Wait and see. [Ft. Gabriel]

avatar
Date d'inscription : 28/07/2018
Nombre de messages : 125
Couronnes : 106
Âge réel : 20
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Elibis ♥

Nothing will be the same...

Mar 4 Sep - 1:30
*Tu vas bien ?* Les yeux dans le vague, à fixer quelque chose qui n’est pas là, ses mains autour d’un thé fumant, Ellias est assis à la terrasse d’un café. La température extérieure n’est pas bien élevée mais le britannique n’est pas frileux. Il réfléchit, se perd dans les méandres de ses pensées. Les souvenirs l’assaillent parfois, aussi nombreux que différents, de bons moments, comme les pires. Le sifflement des bombes, il l’entend encore parfois cette annonce de mort, les coups de feu, signes de l’arrêt brutal de vies. Il y a ce discours également, ces dieux. Tout cela revient le hanter la nuit, tant de questions que de terreur. Son âme sœur n’est pas là parfois, il n’y a que son corps, la chienne le sait.

Un klaxon le tire brutalement de son introspection, il sursaute. La daemonne s’appuie contre cet humain qu’elle aime tant, qu’elle voit se déchirer entre idéaux et rancœur. Ce musicien dont l’instrument ne sait plus que pleurer ou hurler de rage. Il voit dans ses yeux qu’elle souffre pour lui, et il ne se le pardonne pas.

Une caresse sur sa large tête canine apaise ses craintes et il la sent se détendre un peu. L’anglais boit une gorgée, brûlante, de son thé, douloureuse, presque. Mais les boissons chaudes réchauffent les cœurs selon sa grand-mère. Une seconde gorgée, la chaleur ne semble pas l’atteindre cette fois. Un regard sur son téléphone, il hésite à taper le nom de cette ville, sûrement un tas de ruines fumantes, un lieu où les adolescents iraient se faire peur dans quelques années, la ville fantôme des monstres. Merkeley. Il se ravise, n’est sûrement pas prêt à voir cette destruction, cette haine.

Une dernière vérification de son smartphone, la nounou ne semble pas rencontrer de difficultés avec son petit protégé. Il range l’appareil dans sa poche de jean.

Le thé est rapidement fini, l’addition payé, le violoniste parti.

Le rottweiler sur ses talons, l’homme prend instinctivement une direction, laisse ses pas le mener où ils le souhaitent. Et il finit devant le temple, ce lieu de culte où les réfugiés avaient été accueillis, où le maire leur avait expliqué ce qui leur arrivait.

Le bâtiment est beau, le ciel bleu glace lui confère un aspect presque irréel. Alors, il reste là, Ellias, à fixer dans un silence de mort cet endroit si particulier. *Tu vas entrer, ou rester là à fixer la porte comme un benêt ?* Veut-il y croire ? Sûrement, un peu d’espoir, ne serait-ce qu’au travers de figures divines ne lui ferait pas de mal. La logique voudrait aussi qu’aucun daemonien lambda n’ait les pouvoirs nécessaire à un tel sauvetage. Alors, la réponse se fait dans son esprit, et il entre.

L’intérieur est impressionnant, les statues, emblèmes des dieux trônent tel les gardiens de ces lieux. Il reste un long moment à les dévisager, comme s’il s’attendait à les voir bouger, parler. L’intrus fait le tour des lieux, observe tout, se laisse aller à une contemplation respectueuse, ne touchant rien. Sa daemonne s’éloigne un peu, observe elle aussi.

Et notre homme est là, dans ce temple, devant ces dieux, avec cette marque sur son poignet. A ne savoir que dire, que faire, prier ? Les entendent-ils seulement? Il effleure ce tatouage surnaturel sur sa peau, cette chose qu’il ne comprend pas, ce symbole. Ne devrait-il pas y avoir une sorte de prêtre, dans ce lieu ? Un guide, ou juste un manuel explicatif ?

Il revient se planter devant les effigies de pierre. Les mains au fond des poches de son sweat-shirt, sa petite fleur n’est pas loin, il s’en assure avant de reprendre son observation. Cet endroit l’apaise, pour une raison qui lui est inconnue, alors il cherche à imprimer dans ses souvenirs les moindres détails de cet ouvrage si raffiné.

Lassé d’être debout, il s’assoit en tailleur devant ces dieux de roc et attend simplement que les minutes s’écoulent, que son angoisse ait fini de s’éloigner de lui.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LITTLE FLOWER
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011
Nombre de messages : 1098
Couronnes : 124
Âge réel : 25
Dieu : Déesse de l'air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Cocopix/Tumblr

Nothing will be the same...

Mar 4 Sep - 20:01
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Wait and see

La main entrelacée dans celle d’une femme, les yeux fermés, je laisse agir mon don, sentant le froid se détacher de mon corps pour se propager dans celui de la femme. Elle souffre de rhumatismes, m’a-t-elle dit plus tôt. Alors je n’ai pas insisté, je n’ai pas cherché à comprendre plus loin, j’ai simplement attrapé sa main pour laisser mon don l’aider. Car c’est ce que je suis devenu aujourd’hui, un sauveur, un bienfaiteur. C’est Lina qui tenait ce rôle autrefois. Moi je restais coincé dans mon coin, à observer de loin, alors qu’elle, elle courait vers les gens dans le besoin. Elle ne réfléchissait pas, comme je le fais à présent. Elle se contentait de courir de droite à gauche, pour aider une dame à se relever, pour aider un enfant à monter une marche ou pour simplement répandre la joie autour d’elle. Elle rayonnait, de par son sourire. Quant à moi, je ne la voyais même pas. J’étais dans mon coin, préoccupé par mon propre monde, m’intéressant à ma jumelle uniquement quand elle s’approchait de moi. Elle vivait pour les autres et je ne vivais que pour moi. C’est ce qui nous a toujours différencié elle et moi. Alors aujourd’hui, je souris de savoir que je reprends un peu de ce qu’elle était, de savoir qu’avec ce que j’essaie de transmettre à ceux qui se rendent dans le Temple, elle continue de vivre, ne serait-ce que d’une infime manière. Ma sœur a beau être morte, elle vit au-travers de ce que je fais.

Pour m’aider avec mon don, bien souvent, je pense à elle. Penser à des choses positives me permet de mieux me concentrer, d’agir plus vite. Je repense à son rire, à son sourire, à sa chevelure dansant au rythme du vent et les maux de la dame disparaissent, s’apaisent. Je la sens se décontracter sous ma main, j’entends sa respiration se décoincer et je finis par la lâcher. Elle soupire, elle me remercie et je ne peux que lui rendre un sourire. Car j’ai été béni en recevant ce don-là plutôt qu’un autre, que je le dois aux Dieux, pas à moi. Je ne fais que l’utiliser.

Elle s’en va, d’un pas plus léger et mon regard lâche sa silhouette pour parcourir la salle. Quelques habituels fidèles se trouvent là, ils prient, restent simplement assis là, profitent de l’ambiance apaisante du lieu. Et puis mon regard finit par se poser sur cet homme que je n’ai jamais vu. Sa manière de se déplacer m’indique qu’il n’est jamais venu, du moins, en donne l’air. Il admire les statues, lèvent les yeux vers un plafond que les gens d’ici ne regardent même plus, par habitude. Je le suis du regard, préférant le laisser découvrir ce monde seul, apprivoiser les Dieux à sa manière.

Je me concentre un instant sur autre chose, un autre fidèle pénétrant le lieu, jusqu’à ce qu’Eija, perchée sur mon épaule me signale que le nouveau venu s’installe. Alors je le cherche à nouveau du regard et finis par le trouver, non loin, assis en tailleur, face à ses Dieux de pierre qui paraissent toujours immenses pour les non habitués. Un léger sourire se glisse sur mon visage. Eija me gratouille l’épaule avant de glisser sa tête blanche vers mon oreille. « Tu devrais aller lui parler. Peut-être qu’il a besoin d’aide. » Mais je ne réponds pas tout de suite. J’aimerais que cet homme fasse connaissance seul avec ce nouveau monde, du moins, pour un instant. La religion se découvre lentement, à chacun son rythme. Je le vois qu’il est perdu, je les vois ces regards qu’il lance autour de lui, par envie d’imiter quelqu’un, par recherche d’aide. Et je compte bien aller vers lui, mais d’abord, je le laisse seul.

C’est au bout de longues minutes que je me mets en marche. La démarche se veut lente mais sûre d’elle. Cet homme, je suis là pour l’aider. Car j’étais autant perdu que lui la première fois que je suis venu dans ce Temple. Ce n’était pas la première fois que j’y mettais les pieds, loin de là. Mon père m’y emmenait fréquemment, pour m’expliquer les histoires de ces Dieux dont il nous contait les louanges tous les soirs. Mais lorsque j’étais venu pour demander de l’aide, pour chercher ma voie, tout avait été différent. Je m’étais enfin tourné vers les autres, j’avais recherché ce contact que je fuyais depuis si longtemps et j’avais eu l’impression de voir le Temple pour la première fois. Je me laisse doucement tomber en tailleur non loin de cet inconnu, Eija glissant le long de mon épaule pour venir s’installer entre mes jambes. Je cherche son regard, un léger sourire rassurant sur le visage. « Bonjour. C’est la première fois que vous venez ? » Je le détaille quelques secondes, ne reconnaissant pas ce petit quelque chose des habitants d’Okolnir. Vient-il de Merkeley, cette ville aux milles malheurs ? « Je m’appelle Gabriel, je suis oracle. »


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


- I'm on the run and go -
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6037-gabriel-truth-or-dare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 28/07/2018
Nombre de messages : 125
Couronnes : 106
Âge réel : 20
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Elibis ♥

Nothing will be the same...

Mer 5 Sep - 0:01
Une torpeur agréable envahit son esprit et au fil des minutes, l’étranger s’imprègne de ce lieu, s’apaise, comme si le temps avait fait une pause dans son avancée. Et il regarde ces statues, ces géants de pierre, les statues l’impressionnent, lui donne un sentiment bienvenu de sécurité. Tout comme la musique le berce lorsqu’il croit toucher le fond, l’aide à remonter, ce lieu l’aide à ériger de nouvelles barrières autour de son cœur meurtri. Une entreprise bien compliquée, mais cet endroit réchauffe autant son cœur gelé que ce thé qu’il aime tant. Il se laisse aller à cette sensation de sécurité, dans cet endroit hors du temps, si particulier. Peut-être y a-t-il des dieux ici, il ne sent rien, n’a pas de raison d’y croire plus désormais, mais ce temple l’apaise, voilà une chose sûre. Ce, pour une raison qui lui est obscure.

Alors, il reste là, assis en tailleur, au beau milieu d’inconnus qui ne le regardent pas, dans un endroit qu’il ne connaît pas. Mais la tornade dans sa tête s’est un peu calmée. Il savoure l’instant, cherche l’esprit de sa moitié, rétablit cette connexion si rassurante. *Cet endroit me plaît, j’arrive à réfléchir.*

Elle le regarde de loin, comme si elle le découvrait. Cela fait des jours qu’il ne dort plus, hanté par ces souvenirs qu’elle écarte du mieux qu’elle peut. Mais le silence se fait enfin, ce n’est pas sa réussite, c’est celle d’un bâtiment tellement différent de tout ce qu’ils ont vu jusqu’ici. Puis elle le remarque, cet inconnu qui regarde son amour. Il n’est pas malveillant, semble s’interroger. Pourquoi ne va-t-il pas lui parler tout simplement ? *Tu as un admirateur secret, je crois qu’il est tombé amoureux. Une sorte de coup de foudre.* Son humain sourit, à ce rottweiler si bienveillant, si elle le pouvait, elle ferait de même.

Et, avant que l’anglais n’ait le temps de ne serait-ce que regarder cet homme sensé le fixer, il approche. La chienne s’est immobilisée, ne peut détacher son regard de la scène. Il n’y a pas l’ombre d’un doute, il connaît les lieux, s’assoit non loin de sa moitié, alors elle approche doucement, curieuse.

Ses yeux bleus détaillent l’inconnu en face de lui, lui qui s’est décidé à lui parler. Puis, il jette un coup d’œil à la daemonne, une hermine, s’il ne se trompe pas. *C’est ça, c’est une hermine.* Son âme-sœur a contourné le brun, s’est couchée derrière lui lourdement, sans dire un mot. C’est qu’elle n’est pas très bavarde, cette âme-ci. Le britannique écoute son nouvel interlocuteur avec un sourire, presque amusé. -Ça se voit tant que ça ? Il écoute la présentation de l’homme, qui s’appelle donc Gabriel.

Sa petite fleur elle, fixe sa congénère, détaille l’hermine de ses yeux marrons, se pose mille questions, elle n’a jamais pris de forme plus petite qu’un chien, d’ailleurs, elle a toujours revêtu des aspects canins. Mais elle ne dira rien. Ne posera pas ces questions. -Je suis Ellias, et elle c’est Calla. Enfin, elle, c’est Calla Lily, mais il est presque certain qu’elle pourrait mordre quelqu’un se risquant à prononcer la deuxième partie de son nom, cela est réservé à son amour. Alors il ne le mentionne pas. Mais l’occupation de Gabriel l’interpelle, un oracle ?

-Je vais peut-être paraître bête mais… quel est votre rôle exactement ? Guider les autres, transmettre la bonne parole ? Il n’en sait pas grand-chose, n’a jamais été porté très dieux humains, d’autant plus qu’il ne voyait ça que comme une raison de plus qu’ils avaient trouvés pour s’entre-tuer comme les sauvages primitifs qu’ils sont.

-Et je tiens à dire que cet endroit est incroyable… Le travail effectué ici est colossal, pas besoin de croyance ou même d’un doctorat quelconque pour le savoir. Le regard du blond croise celui, qui ne l’évite pas, de l’oracle. Il le soutient, n’a pas l’habitude de ne pas regarder ses interlocuteurs dans les yeux. Il s’est d’ailleurs tourné, notre M. Poli, bien en face de l’autre homme assis. Ils ont peut-être l’air étranges, comme cela, assis en tailleur l’un en face de l’autre, mais cela n’importune pas le musicien, il est bien là, assis sur le sol frais de ce temple. L’impression de ne plus parler qu’à un bébé ou sa moitié s’en va.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LITTLE FLOWER
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011
Nombre de messages : 1098
Couronnes : 124
Âge réel : 25
Dieu : Déesse de l'air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Cocopix/Tumblr

Nothing will be the same...

Sam 8 Sep - 23:37
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Wait and see

Assis aux côtés de cet homme, mon regard détaille cet inconnu venu d’ailleurs. Il lui manque ce petit détail des habitants d’Ókólnir, ce petit plus qui les rend si spéciaux. Les étrangers disent toujours que nous sommes différents, mais tout est relatif. C’est eux qui me paraissent étranges bien souvent. Son molosse nous rejoint et je le suis un instant du regard. Eija se colle à ma jambe, regardant le gros chien. Habituée aux petites formes, les plus gros animaux l’ont toujours impressionnée. Elle ne se gênerait pas à lui rabattre le caquet s’il en venait à mal me parler, mais elle préfère rester tranquille à mes côtés pour le moment et poser son regard sur le blond. Il l’intrigue, lui et son ignorance, lui et ses questions. Elle aimerait lui en poser des questions, elle aussi, connaître son histoire, mais elle me laisse faire, patiente.

Il sourit, cet inconnu, à ma remarque et je baisse la tête un instant, laissant échapper un sourire amusé. « Votre regard s’est arrêté plusieurs fois sur des détails que les gens d’ici ne voient plus. » Les yeux recherchent son contact alors qu’il se présente. J’hoche la tête, comme approbation, pour lui indiquer que j’ai compris, ou par simple salutation. Je montre ma daemonne de la tête. « Elle c’est Eija. » Je n’ai pas toujours le réflexe de la présenter directement, les vieux réflexes du passé. Les habitudes d’être souvent seul.

Mon regard se promène à nouveau autour de nous, salue de la tête quelques nouveaux arrivés dans le Temple. Les gens savent qui je suis ici, tout le monde se connaît à Ókólnir. Alors quand de nouvelles têtes se présentent, c’est toujours agréable, même si elles ont été nombreuses ces derniers temps, avec la chute de Merkeley. On est contents de les accueillir, de faire leur connaissance, de nous mélanger à eux, mais nous sommes tristes de ce qu’il leur arrive. J’ai encore en tête les images du journal télévisé, je me souviens de leurs visages lorsque je les ai vu ici pour la première fois. Ils paraissaient tant perdus, tant chamboulés. Mais ce Ellias semble s’habituer à cette nouvelle vie.

Ma tête se retourne d’ailleurs en sa direction lorsqu’il reprend la parole pour me poser une question. Un nouveau sourire parait. Il est vrai que venant d’ailleurs, tout ce qu’il se passe ici doit lui sembler bien étrange. « Ce n’est pas une question bête. Je peux comprendre que beaucoup de choses ici vous échappent encore. » La main vient se loger un instant dans mes cheveux pour les replacer, puis j’enchaine. « Les oracles font ici des cérémonies pour différentes raisons, on effectue des rituels et ce genre de choses. Les habitants viennent aussi fréquemment nous voir pour des conseils, portant sur n’importe quel sujet. Et évidemment, on fait ce lien entre ici et les Dieux. » J’ai souri encore une fois en parlant, prenant plaisir à aider ce Ellias. J’ai toujours aimé expliquer ces choses qui me tiennent à cœur, depuis petit, même si pour ça il fallait aller vers les autres. « Je peux personnellement soigner les maux de certaines pathologies en plus de tout ça. Mais d’autres oracles ont d’autres capacités. » Il est vrai que beaucoup viennent pour ces talents que nous avons. Même si ce ne sont que nos pouvoirs, que nous possédons depuis notre naissance, beaucoup sont ravis de pouvoir se débarrasser de ce mal qui les habite depuis longtemps. Certains ont leurs rendez-vous habituels, comme une visite chez le médecin.

Il finit par complimenter le Temple et je ne peux m’empêcher de lever la tête vers ces grandes statues. Ces regards qui m’ont toujours apaisé. L’ambiance du lieu est très spéciale et les nouveaux venus y sont très souvent sensibles. Mais les yeux se rabaissent pour retomber dans ceux du blond. « J’aime aussi beaucoup être ici. L’architecture est spéciale. » Et je souris encore, parlant de ce lieu qui me tient à cœur. « Vous êtes à Ókólnir depuis longtemps ? » Peut-être est-il arrivé il y a un moment mais qu’il ne met les pieds au Temple pour la première fois qu’aujourd’hui.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


- I'm on the run and go -
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6037-gabriel-truth-or-dare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 28/07/2018
Nombre de messages : 125
Couronnes : 106
Âge réel : 20
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Elibis ♥

Nothing will be the same...

Dim 9 Sep - 19:53
Une réaction amusante pour le molosse que celle de l’hermine qui accompagne cet oracle. Un soupçon de peur irraisonnée, une précaution inutile, pour tout dire, la chienne la trouve plutôt adorable, se garde bien de le dire. Elle aime les petites bêtes à défendre, être un gardien, sa douce, alors elle darde un regard entre tendresse et amusement sur l’âme du jeune homme. Sa lourde tête vient se poser au sol, contre son âme-sœur, le silence est d’or avec elle et elle reste fidèle à son principe, se contentant d’écouter l’échange des deux humains. Ellias pose une main dans le pelage ébène, s’ancre à sa réalité, à elle, puisqu’elle est la seule chose immuable de son existence. Le lien entre eux est plus fort que jamais. -Je pense pour ma part que dans dix ans je m’émerveillerais toujours autant des détails de cet ouvrage. Il a conservé son côté artiste, pointilleux, soucieux du moindre détail, son aptitude à mettre le doigt et l’oeil sur ces petits riens qui parent son monde de milliers de couleurs, ces petites choses qui le gardent beau malgré toute cette peine, cette destruction. Tout dans ce temple le pousse à s’y perdre, à laisser ses yeux dériver, capter chaque image. Perdre des heures en contemplation.

La petite compagne de son interlocuteur a enfin un nom, Eija. Il l’observe l’espace d’un court instant, s’amuse en visualisant sa fleur et son caractère si complexe dans une si petite enveloppe. Son interlocuteur est un habitué des lieux, il salue les visages qu’il reconnaît, qui le connaissent aussi. Ce lien ténu entre les gens, entre des voisins où des habitués de lieux. La colère qu’il fait taire constamment pointe dans sa poitrine, il doit recommencer, lui qui a tout perdu ou presque. Alors il s’accroche à ce lien entre sa douce et lui, sa petite Calla Lily, à cet enfant qu’il verra grandir, ce petit miracle, Ellias finira par réparer son coeur et sa vie, c’est la seule certitude de ce chien si particulier.

Il regarde attentivement les visages de ces inconnus, il tente de se fondre dans ce nouveau lieu, cette nouvelle opportunité de continuer à vivre. Repousser les souvenirs, encore et toujours, faire taire ce sifflement cauchemardesque. *Tu y arriveras, comme toujours.* Il a tant perdu son amour, un père, une mère, les humains lui ont tant pris, mais il a toujours trouvé l’issue à sa colère et à sa tristesse, il faut juste le refaire, encore une fois.

Quand le temple revient au coeur de la conversation sa moitié le tire de son moment d’égarement, l’arrache à ses émotions dans une étreinte mentale bienvenue. Il perd encore une fois son regard dans ce qui l’entoure, inspire un bon coup et s’imprègne un peu plus de l’ambiance des lieux, de ce calme apaisant si particulier. Il se sent encore hors du temps, se promet de revenir aussi souvent qu’il le pourra puisqu’il se retrouve enfin dans cet endroit. Il a tant à découvrir et les réponses paraissent à portée de main ici, comme s’il comprenait peu à peu tel l’enfant qui découvre le monde dans lequel il évolue. Puis, il y a la corde sensible, être à Okolnir depuis longtemps, cela aurait été souhaitable pour le musicien.

Il réfléchit, pèse ses mots, ne veut pas brusquer cet homme qu’il connaît peu. -Non, je suis arrivé avec les autres réfugiés de Merkeley. Son regard se perd un instant et il chasse les fantômes qui le hantent. -Je n’ai même pas encore visité la ville dans son intégralité. Il s’y est perdu, y a erré sans but des heures durant à sa sortie de l’hôpital en attendant un verdict pour son enfant, mais n’a pas tout vu, n’a pas cherché à tout voir. Il fallait tout d’abord qu’il réalise que le cauchemar prenait fin, qu’il était loin de ce lieu maudit et qu’il était encore en vie. Une question lui brûle les lèvres, les explications sont claires, mais la mention des Dieux a éveillé en lui une multitude de questions qui se bousculent dans son crâne. -J’ai une question, qui va peut-être paraître déplacée mais ce n’est pas le but et je m’en excuse. Il fait une courte pause, sa politesse bienveillante a encore prit le pas, mais ce n’est pas plus mal. -Pourquoi maintenant ? Tant d’aide, c’est… miraculeux, mais pourquoi pas plus tôt ? Avec un tel pouvoir, tant de vies auraient pu être sauvées… Un silence s’ensuit, il n’aurait sûrement pas crevé l’abcès quelques mois plus tôt, mais ce désastre lui fait voir les choses sous d’autres perspectives.

Il n’avait rien mentionné jusque là, pour laisser à l’autre le temps de finir, mais le temps à son esprit d’y voir plus clair également. Mais il ne doit pas garder ses interrogations dans un coin de sa tête, il le sait, son sommeil est déjà suffisamment rare sans qu’il n’ajoute des regrets à la pile d’émotions intrusives. Puis, il n’aurait peut-être pas osé sans la question de son installation. Il revoit son arrivée, lorsqu’il s’était enfin relevé et avait vu ce pays pour la première fois. Le vertige et le bonheur de savoir sa moitié hors de danger. Il se reconnecte au moment présent, plonge son regard dans celui de l'oracle, peut-être n'a-t-il pas la réponse lui non plus?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LITTLE FLOWER
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011
Nombre de messages : 1098
Couronnes : 124
Âge réel : 25
Dieu : Déesse de l'air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Cocopix/Tumblr

Nothing will be the same...

Sam 22 Sep - 10:03
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Wait and see

Cet homme semble ravi de découvrir les lieux et je ne peux que sourire face à ses remarques. C’est toujours plaisant de se rendre compte que ce dont nous sommes fiers plait à d’autres. Les yeux se perdent encore une fois sur les murs, les statues, les gens avant de retomber sur Ellias. Parfois, j’aimerais revenir à ce temps où je découvrais moi aussi ce lieu si magique. Mon père qui me contait chacune des histoires de ces dieux, qui me faisait prendre possession de cette religion qui m’accompagne depuis si longtemps. Et Lina à mes côtés, plus émerveillée qu’elle ne l’aura jamais été. Les dieux était son monde à elle. Je les voyais différemment, pas aussi profondément que ma jumelle. Mais aujourd’hui, c’est différent. Lina n’est plus là, mais cette ambiance, cette croyance, tout est resté, m’aidant à vivre la perte de ma sœur.

Mais la conversation vient sur l’arrivée d’Ellias à Ókólnir et mon sourire se perd un instant. La douleur se lit dans ses yeux. Je la vois, l’embrasse mais n’ose prétendre la connaître. J’ai perdu beaucoup de choses, mais ceux de Merkeley ont tout perdu, du moins, pour la majorité d’entre eux. Le regard se veut compatissant alors que j’aimerais tendre la main vers lui pour le réconforter d’un contact physique. Mais je ne connais pas cet homme, je ne sais pas ce dont il a besoin présentement. Peut-être qu’il n’aime pas le contact des inconnus. Alors je me contente de lui faire un petit sourire rassurant, laissant ma voix calme faire le travail. « Je suis sincèrement désolé pour tout ce qu’il s’est passé là-bas. Je ne peux qu’imaginer la douleur que chacun de vous peut ressentir, mais sachez que les portes du Temple vous seront toujours ouvertes si vous ressentez le besoin de parler. Que ce soit à moi, un autre oracle ou simplement les Dieux. » Car le Temple est là pour ça, pour guider les âmes perdues au-travers de cette douleur. Chacun son remède. Si le besoin est de parler avec quelqu’un présent, j’en serai ravi. Mais parfois, de simples prières suffisent à calmer les tempêtes psychologiques. Les Dieux écoutent, eux aussi. Même s’il n’y a pas de réponse, simplement parler suffit.

Et puis il pose cette question que nombreux d’entre eux m’ont déjà posée et un léger soupire me prend. Pas d’agacement, simplement de désespoir face à cette question dont je n’ai tout bonnement pas la réponse. Mes yeux cherchent un instant le regard de la statue à nos côtés alors que je sers à Ellias la même réponse que j’ai déjà donnée aux autres avant lui. « Les décisions des Dieux restent parfois un mystère, pour nous aussi. Ils avaient certainement leurs raisons de le faire à cet instant précis. Mais pourquoi exactement, on ne le saura sûrement pas. » Je repense à ma sœur qu’ils ont décidé de m’enlever. Cette décision que moi aussi, je ne comprends pas. L’erreur était totalement mienne, mais faire cesser son cœur de battre était entièrement de leur ressors.

Eija gratouille ma jambe un instant, sentant le tourbillon infernal reprendre mon esprit alors que le moment n’est pas opportun et mon regard se rabaisse, vers cet homme qui cherche des réponses. Je n’ai pas toujours les réponses, mais parfois, simplement les poser suffit à calmer un instant la tempête de l’incompréhension. Et je suis toujours là pour discuter de ces questions, même si ce n’est pas forcément pour obtenir des réponses précises. Le sourire revient un court instant. « Sentez-vous libre de poser les questions qui vous taraudent, nous sommes là pour ça, je le répète. Je peux bien imaginer qu’arriver dans une ville comme celle-ci soulève un milliard d’incompréhensions alors n’ayez pas peur de chercher des réponses. » C’est son droit d’en chercher. C’est notre droit à tous. « Quant à la ville, elle n’est pas bien grande. Vous en ferez vite le tour, vous verrez. Et les visages vous seront bientôt tous familiers. » Car tout le monde se connait ici. Les rumeurs vont vite, les jugements avec, mais l’amitié aussi, va vite. J’espère sincèrement que cet homme pourra trouver la paix d’une quelconque manière.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


- I'm on the run and go -
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6037-gabriel-truth-or-dare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 28/07/2018
Nombre de messages : 125
Couronnes : 106
Âge réel : 20
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Elibis ♥

Nothing will be the same...

Mar 25 Sep - 20:14
...:
 

Une fois de plus, les sourires fondent comme neige au soleil à la seule mention de ce nom. Un nouveau tabou, une histoire murmurée que tout le monde connaît. Survivants et sauveurs se mêlent, s’indignent d’horreurs injustifiées. Cette ville est maudite, Merkeley est maudite. Et eux aussi, parfois il le pense avant d’effacer ces lugubres pensées de son crâne. Ils ne sont pas maudits, ils ont été sauvés. *On s’en sortira comme toujours, endurcis et plus forts, Ellias. On ne va pas se laisser aller.* La lourde tête posée au sol se soulève, vient se poser sur la cuisse de cet homme en quête de réponses, en quête d’une chose en laquelle croire, quelque chose en lequel placer ses espoirs. L’autre s’excuse d’un crime qu’il n’a pas commis, il s’énerverait presque en temps normal mais il fait taire ses émotions trop envahissantes, garde un calme factice qu’il compose tel un virtuose. Les humains ne changent pas, sont à l’abri de représailles, il doit vivre avec, ravaler sa colère, guetter la meilleure occasion de les atteindre. Mais surtout, ne pas laisser la peine et la douleur gagner, Calla s’en assure, le relève avec patience quand il pense toucher le fond. Et il atteint la surface encore une fois. S’éloigne de ses démons. -Pourquoi vous excuser ? Les auteurs de ce crime sont loin et couverts, vous n’y êtes pour rien. C’est plutôt à nous de vous remercier, vous et cette ville qui faites tant. Nous ne sommes pas morts, c’est déjà beaucoup, j’ai un toit sur ma tête et mon fils est à l’abri, c’est suffisant. Son fils, il ne l’avait jamais appelé ainsi, pas à voix haute, devant un inconnu, mais ce serait tellement long à expliquer.

Le désespoir a un goût familier, une odeur qui se démarque, une manifestation aussi discrète que violente. L’oracle cherche une réponse lui aussi, la réponse qu’Ellias veut, il ne l’a pas. Prévisible cependant. Chacun cache les pots cassés, les cadavres dans les placards. Personne ne trouve les réponses dont ils ont tant besoin. Parler aux dieux, revenir ici et prier attendra, il n’a pas de foi à donner à un interlocuteur silencieux, invisible, il doit déjà reprendre confiance en ce monde, en ce qu’il voit, avant de l’accorder à ces entités toutes puissantes, qui n’ont rien fait quand il a vu presque tout ceux qu’il connaissait mourir. -C’est l’apanage des Dieux, de chaque culture, on obtient rarement les réponses que l’on veut, je suppose… Réalisme cruel, mais il ne se fera jamais de faux espoir sur cela. Attendre une réponse claire aurait été un mirage, un mensonge, comment deviner les intentions de personnages si puissants ? Un petit regard sur les statues. Immobiles, gardiennes de ce temple. Silencieux gardiens d’un peuple qui accueille les restes de leurs semblables.

Des réponses… Il effleure le signe sur son poignet, ils en ont tous un, certains similaires, certains différents. Il tourne son poignet vers le ciel et avance le bras.

-Beaucoup se demandent ce que c’est. Et si c’est permanent… ou non. Cette marque, ce symbole, tout était si étrange ici, les Okolniens vivaient entourés de Dieux et légendes, dans un folklore très présent. Il avait tant à découvrir. Sa curiosité piquée, il laissa les images cauchemardesques qui le menaçaient habituellement s’éloigner de son esprit, de ses pensées. Un réflexe, il regarde le poignet de son interlocuteur, lui aussi en a un, chaque personne qui foule le sol d’Okolnir semble porter cette sorte de tatouage. Quitter la ville ne suffit pas à s’en défaire, ses visites à Trondheim le lui ont prouvé. -Bien entendu, je voudrais en savoir plus sur ces… Dieux, leurs noms… et pourquoi leurs daemons plutôt que eux… Il désigne les statues.

Puis la mention de la ville, il est vrai qu’elle n’est pas bien grande, pas petite, mais loin d’être Merkeley. Il jette un œil aux visages qu’il observe discrètement, ces gens, ces habitués… *Ils dégagent quelque chose de différent… c’est peut-être le fait de ne pas avoir à se cacher… ils n’ont pas connu la peur de voir des humains les détruire… nous aurions peut-être dû naître ici...* Elle se relève, cette chienne si importante et elle s’éloigne un peu, ressentant le besoin de bouger.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LITTLE FLOWER
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011
Nombre de messages : 1098
Couronnes : 124
Âge réel : 25
Dieu : Déesse de l'air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Cocopix/Tumblr

Nothing will be the same...

Dim 30 Sep - 10:58
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Wait and see

Il ne comprend pas que je m’excuse et le regard se perd dans ses iris. « Je m’excuse de devoir constater que vous avez beaucoup perdu, comme une grande partie des rescapés de Merkeley. J’aurais aimé qu’aucun de vous n’ait jamais à vivre une épreuve pareille. Mais je n’ai malheureusement aucun pouvoir là-dessus et c’est ce qui me désole le plus. » Cette misère, cette peine, tout ceci n’aurait jamais dû exister. « Ça fait toujours mal d’apercevoir la douleur dans les yeux des autres et se sentir pas autant utile qu’on le voudrait. » On accueille comme on peut, on aide, on soigne, mais réparons-nous réellement ce mal qui les fait trembler depuis que Merkeley est tombé ? Après tant d’années à me remettre de la mort de ma sœur, je suis loin d’être serein au creux de mon esprit. Alors comment peut-on se remettre d’une perte aussi grande ? Mais le regard change, se veut à nouveau doux et compatissant. « J’espère sincèrement que vous trouverez la paix, vous et votre fils. » Je ne peux souhaiter autre chose, après tout. N’est-ce pas là le principe même de la vie ? Trouver le bonheur ? La sérénité ?

Et puis il en pose d’autres de questions, Ellias. Sur la marque, sur les Dieux, sur les statues. Et je souris. Il s’y intéresse et je me fais toujours un plaisir d’expliquer. « C’est la marque des Dieux. Chacune d’elle représente l’un d’eux. Les légendes disent que lorsqu’une personne arrive à Ókólnir, un Dieu choisit de devenir son protecteur et le suit donc jusqu’à la fin de sa vie de mortel. Certains la considère comme un sceau de protection. » Je fais une pause, regarde le poignet du blond, y déchiffre la marque verte. « Pour vous, il s’agit du Dieu de la Terre, Asbjörn, qui se trouve juste là. » Signe de la main vers la grande statue située à nos côtés. « On dit que c’est le plus imposant. » Petit sourire. « Pour moi, il s’agit de la Déesse de l’Air, Brynhild. Elle est placée juste derrière Asbjörn. » La main vient se balader sur mon poignet, effleurer cette marque qui m’a tant guidé durant ma vie. « La marque serait apparemment permanente. Une fois choisi par les Dieux, c’est pour la vie. » Un gardien éternel, la promesse silencieuse d’un guide pour les tempêtes à venir.

Et puis je continue de présenter les Dieux, les yeux cherchant parfois le réconfort de la pierre imposante. « Le Dieu du Feu s’appelle Åage, il serait le plus tourmenté des cinq dieux. A ses côtés, c’est la Déesse de l’Eau, Holda, la dernière à apparaître. Et évidemment, au centre, c’est le Dieu de l’Espace, Erik, le roi de tous. C’est lui qui est venu nous prévenir de votre arrivée. » Le regard se perd sur les courbes de ces statues. Je suis fier de cette religion, fier de ces histoires. « Les Dieux ne sont pas comme nous. Leur daemon ne se manifeste pas de la même manière. Il n’est pas à leurs côtés comme le sont les nôtres. Chez eux, leur daemon est intérieur. C’est le dieu lui-même qui se transforme en animal. C’est pourquoi les statues ne les représentent pas sous forme humaine. Leur animal représente leur tout, un mélange d’eux et de leur âme. » Je les regarde chacune leur tour, ces statues. Mon respect pour eux est silencieux, mais immense.

Et puis le regard revient sur Ellias. « Ça fait beaucoup d’informations d’un coup. » Petit rire. « N’hésitez pas à vous rendre à la bibliothèque au premier étage. Vous y trouverez de nombreux livres à leur sujet. »
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


- I'm on the run and go -
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6037-gabriel-truth-or-dare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 28/07/2018
Nombre de messages : 125
Couronnes : 106
Âge réel : 20
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Elibis ♥

Nothing will be the same...

Jeu 1 Nov - 17:10
Le cadre est beau, apaisant et cet homme lui inspire confiance sans qu’il sache vraiment pourquoi. Son travail joue bien sûr, mais au-delà de ça Gabriel semble être de ceux qui répandent sans plus y réfléchir le bien autour d’eux. Ses paroles se frayent un chemin dans les pensées du blond et elles font du bien à l’esprit malmené. Ils sont accueillants, ces Okolniens, ces étrangers qui ont sans hésiter aidé les refugiés, ces gens qu’ils n’avaient jamais vus, qu’ils ne connaissent pas le moins du monde et qu’ils recueillent au sein des leurs, ils leur offrent une nouvelle chance, un nouveau départ et toute cette peine lui semble un peu plus loin en cet instant, dans ce hall, à parler avec cet inconnu, assis au milieu de la foule.

Les questions se pressent, se bousculent, l’oracle fait de son mieux pour éclairer la lanterne de cet homme pour qui les us et coutumes de ce pays et de cette ville sont un mystère. Il ne regrette pas, d’être venu ici, Ellias, il s’en félicite même, y trouve un repos bienfaisant, une aide inattendue. Il caresse pensivement cette marque qui est apparue à sa surprise, lors de son arrivée, celle du dieu de la Terre, il le sait désormais. Protégé par Asbjörn, cette entité qu’il ne connaît pas, qui lui semble infiniment plus crédible que les dieux d’autres religions, que les messies d’autres époques. Il suit les motifs du bout des doigts, observe la marque sur le poignet de son interlocuteur, différente de la sienne. Le topo sur les dieux se grave dans un recoin de sa mémoire, il enregistre avec minutie les informations que cette rencontre lui apporte. Curiosité satisfaite par une initiative impulsive. Son intérêt pour cette culture si particulière semble apporter une certaine satisfaction à l’oracle, ce qui paraît naturel aux yeux du britannique. -Je trouve ça intéressant, de se dire que des entités aussi puissantes et immatérielles puissent être tourmentées où inquiétée, qu’ils puissent interférer dans les affaires humaine aussi. Qu’ils choisissent de protéger les frêles créatures que nous sommes plutôt que de se focaliser sur leur propre existence. Sa gorge se noue quand il pense que  tant d’humains avec de tels pouvoirs n’auraient pensé qu’à leur propre bien-être. Que beaucoup des êtres vivants qui évoluent dans leur monde sont plus égoïstes que ces entités immortelles et puissantes. Il y trouve un peu de réconfort, dans cet optique. Les dieux qui veilleraient sur eux seraient ainsi bien plus altruistes malgré leur position.

Une marque permanente, magique, pour utiliser des termes sûrement inappropriés. Elle lui apporte un petit sentiment de sécurité, soudain cette marque, il se surprend à vouloir croire que quelque chose regarde, les protège, pour la première fois, il veut croire en des Dieux, Ellias. Lui qui jugeait être absurdes les croyances humaines il tend à une religion dont il ignorait jusque l’existence.

Les statues le font frissonner quand il les regarde, qu’il lui explique pourquoi les daemons et non les dieux, cet oracle. Il frissonne d’imaginer ne plus avoir Calla à ses côtés, pour partager son lit, sa vie, il ne sait pas s’il pourrait se passer de cette présence matérielle qui lui est si essentielle. Il souffre rien que de l’imaginer. La chienne qui s’est éloignée se tourne vers son humain en sentant son malaise, l’air inquiet, soudain alerte et se détend quand elle va lire la raison de ce mal-être au creux de ses pensées. Il jette un regard au molosse qui s’est approché des statues et les fixe pendant quelques instants avant de retourner déambuler entre fidèles et daemons, oracles et piliers. Il se sent petit, mais un peu plus fort, ici, le daemonien. Merkeley est tombée mais il s’en sent un peu moins blessé, là, tout de suite, il sait que la douleur va revenir mais la trêve lui fait un bien fou.

-C’est beaucoup d’informations, mais c’est intéressant, cette culture, et ces dieux offrent matière à penser, je me ferais un plaisir d’aller à la bibliothèque me renseigner un peu plus avant sur ce sujet. Une petite lueur s’est allumée, dans son regard, à la mention de la bibliothèque, les livres sont toujours de bon amis, chacun à son odeur, son histoire gravée dans ses pages. Le grain du papier sous ses doigts lui manque et il se promet d’aller se réfugier dans ce haut-lieu de savoir quand il le pourra.
Il cherche du regard sa daemonne qui fixe un rapace qui lui rend la politesse, serait-elle en train de lui parler ? Il oublie cette idée aussi vite qu’elle est apparue, Calla ne parle pas, pas avec des inconnus, encore moins s’il n’est pas là, il interrompt le petit duel et le rottweiler revient doucement, manque de rentrer dans quelqu’un et accélère un peu après l’incident. Près de lui elle vient se coller contre son dos, rassurante, présente. -Oh mais je ne voudrais pas vous déranger plus longtemps, nombreux sont les fidèles aujourd’hui et je ne voudrais pas vous empêcher de vous acquitter de vos missions auprès d’eux, je vous ai retenu un petit bout de temps, quand même. Il n’a pas vu le temps passer, mais les minutes s’écoulent plus vite qu’il ne le croyait. Il sent les fourmis qui lui engourdissent les jambes, se laisse un petit temps pour se relever, il est resté immobile, à réfléchir puis discuter trop longtemps et son corps s’en plaint.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
LITTLE FLOWER
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le temple :: Hall-