La coupure [Post unique]

avatar
Date d'inscription : 10/08/2010
Nombre de messages : 3935
Couronnes : 44
Âge réel : 25
Dieu : Dieu du feu
Palier lien : Palier 1
Copyright : Kelly

Nothing will be the same...

Dim 23 Sep - 20:35
La coupure. C’est ainsi qu’elle appellerait plus tard l’instant où son pouvoir s’était éteint. Une série d’images entremêlées, défilant à toute vitesse devant ses yeux et accaparant chaque once de son esprit affolé. Puis, le noir total. Brusque, soudain. Une forme d’inconscience dont elle ne pouvait s’échapper. Un écran brisé, contaminé de parasites, qui rend finalement l’âme.

Depuis la coupure, elle flottait dans une obscurité opaque, sans aucune notion de temps et d’espace. Il n’y avait plus rien, hormis des sons lointains dont son cerveau fatigué ne parvenait à déterminer la nature, ainsi que des ténèbres de plus en plus denses vers lesquels elle glissait lentement. Il y avait Cassiel, aussi. Elle sentait son esprit contre le sien : faible, distant, et tourmenté, mais bel et bien présent. Contre toute attente, son âme, sa moitié était toujours présente à ses côtés. Sans lui, elle ne serait probablement jamais revenue. Ce fut d’ailleurs sa première pensée cohérente depuis la coupure. Il est là. Une simple constatation qui l’ancra dans une réalité qu’elle croyait avoir perdue à jamais, une bouée qu’elle s’empressa de saisir.

Estelle reprit connaissance comme on émerge de l’eau après une trop longue apnée : paniquée, désorientée, et avec un urgent besoin d’air. Elle ouvrit les yeux sur la clarté aveuglante d’un éclairage aux néons qui éveilla chez elle une migraine atroce, la forçant à refermer les paupières aussi vite qu’elle les avait ouvertes. Durant ce bref instant, elle eut néanmoins le temps d’apercevoir une silhouette, qu’elle associa aussitôt à la voix distordue qui parvenait à ses oreilles à la paire de mains qui l’empêchaient de se redresser. Les paroles de ce qui semblait être une infirmière se faisaient rassurantes, mais le cœur d’Estelle tambourinait toujours dans sa poitrine. Haletante, clouée dans un lit inconfortable, elle se sentait submergée d’un sentiment d’affolement intense. Il lui fallut une bonne minute pour comprendre qu’il ne s’agissait pas du sien, mais bien de celui de son daemon.

– Ca… Cassiel…

Sa voix éraillée peina à prononcer les syllabes chantantes du nom qui lui brûlait les lèvres. Elle le sentait proche, mais ne parvenait pas à déterminer où il se trouvait. Lentement, elle se résigna à ouvrir les yeux, grognant sous la douleur qui lui traversait le crâne, et chercha l’oiseau du regard. Elle l'aperçu gisant inconscient sur sa poitrine, tout contre son cœur. Son corps frêle était parcouru de spasmes incontrôlables qui rappelèrent aussitôt à sa daemonienne ses derniers instants de conscience. Le souvenir de son daemon sur le point de partir en poussière la heurta de plein fouet et sa migraine devint insupportable. Elle leva une main tremblante pour la poser sur l’oiseau. Le geai sursauta et son corps se souleva sur une respiration saccadée, puis la chaleur de la main de sa daemonienne l’apaisa et il se lova sous les doigts protecteurs d’Estelle. La blonde posa son autre main, alourdie d’un cathéter, sur son daemon et le serra délicatement contre elle, aussi fort qu’il lui était possible de le faire sans risquer de le blesser. Le sentiment de terreur qui enserrait le cœur de Cassiel s’estompa peu à peu, ses tremblements se firent plus faibles et sa respiration affolée s’apaisa enfin.

Le soulagement de sa moitié percuta Estelle comme un coup de massue. Après toutes les horreurs qu’ils avaient vues, ressentir une telle émotion la rassura autant qu’elle lui brisa le cœur. La contamination, l’épidémie, la main de Jenny qui faiblissait alors que la maladie l’emportait, la poussière de son daemon qui s’évaporait dans l’air, les pleurs de Victor, l’annonce du bombardement, les heures d’angoisse à attendre la mort dans le feu et la poussière. Et toujours, la douleur, vive, brûlante, qui lui transperçait le crâne, les visions qui se succédaient devant ses yeux, le plumage de Cassiel qui ternissait à vue d’œil. L’impression de le sentir partir pour toujours.

Un long frisson la traversa des pieds à la tête et ses doigts se crispèrent, sans pour autant blesser l’oiseau qui gisait toujours inconscient contre son cœur. Les larmes se mirent à couler sans qu’Estelle ne puisse les retenir. Une main rassurante se posa sur son épaule, probablement celle de l’infirmière, mais la blonde ne sentit qu’à peine sa présence. Une seule chose occupait ses pensées : ce petit corps bleu, lové sous ses mains et dont la chaleur traversait le tissu mince de son chandail. Il était en vie.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« À une époque où règne la confusion, où coule le sang, où on ordonne le désordre, où l'arbitraire prend force de loi, où l'humanité déshumanise, ne dites jamais : "c'est naturel", afin que rien ne passe pour immuable. »
Bertolt Brecht
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6058-estelle-i-have-no-idea-what-i-m-doing
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Okolnir et ses alentours :: Zone libre :: Coin flashback-