"There is nothing like staying at home for real comfort." - Pv Adam

avatar
Date d'inscription : 26/09/2018
Nombre de messages : 43
Couronnes : 52
Âge réel : 27
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : forestandsea@lj

Nothing will be the same...

Mar 2 Oct - 23:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Adam & Espen


L’hôpital. J’y ai passé plus de temps ces deux derniers mois que durant toutes les années que j’ai passé sur terre. J’avais l’habitude d’y venir quand je rentrais à la maison, une heure ou deux le dimanche, pour jouer pour les gosses et les vieux. Chantonner des comptines et reprendre des vieux classiques. Avec l’arrivée des Irlandais, j’y ai passé au moins deux heures tous les jours. Estrella nichée dans la poche de ma chemise, contre mon cœur. Dans l’espoir d’apaiser ceux qui avait tout perdu. La présence de ma daemonne, tout contre moi, ressentie avec force, face à ceux qui cherchaient cette moitié d’eux qui avait été emportée. La première journée avait été horrible. J’avais tenu une demi-heure, une putain de demi-heure avant que je ne sois obligée de sortir de là. J’avais tenu le petit corps chaud de mon oiselle tout contre ma joue pendant au moins une heure derrière. Assis sur les marches devant le bâtiment, les battements de son petit cœur contre ma paume et sa voix dans mon oreille. La simple idée de la perdre me terrifie. Depuis l’enfance, j’ai peur qu’on me l’arrache, qu’on me la retire, qu’on m’explique qu’une telle présence dans ma vie n’a pas de raison d’être, que je ne mérite pas la merveilleuse créature qu’elle est. Voir des gens comme moi, privé de leur moitié avait ravivé la terreur et j’avais échappé de justesse à une crise de panique de grande ampleur. J’étais rentré à la maison en titubant avant de me blottir dans les bras de Maman. Edward m’avait offert un mouchoir avant de se blottir contre son flanc. J’avais dit que je ne pouvais pas retourner là-bas, que c’était trop dur de voir ceux qui avait tout perdu, que je n’étais pas fait pour supporter ça. Elle m’avait secoué, elle m’avait expliqué que j’avais le devoir d’essayer de les apaiser de mon mieux. Alors, j’y étais retourné. J’avais pris sur moi et j’avais gardé Estrella contre mon cœur, sa peine aussi grande que la mienne. J’avais joué tous les jours, pendant des heures, des morceaux calme et doux d’abord. Pour accompagner les deuils, puis des morceaux pour célébrer la vie, la survie et pour encourager à avancer.

J’avais fait ça tous les jours, mais aujourd’hui, je ne rentrais pas à l’hôpital pour ça ! Maman s’était inscrite, enfin nous avait inscrit tous les quatre, sur la liste des gens prêts à accueillir un ou plusieurs nouveaux arrivant en cas de besoin et le téléphone avait sonné ce matin pour nous annoncer qu’on avait quelqu’un à installer chez nous. J’avais donc pris la voiture, Estrella installée sur le rétro central en direction de l’hôpital. J’avais embarqué mon synthé, je comptais bien jouer un peu avant de rentrer avec mon nouveau colocataire. « Adam et Charlotte. » Je jette un coup d’œil à ma daemonne. « Tu vois qui s’est ? » Elle ébouriffe ses plumes et s’installe sur mon épaule. Oui, c’est le jeune homme brun, il ne parle pas beaucoup et il a l’air presque aussi perdu que toi quand on lui parle. » Elle laisse échapper un petit rire, gentiment moqueuse. «Oh, et sa daemonne c’est cette Mygale, tu sais, celle qui a les pattes bleues ? » « OH OUAIS ! Elle est trop classe ! J’espère qu’elle est cool, j’ai trop de questions à lui poser ! » « Calme toi, tu vas leur faire peur. Et puis, si ça se trouve, elle s’en fiche de tes questions ! Je n’ai pas eu l’occasion de lui parler, mais elle a l’air d’être plus intéressée par le système informatique de l’ordinateur que par quoi que ce soit de vivant. » Je hoche la tête, les yeux fixés sur la route en lâchant un petit rire. « Ouais, je crois que les infirmières sont sacrément contentes de l’avoir, il parait qu’elle a intégralement remis à neuf tout le réseau informatique de l’hôpital ! » Estrella saute de mon épaule jusque sur le volant. « Oui, j’ai entendu ça aussi, apparemment, elle n’est pas très sociable, mais elle a su se rendre utile ! » Je sens, sans mal, le dédain dans la voix de ma Daemonne, pour elle, quiconque ne se montre pas aimable, au moins au départ, manque cruellement d’éducation. « Eh, fait pas ta tête de nœud, je suis sûr qu’ils sont gentils ! » Je réfléchis trois secondes, avant d’ajouter. « Puis on pourra p’tet lui parler de Bobby. » Estrella soupire en face de moi. « Vas-tu arrêter de donner des noms aux objets, oui ? C’est un ordinateur, pas un humain ! » J’éclate de rire. « Mais, si je lui donne pas de nom, comment je vais le différencier de tous les autres ordinateurs ? » Elle bat des ailes pour exprimer son désaccord.« En rajoutant simplement ‘’mon’’ devant ? » « Pff, t’es pas drôle ! »

Je reprends mon sérieux et ralentis en arrivant devant le parking de l’hôpital. L’ambiance y est un peu moins sinistre que les premiers jours, mais le bâtiment reste, comme entouré d’un halo de tristesse qui pèse sur ses vieilles pierres. J’ouvre le coffre et récupère mon synthé avant de laisser Estrella se glisser dans ma poche de poitrine. Je lui caresse du bout des doigts le dessus de la tête et elle ferme les yeux, elle lâchant un petit soupir de contentement. J’avance à grande enjambée jusqu’à l’accueil. Je m’installe dans une des salles ou les patients peuvent venir se détendre. Il y a déjà quelques-uns des habitués et je commence à jouer directement. Le temps passe rapidement entre les demandes qui fusent et les morceaux que je choisis moi-même. Deux heures après mon arrivée, les doigts engourdis et la voix un peu rauque, je remets mon clavier dans son étui et accepte les remerciements des patients. « Merci, Henriette. » La vielle dame, ici pour un Alzheimer, me remercie le regard brillant et caresse ma joue. Elle me prend régulièrement pour son mari, décédé il y a 5 ans et je n’ai pas le courage de lui dire qu’elle se trompe. Alors, je la fais tourner sur elle-même avant de déposer un baiser sur le dos de sa main toute douce. « Ma douce, je pense que votre amie vient vous chercher. » Je lui fais un grand sourire et laisse l’infirmière la ramener dans sa chambre. « Espen, tu es vraiment trop gentil avec Mme Osmond. » Je me retourne et souris à Clémentine. « Je sais, mais elle est si seule et puis, je l’aime bien, si ça se trouve je suis vraiment amoureux d’elle ! » Je laisse échapper un petit rire quand elle éclate de rire. Estrella m’en tape cinq mentalement, ces derniers temps, on travaille sur le second degré et j’y arrive de mieux en mieux quand je fais attention.

Elle sort de ma poche et volette jusqu’à sa place de prédilection sur le dessus de mon crâne. « Bon, Clémentine, où sont nos nouveaux colocataires ? » L’infirmière sourit à mon oiselle et d’un petit geste de la main nous invite à la suivre. La chambre jusqu’à laquelle elle nous amène est pleine de matériel informatique. Elle nous laisse et je me racle la gorge un peu mal à l’aise. Adam, puisque c’est le nom du brun qui est assis dans le fauteuil qui remplit le coin de la pièce, semble aussi absent que s’il n’était pas assis dans la pièce. Il a le regard dans le vague et l’air un peu perdu. Sa daemonne quant à elle, jaillit de la carcasse d’un ordinateur, ses longues pattes la propulse rapidement sur le dessus de la bête et je l’observe avidement. J’ai rarement l’occasion d’observer des insectes exotiques ailleurs qu’en vidéo et en photo. « Woooow… » Mon exclamation d’admiration n’est un qu’un chuchotement, mais elle m’entend et je m’excuse platement. « Je… J’suis désolée, j’adore les insectes et les arachnides et vous êtes, très très belle. » Je baisse la tête et me racle la gorge une fois de plus, avant de laisser Estrella, gérer la situation avec la Daemonne. Je m’approche rapidement d’Adam et lui tend la main. « Euh… Enchanté ! J’m’appelle Espen, et euh… Vous nous avez été assigné à ma mère et moi ! » Je me reprends, conscient que ma phrase n’a pas grand sens. « Fin, j’veux dire, on s’est proposé pour accueillir des arrivants de Merkeley et vous aidez à vous y retrouvez en ville, tout ça quoi. » Je me gratte l’arrière de la tête. « Vous êtes Adam et Charlotte, c’est ça ? On a une chambre pour vous à la maison ! Vous allez voir, ma mère est une super cuistot et en plus, vous avez la vue sur le jardin à l’arrière de la maison, c’est plutôt chouette ! » « Espen, calme-toi, tu parles trop. » La voix, calme et légèrement moqueuse d’Estrella résonne à mes oreilles et je me tais. Elle effleure ma joue de son aile. « Laisse leurs le temps de répondre, tu veux ? » Je hoche la tête, les joues rouges. « Désolé… » Je tourne à nouveaux mon regard vers les ordinateurs et à l’araignée de belle taille qui se promène sur les claviers. « Euh… Vous êtes quoi comme sortes de mygale ? J’en ai jamais vu des comme vous… » Je me baisse pour me placer à hauteur de la daemonne. « Dites-le-moi hein, si mes questions vous gênent, Estrella à raison, souvent, je pose des questions gênantes ou je parle trop, faut pas hésiter à me reprendre. »


BY .SOULMATES




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
            They were all Yellow.
            « I wrote a song for you, and all the things you do, and it was called "Yellow." »
           
Le hasard est un allié aussi fugitif que mortel. Il te tue avec la même facilité qu'il te sauve.
           
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Nombre de messages : 110
Couronnes : 26
Âge réel : 31
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : //
Palier lien : Palier 1
Copyright : Moi-même

Nothing will be the same...

Mer 3 Oct - 16:09
C'était un de ces radieux matin, j'avais doublé mon chiffre d'affaire simplement en proposant un antivirus de mon cru, gratuit mais payant. Je ne suis pas spécialement attirée par l'argent ou ce genre de chose, mais si je ne haussais pas mes tarifs un minimum, j'allais crouler sous le travail, et j'aime pas crouler sous quoi que ce soit.

Toi, tu es là, assis. Ta dernière tentative de fuite s'était soldée par un retour en force de ta surveillance rapprochée et de tes calmants. J'admets que cette fois, toi seul contre trois médecins, ça m'avait bluffé. Si je te disais que tu n'es là que depuis une semaine, je suis sure que tu tomberais à la renverse. Non, il faut que tu restes en observation encore, tes crises de joies suivit par tes déprimes m'inquiéteraient si j'en avais quelque chose à faire. Mais le fait est : tu es faible, Adam, tu viens de perdre ton don chéri et tu ne sais absolument pas comment gérer ça, on croirait presque que tu es tout vide.

Enfin, peut importe, tu es là, c'est l'essentiel ! En plus, le traitement spécial que je t'ai donné à l'air de t'apaiser. Bon, peut-être que te shooter serait un terme plus approprié mais au moins, tu bouges pas. Pour ma part, j'ai encore deux-trois choses à faire ici. Le temps passe alors que je passe mon temps à aller et à venir entre l'intérieur de l'ordinateur et l'extérieur. Le disque dur semble intact, et pourtant, je n'arrive pas à y accéder par des moyens normaux.

Alors que je pense enfin détenir la solution et je n'ai juste plus qu'à la vérifier, je tombe alors nez à nez avec un humain, c'est le petit qui joue de la musique ! Je remercie qui voudra bien entendre que les araignées ne peuvent pas sursauter (après tout, j'ai une réputation à tenir) mais ça me coupe dans mon élan. Sur le coup, je n'ose absolument rien dire, trop surprise et un poil apeurée qu'il n'ait un mauvais réflexe en me voyant car je connais que trop bien ce genre de surprise.

Mais non, le jeune homme me couvre littéralement de compliment et cela me choque d'autant plus. Je sais encore moins quoi lui répondre et remercie qui voudra bien l'entendre que les araignées ne peuvent pas rougir (j'ai toujours une réputation à tenir). Je pense que ça doit être le silence le plus long dans toutes l'histoire des arachnides. Fort heureusement, il me délaisse pour aller te saluer comme il se doit. Je reprend alors rapidement consistance.

"Arm, pardon. Je suis Charlotte et je ..."

Wow ... Attendez, retour arrière ... Eux ? Nos hôtes ? Pourquoi faire ? On est très bien ici ! Quoique ... Non, demander d'emblée la qualité de la bande passante est malpoli. Je verrais ça plus tard.

"Je vais me faire la parole d'Adam. Celui-ci a un peu de mal en ce moment. Je vous remercie de nous accueillir, à vraie dire, c'est assez inespéré. Bon, je vais aller le secouer un peu."

Wai ! De la nourriture maison, chouette ! Ni une ni deux, je te saute dessus et tu semble t'éveiller du même coup.

"Hein ? Charlotte ? Euh ... Bonjour ?"

Tu tends la main pour serrer celle du garçon qui semble s'appeler Espen.

"On va aller vivre chez eux. On va sortir d'ici, c'est bien, non ?"

Tu te redresse, passe ta main sur ton visage comme après un gros somme. D'un coup, tu bondit de ta chaise comme si celle-ci était hanté. Pris d'un vertige, tu secoue la tête et te rattrape comme tu peux à l'un des accoudoirs.

"Euh ... Attends ... Espen, c'est ça ? Enchanté. Pardon d'avoir été aussi absent."

Aie ... Tu te tournes vers moi et tu me retires même de ton épaule pour me faire face.

"Charlotte ?"

Ça sent comme de la maltraitance de Daemon dans l'air, vous trouvez pas ?

"T'as ... T'as mis quoi dans mon cookie ?"

Alors là ! Tout de suite les accusations ! J'en reviens pas ! J'orne tes cookies avec un ingrédient, une pépite spéciale, et toi, tu râles ! Je suis choquée.

"Admets que tu n'as jamais aussi bien dormi. Tu devrais boire un peu d'eau, le tournis va passer rapidement."

Malgré tout, tu souris même si ton regard signale vraiment qu'on en reparlera plus tard. Tu regardes alors Espen et ton visage retrouve son sourire d'antan et on y lit même une pointe d’excitation et d'impatience.

"Au fait, j'suis une mygale saphir. Et je m'y connais beaucoup en informatique, donc n’hésites jamais si tu as besoin de moi. A ce propos, question connectivité chez toi, ça va comment ? Je demande ça uniquement parce que c'est mon travail de réparer les ordinateurs. C'est juste pour plus de praticité, rien de plus."

"Entre nous, Espen, je ne pense pas que tu réussiras à mettre Charlotte mal à l'aise avec de simples questions. Tu remarqueras bien vite qu'elle est très indiscrète par certains point, elle aussi, quand elle n'est pas sur un engin informatique."

Tu lui as souris, plein de reconnaissance et surtout, prêt à partir, enfin ! Adieu hôpital ...



-Vos secrets sont plus toxiques que mon poison-
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/09/2018
Nombre de messages : 43
Couronnes : 52
Âge réel : 27
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : forestandsea@lj

Nothing will be the same...

Mer 3 Oct - 22:22


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Adam & Espen


Adam à vraiment l’air dans les vapes et je reste comme un con, la main tendue vers lui. Alors je regarde l’araignée qui s’approche de nous, ses huit pattes s’activent à toute vitesse et elle grimpe sur son humain. Je la regarde faire avant de répondre. « Oh, vous savez, y a pas de problème, on savait que les gens arrivés de Merkeley auraient besoin de logement et comme on a une chambre de dispo à la maison, maman s’est proposée, rien de plus normal quoi.
» Je la regarde se préparer et un sourire étire mes lèvres quand elle saute sur le jeune homme. Il sursaute et ses yeux semblent se réveiller. Il cligne quelques fois avant de serrer ma main et je le fixe un peu perturber. Il finit par se redresser, frotte son visage à plusieurs reprises et je recule d’un pas rapide quand il saute sur ses pieds. Estrella, elle, s’envole. Légèrement courroucée, elle laisse échapper un petit claquement de bec qui me fait rire. Ma vieille dame avant l’heure. Je la compare souvent au Professeur McGonagall d’Harry Potter et elle déteste ça, mais le fait est, elle s’approche pas mal du caractère de la sorcière. Je tourne la tête vers Adam quand il s’adresse à moi. « Yep ! Espen. E-S-P-E-N ! » Je me mords la lèvre, conscient de passé pour un crétin. « Y a pas de mal, vous avez du vivre de sacré truc tous les deux. » J’englobe d’un geste de la tête le brun et sa mygale. Je m’appuie contre la commode dans un coin de la pièce tandis qu’il se tourne vers sa daemonne, l’air énervé. Assez énervé en tout cas pour que je m’en rende compte.

Je regarde la scène, ahuri. Si je comprends ce qu’il se dit à demi-mot, avec les explications d’Estrella dans ma tête, sa petite voix résonnant contre les parois de mon crâne, il semblerait que Charlotte ait mis quelque chose dans les cookies d’Adam, à l’insu de ce dernier. Je glousse dans ma barbe devant la dispute qui anime les deux. Je sens que l’ambiance va être chouette avec ces deux-là à la maison ! Adam se tourne vers moi et il me sourit, un grand sourire qui éclaire ses yeux et qui réchauffe mon cœur. C’est si rare de voir les rescapés de Merkeley sourire pleinement. Je suis toujours heureux quand j’en vois un qui arrive se sentir bien chez nous. Je sursaute quand la voix de Charlotte retentit de nouveau. « OUAH ! Une mygale saphir ! J’vais avoir un milliard de questions sur les araignées à te poser ! On n'en a pas beaucoup ici, donc j’ai rarement l’occasion d’en observer. Enfin, chais pas si t’as des infos là-dessus… Je sais que tous les daemons s’intéresse pas forcément à l’espèce à laquelle ils appartiennent. » Je jette un regard accusateur envers ma propre daemonne. « Oh, c’est bon Espen, ce n’est pas comme si j’appartenais à une espèce rare et exotique d’oiseau, je fais partie d’une des espèces d’oiseau les plus commun en Europe ! » « Ouais, bah… Ça n’empêche que je trouve ton manque d’intérêt très moyen ! » « Jeune homme. Tu arrêtes tout de suite ! » Il y a un rire dans la voix de ma daemonne quand elle me reprend et je lui tire la langue. « J’espère que tu seras une source d’information plus utile Charlotte ! » Je souris à l’araignée devant moi. « Oh et pour la bande passante, elle est pas dégueu à la maison, on a la fibre et tout, donc je suppose que ça devrait t’aller ! Je te montrerais mon pauvre Bobby à la maison alors ! »

Je tourne la tête vers Adam quand il s’adresse à moi. « Ahah… J’espère alors, parce que bon… Des fois, je pose des questions un peu bizarres. Enfin, pas bizarre, c’est juste que c’est des questions auxquelles les gens ne pensent pas en général. J’veux dire… Par exemple… Est-ce que tu t’es déjà demandé pourquoi chez les animaux, c’est les mâles qu’ont toutes les couleurs alors que chez nous, c’est les filles qui se maquillent et doivent faire des efforts ? » Je souris largement à mon futur colocataire. « Bah moi oui, je me pose des questions comme ça tout le temps ! Alors, Charlotte, si t’as des questions, hésite pas à me les poser non plus ! Pareil pour toi, Adam. » Je me relève et frotte mes genoux avant d’englober la chambre du regard. « Euh… Du coup, est-ce que vous avez des trucs à emmener avec vous ? À part les ordis, bien sûr ! J’ai la voiture dehors donc on peut charger le matos dans le coffre et puis, on pourrait commencer par aller jeter un œil à la maison… Et après euh… Faire un peu les boutiques histoire de vous trouver un peu plus de vêtement potentiellement et puis je vous emmènerais au Temple, si ça vous intéresse ? Même si vous ne croyez pas en nos dieux, ça reste un lieu à visiter, je pense ! Ça vous va comme programme ? Ou vous préférez attendre demain peut-être, histoire de vous poser un peu ailleurs que dans la chambre d’hosto ! » « Doucement, Espen, tu t’emballes encore. » Je frotte l’arrière de ma tête. « Arf, pardon… »



BY .SOULMATES




J'espère que tu auras ce dont tu as besoin ** Ne te speed pas pour me répondre, j'ai répondu rapidement parce que je ne suis pas la jusqu'à dimanche ♥️


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
            They were all Yellow.
            « I wrote a song for you, and all the things you do, and it was called "Yellow." »
           
Le hasard est un allié aussi fugitif que mortel. Il te tue avec la même facilité qu'il te sauve.
           
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 14/02/2018
Nombre de messages : 110
Couronnes : 26
Âge réel : 31
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : //
Palier lien : Palier 1
Copyright : Moi-même

Nothing will be the same...

Sam 6 Oct - 21:01
J'adore ce gamin ! Il est tout joyeux et extatique à propos de tout. D'ordinaire, ça m'énerverait, mais là, pour une raison qui m'échappe, j'aime beaucoup. Et non, ce n'est pas à cause du fait qu'il m'ait fait tant de compliments à peine l'ais-je rencontré.

Adam, quant à toi, tu t’avale directement un demi-litre d'eau à peine debout. Les substances ... miraculeuses pour ne plus penser à rien s'évaporeront vites. Je sais, quand elles sont ingérées, les effets sont nettement plus vives et bien plus dures à doser. Pendant que tu replis ton verre à nouveau à peine vidé, je commence à refermer la tour d'ordinateur sur laquelle j'étais en train de travailler. On ne peux décemment pas la trimballer ainsi, je finirais à la maison. N'empêche, la fibre ... Cool !

"Pour te répondre, oui, je me suis énormément renseignée sur les mygales saphir. Tu peux me poser absolument toutes les questions que tu veux. A titre tout à fait personnel, je connaissais tout de cette espèce avant même ma stabilisation." Une vis me résiste ... Attends ma jolie que je sorte deux pattes en plus ... voilà !
"Histoire vraie : un gosse du quartier avait commandé un vivarium pour y détenir des scorpions. Drôle d'idée mais Adam ici présent était considéré comme un as des bêtes. Le môme a bien reçu son vivarium mais à l'intérieur, il y avait déjà un minuscule locataire. J'ai donc été dépêchée en urgence pour collecter un maximum d'informations sur l'étrange miraculé."

"Depuis quand es-tu devenu si loquasse ?" Demandes-tu moqueusement entre deux verres d'eau.

"Depuis qu'on pose des questions AVANT de brandir un chausson en hurlant."

En attendant, Espen continue son quasi-monilogue. Pendant ce temps, je m'emploie à éteindre et à débrancher mes ordinateurs afin qu'ils soient fin prêt. Alors la question est posée, alors, je remplis alors mes tout petits poumons d'air et commence à entonner une réponse avant même que tu ne puisse esquisser le moindre geste pour m'en empêcher. Trop tard, Adam.

"Pour ma part, les humains ont perdus leur nature profonde. Le maquillage est un excellent exemple de la phallocratie latente des publicistes de tout bords qui marginalisent les femmes qui ne porteraient pas de maquillage. J'aime bien les gens qui posent des questions, Espen. Une réponse amène toujours dix questions supplémentaires et c'est paradoxalement celui qui croit tout savoir qui est le plus ignorant. Pour ma part, je me suis toujours demandé quelle question je poserais à une intelligence artificielle de dernière génération. Probablement 'Hey toi, quelle est ta couleur préférée ?'"

Puis, nous l'écoutons parler et continuer à nous poser tout plein de questions. Je te regarde alors mais je sais pertinemment ce que tu penses, si l'idée d'aller faire les boutiques te plait guère, rester à la maison pour te reposer te rebute d'autant plus en homme d'extérieur que tu es. Et puis ... Un temple ? Pour ma part, je rechigne à toute idée de religion de près ou de loin, mais toi, je suis sûre que tu es déjà avide d'en savoir plus. En fait, c'est même pire que cela, je le vois dans ton regard qui s'agrandit dès le moment où le mot de 'dieux' a été prononcé. Machinalement, tu regardes alors ton poignet où le tatouage, rouge et caractéristique s’épanouit toujours plus. Tes dieux primordiaux à toi te manquent terriblement.

"Ce programme me va très bien. Je ne vais pas être très exigeant en fringue, je te rassure."

"Sans dec' ?"

"Je me reposerais ce soir. Ne t'en fais pas. J'ai vraiment hâte d'aller voir ce temple ! J'en ai tellement entendu parler que je deviens fou ici."

Presque trop vite, tu commences à ramasser nos affaires et à charger dans tes bras les deux tours d'ordinateurs avant d'empoigner les câbles d'alimentations, fin prêt pour le départ. L’hôpital est supposé atrophier les muscles ! Tu peux vraiment pas faire comme tout le monde, hein ?



-Vos secrets sont plus toxiques que mon poison-
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/09/2018
Nombre de messages : 43
Couronnes : 52
Âge réel : 27
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : forestandsea@lj

Nothing will be the same...

Jeu 11 Oct - 20:25


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Adam & Espen


Tandis que Charlotte se bat avec la carcasse de l’ordinateur devant elle, je jubile intérieurement. Adam et sa Daemonne ont l’air absolument charmant et aucun des deux ne semblent gêné par mes questions, mieux encore, la mygale semble toute disposée à répondre à mes questions. J’ai du mal à contenir mon excitation et la voix d’Estrella ne tarde pas à résonner dans mon crâne, m’intimant au calme. Je respire amplement à plusieurs reprises et laisse l’excitation retombée, bien conscient qu’elle reviendra au moindre truc cool que feront nos deux futurs colocataires. Estrella laisse échapper un rire à la blague de Charlotte, mais je fronce les sourcils. « Les gens sont vraiment cons quand il s’agit d’insectes. J’veux dire, c’est HYPER cool. Y en a plus sur terre que d’humains et en plus de ça, y en a des supers beaux avec des couleurs de fous et… » Je me tais avant de passer la main dans mes cheveux, de plus en plus ébouriffé, en laissant échappé un petit rire gêné. « Oups, si vous me lancez sur le sujet, on en a pour deux heures… » Je me mordille la lèvre inférieure et m’adresse une nouvelle fois à Charlotte. « En tout cas, je viendrais sûrement t’embêter un petit peu pour obtenir des infos ! » L’araignée me laisse cela dit pantois quand elle répond, d’elle-même, à la question rhétorique que je lance au jeune homme et je l’observe avec un sourire béat. C’est si rare de croiser quelqu’un qui, non seulement n’est pas gêné ou énervé par ma capacité à poser un millier de questions, mais qui en plus l’apprécie et se montre prête à discuter avec moi. Je pose un regard brillant sur la jolie mygale, conscient qu’elle vient instantanément de devenir l’une de mes personnes préférées.

Je m’agenouille près d’elle avec la furieuse envie de pouvoir serrer sa petite patte dans ma main pour lui marquer mon respect. Parfois, le tabou du toucher est une sacrée plaie. « Charlotte. Je pense que tu es en passe de devenir une de mes personnes préférées dans l’univers tout entier. » Je hoche la tête et me redresse avant d’aider Adam à porter leurs affaires. Je remarque son regard vers son poignet et y note le rouge notable de feu. Instinctivement, je jette un regard vers mon propre poignet où s’étend la marque de la déesse de l’eau. Il doit probablement se poser un million de questions. J’essaie un instant de me mettre à sa place. Me retrouver du jour au lendemain dans une ville que je ne connais pas, dans un pays que je ne connais pas, avec des gens qui me sont inconnus, une culture complète à apprendre et un tatouage tout neuf qui me lie à un dieu dont je ne connais rien marquant ma peau pour toujours. La simple idée m’envoie des frissons dans le dos et fait se tordre mon estomac. « On va faire vite dans les magasins, c’est pas non plus mon endroit préféré. Trop de bruit, trop de lumière, trop de gens. » Je hoche la tête frénétiquement l’air dégoûté. « Vraiment pas un endroit pour nous ! Brrr… » Les bras chargés de matériel informatique, je jette un coup d’œil à ma daemonne. « Tu veux y aller en volant où tu viens t’installer ? » Elle décolle du haut de la commode sur laquelle elle se trouvait et vient atterrir sur le haut de mon crâne. Elle s’installe dans mes boucles et la chaleur de son petit corps sur ma tête me réconforte et me rassure. Je jette un dernier coup d’œil à la pièce avant de demander à nos deux ex-malades si nous n’oublions rien.

Quelques poignées de minutes plus tard, la voiture est chargée, le coffre plein du matériel de Charlotte et de mon synthétiseur. Estrella installée sur l’appuie-tête de mon siège et Adam et Charlotte dûment attaché à leur place de passager. « En route pour le centre commercial ! » Je lance la radio, trop habitué à toujours écouter de la musique à chaque heure du jour. De la pop, très classique, très soupe, passe dans les enceintes du véhicule et je tapote des doigts sur le violon au rythme des paroles d’Ariana Grande, j’ai un faible pour la petite brune et sa voix de diva, j’écoute son dernier album en boucle depuis au moins un mois. Nous arrivons rapidement devant les magasins et nous revenons à la voiture quelques heures plus tard, les bras pleins de sac, une nouvelle garde-robe pour Adam. J’ai tenu à payer une partie de ses vêtements, enfin, Maman à tenue à le faire et j’ai dû me battre avec Adam et Charlotte, mais j’ai finalement vaincu. Une fois installer dans la voiture à nouveau, je prends la direction du Temple. « Si vous avez des questions, n’hésitez pas hein ! Que ce soit sur la ville en elle-même, sur la religion, sur le Temple, sur la vie ici en général ! J’ai grandi ici et ma famille vit ici depuis… Pff, au moins cinq générations, je crois. Donc, j’suis plutôt calé. » Je tourne rapidement la tête vers eux et leur souris largement. « On va pas tarder à arriver, vous aller voir, le bâtiment est impressionnant, mais les gens qui sont dedans sont vraiment gentil ! » Je grommelle par la pensée à Estrella quelques mots peu aimable envers Gabriel, un ancien camarade d’école et oracle actuellement. « Et si jamais vous ne vous sentez pas à l’aise pour me poser des questions, vous pourrez toujours les poser à ma mère ce soir, ou à son Daemon Edward, sinon, les oracles et le personnel du Temple pourront aussi vous répondre ! Et bien sûr, vous pourrez trouver des réponses dans la bibliothèque, on a toute une section sur l’histoire d’Ókólnir et ses légendes, ce genre de choses ! » Je ralentis et me gare sur le parking près du Temple avant de sortir de la voiture, j’attends que nos deux compagnons sortent du véhicule en caressant les plumes du poitrail d’Estrella.




BY .SOULMATES




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
            They were all Yellow.
            « I wrote a song for you, and all the things you do, and it was called "Yellow." »
           
Le hasard est un allié aussi fugitif que mortel. Il te tue avec la même facilité qu'il te sauve.
           
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Okolnir et ses alentours :: Ókólnir-