Le forum sera en maintenance demain (mercredi) en après-midi et en soirée. N'hésitez pas à venir squatter la CB!


 

Let's start something new # Nollaig

 
  
MessageSam 13 Mai - 22:07
Groupe
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1480Nombre de RP : 151Âge réel : 22Copyright : Misty MountainsAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
La matinée fut tranquille, Liberty se réveilla dans les environs de dix heures, au plus grand bonheur de son âme. Et encore plus lorsqu'elle décida qu'exceptionnellement ils n'iraient pas courir. Résultat, il passa le reste de la matinée sous la couette qu'ils avaient partagée durant la nuit. Leur nuit avait été plutôt bonne, il avait apprécié que sa daëmonienne le sert contre elle, un peu comme un doudou. De toute façon, lorsqu'ils sont en contact, ils ont l'impression d'être complétés. Ils n'en ont jamais parlé à personne, même pas à Helena, ça leur semble naturel même si Canaö s'est déjà demandé à plusieurs reprises si ça faisait la même chose pour les autres. Après une bonne douche où elle se lava les cheveux, histoire d'enlever les dernières couleurs qu'elle avait appliquées il y a quelque temps, Liberty s’attela à ranger leur chambre. D'après ce qu'elle savait dans la journée devrait arriver une nouvelle colocataire. Depuis un moment déjà, ils vivent seuls dans ce studio en colocation, ça ne les dérange pas plus que ça, au moins ils sont sûrs d'être tranquilles. Mais l'un et l'autre sont d'accord sur le fait qu'ils sont heureux d'avoir de la compagnie et qu'ils sont contents de savoir que quelqu'un va venir emménager. Espérons que la personne ne soit pas trop bruyante, ça se passerait mal si celle-ci est fêtarde et organise des fêtes dans leur studio sans les prévenir et les empêche de se reposer. C'est qu'ils ont besoin de leur petit espace, de leur calme, de leur bulle les deux Finlandais. Ou juste, entendre la musique à fond dans l'une des chambres, ce qui empêcherait la miss Seagard de se concentrer sur ses études. Mais Liberty est quelqu'un d'optimiste et positive, elle préfère voir les bons côtés des choses et des gens au lieu de s'étendre éternellement sur les mauvais côtés. Personne n'est parfait ! Et surtout pas elle !

Ce qui est agréable quand on est samedi, c'est que lorsqu'on n'a pas cours, qu'on ne bosse pas et qu'on n'a rien de prévu, on se sent plus libre, moins stressé, moins oppressé et on peut faire plus de choses. Et surtout, se relaxer. Enfin bref, Liberty a des façons autres que le yoga pour se relaxer. Étudier – si, ça la détend – regarder un épisode d'une série ou un film, lire, écouter de la musique, jouer à un jeu vidéo, sortir. Bon, aujourd'hui, il semble faire un peu froid et pour une fois qu'elle n'a pas envie de sortir et surtout glander, autant en profiter ! C'est un événement assez rare lorsque l'on connaît bien la Finlandaise. C'est une jeune femme dynamique, sociable et qui préfère passer du temps dehors que rester enfermée à l'intérieur, pas forcément avec ses amis, mais faire des activités c'est ce qui lui plaît. Canaö suit bien entendu le mouvement, il aime bien s'occuper avec sa daëmonienne, mais entre être à l'extérieur ou être à l'intérieur, lui il préfère sans trop hésiter le confort de l'intérieur. Bon bien entendu, il y a des moments où il adore être à l'extérieur, lorsqu'il y a eu les événements organisés durant l'été, il a plus qu'adorer être dehors. Mais quand il ne fait pas si chaud que ça et qu'il y a moyen de pantoufler, autant rester sous les couettes à se reposer ou à regarder un dessin animé. Certes, vous me direz, il a une fourrure épaisse pour le protéger, mais rien ne vaut le bonheur d'être au lit quand le soleil est caché par la grisaille. Ainsi, après avoir fini de ranger la chambre, ce qui fut assez court, l'étudiante décida d'avancer – bon ok, de finir – le bouquin qu'elle a emprunté il y a quelques jours à la bibliothèque.

Lorsqu'elle releva le nez du livre, après avoir lu la dernière page, elle remarqua qu'il était midi passé de quelques minutes. Après une courte réflexion, se remémorant ce qu'il restait dans le frigo, elle décida de faire des patates au lard. Pas question de compter sur le panda roux, ça serait prendre le risque qu'il mange le lard. Ainsi, elle s'attela à la tâche de préparer à manger, en tout cas pour elle. Et puis comme ça, il y en aurait assez pour ce soir, histoire qu'elle n'ait pas à se préparer quelque chose. Donc, pour le dîner ça serait soit ça, soit des pâtes avec du jambon ou des saucisses de poulet. Tiens, avec la nouvelle venue, elles n'iront qu'à faire les courses ensemble pour voir ce qui pourraient leur plaire. Et puis, ça la poussera à sortir. Sinon, il faudra se contenter de ce qu'il y a. Liberty est capable de se contenter de peu même si elle vient d'une famille plus qu'aisée. Suivant la recette, elle mit le tout dans la cocotte, mit le minuteur en marche sur la plaque de cuisson, se lava les mains et décida de laver l'endroit où elle avait fait sa préparation puis de mettre la table. Dix minutes ce n'est pas beaucoup, mais la bio-kinésiste est quelqu'un de rapide et efficace, et puis, elle n'en a pas foutu partout. Cela ne l'étonna pas de voir la bouille de son daëmon sortir de la chambre et venir jusqu'à elle lorsque la bonne odeur du plat se fit sentir. Tout de même, elle décida d'ouvrir la fenêtre de la cuisine pour éviter que ça ne sente partout. Une fois prêt, elle servit la nourriture. Pas trop pour Canaö, elle le resservira lorsqu'il aura fini son assiette, parce que monsieur a tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre. Puis elle se servit, s'assit à côté du petit panda qui s'est hissé sur le tabouret. « Bon appétit ! » lança-t-elle avant de commencer à manger, remercier rapidement par son âme qui ne l'avait pas attendu pour commencer à se sustenter.
  
MessageMer 7 Juin - 23:10
Groupe
avatar
Date d'inscription : 03/02/2017Nombre de messages : 87Nombre de RP : 12Âge réel : 19Copyright : oystermagAvatar daëmon :
Nollaig E. O'MalleyNothing will be the same...
Je referme d'un geste brusque les lanières de mon sac à dos, glisse mon tabac dans les poches de ma veste de pluie kaki que j'enfile en quelques mouvements. Tomas se tient vers la porte, assis m'observant sans un mot.
Il ressent parfaitement la peur de la jeune femme. Après tous aujourd'hui est un nouveau départ. Un grand saut dans un mode de vie qu'elle n'avait pas connu jusqu'à maintenant. La vie étudiante ! Mais bon cela ne changeait pas son rôle. Veiller sur elle. Ils en avaient parlés de nombreuses fois avant de demander un logement étudiant au plein cœur de l'université. Elle avait voulu prendre sa vie en main, et Rafi était un peu loin de l'université. Mais encore aujourd'hui elle hésite. L'odeur de la nourriture épicée du vieil homme attire son attention. Il redresse la tête, renifle sans discrétion l'air.

-Je pense que cela va être l'heure d'aller manger. Nollaig se tourne vers lui, prête à répliquer. Il ne la laisse pas prendre la parole. Edi' fait lui ce plaisir. Tu sais qu'il s'est attaché à toi durant ces mois-ci.

Elle ne peut que hocher la tête. Il lui a offert un toit et c'est lui qui l'attendait tard le soir quand elle disparaissait sans un mot.
Ou il venait carrément te chercher.
Oui... Elle se souvient encore du vieil homme lui souriant avec douceur, son parapluie sombre au dessus de sa tête. Et elle, assise sur un banc dans un parc dont elle a oublié le nom, alors que la pluie tombait avec force. Une autre fuite envers les cauchemars.. Il a fait preuve d'une grande patience envers elle.

Elle quitte son manteau qui vient reposer au creux de son coude, et remet son sac sur une épaule. Tomas sur ses pas, elle quitte sa chambre et descend le vieil escalier en bois. Celui-ci grince sous ses pas. Ses affaires vont reposer sur la première marches. Ils s'avancent dans le salon. Un plat en terre coloré et de forme si particulière trône au centre de la table ronde en bois. Alors que Rafi doit encore se trouver dans la cuisine, la jeune femme va vers les meubles et commence à mettre la table.
Quand elle a fini, le vieil homme se tient à l'entrée du salon. Elle ne sait pas exactement depuis quand il se tient là.. Cette fois-ci Tomas ne l'a pas prévenu de sa présence. Finalement il l'a véritablement accepté, et se tient d'ailleurs non loin de lui. Ils mangent dans une atmosphère calme mais remplie de mélancolie. Tous les deux savent que ce n'est pas un adieu mais cela n'empêche pas de rendre la séparation douloureuse. C'est une perte de repère pour tous les deux.. Mais bon elle continuera à venir travailler certains soirs selon ces cours.
Un dernier mot échangé, la première embrassade que Nollaig n'a pu refusé au vieil homme et l'instant d'après elle referme la porte derrière elle, sans un regard. Alors que la jeune femme adopte une foulée rapide, Tomas trottine à ses côtes. Évitant les gens, il observe son âme sœur. Elle avait laissé Rafi l'enlacé, et lui avait même rendu le geste. Etre en contact avec quelqu'un . Recevoir et offrir un geste de tendresse.. Ce sont des choses qu'elle a jusqu'à maintenant s'était refusée. Ses babines s'étirent en un sourire canin. Elle peut s'ouvrir au monde finalement.

Les voilà arriver. La jeune irlandaise marque une pause entre de bâtiments de l'université. De nombreuses personnes, elles déambulent sur le béton: étudiant, professeur, ou simple passant.. Ils sont tous plus ou moins bruyants ou rapide. En groupe ou seul.. Mais la plupart sont des daeomoniens.. Même si la présence de gens comme elle la rassure cela ne lui suffit pas. Elle ne sent pas à sa place. Cela fait des années qu'elle n'a pas été dans une école, ayant arrêté tôt. C'est un milieu qui lui est totalement étranger.. Mais franchement pourquoi elle pense que tous cela la concerne ? Qu'elle est prête pour ça ?

Ce n'est pas ça la bonne question. Personne n'est prêt. La question est surtout es-tu assez courageuse pour plonger là dedans ?

Tomas se tient à quelques pas devant elle, n'ayant pas remarqué tous de suite sa pause. Il l'observe, attendant une réaction de sa part. Il sent sa peur, lui rappelant un souvenir avec nostalgie. Un de ses premiers jours d'école, alors qu'il était sous forme de d'insecte, un scorpion peut être au creux de son cou. Elle était effrayée par ces gens, par sa différence et ce nouveau lieu avec d'autres codes à comprendre et à appliquer. C'est la même sensation qui l'habite ici. Il piétine sur le sol, montrant son impatience.

Tu t'en ai tiré après presque cinq ans dans la rue. Ce n'est pas une université qui va te faire peur.
Grace à qui ?
Raison de plus. Fais moi confiance. Je veille sur tes arrières.


Dans un sourire, la jeune femme resserre sa prise sur son sac sur son épaule et se remet en route. Ainsi elle se mêle à la foule. Leur foulée, si semblable, souple et grande les mènent jusqu'aux studios universitaires.

Tu te souviens quelle est la chambre ?
-La 103 normalement répond t-elle après avoir tiré un papier de sa poche.
Il y a déjà quelqu'un ?
-Oui. Une fille normalement.

La jeune femme esquisse un sourire en sentant l'agacement de Tomas. Lui aussi n'a jamais été bien sociable.. Il redoute déjà la futur cohabitation. Elle va pour dire quelque chose mais le lévrier la coupe en grognant.

N'essaye même pas
Pourquoi serai-je la seule à recevoir une morale


Sa seule réponse est un coup de museau dans sa main suivi d'un claquement de mâchoire.

On est arrivé.

Nollaig ne cherche pas à aller plus loin et observe la sonnette. Elle devine un nom dessus. Liberty Seagard/Canoe. Les secondes s'écoulent. Une inspiration et elle frappe à la porte. Elle a toujours détestée le bruit des sonnettes...
  
MessageSam 24 Juin - 21:03
Groupe
avatar
Date d'inscription : 08/06/2014Nombre de messages : 1480Nombre de RP : 151Âge réel : 22Copyright : Misty MountainsAvatar daëmon :
Liberty B. SeagardBeautiful kinectic rainbow
Vivement les vacances ! Plus besoin de bosser, réviser, ils pourraient profiter de l'été. Ou en tout cas en partie, car Liberty travaille au centre nautique à Perth Amboy, mais ça reste un bon moyen de profiter de la chaleur estivale. Elle envisage même d'en profiter pour aller visiter quelques villes du pays. Il serait temps depuis qu'elle est arrivée ici ! Ils ont déjà pu profiter cette année d'un court séjour à New York et envisagent d'y retourner. Ce n'est pas assez deux jours pour visiter cet endroit. Liberty n'a pas encore d'idée précise d'où aller car elle a envie de tout voir, mais elle ne pourra sans doute pas tout voir en un été. Certes, elle est héritière d'une belle fortune mais elle est peu dépensière, pas radine, juste économe. C'est assez bête vu comme ça, elle a beaucoup d'argent sur son compte et n'a donc pas à se restreindre, mais Liberty n'est pas du genre expansive en permanence. Bien entendu qu'il lui arrive parfois de dépenser beaucoup, mais il ne faut pas oublier que l'argent sur son compte n'est pas éternel, heureusement qu'il est alimenté par le petit salaire qu'elle reçoit de son boulot. La miss Seagard n'arrive pas à voir clairement qu'elle travaille la tenterait, elle est encore dans ses études et se voit très bien les continuer après ce cursus. Tant de choses la passionnent et elle pourrait sans aucun doute tout plaquer pour partir faire le tour du monde, et pourtant, elle reste ici à Merkeley à étudier. C'est qu'au fond, un train-train quotidien, c'est agréable ! Mais l'idée de faire le tour du monde a tendance à la séduire, mais elle sait qu'au bout d'un moment elle aurait le mal du pays, comme il lui arrive d'avoir en repensant à sa contrée natale. Plus d'une fois elle a eu un coup de cafard, devenant nostalgique et souhaitant rentrer chez elle. Parce que même si elle habite à Merkeley depuis plusieurs années et qu'elle peut bien dire que c'est chez elle, ça ne le sera jamais totalement.

Alors qu'elle est entrain de déjeuner, elle entend que sa frappe à la porte. Est-ce le garçon qu'elle a entendu lorsqu'elle faisait la cuisine qui demandait si quelqu'un n'a pas vu son calendrier Pirelli ? Ou est-ce la nouvelle venue ? Elle boit rapidement une gorgée, s'essuie les lèvres puis se dirige vers la porte qu'elle ouvre avec un joli sourire. Tiens, c'est une fille qui se tient là. Elle émet l'hypothèse mentale que c'est bel et bien elle au vu des affaires qu'elle transporte « Bonjour, tu es la nouvelle colocataire c'est ça ? allez-y, rentrez ! » elle se décale pour les laisser entrer « Je suis Liberty et lui c'est Canaö. Nous sommes entrain de déjeuner, souhaitez-vous vous joindre à nous ? » Peut-être trop intrusif ? Peut-être un peu trop joyeux ? En même temps, elle ne la connaît pas, mais elle ne sait pas vraiment comment agir lorsqu'on accueille une personne alors qu'on est entrain de manger. Les colocataires ça va et ça vient et elle ne sait pas pour combien de temps celle-ci restera ? Mais la moindre des choses et de leur proposer à manger, après tout, il y en a suffisamment pour tout le monde ! « Bonjour ! » fait le panda roux du haut de son tabouret, lui aussi il s'essuie – même si un peu maladroitement – avant de descendre du tabouret pour aller accueillir les deux arrivants. Son assiette, comme celle de sa daëmonienne, n'est pas finie, mais la moindre des choses est d'aller vers eux.

Une fois que le duo est rentré, la miss Seagard ferme la porte derrière eux. « Eumh … il y a deux chambres libres, je suppose que vous pouvez choisir celle que vous voulez. » Elle a bien eu la possibilité de choisir lorsqu'elle est arrivée ici, ça n'a pas dû changer depuis le temps. Ça lui fait bizarre d'avoir quelqu'un qui va habiter avec eux, mais il est facile pour elle de s'y réhabituer. Après tout, ce n'est pas comme si elle ne l'avait pas déjà fait. La jeune femme espère que ça se passera bien, elle sait que ça peut mal se passer entre certaines personnes, mais elle n'est pas du genre intrusif, elle est sociable et tolérante, même si bien entendu elle a des limites. Et puis, les deux daëmoniennes vont avoir à apprendre à se connaître, comme pour leurs âmes respectives. Par contre, c'est vrai que Canaö peut être un peu intrusif, mais elle saura le gérer s'il le faut. C'est son côté à vouloir absolument sympathiser avec tout le monde qui fait que parfois il oublie les limites et les dépasse sans s'en rendre compte.
  
Message
Groupe
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1