La pluie qui tombe s'associe mieux, que ce soleil impitoyable, à ma propre mélancolie. Mais après cette large ondée, le ciel redeviendra riant. Reprendrai-je aussi vite ma gaieté ? • Vuokko

avatar
Date d'inscription : 24/11/2014
Nombre de messages : 1750
Couronnes : 48
Âge réel : 23
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Merenwen / Beylin (pour l'aesthetic)

MODO
Nothing will be the same...

Jeu 11 Oct - 22:16

Un instant elles étaient aux États-Unis, à l’hôpital de Perth Amboy près de Merkeley, et l'instant, d'après elles étaient là, en Norvège, dans une ville leur étant totalement inconnue. La gentillesse et la bonté des habitants la surprise sur le coup, l'instant d'avant la ville était bombardée, et juste après, les voilà entourées de gens les accueillant dans leur ville avec le sourire. Tout le monde est là, ça ne serait pas logique que certains soient restés là-bas. Mais par quel procédé ? par quelle magie ? ont-ils atterri ici ? Les dieux, il paraît. C'est ce qui s'est dit et ce dit encore maintenant. Des dieux daëmoniens vénéraient ici. Soit. Tessa reste sceptique, la religion ce n'est pas son truc. Mais il y a bien quelque chose, quelqu'un, qui les a sauvé. Et puis il y a cette marque qui est apparue sur son poignet. Elle a remarqué qu'elle n'est pas la seule, tout le monde en a une. La belle rousse a celle qui représente l'eau, si elle a bien compris. L'eau, ça lui fait bizarre d’être associée à l'eau. Tessa se serait plus vue liée à la terre au vu de son passé de vagabondage sur les terres d’Irlande. Elle n'a jusqu'à présent pas vraiment de relation avec cet élément qui lui est à présent associé. Mais ça doit être plus complexe que ça. Tessa pousse un soupir, sa mère est à l’hôpital, c'est la raison de pourquoi elle est là. On lui a injecté l'antidote mais c'était déjà trop tard, le pouvoir était apparu. Elle s'en veut, elle ne devrait pourtant pas, c'était la décision de sa mère de la suivre à Merkeley malgré les risques encourus et pourtant elle s'en veut. Comme elle s'en veut d'avoir mis la vie de Lewis en péril. Elle sait que Lewis n'a aucun ressentiment pour elle. Elle n’arrête pas de se dire qu'elle aurait dû la convaincre de rester en Irlande, en sécurité auprès du clan. Mais elle connaît la raison qui la poussait à ne pas intervenir, ou en tout cas très peu, trop peu. Elle était contente que sa mère se joigne à elle, de pouvoir passer un peu plus de temps avec elle. Contente et rassurée de l'avoir à ses côtés parce qu'elle en avait besoin depuis un bout de temps. Elle se sent égoïste. Tellement égoïste.

Voilà donc la raison de pourquoi elle reste ici, parce que sa mère y est, en plus de sa tante, et qu'elles iront visiter des logements une fois que sa mère sera sortie de l’hôpital. Ça lui donne les larmes aux yeux d’être là à ne rien pouvoir faire. Elle voudrait tant rentrer chez elle. Merkeley n'a jamais été totalement chez elle. L’Irlande était sa maison. Et la belle rousse aimerait tant y être maintenant. Auprès de son clan, que son père la serre dans ses bras et la rassure, lui dise que tout ira bien. Mais voilà, elle doit rester ici, tout comme sa mère et sa tante, elles doivent continuer à se faire passer pour mortes le plus longtemps possible. Pour leur sécurité. Tessa le comprend mais elle déteste ça. Elle aimerait passer outre les ordres et rentrer dans son pays natal, cependant, il est hors de question qu'elle mette en péril des proches ! Alors elle reste là, soit dans la chambre, soit à errer dans les couloirs ou aux environs de la structure. Jamais loin. Revenant toujours. Ce n'est pas sain, elle le sait. Tout le monde le sait. Heureusement, plus que quelques jours d'après les médecins et ils la laisseront sortir. Une nouvelle vie s'offre à eux. Ça lui laisse un goût amer. Elle y croyait à cette vie aux États-Unis, malgré ce que Lewis et elle ont vécu. Malgré les imperfections de ce pays qui a bien voulu d'eux. Mais la roue à tourner et les daëmoniens ne sont plus autant les bienvenus là-bas. Foutu président de merde ! pense-elle souvent. Foutus cons qui ont voté pour lui. Pourquoi ne peuvent-ils donc pas vivre en harmonie avec les humains ? Ils ne demandent que ça. Alors oui, il y a des fouteurs de troubles, ceux qui détestent les humains, mais ça, on en trouve partout, même chez les humains. Et ce qui s'est passé ça va leur donner de bons arguments pour donner des arguments à leur haine, à leur violence. Ce monde serait-il donc toujours condamné à la violence et la haine ?

Elle est là, assise dans ce qui doit être peut-être une salle d'attente ? Ou une salle commune ? Car il y a beaucoup de chaises, quelques tables basses avec des magazines et des distributeurs. Elle n'a pas pris la peine de tester le thé de ces machines, elle sait d'avance qu'il sera insipide. Son salon de thé lui manque. Il y avait de la stabilité là-dedans et elle aime la stabilité. L'atmosphère chaleureuse, son train-train quotidien, les heures passées à pâtisser dans la chaleur des fours et la bonne odeurs sucrés des pâtisseries qu'elle s’évertuait à faire avec une certaine joie. Et tout est détruit, tout doit être en cendres à présent. Seuls les souvenirs des moments passés dans la boutique restent. Lewis au comptoir aidait de leur employée Rose et elle en cuisine avec le daëmon de l'autre rousse pour l'aider. Ils formaient à eux quatre une bonne équipe. Encore plus efficace que lorsqu'ils étaient tous les deux. Et en plus, Lewis allait mieux en étant soulagé du poids de devoir tout gérer en salle. La O'Cahan se demande comment ils vont. Elle espère que tout va bien pour eux. Beaucoup sont morts durant l'épidémie, des personnes qu'ils connaissaient. Combien ont survécu ? Combien sont indemnes ? Elle ne voit pas comment elle arriverait à vivre si Lewis n'était plus là ? Quand l’horrible machine dans laquelle on les avait mis à commencer à couper leur lien, la rousse a bien cru que c'était la fin. Et ils ont survécu. Ce sont des survivants. Rescapés de cette foutue expérience et de ce foutu bombardement, que devront-ils subir encore ? Lewis est dans la chambre avec leur mère, et elle, elle est ici. Ayant besoin d'un peu de solitude, un peu de calme. Respirer. Ça, elle a l'impression de ne pas tant bien réussir à le faire malgré le fait qu'elle le fasse. Pas de difficulté à respirer, ni même de crise de stress. C'est juste qu'elle se sent vidée, triste. Ce ne sera plus jamais comme avant. Ses yeux sont baissés sur le gobelet en plastique qui contient le chocolat chaud qui y a été versé. Elle en a bu une gorgée mais ne se sent pas de le finir. Elle n'en a pas envie. Toute seule dans cette salle, alors que la pluie crépite sur les fenêtres, elle se sent affreusement seule, perdue, mal et remplie de regrets.


And I close my eyes
And I take it in
I'm bleeding out for you
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/09/2018
Nombre de messages : 66
Couronnes : 47
Âge réel : 25
Dieu : Dieu de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : swirly/Jajamour ♥

Nothing will be the same...

Dim 21 Oct - 16:08
Sur notre temps libre, à Paska et moi, nous allions à l’hôpital, participer aux bonnes œuvres qui officiaient là-bas, notamment pour l’accueil des victimes de Merkeley. J’y allais aussi souvent que je le pouvais, mon cœur ne pouvant pas s’empêcher de flancher dès que je pensais à ces êtres qui avaient tant perdu, qui finissaient dans un pays qui pouvait leur sembler totalement étranger. C’était dans ces moments-là que je bénissais mon talent en langues, notamment, parce que Merkeley, ça ne se trouvait clairement pas dans le même pays qu’Okolnir, et que certains devaient se sentir terriblement seuls.

Avant d’être un miracle, un signe de l’existence formelle des Dieux, ils étaient après tout des personnes, avec des émotions, qui avaient bien besoin d’une main tendue, et j'allais être là, de toute la force de mes croyances, pour eux. J'avais déjà aidé à relativiser, comme tu pouvais, une dame assez âgée, qui avait survécu de façon presque limite. J’avais tenté de lui donner un peu de ma bonne humeur, ce n’était pas toujours reçu comme je l’aurais voulu, mais au moins, certains appréciaient.

Parfois, c’était dur, de porter toute cette misère humaine, et ça me mettait en colère concernant le traitement des miens dans le reste du monde. Il était temps que les Dieux fassent quelque chose, et leur premier geste avait été magistral. A nous de prendre la suite, un peu.

Je marchais donc, me disant que j’avais fait le tour des personnes que l’association m’avait attribuées, quand je vis une personne, seule, assise sur un banc. Je ne savais pas pourquoi, cette personne puait la solitude, et je ne parvenais pas à me dire qu’elle avait déjà tout ce qu’il lui fallait… Quitte à être là, autant essayer de toucher le plus de monde possible n’est-ce pas ? De plus, en regardant à ma montre, je voyais que Jukka devait déjà être à la maison, et de toute façon, il était un grand garçon, il saura parfaitement se faire à manger, faire ses devoirs – eurk – et tout le reste. Donc…

Je marchai vers cette jeune femme, m’asseyant à côté d’elle, et posant mon sac sur le côté. Cela étant fait, je me penchai vers elle, et décidai de parler en anglais, au cas où elle ne me comprendrait pas dans ma langue maternelle. « Bonjour. » J’avais prononcé ce mot autant pour la saluer, histoire de ne pas arriver comme une malpolie – comme je le faisais avec mes amis – et surtout pour attirer son attention. J’évitais d’arriver comme un cheveu sur la soupe, de les surprendre, ce n’était jamais bon – merci les conseils de l’association, encore. « Je vous ai vue toute seule, et je me disais que… Ça pourrait être bien si je venais un peu. Discuter. » C’était une plus ou moins bonne entrée en matière, surtout que d’habitude, je n’étais pas tellement comme ça. Je n’étais pas tellement la femme à qui s’adresser pour confier ses états d’âme et autres problèmes de la vie – je les fuyais toujours. Mais exceptionnellement, pour ces gens… Je faisais un effort. « Si vous préférez être seule, je peux aussi m’en aller. Ou juste rester là en silence. » Ils m’avaient dit aussi de proposer ça. A voir si ça fonctionnait sur elle.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 24/11/2014
Nombre de messages : 1750
Couronnes : 48
Âge réel : 23
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Merenwen / Beylin (pour l'aesthetic)

MODO
Nothing will be the same...

Dim 9 Déc - 1:56

Plongée dans ses pensées elle n'a pas entendu la femme et son daëmon approcher, elle a sursauté quand elle s'est assise à coté d'elle, réalisant enfin qu'elle n'est plus seule. Celle-ci s'adresse à elle ce qui surprend Tessa « Bonjour ... » lâche-t-elle à sa suite d'un ton las. Elle écoute en silence ce qu'elle lui dit. C'est simple, cette inconnue lui propose de parler, ou de s'en aller si la rousse désire rester seule ou encore, le silence. La jeune femme ne sait pas quoi répondre, ses yeux couleur émeraude qui s'étaient posés sur la Norvégienne le temps de sa prise de parole se baissent à nouveau sur le gobelet en plastique devenu tiède. Elle ne sait pas quoi répondre. Elle ne sait pas ce qu'elle veut. En fait si, elle sait ce qu'elle veut. Rentrer chez elle. Rentrer en Irlande. Et dire qu'elle avait cette impression d’être chez elle à Merkeley. C'était tout de même la ville des daëmoniens. Une nouvelle vie qui s'était offerte à eux, loin des activités illégales du clan. Pas toujours rose leur vie aux États-Unis, empreinte de gris par moments mais pas assez pour noircir le tableau. Et dire qu'elle avait l'impression d'aller mieux, de remonter la pente qu'elle avait descendu depuis que Lewis et elle avaient servi de cobayes. Lui aussi allait mieux. Ça se voyait et Tessa le ressentait. Et comme il allait mieux, alors elle mieux. Relation de cause à effet. Et maintenant ? Il va falloir tout recommencer. C'est comme ça qu'elle le voit. Pessimiste ? On ne va pas le lui reprocher après ce qu'elle a subi . A-t-elle envie de discuter ? Pour dire quoi ? Qu'elle la laisse seule ne changerait en rien son sentiment de solitude, ça l'affirmerait sans doute. Elle est bien tentée de lui dire Faites comme bon vous semble mais ne rien ne sort. Elle se sent fatiguée, lessivée, déprimée. Elle aimerait pouvoir revenir en arrière, prendre d'autres décisions qui leur éviteraient d’être ici aujourd'hui.

Elle voudrait retourner dans le passé, redevenir petite fille trimballée sur les routes d’Irlande à s’émerveiller de tout, à écouter sous sa couette avec une certaine appréhension mais surtout beaucoup d'émerveillement des éléments de la nature qui se déchaînent. Elle aimerait que tout ça ne soit qu'un mauvais rêve et que Lewis et elle n'aient jamais pris la décision pour partir aux États-Unis. Ils y ont certes passé de bons moments, cependant, ils ont eu des mésaventures telles que d’être enlevés pour servir de cobayes contre leur gré. Quelque chose qu'ils n'oublieront jamais. Mais les mauvais souvenirs sont vite remplacés par le fait qu'ils ont adopté une adolescente et son daëmon. Peut-être que s'ils n'avaient pas subi la même chose qu'eux ils n'auraient pas été aussi sensibles à leur cause et n'auraient pas décidé de leur servir de famille d'accueil. Ça, Tessa ne le regrette pas. Ça n'a pas tout de suite été facile avec Meadow et Sebastian malgré le fait que la jeune fille soit douce, c'est qu'il fallait s'habituer l'un à l'autre et apprendre à vivre ensemble. Depuis son arrivée à Okolnir la rouquine a eu l'occasion de l'appeler et de la rassurer sur leur situation. Elle sait que ce n'est pas facile pour la blonde, elle doit gérer un pouvoir beaucoup trop puissant pour ses frêles épaules, mais elle ne doute pas qu'une fois que Meadow aura appris à le contrôler alors elle saura le porter. Ça n'a pas été facile pour Tessa quand elle a découvert son propre don, mais étant entourée et encadrée par les membres de son clan le contrôle s'est fait sans trop de difficulté et elle est certaine qu'avec leur aide, Meadow saura utiliser son contrôle de la météo.

« Comme vous voulez ... » soupire-t-elle finalement, la présence de l'inconnue ne lui fera pas de mal et de toute façon, elle ne se sent pas de la rejeter. Oui, sa présence la fera peut-être sentir moins seule. Tessa ne dit, ne prononce pas un mot et ne cherche pas le contact du regard avec la Norvégienne. Elle laisse le silence s'installer, regardant dans le vague, laissant ses pensées divaguer, elle écoute la douce musique que fait la pluie sur les vitres de l’hôpital. D'habitude elle apprécierait ce son mais aujourd'hui ça l'attriste plus qu'autre chose. Le temps est en accord avec son moral. Tôt ou tard il faudra bien qu'elle retourne dans cette chambre, le plus tard possible. Elle ne saurait dire si elle s’habitue à l'odeur particulière de l'hospice, elle a tendance à ouvrir grand la fenêtre quand elle est dans la chambre de sa mère pour laisser rentrer le bon air frais de l'extérieur avec le mince espoir que cela éradique le relent typique de cet endroit. Enfin, le bon air frais qui est froid mais c'est un mal pour un bien. « Comment vous appelez-vous ? » finit-elle par lâcher tout en continuant à fixer son point dans le vague.


And I close my eyes
And I take it in
I'm bleeding out for you
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Okolnir et ses alentours :: Ókólnir-