Again and again... - Rebecca Lejla Jørgensen & Gérard

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Date d'inscription : 06/12/2018
Nombre de messages : 6
Couronnes : 0
Âge réel : 24
Dieu : Dieu de l'air
Palier lien : Palier 1
Copyright : Plateau

Nothing will be the same...

Jeu 6 Déc - 20:02

Rebecca Lejla Jørgensen

« Ce que Gérard veut, Gérard obtient. »

Identité

Age ◊ 29 ans.
Date et lieu de naissance ◊ Okòlnir, 23 novembre 1989.
Nationalité ◊ 100% pure Norvège.
Métier ou études ◊ Artiste de cirque. Trapéziste, musicienne et cracheuse de feu.
Dieu ◊ Dieu de l'air.
Précision(s) ◊ L'amour de sa vie : Gérard. Son chat. Joue du violon, chante et chatouille la guitare. Elle danse aussi, en plus d'être acrobate. C'est une artiste à plusieurs cartouches. Sa spécialité ? Le trapèze.

Anna Kendrick
par artacide

Déviante

Caractère

"Oh qu'elle est compliquée, mon humaine. Ils le sont tous. Ces humains, à s'énerver pour rien. A s'inquiéter d'un rien. Qu'est-ce qu'ils sont compliqués... Je préfère ma vie. Roupiller 22h/24 et faire le con les deux dernières. Ah bah j'suis un chat, j'fais c'que j'peux ! Et de toute façon, on domine le monde. Non ? Je domine le monde de Becca. Qui est toujours si compliquée...

Ses émotions, elle ignore comment les gérer. C'est une véritable bombe, explosant à la moindre seconde. Larmes, cris, joie, colère, hystérie. Comedia del'arte. Elle vit tout intensément, trop peut-être. Chaque instant, chaque seconde, tout est intense. Ardent, volcan en éruption. Cette qualité n'en est pas toujours une. Son intensité lui a déjà porté préjudice... Couplez-la avec son ambition exponentielle et tout part en cacahuètes. C'est qu'elle est têtue, aussi. Elle vit à deux cent pourcent, fonce toujours jusqu'au bout des choses, les mènent jusqu'à leur fin.
La vie est une fête perpétuelle. Elle trouve moyen de s'amuser à toutes les sauces, quoiqu'il puisse arriver. La maturité n'est pas, et de loin, ce qui la qualifie. Et son sourire, même moi, il m'amuse. Qu'est-ce qu'elle a pu en faire, des conneries... C'est affreux, quand j'y pense. Si vous tenez à votre réputation, ne mêlez pas votre vie à la sienne. C'est un aimant à ennuis. A force, elle s'y est faite. Depuis le temps qu'on lui répète qu'elle les attire...

Pour elle, la famille n'est qu'une belle utopie. On lui a refusé l'amour dès son premier souffle. Père, oncles, tantes, grand-parents. Tous, lui ont refusés l'amour. Parce qu'elle était différente... Humaine. Tous sauf sa mère. Elle l'a aimé, dès le premier regard.
Son coeur manque de cette chaleur caractéristique, de cette aura incandescente qu'est une vie emplie de passion. Alors, pour compenser, elle aime trop. Trop fort, trop intense, trop passionnément. Elle aime.
Et fait tout en démesure.

Charmeuse, elle séduit. Audacieuse, elle ose tout. Sincère, elle se permet les mots. Passionnée, elle ne se refuse rien. Talentueuse, elle est une artiste confirmée. Courageuse, elle n'a peur de rien. Inoubliable. Prudente ? Oh que non. Prévoyante ? Sûrement pas.
Becca est compliquée. Et la suivre requiert d'un challenge. Oh, je vous énumère bien des qualités, mais croyez-moi, elle en a des ombres à son tableau. Plus que je n'en ai. Je suis parfait, moi. Un chat. Un Roi.

Mon humaine n'est pas qu'une joviale hystérique.

Capricieuse, elle hait les refus. Arrogante, elle se vante. Irresponsable, elle ignore les limites. Jalouse, elle garde encore rancune envers sa petite soeur. Daemonienne. Sournoise, elle est prête à tout. Rebelle, elle subit une légère allergie à l'autorité. Un reste de cette relation malsaine qu'elle entretient avec son père. Cet homme qu'elle a tant essayé d'impressionner, en vain. Cet homme de qui elle a tant désespéré être aimée.

Mon humaine est une boule d'énergie, une boule de nerfs. Ces émotions qu'elle peine à maîtriser, elle les met au service de son art. Musique, danse, trapèze. Même lorsqu'elle s'amuse à jouer au dragon... Ce qui, pour moi, est complètement absurde... J'ai bien failli perdre une moustache ou deux, à cause de ses conneries.
Derrière ce masque de sociabilité intense, elle dissimule de nombreuses cicatrices. Des blessures à l'âme qu'elle ne montre, refusant que l'on perçoive ses faiblesses. Refusant que ses bourreaux ne parviennent à voir le mal qu'ils lui ont fait. Une seule femme a su, une seule a lu en elle. Sa bien-aimée, sa tendre et douce norvégienne.

En quelques mots ? Becca, artiste sociable et hystérique aux blessures ouvertes."

Il était une fois

"Ma Lina, tu me manques. Toi seule savait faire, toi seule savait qui je suis. Tu savais me calmer, me canaliser. Tu le sais, je suis une tornade, un ouragan terrible. J'étais une enfant survoltée, ingérable. Seule maman sait me canaliser, maintenant que tu es partie, ma Lina.
Née dans cette famille hors du monde et du temps, campée sur des traditions barbares d'un ancien temps, je n'ai jamais su y faire ma place. Reniée aux premiers instants. Ancienne et vieille famille daemonienne, vivant à Okòlnir depuis des générations. Tous daemoniens, croyants fidèles. Refusant la simple existence qu'est cette aberration. L'humain.
Je suis humaine.
Mon père me hait. Mes grand-parents me haïssent. Ma famille refuse mon existence. Et pourtant, ils n'ont pas eu de choix que de me tolérer. Maman, elle, m'a aimée, moi sa première née, sa petite fleur, son petit ange. Elle n'est pas une Jørgensen, elle est différente. Et elle m'aime.
Toujours inquiète, se demandant si j'ai ce qu'il me faut, elle m'a couvée, de peur que je manque. Elle m'a protégée de cette famille qui ne voulait pas de moi, de ces regards inquisiteurs. Et de leur haine. Je ne suis pas certaine qu'elle ait réellement réussi... J'ai eu mal. Cette colère inexplicable, dans une atmosphère d'angoisse. L'enfant que j'étais ne comprenait pas, elle a essayé de plaire, d'être parfaite. Et a laissé tomber. Pourquoi perdre son temps ? Cette petite fille a commencé à faire des bêtises, pour attirer l'attention. Ca a fonctionné, son père la regardait enfin. Pour lui crier dessus. Et puis la petite fille s'est lassée... Elle ne voulait plus de cet amour. La famille, c'était fini. Ils n'ont été plus rien pour elle, seule sa mère comptait. Seule maman compte.

Plus je grandissais, plus je me rebellais. Maman a eu peine à me canaliser. Bêtises sur bêtises, je pense avoir tout fait. Et j'ai sûrement tout essayé.
Maman a très vite décidé de m'inscrire à un sport, pour me défouler. Et m'éloigner parfois de la maison, pour me faire penser à autre chose. Me trouver une passion. C'est une victoire. Le cirque a provoqué une éruption en mon coeur, je ne peux plus m'en défaire. Jonglerie, acrobatie, trapèze. J'ai tout essayé. Et l'air a atteint mon coeur. Peut-être est-ce lié à ce dieu qui semble s'être attaché à moi. Peu importe. Toi, tu y croyais, ma Lina. Moi un peu moins... Mais ce tatouage est là, sur mon poignet, depuis toujours. Et dans cet esprit de contradiction qui est le miens, plus tard, je deviens cracheuse de feu.
Les airs et les flammes. Je me sens vivante. Lorsque je plane, d'un trapèze à l'autre, lorsque je me transforme en dragon sanguinaire.

L'école, je n'étais pas spécialement douée. Je trouvais ça agaçant, inutile. Maman l'a compris et lorsqu'elle m'a finalement emmenée voir cette compagnie de cirque, à mes seize ans, j'ai tout de suite compris. Je voulais être l'une des leurs. Alors j'ai travaillé, dur. Pour être la meilleure, celle que l'on désire. Celle que l'on regarde. A défaut de n'être rien pour les miens...

Je grandissais, nous faisions nos jeux, notre vie. Et toi, ma Lina, tu étais parfaite. Tu étais merveilleuse. Je ne me sentais pas à ta hauteur et pourtant, tu m'aimais.
Ton regard pétillait lorsque je dansais pour toi, dans les airs. Dans mes flammes. Et tu étais ma motivation. Tu m'as poussée, j'ai grandi grâce à toi. Avec toi. Mon amie, ma confidente, ma précieuse. Je t'ai aimée de toute mon âme...

Nous avons pris des chemins bien différents. Tu savais où tu allais, moi j'ignorais quelle route emprunter. J'avais le cirque dans la peau, la scène m'appelait de toute son âme.
Une compagnie s'est arrêtée à Okòlnir. Celle de mon enfance. Celle-là même qui a lancé l'étincelle dans mon coeur. Dans mon corps. Nous y sommes allées, ma Lina, nous avons rêvé, ensemble. Ces acrobates, ces magiciens. Des illusionnistes du rêve. Mon corps entier hurlait mon appartenance à ce monde... Un monde d'ignorés, de sans famille. Tous différents.
Comme moi.
Je me suis toujours sentie étrangère à notre monde, Lina, tu l'as toujours su. Etrangère à Okòlnir, étrangère à mon sang. Je suis une paria parmi les miens. Et ces gens, sous cette tente, paraissaient tellement unis et pourtant si éloignés les uns des autres.

On les a rencontré, toi et moi. Après la représentation. Je crevais de leur demander, de savoir. Qui sont-ils. Et j'ai demandé.
J'y suis retournée, le lendemain, seule. Mon regard a plongé dans celui de ce cracheur de feu, Pietro. Un russe. Sans famille, sans attache. Mon âme s'est accrochée à la sienne, je n'ai pu l'en empêcher. Nous avons parlé, longtemps. Je lui ai parlé de mes rêves, de mes peurs. Et il m'a prié de lui montrer ma danse. Ce jour-là, j'ai grimpé le mat, je me suis élancée dans les airs.
Pour ne plus jamais y redescendre.

Ils sont repartis, nous avons correspondu plusieurs mois. Et tu m'as vue, ma Lina, me décomposer de jour en jour. Devenir plus imprudente, plus irresponsable. Je devenais folle, un lion en cage. J'avais besoin de liberté, d'espace. Et cette ville... ne m'offrait rien. Rien que la haine.
Sauf toi, ma Lina. Et je m'en rend compte aujourd'hui. Bien trop tard.

Tu m'as poussée à partir, parce que tu m'aimais. Je n'avais que vingt-et-un ans et je suis partie. Je t'ai quittée. Aurais-je réellement dû écouter mon égo ? Peut-être serais-tu toujours là, aujourd'hui...
J'ai rejoins cette troupe. Ces gens à part, d'horizons diverses. Ils m'ont acceptée, malgré tout. Humains, daemoniens, nous étions tous égaux. Et je comprenais enfin ce que signifiait "famille".
Jadis, la trapéziste, m'a prise sous son aile. Nous montions des numéros phénoménaux, tous plus instables les uns que les autres. Nous parvenions à vendre le rêve des cieux.
Pietro, le cracheur de feu, mon confident, mon ami, m'apprit plus tard le dangereux et enivrant art du feu. Tu adorais ça, ma Lina.
Et Phineas, notre Loyal, s'est pris d'affection pour moi. Comme pour les autres. Cette étrange sensation d'une aura paternelle sur mon épaule m'a déstabilisée. Terriblement. Comment étais-je sensée me comporter ? Je n'ai rien fait d'autre que d'être moi.
J'étais heureuse.

Un appel a consumé mon coeur. Mon âme s'est effondrée, brûlante d'une haine insoutenable. Je sentais ma gorge douloureuse, mes yeux humides des semaines durant.
Tu as eu un accident, ma Lina. Et tu en est morte. Morte. Tu es morte. Toi, ma précieuse petite fleur, douce sucrerie. Morte. Un accident...
J'ai pris l'avion. Je suis venue, à ton enterrement. Et j'ai pleuré. Ignorant le monde, ignorant les regards de tous. Morte.
Je crois que je t'ai aimée... notre relation a toujours été étrange, instable. Chancelant entre une amitié loyale et un amour passionné.
Je crois que tu m'aimais... et je t'aime.
J'ai encore mal, ma Lina. Encore aujourd'hui... Tu me manques. Notre sang n'était pas le même, nos coeurs battaient à l'unisson. Je veux te voir, une dernière fois...

Les années ont passé, je suis rentrée. J'ai retrouvé ma troupe, nous tournions dans le monde. Exhibant nos talents, nos différences. Joie, bonheur, amour. Des sentiments que toi seule savait me donner, ma Lina. Toi et maman. Même ma petite soeur en était incapable... Mon père l'a forgée à son image. Elle était tout ce que je n'étais pas, daemonienne. Sa fierté. Sa fille.
Peu m'importe, aujourd'hui. Je suis la fille du cirque, la fille des airs. Je brave les vents et crache les enfers. Ma famille est la troupe.

Phineas a décidé, en février 2018, de s'arrêter dans une ville des Etats-Unis. Merkeley. Nous y sommes restés une semaine. Et nous nous sommes rendus compte du danger planant sur cette ville, l'inquiétude nous a gagné.
Il était trop tard. Phineas est tombé terriblement malade, une infection. Daemonien, il perdait le contrôle de son don qu'il a toujours maîtrisé tel un Roi. Nous ne pouvions bouger. D'autres ont commencé à ressentir des maux, des migraines. Ou des malaises.
Les semaines devinrent des mois. J'ai reçu un message de ma petite soeur, me demandant de rentrer, maman était malade. J'ai dû laisser mon clan, dans cet atmosphère peu serein. Phineas et bien des autres malades.

La ville est tombée en quarantaine. Personne n'en sortait, personne n'y entrait. Peut-être aurions-nous dû écouter les infos... se tenir au courant. Sauf que nous ne sommes pas gens à nous embarrasser de technologie. Nous n'en avons pas le temps... Nous aurions pu éviter ça. Nous aurions dû nous en retourner, ne jamais y mettre les pieds.
Mais nous y sommes tombés. Et ils sont enfermés dans cette ville contaminée, entourés de ces gens inquiets, menaçants.
J'ai bien essayé d'y retourner, ignorant l'appel de ma mère. Je me suis emportée. J'ai craqué, hurlé. Pour les sauver, eux. Ceux qui ont été tout lorsque mon propre sang n'était rien. Impossible... Je me suis retrouvée au poste, enfermée. Deux semaines ? Peut-être plus. Je suis incapable de le dire... J'étais ingérable, les autorités ne voulaient pas me laisser sortir... Un matin, alors que j'explosais une fois encore de rage, j'ai ressenti un mal. Je vomissais mes tripes. Ils ont dû me laisser sortir, ils m'ont emmenée à l'hôpital. Ils pensaient à une simple indigestion, mais je savais...

J'étais contaminée.

D'étranges phénomènes sont apparus alors que j'étais dans cette chambre d'hôpital, alitée. Et j'ai su dès les premières secondes. Il m'arrivait ce qui était arrivé à bien d'autres, dans cette ville morbide. A de nombreux humains...
Je me suis enfuie. Transpirante, la tête compressée, je me suis enfuie de l'hôpital. Qu'auraient-ils fait s'ils avaient su ? Je ne pouvais rester pour risquer de le découvrir... Alors je me suis enfuie. Pour me planquer. Les jours passèrent, dans le froid de la nuit. Un soir, il est venu vers moi. La truffe humide, côtes apparentes. Il s'est collé à moi, je l'ai pris dans mes bras. Et l'ai nourri. Nous ne nous sommes plus quittés.
Gérard est entré dans ma vie.

Je voulais rentrer, revenir au pays, je ne pouvais pas rejoindre ma famille. Celle de mon coeur.
Avant, il m'a fallu calmer ce nouveau don capricieux. Le dompter du mieux que je pouvais, avec les connaissances que j'avais. Et à force de grandir entourée de daemoniens, j'ai acquis quelques bagages à ce sujet.

Je me suis contrôlée. Et la bombe est tombée, tout a explosé. La ville, mon don. J'étais incapable de me calmer. Il a pourtant fallu... J'ai ravalé mes larmes, ma haine, ma colère. Et je suis montée dans l'avion. Pour la Norvège. Je refuse de mourir, je refuse d'y rester. Et le virus est toujours en moi... Je n'ai jamais réellement cru aux dieux, toi si, ma Lina. Et si quelqu'un peut me venir en aide... ils sont mon dernier recours. Je dois retourner à Okòlnir. Aller au temple...

Alors, nous prenons l'avion, Gérard et moi. Maintenant. L'appareil décolle et nous emporte loin de ce cauchemar. J'inspire, j'expire. Et j'essaye de ne pas penser..."

Rebecca explosera de rage, une fois sur son sol natal. Tempête de métal autour de son âme, de son corps, elle apprendra la mort de sa mère.

La déviante se retrouve seule au monde. Avec son compagnon, son gros roux. Gérard et Becca. Ils ne se quitteront plus d'une semelle. Jamais. Dépendant l'un de l'autre.

Aimant

"Les dieux aiment l'ironie. J'ai passé ma vie en paria parmi les miens et voici que le destin me frappe de ce coup du diable. Si mon père le savait ! Quelle tête ferait-il... son humaine de fille a un don. Je crève de voir l'expression sur son visage. Et de revoir maman et son sourire radieux. Je rentre ce soir.
En attendant, je jongle avec une fourchette, à l'aéroport. Et je prie les dieux en silence, espérant ne rien dérégler dans l'appareil...

Mes émotions contrôlent mon don. Comme beaucoup de daemoniens. Suis-je seulement devenue daemonienne ? Non. Pas la moindre poussière, le moindre daemon. Juste ce don, apparu de nulle part. Et toujours ce virus dévorant mes entrailles... Il me faut rentrer vite. Je les maintiens en profondeur, je sens toutefois la haine s'agripper à mes tripes, tentant de se frayer un chemin vers la sortie. Et cette tristesse planant dans mon coeur, cette amertume dans ma gorge. Je pense à eux, à Merkeley, à tous ceux que j'ai connu. Et qui ne sont plus. Cette apocalypse d'un autre monde...

Je me reprend. Et me concentre à nouveau sur cette ironie des dieux.
Je suis un aimant.
Enfin, peut-être. Une sorte d'Eric Lensherr au féminin. A la différence que je ne semble pas pouvoir manipuler le métal. D'étranges fins rayons d'un bleu d'océan intense s'échappe de ma poitrine, invisibles aux yeux des autres. Ils se tendent, droits, filent dans toutes sortes de directions. Je crois bien qu'ils visent toutes les sources de métal à proximité de mon corps. Et lorsque je me concentre sur l'un d'entre eux, l'aimant s'active.

J'ai observé deux effets bien distincts. Mon don a un effet de Poussée et de Traction sur les sources de métaux proches.
Je suis capable d'attirer un objet de source métallique à moi. C'est ce que je nomme la Traction.
Je suis capable de repousser un objet de source métallique de moi. C'est ce que je nomme la Poussée.
Si cet objet est de masse inférieure à ma propre masse corporelle, il bougera.
Si cet objet est de masse supérieure à ma propre masse corporelle, il ne bougera pas. Mon corps en subira les conséquences.
Je peux décider d'exercer une Traction ou une Poussée à ma guise. Et j'ai découvert par inadvertance que je pouvais user de mon don pour "voler". En me jouant des Tractions et des Poussées. Pour l'instant, je n'ose pas. Il est encore bien trop aléatoire.

Je crois que je peux mettre plus ou moins de force dans mes Poussées et mes Tractions, je ne parviens malheureusement pas à les contrôler.
Parfois, je m'effraye de ce pouvoir. Mais souvent, je meurs d'envie de l'exercer. Cette sensation de pouvoir est terriblement grisante, à l'égal de cette adrénaline qui m'envahit lorsque j'endosse mon rôle de cracheuse de feu.
L'adrénaline."


Les questions

En 2011, le gouvernement américain lance au travers des médias l’existence d'une nouvelle espèce, les daemoniens. Il s'agit de la grande révélation. Comment as-tu vécu ce chamboulement ? Qu'en as-tu pensé ? Des réactions démesurées envers les daemoniens ont été commises par les humains de tout horizon, comment as-tu réagi même si tu n'étais pas au cœur de l'action ? J'ai grandis entourée de daemoniens. Ma mère, mon père, ma soeur, mes oncles et tantes, tous. Je suis la seule anomalie dans mon monde, l'unique humaine. Et lorsque l'on se retrouve humaine dans une famille où le daemonien est divinité, il est difficile d'y faire sa place. Août 2011 ne m'a pas surprise, ça devait se passer un jour où l'autre. C'était inévitable. Les guerres et conflits m'ont bien sûr dégoûtée, malgré mon enfance difficile au coeur de ce monde qui leur était alors inconnu. Je ne supporte pas l'injustice.

Dans ton enfance, adolescence ou dans ta vie d'adulte, t'es-t-il déjà arrivé de commettre une erreur qu'elle soit difficilement pardonnable ou clairement irréparable ? À l'inverse, quel est le plus beau geste que tu as commis dans ton existence que ca soit envers un proche ou envers un inconnu ? Par ailleurs, d'après toi, quelle serait ta plus grande peine, ton plus grand regret, ta plus grande joie ainsi que ta plus grande réussite ? Lina, ma précieuse Lina, elle est ma plus grande joie, ma plus grande peine. Elle était tout, mon ombre, ma jumelle, mon oreille attentive. Lina était celle qui faisait battre mon coeur, celle qui le contrôlait. Notre sang n'était pas le même, pourtant, nous étions comme des soeurs. Et puis cet accident... et elle m'a abandonnée. Elle est morte. Je ne suis pas parfaite, ne l'ai jamais été. Et Lina le savait, pourtant, elle me répétait en boucle que j'étais merveilleuse. Même lorsque je commettais des erreurs... Et les dieux savent que j'en ai commis, tellement. Celle qui me hante le plus étant de l'avoir abandonnée en partant aux Etats-Unis. Impardonnable... Irréparable. Parce qu'aujourd'hui, elle est morte. Et jamais je ne pourrais réparer son coeur que j'ai brisé par ce geste...
Mais elle était fière de moi, de ma plus grande réussite. Mon parcours. Elle rêvait de me voir cracher du feu sous mon chapiteau. Je suis si fière de mon métier, de mon art. Et quel n'était pas l'expression de ma princesse lorsque je lui ai raconté cette histoire... Je suis égoïste. Mon terrible ego me fait défaut. Et pourtant, j'ai lâché prise, un jour. Et ce geste a comblé bien des erreurs de ma vie. J'ai laissé ma place, dans ce cirque, mon trône, à un jeune garçon. Tellement talentueux, si motivé. Je lui ai laissé mon trône.
Lina ne m'aurait jamais reproché quoique ce soit. Pourtant, je m'en veux. Ne pourrais-je pas revenir en arrière, juste un jour ?

Tu n'as pas coupé au recensement obligatoire après ta téléportation. Néanmoins à ton arrivée à Okolnir, aucun papier ne te fût demandé. Ta date, ton lieu de naissance ainsi que ton nom et prénom, tes origines, ta nature et ton nouveau lieu de résidence sont notés sur un papier que l'on te remet sans informations complémentaires sur un don potentiel ou sur une quelconque forme animal. En Norvège, vous êtes normaux. Quel est votre ressenti présentement ? Je n'ai pas eu à me plier à ces absurdités, je suis norvégienne. D'une famille importante et beaucoup me connaissent, surtout pour mes conneries de gamine rebelle. Et je suis humaine, pour moi l'on ne m'a pas traitée différemment que d'habitude. Ou du moins à l'extérieur. Là où je ne suis pas une paria. Toutefois, je ne suis pas rentrée par téléportation, comme les autres. Je suis partie de Merkeley avant que les portes ne se ferment, pour Montréal. Avant de rentrer à la maison, en Norvège. Le pays ne sait donc pas que je ne suis plus une simple humaine, que je viens de Merkeley.

Tes derniers instants furent probablement les pires de ta vie. Comment l'as-tu vécu ? As-tu fait parti de ceux qui ont été touché violemment par Eqkter ou as-tu eu de la chance ? As-tu perdu des proches à cause de la maladie ? Que ressent-tu face au gouvernement américain qui a exigé un nettoyage radical de la ville de Merkeley ? Quel sentiment as-tu, à l'heure actuel ? Je suis partie de Merkeley avant que les portes ne se ferment, le virus Eqkter dans mes veines. Je devais aller voir maman, qui était malade. Et puis je suis revenue avant de prendre l'avion, pour sauver ma famille du coeur, en vain. J'ai été arrêtée. Je n'ai pas vécu de derniers instants. J'ai vécu les leurs, encore et encore, dans ma tête. Me passant en boucle leur visage devant mon regard vitreux. Je les aime...
Je hais le gouvernement américain, je leur crache dessus. Et... le virus a emporté plusieurs de mes proches. Maeva, la petite acrobate. Lorenzo, notre clown italien. Nillelm, le vieux dresseur de chevaux. Et tant d'autres...
Je fais bonne figure, d'extérieur. Mais dans mon âme... je suis dévastée. Je sens mon coeur tordu, en cendres. Il hurle dans ma poitrine.

Tu le sais depuis ton arrivée en ville, les références vis-a-vis des dieux sont presque omniprésentes. Certains habitants sont persuadés qu'ils vivent cachés parmi-vous pendant que d'autres, bien que croyants, acclament haut et fort qu'aucun dieu ne vient se salir sur Terre. Et toi, quel est ton avis sur la question ? Est-ce que les phénomènes surnaturels qui surviennent parfois à Ókólnir peuvent réellement justifier leur présence ? Si tu n'es pas croyant que penses-tu de toute cette religion construite autour de ces dieux inconnus mais assimilée par moment à la culture nordique ? Ah, j'ai grandis ici. J'ai l'habitude de toutes ces histoires, elles ont fait mon enfance. Dans une famille croyante, priant en tous temps ces divinités cachées. Persuadés qu'ils sont ici, parmi nous. Quelque part. Mon arrière-grand-père dit avoir été l'hôte de l'un de nos dieux. Et moi ? J'en ris. Je n'y ai jamais réellement cru, quoique parfois, je me laisse à les imaginer. Disons que je suis mitigée à leur sujet, malgré ces phénomènes qui hantent les histoires.

Tu en as peut être toujours rêvé ? Eh bien le voilà. Tu as enfin un don. Une mutation plutôt. Et ça ne se passe pas réellement comme tu aurais pu te l'imaginer. Le contrôle de ton pouvoir n'est pas inné. En plus de n'être à présent ni un humain, ni un daemonien, tu peux être l'une des personne les plus dangereuses et cela n'est certainement pas dû à la puissance du pouvoir mais plutôt de ton incompétence face à sa gestion. Qu'as-tu ressenti la première fois que tu l'as découvert ? De quelle manière s'est-il manifesté ? Je ne dirais pas que j'en ai toujours rêvé, mais je l'ai bien souvent imaginé... Je me suis pensée daemonienne, mutante, possédant un don hors du commun. Et à présent qu'il est là, je ne sais plus... Je ne suis pas surprise, car cela fait vingt-neuf ans que je connais l'existence de ce monde de Poussière.
Je crains parfois ce don. Qu'ai-je ressenti lorsqu'il a explosé ? Une adrénaline sans nom, un plaisir intense, brûlant. J'ai pris un plaisir malsain à posséder une telle puissance. Cet instant, dans cette chambre d'hôpital, lorsque j'ai entendu les infos... leur décision... Les murs ont tremblé. Le sol, les machines. Le métal autour de moi crissait. Ils ont cru à un tremblement de terre... moi, j'ai compris. Je l'ai ressenti dans mon corps, dans mes veines. Tout en moi s'est crispé d'un pouvoir plus grand que je n'aurais cru.
Et aujourd'hui, je suis un aimant. Est-ce qu'on va m'appeler Magneto ?

Depuis les années maintenant que les daemoniens sont connus du monde entier, tu as certainement déjà dû en croiser au moins un dans ta vie mais toi, qu'en penses-tu ? Quelle distance ou quelle proximité as-tu voulu avoir avec eux ? Les FreeDaemonien pourraient être considérés comme responsables de ce qui s'est passé a Merkeley, ton avis sur eux suite à cette désastreuse contamination ? Je n'ai pas réellement eu de choix, en ce qui concerne la distance. Tous mes parents sont daemoniens. Sans la moindre exception. Alors oui, j'en ai croisé, des tas et des tas. Mon avis sur les FreeDaemonien ? Je les soutiens. Mais je les hais. Ils prônent la liberté de tous, mais ont-ils pensé à la liberté des Hommes ? Quelle bande de crétins... Nous sommes tous des crétins.

Une partie du peuple humain jalouse plus les daemoniens qu'il ne les déteste vraiment, la cause ? L'envie d'avoir aussi un daemon... C'est compréhensible bien que ça ne justifie pas certains actes. Si jamais tu avais été daemonien, à ton avis, quelle forme aurait pu prendre ton daemon ? Par ailleurs t'est-il déjà arriver d'en toucher un même involontairement ? Enfin, as-tu déjà pu échangé avec l'un d'eux et si oui quelle a été ta réaction ? Je ne les jalouse pas. Oh, j'ai déjà touché un daemon, par inadvertance. Enfin, c'est ce que je leur ai dit... J'étais curieuse. Et j'ai touché le daemon de ma petite soeur. Je n'ai plus recommencé. Comme je l'ai dit, j'ai vécu avec des daemoniens. Et donc avec leurs daemons. Pour moi, c'est normal. Donc autant vous dire que je n'ai pas de réaction face à ça.
Mon daemon ? Sans doute un oiseau. Un truc voyant, explosif. Alliant les airs et les flammes. Un phénix ? Ou un dragon, qui sait...

Qui tire les ficelles

Pseudo/Prénom ◊ Elea...
Âge ◊ EH OH. On demande pas l'âge d'une vieille.
Double(s) Compte(s) ◊ Je suis une faible personne........ qui en est à son troisième compte Vous savez qui je suis ?   En même temps quand n'ai-je pas hurlé le nom et la gueule de mon TC...
Activité sur le forum ◊ Comme d'habitude, bb, à la vie à la mort.
Comment as-tu connu le forum ? Par un signe des dieux!!!!
Un commentaire ? Un avis ? Une suggestion ? Plus de guimauve et de cupcakes, ça manque de bouffe par ici, et des cookies, et des mille-feuilles! Oh et j'veux des câlins, aussi, les câlins j'aime ça! Siouplait mes poussins.
Le code du règlement ◊ Ok par Liby  



Gérard, gros tas, sors du frigo, y a plus d'thon

©endlesslove.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011
Nombre de messages : 1103
Couronnes : 126
Âge réel : 25
Dieu : Déesse de l'air
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Cocopix/Tumblr

Nothing will be the same...

Jeu 6 Déc - 20:11
C'est par ici qu'on fait des bébés amicalement ?

Rebienvenuuuuuuue avec elle ! Depuis le temps qu'on l'attend ! J'ai si hâte de lire la suite et que tu la termine et qu'on puisse enfin faire plein de bêtises !


- I'm on the run and go-
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t6037-gabriel-truth-or-dare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 07/10/2016
Nombre de messages : 424
Couronnes : 9
Âge réel : 23
Dieu : Déesse de l'eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : WILD HEART. / Arya (pour Teddy)

MODO
Nothing will be the same...

Jeu 6 Déc - 20:41
Re-bienvenue C'est chouette que tu fasses une déviante J'ai validé ton code, bon courage pour ta fiche


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 29/12/2017
Nombre de messages : 143
Couronnes : 63
Âge réel : 26
Dieu : Déesse de l'Eau
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : La sublime Elea

Let's be free ! To know how it feels

Jeu 6 Déc - 20:47
HELLO YOU



Je t'ai attendu beauté !


©️️ little wolf
- Josh & Naïva face aux autres
« Josh & Naïva entre eux »
Actuellement en période ralentie due aux cours.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/07/2017
Nombre de messages : 662
Couronnes : 115
Âge réel : 22
Dieu : dieu du feu
Palier don : palier 1
Palier lien : palier 1
Copyright : money honey

ADMIN
THE PRINCE'S C R O W N

Jeu 6 Déc - 23:16





REIGN OF THE Q U E E N
dans tes yeux, le reflet de mon empire
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017
Nombre de messages : 463
Couronnes : 11
Âge réel : 21
Dieu : Dieu du Feu
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : Folkr

MODO
Nothing will be the same...

Ven 7 Déc - 18:15
Ah que coucou! Bon le début à l'air génial même si j'ai pas tous lu. En tous cas bienvenue à ce petit perso^^


Ombre dans la nuit
Protecteur
Voir le profil de l'utilisateur http://lindwuen-daemon.superforum.fr/t5357-il-etait-une-fois-une-fille-et-son-chien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/12/2018
Nombre de messages : 6
Couronnes : 0
Âge réel : 24
Dieu : Dieu de l'air
Palier lien : Palier 1
Copyright : Plateau

Nothing will be the same...

Dim 9 Déc - 21:58


Merci mes petits chatons Je vous love  

Gab : viens par là, mon bro
Stella : faut un peu de variété dans ce monde de daemoniens
Josh : hell yeah, bb
Jaja :
No : merciii



Gérard, gros tas, sors du frigo, y a plus d'thon

©endlesslove.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/09/2018
Nombre de messages : 83
Couronnes : 152
Âge réel : 23
Dieu : Déesse de l'air
Palier don : Palier 2
Palier lien : Palier 1
Copyright : Paigie

Nothing will be the same...

Lun 10 Déc - 10:50
Rebienvenuuue
Ah nan mais artiste de cirque c'est TELLEMENT COOL Et j'aime Gérard bon Dieu
Bon courage pour finir la fiche




© CODE BY LÚTHIÈN
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 22/11/2012
Nombre de messages : 3324
Couronnes : 43
Âge réel : 24
Dieu : Terre
Palier don : Palier 1
Palier lien : Palier 1
Copyright : ultraviolences (avatar) ; Crazyoilmachine (signature)

And one day
you'll burn

Lun 10 Déc - 19:31
HE MAIS (oui il m'a fallu un temps de réflexion) C'EST MA POTE (d'enfance ? mdr je sais plus ce qu'on avait dit )

Re bienvenue du coup, j'ai hâte d'en savoir plus !
Elle dépote, j'adore



   

   
TRUE LOVE WILL FIND YOU IN THE END


   COM
   
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 06/12/2018
Nombre de messages : 6
Couronnes : 0
Âge réel : 24
Dieu : Dieu de l'air
Palier lien : Palier 1
Copyright : Plateau

Nothing will be the same...

Lun 10 Déc - 22:29
Darwin : merciiiiiii N'est-ce pas que Gérard est parfait

Evelyn : OUIIII C'EST BIEN ELLE! Et on avait dit potes d'enfance, bb





Gérard, gros tas, sors du frigo, y a plus d'thon

©endlesslove.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: forum et gestion de personnage :: votre personnage :: présentation en cours-