le travail plus particulièrement.

« On pourrait bien s’plaire ici » songea-t-il à l’attention de Naïva qui lui transmit son approbation par mélange de sentiments. L’endroit et les individus lui plaisaient, elle ne trouvait rien à y redire.

Les dernières traces de tension qu’il arborait s’évaporèrent, rassuré d’une certaine manière par la blague de son interlocuteur. Il était terriblement classe et sérieux, cela l’avait un poil intimidé. Mais, maintenant, après cette conversation, il se révélait être bien plus que ça. Et cela se confirma à sa question un peu spéciale. Il leva un sourcil en réponse à celle-ci, gardant ses yeux rivés sur ceux de Nikolaï. Détourner les yeux pouvant être mal interprété après cette question.

- Moi j’vois rien tant qu’on me le demande pas, vous savez.

Le ton était désinvolte, sans interrogations sous-jacentes. Ce n’était pas la première fois qu’on lui demandait de garder le silence et il n’était pas vraiment du genre à faire la révolution. Il connaissait sa place et ne risquait pas de la perdre, surtout quand elle était aussi avantageuse que celle que lui proposait son interlocuteur. Après, s’ils sacrifiaient des bébés devant ses yeux, il appellerait discrètement la police. Mais ça, son interlocuteur n’avait pas besoin de le savoir. Pour le reste, chacun faisait ce qu’il faisait et tant qu’il était payé, il ne voyait rien à y redire.

Il marqua son accord à l’explication administrative d’un hochement de tête solennel, trouvant ces conditions parfaitement honnêtes et surtout, complètes. Il résista à l’idée de faire une blague sur la fuite, il n’était pas encore assez familier avec l’individu pour se le permettre. Il se contenta donc de sourire poliment à Yulia-Minerva.

- J’espère que je ne vous décevrais pas ! dit-il avec enthousiasme à la daëmonne.

Nikolaï le guida à travers le restaurant, lui expliquant les salles et les détails de la vie du Tsarine. Il garda un air intéressé tout du long mais intérieurement, il admirait la classe de l’établissement. Naïva, elle, ne s’en cachait tout simplement pas. Elle observait avec curiosité leur nouvel endroit de travail et appréciait ce luxe. Les petits établissements glauques n’étaient pas leur place. Ce n’est pas ici qu’on risquait de croiser des rats ou des hommes bourrés.

Ils croisèrent au fur et à mesure différents membres de l’équipe. Max, qui l’avait accueilli et guidé à son arrivé au Tsarine, en profita pour lui adresser quelques mots de présentation mais ne semblait pas vraiment enclin à la discussion.

- Au fait, s’enquit-il après qu’ils eurent laissés Max retourner à ses occupations, comment dois-je vous appeler ?

Il préférait le demander plutôt que de se risquer à lâcher un « patron » qui ne serait pas apprécié.

La deuxième personne qu’ils croisèrent fut un dénommé Cyrus qui lui dit l’impression d’un chaton enthousiaste. Cela attendrit Joshua qui espérait pouvoir connaître plus en profondeur ce bonhomme intriguant mais déjà Nikolaï le dirigeait vers le bureau du trésorier pour entamer les démarches qu’il avait cité avant la visite. Il adressa un clin d’œil à son futur collègue avant de le suivre. Ils rencontrèrent également brièvement Kuruk, un géant impressionnant avec qui le courant passa bien.

Son contact avec David Bloomberg se résuma à l’échange de quelques mots de présentation et de beaucoup d’informations administratives qu’il connaissait sur le bout des doigts à cause de leur fréquente utilisation. Lorsque le côté paperasse fut réglé, il adressa un regard victorieux à son nouveau patron.

- J’ai pas envie de fuir, c’est bon signe !

« Prend garde qu’ils ne finissent pas par avoir envie que tu le fasses » souffla Naïva rien que pour lui, moqueuse.
« Je sais m’tenir voyons ! »

Avec le temps, il avait appris que la confrontation ne servait à rien lorsqu’on souhaitait conserver ses acquis. Dans un tel établissement, il ferait pas mal d’efforts pour ne pas avoir l’air inapproprié. L’opportunité était trop intéressante pour la laisser s’échapper parce qu’il n’avait pas l’intelligence de tenir un minimum sa langue et de faire preuve de tenue.

Il choisit donc de plutôt tendre sa main solennellement à son patron.

- J’ai hâte de pouvoir travailler avec vous ! Quand est-ce que je commence ma semaine de test ?

  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1