Aller à la page : Précédent  1, 2
 

A l'aurore, courons ensemble [pv Atriom]

 
  
MessageMer 9 Mai - 23:53
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 132Nombre de RP : 73Âge réel : 22Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Il faut dire qu’en fuyant les flics, et autres délinquants de mon quartier, j’avais été forcer de développer un talent pour la course, si je ne tenais pas à me faire frapper, ou envoyer dans une maison de corrections. J’aurais pu lui dire, mais je m’étais tus sur ce détail. Je ne tenais pas à ce que les autres apprennes mon passé de délinquantes.

Je levais les yeux vers Atriom lorsqu’il me répondit. Au moins je ne semblais pas l’avoir vexé, et Nina ? Je n’en étais pas sûr, mais si elle ressemblait à son Daëmonien, alors je ne craignais rien. Les doutes sur chaque chose, sur chacune de mes paroles m’agaçaient de plus en plus, mais je n’arrivais pas à m’empêcher de me poser des questions, encore et encore. Les paroles du brun ne me choquent pas, bien que durant un instant j’eus l’impression d’être une indésirable. *Il t’a invité à venir courir avec toi, alors qu’il n’y était pas forcé. Cela veut bien dire qu’il apprécie ta présence.* Me souffle Seth du haut de sa branche. Je ne lui réponds rien.

« Eh bien, on se ressemble faut croire. Moi aussi je n’aime pas trop les gens. Je préfère être seule, ça évite d’être entrainé dans des histoires stupides, dis-je aussi franche que l’était Atriom »

* Ca pour être franc, vous l’êtes tous les deux. De vrais sosies. Sauf que c’est un mec**Si tu me sors le proverbe ‘’qui se ressemble, s’assemble’’ Je te fais tomber de ta branche* Signalais-je à Seth. *Essaye toujours pour voir* Rétorque-t-il, moqueur. Il reprit à voix haute pour qu'Atriom puisse l'entendre.

« J’aurais jamais cru que tu puisse être un sadique, dit Seth. Moi j’aime particulièrement trainée Alexie hors du lit lorsqu’elle compte passer sa journée au lit »

Ah ça, il n’y manquait jamais. Le problème d’être dépressive. En ce moment ça allait plutôt bien, mais il y a des jours où c’était beaucoup plus compliqué. Je me sentais si faible et lamentable que tout ce que je désirais c’était rester dans mon lit, ne voir personne, ne parler à personne, pour me lamenter sur ma personne.

Seth tourne la tête vers Nina.

« C’est sûr, et ça évite d’être sur terres avec nos pauvres humains, dit-il avec second degré.

- Vivre autant de temps avec quelqu’un rend toujours fou les gens, tu n’imagines même pas avec Seth, rétorquais-je à Atriom »

Il s’assoit non loin de moi. Je me redresse, cessant mes étirements, et pose mon dos contre l’arbre. Mon regarde se porte sur le lac, silencieuse. Je tourne la tête vers lui, puis baisse les yeux vers la barre qu’il me tend. J’hésite un instant, puis finis par la prendre.

« Merci, dis-je. Et tu sais, je pense que j’ai connu cent fois pire niveau goût.

- Et puis, avec les piments qu’elle met dans sa nourriture, elle est habituée aux choses étranges et variées, crut bon d’ajouter Seth »

Il faut croire que malgré mon rejet de celle-ci, je ne pouvais pas totalement faire disparaître mes origines mexicaines.

« Et je me demande bien pourquoi un solitaire invite quelqu’un à venir courir avec lui, fis-je remarquer après quelques temps de silence. Ou alors tu n’es pas seulement un sadique, mais aussi un masochiste, terminais-je »

Je restais silencieuse quelques temps de plus, ouvrant le paquet, découvrant la barre, et prenant une première bouchée. Il était vrai que le goût n’était pas des plus plaisant, mais pour avoir survécu dans la rue et mettre nourris de reste trouvé dans les poubelles, cette barre était d’un meilleur goût.

« Au fait, ton examen s’est bien passé ? Je sais que ça remonte à un moment, mais bon, tu n’as peut-être pas eu les résultats, les profs mettent du temps à corriger parfois. Trop de choses à faire »

J’essayais de lancer une conversation, comme d’habitude c’était nul, mais je ne savais pas encore de quoi nous pourrions parler tous les deux. Je n’ai pas besoin de l’entendre ni de le voir, pour savoir que Seth soupire et secoue la tête. Mais au moins je faisais des efforts, alors il m’encourageait quand même mes tentatives maladroites.

« Peut-être que nos deux solitaires qui sont incapables d’avoir une conversation vont réussir à discuter plus de cinq minutes, dit Seth à Nina en nous observant, assez bas pour qu’elle seule l’entendre. »
  
MessageVen 11 Mai - 16:49
avatar
Date d'inscription : 14/04/2018Nombre de messages : 29Nombre de RP : 21Âge réel : 21Copyright : sharovarka.comAvatar daëmon : Oophaga Pumilio
Atriom ZverevoNothing will be the same...
Elle est comme toi, elle n’aime pas le monde. C’est une question de sécurité pour elle. Tu te dis qu’elle a du vivre beaucoup de souffrance. Ce sont les mots d’une personne qui a été trahis. Seth s’étonne de ton coté sadique. C’est qu’il ne te connait pas, non…c’est surtout qu’il ne connait pas Nina. Tu es loin d’aimer faire souffrir les gens au contraire. Mais Nina c’est une véritable peste qui cherche toujours les ennuis. C’est peut-être pour ça que tu es seul, c’est qu’avec Nina, tu as assez de problème comme ça.

« Juste avec Nina. Sinon je suis aussi doux et gentil qu’un agneau. »

« N’importe quoi ! Souviens-toi d’Azur et de tous les autres, tu as du sang sur les mains mon ami ! »

Nina à coté de Seth admire la vue, ça lui fait du bien, d’être, pour une fois, au-dessus des autres. Seth à tout à fait raison.

« Je me dis qu’il n’y a pas de justice dans ce monde, avant de prendre ma forme définitive j’étais comme toi. Je te promets, c’était tellement agréable. Regarde maintenant ce que je suis, une minable petite créature de deux centimètres… »

Alexie te fait remarquer que niveau gout elle a connue pire. Ça te conforte dans l’idée que ça vie n’a pas dû être facile.

« Entre lui qui est à fond dans le Bio et moi qui aime les insectes, on fait la paire. Du piment ? Vous avez des origines mexicaines ? »

Sa remarque est pertinente, pourquoi un solitaire invite quelqu’un. Non, tu n’es pas maso non plus. C’est que tu as parlé avec elle de façon spontanée et ça c’est une première. Etre solitaire n’empêche pas de vouloir se faire des amies, c’est juste que c’est un besoin qui se fait moins ressentir. Elle te demande comment c’est passer ton examen. Tu l’avais complètement oublié ce devoir d’anatomie.

« Je t’avoue un truc, je n’ai pas d’amis. Pas un seul, en fait je n’en ai jamais eu. Je sais pas trop comment aborder les gens et je n’ai pas les même centre d’intérêt qu’eux. En fait je suis complètement décaler, mais avec toi, je sais pas, j’ai pas eu cette impression. Pourquoi ? J’en ai absolument aucune idée. »

Tu cherches tes mots en regardant le lac, tu dévoiles un peu de toi à cette fille. Encore une fois.

« Je sais même pas pourquoi je t’ai proposé de venir courir. Peut-être que suis fatiguer d’être seul ou comme tu l’as si bien dit je dois être maso en plus de sadique. »

Tu avales une bouché de ta barre, tu t’es étrangement habitué au goût.

« Il serait peut-être plus prudent pour toi de fuir devant le psychopathe que je suis. Et pour répondre à ta question j’ai très bien réussi mon examen. »

Nina sait bien qu’Atriom a toujours beaucoup de mal pour discuter, il est même passer pro dans l’art d’arrêter une discussion. Juste un exemple pour vous faire comprendre son problème :
Vous : Bonjour comment ça va ?
Lui : Bien.
Voilà son problème au lieu d’être comme la plus part des gens qui aurait plutôt répondu : Bonjour, je vais très bien et toi ? Lui, il coupe net la discussion. Bref, Nina sait que c’est un cas désespéré.

« Cinq minutes serait un record. En fait je ne l’ai jamais vu discuter comme ça avec quelqu’un qui ne fait pas partie de la famille. Je te le dit, c’est un miracle que ces deux-là se soit rencontré. »


« En plus c’était un contrôle d’anatomie et on sait bien qu’un bon psychopathe connait parfaitement bien le corps humain. J’arrête ça devient glauque… »

Tu restes silencieux, tu ne sais pas quoi lui demander. Tu connais son nom, ce qu’elle fait comme étude et instruments. Tu as beau chercher tu ne trouves pas. T’es nul quand t’es comme ça. *Pssi, demande lui si ça va de son côté les examens, si elle a des partiels, des trucs dans se genre.*

« Et toi, ça va tes examens ? »

  
MessageDim 13 Mai - 12:31
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 132Nombre de RP : 73Âge réel : 22Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Du sang sur les mains ? Etrange comme façon de dire, même si c’état sur le ton de l’humour. Est-ce qu’Atriom était plus dangereux qu’il n’y paraissait ? Ce garçon sortait Alexie de sa bulle, mais s’il était dangereux, il ne fallait peut-être pas le laisser approcher. Ce n’est pas que nous n’avions jamais côtoyé des personnes dangereuses – sûrement plus dangereuse que ne pouvait l’être Atriom – mais en ce moment, j’étais trop fragile selon lui pour supporter des choses trop inquiétantes. Il valait mieux éviter de m’ajouter encore plus de facteurs angoissants que je n’en avais déjà.

« Ce n’est pas toujours aussi pratique que tu le pense d’être comme moi, lui dit Seth. Et il doit bien y avoir une raison pour que tu sois ainsi. On dit que les Daëmons prennent une apparence en fonction de la personnalité de notre humain. Et puis… Je ne dirais pas minable, t’es quand même super dangereuse »

A vrai dire, il pensait également qu’il n’y avait pas de justice dans ce monde, ou alors elle était décidément d’un sadisme évident, au vu de ce que nous avions vécu.

« Ses parents l’étaient, mais on a toujours vécu en Amérique, répondit Seth »

Je continuais de fixer le lac, et fus surprise par l’honnêteté de la réponse d’Atriom. Surprise et gênée. Rare sont ceux qui admettent n’avoir aucune relation en dehors de leur famille. Enfin, vu le nombre de personnes qui composaient la famille d’Atriom, c’était déjà plus que les relations proches que j’avais eu dans toute ma vie. Pour cacher ma gêne, et sûrement éviter de répondre, je repris une bouchée de la barre, pensive. Il pensait ne pas avoir d’ami, mais avoir une famille s’était déjà ça. Il semblait y être très attaché, et très proche. Je n’arrivais pas à savoir ce que cela pouvait donner, d’avoir des parents qui nous aiment, et nous protègent. J’avais eu une grand-mère de substitution durant quelques temps, mais elle avait fini par mourir quand j’étais encore jeune. J’avais eu Liam, mais ce qu’il m’avait fait par la suite me faisait regretter notre relation.

« Je suis peut-être aussi psychopathe que tu l’es qui sait, c’est peut-être pour ça que je te fais pas flipper, répondis-je avec humour pour ne pas qu’il se doute que ses paroles me touchaient. Et il semblerait que tu n’es pas perdu quelques neurones après mon attaque, une bonne nouvelle pour toi, rajoutais-je »

Me touchaient un peu trop d’ailleurs. Je m’étais les gens mal à l’aise en général, parce que j’étais froide avec eux, et parce que j’étais trop différente d’eux.

« Eh bien, espérons qu’aucun des deux ne fuira alors, rétorque Seth à Nina.

- Tu valides tous les clichés du psychopathe, il ne manque plus que l’apathie totale et le nombre de personnes que tu as tué, rétorquais-je avec humour »

Puis le silence s’installe entre nous. Cette fois c’est un silence plus gêné. De ceux qu’on veut combler, mais qu’on ignore comment faire. Atriom semblait être dans la même position que moi. Incapable de savoir comment continuer cette conversation. Je sentis le désespoir de Seth face à mon incapacité à trouver un sujet de conversation. Je n’étais déjà pas très douée lorsque je connaissais bien l’autre personne, mais lorsque c’était un inconnu… Puis Atriom me renvoya ma question.

« Ca va, j’ai seulement eu quelques petits examens dans le second semestre. Mais bientôt j’ai mes partiels de fin de semestre. Ca devrait bien se passer, enfin sauf pour les trucs à l’oral que j’ai à faire. Je suis pas du tout à l’aise à l’oral, mais ça tu devais l’avoir compris »

Je me tais. Je sors mon téléphone de sa pochette et regarde l’heure. Il était encore relativement tôt. Certaines personnes, moins matinale que nous, sortaient pour faire leur propre footing. Je finis par me lever.

« Bon, je crois qu’il est temps de rentrer, dis-je, et je tournais la tête vers lui. C’était sympa de courir avec toi, dis-je »

Je fis quelques pas pour m’éloigner de lui. Je m’arrête un instant, hésitante. Je finis par me tourner à demi vers lui.

« A demain peut-être, rajoutais-je »

Le peut-être donnait un faux côté mystérieux. En vérité, je n’étais pas sûr de revenir courir avec lui. Rappelons qu’à la base, c’est une manigance de Seth qui m’a poussé à venir ici, et pas une décision de ma part. Mais qui sait, je n’étais jamais sûr de rien.

Seth se lève de sa branche, faisant attention à ne pas provoquer trop de mouvements pour éviter que Nina bascule. Il descend le long du tronc, tête en bas. A un mètre du sol, il bondit, posant ses pattes souplement. Il tourne la tête vers Atriom.

« T’inquiète, j’arriverai bien à la trainer jusqu’ici. Au revoir tous les deux »

Ma panthère me suit, nous éloignant tous deux d’Atriom et Nina.
  
MessageMer 16 Mai - 21:38
avatar
Date d'inscription : 14/04/2018Nombre de messages : 29Nombre de RP : 21Âge réel : 21Copyright : sharovarka.comAvatar daëmon : Oophaga Pumilio
Atriom ZverevoNothing will be the same...
Seth a raison. Nina c’est souvent demandée pourquoi elle a fini par se stabiliser en grenouille toxique. Elle a mis du temps avant de comprendre. Elle n’a jamais fait part à Atriom de sa théorie, à quoi bon, le garçon devra trouver lui-même la réponse. Nina a d’abord fait des recherches pour trouver le symbolisme de cet amphibien. La grenouille symbolise la métamorphose, l’évolution jusqu’à la perfection, la résurrection. Bien évidement Nina n’est pas du genre à croire ces foutaises. Mais ça lui à permit d’expliquer sa stabilisation. Atriom est un garçon étrange, particulier, hors norme. D’où la particularité de son Daemon. Mais avant tout c’est un jeune homme qui veut se forger, affronter la vie, il veut grandir, évoluer. Nina à compris ça lorsqu’il est sorti de la maison pour entrer à l’université. Elle a bien vue qu’il ne se sentait pas bien parmi ces étudiants, des personnes qui ont déjà tant vécu. Lui, à part être capable de gérer une maison et des gosses, il a pas vraiment été confronté à la vie. Et, donc, oui elle correspond bien au caractère d’Atriom.

La panthère à vue juste, elle est toxique. Comme quoi, Atriom, malgré sa gentillesse et sa douceur ne doit pas être sous-estimer.

« T’as bien raison, je suis bête de me plaindre comme ça. Donc une américaine d’origine mexicaine. Le mien est américain d’origine russo-irlandaise. »

Tu souries à l’humour d’Alexie. Tu es loin d’être un psychopathe, même si les poules diront le contraire. Ok, tu avoues ton crime, tu es un serial killer de cocottes, c’est ça d’avoir une ferme chez soi. Ce n’est pas une vraie ferme, mais vous avez quand même une belle basse cours.

Elle te dit qu’elle a encore quelque partiels et qu’elle n’est pas à l’aise à l’orale. Ça ne t’étonne pas. Elle sort son téléphone de sa poche pour regarder l’heure. Elle se lève sans prévenir. Elle te dit salut, tu as à peine le temps de lui répondre qu’elle ta déjà tourner le dos pour filer. Puis elle se retourne à moitié pour te dire à demain…enfin peut-être. C'est qu'elle fait planer le doute !

« Alors à demain…peut-être. »

Tu lui lance ta réponse avec un grand sourire et le plus amicalement possible. Seth te promet de la ramener. Ils font bien la paire ces deux-là.

« Dit Atr, tu peux venir me chercher… »

Tu lèves les yeux au ciel, il est à peine sept heure et tu ne peux déjà plus la supporter.
  
MessageSam 19 Mai - 14:59
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 132Nombre de RP : 73Âge réel : 22Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
J’ouvre les yeux, regarde le plafond. Il est tôt, encore. Ça ne me surprend pas, mais cette fois j’ai réussi à dormir un peu plus longtemps. C’est peut-être parce que la journée d’hier c’était plutôt bien passé. Après ma course avec Atriom, je m’étais préparée, puis allée en cours. Des cours qui s’étaient assez bien déroulés. Et le meilleur, c’est que j’avais eu de l’inspiration pour une composition sur laquelle je bossais depuis un moment. Je devais encore la travailler, puis l’envoyer aux optionnaires cinéastes pour lesquels j’avais composé. Ils avaient fait un court-métrage, et que serait une vidéo sans une bonne composition derrière ? C’est la musique qui donne sa force à un film, une série. C’est la musique qui donne tout son cœur, sa réalité, et son fond. J’en étais plutôt fière de cette composition – une chose rare, moi qui n’était jamais satisfaite de mes créations et qui ne les faisais écouter à personne, même à Seth. Pour une fois j’étais fière de quelque chose que j’avais créé. Une sensation si rare dans ma vie que j’en avais profité, et en profitais encore. Pour une fois que quelque chose allait bien dans ma vie. Pour une fois que je me sentais aussi bien.

Je me lève – d’assez bonne humeur cette fois – et vais dans la partie cuisine de notre appartement. Cette fois je me prépare un véritable petit déjeuner. J’ai tout le temps de me préparer. Je ne sais pas encore ce que je vais faire. Je pourrais aller courir, ou travailler sur ma composition. En attendant que mon chocolat chaud chauffe, j’ouvre mon ordinateur, et lance la musique – Ma musique. Oui, c’était important de le préciser, surtout pour quelqu’un comme moi. Quelqu’un qui ne cesse de se rabaisser, et qui ne cesse de voir le mauvais côté des choses. Quelqu’un qui n’arrive pas à être fière de ses réalisations. Pour une fois je l’étais, alors ne gâchons pas le plaisir.

Seth se réveille à son tour, et je lui donne son petit déjeuner. Il est de très bonne humeur lui aussi. De toute manière, lorsque je le suis, il ne peut s’empêcher de l’être aussi. C’est si rare que je sois dans cet état.

« J’ai envi de courir, pas toi ? me dit-il.

- Dis plutôt que tu veux aller voir Atriom et Nina n’est-ce pas ? rétorquais-je en secouant la tête malgré mon sourire.

- Eventuellement. Mais j’ai envi de courir aussi, pas de ma faute si j’ai envi de me dépenser non ? »

Je souris légèrement, et finis par abdiquer. Au moins aller courir. Je télécharge ma composition sur mon téléphone, m’habille, puis nous sortons dehors. Au bas de mon immeuble je m’arrête un instant, regardant à droite, puis à gauche. D’un côté, la ville, et la forêt. De l’autre, le campus et le parc, qui me mènerait presque inévitablement vers Atriom. Je le savais bien. D’un côté, le fuir me semblait être une bonne idée. Je ne souhaitais pas créer trop de liens avec les personnes extérieures, mais je désirais créer des liens avec les autres. Un besoin vital chez les Humains, une espèce hypersociale à ce que j’avais lu dans certains livres de psychologie.

Je finis par choisir, et courir doucement vers le parc pour m’échauffer. J’avais mis un écouteur pour écouter mes compositions pour le court-métrage. Il durait vingt minutes, ce n’était pas rien à meublé de musique. L’écouter m’aidait à la travailler si je voulais les modifier. Elles n’étaient pas parfaites encore. Pas à mon goût.

Nous arrivons au parc. Je m’arrête, observant autour de moi. Nous étions arrivés en premier visiblement.

« Ce n’est jamais parfait pour toi de toute manière. Tu devrais peut-être demander un avis extérieur, dit Seth.

- Je t’ai déjà fait écouter ma musique je te rappelle, rétorquais-je.

- Pas moi. J’ai tellement entendu cette musique lorsque tu la composais, que j’ai encore mal aux oreilles. Demande à Atriom. Il sera sûrement ravi de t’aider.

- Ca va, les gars avec qui je travaille me donneront leurs avis, rétorquais-je.

- Mais oui, si tu leur envoie un jour, parce que tu ne seras jamais totalement satisfaite de ce que tu as créé, me répondit-il »

Je croise les bras sur ma poitrine, mets mon second écouteur, et augmente le son pour couper court à notre conversation. Il allait me mettre de mauvaise humeur si cela continuait. En attendant Atriom, il valait mieux que je me plonge dans ma musique. Il ne devrait sûrement pas tarder à arriver. Enfin, j’espérais, moi qui avais dû prendre mon courage pour venir ici.
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2