Arwen, la bohémienne qui perd pas le nord

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Date d'inscription : 09/09/2018
Nombre de messages : 19
Couronnes : 0
Âge réel : 18
Dieu : Déesse de l'Eau
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : ©fyavana

Nothing will be the same...

Lun 10 Sep - 21:25
Non mais abrtbepbybtr Je suis obligé de passer par ici

Tu sais déjà que j'adore ta demoiselle, mais... Stitch... Rlly ? Tu veux ma mort avoue ?

Bon courage pour la suite


emptiness
 
I want to tell you what it was really like to think death is imminent, but I can't. It's a taste in your mouth. And an emptiness.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 27/08/2018
Nombre de messages : 83
Couronnes : 47
Âge réel : 26
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : midnight blues

Nothing will be the same...

Lun 10 Sep - 22:12
Stitch le hérisson, c'est certainement le truc le plus mignon que j'ai vu aujourd'hui.

Bienvenue sur le forum sinon Et bon courage pour ta fiche !




« be fearless  »
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/05/2016
Nombre de messages : 607
Couronnes : 84
Âge réel : 26
Dieu : Déesse de l'Air
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : Aki' (me)

We can be HEROES
just for one day

Jeu 13 Sep - 17:34
Bienvenue sur Lindw... UN HÉRISSON OMIGAWD!!!
*est trop hystérique pour quoi que ce soit d'autre alors couvre d'amour et de paillettes*



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t4884-fbi-agent-detective-ryan-farell http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t5995-ryan-farell-hit-me-with-your-best-shot
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/09/2018
Nombre de messages : 35
Couronnes : 7
Âge réel : 23
Dieu : La douceur et la fougue de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : (c) Nîniel

Nothing will be the same...

Jeu 13 Sep - 20:16
Merci à vous tous ;)


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6118-arwen-le-danger-je-me-rie-du-danger
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/09/2018
Nombre de messages : 35
Couronnes : 7
Âge réel : 23
Dieu : La douceur et la fougue de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : (c) Nîniel

Nothing will be the same...

Lun 24 Sep - 14:46
Je me permet un double poste pour une fiche plus longue que prévue. Et j'ai même pas dépassée les 6000 mots d'histoire xD


Histoire

« Arwen Esmeralda Lluvia… qu’allons-nous faire de toi ? »

Dans une salle d’interrogatoire, l’agent des forces de l’ordre s’assit d’un soupir. Cette jeune femme qu’il avait en face de lui, elle était connue des dossiers et il désespérait de la voir de nouveau assise en face de lui. Elle avait toujours cet air nonchalant sur le visage, comme si elle ne se rendait pas compte des conséquences de ses actes. Le dossier, déjà bien lourd, tomba sur la table. Même pas un regard fut jeté par la concernée chez qui un sourire était facilement distinguable.

« Rien de plus simple. Relâchez-moi et vous éviterez des tracas, Monsieur l’agent. »
« Ce n’est pas si simple et tu le sais. Bien, commençons. Tu es accusée de terrorisme. Le nies-tu ? »
« Cela dépend. Aider une population opprimé par des abrutis de politiciens refusant la différence, c’est considéré comme du terrorisme par ici ? »

Car Arwen savait parfaitement pourquoi elle se trouvait là et pourquoi elle se permettait une telle attitude. Ce n’était pas l’agent en lui-même qui l’inculpait, mais un tout autre pays qui réclamait son envoi sur les lieux du délit. Certainement grâce à de l’argent passé sous la table par le véritable coupable de « terrorisme ». La femme n’avait rien commis de grave en ce pays qu’était les États-Unis, si ce n’est de régulièrement retrouver cet agent de police pour un nouveau tort. Mais cette femme aux airs hispaniques n’avait pas toujours été des plus délinquantes. Elle n’avait pas toujours eut cette audace. Mais la vie qui avait été la sienne l’avait forgé comme tel et elle ne cherchait en rien à y remédier.


La jeune Lluvia à toujours eut une vie à rebond. Déjà petite, elle se considérait comme une fille des grands chemins. Que pouvait-elle être d’autres, alors qu’elle naquit dans une famille vivant sans aucun lieu fixe ? Gitans, bohèmes, arnaqueurs, elle et sa famille en avaient connu des titres tout le long de leurs vies. Mais il y avait une chose de certaine pouvant la rattacher à une ancre dont elle n’a jamais voulu.

L’Espagne. Ce pays où, pendant un an durant, c’était établi cette communauté à laquelle elle allait appartenir. La seule volonté de ses parents à son sujet, avait été de faire sorte qu’elle appartienne à quelque chose de concret, de fixe, d’immuable. L’Espagne a dit toujours été là dans l’Histoire des hommes et elle serait toujours là dans le futur. Mais Arwen ne souhaitait pas être rattachée à quoi que ce soit. Tout comme elle maudissait ce prénom lui rappelant le choix de ses parents, elle maudissait cette Espagne restant rattachée à elle par le biais de Esmeralda. Elle était une fille du voyage, pas une hispanique quelconque. Déjà enfant, elle savait ce qu’elle voulait la petite.

La seule ancre dont Arwen voulait, c’était ce daemon qui était apparu en même temps qu’elle. Il était né de poussière et allait être le frère que la petite n’allait jamais avoir. Ce ne fut pas une surprise de voir ce petit animal naître au sein de la communauté. La jeune n’allait pas être la première daemonienne de leur grande famille, d’autres en étant un. Ils étaient une minorité, deux-trois, mais ils n’avaient jamais été rejetés des leur. Tel était ce groupe parmi lequel allait vivre la petite et son daemon. Tels étaient ceux qui allaient lui apprendre à protéger cette part de son âme présente dans l’animal.

Malgré cette contrariété en lien avec l’Espagne dans l’existence de Arwen, elle s’épanouissent sans mal dans ce monde où elle se trouvait hors de la société. Toujours à voyager, apprendre de nouvelles langues, tel était ce quotidien si unique contrairement à celui attendu pour un enfant. Elle aurait pu avoir horreur de ce manque de stabilité, reprocher cette vie à ceux qui le lui imposait, mais rien de tout ça n’avait de place dans l’esprit de Arwen. Cette vie, c’était la sienne et rien que l’idée de s’installer dans un endroit sans plus penser au prochain, d’aller quotidiennement à l’école, de suivre les règles de la société, elle en avait horreur. La petite, toujours enfant, détestait la normalité et ce ressenti était partagé avec son petit Stitch.


« Pourquoi continues-tu de prendre autant de risque pour ces personnes ? Tu ne les connais même pas. Un jour tu n’auras pas la chance de réussir à partir et tu ne tomberas pas forcément sur une personne bienveillante pour te sortir d’une telle situation. »
« Mais je ne t’ai jamais demandé de bienveillance. Renvoie-moi là-bas si tu le souhaites. J’assume pleinement ma volonté de protéger des êtres vivants au même titre que tu protèges les humains. J’ai déjà été inculpé, je me moque d’y retourner. »
« Tu avais été inculpé pour détournement de marchandise. Cette fois les conséquences seront beaucoup plus lourdes. »
« Détournement de marchandise ? Je me suis impliquée pour lutter contre du braconnage, pas du détournement de marchandise ! »

Arwen était bien incapable de dire depuis combien de temps exactement, le sort des animaux lui prenait à cœur. Car là était la raison de ses premiers déboires avec la justice asiatique.

Peut-être était-ce lié à cette visite au zoo que son père lui avait offert une fois. Son moyen à lui de lui faire l’école et de lui en apprendre plus sur le règne animal, malgré ce que la présence de son daemon pouvait lui enseigner. C’était un luxe pour Arwen qui avait toujours accepté la concession de l’argent pour cette vie rurale. Alors elle en avait profité autant qu’elle le pouvait, découvrant les plus exotiques des animaux. Si sa mémoire était bonne, c’était lors de la visite d’un établissement en Allemagne, qu’elle avait pu bénéficier de cet enseignement, qui fut comme un déclencheur chez elle.

Bien que certaines choses manquaient à sa mémoire, la jeune bohémienne savait exactement quand s’était produit ce déclencheur qui avait par la suite joué sur son avenir. Alors qu’elle se trouvait dans un pavillon au sujet des animaux asiatique, elle se sentit triste. Triste de voir des êtres vivants venant d’une autre contrée être enfermé en cage. Triste de les voir dans un endroit restreint alors qu’elle-même pouvait voir le bonheur de Stitch de profiter des larges espaces de la nature en fonction de sa forme. Elle avait fini par piquer une colère à son père, en refusant d’être témoin de tout ça ! Pourquoi les enfermer, les forcer à quitter leur pays, alors qu’ils seraient bien plus heureux dans leurs lieux de vie ? Elle s’imaginait parfaitement à leur place, ayant déjà réfléchi à la façon dont elle pourrait se sentir si on la forçait à rester dans un pays. Il fallut un certain temps à son père pour lui faire comprendre que ce n’était pas forcément un mal. Que certains animaux étaient protégé de par leur vie dans un zoo. Tout comme ce panda roux qui avait été le déclencheur, d’autres étaient ainsi à l’abri de certaines menaces dans leur pays.

Arwen n’accepta pas immédiatement l’explication. Il lui fallut même plusieurs jours pour relativiser, mais pouvait-on lui en vouloir ? Elle qui entrait doucement dans la phase de l’adolescence, elle ne cessait de repenser à cette vision du petit animal asiatique dans son enclos. Stitch l’avait aidé à relativiser en lui donnant le même avis que son père, en soutenant que c’était un mal pour un bien, mais l’un comme l’autres ils étaient encore plus têtus qu’une mule. Elle ne comprenait pas ce fait d’être omnibulée par ces animaux alors que jusqu’à peu, elle ne connaissait pas cet animal. Mais Arwen n’était pas du genre à se prendre la tête et, durant tout le reste de son enfance et adolescence, elle laissa cette interrogation de côté et sa colère envers le système. Elle ne voulait pas non plus se prendre la tête avec son daemon alors qu’elle tenait tant à lui.


« Et ton avenir ? Tu y as pensé ? Les études que tu devais faire ? »
« Mais je le trace mon avenir. Je ne pas besoin de m’enfermer dans une salle pour apprendre ce dont je n’ai pas besoin. J’ai les diplômes nécessaire pour ce que je fais. Et si je dois entacher mon futur par de l’emprisonnement, alors vas-y ! Fais-moi enfermer ! Tu sais que je m’en sortirais, comme la dernière fois. » et comme pour appuyer ses dires, la jeune femme s’était redressée et avait tendu ses poignets, comme pour mettre son interlocuteur au défi de le faire.
« Tu as été chanceuse jusque-là, méfie-toi, car ça ne sera pas toujours le cas. »

À continuellement vivre sur les routes, Arwen n’avait jamais connu de réelle scolarité. Ses connaissances, elle les recevaient de ceux avec qui elle vivait. Les examens que d’autres passaient, elle ne les passait pas vraiment. Elle apprenait de la vie, de là où elle vivait et considérait que c’était le meilleur des apprentissages. Elle apprenait ce qu’il lui fallait connaître sur les daemons et ce qui l’unissait à Stitch. À quoi bon se contenter d’une vie scolaire qui ne pourrait lui apprendre cela ? À quoi bon s’enfermer sur les bancs de l’école pour apprendre un ou deux langues durant des années, alors qu’elle apprenait en vivant plusieurs mois dans le même pays ? Il y avait bien sûr des facilités chez elles pour les langues hispaniques, ayant été la première qu’elle avait entendu, et avait plus mal avec les langues gutturales du nord. Mais elle n’avait pas besoin de tôt maîtriser. Une fois l’anglais appris, le reste n’avait été que du plus qu’elle n’entretenait pas. Il en était de même pour le reste. Pourquoi s’entêter à apprendre ce qui ne lui servirait pas ?

Ainsi, cette jeune des routes n’avait jamais réellement connu le monde scolaire. Une fois entrés dans l’adolescence, ses parents avaient essayé de la convaincre d’entrer dans ce processus, mais déjà Arwen savait faire preuve de persévérance quand elle ne souhaitait pas quelque chose. Dans l’adolescence, ses parents avaient essayé de la convaincre d’entrer dans ce processus, mais déjà Arwen savait faire preuve de persévérance quand elle ne souhaitait pas quelque chose. Elle ne voulait pas s’installer dans un endroit pour ensuite entrer au collège, puis au lycée et vivre comme tout le monde. Et quand on lui proposait de seulement s’installer pour un an avant de changer, elle répliquait qu’elle ne voulait pas continuellement être la petite nouvelle. Recevoir l’enseignement du groupe lui suffisait amplement et sa famille ne souhaitant que son épanouissement, acceptait qu’elle choisisse le même mode de vie qu’eux. À quoi bon se battre alors qu’ils l’avaient élevé comme tel depuis la naissance ?


N’ayant donc pas d’emploi du temps fixe, Arwen apprenait de la vie et apprenait diverses petites choses pour aider ses parents. Selon l’endroit où elle s’installait temporairement, elle accompagnait son père sur du travail du bois, ou sa mère qui improvisait des prestation musicale. Puis, en grandissant, elle avait pris le flambeau d’un ancien gitan du groupe qui travaillait avec des animaux dans le besoin.

Et puis il y avait autre chose qu’il lui fallait apprendre. Une chose que nul système ordinaire ne pouvait lui enseigner alors qu’elle développait un don qui allait en surprendre plus d’un. Au début, cela avait été à peine perceptible, mais peu à peu, alors qu’elle était dans cette phase changeante de l’adolescence, la jeune gitane montrait qu’elle développait un don réservé aux daemoniens. Sans les conseils de ces experts, Arwen n’aurait jamais compris ce qu’il se passait, mais elle eut toutes les explications dont elle avait besoin afin de mieux comprendre ce changement en elle. Pas un instant, elle ne se serait douté posséder un don d’empathie, et au début elle le haïssait. Elle détestait ressentir ce que les autres pouvaient ressentir et ne comprenait pas comment empêcher cette particularité de faire effet. Elle n’arrivait pas à comprendre comment, par la suite, elle pourrait le contrôler.

Avant que la vieillesse n’emporte ce daemonien qu’elle voyait comme un oncle et qui avait été un grand acteur dans l’apparition de son don, il lui avait aussi appris à prendre soin de ces créatures que Arwen trouvait merveilleuse. Découvrir le mal d’un chien pour y apporter un remède à base de plante. Comprendre pourquoi un chat sociabilisé dès la naissance gardait un caractère sauvage. Pourquoi un oiseau en cage se laissait dépérir. Tout cela, la jeune avait appris à chercher, avec l’aide de Stitch, trouver des solutions et les proposer à ceux qui voulaient bien écouter. Lorsqu’elle due se présenter seule, n’ayant plus le tutorat de cet oncle de cœur, on ne la prenait pas au sérieux. Personne ne voulait donner de crédibilité à une adolescente. Mais petit à petit, faisant preuve de fort caractère, Arwen réussissait à montrer que l’âge ne signifiait rien face à des connaissances. Peut-être était-ce grâce à tout cela qu’elle pourrait par la suite vivre une vie bien différente.


« Arwen… Je ne pense pas que tes parents auraient voulu que tu agisses ainsi. Ce ne n’est pas cette vie qu’ils voulaient pour toi. »
« Comment le savoir ? Ils ne sont plus là pour me le dire. Et la lettre qu’ils ont envoyé ne signifie rien. Ils étaient malades, ils n’avaient plus toute leur tête. »

Car un drame avait fini par toucher cette petite communauté servant de famille à la jeune Lluvia. À l’origine, cela n’avait été qu’une simple maladie touchant une ou deux personnes du groupe, mais ce virus avait été bien plus virale avant de finalement toucher tout le monde. Personne ne fut épargné et aucun nom ne fut mis sur ce mal non examiné. Arwen, comme les autres enfants, ne fut pas ménagée par cette maladie la faisant autant souffrir que son daemon. Entre sa propre souffrance, celle qui lui arrivait de ressentir des autres et ce désespoir de savoir qu’elle infligeait cela à Stitch, elle croyait ne jamais pouvoir lutter. La situation précaire de leur lieu de vie empêchait les parents de la jeune de l’emmener chez un médecin ou à l’hôpital. La malchance d’avoir changé de continent, d’être passé dans un pays pauvre d’Afrique, où il n’y avait le nécessaire pour soigner. Chacun fut traité avec les connaissances multiples en plantes et huiles essentielles, mais ce ne fut pas suffisant pour tous. Tandis que certains allaient guérir grâce à la force de l’organisme, d’autres, bien trop faibles, allaient finalement succomber à cette maladie semble à une fièvre hémorragique. Au plus grand damne de l’adolescente, ses parents ne firent pas partie de ceux qui survécurent. Ce qui devait s’avérer un voyage de découverte pour les jeunes, s’était transformé en catastrophe pour elle.

Accablée par la perte des leurs, les rescapés, car ils ne pouvaient se définir autrement, cessèrent de vivre pendant un temps. Après avoir quitté la zone contagieuse, ils ne voyageaient plus, se contentaient du minimum pour survivre. Le moral avait quitté les lieux et aucun n’avait la volonté de faire quoi que ce soit. Pour la jeune adolescente, cela fut une catastrophe. Ce désespoir qu’elle vivait, il transparaissait dans ses pouvoirs qu’elle ne contrôlait plus. Il n’y avait jamais eu de réel contrôle, mais tout ce qu’elle avait appris, c’était comme si cela s’était envolé et Stitch ne pouvait rien faire d’autre que d’essayer de soutenir la daemonienne.

Arwen se sentait accablée par la perte de ses parents. Jamais elle n’avait envisagé cela aussi jeune, alors qu’ils étaient ceux qui lui permettaient de profiter de cette vie. Elle n’avait jamais demandé de grandes richesses, simplement le fait de pouvoir suivre sa famille sur les routes, vivre la vie au rythme des contrées, ignorant les frontières et la conformité, faisant simplement le nécessaire pour ne pas être dans la misère. Mais elle se trouvait désormais privée d’eux, sans savoir ce qu’elle adviendrait. À ses yeux, la vie avait été injuste de l’avoir épargné pour la priver de ceux qui comptait le plus à ses yeux.

Cependant, l’adolescente allait voir son avenir bouleversé par la rencontre d’un homme. À toujours vivre en marge de la société, elle ne s’était jamais questionnée sur les origines de ses parents, la raison de certains de leur choix le jour de cette naissance et le pourquoi cette origine hispanique dont elle n’avait jamais tenue compte.

Ce fut un parfait inconnu qui lui fit découvrir, alors qu’elle allait l’apprendre avec sa venue, que son père avait un frère aîné vivant à l’étranger. Cet homme lui apprit que l’Espagne avait le pays natale de sa mère, que les États-Unis, celui de son père, et que Lluvia lui venait de sa mère lorsque son père avait rompu les liens avec sa famille. Il lui apprit qu’il était son oncle, non celui de cœur, son véritable oncle, qui n’avait jamais accepté la rupture familial. Il lui présenta une lettre, écrite d’une calligraphie tremblante, par la main d’un homme malade. Son père avait compris peu de temps avant sa mort, que son destin serait scellé. Il avait mandaté son frère, lui demandant de pardonner ses choix, de venir en Afrique pour récupérer Arwen et veiller sur elle.

Mais Arwen ne voulait pas. Elle ne voulait pas de cet homme qui était un parfait inconnu à ses yeux. Elle ne voulait pas de cet homme connaissant sa condition de daemonienne pour, lui aussi en être un. Cependant, elle n’eut pas son mot à dire dans l’histoire. Le groupe avait été bien trop réduit, tous se résignaient, aucun ne pouvait continuer de vivre ainsi sans mettre en danger les enfants. Alors la jeune n’eut pas le choix. À contrecœur, sous une pluie d’insultes pour son oncle dans les langues qu’elle baragouinait, elle s’envola pour les États-Unis. Une vie plus stable allait devenir la sienne et ce, jusqu’à sa majorité.


« Ton père a demandé au mien de s’occuper de toi. Je ne vais pas te laisser mettre ta vie en l’air alors qu’ils n’ont aucune preuve de tes actes. Tu dois me promettre de ne plus recommencer. »
« Et faire une promesse que je ne tiendrais pas ? »

L’arrivée aux Etats-Unis avait été des plus dures pour Arwen. Elle maudissait cet homme, son oncle, qui la forçait à se sédentariser et refusait le contact avec quiconque essayait de l’aider. Sans qu’elle ne l’accepte, il avait régularisé sa situation, l’avait scolarisé en la faisant accepter dans un lycée à force d’argument. Mais la jeune devint une élève turbulente, séchant les cours à la première sonnerie pour s’éclipser nul ne savait où. Nombreux étaient ses enseignants ne connaissant même pas son visage de par son absence. Elle refusait d’apprendre à connaître sa nouvelle famille, profitait de la place de son oncle dans la police américaine pour tenter d’outrepasser les règles. Cependant, elle n’avait jamais eut gain de cause, du moins, jusqu’à ce que l’on découvrit où elle partait à la première sonnerie rythmant la journée scolaire.

Arwen avait reconnu que les premiers jours où elle refusait les cours, elle partait s’isoler dans un endroit où personne ne la trouverait. Mais par la suite, se résignant à ne plus pouvoir changer de vie, elle avait trouvé un but. Une association pour les animaux abandonnés, où elle s’engagea à les aider chaque jour. L’adolescente, bientôt jeune adulte, refusait sa scolarité pour venir en aide aux animaux démunis. Découvrant cela, son oncle céda aussi du terrain à sa nièce. Il accepta qu’elle n’aille plus à l’école, se formant directement auprès de ces volontaires de l’association. Il découvrait une nouvelle facette de celle qu’il avait recueillie, bien plus ouverte dans ce milieu où elle se sentait… chez elle.

Après ces choix, Arwen accepta d’être moins turbulente. Elle fit des concessions, son tuteur en fit aussi et elle accepta de suivre des cours par correspondance. Il lui avait fait comprendre qu’en passant des diplômes, elle pourrait devenir plus indépendante, vivre comme elle l’entendait une fois la majorité passé. Alors la Lluvia accepta. Elle accepta de s’ouvrir, découvrir cette vie qu’elle refusait et, à la plus grande surprise de ceux ne croyant plus en elle, réussi sans difficulté à passer les diplômes dont elle aurait besoin pour s’occuper d’animaux. L’association était son lieu d’apprentissage pour compléter les cours, Arwen s’était mise en tête de prouver que même en vivant la plupart de sa vie en marge de la société, il était possible de réussir. Et c’est ce qu’elle fit. Persévérante, elle finit par devenir officiellement comportementaliste animalier, ce qui allait l’aider à accepter cette vie jamais envisagée, à ne plus quitter un lieu de façon régulière.

Et puis le passage à l’âge adulte fut marqué d’un autre changement dans la vie de la jeune femme. La stabilisation de son familier ne fut pas d’une plus grande surprise, alors que son oncle lui avait parlé de ce stade important. Déjà quand elle vivait sa vie de bohémienne, ce fait avait été abordé. Mais alors que cela se concrétisait, elle avait eu le droit de plus d’approfondissement par quelqu’un ayant connu ce changement. Cependant, bien qu’au courant de la situation, elle fut surprise de la forme qu’adopta Stitch. Surprise et émue aux larmes alors qu’elle comprenait sur quoi il s’appuyait pour cette forme de hérisson. Après quelques années à devoir faire son deuil, le daemon offrait la protection des morts sous la symbolique de sa forme. Arwen en était touchée et apaisa les tourments restants dans son cœur.


« Il y a quelque chose que je ne comprends pas. Pourquoi prends-tu autan de risque pour eux ? Tu es trop jeune pour comprendre tout ce que tu risques. Ce n’est pas de ton ressort. Laisse les États se charger de protéger les daemoniens. »
« Mais parce qu'ils ne font rien pour les pays les maltraitant. Tu as vu ce que fait les Phillipines ? Je suis certaine que même les criminels sont mieux traités. Nous sommes des monstres ! Comment toi tu peux rester à ne rien faire alors que tu es comme nous ? Tu es aussi un daemonien ! Comment peux-tu avoir la conscience tranquille ! »

Pourtant, la vie n’allait pas devenir tranquille pour autant pour la miss. Désormais installée dans son propre appartement, d’abord payé par son oncle pour l’aider à gagner son indépendance, puis par ses propres soins avec ses premiers salaires, Arwen s’était remise à penser à ce qui l’avait poussé dans le domaine animal. Elle se souvenait de la scène faite à son père à propos du panda roux au zoo allemand, et, bien qu’elle pouvait en rire aujourd’hui, les propos qu’elle avait échangé restait dans sa mémoire. Il lui avait parlé de protection et ce fait l’intriguait. Les protéger de quoi ? Elle ne se souvenait plus de si son père lui avait répondu ou non à l’époque, mais maintenant installée dans une vie stable, elle s’était mise à faire des recherches à ce propos. C’est comme cela qu’elle a découvert le risque pesant sur cette espèce, alors qu’elle aurait pu s’intéresser à une tout autre.

Ainsi, Arwen quitta pendant un temps le sol américain avec Stitch. Alors qu’elle avait pu mettre un peu de sous de côté, vanté un voyage d’apprentissage auprès de son oncle pour avoir un complément, elle avait rejoint une toute autre association présente dans les régions occidentales de l’Himalaya. Elle avait découvert ce regroupement après de nombreuses heures de recherche et, avec l’appui de son daemon, les avait contacté. C’était comme si quelque chose l’appelait là-bas, et elle ne comprenait pas réellement. Son besoin d’aider lié avec son empathie.

Alors la jeune femme avait pris l’avion, passé un peu de temps en Chine. L’association avait pour but de lutter contre le braconnage qui sévissait dans le coin et une expédition pour les intercepter était planifiée. Arwen faisait partie de cette opération, bien consciente des risques. Mais pour elle qui avait toujours eut que faire de la loi en vivant en marge de la société, elle n’avait que faire des risques. Soit elle réussissait, soit elle se faisait prendre, mais cette dernière option n’était qu’une éventualité qu’elle ne comptait pas concrétiser. La Lluvia suivait son instinct et celui de sa moitié qui avait un visuel différent du sien.

Et cette mission fut un semi-succès. Sur le moment, Arwen n’avait pas saisi tout ce qui s’était passé. Son rôle avait été de récupérer les rescapés pour les mettre en lieu sûr et s’assurer avec une autre personne experte en soin que les petits pandas roux allaient bien. Le reste, elle ne s’en souciait guère tant les choses s’enchaînèrent. Elle sut par la suite que certains avaient été arrêté, les autorités étant intervenu après l’ampleur que cela avait pris plus loin, mais pour l’ancienne gitane, tout s’était déroulé avec succès. Deux spécimens, dont le daemon d’un des activistes, avaient été sauvés d’un funeste destin et allaient bien. L’auscultation de ces deux êtres vivants mais fatigués par le voyage qu’ils avaient subis, s’était révélée positive.

Un sentiment de quiétude naquit chez Arwen après ce sauvetage. Les deux animaux avaient été mis en observation pour la nuit et la jeune femme passa une partie de celle-ci à veiller auprès d’eux. Un relais avait été mis en place, mais elle était tout bonnement incapable de laisser sa place. À les voir, là, dormant paisiblement pour se ressourcer, elle ne voulait pas les laisser tomber. Quitte à passer une nuit blanche et se reposer plus tard, elle ne ferma pas l’œil durant les heures qui suivirent, partageant la surveillance avec Stitch. Il comprenait cette volonté qu’elle avait à ne pas vouloir laisser sa place et l’aidait de son mieux afin de la tenir éveillée. Elle voulait s’assurer que personne ne viendrait exprimer des représailles et que les deux petits panda roux allaient bien. Comment pouvait-il s’opposer à ça ?  


« Et Stitch, tu as pensé à lui ? Ce qu’il deviendra si tu finis par te faire prendre ? »
« … »

Son oncle marquait un point. Aux yeux de nombreuses personnes, Stitch était un jeune hérisson qu’elle avait recueilli bébé. Mais pour ceux, la connaissant réellement, il était bien plus que ça. Il était son daemon et chaque séparation lui coûtait. Pourtant, elle continuait d’aller se battre avec cette association basée au Tibet jusqu’à aller plus loin. Stitch venait toujours avec elle, ne pouvant pas supporter la douleur causée si elle le laissait en Amérique, mais elle était consciente du risque qu’elle lui faisait courir. Le choix n’avait pas été simple à faire, mais elle gardait en mémoire sa première expédition et la joie ressentie en faisant quelque chose où elle se sentait utile, en pouvant quitter son pays où elle n’aimait guère rester longtemps. Ce fut d’ailleurs suite à ça que son oncle avait découvert les agissements d’Arwen, alors qu’il avait débarqué à l’improviste lors de son retour.

Il avait découvert que la vie cachée de sa nièce. Il apprit d’abord qu’elle luttait contre le braconnage pour finalement avoir changé de cible, changé d’association. Elle ne luttait plus pour sauver de simples animaux en voie d’extinction, mais pour aider les daemoniens opprimés par leur gouvernement. La jeune femme ne dévoilait que peu de choses sous les lourdes questions qui lui étaient posées, alors qu’elle faisait désormais partie d’une organisation norvégienne pour se battre pour eux. Elle refusait d’obtempérer et cela allait créer de nombreux conflit avec lui, mais elle prouvait une vérité à son sujet. Elle était un électron libre et, quand elle risquait de se faire prendre, elle avait une assurance derrière pour la sortir de là. Depuis, elle gagna une nouvelle assurance alors que son oncle allait essayer de faire au mieux, profitant de sa place dans la police de Merkeley pour protéger la délinquante. Une façon pour lui d’essayer de gagner sa confiance. Ainsi, et les fois suivantes, il finissait toujours par avoir vent de ce qu’elle faisait, tout comme c’était le cas actuellement. Cependant, Arwen ne s’arrêtait jamais et elle refusait de laisser d’autres souffrir de par leur nature.


« Écoute, c’est le fait d’avoir vu ce qu’ils allaient faire à ces personnes qui m’a décider de suivre cette voie. Rien ne t’oblige à toujours me couvrir. Je ne sais pas comment ils arrivent à me retrouver, mais si tu fais ça à cause de la fameuse demande de mon père, je t’en libère. D’autres personnes assurent mes arrières. Des avocats, des juristes, je n’ai jamais eu à compter sur toi. Tu m’avez permis d’être indépendante, alors tu n’as plus à veiller sur moi. J’assume ce que je fais et Stitch me soutient. »

Avec ces propos, elle faisait comprendre qu’elle avait clos le sujet. Elle laissait son oncle décider quoi faire de cette affaire, bien qu’au fond, elle se doutait qu’il ne pouvait pas se résoudre à ne plus la protéger. Cependant, pour l’heure, elle n’avait plus d’actions prévue, la dernière ayant presque été une catastrophe. Son retour en Amérique n’était que temporaire, le temps de faire ses bagages afin de quitter le pays. Un secret qu’elle ne partageait pas pour protéger son oncle. Il ne serait que témoin de sa fuite le jour où il le découvrira. Mais Arwen devait partir. Même si ce dossier la concernant, pouvant s’avérer lourd, retournerait prendre la poussière dans un tiroir, rester était trop dangereux, alors elle partait.

Okolnir était sa destination. Elle ne connaissait rien à cette ville, si ce n'est qu’elle était le berceau de cette organisation pour laquelle elle agissait et une protection qu’on allait lui offrir. La personne qui lui avait servi de contact pour débuter dans ce que son oncle qualifiait de terrorisme – là où elle parlait d’activisme – était venue l’accueillir et l’aider à s’installer. Arwen ne craignait pas ce départ précipité de Merkeley, n’ayant jamais aimé vivre dans cette ville. Elle n'avait pas non plus de sentiment de culpabilité alors qu’elle n’avait prévenu personne, ayant toujours considéré qu’en ne demandant rien, elle n’avait aucun compte à rendre. Seulement, elle allait vitre comprendre cette erreur de considération, alors que pas un instant elle se doutait de ce à quoi elle échappait.

La jeune femme se faisait discrète à Okolnir. Elle avait trouvé un poste d’éthologue et se faisait doucement oublié en restant bien calme dans la ville Norvégienne. Cependant, une nouvelle lui donna envie de rentrer immédiatement sur le sol américain. L’arrivée de ce virus et les dégâts qu’il causa lui créa un sentiment d’inquiétude, alors que son oncle se trouvait toujours à Merkeley. Elle qui ne lui avait jamais prêté d’attention, elle craignait désormais le pire pour lui, seulement elle fit une promesse qu’elle ne pouvait rompre. Ne pas aller prendre de risque inconsidéré en allant à Merkeley. Son oncle avait dû lui arracher la parole, faisant valoir la santé de Stitch, sa sécurité actuelle, et ses connaissances à Okolnir la raisonnant aussi. Les mois qui suivirent furent des plus horrible pour la jeune femme, alors qu’elle comprenait qu’elle risquait de nouveau de perdre sa famille…


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6118-arwen-le-danger-je-me-rie-du-danger
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017
Nombre de messages : 612
Couronnes : 115
Âge réel : 22
Dieu : dieu du feu
Palier don : palier 1
Palier lien : palier 1
Copyright : money honey

ADMIN
THE PRINCE'S C R O W N

Lun 24 Sep - 14:51
pas de soucis pour le post sur l'histoire est-ce que tu aurais besoin d'un délai supplémentaire pour terminer ta fiche comme le délai des deux semaines est écoulé depuis hier ?



REIGN OF THE Q U E E N
dans tes yeux, le reflet de mon empire
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/09/2018
Nombre de messages : 35
Couronnes : 7
Âge réel : 23
Dieu : La douceur et la fougue de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : (c) Nîniel

Nothing will be the same...

Lun 24 Sep - 15:06
Je suis en pleine réflection sur le perso car je suis pas satisfaite de la fiche. Peut être un petit délai pourrait m'aider, je vais le prendre ;)


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6118-arwen-le-danger-je-me-rie-du-danger
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017
Nombre de messages : 612
Couronnes : 115
Âge réel : 22
Dieu : dieu du feu
Palier don : palier 1
Palier lien : palier 1
Copyright : money honey

ADMIN
THE PRINCE'S C R O W N

Lun 24 Sep - 15:09
C'est noté couraaage pour la fin de ta fiche, je te laisse un délai supplémentaire d'une semaine, au besoin n'hésite pas à mp le staff

délai accordé jusqu'au 1er octobre



REIGN OF THE Q U E E N
dans tes yeux, le reflet de mon empire
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/09/2018
Nombre de messages : 35
Couronnes : 7
Âge réel : 23
Dieu : La douceur et la fougue de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : (c) Nîniel

Nothing will be the same...

Lun 24 Sep - 17:00
Merci Elijah ;) Au final, grâce à une super personne, j'ai réussi à finir. J'avais juste une petite question. Comme il y a le recensement en parallèle, une fois la présentation finie et quand elle sera validée, les nouveaux doivent aller se recenser ?


Life changed for me, the moment I realised
Nothing in this world scares me, as much as I scare myself

Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6118-arwen-le-danger-je-me-rie-du-danger
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017
Nombre de messages : 612
Couronnes : 115
Âge réel : 22
Dieu : dieu du feu
Palier don : palier 1
Palier lien : palier 1
Copyright : money honey

ADMIN
THE PRINCE'S C R O W N

Lun 24 Sep - 20:12
top si tu as pu réussir à finir ~ pour ta question : pas obligatoirement, on sait que lorsque vous vous recensez dans les listes "normales" on doit aussi vous recensez dans le recensement général (on s'organise en fonction lol) mais tu pourras aller te recenser si ça te rassure



REIGN OF THE Q U E E N
dans tes yeux, le reflet de mon empire
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: forum et gestion de personnage :: votre personnage :: présentations validées-