Aller à la page : Précédent  1, 2
 

A broyer tout le noir, il ne reste que le blanc à la nuit •• Wyatt

 
  
MessageMer 17 Aoû - 20:53
Groupe
avatar
Date d'inscription : 08/04/2014Nombre de messages : 1171Nombre de RP : 208Âge réel : 25Copyright : Air (av) & fucking face (sign)Avatar daëmon :
Charlie SabaniSWEET LITTLE DISASTER




Du sable entre les doigts, de la fumée dans l'eau.
Elle est en train de le perdre. Elle le voit dans ses yeux, dans la houle qui anime ses iris, dans la tension qui déforme les traits de son visage qu'elle avait trouvé si paisible depuis la fin de la guerre civile. Charlie se surprend à regretter : elle n'aurait pas du écouter Andie, pas du croire en cette folie qui risque de l'amener à perdre le peu de liens qui la retient avec Wyatt si ce n'est une politesse respectueuse depuis la sortie du procès. Il ne lui doit rien, même pas de l'argent puisqu'il a bénéficié des aides de l'état pour se trouver un avocat commis d'office. Parce qu'elle avait décidé de rogner sur ses bénéfices fiscaux pour en tirer des bénéfices en notoriété et en assurance. Elle a tout gagné à avoir fréquenté Wyatt, et risque de tout perdre en un claquement de doigts.

Automatiquement, elle s'est redressée sur son siège et observe autour d'eux s'ils attirent les regards. Ce n'est pas le cas. Elle fixe Wyatt, devine la présence d'Adhya par la chaleur réconfortante qu'émet son corps sous la table, même si elle essaie de se faire toute petite. Elle a toujours essayé de se faire toute petite, laissant la parole à Wyatt jusqu'à ce qu'il ait un mot malheureux plus haut que l'autre. Et à ce moment, Adhya intervient, sauveuse d'âme. Les roux admirent autant la smilodon que Wyatt. Ses deux mains se lèvent en l'air, signe de reddition.

« Très bien. »

Cela ne lui ressemble en aucun cas, mais elle abdique. Elle préfère mûrir l'idée et assurer ses sources plutôt que de se risquer à foirer le lien ténu qu'ils entretiennent avec le duo rebelle. Ex-rebelle. Charlie ne peut néanmoins s'empêcher de défendre bec et ongles sa mère lorsque le ton de Wyatt se prête à du désintérêt.

« Parce que son prénom est Andreas, mais elle ne le supporte pas. Andreas Callaghan. Mais si ça te dit rien non plus, c'est qu'elle a du se tromper. Je suis désolée j'aurais pas du te mêler à ça. »

Le verre de jus de tomates est abandonné. Ni soif ni faim ne l'animent réellement. Sa nourriture est spirituelle, et quitte à s'affamer elle adoucira les angles qu'elle même a créés pour ne pas risquer de froisser Wyatt ou Adhya. C'est étonnant cette façon qu'elle a de s'évertuer à rester en bons termes, parce qu'elle l'a défendu en risquant sa carrière et a été idiote à risquer d'effacer tout ça d'un revers de bras. Sa main attrape le téléphone portable, et en signe de trève, le remet au fond de son sac à main pour signifier à Wyatt qu'elle abandonne ses investigations. Finalement, elle fait signe au serveur de venir et commande un demi de bière rouge -il la corrige immédiatement en grimaçant, et finit par hocher la tête. Elle se fiche pas mal de la marque de cette bière, c'est la seule qui ait l'air un peu sucrée. Pour la première bière de sa vie, c'est pas si mal.

D'ailleurs, t'as rien à dire ?
Je sais pas. Je l'ai fait comme ça, sans réfléchir.
Si Naïm te voit...

Naïm ne verra pas. Il ne traîne pas en ville et surtout pas à Perth. A moins qu'Andie ne lui ait mis en tête de sortir en ville ce soir. Elle en doute.

Le serveur lui amène son verre en même temps que Wyatt pose une question à laquelle elle ne s'attendait pas. Ou plus. Sans parvenir à dissimuler son étonnement, Charlie ramène vers elle la bière avec une drôle de grimace faisant retrousser légèrement son nez fin, mais reporte son attention sur Wyatt ,en feignant un détachement qu'elle considère être de rigueur, pour ne pas risquer de les froisser à nouveau.

« Elle a pas donné tous les détails, mais de ce que j'ai compris il y avait deux frères oui. »

Hochement de tête. Elle ne sait plus si elle doit s'avancer encore un peu ou non.

« C'est qu'un coté de ma famille, mais on allait quasiment tous les étés vers Bray et il y avait de la famille à environ trente ou quarante kilomètres. Mais ça remonte à longtemps. »

Les étés à Bray s'étaient transformés en voyages plus lointains, comme si Andie cherchait à fuir quelque chose. Son mariage, quand ça n'allait pas avec Naim (puis ils se retrouvaient presque en pleurant dans les bras l'un de l'autre), mais sa famille aussi. Cela fait plus de dix ans qu'elle n'a pas revu sa grand-mère. C'est comme si elle n'en avait plus.
Ses doigts font tourner l'épais verre de bière aromatisée à la cerise.

« C'est si bon que ça, ce truc ? »

AVENGEDINCHAINS
  
MessageMer 24 Aoû - 16:23
Groupe
avatar
Date d'inscription : 23/06/2010Nombre de messages : 4127Nombre de RP : 237Âge réel : 26Copyright : © Morphine & Cookie.Avatar daëmon :
Wyatt S. OrdwiganADMIN-JVAISPASFAIREUNPAVE...OUPS! ♥|| èé
Je mords!..



Wyatt & Charlie


J'enfouis mon ombre de géant dans le trou de mon coeur, sorte de machine à laver avec du sang à la place de l'eau et de la peau à la place du linge. Temps de séchage : une vie entière.

Âdhya se cogne encore la tête, autant surprise par le prénom que par la découverte du nom de famille. Espoir envolé…

Sabani. Callaghan. Leur nom de famille était celui de Donnell. Les demi-frères Owen et Cieran Donnell. Ta mère n’a aucun lien avec eux.

Sans père, Siobhan avait donné son nom de famille à ses deux enfants… Ma main glisse sous la table pour retrouver le crâne de la Smilodon qu’elle venait de reposer sur ses pattes. Elle comprend avec malheur l’erreur de Charlie et de sa mère en tuant les derniers désirs de retrouvaille de mon âme avec cet ange qui s’est occupé de nous au péril de sa vie pendant des années. Espérance bien trop grande à l’entente de cette conversation venant de chuter dans un millier de fracas. Elle soupire et ferme les yeux lorsque les miens cherchent à retrouver son ambre. Je suis désolé Âdhya… Mais elle reste silencieuse, il faut que le contrecoup puisse passer. Et rien ne s’arrête en si bon chemin, on a connaissance des deux frères mais les informations de Charlie sont apparemment limitées. Elle n’est finalement pas plus sûre que moi sur le sujet. Finalement ça ne valait pas le coup de s’évertuer dans une conversation comme celle-ci, à part venir remuer un monde qui était endormi, cela n’a servi à rien d’autre. J’observe la bière que Charlie à choisit et laisse glisser mon regard sur mon verre, écoutant distraitement les mots qui sortaient de sa bouche alors que mes épaules s’affaissèrent. Abandon.

Nous avions de la famille à Bray… Nous vivions dans les bas-fonds de Arklow sans jamais en sortir. Très rarement en tout cas. Trop rarement…

Âdhya rouvre ses yeux et les dépose sur mon visage pendant que je me laisse perdre dans des souvenirs que je n’aurais jamais voulu croire réels. Ma résistance, la Smilodon savait que c’était pour elle qu’elle était en train de faillir.

Si le prénom d’Andreas semble dire quelque chose à Âdhya, chez moi il ne m’évoque rien. Je me souviens seulement que mon frère et moi trouvions asile chez quelqu’un même si ce n’était que l’espace de vingt-quatre ou quarante-huit heures, guères plus, Siobhan ne le tolérait pas. Une trêve avant de replonger en enfer.

Je ne sais pas si j’ai vraiment envie d’observer Charlie à cet instant… Pourtant je le fais, mes iris cherchant les siens. Huit années gâchées, huit années qui me couvre de honte, huit années à me sauver et j’ai laissé ma colère haïr se frère qui me sauvait durant chaque jour et chaque nuit de notre existence. Je ravale ma salive en silence, doigts cerclant le verre avant qu’il ne se laisse porter jusqu’à ma bouche. Je n’avais été qu’un incapable. Il avait été mon surhomme… Dans le silence du pub si peu remplit j’arrive à me rendre compte que si jusqu’alors je ne voulais voir personne en lien avec la génitrice, c’était certainement parce qu’il y avait certaine chose dont je ne voulais pas me rendre compte. Un zéro qui devient un héros pour les autres… Même Hercule a eu un plus beau parcours que moi. Tu n’as pas choisi ce que tu es devenu Wyatt. Owen serait fier de voir ton parcours, tu n’es plus l’enfant que tu étais et c’est peut-être aussi pour cela que tu tiens tant à ce que les gens dissocient Cieran de Wyatt. Regarde ou tu en es, tu n’as rien à regretter. Me renfonçant dans ma chaise, je ferme les yeux pour quelques secondes, question de la rousse concernant la bière n’arrivant pas à se frayer un chemin dans le file de mes pensées. La tigresse sort de dessous la table, venant s’installer au plus près de moi, son flanc touchant mon corps. Sa présence me rend mon regard sur le monde.

Ce n’est pas une confidence Charlie, seulement ma vie…

Réalité. Il n’y a rien à cacher même si l’accepter est quelque chose qui est loin d’être simple. Charlie n’était pas particulière à mes yeux comme pouvait l’être Cillian. A lui, j’avais ressenti le besoin de me confier, j’avais besoin qu’il m’écoute, j’avais besoin qu’il sache. Mais pas Charlie. Alors peut-être qu’elle me dirait effectivement que je n’avais rien à voir avec elle. Peut-être que mes aveux confirmeront ses pensées. Peut-être que je suis vraiment son… Cousin ? Je n’en sais rien… Puis qu’est-ce que c’est que d’avoir ce genre de lien dans une famille ? Je n’avais aucune connaissance dans ce domaine… Nouvelle gorgée, émeraude des yeux fixant le plafond un court moment avant que la question de l’avocate revient frapper à la porte de mon esprit.

C’est presque de l’urine ce que tu as pris aussi. Elle est dégueulasse cette bière et en plus elle ne semble même pas fraiche… Tiens.

Et je fais glisser mon verre jusqu’à elle, lui laissant le loisir de boire dans le mien si l’envie l’en prend.
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2