Can you feel the love tonight ?

 
  
MessageJeu 26 Avr - 23:08
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016Nombre de messages : 262Nombre de RP : 45Âge réel : 23Copyright : Rafi & Aki ♥Avatar daëmon :
Ana E. SantiagoEstoy en llamas
Sur cette table, au fond du bar, une toute petite silhouette se tient droite, levant son museau au plus haut, dans l'espoir de voir la petite scène au fond. Seulement, trop de monde se pousse devant la scène, pour écouter les musiciens. Tehwa se contente alors d'écouter ce jazz entrainant, sirotant à la paille un petit verre de thé glacé. Derrière lui, à quelques centimètres seulement, sa Ana. Il pourrait tendre sa patte, toucher ses vêtements.
Le petit phalanger est toujours sous le choc de l'étonnement. Sa soeur, agoraphobe, aux crises provoquées par le moindre bruit explosif, est venue dans un bar. Têtue, elle a forcé son corps à entrainer son esprit, dans ce bar. En temps normal, jamais elle n'aurait osé y mettre le pied. Bien trop bruyant, bien trop fréquenté. Devant cette scène, cet attroupement effrayant.
Tehwa le voit, sa demi-âme fixe l'un des musiciens pour ne pas sombrer dans une demi-panique. Pour l'instant, la foule est loin d'elle, une barrière de tables presque vides les sépare. Ana a jeté son dévolu sur la table du fond, la plus éloignée de toutes les autres.

Et elle fixe cette musicienne, un léger sourire aux lèvres. Cet effort, c'est pour elle. Cette amie insoupçonnée qui a bondit dans sa vie. Et ce soir, elle joue. Incroyablement bien. Et avec elle, Jumbo chante. D'une voix s'échappant tout droit d'un documentaire de Ray Charles. Qui aurait pu croire que le gorille cachait un si beau timbre ? Aucun des deux Santiago.

- Ils sont vraiment bons...

La mexicaine sourit, son regard ne la quitte pas. Eléonore.

- Ils nous l'avaient bien caché, jusqu'à la semaine dernière.

Tehwa ricane quelques secondes avant de reprendre sa paille. Ana n'aurait su dire pour quelles raisons son coeur ressentait tant de chaleur. C'est si étrange, de la voir sur cette scène, de l'écouter. Et de se sentir si bien. L'herboriste en avait presque oublié le goût... Cette sensation de bien-être en société. N'est-ce pas un mauvais présage ? Tout ce calme en elle n'annonce-t-il pas la tempête ?
Ana préfère penser qu'il n'y aura pas d'incident. Seulement, elle ne regarde qu'elle. Pour oublier les autres, imaginer qu'ils sont seuls, tous les quatre, dans ce bar de jazz. Seuls au monde, à se fondre dans la rythmique musicale, à profiter de l'instant présent. Et dans ses yeux, elle ne voit que ça. Un monde hors du temps qui n'appartient qu'à eux. Qu'à elles.

Ana se sent comme dans un rêve. Un rêve paradoxal où son mal n'est qu'une ombre, pourchassée par une lumière dont elle ne saurait déterminer l'origine.
Fermant les yeux alors qu'une nouvelle musique s'annonce, la mexicaine tend sa main, attrape son verre, le porte à ses lèvres. Et lorsqu'elle boit, le liquide froid glisse le long de sa gorge. Frais, le mojito est incroyablement bien réalisé. Le barman des lieux n'est pas un amateur.
Lorsqu'elle rouvre les yeux, Ana fixe à nouveau son ancre. Qu'elle ne relâche pas, hypnotisée par ses mouvements. Par sa musique.

- C'était plutôt une bonne idée de venir ici ce soir, mi corazón.

Distraite, la mexicaine ne perçoit la voix de son frère que d'un murmure.

- Mmmh ?

Tehwa lève les yeux au ciel, reprend sa paille entre ses pattes.
  
MessageSam 28 Avr - 0:25
avatar
Date d'inscription : 13/07/2016Nombre de messages : 189Nombre de RP : 73Âge réel : 22Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?

C'était un peu le grand jour pour Jumbo. Lui qui avait toujours laissé le devant de la scène à Eléonore, tout comme le domaine musical s'apprêtait à aller chanter. Il s'était laissé convaincre par l'énergie folle de sa daemonienne, le soutien rassurant d'Ana et la sagacité pragmatique de Tehwa. S'en étaient suivis des heures de travail pour moduler sa voix. Il était timide de nature et chanter devant un public lui faisait peur. D'autant plus avec ses cicatrices. Mais il faisait barrage à sa timidité et sa réserve d'antan avec une nouvelle assurance, une fierté, une fatigue de s'être laissé marcher sur les pieds trop longtemps. Il était grand, fort, et s'il n'était pas beau les gens devraient faire avec. Il avait du abandonner une partie de son humanisme et de sa pitié sur l'autel du regard des autres. Il préférait les réserver à ceux qui le méritaient.
Eléonore s'était plus que réjouie de ce revirement de situation. En attendant elle apprenait le saxophone mais c'était bien plus dur qu'elle n'avait pu se l'imaginer, rien à voir avec le piano… Elle devait jouer avec son souffle et faire parler un instrument de métal. Elle n'était pas assez à l'aise pour jouer en public. Alors elle avait préféré accompagner Jumbo au piano, il en fallait au moins un en confiance. Et ils s'étaient choisis un petit bar de Perth, presque une cave où peu de personnes ne pourraient les voir. Une cave où ils servaient de bons cocktails aussi, c'était important. Au début de la soirée, c'était juste un accompagnement mais ensuite les gens dansaient, ils auraient donc une petite foule de moins d'une centaine de personnes à leurs pieds. Et pour répertoire tous les plus grands classiques des voix masculines du jazz. Un batteur les accompagnait ainsi qu'un contrebassiste.

Eléonore n'avait invité qu'une seule personne à ce concert. Qu'elle n'avait pas vue avant de monter en scène. En même temps elle travaillait parfois jusque tard. Si Léo avait pu la faire arrêter de travailler elle l'aurait fait mais certains egos, surtout les mexicains, sont trop gros pour qu'on leur offre une retraite anticipée. Régulièrement la pianiste jetait des coups d’œil dans l'arène sans y voir son invitée. Jumbo lui était si concentré et stressé qu'il ne pouvait voir personne. Et il fermait son œil valide pour plonger dans son propre univers.
Au fur et à mesure de la soirée, comme à chaque fois, Eléonore s'était laissée prise par le piano, enchaînant des prouesses techniques inhabituelles de ce genre de bar, laissant ses doigts danser sur les touches. Elle suait à grosses gouttes de se donner autant, physiquement à ce piano pourtant de qualité moindre que celui qu'elle avait chez elle. Ils étaient passés à des morceaux plus dansants, plus énergiques et le monde qui dansait se pressait devant eux.
De sa voix rauque, lors d'une pause où Jumbo finit une bouteille d'eau entière, alors que les musiciens continuaient le fond sonore.

« Excusez-moi, je voudrais dédier ce morceau a une très bonne amie ainsi que son daemon qui devraient être présents dans la salle. »

*Comment ça ! Tu les as vu ?*

*Évidemment, regarde au fond...*


Elle se leva et le silence se fit au piano. Quand elle vit Ana, elle eut ce même coup qui la mettait ko à chaque fois. C'était à la fois une joie de la voir, une pression d'être la meilleure version d'elle-même, l'impression de mieux respirer, le cœur qui battait pourtant bien trop vite et trop fort pour qu'elle se sente à l'aise. Une sorte de stress mais bienfaisant. Une énergie nouvelle et canalisée par rapport à ce qu'elle ressentait habituellement. Ce n'était pas cette espèce de liberté anarchiste et extrême, cette absence de limite qui la caractérisaient mais une force dirigée, contrôlée, incompréhensible. Elle lui fit un clin d’œil et un petit salut de la main qui pouvait presque sembler … timide ?

« Ou plutôt le prochain couplet de morceaux. J'ose espérer que vous aimez Louis Armstrong, Dean Martin, Ray Charles et Frank Sinatra. Ensuite nous vous laisserons en compagnie du trompettiste. »

Eléonore se remit au piano, la poitrine, ou le peu qu'elle avait, gonflé à bloc et commença les premières notes de Sway. Les gens, sentant la fin de leur part approcher, une demi-heure tout au plus de chanteur avant le passage au suivant, se levèrent plus massivement pour danser. Eléonore jetait encore plus de regards à Ana, sa mexicaine au teint mat qui buvait son cocktail dans le fond. Elle se serait frappé la tête de stupidité, vu la timidité de Tehwa ils étaient sûrement en fond de salle. Quel dommage, elle aurait aimé voir Ana dans la foule pour danser. Peut-être même danser avec elle. Si elle laissait Tehwa avec Jumbo, elle l'inviterait.
En attendant ils devaient finir leur tour.

  
MessageJeu 31 Mai - 22:38
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016Nombre de messages : 262Nombre de RP : 45Âge réel : 23Copyright : Rafi & Aki ♥Avatar daëmon :
Ana E. SantiagoEstoy en llamas
Les musiciens attrapent le dernier accord, continuent le fond sonore lorsqu'Eléonore prend la parole de sa voix rauque. La mexicaine ne peut s'empêcher de sourire, éveillant une légère rougeur au coin de ses pommettes. Ana ne quitte pas son amie des yeux, alors qu'elle se lève, que le silence se fait au piano.
Et leurs regards se croisent. Ana sent cette adrénaline courir dans ses veines, cet étrange goût dans sa bouche. Elle déglutit, fixe cet oeil qui ne la quitte pas, lui non plus. Un demi-sourire s'étire sur ses lèvres, sa main se crispe sur son verre. Et lorsque la pianiste lui fait un signe timide de la main, elle le lui rend, un peu plus assuré.
Cette femme déclenche un quelque chose en elle, indescriptible. Choc électrique, elle se sent revivre. Et parfois même, Ana croit se retrouver dans le reflet de son miroir. Elle croit se reconnaître. Et le regard de la musicienne lui fait un coup, lui donne de la force. Sa compagnie, mieux encore, lui redonne l'envie de sourire. De rire. De vivre. Une sorte de liberté retrouvée, délivrée de ces chaines qu'elle s'impose depuis trop longtemps.
Que fait-elle donc à son coeur ?
Le lien se rompt. Eléonore se remet au piano.

Et l'instrument, comme pris de vie, explose de sa dédicace musicale. La musicienne ne cesse de jeter des coups d’œils en direction de la mexicaine qui n'a d'yeux que pour elle. Attirée par ses gestes, son sourire, son regard. Aimant bien trop puissant pour être ignoré.
Et Ana sent son coeur palpiter à cette chanson, dédicace en son nom. Elle ne sent pas sa demi-âme poser ses pattes sur sa main, grimper le long de son bras. Ce n'est que lorsqu'il est tout prêt de son oreille, qu'il lui glisse quelques mots en son creux, qu'elle sort de sa léthargie.

- Tout va bien, Ana ?

Elle ne tourne pas même son regard, toujours fixé sur la scène.

- Oui, je crois que... j'ai envie de m'approcher.

Aucune peur, ni la moindre appréhension. Cette force soudaine qu'elle ressent dans ses tripes, cette conviction de retrouver enfin qui elle est, cette femme forte, aux croyances militantes.
Tehwa a peur. Sa soeur semble ailleurs, tellement perturbée. Et il craint qu'elle se noie dans la foule. Toutes ces personnes, amassées devant la scène, amas grouillant de monde. Un cauchemar pour elle. Et tellement de bruits, un lieu si sombre. Le daemon a peur pour sa jumelle.
Pourtant, il n'a pas le temps de partager ses pensées que sa soeur se lève, toujours ce même sourire aux lèvres, contourne leur table. Et sort enfin du fond de la salle. Prudemment, elle s'approche de la fourmilière, qu'un unique désir en tête. Atteindre la scène. Pour les voir, tous les deux, de plus près. Pour profiter de cette chanson qu'elle lui dédit.

Ana parvient au bord de la scène. Son regard capte celui de la pianiste, elle lui sourit. Sa musique est merveilleuse. Les cordes vibrent, rivalisant de brillance avec la voix de la musicienne. Et le temps s'éternise, les secondes s'espacent. Alors qu'elle plaque son dernier accord, la mexicaine ne remarque plus le monde.
La chanson est terminée.
Ana sourit, le coeur bien plus étrange encore. Et lorsqu'Eléonore la regarde à nouveau, elle rougit.

Une main se pose dans son dos. Ana sursaute, se retourne. Face à la foule. Les bruits explosent à ses oreilles, elle voit des millions de mains se frappant entre elles, applaudissements terrifiants d'une foule en extase. Des voix, des cris, tellement de bruits. Tellement de visages. La mexicaine prend alors conscience...
Elle est là. Coincée. Impossible pour elle de sortir de là. Droite, gauche, devant, derrière. Entourée de monde, entassés les uns contre les autres. La retraite est impensable, aucun chemin de fuite.
Son coeur s'affole, sa gorge se serre.
Et finalement, son corps ne répond plus. Livré à lui-même. Il se recroqueville, ses mains se pressent contre ses oreilles, ses yeux se referment de toutes leurs forces.

- Léo....

Son murmure se perd au coeur des applaudissements. Tehwa se lance sur la scène. Il a besoin de leurs amis. Ana a besoin d'eux.
  
MessageVen 15 Juin - 0:05
avatar
Date d'inscription : 13/07/2016Nombre de messages : 189Nombre de RP : 73Âge réel : 22Copyright : AkiAvatar daëmon :
Eléonore LovelaceWhat did you expect ?

Voir Ana, si proche, apprécier sa musique, donna des ailes à Eléonore qui se sentit transportée par une autre énergie. Partageant cette sensation avec elle Jumbo perdit son inhibition et se lâcha un peu plus. Il se fichait pendant un instant de ce qu'on pensait de lui, il ferma les yeux, se laissant envahir par le noir.
Eléonore avait quant à elle les yeux bien ouverts, elle se déchaînait et jetait des œillades rapides et régulières à celle qui s'était levée et se tenait proche de la scène. La savoir si proche rendait les doigts de Léo semblables à des papillons, voletant de touche touche, véloces. Elle y mettait son cœur comme si elle ne jouait que pour une personne. Quand elle avait vu qu'Ana s'était levée pour s'approcher, elle s'était sentie légère et lourde à la fois, forte et fragile. Cette violence qu'elle ressentait donnait de la profondeur à son jeu. Elle se laissa porter par la musique et le regard de la mexicaine. Qu'est-ce qu'elle était contente d'être là, et de vivre ce moment, de le partager, d'avoir rencontré Ana. En rouvrant les yeux, elle fit un immense sourire à son amie, montrant toutes ses dents, un sourire rare et précieux. Quelque chose se passa dans la poitrine d'Eléonore, qui fronça les sourcils un instant, se concentrant sur cette sensation étrange. Quand elle releva la tête, Ana avait disparu dans la foule.

*J'ai hâte d'aller les retrouver. Putain qu'est-ce que c'était bon.*

*C'était… j'ai vraiment beaucoup aimé.*


Jumbo le timide était revenu, sa façon de se tenir, il roulait des épaules pour se protéger. Pourtant sur la scène les gens semblaient le regarder d'un autre œil qu'au début de la soirée. Le grand daemon impressionnant était devenu un crooner à leurs yeux.

*Bon tout n'était pas parfait hein mais t'as du talent. Allez viens, on va payer un verre à Ana !*

C'est alors que Jumbo se rendit compte qu'une petite bête s'était glissé sur la scène. Et pas n'importe quelle petite bête, Tehwa, son ami. Il prit tout de suite conscience que quelque chose d'urgent recquérait leur attention. Tehwa n'était pas du genre à venir seul. Les doigts de Léo pianotait un air simple et c'est Merlin qui attrapa Tehwa dans sa grande main.

« Tehwa, qu'est-ce que tu fais là ? Où est Ana ? »

Eléonore était distraite par le daemon. Son cœur manqua un ou deux battements mais elle se fit la morale elle-même. Elle n'avait jamais été parano, et elle venait de voir Ana, rien de mal ne pouvait lui arriver. Elle gardait donc ce sourire, et enfouit la menace sourde qui lui faisait tant peur.

« Alors ça vous a plu ? J'te paye une assiette de cacahuètes dès... »

Elle s'arrêta en pleine phrase, quelque chose n'allait pas. Quand elle comprit de quoi il retournait, elle crut perdre sa respiration, retourner aux urgences de l'hôpital.

« OU ? Elle est où ? »

Elle sauta par-dessus la scène et poussa les gens, se foutant de leurs grognements. Jumbo ne pouvait risquer de se faire mal. Il rassura Tehwa.

« Eléonore s'en occupe, ça va aller. »


Il ne la quittait pas des yeux cependant. Eléonore qui, retrouva Ana prostrée. Autour des gens s'inquiétaient. Et la pianiste resta interdite. Elle s'agenouilla vers Ana, hésita avant de l'entourer de ses bras et de lui chuchoter à l'oreille.

« Ana, Ana tu m'entends ? C'est moi Léo, qu'est-ce qu'il se passe ? Dis-moi où tu as mal. »

  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1