PHASE DEUX : mise à mort et rédemption

avatar
Date d'inscription : 22/06/2010
Nombre de messages : 768
Couronnes : 2
Zone E (rp) : //

Dieu : Dieu de la Terre
Palier don : //
Palier lien : //
Copyright : © swirly

LE MAIRE D'ÓKÓLNIR
compte personnage non joué

Sam 25 Aoû - 2:42
Mise à mort
à feu et à sang

La phase deux se découpe en deux parties : mise à mort et rédemption. La totalité de la phase deux (mise à mort et rédemption) concerne la période de juillet et août 2018. Si tu souhaites un rappel sur la timeline de Merkeley avant cette période tu trouveras ton bonheur ici (notamment sur la période de juillet 2017 à avril 2018)

Les événements de la phase deux « mise à mort » ne sont pas joués en RP par les joueurs : hormis en flash-back si tu le souhaites. N'hésite pas à demander des précisions si besoin et laisse parler ton imagination tant que cela reste cohérent et que tu ne prends pas des décisions importantes sur ce qui a pu se passer sans nous demander.

Il faudra évidemment avoir lu le sujet de la phase une avant de lire ceci.


La terreur est à son apogée. Le summum de l'horreur. Vous n'en aviez entendu que des rumeurs, mais cette fois-ci, la nouvelle circule sur tous les journaux, sur toutes les bouches. Le 22 août 2018, 7 ans après la Grande révélation, le gouvernement américain a soumis l’idée et a demandé l'autorisation de nettoyer Merkeley par un bombardement. Un tir chirurgical. Personne ne sera évacué. Chacun attendra là, dans cette ville, dans ce tombeau à ciel ouvert. Et essayer de s’échapper ne servira à rien, les soldats qui entourent la ville et en sur-nombre ont ordre de tirer à vue. La seule chose que vous attendez à présent c'est votre mort - si vous ne vous l'êtes pas déjà donné. Car oui, des vagues de suicides sont à déplorer : certains ne supportant pas la perte de leur daemon, d'autres disant préférer s'offrir une mort plus honorable que d'être tué par « ces chiens d'américains ». Le nombre de décès n'est plus comptabilisé, tout comme le nombre d'infectés. Il n'est plus question de vivre, seulement de survie. Certains, chez qui l'espoir réside encore à minima, n'hésitent plus a s'entre-tuer pour un quignon de pain. La grande ville daemonienne a été destituée de son statut de capitale depuis plusieurs jours déjà et personne n'ose plus s'y approcher. L'approvisionnement a continué de se faire par hélicoptères et les denrées se faisaient de plus en plus rares, poussant chacun à survivre à n'importe quel prix.

Quarante-huit. C’est le nombre d'heures qu'il vous reste avant d'être assassinés. Le compte à rebours est lancé, le temps de charger les avions et un souffle viendra radier la ville. Toutes ces vies qui seront prises pour, disent-ils, protéger les citoyens humains, toutes ses vies volées pour un virus qui n’a trouvé aucun ennemi capable de l’éradiquer. A quoi bon se battre maintenant que tout semble fini.

Dix secondes. Il n'y a plus aucun espoir. Pour personnes. Et même les militaires américains postés hors de la zone savent qu'ils ont été engagé pour une mission sans retour. Sept secondes. Le genre de mission où la décoration qu’ils recevront sera envoyé à leurs familles. Ils savent qu’il faut parfois des dommages collatéraux. Ils pensent mourir en héros en empêchant les monstres de s’échapper de la ville. Quatre secondes.  Ils vont mourir et leurs familles les pleureront à tout jamais. Trois secondes. Vous aussi, probablement que l'on vous pleurera et peut être déjà est-ce le cas... Deux secondes. En dépit de tout, vous fermez les yeux et prenez une profonde inspiration, vous espérez ne pas avoir à sentir la douleur lancinante d'une mort cruelle. Une seconde. Vous n'arrivez pas à ouvrir les yeux alors que vos oreilles trahissent ce qui se passe autour de vous : le bruit des obus qui siffle dans le ciel amènent avec amertume la victoire des américains contre votre peuple qui a déjà tant souffert. Des humains qui meurt avec vous ? Ce n'est pas grave. Après tout que serait un bombardement sans dommage collatéraux ? L'Amérique les remerciera pour faire passer plus facilement la pilule aux familles.

Zéro. Soudain vous vous posez la question, le temps s'est-il arrêter ? Vous hésitez à ouvrir les yeux. Mais en les ouvrant, c'est la lumière du soleil qui vous éblouie. Est-ce le paradis ? Après quelques secondes vos yeux s'habituent et vous découvrez un paysage époustouflant, une étendue d'eau à perte de vue et dans laquelle se reflète la couleur du ciel. Vous essayez de comprendre. Vous deviez mourir, peut-être même que vous aviez fini par le désirer pour oublier l’enfer que vous viviez et vous voilà là.

Et rapidement, une main inconnue vous aide à vous relevez. L'inconnu semblait vous attendre là, un sourire bienveillant habillant ses lèvres. Il s'agit de norvégiens. Autour de vous d'autres personnes semblent aussi perdues. D'autres survivants ? Certainement. Comment est-ce possible ? La personne avec vous n'a pas le temps de vous expliquez et vous assure que vous recevrez les explications en temps voulu mais qu'actuellement l'heure n'est pas à cela. Si vous décidez de les suivre vous pourrez trouver autant de réponses qu'il vous faudra. Mais on ne vous empêche pas de rester et vous pouvez décider de vous en allez. Dans les deux cas, vous ne loupez pas l'apparition de ce symbole à l'intérieur de votre poignet. Et les survivants autour de vous commencent eux aussi à le voir apparaître dans le creux de leur poignet. Le symbole arbore des couleurs différentes et sa forme semble parfois changer selon les personnes. Elle est un peu effacée et son intensité se renforce avec le temps. Courageux ou lâches, aucun de vous n'échappera pas à son destin et cette marque en fait désormais partie.

Bienvenue à Ókólnir.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 22/06/2010
Nombre de messages : 768
Couronnes : 2
Zone E (rp) : //

Dieu : Dieu de la Terre
Palier don : //
Palier lien : //
Copyright : © swirly

LE MAIRE D'ÓKÓLNIR
compte personnage non joué

Sam 25 Aoû - 5:12
Rédemption
peut-être que les choses sont prêtes           à changer

Les événements de la phase deux « rédemption » peuvent être joué dans un rp commun (date de clôture du rp commun le : 5 octobre 2018). Pour se faire nous avons crée un sujet dans lequel tu pourras répondre avec des réponses courtes. Cela te permettra de faire vivre à ton personnage ce moment important. Tu trouveras le rp commun et les précisions là dessus directement ici.


Vous n'avez pas le temps de laisser vos yeux dévoraient le paysage que déjà on vous explique que vous allez être emmenés vers le temple. Là où le maire attends votre arrivée. Il vous manque trop de pièces pour reconstituer le puzzle et réussir à comprendre ce qui vous arrive. Plus loin certains se palpent de peur de ne pas être là, de n'être que des fantômes.

Votre groupe de survivants reste silencieux, certains osent parler à voix basse, d'autres tentent de retrouver un visage connu dans la foule. Tous ont les yeux vides. On entends parfois des cris de contestation mais les inconnus qui vous guident semblent pacifiques, calmes et eux aussi possèdent des daemons. Ça vous rassure, au moins un peu. Ce sont des natifs de la ville des dieux daemoniens. Ils vous indiquent que c'est ici que vous vivrez maintenant si vous le choisissez. En contrebas ils vous montrent les lumières d'une petite ville et vous avez peine à croire ce que vous entendez.

Quelques mètres plus loin vous vous retrouvez face à plusieurs bus. D'autres natifs attendaient là et offrent aux plus faibles eau et nourriture pour se requinquer. Les contaminés beaucoup trop affaiblis par la maladie sont emmenés en urgence par des ambulances et des brancardiers. Tout semble millimétré. Une machine bien huilée. Un homme prend la parole à travers un mégaphone et aucun de vous n'ose plus bouger. Vous retenez de son discours que des bus allaient faire des allers-retours afin de vous emmener au temple où vous recevrez des explications. On vous répète de ne pas vous inquiétez et que ceux qui ne souhaitent pas rester seront libres de partir. Beaucoup d'entre vous finissent par se décider à monter dans les bus. Encore méfiants bien que n'ayant plus d'espoir. En arrivant devant le temple vous restez bouche-bée par la beauté que les lieux dégagent. Le temps semble en suspens ici mais le mouvement de foule vous entraîne jusqu'à l'intérieur du temple.

Les portes se referment derrière le dernier survivant. Vous êtes un peu serrés les uns aux autres mais l'idée que la population de Merkeley puisse tenir au complet dans cette immense pièce vous glace le sang : cela veut dire que les morts ayant succombé au virus Eqkter sont bien plus nombreux que ce que vous pouviez imaginer. Au milieu de la pièce, au pied d'une statue gigantesque représentant 5 animaux géants, siègent un micro et un homme en costume. Son nanisme n'enlevant rien à la prestance qu'il dégage. Cachant son stress derrière un air bienveillant.

« Bonsoir à tous. Je ne saurais par quoi commencer. Et je doute avoir assez de mots pour vous dire le fond de mes pensées. D'abord je tiens à me présenter : Fredrik Amundsen. Je suis le maire d'Òkòlnir et si vous le voulez, votre nouveau maire. Sa voix tremble un peu. Comme s'il était impressionné d'être là. Qu'il avait honte de se montrer dans un beau costume alors que ceux qui l'écouter avaient vécu les pires horreurs. J'ose à peine imaginer la souffrance que vous avez pu vivre à Merkeley durant cette dernière année et j'aurais aimé avoir le pouvoir de vous épargnez tout cela. Mes mots ne pourront pas combler la peine que vous ressentez mais j'espère réussir à vous montrer qu'un monde meilleur vous attends ici. Bien loin de la violence, de la peur et des conflits. Quelques voix s'élèvent. Vous êtes méfiants et les inquiétudes des survivants sont légitimes. Je comprends vos doutes, je suis un inconnu qui vous propose monts et merveilles mais j'ose croire qu'Òkòlnir pourra gagner votre coeur. Notre équipe de scientifiques a tout mis en oeuvre afin de récupérer une souche du virus sur laquelle tester des antidotes. Et je suis sincèrement heureux de pouvoir vous dire qu'un vaccin a été mis au point ici afin de mettre fin à Eqkter. Cependant nous n'avons pas réussi à trouver le moyen de vous rendre votre daemon ou votre don et nous en sommes profondément désolés. Notre ville est le berceau des daemoniens depuis leur création et nos plus vieux écrits racontent l'histoire de nos dieux. Il est normal que vous y trouviez asile et protection. Le signe qui apparaît lentement sur votre poignée est une preuve de leur présence et elle ne vous quittera plus jamais. Vous aurez remarqué les humains ont également cette marque car les dieux ne font aucune différence et bien qu'ils soient daemoniens, les humains ont aussi leur place avec eux. » Un silence un peu fragile s'installe et vous avez du mal à réaliser. C'est perturbant. C'est le genre d'histoires que l'on voit dans les films.

La voix d'un homme se fait entendre au milieu de la pièce et chacun tourne son regard vers lui, donnant leur approbation en silence. « Mais comment vous faire confiance ? Un anti-don a déjà circulé et il n'a fait qu'empirer les choses pour certains ! » Le maire jette un oeil à sa secrétaire restée en retrait. Cherchant le courage de trouver les bons mots. Ici il ne s'agit pas d'être un bon orateur mais de redonner confiance à des personnes qui n'avaient plus rien à perdre. « Rien ne vous pousse à nous faire confiance mais les images parlent parfois plus que les mots. » Un vidéo projecteur installé derrière lui montre les images du virus au microscope. Chacun connaissait sa forme. Les médias n'avaient cessé de la relayer. Une aiguille entre en contact avec le virus et y déverse un produit. La vidéo est en accélérer. Et le chronomètre affiche déjà 2h34 quand les cellules bactériennes commencent à s'agiter et se désagrègent soudainement jusqu'à disparaître. Le vaccin avait fonctionné. Un brouhaha se mit à monter dans la pièce. On entendait des mots comme complot ou miracle. « Je sais que pour certains cela ne vaut pas grand chose mais vous êtes maintenant libres d'y croire. Sachez que vous êtes les bienvenus ici et ça vaut ce que ça vaut mais je suis rassuré de vous savoir ici plutôt que là-bas à l'heure où je vous parle. Le maire essaie de détendre l'atmosphère. Mais il faut savoir qu'en devenant citoyen d'Òkòlnir, certains norvégiens vous prendront pour des êtres anormaux, il arrive que l'on se moque de nous. Pour eux nous sommes un peu à part. Mais nous ne faisons pas de vagues et cela nous fait sourire. Nos règles sont celles du gouvernement norvégien. Nos dieux ne sont pas bien connus du grand public. Ils ont décidé de vivre en guides et protecteurs et de ne pas faire de bruit. Ils sont bien plus discrets que les dieux que vous connaissez déjà... Une nouvelle voix se fait entendre. Cette fois, c'est celle d'une femme qui interrompt le maire dans son discours. « Et pourquoi ils ne se montrent pas alors ? Pourquoi ne sont-ils pas là ? » Le maire tente de calmer ceux qui surenchérissent. Quand il se remet à parler tous se taisent à nouveau.

« Je ne le sais pas plus que vous ma chère madame et j'aurais aimé pouvoir vous répondre. Ils sont parmi nous et depuis leur exil sur terre il y a bien longtemps ils ont décidé d'intervenir dans nos vies qu'en dernier recours. Ce temple est leur cadeau. Les croyants comme les non-croyants pourront y trouver un peu de leurs connaissances et pouvoirs. Mais vous avez déjà bien des choses à digérer et vous devez vouloir vous reposez. Pour ceux ne souhaitant pas rester vous pourrez vous rendre à la salle des fêtes. J'ai veillé à ce que vous y soyez bien reçu, vous pourrez y reprendre des forces et trouver un repas chaud. Pour les autres votre nouveau chez vous vous attends. »

Le maire finit son discours en indiquant que des stands provisoires ont été installé dans la bibliothèque du temple à l'étage. Les personnes souhaitant rester à Òkòlnir pourront se présenter à l'un des stands afin de recevoir la clef d'un logement dans l'un des quartiers de la ville. Et vous vous sentez un peu rassurés de savoir que ce soir vous aurez un toit sous lequel dormir. Il précise que chacun pourra faire le vaccin dans le fond de la pièce : des infirmiers se tenant prêts à les administrer. Les premiers survivants s'y rendent déjà. Après tout c'est mieux que de partir sans savoir où aller. Vous savez bien que pour la plupart d'entre vous les heures sont comptées alors si ce vaccin est en mesure de vous sauvez... Demain sera peut-être meilleur qu'aujourd'hui. Vous devez vous relever. Vous n'êtes pas fait pour vivre dans le malheur.

« La ville entière a été prévenu de votre arrivée et chacun de ses habitants sera prêt à vous aider. Pour les plus meurtris d'entre vous un service spécial a été mis en place à l'hôpital et vous y trouverez soutien physique et psychologique. Je sais que tout cela est dur à avaler mais j'espère que j'aurais réussi à vous convaincre : vous êtes enfin chez vous. »

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: forum et gestion de personnage :: nouveautés & annonces :: intrigue-