Vous avez dit "Discret" ? (Nollaig E. O'Malley & Joshua Torrent)

 
  
MessageMer 25 Avr - 14:27
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 112Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Vous avez dit "Discret" ?ft. Nollaig E. O'Malley



L’univers est régi par de nombreuses lois inviolables. Des lois qu’on ne peut éviter malgré toutes la volonté du monde. Pour donner un exemple simple : La loi de Murphy. Si une merde vous tombe dessus, vous pouvez être sûr qu’une file d’autres vous attends au coin de la rue, prête à vous donner des coups de pieds dans le ventre après vous avoir jeté à terre.

Il y en a une foule d’autre mais celle qui occupait l’esprit de Joshua en ce début d’après-midi était « n’accepte jamais de rendre un "petit service" sans savoir avant de quoi il en retourne, sinon tu es sûr de t’engager à une tâche ingrate qui ne peut absolument pas être qualifié de "petit service" et ce, dans les 50 Etats ! ».

Et parce qu’il avait oublié cette loi essentielle du fonctionnement de l’univers, il se retrouvait à traîner un énorme sac rempli de verre vers une bulle à verre près du parc. Maugréant contre les lois, l’univers et les « petits services », Joshua sentait ses bras faiblir au fur et à mesure qu’il approchait de sa destination.

« Et, bien sûr, si j’avais refusé de le faire, le proprio aurait été infernal. Il sait très bien que Lulla n’a pas passé de contrat avec lui et il peut donc m’emmerder avec ça, même si elle paie. »
« On a qu’à virer Lulla et Makha » souffla Naïva, mine de rien.
« Très drôle. Je sais que tu es jalouse d’elle mais tu sais bien que sur le long terme, on n’a pas les moyens de payer le loyer. »
« Et puis » ajouta-t-elle, du venin dans la voix « tu l’aimes bien. »
« Pas plus que je ne t’aime toi, mon vilain monstre. »

Même si elle n’en dit rien, le compliment fit lui fit plaisir. Il lui aurait bien embrassé le museau s’il n’avait pas les mains occupées à transporter ce fiche sac. Non mais qui avait besoin d’autant de bocaux et de bouteilles en verre ? La bulle à verre apparut finalement dans son champ de vision tandis qu’il traversait le parc. Alléluia !

Après avoir déposé sa veste sur l’un des bancs de pique-nique pour que Naïva puisse être posée dessus sans risquer l’écharde, il entreprit de sortir un à un les objets en verre et de les glisser dans le container. A chaque fois qu’il entrait la main dans le sac poubelle, le verre choquait contre le verre. Une fois dans la bouche de la bulle à verre, les objets cassaient pour la plupart dans un grand bruit.

Joshua sentit le désespoir le gagner alors qu’il n’en était même pas au quart. Il donna un grand coup de pied dans le container pour passer sa frustration, engendrant un nouveau bruit de verre cassé.

« Très mature » constata sa daëmonne, amusée.
- Oh ça va hein ! s’exclama-t-il à voix haute, oubliant de penser. T’aurais au moins pu te stabiliser en singe ! T’aurais été plus utile avec des pouces opposables pour m’aider à jeter ces saloperies !

Loin d’être blessée, Naïva était hilare. Et puis, de toute façon, qui préférerait un singe disgracieux à une sublime taïpan ? Avec un soupir, le jeune homme se remit à la tâche, imaginant divers plans pour détruire le monde dans un avenir proche. Un avenir sans foutus bulle à verre !

  
MessageLun 7 Mai - 9:20
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017Nombre de messages : 289Nombre de RP : 45Âge réel : 20Copyright : FolkrAvatar daëmon :
Nollaig E. O'MalleyNothing will be the same...
Tomas fixe avec tristesse sa daemonienne. Elle se tenait assise devant la fenêtre, gribouillant avec rage les feuilles qui commençaient à s'entasser sur le sol. Cela fait plusieurs heures qu'elle est debout. Bien avant le lever du jour.. De la journée d'avant. Ils avaient passés la nuit à déambuler dans la ville, allant de bar en bar. Et là elle avait décider de se mettre à ses devoirs. Sans grand résultat évidement. La fatigue lui embrouillait les pensées, comme les nombreux joints qu'elle avait pu fumer ces dernières heures. Ces derniers mois sont de pire en pire. Les cauchemars ne semblent pas vouloir cesser, la rendant de plus en plus sauvage. Pourtant il avait cru qu'elle avançait, mettant ainsi son passé derrière elle. Mais non. Edi' faisait en sorte de donner le change avec Liberty, la seule a qui elle refusait de faire subir sa mauvaise humeur. Mais les autres.. La moindre chose l'irriter. Si la situation n'était pas aussi sombre, il rirait de leur ressemblance troublante de moment. La jeune irlandaise devenait aussi grognonne
que lui.

Elle refusait de s'ouvrir à qui que ce soit et cela la bouffait de l'intérieur. Même si il savait tous de ses cauchemars et des pensées qui l'habitaient il se sentait impuissant. Il aimerait dire que cela passera. Après tous il y a un an elle était dans cet état d'esprit. Mais il refusait de la laisser replonger de nouveau. Pour la première fois il envisageait sérieusement d'aller chercher de l'aide. Adam et Charlotte par exemple. N'était-il pas psy d'ailleurs ? Il pourrait..

-N'y pense même pas.

Nollaig a tourné vers lui des yeux froid où il ne semble y briller aucune vie. Tomas gémit, piétinant nerveusement le sol. Mais sa daemonienne n'y prête pas attention et retourne à son activité. Elle se fout de ses états d'âme, de ses souhaits. Elle ne veut pas parler. C'est son passé, son fardeau. A elle et personne d'autre. Et puis si on découvrait la vérité... Non elle ne veut pas. Pas de pitié, pas de jugement.. Rien

-C'était de la légitime défénse ils ne peuvent pas..  Et tu ne pouvais rien faire pour..
- Tais toi bon sang ! Ce que tu dis ne changera rien. Rien du tous. Je ne compte pas parler à quelqu'un. Ton avis ne compte pas.


Le daemon grogne face à ses mots dures, injustifiés. Les lèvres de Nollaig s'étirent d'un sourire mauvais. Si elle pouvait elle ferait la même chose que lui. A l'instant sa douleur, la fatigue la rend indifférente au sentiment de trahison de son daemon. Elle veut être seule. Pour une seule fois dans sa vie être seule dans ses pensées, dans sa vie... Tomas recule, pas à pas, jusqu'à un coin de la chambre où il va s'y allonger. Il se ferme des pensées de sa daemonienne, plongeant dans les siennes qui ne cessent de s'assombrir. Non il faut faire quelque chose. N'importe quoi. Sinon ils ne cesseront de plonger dans les ténèbres. Et il refuse de revivre le rejet une nouvelle fois.

***

-On bouge.

Pas de demande mais un ordre simple et directe. Nollaig ne l'attend pas et traverse déjà l'appartement, son sac à l'épaule et une cigarette au bord des lèvres. Dans un soupir, Tomas l'a suit sans entrain. Le trajet au fil des rues se fait dans un silence pesant.
Avec étonnement Tomas remarque qu'ils s'enfoncent dans un parc. Vu sa mauvaise humeur il ne pensait vraiment pas que Nollaig irait s'aventurer dans un parc. Mais là voilà qui se dirige vers le fond du parc où l'ombre les protégera du soleil et il y a un peu moins de monde. C'était leur première vrai dispute depuis longtemps et elle les avait ébranlés bien plus que prévu. Tous les deux voulaient se poser un instant hors de l'atmosphère pesante de la chambre. Mais la tranquillité ne sembla pas être de la partie aujourd'hui.

Alors qu'ils sont toujours en train d'avancer, Nollaig se perd dans ses pensées. Quand son pied part violement en avant elle ne comprends pas. L'instant suivant la voilà au sol. Abasourdi elle regarde la bouteille en verre qui continu à rouler doucement. La narguant presque. C'est Tomas qui la sort de ses pensées, s'approchant de quelques pas.

Ca va ?

La jeune femme observe son daemon, puis la bouteille. Et finalement décide de se relever scannant des yeux les alentours. Ses fesses sont douloureuses mais rien de grave en soit. Mais la colère la prend quand elle aperçoit le garçon posté devant une bulle de dépôt de verre, un sac gigantesque à ses côtés. Elle se penche, ramasse la bouteille et interpelle le brun.

- Hey ! Tu crois pas avoir oublier quelque chose ? Tu  pourrais au moins essayer de ne pas faire ch*** les autres quand tu jette des trucs

Tomas pousse un soupire, ne cherchant pas à la calmer. Il y  a bien trop de fatigue et de frustration en elle.
  
MessageMar 8 Mai - 21:07
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017Nombre de messages : 112Nombre de RP : 33Âge réel : 26Copyright : JoshAvatar daëmon : Naïva - Taïpan du désert
Joshua TorrentNothing will be the same...
Vous avez dit "Discret" ?ft. Nollaig E. O'Malley


Il en étant à la deux-cents-quatre-vingt-trois millièmes bouteilles de jeté, tout du moins, à son humble – et tout à fais honnête - avis lorsqu’un bruit sourd retentit suivit d’un roulement de bouteilles. Lorsqu’il se tourna vers la source de chaos, il fut d’abord tenté de foncer pour l’aider à se relever mais lorsqu’elle lui rugit à la figure, il s’arrêta dans son mouvement. Il n’avait pas remarqué qu’une bouteille avait fui du sac et, malheureusement, cette bouteille avait été sur la route de la passante qui l’invectivait avec ardeur.

Il s’apprêtait à lancer une excuse pleine de mauvaise foi et de condescendance pour se débarrasser d’elle et pouvoir retourner à sa tâche mais c’était sans compter sur Naïva, toujours postée sur la table de pique-nique qui se redressa d’un coup et fixa son regard – qu’elle voulait mauvais bien que ce soit dur étant donné qu’un serpent n’a pas de visage très expressif – vers la jeune femme.

- Regarde où tu mets les pieds et tu ne risqueras rien, sombre tâche ! s’exclama-t-elle avec mépris et hargne.

Toujours aussi charmante, comme à son habitude : douce, polie et agréable, un taïpan dans toute sa splendeur. Devant le grand art de socialisation de sa compagne, Joshua ne put s’empêcher de sourire. Qui pouvait douter qu’elle n’était pas la plus parfaite des liée ? Il entra la bouteille qu’il tenait en main dans la bulle à verre, s’épousseta les mains et s’approcha de la demoiselle.

- Désolé, dit-il avec une voix neutre. J’avais pas vu qu’il y en a eu une qui est tombée du sac.

Il récupéra la bouteille des mains de la demoiselle et la regarda avec haine – la bouteille, pas la jeune fille. Pour celle-ci, il y avait plus de l’irritation calme et maîtrisée ainsi que de l’amusement malsain sur le malheur d’un autre. Comme quoi, il ne serait pas le seul à souffrir aujourd’hui de ces foutus lois de l’univers à laquelle on pouvait ajouter : S’il y a une bouteille sur le chemin, tu marcheras forcément dessus.

- T’es pas blessée ? s’enquit-il sans la moindre véritable trace inquiétude dans la voix. J’dois avoir des pansements si t’es égratignée. Ou alors tu préfères que j’appelle directement une ambulance ?

Cette dernière phrase était prononcée sur le ton de l’humour et se voulait légère. Naïva s’approcha de la limite du banc et par le lien qu’ils entretenaient, Joshua sut quand il devait tendre le bras pour qu’elle puisse continuer sa route le long de celui-ci sans même à avoir à arrêter sa course. Elle sinua puis s’installa autour de son cou en suivant chacun de mouvements du regard.

Joshua, quant à lui, remarqua le chien qui était au côté de la demoiselle. Était-ce un daëmon ou chien tout ce qu’il y a de plus banal ? Il se voyait mal saluer un animal de compagnie et passer pour un idiot alors il se contenta de lui adresser un signe de tête respectueux qui ne pourrait mener à une accusation de stupidité vu que la discrétion.

- Excuse ma daëmonne, elle n’apprécie pas vraiment les paroles agressives.
- Ou plutôt, je n’apprécie pas les nerveuses qui ont leur règle, ajouta-t-elle avec condescendance.

Très sexiste tout ça ! Certes. Mais bon, Naïva était comme ça. Plus dans l'insulte que dans le féminisme.

  
MessageMer 11 Juil - 20:52
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017Nombre de messages : 289Nombre de RP : 45Âge réel : 20Copyright : FolkrAvatar daëmon :
Nollaig E. O'MalleyNothing will be the same...
Tomas quitte sa daemonienne des yeux pour observer le jeune homme qui a tourné les yeux vers eux. Mais les mots qui s’apprêtaient à sortir de sa bouche n'ont pas le temps de se faire entendre. Au lieu de ça c'est une voix féminine qui se fait entendre. Le daemon ne fait que de jeter un regard teigneux sur l'impressionnant serpent qui se trouve sur une table de pique nique non loin de là. Il ne souhaite pas envenimer plus la situation mais il n'aime pas comment elle s'est adressée à Edi'. Même si elle est en tord car ses mots n'ont pas été des plus aimables. Bien sur à ses côtés il sent l'égo de l'irlandaise être piqué au vif. Elle va pour répondre mais Tomas décide de l'arrêter là. Ils ont besoin tous les deux de calme pas d'une joute verbale qui pourrait déraper.
Cela n'en vaut vraiment pas la peine.
C'est monsieur ronchon qui dit ça ? Tu veux que..


Mais la bouteille traîtresse qui disparaît de ses mains attire l'attention de Nollaig. Personne ne pipe mot alors que le jeune brun semble fusiller des yeux la bouteille avant de retourner son attention vers la jeune femme qui est toujours au sol. Cette dernière ne dit rien mais elle n'aime pas du tous le regard que l'inconnu lui jette. Pendant ce temps, Tomas essaye vainement d'influer un peu de calme à Edi'. Il veut vraiment rentrer chez lui est dormir. Mais il semble que tous tombe à l'eau avec la nouvelle intervention du brun.  Un sourire dur vient étirer les lèvres de la demoiselle, alors qu'elle se  redresse tous en époussetant un peu ses affaires.

- Merci de ton inquiétude mais ça va aller.

Sans un mot elle observe le reptile se déplier pour venir s'installer autour du cou du daemonien. Il faut le reconnaître elle est impressionnante. Même si aucun sentiment vient percer le visage froid qu'elle s'est construit, l'étudiante reste admirative. Elle a toujours ressentit une certaine crainte respectueuse envers les reptiles. Pas de celle qui vous donne envie de partir en courant mais plutôt celle qui vous souffle de vous éloigner calmement ou d'arrêter de les titiller.
Mais à cet instant la crainte est un peu sourde. Et puis cela reste un daemonne et pas d'un simple serpent. Quel daemon risquerait d'aller au contact d'un humain ou daemonien pour une simple dispute ? Donc à part quelques piques bien sentit elle ne risque pas grand chose. Dans un soupir Tomas écoute le jeune brun qui semble vouloir reprendre les hostilités. Bien sur si Nollaig s'excuse maintenant tous serait terminé. Mais elle ne le fera jamais. Pas aujourd'hui.

Mais quand le serpent reprend la parole, le lévrier ne peut empêcher un grognement sourd émerger de son poitrail. Il n'apprécie vraiment pas que l'on s'en prenne à son Edi', bien qu'elle soit totalement en tord ce jour là. Cette dernière ne se laisse pas démonter et répond avec hargne.

-Certains n'apprécient pas les serpents mais c'est pas pour ça que qu'ils ouvrent leur bouche.

Si Tomas était humain à ce moment là il se serait « facepamé » le visage. Tous ceci n'arrangera pas leur affaires et puis cela était réellement petit comme remarque. Vu comme ces deux là semblaient complice attaquer ainsi la forme définitive de la daemonne n'allait qu'envenimer les choses.

Ps:
 
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1