Le contact, c'est l'appréciation des différences. • Espen

avatar
Date d'inscription : 08/06/2014
Nombre de messages : 1956
Couronnes : 41
Âge réel : 23
Dieu : Dieu du feu
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)

MODO
Nothing will be the same...

Jeu 11 Oct - 4:24

Tant de bouleversements, trop de bouleversements. L'épidémie, puis le bombardement puis apprendre que les gens ont survécu. Ça lui a fait un choc. Un gros choc. Un énorme choc. Mais on ne peut être que choqué dans ces circonstances. Liberty a eu la chance de ne pas faire partie de ces victimes qui ont vécu ce tragique moment qu'a été le bombardement sur Merkeley et Perth Amboy, mais c'était tout comme ! Elle, de l'autre côté de l'océan, en Finlande auprès de sa sœur et de son daëmon, c'était comme si elle y était. Non, Liberty n'a aucun don de projection astrale ou d'un pouvoir d'empathie cependant, ça n'exclut pas le fait que la jeune femme soit bel et bien empathique et qu'elle a été par la pensée auprès de ces personnes. Comme tout le monde sans doute, elle pensait que c'était fini. Qu'ils étaient tous morts. Elle en avait des connaissances là-bas, que ce soit à Merkeley ou à Perth Amboy. Elle y faisait ses études comme tant d'autres étudiants, qu'ils soient humains ou daëmoniens. Elle avait des amis, et même une coloc ! Elle a bien cru que tous étaient morts, c'était logique. Et elle a pleuré ! pleuré ! La jeune femme à la chevelure colorée a même ressenti un sentiment de culpabilité de ne pas y avoir été. La Seagard ayant eu la chance qu'un ami militaire la prévienne, ou plutôt, la convainc de retourner dans son pays natal quelque temps le temps que ça se calme, elle n'était donc pas présente quand la ville a été fermée une nouvelle fois dans son histoire, une quarantaine cette fois-ci. Et bien entendu pas là quand les bombes ont commencé à pleuvoir. Évidemment Canaö a été affecté, pas que parce qu'il ressentait ce que ressentait sa daëmonienne mais bel et bien parce que lui aussi été affecté par la « perte » de ceux qu'il connaît. Et tous deux pensaient à ceux qu'ils ne connaissaient pas, à ses familles détruites, ses animaux, à tout le monde.

Quel soulagement ce fut pour eux quand leur ami les appela et leur expliqua ce qui s'était passé. Ils avaient été sauvé ! Tous téléportés – ou ce qui semblait l’être – loin des deux villes, ils avaient atterri en Norvège. Un pays non loin du leur. Bien entendu, il y en avait qui nécessitaient des soins, ceux ayant été affectés par l'épidémie, humain comme daëmonien. Mais tous étaient en vie, sains et saufs ! Quel soulagement ce fut pour eux ! Il leur expliqua tout, la ville, les habitants, le temple, le discours et même la marque qui apparaissait sur l'un de leurs poignets représentant la divinité à qu'ils sont affiliés. Pour Liberty c'est le feu. Fût-elle surprise quand elle la vit apparaître ? Pas vraiment. Ça semblait lui convenir. Le feu. De par son pouvoir explosif mais son caractère, sa façon de vivre. Et au fond, elle s'en fiche, peu importe quelle forme aurait eue sa marque que ça n'aurait pas eue d'importance. Elle aurait pourtant été un peu plus sceptique si elle avait eu l'eau, ça ne lui semble pas être quelque chose avec lequel elle a le plus d'affinités, même si elle a eu un boulot en rapport avec l'eau. Alors bien sur, en apprenant qu'ils sont en vie, Liberty et Canaö n'ont pas hésité un instant et ont décidé de les rejoindre. Sauf que voilà, elle avait déjà organisé sa nouvelle année. Donc pas possible pour elle à l'approche de la rentrée d'y passer toutes ses semaines, alors elle a décidé de venir régulièrement le week-end. Peut-être qu'elle décidera plus tard de venir s'y installer.

Mais il faut l'avouer que la Finlande ça lui a beaucoup manqué, ça leur a beaucoup manqué. Et y être, ils ne se voient pas quitter leur pays natal maintenant. Pas après tout ce temps si loin de ce lieu qui les a vus grandir. Ça leur fait du bien d'y être et ils en avaient besoin de se ressourcer chez eux. Et ça leur fait étranger de vivre à nouveau avec leur grande sœur et son daëmon. Ils espèrent que l'expérience se passera mieux cette fois-ci. Faire des efforts des deux côtés pour que tout le monde s'entend sans trop de conflits et ça devrait bien se passer, non ? Ils l'espèrent. Entre les recherches pour retrouver ceux qu'ils connaissent, passer du temps avec leurs proches, ils trouvent quand même le temps de visiter la ville et aussi parce que la curiosité de Liberty est grande, de faire des sauts à la bibliothèque du temple. Ça a eu le don d'un peu l'impressionner à la première vue de cette structure. C'est qu'elle n'y est pas habituée. Et la façade lui fait toujours une certaine impression quand elle la voit. Sans mauvaises pensées, celle-ci cherche à se renseigner sur ces divinités dont tout le monde a entendues parler en ville. Elle voudrait en savoir plus, qui sont-ils, a-t-on des témoignages de leurs incarnations ? s'il y en a eu, comment le lien entre la divinité et une personne se fait. Parce qu'elle cherche à comprendre pourquoi certains sont liés à tel élément alors que rien ne semble les y attacher. En bref, si elle le pouvait, elle voudrait tout savoir d'eux parce que sa curiosité a été piqué à vif et que lorsque la bio-kinésiste est curieuse alors elle fouille jusqu'à avoir des réponses. Avide de connaissances c'est ce qui la pousse aux recherches de toutes sortes et elle envisage encore aujourd'hui d’enchaîner sur d'autres études après en avoir fini avec sa filière actuelle.

La Finlandaise est contente de pouvoir emprunter des livres, elle n'en prend pas beaucoup et généralement les rend dans la semaine quand elle revient ou la semaine suivante. Depuis qu'elle vient elle ne cesse d'apprendre des choses, des petites choses à son goût, pas assez pour bien comprendre toute la mythologie de ce panthéon qui lui est encore inconnu. Elle, elle veut tout savoir, tout comprendre et les quelques renseignements qu'elle a récoltés jusqu'à présent ne lui suffisent pas. Au fond, elle lirait bien tous les bouquins dans cette bibliothèque, mais elle n'aurait probablement pas assez d'une vie pour tous les lires. Bien sur, elle a eu l'occasion de parler un peu avec des natifs, mais les livres sont eux aussi une source d'information à ne pas négliger. Aujourd'hui elle a décidé de s'intéresser aux légendes et avant d'aller explorer les rayons dont les étagères sont remplies de livres de toutes sortes, elle s'est renseignée pour savoir par quoi commencer, quels titres ont pu lui recommander. Ayant une excellente mémoire, on remerciera le fait qu'elle est un QI élevé qui lui permet d'avoir une aussi bonne mémoire, elle ne prend pas la peine de noter ce qu'on lui conseille sur un papier ou même sur son portable. La jeune femme à la chevelure jaune et mauve sait qu'elle s'en souviendra. Arpentant depuis plusieurs minutes à présent les rayons, ses yeux balayent les couvertures à la recherche d'au moins l'un des livres qu'on lui a conseillés. Elle en a déjà un entre ses bras. Début d'une récolte qu'elle espère fructueuse. Son attention est attirée par un bouquin à la couverture grise et aux lettres épaisses. Voilà ce qu'elle cherche ! Si elle ne se trompe pas. Parce que le norvégien n'est clairement pas une langue qu'elle maîtrise. Ce qui fait qu'elle envisage sérieusement de prendre quelques cours pour pouvoir au moins dialoguer, ou plutôt baragouiner correctement en se faisant plus ou moins comprendre. Sa main se tend donc vers le recueil qui est au niveau de sa tête, au moins, elle n'a pas besoin de se mettre sur la pointe des pieds comme elle l'a fait pour le précédent où elle a bien cru qu'elle n'arriverait pas à le saisir.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Que c'est dur le matin !

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/09/2018
Nombre de messages : 102
Couronnes : 146
Âge réel : 26
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : forestandsea@lj

Nothing will be the same...

Dim 14 Oct - 16:04


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Liberty & Espen


La journée avait mal commencé, la journée d’hier avait été particulièrement compliqué, j’avais eu un souci à la boutique de Tonton. La livraison de graine était arrivée en retard et je n’avais pas pu finir de replanter les plants à temps. Darwin m’avait bien dit que ce n’était pas grave et Betty nous avait rassurés rapidement. Mais mon échec m’avait trotté dans la tête depuis. L’arrivée d’Adam et Charlotte à la maison, bien qu’agréable et stimulante, avait grandement chamboulé mes habitudes et je vivais rarement bien ce genre de changement. Maman avait essayé de réinstaurer certains de mes rituels, mais malheureusement, il ne fonctionnait plus aussi bien qu’avant. Il m’avait évité une crise hier soir, mais ce matin, j’étais mal. Je sursautais au moindre bruit, mon casque me grattait les oreilles. Mon pull, usé et tout doux, me semblait fait de laine de verre et j’étais au bord des larmes ou de la crise de colère au moindre son. Estrella avait proposé un tour au jardin, pensant que ça m’aiderait à me calmer, comme c’est souvent le cas, mais ça n’avait pas suffi cette fois-ci. J’étais sortie prendre l’air, j’avais joué avec le vent, envoyant les feuilles d’automne dans des tourbillons délicats, tentant de me calmer en comptant combien j’en faisais s’envoler à chaque bourrasque. Mais ça n’avait pas suffi. On avait décidé d’aller au Temple, pour essayer de méditer un peu, mais une fois arrivé la bibliothèque m’avait attiré comme un aimant. J’avais envie de lire les légendes sur Asbjörn. Elle m’avait toujours calmé depuis ma plus tendre enfance. La bibliothèque m’avait toujours apaisé. L’odeur des livres, le silence quasi-religieux qui y régnait, les bruits étouffés des pas et les couvertures des livres toutes bien alignées les unes à côté des autres. Estrella avait filé dès notre arrivé vers le rayon qui contenait les livres de cuisines tandis que je me dirigeais vers la section des légendes Okolnienne.

« Estre’ » j’appelle dans ma tête. « Estre, elle a pris mon livre… La fille avec les cheveux mauve et jaune… On fait quoi ? Estre ? » Ma voix tremble d’émotion même dans ma tête. Je me tords les doigts et mords ma lèvre. Aujourd’hui est une mauvaise journée, je suis au bord de la surcharge et j’avais vraiment, vraiment envie de relire ce livre sur les légendes. Je tortille le lacet de la capuche de mon sweat entre mes mains et Estrella arrive à tire d’aile du rayon cuisine où elle se trouvait. Elle volette devant mes yeux, de gauche à droite, cherche à croiser mon regard, à me ramener dans le réel. « Espen, chéri. Reviens, regarde-moi. » Sa voix, rassurante, douce, apaisante, résonne dans mon crâne, mais j’ai quand même du mal à revenir. J’ai l’impression que chacune des lampes grésille et que le son est si fort que rien ne pourra l’éteindre. Je me rends compte que ma respiration est devenue sifflante, je respire par à-coups, la crise d’angoisse n’est pas loin. Je m’assois par terre, dos à l’étagère et coince ma tête entre mes genoux comme me l’ont appris Maman et Darwin. Je déglutis à plusieurs reprise, la voix d’Estrella toujours dans ma tête, murmurant des choses sans queue ni tête, juste présente. Elle ne me touche pas, elle sait que je ne supporte pas bien ça quand je suis au bord de la panique. Les yeux rivés sur le sol de la bibliothèque, je récite en boucle dans ma tête la liste des variétés de scarabées que je connais. En ordre alphabétique.

Petit à petit, ma respiration se calme et Estrella vient se nicher dans mon cou. Elle se glisse comme elle peut, sous mon pull, contre ma peau, là où mon pouls bat. Je pose la main sur son tout petit corps et retiens les larmes qui menace de déborder. « Tout va bien, chéri. Tout va bien. Ce n’est rien, on a le droit d’avoir des jours ou ça ne va pas. » Je sens l’inquiétude de ma daemonne, son petit cœur qui bat trop vite, l’énervement qu’elle a envers cette jeune fille. Elle n’a rien fait pourtant, elle a pris un livre, c’est tout. Elle ne pouvait pas savoir que c’était celui que je voulais lire. Elle ne pouvait pas savoir qu’aujourd’hui, j’en avais besoin. Je garde la tête passe et glisse les mains dans ma tignasse bouclée. Je tire légèrement sur mes mèches de cheveux, la douleur me ramenant encore un peu plus dans la réalité, éloignant la crise d’angoisse. Estrella sort la tête de mon pull et plonge ses petits yeux noirs dans les miens. «  Tu veux que j’aille lui demander si elle peut échanger ? Elle a un deuxième livre dans les mains… » Je secoue la tête, les larmes aux yeux. Je ne veux pas envoyer Estrella parler toute seule à quelqu’un que je ne connais pas. Alors, je me lève. Difficilement. J’ai l’impression que mes jambes sont en coton. « J’parlerais pas, mais je veux pas qu’t’y aille toute seule… » Elle m’envoie l’image de son sourire attendri et frotte sa petite tête sous mon menton. J’inspire profondément essuie mes yeux rougis et avance de quelques pas. Elle se perche sur ma tête et nous nous approchons de la jeune femme. L’oiselle se racle la gorge. « Bonjour Mademoiselle ! » Je baisse les yeux, observe mes chaussures, incapable de faire l’effort de croiser le regard d’un inconnu aujourd’hui. Je continue à torturer le lacet de mon sweat de façon rythmique. Trois fois autour du majeur, deux fois autour du majeur et de l’index, une fois autour du pouce et on recommence. « J’aurais aimé savoir si vous accepteriez de prêter le livre que vous venez de retirer de l’étagère à mon ami ? J’ai vu que vous en aviez en deuxième et… Il aimerait vraiment beaucoup lire ce livre-là, si ça ne vous ennuie pas trop ? » Elle sautille sur mon crâne, ses petites pattes picotant la peau de mon cuir chevelu. Je jette un petit regard vers notre interlocutrice avant de rejeter mon regard sur mes chaussures. « J’espère qu’elle va dire oui… » Je frotte mes joues, encore rouge de ma crise d'angoisse et essaie vaguement d'aplatir mes boucles à l'arrière de ma tête.



BY .SOULMATES



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
            They were all Yellow.
            « I wrote a song for you, and all the things you do, and it was called "Yellow." »
           
Le hasard est un allié aussi fugitif que mortel. Il te tue avec la même facilité qu'il te sauve.
           
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6120-espen-thanks-for-the-memories http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6116-espen-hit-me-with-your-best-shot
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014
Nombre de messages : 1956
Couronnes : 41
Âge réel : 23
Dieu : Dieu du feu
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)

MODO
Nothing will be the same...

Lun 15 Oct - 23:26

Liberty n'a pas remarqué le jeune homme, comment aurait-elle pu ? Une fois ayant pris le bouquin qu'elle voulait et avoir vérifié que c'est le bon titre, elle s'éloigne déjà, le rayon ne l'intéressant plus et ses pensées partant sur un autre sujet. La traduction. Pas qu'elle souhaite devenir traductrice mais lire un livre dans sa langue originelle qui n'est pas la vôtre, ça aide à s'améliorer dans l'apprentissage de ce langage. Surtout que celui qu'elle vient prendre, il n'y avait pas le tome en anglais. Allez savoir pourquoi ! Sûrement quelqu'un qui l'a pris, à moins que la bibliothèque ne l'ait pas. C'est une bonne occasion pour la jeune femme de commencer en douceur à s'intéresser au norvégien. Elle pense donc à investir dans un dictionnaire, voire deux. Peut-être un en norvégien – Finlandais, si ça existe et un en norvégien – anglais. Mentalement elle appelle Canaö, demandant à savoir où il est. Comme elle s'en doutait, il est en train d'explorer le coin enfant. Il a la vingtaine passée et pourtant il reste toujours en enfance ce qui intrigue Liberty. Le panda roux sait faire preuve de maturité adulte, pourtant, il reste un éternel enfant et si on ne connaissait pas l'âge de sa daëmonienne on pourrait sans aucun doute l'associer à un gamin. Certains de ses comportements agacent la Finlandais alors que d'autres l'attendrissent. Avant, elle prenait Canaö comme il était, maintenant, ayant grandi et ayant mûri, la voilà à avoir des réflexions d'adultes et vivre avec un – grand – enfant peut parfois l'exaspérer. Pourtant, il semble normal, naturel que le panda roux reste très enfant, sa conduite semble cohérente avec son aspect, mais c'est peut-être tout simplement parce qu'elle y est habituée depuis le temps. Elle comprend tout à fait que certains n'apprécient pas son attitude, tout le monde n'y est pas sensible, mais généralement, il suffit de voir la boule de poils pour craquer. Est-ce que Canaö aime l'attention que l'on porte sur lui ? Oh que oui !

En attendant d'acheter de quoi traduire le second livre qu'elle a pris, la voilà qui se dirige vers les rayons en rapport avec le langage. À peine a-t-elle dépassé les étagères où elle était la voilà interrompue. Son attention est attirée par une voix derrière elle ce qui la fait se retourner. Un oiseau – probablement – une femelle et sûrement celle qui vient de la saluer, se tient sur la tête d'un jeune homme qui évite de regarder la belle à la chevelure colorée en pointant ses yeux vers le sol. Il triture le lacet de son sweat. Mal à l'aise ? Sans aucun doute ! La boule de plumes quant à elle est toute blanche sur le devant et la Finlandais semble capter que le derrière est noir, de petite taille, Liberty la trouve très mignonne. Un doux sourire est apparu sur ses lèvres alors qu'elle s'est retournée vers eux. Chaleureuse et surtout pas du tout gênée qu'on l’interpelle ainsi. Les inconnus ne lui font pas peur et à vrai dire, cet homme semble être bien innocent pour pouvoir représenter un quelconque danger. Ses yeux qui s'étaient dirigés vers lui l'espace de quelques secondes remontent vers l'oiselle « Bonjour. » La bio-kinésiste se dit qu'elle doit vouloir lui demander quelque chose pour l'avoir interpellé ainsi ? Ce n'est pas pour simplement discuter et faire connaissance qu'elle l'a apostrophé. Elle ne se départit pas de son sourire alors qu'elle écoute la demande. Ses pupilles se posent sur le livre qu'elle vient de retirer, juste quelques secondes, le temps de la rapide réflexion, que l'information monte au cerveau et voilà que d'une main elle le sépare du premier pour le tendre vers le daëmonien dont elle n'a pas vu qu'il lui avait jeté un bref coup d’œil. « Bien sur ! Pas de problème ! Le voilà ! Juste, vous envisagez de l'emprunter ? que je sache si je dois le réserver. »

Son accent n'a pas échappé à la Seagard, elle ne sait pas trop ce qui la pousse à reprendre la parole, l'homme ne semble pas vouloir rentrer en contact et sa daëmonne, elle ne saurait quoi penser. Après tout, elle lui a adressé la parole pour juste lui demander si elle veut bien prêter le livre qu'elle vient de prendre. Peut-être une envie de faire connaissance ? La curiosité d'apprendre à connaître les habitants de cette ville qui lui semble pareille à un ovni ? La jeune femme n'en doutait pas que quelque part dans le monde il y est au moins un peuple ou un groupe de gens pour vénérer des dieux daëmoniens. Pourquoi les humains auraient l'exclusivité ? Pourtant, ça reste quelque chose d'assez irréel, jusqu'à ce qu'elle apprenne leur existence. Jusqu'à qu'elle entende parler de cette ville et qu'elle la voit. Les gens sont comme eux, mais semblent être plus en harmonie entre eux, humains et daëmoniens. Ont-ils étaient épargnés par les violences commises envers leurs semblables après la Révélation ? La jeune femme n'en sait rien mais elle est poussée à y croire. Cet endroit, c'est comme un petit paradis où l'on les respecte. Où ils ne sont pas des objets de curiosités. Même si elle s'est habituée aux regards qu'on pouvait leur jeter à elle et Canaö, ce n'est pas quelque chose qu'elle apprécie. Elle ne se sent pas anormale, mais c'est assez désagréable d’être ainsi observé. Elle a confiance en le fait que ceux ayant vécu le bombardement peuvent trouver un refuge ici et qu'ils sauront s'y reconstruire paisiblement. Elle n'était pas là quand les habitants de Merkeley et Perth Amboy ont été téléportés, elle n'a donc pas pu observer l'accueil qui leur étaient réservés mais des témoignages qu'elle a eus et des comportements qu'elle a pu constater, les gens ici sont plus qu'accueillants et bienveillants. Et ça, ça fait du bien après un tel traumatisme ! Parce que même si elle n'était pas à Merkeley à ce moment-là, qu'elle était en Finlande, Liberty a été particulièrement choqué du bombardement sur la ville où elle étudiait. C'est un peu comme si elle y était. « Veuillez pardonner ma curiosité, mais vous êtes d'ici ? »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Que c'est dur le matin !

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/09/2018
Nombre de messages : 102
Couronnes : 146
Âge réel : 26
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : forestandsea@lj

Nothing will be the same...

Mar 16 Oct - 20:28


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Liberty & Espen


La panique elle est étouffante, écrasante, violente. Elle est comme une présence, si forte, si dure. Prendre ma respiration est un effort, ne pas hurler en est un également. L’épuisement moral ne m’est jamais un allié. Je n’ai conscience de ce qu’il se passe autour de moi qu’à travers un voile sombre. Ma peau est couverte d’une sueur froide et ma gorge encore bloquée par la crise. L’air ne circule qu’à moitié et je tente de me reprendre. J’ai conscience que la fille en face de moi n’est pas d’ici. Elle ne parle pas comme les natifs, son accent est tranché, plus marqué que le nôtre. Finlandais, je dirais. Je sens qu’elle me regarde, elle doit sûrement se demander ce qui m’arrive. C’est qui le mec bizarre qui semble au bord des larmes juste pour un livre ? Qui est tellement mal à l’aise que c’est sa daemonne qui doit parler pour lui ? Pourtant, la voix d’Estrella traverse les brumes et me frappe comme une gifle. « Assez. Espen, reprend toi. Non, elle ne se moque pas de toi, tu sais très bien que je te le dis toujours quand les gens se moquent de toi. Je ne laisserai personne te blesser à nouveau. D’accord ? » La litanie de ses paroles me sort de la transe dans laquelle je suis plongé et je prends conscience que la cordelette de mon pull commence à couper la circulation dans mes doigts. Je la lâche et serre et desserre plusieurs fois lui doigts. J’enterre tout au fond, loin profondément. Là où ça mettra longtemps à ressortir. Estrella m’envoie son soutien, sa fierté et son amour indéfectible à travers le lien qui nous unit et je me baigne dans la sensation quelques secondes avant de me reprendre. Je hoche la tête un coup, rapidement, pour signaler que je suis revenu et je sens mon oiselle se détendre. Elle sautille sur mon crâne et me laisse prendre la parole. Ma voix est un peu rauque, à cause, de la crise, mais au moins j’arrive à m’exprimer, j’attrape le livre que me tend la jeune femme. Je ne la regarde pas dans les yeux, ce serait trop me demander d’en faire l’effort. Je sers le livre contre ma poitrine et je me balance légèrement d’avant en arrière, poussant sur mes pieds. « Hm, bonjour. Non, non, je ne vais pas l’emprunter, je voulais juste lire la légende qui raconte comme Asbjörn à aider les insectes. » J’ouvre le livre et trouve la page instantanément. Le texte en norois, m’est aussi familier que la paume de ma main. Je tends le livre dans sa direction. « Vous voyez ? J’ai juste ces dix pages à lire et après vous pouvez l’emprunter autant que vous voudrez ! »


La question suivante me prend de court, je n’ai pas encore l’habitude qu’on me demande si je viens de la ville, je n’y vivais qu’à mi-temps depuis trois ans, certes, mais la plupart des gens me connaissaient. Je referme le livre dans un petit claquement sec, avant de redresser la tête et d’employer ma technique habituelle. Je fixe donc la racine des cheveux de mon interlocutrice, jaune dans le cas présent. « Euh... Ouais, on est né ici avec Estrella. » Je me souviens alors des règles de base de politesse. « Oh et euh, j’m’appelle Espen ! » Je pointe du doigt le dessus de ma tête. « Et ça, c’est Estrella, comme vous avez dû comprendre. » La curiosité est un vilain défaut, mais pourtant, je ne peux pas m’en empêcher. « Vous non par contre, votre accent n’est pas d’ici et… C’est bête, mais la plupart des habitants d’Ókólnir connaissent déjà les légendes, par cœur pour certains d’entre eux. » Je me gratte le menton. C’est mon cas, mais je ne vais pas lui dire, histoire d’éviter de passer pour un taré tout de suite. « Je sais pas si vous êtes familière avec le vieux norrois, mais le livre que vous vouliez emprunter… Il est écrit en vieux norrois. » Je hoche la tête en direction du livre dans ma main. Autant la prévenir, la couverture est en norvégien, mais plus de la moitié des histoires qui sont dans le livre sont en langue ancienne. Si elle ne sait pas la lire, elle va vite se retrouver embêter. « Je crois qu’il y a une version en anglais, enfin qu’il y avait, ça fait des mois qu’on l’a pas vu à la bibliothèque. » La voix d’Estrella résonne dans mon crâne. « Propose-lui ton aide chéri, tu connais bien les légendes, tu peux facilement l’aider en traduisant ce qu’il y a d’écrit dans ce livre. » « Oui, mais pourquoi est-ce que je ferais ça ? Ça va être long… Et chiant très probablement. » « Pour être gentil Espen, c’est ce que font les gens, parfois. Ils sont gentils. » « Bah… Je sais. Mais… » « Ne fais pas d’histoire, aide cette jeune fille. C’est probablement une des rescapés de Merkeley, elle doit être très seule. » « Ok… » Je prends une grande inspiration en grommelant intérieurement. « Si vous voulez, j’peux vous aider à traduire les passages en vieux norrois ? »




BY .SOULMATES



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
            They were all Yellow.
            « I wrote a song for you, and all the things you do, and it was called "Yellow." »
           
Le hasard est un allié aussi fugitif que mortel. Il te tue avec la même facilité qu'il te sauve.
           
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6120-espen-thanks-for-the-memories http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6116-espen-hit-me-with-your-best-shot
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014
Nombre de messages : 1956
Couronnes : 41
Âge réel : 23
Dieu : Dieu du feu
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : Shiya (Avatar) / Miss Pie (signature)

MODO
Nothing will be the same...

Dim 9 Déc - 2:52

Liberty perçoit sans mal la nervosité du jeune homme et fait le lien avec sa présence. Mais pourquoi ? A-t-elle fait quelque chose de mal ? Elle éloigne rapidement l'idée qu'elle peut être trop impressionnante pour le jeune homme, elle n'a pas la carrure pour l’être. Il a peut-être un problème de sociabilité ? Soit. Au fond ça n'a pas d'importance, la conversation n'est pas censée durer et il pourra bientôt s'en aller. Pour certains le comportement du jeune homme les aurait sans doute exaspérés ou mis mal à l'aise, en ce qui concerne Liberty, elle n'est certes pas habituée à ce genre d'attitude et elle est un peu mal à l'aise, mais ne le montre pas, elle est quelqu'un de plutôt très tolérante et ne va pas mal le prendre. Chacun est différent, chacun à son comportement, ses propres réactions en fonction d'événements. Bien sur, ça fait un peu bizarre d’être face à une personne qui a du mal avec le contact et semble peu à l'aise en la présence d'une personne, mais il faut savoir passer au-dessus. Il attrape le livre qu'elle lui tend, semble fuir son regard, Liberty cherche pourtant à capter le sien avec ses yeux alors qu'il lui répond. Elle ne se voit pas regarder à côté ou la daëmonne alors que le daëmonien lui parle. Ses prunelles se posent sur le livre qu'il vient d'ouvrir, explorant les premières lignes du chapitre qu'il lui montre. Elle ne comprend rien à ce qui y est écrit. Pas étonnante, la langue norvégienne lui est inconnue. « D'accord, prenez votre temps pour la lire, je ne vais pas m'en aller tout de suite. » La belle à la chevelure colorée n'aime pas presser les gens même si elle est du genre speed, l'énergie coulant dans ses veines. Presser les gens c'est leur mettre la pression, et ça n'a rien d'agréable quand on vous contraint, le stress se fait sentir et ça n'a rien de bon. En tout cas, c'est ce que pense Liberty.

« Ravie de vous rencontrer. Je m'appelle Liberty et Canaö doit être quelque part dans les rayons ... » dit-elle. Elle se voit mal rajouter que celui-ci est sans doute au rayon enfant, sans doute car elle n'a pas envie qu'on juge son daëmon mais aussi peut-être inconsciemment car elle ne souhaite pas que par effet ricochet on la juge aussi. Ça fait tout de même un peu bizarre de savoir que le daëmon d'une jeune femme dans la vingtaine squatte les rayonnages pour enfants. Un sourire étire les lèvres de la Finlandaise lorsqu'Espen reconnaît qu'elle n'est pas du coin. Il est évident qu'elle fait partie des étrangers tout juste débarqués à Merkeley à cause de son accent et ça ne l'étonne pas quand il dit que la plupart des habitants de la ville connaissent par cœur les légendes. Elle se doutait déjà que ça devait être quelque chose dans ce genre, la religion est très présente à Okolnir, c'est une évidence et baignant dans cette culture, il lui semble évident et normal qu'une bonne partie des résidents connaissent aussi bien les récits sur les dieux que la plupart vénèrent. Liberty veut bien croire en ces divinités mais elle reste sceptique en ce qui concerne la possibilité qu'ils soient présents autour d'eux. Il lui faut des preuves pour y croire, le mieux seraient de les voir, d’être sûr que ce sont eux, là, elle ne pourrait pas réfuter. La Seagard est une grande sceptique face aux religions, pourtant, elle qui a besoin de preuves pour croire ne peut faire autrement de considérer qu'il y a au moins un peu de vrai dans tout ça – ou au moins ne peut ignorer qu'il y a quelque chose – alors que comme tout le monde à Okolnir une marque s'est affichée sur son poignet. « En effet, je viens de Finlande. »

La voilà prise au dépourvu alors que l'homme en face d'elle lui annonce que le livre qu'elle compte lire est en vieux norrois. Ah mince ! Déjà qu'elle ne comprend pas le Norvégien alors si c'est la version ancienne, la voilà mal barrée ! Surtout que la vieille langue ne l'intéresse guère, pour le moment en tout cas. « Ah ... » la jeune femme passe une main dans ses cheveux, ses yeux rivaient sur le livre, le problème du moment, son cerveau carbure pour trouver une solution. D'une oreille elle l'entend lui dire qu'il y a une version anglaise mais que celle-ci n'est pas revenue depuis plusieurs mois – merci à celle ou celui qui n'a pas pensé à le rendre, s'il y a des amendes ici alors la note sera élevée – ça ne l'arrange pas. Prendre un dictionnaire lui semble être la solution la plus évidente. Ou utiliser un traducteur sur internet, faudra juste tout recopier, si c'est possible. Elle relève ses yeux vers Espen, pousse un soupir « Je suppose qu'avec un dictionnaire je finirais bien par traduire … mais déjà que je ne sais pas lire votre langue ... » voilà qu'elle doit passer pour une idiote à vouloir lire de base un livre dont elle ne connaît pas la langue. Pourtant, pour elle, ça lui semble logique, intéressant à lire en norvégien, ça lui permettra d'apprendre. La surprise qui la prend quand Espen lui propose son aide s'affiche sur son visage, elle ne s'y attendait pas, surtout qu'il n'avait pas l'air d'avoir envie de prolonger le contact. Récupérer le bouquin, lire son histoire puis lui rendre le livre, voilà le schéma qu'elle pensait qu'il s'était fait. C'est elle trompée ? Peut-être que oui au final. « Si ça ne vous dérange pas trop, je veux bien merci ... » dit-elle tout en passant une main sur sa nuque, gênée, elle n'a pas envie de l'importuner. « Vous voulez que l'on aille s'asseoir quelque part ? » question bête, forcément que vous allez aller vous trouver un endroit où vous poser.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Que c'est dur le matin !

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le temple :: Bibliothèque-