Vent

avatar
Date d'inscription : 12/11/2014
Nombre de messages : 306
Couronnes : 8
Âge réel : 26
Dieu : Terre
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : @Amorgein

Nothing will be the same...

Lun 1 Oct - 13:15
Vent. Vent froid sous les plumes, courant d’air chaud qui soulève, chavire, tire sur le lien puis redescend. Dans les airs, sous un ciel trop bleu, trop pur, Ealish se laisse porter, ses yeux ronds surveillant la ville autour de moi. Le village. Ses couleurs. Cette familiarité qui ne fait que renforcer un sentiment d’étrangeté. Je gratte sans le vouloir le tatouage sous mon poignet. Un tic. Nerveux sans doute. Vent. Je serre autour de moi un chandail de laine bien trop grand, tricoté au siècle dernier par une sorte de hippie new-âge défoncé dans une couleur qui est trop foncé pour du beige et trop clair pour du marron. Il en manque deux boutons, un en bas, l’autre au milieu et il pend, informe sur un jean usé. En dessous, un t-shirt de sport, le genre uni de couleur grise, lui aussi sans forme mais au moins sans tâche. On m’a enlevé les vêtements que j’avais à mon arrivée pour les laver. L’assistante sociale m’a trouvé ça dans les affaires perdues. Et m’a acheté des sous-vêtements propres avec les deniers de l’hôpital. Je ne lui ai pas dit que j’avais de quoi faire mes propres courses. Ces vêtements me couvrent, c’est déjà ça.

Vent. Vent froid dans mes cheveux clairs, ébouriffant un peu plus une tignasse emmêlée par le temps. Il faudrait que je les lave. Que je les peigne. Que je les coupe. Il faudrait que je me rase. Je passe ma main sur mon menton. Au bruit, cela doit bien faire deux jours déjà. Deux jours seulement. Du bruit sur ma droite. Je ne réagis pas. On me bouscule. Un type aviné qui sortait d’un bar commence à m’insulter. Je serre les poings, par réflexe. Je sens soudain la colère et la tristesse s’abattre sur moi. Il me pousse, je le pousse, il lance le premier coup, moi le second mais ils sont trop nombreux, et je manque d’entraînement, de nourriture et d’alcool. Ils s’en vont, j’ai une arcade ouverte qui me saigne sur la figure, mon jean est troué, il manque un bouton de plus au chandail, j’ai de la terre sur le visage et des ecchymoses un peu partout. Pour se moquer de moi, ils m’ont renversé du mauvais vin sur la figure. Je pue l’alcool. J’ai mal au poignet. Je ne me suis même pas évanoui cette fois. Amateurs. En Finlande au moins quand on se castagne, on ne s’arrête pas au premier sang. Le cri d’Ealish se charge de porter mon défi à ces crétins. Je me relève, chancelant. J’ai encore plus froid. Je suis trempé. Je devrais retourner à l’hôpital. Peut-être. Je soupire.

Vent. Vent froid dans nos cœurs, dans nos âmes qui gèlent en silence. Ealish est sur mon épaule. J’ai fait quelques pas pour m’éloigner du bar, ai trouvé un porche où m’abriter. Dans le silence du crépuscule, j’écoute le bruit du vent du nord. Ce vent qui est le même partout et entend tout le monde. J’aimerais m’élever comme mon âme, je suis cloué à terre, accroupi, misérable. Triste. Seul.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
When you're weary, feeling small,When tears are in your eyes, I will dry them all; I'm on your side, When times get rough And friends just can't be found,
Like a bridge over troubled water


Infos utiles et récompenses:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t3979-le-hell-s-sin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/08/2017
Nombre de messages : 35
Couronnes : 12
Âge réel : 99
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Aki

Nothing will be the same...

Mar 2 Oct - 10:53
- Vlaaaaad. Regarde, cet uniforme me va encore mieux qu'avant, t'en penses quoi ?

Dana sourit. Devant le miroir du vestiaire, elle se tourne, s'observe sous toutes les coutures : ses cheveux roux attachés en une queue de cheval haute, ses yeux bruns rieurs mais marqué par une certaine lassitude, son visage tacheté, ses épaules droites, fières. Vladislav ne la quitte pas des yeux. Il la trouve belle. Elle brille encore, mais moins qu'avant. Elle n'a pas fait son deuil. Ses deuils. Mais elle avance. Toujours, à jamais. Emportée par ce même vent qui l'anime depuis toujours. Elle a pleuré ses pertes, sa petite sœur, ceux qu'elle a aimé et qu'elle ne reverra pas. Et ils sont nombreux. Comme pour chaque survivant ici-bas. Mais elle a rapidement retrouvé sa place. Elle n'a pas perdu de temps. Dana n'aime pas perdre son temps.

- J'en pense qu'on est prêts à sauver le monde, toi et moi.

L'accent russe et la voix grave de sa moitié font naître une étrange chaleur dans la poitrine de Dana. Elle pivote sur ses talons, les mains sur les hanches. Sous les néons abîmés, elle aperçoit quelques ombres mouvantes. Aucune qui n'a la mauvaise idée de s'en prendre à elle, pour l'instant. Elle fait attention, depuis qu'elle est arrivée ici. Elle ne pourrait pas supporter de rester clouer au lit. Elle a besoin de courir, de bouger, de s'occuper des autres. D'avancer, encore. Vlad se relève lentement, presque péniblement. Lui aussi, il est prêt. A suivre sa moitié, pour toujours et à jamais. Ils savent que certains Hommes ont perdu leur daemon. Depuis, ils sont encore plus proches, si cela est possible.

- Alors allons sauver le monde !

Espiègle, Dana vérifie une dernière fois qu'elle a bien tout son matériel, et c'est à grand pas qu'elle démarre sa tournée vespérale. Le soleil n'est pas encore tout à fait couché. C'est avec de petites foulées qu'elle parcourt les premiers mètres. Jusqu'à ce que son regard soit attiré par un homme, visiblement mal en point, qui gît sous un porche. Dana ralentit, s'approche doucement, Vlad sur les talons. Il ne pourrait pas intervenir, mais il suffit souvent à dissuader quiconque de tenter quelque chose contre la jeune femme. Dana ne pense pas au danger, de toutes façons. Elle est là pour aider, et au pire, elle a plusieurs années d'arts martiaux derrière elle. L'homme sent le vin. Il est blessé à la tête. Sûrement un sans-abri.

- Monsieur ? Est-ce que je peux vous aider ? Je m'appelle Dana Lockwood, je suis de la police, qu'elle dira en Norvégien.

Prise d'un doute, elle répétera la phrase en anglais.

- Monsieur ? Est-ce que je peux vous aider ? Je m'appelle Dana Lockwood, je suis de la police.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Who are we? Just a speck of dust within the galaxy?
God, tell us the reason youth is wasted on the young, It's hunting season and the lambs are on the run, Searching for meaning. But are we all lost stars, trying to light up the dark? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] aki
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/11/2014
Nombre de messages : 306
Couronnes : 8
Âge réel : 26
Dieu : Terre
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : @Amorgein

Nothing will be the same...

Mar 2 Oct - 13:51
Vent, vent froid, pierre humide, odeur nauséabonde, chaussures trop petites ou trop grandes. Je me sous accroupi, puis assit sur le sol. Roulé en boule. Je cherche chaleur et obscurité autour de moi-même. Je devrais rentrer. La maison m’appelle. Un souvenir de pain d’épices et de miel. D’un amour pour le bruit du vent d’hiver à travers les murs de bois. L’attente, impatiente du retour du père, les yeux rivés sur le baromètre dont l’aiguille indique la neige. Des odeurs de sapin, de sève, de liquide vaisselle et de poussière. Des odeurs de lait et de bébé. Des odeurs de souvenirs portés par le vent.

Vent, le vent porte la senteur d’une femme. La chaleur d’un autre être vivant, puis le son d’une voix avec des mots à la fois familiers et inconnus. Je me déplie, pousse une jambe, libère un bras, lève la tête. J’ai du sang sur le visage qui vient de mes blessures et colle ma paupière. Il me faut un effort pour la regarder. D’elle, je vois un nuage roux, des yeux. Des yeux. Une lumière interne qui me brûle. Je détourne le regard, levant ma main pour me protéger avec un grognement. Le vent apporte d’autres mots, en anglais. Que je comprends et que je ne comprends pas en même temps. Leur sens n’en fait aucun. Ma bouche est pâteuse. Ealish sort de derrière mon dos, bat des ailes, observe l’inconnue de ses yeux de rapace. Elle ne me dit rien. Elle ébouriffe ses plumes. Nous avons froid, un peu.

« … Anja ? » J’ai envie d’y croire et en même temps je sais bien que ce n’est pas ma toute petite sœur, mon soleil personnel, la joie de la famille. J’avance la main vers les cheveux roux, je me force à la regarder encore. Je recule ma main avant de la toucher. Je n’ose pas. Ce n’est pas Anja. Elle a dit qu’elle s’appelait… Lockwood. Le bois fermé. Dana. Comme la tribu. Ou la vallée. Je ne sais plus. Je me passe la main dans les cheveux, il y a du sang séché qui part, ça me fait grimacer et je recommence à saigner. C’est chaud. Le vent qui souffle dessus fait une drôle d’impression. Je crois que je suis un peu à l’ouest. « Est-ce que la Norvège est à l’ouest de la Finlande ? » m’entends-je demander dans un anglais pas trop mauvais très déformé par mon accent natal.

« Elle vient vraiment nous aider ? Pourquoi ? Nous n’avons pas d’argent pour payer. » Ealish s’adresse à l’ours polaire, le fixant de ses yeux d’or. C’est très rare qu’elle parle à un autre daemon sans qu’on le lui demande. Je sens ses paroles, aussi sèches et coupantes que son bec, que ses mouvements. Je ne sais pourquoi elle ne vole pas. L’écho de mon propre mal de crâne est un semblant de réponse. Nous ne sommes qu’un même être tous les deux. Nous souffrons ensemble, toujours. A jamais. Elle sautille entre nous, bat des ailes. Cela crée de mini rafales sur le sol. Il paraitrait que certains ont perdu leurs âmes. Je suis reconnaissant au destin d’avoir tué Milena plutôt que de lui avoir imposé un tel sort. J’ai mal. Je veux nos réponses.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
When you're weary, feeling small,When tears are in your eyes, I will dry them all; I'm on your side, When times get rough And friends just can't be found,
Like a bridge over troubled water


Infos utiles et récompenses:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t3979-le-hell-s-sin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/08/2017
Nombre de messages : 35
Couronnes : 12
Âge réel : 99
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Aki

Nothing will be the same...

Mar 2 Oct - 16:54
Dana fut heurtée par l'état de l'homme qu'elle avait en face d'elle. Il semblait perdu. Totalement perdu, comme bon nombre de personnes à Ókólnir, finalement. Et comme pour toutes les autres personnes totalement perdues à Ókólnir, Dana ferait tout son possible pour aider cet homme et son daemon.

- Dana, répéta-t-elle. Et vous, comment est-ce que vous vous appelez, Monsieur ? Vous venez de Merkeley ?

Elle s'approche de lui, doucement, pour ne pas lui laisser penser qu'elle lui veut du mal, ou qu'elle a de mauvaises intentions. On ne sait jamais comment peuvent réagir les personnes alcoolisées, surtout lorsqu'elles semblent aussi perdues que lui. Il ne faudrait pas qu'il se mette à être violent ou qu'il fuit. Dans l'un comme l'autre cas, Dana serait obligée d'intervenir, et elle ne veut pas que ça se passe mal. Elle sourit, aussi rassurante que possible. Si son jeune âge l'empêche parfois d'avoir l'estime des autres, ou qu'on la prenne au sérieux lorsqu'on la rencontre pour la première fois, c'est aussi un atout, parfois. On se méfie moins d'elle, on s'ouvre plus facilement.

- Nous ne voulons pas d'argent. Nous sommes là pour aider ceux qui en ont besoin.

Vlad répond mentalement à la daemone, en essayant de ne pas paraître trop intimidant avec sa grosse voix à l'accent russe. Dana, quant à elle, sort la gourde qu'elle garde à sa ceinture, ainsi que des mouchoirs. Elle mouille un peu le mouchoir, et tend la gourde à l'homme. Puisqu'il lui répond en anglais, elle imagine qu'il ne parle pas ni ne comprend le norvégien. Pourtant, il a un accent nordique. Sûrement finlandais, au vu de sa question précédente.

- Tenez, buvez, ça va vous faire du bien. Vous me permettez de regarder votre blessure à la tête ? Et oui, la Norvège et à l'ouest de la Finlande.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Who are we? Just a speck of dust within the galaxy?
God, tell us the reason youth is wasted on the young, It's hunting season and the lambs are on the run, Searching for meaning. But are we all lost stars, trying to light up the dark? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] aki
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/11/2014
Nombre de messages : 306
Couronnes : 8
Âge réel : 26
Dieu : Terre
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : @Amorgein

Nothing will be the same...

Mer 3 Oct - 10:35
Vent. Vent de silence entre les phrases douces de la jeune rousse. Je l’entends parler. Je comprends ce qu’elle dit. Je n’en saisis pas le sens. Pas tout de suite. Il faut que les mots tournent et retournent dans ma tête, avant de voir ce qu’elle dit. Le brouillard était-il dû aux médicaments ? Au coup sur la tête ? A la fatigue ? Au trois ? Au deux ? A rien de tout cela ? Je me gratte encore le tatouage. C’est tout rouge et tout irrité à cet endroit-là. Une part de moi refuse d’être marquée. Même en vert, même magiquement. Un de mes voisins de chambre, à l’hôpital, est persuadé d’être possédé.

« C’est juste… j’imaginais pas ça comme ça. » Ca…la mort peut-être ? Une part de moi (pas la même) croit que nous sommes dans l’au-delà. Cela expliquerait le noir au moment de l’arrivée des bombes, et le soudain changement de lieu, et la marque au poignet. Mais pas la présence de Yaaba que j’imaginais rêver d’endroits plus chauds et plus félins. Je hausse les épaules, secoue la tête, essaie de remettre de l’ordre dans mes idées.

« Dana. » Pas Anja. Dana. Dana du bois fermé. Dana d’automne. Dana qui sait que la Norvège est à l’ouest de la Finlande. Qui sait que je suis à l’ouest de moi-même. Qui me pose des questions. Des questions simples. Sur mon nom. Sur Merkeley. On est tellement nombreux à avoir envahi ce petit village. Si j’avais été un habitant, je me détesterais. Je me déteste déjà. Un coup de bec me pique la main. « Aïe… » , protestais-je en jetant un regard lourd de reproche à mon âme-sœur. La douleur m’a cependant réveillé un peu. Je me redresse, vaguement. J’ai toujours froid. Et mal. Mais mes yeux sont moins dans le flou. Plus ancrés dans la réalité. J’attrape la flasque. Bois. Ca a le gout d’eau. C’est bien. L’eau éteint le feu. Je rends la flasque, poli.

« Drew. Andrew. Andrew Josefson et Ealish. » Je tâte mes poches à la recherche de mes papiers. Mon âme sœur les repère avant moi, les choppe dans ma poche arrière et sautille pour les poser sur les pieds de la jeune femme. Elle semble leur faire confiance. Contre la tempête, elle est ma boussole, mon gouvernail, je la suis aveuglément. « Enfin Drew quoi. » Je me gratte la nuque, touche le sang sur ma tête encore. Je n’ai pas spécialement envie qu’elle regarde. «J’avais un bar. A Merkeley. Sur le Campus. Je l’ai vendu avant les bombes. » J’avais une famille. A Merkeley. L’ai-je vendue aussi ? Je ne sais pas. « J’ai froid. » Mon rapace s’envole maladroitement jusqu’à l’une des pierres qui surplombe le porche. De là-haut, elle regarde l’ours-âme qui accompagne pas-Anja. Elle avait un écureuil, Anja. Ce n’était pas vraiment la même chose.

« Nous avons besoin d’aide. » L’aveu lui coûte, je le sens, et je sens aussi le reproche qu’elle me lance en sous-texte pour ne pas arriver à le dire moi, pour l’obliger à l’avouer elle. Je suis désolé. Elle le sait. Notre affection est un mur entre nous et le monde. Un mur de chaleur.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
When you're weary, feeling small,When tears are in your eyes, I will dry them all; I'm on your side, When times get rough And friends just can't be found,
Like a bridge over troubled water


Infos utiles et récompenses:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t3979-le-hell-s-sin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/08/2017
Nombre de messages : 35
Couronnes : 12
Âge réel : 99
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Aki

Nothing will be the same...

Dim 7 Oct - 18:55
Dana est à la fois inquiète pour l'homme qui se trouve devant lui et terriblement heureuse de pouvoir se rendre utile pour quelqu'un. Il semble vraiment perdu, comme s'il ne savait pas où il était. Comme s'il ne croyait pas vraiment qu'il était en vie. Le fait qu'il parvienne à répondre à ses questions est déjà bon signe. Signe qu'il n'a pas entièrement perdu la raison. Il vient de Merkeley lui aussi. Cela signifie qu'il a perdu des proches ; vu son état, peut-être est-ce toute sa famille qui a péri. Elle ne posera pas la question. Pas comme ça.

Ealish avoue qu'ils ont besoin d'aide, et Dana est trop empathique pour ne pas sentir toute la douleur que ces simples mots ne parviennent pas à masquer. Heureusement pour elle, le fait qu'elle soit occupée en permanence lui permet de garder les pieds sur terre et de ne pas se laisser entraîner par les affects des uns et des autres. Du coin de l'oeil, elle remarque les ombres qui bougent avec les dernières lueurs solaires. Un, deux, trois, quatre et les deux appartenant à Ealish et Drew. Elles se dédoublent à cause de l'ombre : c'est un repère entièrement fiable qui permet à Dana de dire qu'ils ont toujours leurs ombres. Alors, elle sourit avec douceur.

- Ca tombe très bien, nous sommes là pour ça !

Il avoue avoir froid, alors Dana se dirige à grands pas vers le sac attaché sur le dos de Vlad. Elle en sort une couverture thermique isolante, du matériel pour éviter que la blessure sur son front ne saigne trop ainsi qu'une lampe torche, qu'elle bloque sous son bras. Elle n'appelle pas les secours. Ce serait inutile. Ils sont tellement débordés que même un appel de la police ne leur permettrait pas de se déplacer pour "quelque chose d'aussi bénin qu'une blessure à la tête". Dana déplie la couverture, la pose sur les épaules de l'homme, puis, elle se baisse pour être à sa hauteur.

- Hell's Sin Ki, c'est ça ? Je n'y ai jamais été, mais j'ai entendu dire que c'était un bel endroit.

Puis Dana commence à prendre son matériel pour la plaie, et sa lampe torche.

- Ferme les yeux, je vais avoir besoin d'éclairer pour regarder ta blessure. Est-ce que tu as la force de marcher jusqu'à l'hôpital ?

Dana n'est pas médecin. Elle a de bonnes bases en médecine, mais elle a appris seule, et dans des stages de premiers secours qui sont obligatoires en police. Elle sait retarder une hémorragie, il n'y a que ça qui compte pour le moment.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Who are we? Just a speck of dust within the galaxy?
God, tell us the reason youth is wasted on the young, It's hunting season and the lambs are on the run, Searching for meaning. But are we all lost stars, trying to light up the dark? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] aki
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/11/2014
Nombre de messages : 306
Couronnes : 8
Âge réel : 26
Dieu : Terre
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : @Amorgein

Nothing will be the same...

Lun 15 Oct - 14:37
Hell sin ki. Le jeu de mot niveau coiffeur qui avait fait mon chez moi. J’avais passé du temps dans la chambre/studio à l’arrière de la boutique. C’était avant. Avant d’être amoureux d’Elisha. Avant que l’on emménage ensemble, avant qu’elle ne me quitte pour fuir Merkley et ses émeutes. Avant que le vent n’emporte mon petit piment et son fennec au citron. Avant que je ne vende pour mettre les petits à l’abri. Sisu avait raison.

Sisu avait raison.

Elle ne sait pas qui est Sisu. Je m’enroule dans la couverture en papier d’alu grise et jaune. Un côté pour isoler, un autre pour rôtir. Comme une pomme de terre. je suis en robe des champs et je souris. C’est moins douloureux que de penser à mon frère, mon tout petit frère qui avait eu si grandement raison. Nous n’aurions jamais dû quitter la Finlande. Les études aux Etats-Unis coûtent cher. Deux sœurs, une mère et un bar. C’est plus que ce que mon pays m’aurait jamais pris. Pourquoi je ne suis pas mort, moi ? J’aurais voulu mourir. Elles étaient belles, les explosions. La lumière dans mes yeux me fait mal, je baisse la tête avec un grognement, donnant une vue parfaite sur ma commotion cérébrale. J’essaie de garder de la suite dans les idées. J’ai du mal. Tout tourne. Le vent, c’est ma tête, la tornade, mon cerveau, je cherche l’œil, je ne le trouve pas. Il y a une vache dans la tornade. Il y a toujours des vaches dans les tornades. Dans les films.

« L’hôpital a dit, on a besoin de la chambre, des gens sont vraiment malade. »

Vraiment blessés, vraiment perdus. Alors ils m’ont donné des médicaments et un papier ; L’assistante sociale m’a fourni des vêtements, on m’a pris une nuit d’hôtel. Sept. Sept nuits dans un endroit pas cher. Payé par le village parce que je ne leur ai jamais montré mes papiers. John Doe ils auraient dit aux US. Je ne sais pas comment on dit John Doe en Norvégien. Je hausse les épaules.

« Ils ne savent pas quoi faire de moi. » Je regarde Ealish avec un sourire d’excuse. « Nous non plus on sait pas quoi faire de nous. » Je baisse les yeux, je soupire. Rester cohérent me demande un énorme effort et je frissonne de tout mon être pour tenter de rester accroché à cette réalité horrible. Il n’y a pas de place pour moi ici. Il n’y a pas de place pour moi nulle part. « Il n’aurait pas fallu nous sauver vous savez. Je serais les gens d’ici, je nous détesterais. Tant de gens perdus qui arrivent d’un coup, comme ça, tant de vraiment malades. Ca tourne et ça tourne dans ma tête. Les bombes et puis le ciel de chez moi et cette langue qui n’est pas la mienne. Et Yaaba. Et nous ne sommes pas vraiment partis, mais nous ne sommes pas vraiment là. A quoi sert-on ? Pourquoi nous ? Les médecins, les avocats, les politiques je comprends mais nous ? J’ai mal au cœur. Le type du bar en avait marre de nous, avec ses amis. Avant, j’aurais rendu les coups. Avant, ça aurait été l’inverse. J’avais une moto. Je l’aimais beaucoup, je l’avais achetée après les émeutes. Une Harley. Grise et bleue customisée. »

Et puis, la réalisation.

« Vous devez avoir mieux à faire. Des gens vraiment blessés ou des gens vraiment perdus. Nous, on va juste se reposer ici un peu. Si ça ne dérange pas. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
When you're weary, feeling small,When tears are in your eyes, I will dry them all; I'm on your side, When times get rough And friends just can't be found,
Like a bridge over troubled water


Infos utiles et récompenses:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t3979-le-hell-s-sin
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Okolnir et ses alentours :: Ókólnir-