Tell me something about you

 
  
MessageVen 26 Aoû - 23:07
Groupe
avatar
Date d'inscription : 26/03/2011Nombre de messages : 969Nombre de RP : 224Âge réel : 23Copyright : Cocopix/TumblrAvatar daëmon :
Jake EvansJ'aime les mikados è_é



    Nous avions tant envie d’avoir un enfant. Ca faisait plusieurs mois qu’on essayait d’en avoir un. Je pensais qu’un enfant changerait ce quotidien terne, sans intérêt. Je regardais les jours passer, sans penser que quelque chose d’intéressant viendrait briser cette routine incessante. Mais il arriva un jour, j’étais figée devant ce test de grossesse. Il était positif. Ce moment tant attendu était enfin arrivé. Je n’y croyais pas, je ne réagissais pas. Après plusieurs minutes à contempler cet objet, pourtant si insignifiant, mais si important à mes yeux, je me relevai du sol de la salle de bain. Je devais l’annoncer au père. Nous n’étions mariés que depuis une année, une magnifique année, mais qui s’était ternie si vite. En me voyant une mine si réjouie sur le visage, et cet objet à la main, je n’eus même pas besoin de parler. Il comprit. Ses bras m’enlacèrent, et mes larmes roulèrent sur mes joues.

    Je m’appelais Carolina, j’avais 24 ans, et j’allais être maman.







    9 mois s’étaient écoulés. Si vite. Trop vite. Je n’étais pas encore prête. Je voulais rester assise tranquillement au coin de la cheminée, une main sur mon ventre, imaginant chaque parcelle de la vie de notre futur enfant, l’imaginer apprendre à marcher, aller à l’école, l’aider à grandir dans ce monde. Mais là, tout devenait trop réel, tout se concrétisait, ça en devenait effrayant. La main de cette personne que j’aimais tant qui s’enroulait autour de la mienne me rassura. Je savais qu’il serait là pour m’aider, je ne serais pas seule.
    Et puis ce moment tant redouté arriva. Mon ventre me faisait un mal de chien, et j’avais déjà perdu les eaux. Il arrivait. Ce bébé tant attendu. Plusieurs affaires prises, et nous voilà qui nous envolions vers l’hôpital. Je dus encore attendre dans une chambre. Je ne pouvais pas encore accoucher. Je le voulais ! Je souffrais. Bien qu’ils m’aient donné des calmants, je souffrais quand même. Plusieurs femmes défilaient devant moi au fur et à mesure que les heures passaient. Pourquoi elles, elles avaient le droit de partir mettre fin à cette douleur, et moi je ne pouvais que les regarder passer. Et puis mon tour arriva enfin. Le docteur m’emmena en salle de travail. Ce fut dur, éprouvant. J’avais envie que tout cela se finisse. Je serrai la main de mon mari, si fort que j’aurais pu la lui casser. Et puis tout se termina, je l’entendis pleurer. Il était là. Mon calvaire était terminé. Je pu le prendre dans mes bras. Il était magnifique. On décida de l’appeler Jake.
Page 1 sur 1