Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

You're the bait ! I'm the fucking cat !

 
  
MessageMar 29 Sep - 21:09
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 257Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Fuir avec lui, l'idée la ravissait. Elle était heureuse de ne pouvoir pousser plus loin cette pensée, quand la seule envie qui la prenait ces derniers temps c'était fuir une ville dont elle était prisonnière pour des raisons aussi pourri que l'argent. Mais l'alcool ne lui faisait voir que le torse prometteur de Mali. Son sourire s'élargit et ses yeux brillent d'éclats. « Allons y ! » l'engage-t-elle avec entrain. Elle regarde la direction pointé, amusée. Il s’empare de sa main avec tellement de naturelle qu'il aurait été difficile de dire que ces deux là ne se connaissaient pas avant ce soir. Ils filent à l'anglaise et Lumen presse le pas comme elle peut, percher sur ses talons, lui donnant à peine assez de centimètres pour concurrencer le beau russe. Sortant du bar pour venir se perdre dans le hall de l'hôtel, Lumen s'arrête, hilare. Quand il se retourne, elle jurerait qu'il allait l'embrasser. Elle attend, elle appréhende avec envie, mais non rien. Il ne fait que lui murmurer à l'oreille. Encore une fois, Mali avait réussi à déstabiliser l'australienne alors qu'elle pensait peut-être, l'avoir séduit.

Jim Bim entends la phrase de Nuna, lui jette un regard morne et soupire, si elle savait combien elle avait raison. Mais le canidé avait trop souvent l'habitude de ce genre d'attitude de la part de Lumen. Elle va s'offrir au plus plaisant, le plus flatteur, le temps de guérir son cœur d'un manque de chaleur puis finir par se réveiller et se rendre compte qu'elle n'a personne sur qui compter hormis elle-même et Jim Bim. Ca va la déprimer, et le cercle vicieux va reprendre, alcool, drogue, sex, pas toujours dans cette ordre. Mais le dingo était fatigué de tenir un discours qu'elle n'écoutait que quand ça l'arrangeait et ne croyait plus aux belles promesses de la petite brune.

Lumen se mort la lèvre sous sa proposition et se saisit de son col pour diminuer cette distance entre eux. Féline, elle ne se démonte pas, même quand elle se sent aussi minuscule alors qu'il était planté là devant lui. Mais cette phrase... Non cette phrase et cet air désolé sur son visage, elle ne s'y attendait pas. Elle part dans un éclat de rire qui perturberait n'importe qui. Elle le relache même. Il avait décidé de la rendre chèvre ou quoi ?

« On trouvera bien autre chose » propose-t-elle en arquant le sourcil. « Si on doit finir le mini bar, pas sur que le citron soit encore d'utilité »

Non Lumen ne voulait pas quitter cette endroit et se réveiller de cette état, puis qui refuserait une nuit dans cette endroit. Certainement pas l'australienne qui n'aurait jamais pu se payer le prix d'une chambre. Mali demande, le personnel dispose, même si les deux jeunes gens étaient complètement éméchés et regardé de travers par les employés de l'hôtel. Lumen s'en fichait bien, ça l'amusait encore plus de fâcher la classe bourgeoise. Le groume les amène dans l’ascenseur et les laisse s'enfoncer dans le fond. Elle fait la moue, les ascenseur c'est bien aussi, pourquoi fallait-il qu'il y est quelqu'un d'autre. Elle lance un regard complice à Mali, elle n'avait pas lâcher sa main, l'employé avait l'air si coincé. Elle ricane doucement. L’ascenseur s'ouvre mais Lumen est plus que tendu, Jim Bim la devance, pas fait pour les endroits trop étroit et Nuna prenait une certaine place pour une biche.

On les emmène à leur chambre et ouvre la porte. Une fois rentrer à l'intérieur, elle est ravit que le groume disparaisse enfin de leurs tête à tête. Jim part se réfugier sur la terrasse, assez intelligent pour faire coulisser la baie vitrée. Lumen l'ignore. Elle s'approche de Mali, les mains se posant sans gêne sur son torse comme si ils étaient déjà intîme. Le menton levé vers lui, elle sourit. Elle damnerait pour l'embrasser là maintenant. Mais non, elle veut que le geste vienne de lui, qu'il cède à la tentation. Si elle se sentait sous pression, elle voulait lui faire tout autant ressentir.

« Alors voir ce que nous réserve le minibar » lance-t-elle pleine d'entrain, se jetant sur le mini frigo rempli.

S'attendant à de petite bouteille comme dans les films, elle reste surprise de trouver des bouteilles normales, allant du vin français au champagne en passant par le scotch anglais, la vodka de Russie et la bière typiquement américaine. Pas de tequila cependant. Ça doit pas être assez raffinée pour s'y trouver. Elle sort alors la vodka, terriblement fraîche du réfrigérateur et le lui présente.

« Voilà quelque chose qui ne demande pas de citron beau mâle ! C'est aussi de chez toi non ? »
  
MessageMar 29 Sep - 21:37
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche



Deux gamins. Dans sa tendre réprimande, Nuna ne pouvait pas mieux tomber. Et elle ne peut ignorer le regard blasé du dingo à ses côtés, qui semble partager son idée mais être lassé des petits jeux de Lumen. Peut-être qu'elle fait ça avec d'autres hommes, d'autres femmes peut-être, et qu'aucune stabilité ne pouvant être trouvée dans ce genre de rapport, Jim Bim le ressent différemment. Une empathie terrible s'empare de la biche qui, bien qu'elle garde le silence, se met en tête de trouver une idée pour soulager la solitude de Jim Bim. Alors qu'elle a peut-être totalement faux dans sa théorie.

« Une chambre. Non, une suite. »
« Il nous reste la Lincoln et la Paradise de libre. »
Mali jette un regard amusé à Lumen.
« Celle avec un mini frigo. »

Le personnel de l'hôtel observe le duo de façon étrange, mais on lui tend rapidement les clés d'une des deux suites, il n'a pas très bien entendu laquelle (ni écouté), et tout le monde s'enfonce dans l'ascenseur aux grilles de fer. Comme dans les vieux films. C'est la seule réflexion qu'il est capable de se faire tandis que ses doigts tiennent toujours la main de Lumen. Le groom doit s'imaginer qu'il a affaire à un couple normal. Non, juste deux personnes passablement alcoolisées qui vont vider le mini bar. Assez lucide, Mali repère néanmoins parmi le trouble joyeux que son compte en banque de demain matin va être moyennement ravi de cet écart. Soit. Lorsque l'ascenseur s'ouvre, le russe est le dernier à sortir, et salue le groom.

« Merci, John!
- Il ne s'appelle pas...
- Je sais. »

Oh, cet air admirablement idiot qu'il affiche. Elle ne peut pas résister. La tête de Nuna dodeline de droite à gauche lorsqu'ils rentrent dans la suite, et elle ne peut pas s'empêcher de suivre Jim Bim sur la terrasse avec vue sur la grande rue passante au lieu de profiter des écarts de comportement entre Lumen et Mali. La porte à peine refermée, Mali a encore la main sur la poignée lorsque Lumen s'approche de lui, prédatrice et possessive. La solution de la chambre plutôt que de l'épicerie est plutôt intelligente. Immature, inconsciente, mais intéressante. Aussi diablement captivante que Lumen face à lui. Lumen et ses lèvres fines qu'il voudrait mouiller d'un baiser un peu ivre. Mais elle s'échappe, la vilaine. Elle lui préfère le mini-bar. Le russe fait la moue, mais la suit à travers la chambre encore éteinte pour ouvrir le mini-bar, après avoir posé les clés de la chambre sur la première table disponible.

Lorsqu'elle lui tend la bouteille de vodka sous le nez, il fait mine d'être blasé pendant un instant, puis affiche un air presque prétentieux.

« Tu veux jouer à ça ? »

Il attrape la bouteille entre ses mains et la fraîcheur de la bouteille glacée lui donne des idées. Beaucoup d'idées. Sur un coup de tête, il passe son bras sous les cuisses de Lumen et attrape le haut de son corps avec l'autre bras, la bouteille toujours fermement tenue, et l'emmène jusqu'au lit. Comme une princesse, mais avec 40% d'alcool.

« Allonge toi. »

Pour ne pas paraître autoritaire ou invasif, et surtout pour oublier le coté inévitablement érotique du geste, Mali l'enjambe et s'allonge sur le dos à coté d'elle, la bouteille contre son torse. Il ne se perd pas en observation de plafond, Lumen est bien plus intéressante à regarder. En la fixant dans les yeux, il ouvre la bouteille tout à la fois.

« J'ai pas fait ça depuis dix ans au moins. Tu prends une gorgée, t'avale, et tu gardes la tête à l'envers entre chaque gorgée. Ça monte bien plus vite comme ça. On appréciera le champagne tout à l'heure. J't'apprendrai à le boire sans verre et sans les mains. »

Coquin, il tourne sa tête vers elle et lui tend la bouteille enfin ouverte. Evidemment, l'exploration bulleuse de champagne, il l'envisage sans robe, sans chemise et sans les mains... au moins au début. Pour le reste, c'est assez brumeux, mais il distingue clairement qu'il est à l'hôtel avec une femme admirablement intéressante. Et diablement belle. Raison pour laquelle Nuna ne se fait pas de souci. Sur la terrasse, elle pose son menton sur la rambarde et observe la ville.

« Il lui fera pas d'mal. Lui aussi a beaucoup de choses à oublier, faut pas lui en vouloir. Dans la vie, il n'est pas comme ça. »

Il est séparé, papa d'une petite fille et tout ce qu'il y a de plus normal. Le portrait d'un type bien... seulement plus animal que d'autres. Ce soir, elle espère juste que son 'animalité' restera à l'état de figure de style, et qu'elle ne prendra pas possession de lui.

AVENGEDINCHAINS
  
MessageMer 30 Sep - 21:27
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 257Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Lorsqu'elle voit cette réaction amusé et piqué au vif. Rien que ce petit avertissement lui renvoie de sacrée frémissement d'en savoir plus. Elle ne s'attendait pas à être soulever ainsi et l'homme ne force à peine. Elle passe ses bras autour de sa nuque en gloussant. Il ne l'avait toujours pas embrassé, quel joueur. Il la pose sur le lit et lui demande de s'allonger. Sa façon de le dire avait quelque chose d'excitant ou était-ce simplement l'accent. Elle lui obéit, pour une fois docile. Son souffle se coupe quand il l'enjambe mais un brin de déception la traverse quand il ne fait que s'allonger à côté d'elle. Elle mort sa lèvre inférieur de frustration. Elle se rattache à son regard, se met sur le côté pour lui faire face. Elle est curieuse et l'écoute attentivement. Son défi est dingue et se demande où il a appris tout ça. Comme son âge, ya dix ans, elle rencontrait Caine, mauvais souvenir, mais force est de constaté que quelque part, leurs charismes se ressemble. Un truc de riche, certainement. Elle n'en sait rien.

De son côté, Jim Bim se perd dans la vue. Ce n'était pas la première fois qu'un daemon rentrait en contact avec lui, mais il n'a jamais répondu. Il refuse d'utiliser sa voix, il l'a toujours refusé, mais Lumen l'en a obligé avec ce garçon lorsqu'elle a dépassé les limites de son corps. Il avait eu honte d'elle et de sa faiblesse, il avait honte de ne pouvoir lui suffire. Qu'avait ces humains que Jim Bim ne pouvait lui apporter si ce n'est le sex. Car leur relation n'était pas à ce point tordue. Lui aussi manquait de famille, de repère, pourtant, il se sentait complet comme il était. Il refuse de regarder Nuna, même si elle dit des choses plutôt réconfortante. Il n'avait pas peur qu'il lui fasse du mal, elle savait le faire elle-même. Il sait bien que Mali n'était que le divertissement d'un soir. En général, Lumen les fuyait le lendemain pour ne pas s'attacher. Il sait que Lumen ne s'était pas remis du départ de Simon et de Mess. Pas sûr qu'elle laisse quelqu'un rentrer dans son cœur au bout de quelques verres d'alcool.

-Bon, voyons si j'ai tout compris.

Elle se met de manière à être allongé, sa tête retombant dans le vide. La redressant le temps de parler à Mali.

-Je bois, puis je garde la tête en bas.

Elle hausse les épaules et laisse Mali s'installer à côté de lui. Elle boit une gorgée, grimace sous la force de l'alcool pur. Elle n'était pas grand fan de la vodka à sec en général, mais c'était pour le fun. Elle laisse retomber sa tête et le sang commence à monter à la tête.

-Si je m’évanouis, ça sera de ta faute !

Ses cheveux long longent les draps et touchent le sol. Elle fait tournée la bouteille à Mali, les deux boiront chacun leur tour. Entre deux gorgées, attendant la réaction promis, elle se permets de tenir un peu la conversation. "Pour un gars en costard, t'es plutôt marrant ! " Une autre gorgée. "D'ailleurs, cet accent terriblement sexy, c'est quoi russe ?" Une autre gorgée. "On dit dasdrovia, un truc comme ça non ?" La position était si ridicule, qu'elle se met à se prendre d'un fou rire.

-Mon dieu, qu'est-ce qu'on à l'air idiot !

Après plusieurs gorgées, qu'elle n'avait pas compté, l'effet est effectivement rapide. Elle se roule sur le côté et se retrouve sur le ventre. « Ok d'accord, j'ai eu mon compte de ça ! » Dit-elle hasardeusement en pointant la bouteille. La pièce tourne et un sourire idiot reste plaquée sur son visage. Elle revient près de Mali à quatre patte sur le lit et l'enjambe. Oui, oui, elle lui grimpe ouvertement dessus, sa robe remontant sur le haut de ses cuisses. Son sang revenait à sa place, et la redescente avait le mérite de la faire tanguer sur le lit, enfin sur le russe. « Je connaissais pas cette technique mais elle est diabolique... » termine-t-elle dans un rire incontrôlé. Elle se courbe sur lui. Ses cheveux caressent alors le visage de Mali. Leurs regards se croisent. Mais elle ne cédera pas son caprice. Elle s'échappe et bondit hors du lit, maladroitement d'ailleurs. Il n'y avait pas que le lit qui bougeait visiblement. Le sol s'y était mis !

-Des bulles ! Hurle-t-elle presque en levant son doigt en l'air. Il nous faut des bulles. Le corps de Lumen titube légèrement en arrière.
  
MessageMer 30 Sep - 22:04
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche




Leur jeu est stupide, mais Nuna n'a pas opposé de véto pour la simple et bonne raison que Mali n'a pas pris le risque de rentrer chez lui ce soir. Louise doit déjà être en train de dormir et il y a fort à parier que Kelly se soit aussi endormie devant la télé. Tout le monde a quartier libre ce soir, alors pourquoi pas lui, au final ? Nuna s'en voudrait terriblement de le priver d'un peu de légèreté. Lumen n'a pas l'air d'une mauvaise fille. Et Mali n'est pas un mauvais bougre, ni un menteur. Plutôt un réaliste : chacun d'eux sait qu'il n'existe pas de lendemain.
Et cela rend ce soir meilleur.

« Voilà. Mais t'étouffe pas »

Pendant un moment, leurs regards se sont cherchés, puis trouvés. Et ont terriblement accroché. Si bien qu'il en a eu le bas-ventre remué pendant un instant, mais il se félicite d'avoir eu la bonne idée de retourner la tête de Lumen. Au moins, elle est trop préoccupée par ce qu'il se passe avec le champagne que de se soucier de ce qu'il se passe dans son pantalon. Il passe rapidement à autre chose, et éclate de rire en la voyant pleine de fausses précautions.

« Mais oui. Fais gaffe, je pourrais profiter de toi pendant ton inconscience »

Il récupère la bouteille, boit une gorgée et tousse brièvement avant de mettre sa tête à l'envers lui aussi. La vodka est meilleure avec du jus de cranberries. Ou de la tomate. Un bloody mary. Il a terriblement envie d'un bloody mary.

« Pourquoi, tous les mecs en costumes sont des mecs ennuyeux d'après toi ? »
Il lui rend la bouteille, et s'essuie la bouche.
« On dit za zdarovie. »

Le vieux mécanisme se remet en route. Hormis avec ses parents, il a arrêté de parler russe ici. En deux ans, son anglais s'est remarquablement amélioré, il n'oublie plus les articles, et ricoche moins sur les 'r'. Un exploit. Le rire de Lumen est si communicatif qu'il la suit dans son délire. Sa tête se met à tourner progressivement. Le sang continue quand même d'affluer à son cerveau, second exploit. Même Nuna le fait remarquer, quelque part loin dans son esprit brumeux. Un peu comme un appel dans l'écho d'une vallée. Il geint un peu lorsqu'elle quitte la bouteille de vodka, mais dans sa position ne parvient pas à l'attraper. Il y était presque, d'ailleurs, et n'aurait pas échoué si un poids ne s'était pas imposé à lui. Sur lui. Sa tête remonte rapidement pour observer la scène, à la fois acteur et témoin incertain. Il ne rate pas une miette du spectacle, et les deux mains en l'air, n'ose même pas faire un seul geste. Des fois qu'elle le flingue. Ou que son temps de réaction soit aussi important que son taux d'alcoolémie.

« C'est moi qui suis diabolique ? »

Si tout à l'heure ils partaient dans de grands éclats de voix, le russe a baissé le ton pour quelque chose de plus secret. Presque suave. En même temps, la fille avec qui il vient de passer la soirée est à califourchon au dessus de lui et commence sérieusement à ronger son frein. Pris d'une longue inspiration, il soupire brusquement lorsqu'elle s'ôte de son corps en le laissant sur sa faim. C'est qu'il bouderait presque, à rester quelques secondes de plus sur le lit, affalé sur le coté. Mais l'idée des bulles lui fait retrouver une soudaine motivation qui le lève jusqu'à se rendre au frigo déjà ouvert.

« Champagne. »

De toutes façons, ils manquent cruellement de diversité ici. Mali prend le breuvage et déchire le papier qui enveloppe le bouchon, puis le débouche en laissant le bouchon aller cogner contre un mur.

« Système D. Sans verre. »

Au lieu de lui prendre la main comme pour se rendre à l'ascenseur il y a quelques secondes, Mali glisse son bras derrière son dos pour l'approcher de lui, et du peu de doigts libres qu'il lui reste de sa main qui détient la bouteille, fait glisser la fermeture éclair de son dos en la laissant grande ouverte. Il poursuit, l'air de rien. Presque trop innocent pour le croire, mais assez concentré pour qu'elle ne puisse pas douter de ses intentions lorsque ses doigts froids glissent le long de la bretelle pour faire glisser sa robe. Juste de quoi dénuder son épaule. Avec la précaution de ceux qui ont trop bu et qui essaient de faire croire qu'ils sont sobres, le russe la pousse avec sa prothèse pour la forcer à s'allonger sur le lit, et ils tombent tous les deux. Tous les trois, si on compte la bouteille. Une bonne partie du lit sent maintenant le champagne, et s'il trouve bien d'autres odeurs plus proches de l'érotisme, les effluves lui donnent néanmoins beaucoup d'idées. Mali s'appuie sur son coude, au-dessus d'elle, et verse un peu de la bouteille au creux de sa gorge.
Il ne voudrait pas abîmer la robe.

« Laurent Perrier. T'imagine pas le sacrilège qu'on est en train de commettre. »

Un instant, il fixe la marque de la bouteille lorsqu'il la redresse, et en vole une gorgée avant de pousser une mèche de cheveux du visage de Lumen. La confluence de la nuit, des lumières bleutés de la ville qui se reflètent dans la chambre, le bleu de ses yeux et le sourire mordu qu'elle a finissent par avoir raison de ses sens. Il échange un baiser pétillant et vineux avec ces lèvres qui l'ont appelé plusieurs fois depuis l'ascenseur, et auxquelles il ne répond que mué par la flamme que soulève l'idée de l'avoir sous lui, à demi vêtue et entièrement diabolique.

AVENGEDINCHAINS
  
MessageJeu 8 Oct - 0:14
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 257Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Jim tourne la tête vers la chambre et remarque le sourire de Lumen. Elle s'amuse, elle rit, elle sourit. Il ne sait pas de qui il est le plus jaloux. De Mali, qui visiblement arrive à faire oublier à Lumen ce qui la ronge ou Lumen qui sait comment faire pour masquer ses galères le temps d'une nuit. Il en détourne rapidement la tête et s'allonge en posant sa tête sur ses pattes avant en poussant un long soupire. La présence de Nuna n'était pas désagréable, bien qu'il n'est rien à lui dire. Il se souvient encore de ce phasme qui lui avait parler directement dans sa tête. Encore heureux qu'ils ne puissent pas tous le faire. Il aimait garder son côté silencieux.

Quand Mali prononce ces simples mots en russe, Lumen frissonne. C'est fou ce que le russe pouvait sonner viril dans la voix grave d'un homme. Elle lui aurait arracher sa chemise sur le champ si elle avait pu. Le petit jeu du chat et de la souris, auquel ils se prêtaient, attisait la jeune australienne. Augmentant le feu qui l'animait. Aussi vivement que Lumen pour s'extirper du lit, Mali se lève et récupère la bouteille de champagne dans le frigo. Elle le suit du regard, le sourire aux lèvres, le regard brillant. Légèrement surexcité par l'ambiance, elle ne peux s'empêcher de sursauter quand le bouchon de liège saute à travers la pièce. L'homme s'approche et l'expression de son visage allume toute les alarmes chez la brunette. Elle en avale péniblement sa salive et d'un seul mouvement de la part de Mali se retrouve coller contre lui. La fermeture éclair s'ouvre, effleure sa peau, l'odeur de Mali, son parfum, la chaleur de son torse, c'est plus fort qu'elle, elle frissonne. Il dénude son épaule, elle regarde sa bretelle tombé et relève ses yeux dans les siens. Elle ne se démontait pas malgré le torrent de désirs qui s'agitait en elle. Cette homme savait séduire, peut-être plus qu'elle, il savait attisé l'envie d'une femme et s'en était déstabilisant. Deux pas en arrière. Lumen tombe doucement, sur le lit, à nouveau allonger, dominée par le corps de Mali, au dessus d'elle. Le liquide, frais, presque trop froid, agresse sa peau, elle pousse un soupire. Elle n'ose plus bouger, elle est captivée. Il parle de la marque du champagne. Lumen n'en sait rien, elle n'y connaît rien aux trucs de riche et puis Lumen elle s'en branle à l'heure qu'il est. Elle n'a d'yeux que pour Mali en cet instant. Son bras se soulève et vient caresser son bras pour repasse le long de son torse, touchant ainsi son corps sans gêne. Il boit à même sa gorge, ses lèvres effleurent son cou, sa peau. Tout son corps frissonne, elle ferme les yeux une seconde. Elle sourit, se mort la lèvre, dans son estomac c'est la java, l'excitation, l'angoisse, l'envie, l'appréhension, l'impatience. Aussi vite qu'il avait penché sa tête pour l'embrasser, Lumen l'avait redressé avec hâte pour y répondre. Le goût se mélange du champagne mélangé à son baiser, c'est presque un soulagement qui la traverse quand enfin leurs lèvres se rencontrent. Elle passe sa main sur son visage, se colle inconsciemment contre lui.

Ses mains descendent, elle cherche à lui retirer cette veste de costume, qu'elle balancera à la hâte sur le sol, sans jamais cesser le baiser qu'elle avait désespéramment désiré. La tête lui tourne, les joues s'empourprent, s'enflamment, autour que la température de son corps qui montait de plus en plus. Elle cherche le bas de sa chemise, la tire pour la sortir de son pantalon à pince, bien trop habiller, elle déboutonne la chemise, le main agités, elle se contrôle pour ne pas lui arracher. Installer entre ses cuisses, Lumen rompt le baiser dans un soupire, échange un regard rempli d'émotion et de chaleur. Elle pousse sur les épaules de Mali et le fait basculer sur le côté, le renverse sur le dos pour revenir sur lui, la robe retroussée, la bretelle tombant, le champagne finissant sa course dans son décolleté. Elle passa alors ses mains le long de son torse, féline.

-Il est temps de passer aux choses sérieuses... souffle-t-elle.

Un dernier sourire, narquois, taquin, coquin. Elle se penche sur lui, l'embrasse, le laisse passer ses mains sur elle, mais très vite, ses lèvres dévièrent dans son cou, remonte le long de cette veine qui pulse contre sa langue pour mordiller le lobe de son oreille. Elle le sent se tendre sous ses cuisses, un sourire satisfait se dessine sur son visage, un rire féerique sonne à l'oreille de Mali.

Un échange d'attention s'opère entre les deux adultes consentants. Elle lui retire sa chemise pour dénuder enfin ses épaules, il fait glisser le haut de sa robe et dévoile le sobre soutien gorge noir qui souligne sa timide poitrine. Lumen était menue, plutôt mince manquant même de quelques kilos depuis plusieurs semaines mais tenait toujours un corps svelte et très féminin et sans être plate, la forme de ses seins étaient discrète.
  
MessageJeu 8 Oct - 18:21
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche
Spoiler:
 






Le russe retrouve la facilité de ces gestes comme s'il ne les avait jamais perdus. Comme s'il ne s'était pas écoulé une longue période de temps durant laquelle la compagnie féminine n'était pas sa favorite pour épancher sa soif de compagnie après le départ de son ex-compagne. Pour combler le manque d'une mère pour Louise, les semaines lui ont progressivement imposé que nulle femme ne pourrait remplacer la mère de la petite, et que ce n'était pas le fait de se jeter à corps perdu dans des nuits sans lendemain qui allait apaiser son âme. Mais ce soir, c'est différent. Avec Lumen, ça semble facile. On a l'impression de pouvoir se perdre, et le lendemain ne rien regretter. Peut-être qu'elle partira pendant la nuit sans un mot, ou avec une trace de rouge à lèvres sur sa chemise (son fantasme inavoué), mais il s'en fiche. Là, maintenant, Lumen est devant lui -sous lui-, la peau brûlante et le regard plus encore. Elle ne pose pas de questions, ne lui fait rien promettre et ne promet rien. Le deal parfait. Nuna n'est pas intervenue ce soir et n'interviendra pas. Elle glisse un regard bienveillant à l'égard de Jim Bim, tranquillement allongé près des baies vitrées. Elle appose son menton par dessus la rembarde et observe la ville. Au moins, ce soir, Mali a l'air de garder le contrôle. Il est sous le couvert de la nuit, et étrangement, la nuit lui est toujours apparue plus agréable.

Il est captivé par l'odeur de sa peau.
Une odeur chaude, presque orientale. Un parfum peut-être, un gel douche. Pas les parfums ostentatoires et horribles que ces femmes du beau monde sont capable de mettre en les prenant pour des filtres d'amour. Non, quelque chose d'aussi discret qu'un soupir qu'il croit entendre après avoir glissé sa bouche contre sa gorge, avec la pensée aussi discrète que déconvenue qu'il est peut-être en train de la chatouiller avec sa barbe. Qui sait, sans la barbe, elle aurait peut-être jeté son dévolu sur l'un de ses collègues. Il est docile lorsqu'elle retire sa veste, glisse ses bras pour l'aider, triche un peu en rentrant le ventre pour faciliter le déboutonnage intempestif de chemise. Peut-être même que, brûlé par l'envie, il la laisse le pousser sur le côté, dangereusement au bord du lit, la chemise froissée et complètement ouverte. Sa tête reposée entre les couvertures déjà dérangées, il jette un oeil appréciateur sans s'en cacher à la robe remontée jusqu'en haut de ses cuisses. Il faut dire qu'il est loin d'être tombé sur la plus superficielle de la soirée. Ni sur la plus vilaine d'ailleurs. Elle a quelque chose de sauvage qu'il ne comprend pas. Curieusement, c'est ce qui l'a attiré. Et qui le fait brûler en ce moment même.

« T'es sûre ? »

Jouer les innocents avec un tel air de sale gamin, impossible de faire avaler ça à Lumen. Au moins, ça lui laisse le luxe de glisser ses mains échaudées le long de sa robe et d'attraper le bas de celle-ci pour la remonter le long de son corps, ses doigts emmêlés dans les ourlets.


AVENGEDINCHAINS
  
MessageJeu 15 Oct - 22:51
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 257Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
  
MessageSam 17 Oct - 10:39
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche




AVENGEDINCHAINS
  
MessageDim 25 Oct - 18:15
Groupe
avatar
Date d'inscription : 28/09/2014Nombre de messages : 257Nombre de RP : 73Âge réel : 28Copyright : gentle heartAvatar daëmon :
Hermione AbramsNothing will be the same...
Le sommeil est paisible. Mais le réveil est difficile. Le corps lourd, les excès de la soirée se font ressentir. La langue pâteuse, la tête lourde et douloureuse, la faible capacité de ses paupières à s'ouvrir et ses muscles qui trahissent les folies d'une nuit endiablée et alcoolisée. Son visage, collé à l'oreille, change de position, elle grimace, désagréable sensation qu'un lendemain de soirée. Jim Bim dormait plus loin dans la suite, ressentait tout autant les effets négatifs qui se répercutait comme un écho dans son corps comme dans celui de Lumen. La lumière traverse les rideaux, comme des fin lasers à travers la pièce. Elle trouve le courage de garder les yeux ouverts et de se redresser sur le lit. Elle se frotte le visage en soupirant, c'était vraiment ce genre de réveille qui méritait de rester au fond de son lit et ne plus en sortir. Mais Lumen sait très bien où elle est, ce qu'il s'était passé. Elle n'avait pas bu au point de tout oublier. Au contraire. Nouveau soupire pour se donner un peu d'énergie. Jim se lève du canapé où il avait dormit, non loin de la biche qui lui avait tenu compagnie. Il avait apprécié qu'elle ne soit pas si bavarde et condescendante avec lui. Il restait un être méprisant parfois, mais ces derniers temps, il était plus l'ombre de lui-même. Les déboires de Lumen pesait lourd sur son morale et elle l'ignorait en parfaite connaissance de cause.

Elle se tourne vers l'homme endormi à côté, nu, couvert à peine des draps qui avaient été témoin de leur nuit. L'homme était toujours aussi beau et ne perdait pas de son charme alors qu'il dormait. Il semblait juste plus innocent. Mais ça, ça devait être pareil pour n'importe qui dans les bras de Morphée. Lumen, elle n'avait pas rêvée grâce à l'alcool et tant mieux. Ses nuits étaient toute chaotiques. Elle se lève et ramasse la culotte qu'il lui avait retirer plus tôt la veille. La remettant pour avoir un semblant de décence quand elle traverse la pièce, Lumen se dirige dans la salle de bain. Baignant de luxure, l'endroit l'intimide un peu, lui rappelle Caine, homme auquel elle n'avait pas pensé depuis des années. Dans l'encadrement de la porte, elle hésite encore à en profiter. Elle se tourne vers Mali. Il dormait paisiblement. Il ne lui en voudrait certainement pas d'en abuser un peu, si ? Elle n'avait pas pris de vrai bain depuis si longtemps.

La baignoire est immense et les produits moussants et relaxant s'y trouve tout autour. A disposition, c'était loin d'un motel pourri ou la douche était à peine nettoyé une fois par semaine. L'hésitation ne se fait pas plus longue et elle fait couler l'eau en bouchant l'évacuation. Devant le miroir, son reflet la fait grimacer. Son maquillage avait couler et ses cheveux était en bataille. Ça lui renvoyait une image d'elle-même qui ne lui plaisait pas. L'eau très chaude vient embué la vitre et retire le droit de vue à l'australienne. Elle y met sels et bain moussant pour son propre plaisir. Fallait bien qu'elle se l'autorise un peu de temps en temps. Ce soir, elle retournera dans son squatte de junki pourri, entre insécurité et inconfort. Même si elle aurait voulu fuir son aventure d'une nuit, elle n'avait plus le luxe d'avoir un foyer où se réfugier. Elle retire sa culotte et rentre dans l'eau quand la baignoire était enfin pleine. La mousse recouvre la surface et l'odeur délasse les sens de Lumen, la faisant soupirer. La chaleur la fait frissonner de confort, elle détend ses jambes en entier, c'était peut-être la première fois depuis ses 17 ans qu'elle avait le luxe de pouvoir faire ça. La tête retombant en arriève, Lumen ferme les yeux. La porte laissé ouverte, Jim Bim vient la surprendre, assis sur le côté.

*Tu comptes rester longtemps ?*
-Je sais pas, chuchotte-t-elle en haussant les épaules.
*Je pensais que tu ne voulais pas de lendemain *
-Oui mais juste un bain, juste un Jim...

Sa phrase s'éteint et Lumen se rendort tranquillement rassurer par la chaleur de l'eau. Mais Jim l'en empêche, castagnant son crâne d'hurlement mentale.

*Lumen ! *
Quoi aaah ? Râle-t-elle.
*Je veux rentrer *
-Et rentrer où ça exactement Jim Bim ? Laisse moi tranquille et va pioncer.

Elle lui tourne le dos, il avait le chic pour casser l'ambiance et lui rappeler la réalité. Ses yeux fixent le mur, ses bras autour d'elle, elle avait l'esprit certainement plus préoccuper que la veille désormais.
  
MessageDim 25 Oct - 18:45
Groupe
avatar
Date d'inscription : 09/10/2013Nombre de messages : 1521Nombre de RP : 368Âge réel : 25Copyright : solosand (sign) & Air (av)Avatar daëmon :
Mali A. LeonidovLife is a biche



Il y avait dans son sommeil paisible des bouts de rêves. Des lumières écorchées vives, des lambeaux d'ombre et quelques yeux prédateurs dans la nuit. Rien de plus inquiétant que les autres nuits. C'était presque plus paisible. Inconsciemment, il savait Louise en compagnie de Kelly, rien ne pouvait lui arriver de pire que la tentative d'enlèvement, et l'embauche récente d'un personnel qualifié (armé, en d'autres termes) avait fini de le rassurer. Dans son rêve, il perçoit à la surface l'âme éveillée de Nuna, qui a le sommeil aussi léger qu'une plume. Il la sent qu'elle flotte tranquillement, comme une lumière douce et tamisée à ses côtés, pour le guider doucement vers le réveil.

Puis, dans son rêve, il y a le bruit de l'eau qui coule. Son chemin se noie soudainement, il manque d'air... et se réveille.
Trop brutalement.
La réalité est violente, il se prend comme une barre de fer dans le front et son crâne résonne des bruits de la ville bien plus bas. Il remet doucement les choses en place : le lit de l'hôtel où flotte encore l'odeur de Lumen, son pantalon de costume par terre, son téléphone qui est sorti de sa poche par terre aussi. La lumière diffuse par les rideaux qui agresse immédiatement ses yeux, aussitôt refermé.

*Comment tu te sens?* Autrefois, Nuna se moquait avec légèreté de ses lendemains de cuite. Et de ses nuits sans lendemain. Depuis qu'il commence à prendre l'alcool pour habitude, même s'il se bat contre ce vice, elle s'inquiète sans le moindre sourire.

*Écrasé par un éléphant, c'est une bonne réponse?*
*Jusque là, rien d'inquiétant.*


Elle en serait presque rassurée.

*On est toujours à l'hôtel ?*
*Tout le monde est toujours là. Lumen a l'air de prendre un bain et Jim Bim est allé la rejoindre.*


Une odeur florale flotte à travers l'embrasure de la porte. C'est agréable. Plus que l'odeur d'alcool d'un pan du drap du lit. Dans un grognement las, Mali se retourne sur le dos et se frotte les yeux du plat de sa paume, comme si cela allait apaiser son mal de tête. Au bout d'une minute ou deux, il parvient enfin à se remettre en position assise, gratte sa cuisse, et pose sa main sur la liaison entre sa prothèse et son genou. Comme il l'avait prédit la veille, c'est maintenant qu'il s'enquit de savoir ce que Lumen peut bien penser de l'homme robot avec qui elle a secoué les draps et les ressorts du lit hier. Il a bien dans l'idée de lui demander, mais vu la tête qu'il doit tirer et la réserve de Jim Bim à son égard, il suppose que ce n'est pas le moment pour des plaisanteries matinales. Lui-même de son coté avait mal pris celles d'Hugh au matin d'une nuit visiblement très... vicieuse. Le genre de nuit qu'il veut oublier. Ce matin, il ne se sent pas sale, ni déçu par son propre comportement. Certes il demande rapidement à Nuna s'il s'est bien comporté la veille, ce à quoi elle répond uniquement par un regard bienveillant. Il se sent même de bonne humeur.
Assez rare pour être notifié.

Il se relève enfin, va chercher son caleçon et l'enfile avant de s'approcher de l'encadrement de la porte de la salle de bains pour pousser à peine celle-ci. Lumen dans la mousse, c'est une autre vision, mais pas moins agréable que la veille. Il ne parvient pas à détacher ses yeux du miroir à travers lequel il parvient à la voir.

« Le room service va apporter le petit-déjeuner, j't'en prends un ou t'en vas ? »

Le russe n'a pas l'intention de la retenir si elle s'en va. Il n'a jamais retenu personne jusqu'à maintenant et n'envisage pas de petite crise post-trentaine pour commencer à le faire. Cette nuit, il avait l'impression de retrouver ses vingt ans dans les bras de Lumen, la sensation était agréable et il serait bien prêt à récidiver, mais ce genre d'initiative demande le consentement des deux parties. Et pour le coup, il ignore tout de Lumen à part qu'elle est une excellente partenaire de soirée et une partenaire sexuelle considérablement intéressante. Dans d'autres circonstances, il aurait tout fait pour ne pas la laisser s'enfuir.

AVENGEDINCHAINS
  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant