Blind Date

avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Nombre de messages : 119
Couronnes : 36
Âge réel : 31
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : //
Palier lien : Palier 1
Copyright : Moi-même

Nothing will be the same...

Mar 2 Oct - 21:15
"... Ensuite, tu as juste à valider, à faire ton transfert et ça roule. N'oublie pas de ne jamais arrêter ton Nas sous aucun prétexte et de mettre toujours bien à jour tes drivers."

Tu soupire bien fort et bien bruyamment. Je sais que tu t'ennuie mais je fais comme je peux pour nous sortir d'affaire. Ce n'est pas de ma faute si les médecins paient très bien les services informatique que je leur rend. Cela nous fait un petit pécule de départ à ne pas négliger. Tu me regarde, les yeux vitreux, injectés de sang, d'ennui et de reproches.

"Voilà, t'as juste à m'envoyer l'argent et le code WiFi de l’hôpital et on est quitte. Merci à toi."

Le "bip" d'arrêt de conversation retentis alors. J'en ai fini avec lui et je ne tarde pas à recevoir le sacro-saint code d'accès de l’hôpital, avec un peu de chance, c'est le même que l'intranet... OUI ! Les informaticiens ici sont aussi peu paranos que ceux de Merkeleys ! Dossiers médicaux, à moi ! Vive la confiance !

Tu soupires alors un peu plus fort, comme pour me faire bien comprendre à quel point tu es blasé. J'avais bien compris la première fois, pas la peine d'insister ! Tu passes par une de ces phases de dépression absolument insupportable et j'avais prévu de t'ignorer quand l'un des nom de résident permanent attire trois de mes yeux.

Ana E.Santiago.

Pourquoi ce nom me dit quelque chose ? N'ayant plus mon précieux ordinateur avec moi où toutes les données sont transcrites, je me vois dans l'obligation de faire fonctionner ma mémoire. Demande en cours ... Recherche ... Une réponse trouvée ... Ah ... "Démerde toi". Mémoire de merde !

Je regarde sa photo et je me souviens alors de cette femme médecin herboriste qui savait soigner les maux avec les plantes. Je me demande si elle pourrait te venir en aide aujourd'hui mais j'en doute. Dans ton état actuel et à moins d'avoir des plants de cannabis à portée, je doute qu'elle puisse y faire quoi que ce soit. Je m'apprête tout de même à envoyer un mail à l'adresse indiquée, en espérant que ça soit la bonne.

Comprends moi, Adam, je souhaites simplement que tu te rende compte à quel point entendre les pensées des autres est inutile et gâche nos vies. Je vais t'offrir quelque chose qui t'était interdite.

"Chère Mademoiselle Santiago (C'est tout nul, mais j'suis pas inspirée)
C'est avec ravissement que je m’aperçois que vous êtes encore en vie"

Non ... J'efface tout d'une patte rageuse sur la touche retour arrière.

"Chère Madame" Non ! "Chère Ana" 'core pire... "Salut ma poule" Intéressant, mais trop tôt. Bon, je m'étire les pattes et sors ma plus belle plume.

"Bonsoir Ana,

Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que vous étiez, vous aussi, sur ces terres du nord. Nul doute qu'avec votre habileté naturelle, vous vous en êtes admirablement bien sortit. J'en profite pour dire à quel point je suis soulagé de vous savoir saine et sauve
(j'ai lu le dossier médical, tout va bien pour elle ! Elle n'a perdu ni son don, ni son Daemon) et cette simple idée me rend très serein, pour ne pas dire qu'elle me met simplement en joie, je croyais avoir tout perdu et voilà que je vous retrouve ! J'espère que vous allez trouver du charme dans ma timidité mais je souhaiterais ardemment vous revoir pour un dîner en tête à tête en tout bien tout honneur bien entendu. Je réside encore à l'hôpital si bien que je ne peux vous proposer que ce soir comme date. Je vous propose de nous retrouver à 18h devant la fontaine de l'entrée.

D'avance, merci.

Adam"


Je n'ai plus qu'à programmer la désactivation des alarmes et des caméras de surveillances et tout sera prêt. Quoique ...

"Prends une douche !"

"Pourquoi faire ?"

"Ce soir, on s'offre une sortie ! Habilles toi bien aussi. Simple intuition."

Tu me regardes, perplexe, mais devant l'opportunité d'une sortie, tu t’exécutes. Y a pas à tortiller, nous serons piles à l'heure pour le rendez-vous s'il est honoré.



-Vos secrets sont plus toxiques que mon poison-
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016
Nombre de messages : 314
Couronnes : 184
Âge réel : 24
Dieu : Déesse de l'Air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Aki ♥

She's imperfect
but she tries

Mer 31 Oct - 18:48
Ce petit appartement lui donne des migraines, des démangeaisons. Ana est nostalgique, sans aucun repère. Ses seules ancres sont ici, sa famille. Et ça lui suffit. Seulement, son balcon lui manque, terriblement. Ses plantes, si bien organisées, ses herbiers, ses fleurs, son oranger. Son salon, son canapé à la latte du fond brisée, sa petite cuisine aux couleurs si chaudes, les bruits du stade, juste en face de sa fenêtre. Lorsqu'elle ferme les yeux, elle aime à s'imaginer chez elle. Assise, autour de la table basse du salon, à boire du thé avec ses soeurs, son petit frère rentrant d'un cours de guitare, des gâteaux plein les bras pour ses grandes soeurs. Et Ana sourit de cette vision de bonheur. De ce rêve qu'elle a tant prié.
Aujourd'hui, ils sont ensemble. En vie... Tous sauf Abuela. Elle a rejoint leur mère. Le coeur d'Ana bat à l'idée qu'elle aurait pu perdre leurs photos. Qu'auraient-ils fait, à dia de los muertos ? Comment auraient-ils pu les honorer, sans photographie d'elles ?
La mexicaine sert les deux bout de papier contre son coeur, sourit.

Un bip retentit. Elle ne relève pas un sourcil, rien ne parvient à briser son rêve.

- Euh... Ana ?

Rien hormis sa soeur, Karen. L'herboriste rouvre un oeil, puis deux.

- Tu connais un certain Adam ?

Ana fronce les sourcils, glisse dans le canapé, jusqu'au portable que Karen tient sur ses genoux. Ses yeux parcourent le mail ouvert par sa soeur, ses yeux s'arrondissent. Bien évidemment, qu'elle se souvient de lui, bien évidemment qu'elle ne l'a pas oublié. Et bien qu'ils ne se connaissent pas plus qu'une simple rencontre, elle ne peut s'empêcher de ressentir une joie envahir son coeur, de le savoir en vie.
Ana s'empare de l'ordinateur, relit plusieurs fois le mail.

- Bon, tu m'expliques ? Sinon j'fais venir toute la famille et c'est une télé novela dont tu vas faire la vedette, ma soeur !

Ana roule des yeux, s'inquiète à l'idée que toute sa famille cancane dans ce petit salon à propos d'une amourette de leur ainée.

- Ce n'est qu'un ami, Karen, rien de plus. Il a sûrement trouvé mon nom dans un registre et il veut revoir un visage connu.

La cadette sourit, mais cela ne rassure pas pour autant sa soeur. Qui se sent piégée... Et elle regarde ce mail, relit les mots et sourit malgré elle. Hésite... Leur rencontre avait été étrange, plutôt surprenante. Passé l'étonnement, Ana avait trouvé un homme curieux, doté d'une touchante gentillesse. Elle hésite, se ravise, commence à taper une réponse sur son ordinateur. Avant que Karen ne lui prenne l'ordinateur des mains, le refermant et le jetant au bout du canapé.

- Tu vas refuser de le voir ?

- Je n'peux pas, je dois m'occuper de la maison.

Karen explose de rire, balaye l'air de la main.

- Tu es au courant qu'on n'est plus des gamins, t'as plus à t'occuper de nous. Alors tu vas m'faire plaisir, tu vas prendre une douche, tu t'habilles et tu m'montres c'que tu mets, et tu vas aller passer une soirée avec lui. T'as besoin de changer tes idées, parce qu'on sait tous que tu en as besoin.

Elle faillit rajouter qu'elle l'entend pleurer tous les soirs dans son lit, se ravise. Et l'envoie sous la douche sans ménagement. Plusieurs heures plus tard, Ana attend devant l'hôpital, faisant le pied de grue à côté de la fontaine, bras croisés sur son torse, Tehwa emmitouflée dans l'une de ses poches.
La mexicaine se demande encore ce qu'elle fait ici...


Always and forever
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

by anaëlle.


♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6057-ana-alors-pas-chiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Nombre de messages : 119
Couronnes : 36
Âge réel : 31
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : //
Palier lien : Palier 1
Copyright : Moi-même

Nothing will be the same...

Jeu 1 Nov - 21:58
Tes cheveux sont plus longs à présent et te descendent sur les épaules. Tu as beaucoup maigri aussi et même si ta carrure paraît encore imposante, quelqu'un qui te connaissait d'avant pourra juger de ton affaiblissement. Mais tu es fraichement rasé et tu t'es même dégoté une veste de costard et le pantalon assortit, acceptant tant bien que mal de jouer le jeu. Tu sais que tu vas sortir pour la soirée, rien de plus.

Ok, nous y sommes ... Trois, deux, un ...

"Fuyons !"

"Tu vas finir par m'expl ... Pourquoi on est dans le noir tout à coup ? C'est toi cette panne de courant ? Putain !"

"Elle va se rétablir dans 12 secondes, le temps que le système auxiliaire se met en route. Allons profiter de cette soirée de liberté."

Tu bondis alors par la fenêtre, atterrissant souplement sur la petite terrasse. Des fois, ta résistance m'étonne tout de même. T'es sur que t'avais pas un second pouvoir qui booste un peu ta condition physique ? Fièrement campée sur ton épaule, juste sous tes cheveux, je te guide alors que tu te penches pour passer discrètement sous les fenêtres du restaurant du personnel où tout le monde s'interroge sur la cause de cette soudaine baisse de tension électrique.

Finalement, tu arrives sur le parking, tout près de la fontaine et alors les lumières s'allument enfin. Tu es pile à l'heure, et ... Elle aussi ! Elle est encore plus belle que dans mon souvenir et pour peu, j'en serais presque terriblement jalouse (là, je le suis juste un tout petit peu) Tu la vois et la reconnaît immédiatement. Dans ta tête, je le sens d'ici, beaucoup de souvenirs bourdonnent et beaucoup d'émotions, de l'espoir, de la peur, ta bouche s'ouvre d’incompréhension mais il semble que ces trente dernières années passées ensemble ont fini par payer et tu comprends d'instinct toute ma manœuvre. Tu reprends constance tant bien que mal et tu te diriges vers la demoiselle en détresse d'un pas décidé de celui qui n'a plus rien à perdre.

"Bonsoir Memoiselle Santiago"

Arf mince, tu l'avais appelé Ana dans ton mail, si je me souviens bien ... Oh, et je te l'ai fais vouvoyer. J'espère qu'elle ne se rendra pas compte du brusque changement. Au pire, on mettra ça sur le compte de ta charmante timidité.

"Salut Ana ! Et salut Tehwa qui lui doit être bien au chaud, lui !" Dis-je en levant une patte amicale.

"C'est vrai, il fait plutôt froid ici ni en cette saison. Tiens." Et d'un geste qui paraîtrait presque naturel pour toi, tu poses ta veste sur les épaules de la charmante Ana. Pour peu, on dirait que tu es un séducteur né. Cependant, ton regard respire l'humilité d'être en cette présence féminine que tu trouves beaucoup trop bien pour toi. Elle l'est, rassure toi !

"Bon, on y va à ce dîner ?" dis-je pour 1- briser le silence gênant qui s'est installé 2- T'annoncer ce qui était prévu sans même que tu ais ton mot à dire sur la situation. Mouhahahahah ! L'araignée diabolique ! "Votre taxi vous attends juste là." Et ouais, j'avais tout prévu ! Mon plan est parfait et ne souffre d'aucune faille ! Mouhahahahaha !

"Alors ? Comment tu vas, toi ?" Demandes-tu alors que tu te diriges vers le taxi comme si c'était la chose la plus banale du monde.

"Sérieusement ? T'as rien de plus quelconque à dire à une femme ? Et à ce stade, je viens de me rendre compte que j'ai dis ça tout fort. Pardon ... Je risque de dire beaucoup de choses que je penses et je m'en excuses d'avance." Tu laisses échapper un rire léger, simplement heureux d'être dehors en si bonne compagnie.




-Vos secrets sont plus toxiques que mon poison-
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/10/2016
Nombre de messages : 314
Couronnes : 184
Âge réel : 24
Dieu : Déesse de l'Air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Aki ♥

She's imperfect
but she tries

Lun 26 Nov - 10:03
Un malaise commun s'installe. Ana ne sait où se mettre et se demande encore diable pour quelles raisons a-t-elle accepté ce rendez-vous. Qu'attend-t-elle ? Que cherche-t-elle ? La mexicaine est encore bien trop perdue pour répondre aux nombreuses questions s'attaquant à son esprit. Pour l'heure, elle sourit et tente de faire bonne figure.
Elle a sursauté, lorsqu'elle a perçu sa voix. Des sonorités d'un passé pourtant pas si lointain qu'elle tente de rendre moins douloureux. Elle s'est retournée, face à lui. Et Tehwa, dans le creux de son cou, n'a pas bougé d'une oreille. Dissimulé dans les boucles de sa daemonienne. Ana, elle, a gardé son sourire, coeur battant la chamade. Pourquoi être venue ?

- Bonsoir.

Etonnante façon de l'appeler, considérant le mail. Peut-être est-ce le stress ou une quelconque timidité. Ana le comprend... Mais n'est-ce pas lui qui est venu à elle ? Ce malaise entre eux devient plus grand à mesure que les secondes s'écoulent, que le silence s'installe. Et c'est Charlotte, sur son épaule, qui brise le silence. Ce qui fait presque rire la mexicaine, se souvenant soudainement que la petite daemonne aux huit pattes est une véritable pipelette.
Le petit phalanger sourit aussi, sort son museau de derrière la chevelure sombre de sa jumelle, penche légèrement la tête de côté.

- Bonsoir à toi aussi, Charlotte, et à toi aussi Adam. C'est vrai qu'il ne fait pas chaud ce soir. On n'est loin de notre beau et brûlant Mexique, mais on s'adapte.

Et sans crier gare, Adam s'approche de la femme, tremblant légèrement du froid dont elle n'a jamais eu l'habitude, pour déposer avec douceur sa veste sur ses épaules. Ana rougit, balbutie un merci. Avant de se reprendre, consciente qu'elle ne peut retomber dans ses travers. Consciente qu'il est temps de reprendre sa vie en mains, que pour une fois, pour la première fois, elle ne va pas sombrer. Qu'à l'inverse, elle s'élèvera et gardera la tête haute. Ils ont survécu. Ils doivent faire honneur à cette chance. Alors, elle fixe Adam, les joues toujours légèrement rouges.

- On peut y aller, oui, je commence à avoir faim.

Ils se dirigent vers le taxi, la discussion s'engage, banale. Et Ana remercie en silence son compagnon de la nuit pour ce début en douceur. La gêne est toujours présente, moins insistante. Et Charlotte s'en mêle, avec cette douceur dont elle a le secret... Ana laisse échapper un rire amusé qu'elle dissimule habilement derrière sa main, avant de jeter un oeil à la petite araignée. Et c'est Tehwa qui reprend le fil, amusé lui aussi par la situation plus qu'étrange qu'ils sont en train de vivre.

- Oh ne t'excuse pas, Charlotte, parfois on a besoin d'un peu d'honnêteté. Et j'suis bien d'accord... Adam, voyons, quelle question quelconque !

Il se déride, Tehwa. Il prend lui aussi conscience de ses défauts, de ses travers. Et il décide d'être sociable, d'essayer. Peut-être tiendra-t-il la distance, peut-être se retirera-t-il dans son coin. Il essaye, en tous les cas. Et son attitude encourage sa jumelle à en faire de même, s'ouvrir. Et ne plus craindre de laisser d'autres âmes entrer dans sa bulle, celle qu'elle a mis tant d'années à forger, la protégeant du monde extérieur. Celle dont seule Eléonore avait réussi à percer la carapace... pour lui écraser son coeur. Comme elle a fait avec le sien.
Aujourd'hui, elle ne craint plus. Son coeur est résistant, les années le lui ont prouvé. Ana est forte. Ana entre dans le taxi, confiante. Et heureuse. La voiture démarre, l'homme assis aux côtés de la femme. Les daemons échangent, parlent, tellement plus naturellement que leurs demi-âmes. Et Ana ose un regard en direction de son compagnon du soir. Sourit.

- Qu'est-ce qu'ils causent, on devrait les laisser seuls à une table, en tête à tête.

Tehwa lui lance un regard, presqu'amusé. Et retourne à sa conversation passionnante avec l'araignée.
La mexicaine se passe une main dans les cheveux, encore un peu gênée. Bien plus par la réponse qu'elle s'apprête à donner à la question presqu'évitée d'Adam.

- Sinon, je vais bien... enfin, je suis en vie, donc tout va bien ! Excuses-moi... j'ai perdu l'habitude de tout ça, à force de tout... ça.

Ca. Le virus, les maladies, les pertes, la bombe. Ca.

- Mais ça va, mes soeurs et mon frère vont tous bien ! Et vous deux, vous êtes encore à l'hôpital ?

Et soudain, elle s'inquiète, ses sourcils se froncent en écho à ce sentiment.

- Rien de grave ?


Always and forever
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

by anaëlle.


♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6057-ana-alors-pas-chiche
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Okolnir et ses alentours :: Ókólnir-