La fuite, c'est chic !

 
  
MessageMer 13 Sep - 21:56
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 70Nombre de RP : 15Âge réel : 27Copyright : MojeAvatar daëmon :
Lulla C. PietruNothing will be the same...
Qu'est-ce que c'est que ce délire ? a été ma réaction première à la lecture du mail de M. Delaway. Passé mon étonnement entièrement justifié, a suivi une colère tout aussi légitime ! Ce vieux croulant à l'haleine douteuse - je rappelle que je vis avec un chacal, donc je maîtrise le sujet - ose me menacer, MOI, de me virer officiellement de la liste de ses étudiantes, m'affublant d'un zéro pour les notes finales, sous prétexte que je ne l'ai vu qu'une fois depuis le début de l'année ? - Tu n'es même pas restée jusqu'à la fin du cours, précise ma moitié, plus ennuyée par mon état émotionnel que par autre chose. Je dérange sa tranquillité voyez-vous ! - Ce n'est pas le sujet ! Oui. Je pratique aussi l'art de lla mauvaise foi à un niveau olympique. - Il t'a simplement vexé en te reprenant sur la prononciation d'un nom. Je peste en cliquant sur imprimer pour avoir une preuve de ce chantage odieux. Je lui ai rendu le devoir demandé en temps et en heure. De plus, si je me fie à la correction refilée par un camarade, je méritais au moins un B ! Possiblement un A ! Pardonnez-moi de connaître les grands noms des peintres contemporains, j'ai été élevée au milieu d'une putain de galerie d'art ! Ce type n'a rien à m'apprendre sinon l'art de faire périr les autres d'ennui. Son discours est monotone, son langage dépassé, quant à son style vestimentaire, je préfère ne même pas aborder le sujet !

- Si c'est ce genre d'arguments que tu comptes donner au surveillant, tu n'auras jamais de dispense, annonce Mahkha avec son flegme habituel, saupoudré d'un soupçon de moquerie. Merci du soutien, le chien ! Je m'arrête net dans le couloir qui mène au secrétariat général pour le plaisir d'interroger mon daëmon du regard.

- Tu doutes de moi, le traître ?

Je l'entends rire sournoisement dans ma tête. Ce qu'il peut être agaçant quand il s'y met ! Est-ce que moi, je l'enfonce quand il prétend que non, il n'a pas mangé le dernier muffin qui traînait sur la table ? Non. Enfin, si. Mais uniquement quand le muffin en question m'était réservé ! Bref, ce n'est pas le sujet. Je profite de cette pause pour souffler longuement avant de réinspirer très lentement. Je calque mes battements de cœur sur mes pas, histoire d'atténuer l'excitation que je ressens. J'ai besoin d'être calme pour pouvoir être performante dans mon jeu préféré. Arrivée devant la porte du secrétariat, je suis largement plus apaisée. Je jette un coup d'œil à Mahkha.

- Prêt pour une leçon de savoir-faire ?
- J'ai hâte d'entendre un refus.


Je souris. Nous sommes, la plupart du temps, incapables de ne pas nous chamailler. Mon poing rencontre la porte, trois fois, à intervalles réguliers. J'attends qu'on m'y autorise pour entrer. J'arbore volontairement une mine déconfite, les yeux grands ouverts et la lèvre inférieure tremblante sous l'effet d'un stress feint. Par bonheur, je suis face à homme assez jeune, accompagné d'un hibou. Je croise mentalement les doigts pour qu'il soit sensible à l'idée de jouer les héros. Qu'il sauve donc la demoiselle en détresse que je prétends être.

- Bonjour.
Je module ma voix pour la rendre douce, misant sur ma carrure frêle pour donner une impression de fragilité. Je suis désolée de vous déranger, mais, j'ai reçu un mail de mon professeur et... Je suis très embêtée. Je rive mes yeux de poupons aux siens, plus sombres avant de faire glisser le mail en question sur le comptoir. Je ne peux pas me permettre d'avoir un zéro dans cette matière. Ni ailleurs. Le problème, c'est qu'avec mes cours à distance en plus, j'ai du mal à organiser mon planning. Comme je maîtrise plutôt bien les courants picturaux actuels, je me demandais si vous aviez une solution à me proposer. Comme par exemple une dispense de présence ? Au hasard, bien sûr. Petite pause. S'il vous plaît. Je me prends tant au jeu que je ressens physiquement l'effet d'avoir une boule dans la gorge. Si bien qu'il m'est facile d'ignorer la remarque sournoise de mon daëmon.

- Oh pauvre petite. Il ne manque que les violons et des larmes, et on se croirait dans un des films stupides que tu regardes.
- Tais toi, tu me déranges.


Heureusement, nos conversations sont toujours d'esprit à esprit entre ce casse-pied et moi. Je préfère largement concentrer toute mon attention sur le jeune homme en face de moi.

- Vous pensez que vous pouvez m'aider ?
J'ajoute ça d'un air désemparée, histoire de tester sa sensibilité.
  
MessageJeu 14 Sep - 15:19
avatar
Date d'inscription : 05/08/2017Nombre de messages : 50Nombre de RP : 3Âge réel : 24Copyright : Son propre instagram (BigFlo-Real)Avatar daëmon : Azula - Hibou Grand Duc
Nao MuiTake the time before it takes you
Marc, Éric, et un auto-proclamé Razorhead. Nao relisait son carnet des élèves à surveiller de prêt, en ce tranquille début de journée, tandis qu'Azula somnolait, énorme boule de plumes posé sur le dossier de son siège. Si ces élèves étaient assez intelligent pour ne jamais franchir la ligne, Marc avait pour sa part la fâcheuse manie de laisser des gens accrochés à des hauteurs pas possible. Il jeta le petit carnet sur le bureau incrusté au comptoir et s'étira de contentement, si le calme lui allait, il avait tout de même hâte qu'Azula prenne son tour pour qu'il puisse dormir un brin.
Azula se réveilla alors qu'on frappait à la porte du secrétariat faisant ôter au daëmonien ses pieds du meuble alors qu'il autorisait un jeune femme à entrer.
Autant pour sa sieste, au moins cette fois allait-il pouvoir aider un étudiant sans que ce soit en le réprimant dans ces envies de dominations universitaire. Il réprima un rire en voyant l'air de chien battu de l'élève, il sentait que l'interlude allait être amusant. Cette dernière lui présenta une impression d'un mail reçu le matin même, ainsi que la situation avec l'espoir visible d'échapper à une remontrance ou même à un cours quelconque. La hibou sauta sur le comptoir d'un mouvement d'aile et parcouru le document, tandis que Nao écoutait attentivement l'histoire.

*Tu n'a pas reçu un mail aussi de ce M.Delaway? Il évoquait une certaine Lulla je crois.*
-Lulla C. Pietru j'imagine? énonça le surveillant après une petite vérification de la boite du centre, tant pour son daëmon que pour la jeune femme. Ton prof nous à prévenu de la situation également. Il semble en revanche avoir ajouter un petit détail piquant qui ne figure pas dans celui que tu as reçu: Tu aurais réagit d'une manière qu'il juge irrespectueuse à son cours et son statut d'enseignant.

Il fourragea dans son collier de barbe court en réfléchissant à la conduite à tenir tandis qu'Azula tentait de percer sur le visage du chacal un possible indice de mensonge.
**Levé du mauvais pied?** lança Azula au daëmon qui arborait un air un peu las.

-Je peut essayer de voir avec lui pour qu'il te lâche un peu la bride mais je pense pas pouvoir te dispenser de présence totalement...
Il attrapa un bloc note à spirale et un crayon sous le comptoir avant de reprendre plus pour lui-même:
-D'autant que M.Delaway est pas le genre compromis et bons amis...
  
MessageDim 17 Sep - 19:48
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 70Nombre de RP : 15Âge réel : 27Copyright : MojeAvatar daëmon :
Lulla C. PietruNothing will be the same...
- Oui, c'est moi. Il y a là, une légère crispation dans ma voix. J'aurais préféré que le surveillant se concentre sur ma personne plutôt que sur son ordinateur. Je fais meilleure impression que mon cursus. Nul doute à ce sujet ! Qui sait ce qui réside encore dans mon dossier universitaire ? Est-ce que mes frasques au lycée m'ont suivie jusqu'ici ? Vol, insolence, absentéisme, délits mineurs... Toute la période Audrain a eu un effet désastreux sur mon comportement en milieu scolaire. Il est même possible qu'il y soit fait mention d'une bataille de nourriture à la cafétéria et d'un incident d'alcool dans le punch du bal de promo. Mon argument fétiche ? J'étais jeune, naïve et influencée par un petit-copain plus âgé. Pauvre petite moi ! Il n'y a qu'à jeter un oeil aux deux dernières années : notes largements améliorées et comportement beaucoup plus respectable.Mes rares écarts de conduite, j'ai l'intelligence de les dissimuler et de me faufiler entre les mailles du filet.

Ceci dit, ça pourrait largement compromettre mes plans... Je vais devoir adapter ma stratégie à ces nouveaux paramètres. Qu'importe, ça ne rend le jeu que plus amusant puisqu'il paraît qu'à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Et, moi, je carbure à la fierté. En apprenant que M. Ennui Mortel a eu l'audace de prévenir l'administration de notre petit désaccord, je baisse les yeux. Je me mords nerveusement la lèvre, prétendant être inquiète. Alors qu'à l'intérieur, un volcan de colère vient d'entrer en éruption. Comment ce vieux rat d'égout puant a-t-il osé mettre en péril ma scolarité et ma réputation ? Tout ça pour une simple anicroche ! Mahkha, fidèle à lui-même, se délecte de la situation, bien décidée à ne m'aider sous aucun prétexte. - J'ai hâte de voir ce que tu vas inventer. Assister à ma tentative de défense est bien la seule chose qui l'intéresse dans ce conflit qu'il juge stupidement humain. Lui et moi n'avons pas du tout le même sens des priorités. - Je ne pensais pas l'avoir offensé. Mon élocution est claire, mais je détourne le regard, comme par gêne. - Nous étions en désaccord sur la prononciation d'un nom. Je crois qu'il n'a pas apprécié qu'une élève puisse souligner son erreur. Ce n'est pas vraiment comme ça que ce sont déroulés les évènements, je vous l'accorde. J'évite d'écouter les précisions que le chacal insinue dans mon esprit. Il n'a pas besoin de me rappeler continuellement que j'ai merdé. J'en ai conscience. Je sais pertinemment que je n'aurais pas dû me laisser emporter par mon égo. Peut-on se concentrer sur la façon de résoudre le problème maintenant ? Parce que l'auto-flagellation ne m'intéresse pas vraiment.

Pendant une seconde, je crois avoir gagné. Sauf que si Mahkha se désintéresse de ma personne, ce n'est que parce qu'il a été troublé dans ses moqueries. Il fixe ses yeux d'ambre sur la chouette. Puis, il détourne ostensiblement le regard avant d'aller s'asseoir dans l'embrasure de la porte, nous tournant à tous le dos. Le message est assez clair : Mahkha a mauvais caractère et n'a pas l'intention de communiquer.

Au moins, comme ça, je vais pouvoir me concentrer entièrement à ma mission sans entendre ses petits commentaires nasillards. Quand le surveillant reprend la parole, ma respiration se bloque un instant. J'expulse finalement l'air dans un soupir de soulagement. Ce n'est pas la réponse que je souhaitais, mais, c'est toujours mieux que rien. - Alors qu'est-ce qu'il est possible de faire ? J'essaie d'accrocher son regard avec mes yeux de poupons, fidèle à mon rôle de demoiselle en détresse. Qui ne tente rien n'a rien, après tout. - J'ai peur qu'il me prenne en grippe pour le reste du semestre. Si une dispense n'est pas possible.... Pause dramatique. - Peut-être qu'un changement de cours serait possible ? Il me semble qu'un autre professeur enseigne cette matière. Allez ! S'il te plaît ! Tire-moi de ce pétrin dans lequel je me suis fourrée. Nous ne sommes qu'au début de l'année, peut-être y'a-t-il encore de la place dans cet autre cours. Ou bien des désistements. - Vraiment, je ne suis pas sûre que M. Delaway vous écoute et... Je ne peux vraiment pas me permettre d'avoir un zéro dans cette matière. Ce serait le scandale assuré. Mes prérogatives familiales sauteraient immédiatement, m'enlevant le peu de liberté que j'ai eu tant de mal à m'octroyer. Je serais peut-être même contrainte de supporter des cours particulier avec les collaborateurs de mon grand-père.... Ce n'est pas envisageable !

- Peut-être connaissez-vous un moyen d'arranger la situation ? Pour être honnête, M. Delaway me fait un peu peur, monsieur ?
Je laisse volontairement traîner ma voix, dans l'attendre d'un nom, ou encore mieux d'un prénom !

  
MessageJeu 21 Sep - 17:14
avatar
Date d'inscription : 05/08/2017Nombre de messages : 50Nombre de RP : 3Âge réel : 24Copyright : Son propre instagram (BigFlo-Real)Avatar daëmon : Azula - Hibou Grand Duc
Nao MuiTake the time before it takes you
Nao se gratta le sommet du crane avec son crayon, cherchant une idée qui prenait son temps tandis qu'Azula étrécissait les yeux suite à la réaction du chacal. Un long soupir de cette dernière vint ponctuer l'explication de Lulla: Delaway avait été tatillon sur un nom? Juste ça? Personne n'était vraiment dupe quand à la simplicité du problème mais la réputation du vieux bonhomme permettait tout de même de visualiser facilement la scène.
-Peut-être qu'un aménagement pourrait être arrangé mais ça va pas être simple répondit Nao en haussant les épaules. Une dispense? Pas le genre de mot qu'Azula appréciait, ça la rendait parano au possible.
*Je ne serait pas surpris que je soit dans le vrai pour cette petite quoique tu puisse en penser*
Et la voilà qui se lançait, Nao coupa court en reprenant de sa voix tranquille.
-Je peut demander que la moitié de tes cours soit assuré par un autre professeur, mais ce devra être Delaway qui choisit quels cours sont concernés et ce pour tout le cursus. De plus, tu devra strictement te conformer à ce qu'il te dit, quand bien même tu trouve qu'il a tort. Pour la raison de tout ça... va falloir improviser.... ajouta-t-il en se frottant la nuque alors qu'il relisait une dernière fois le mail imprimé.
L'avantage de l'art, c'est qu'on pouvait invoquer un parent qui trouvait le professeur trop biaisé par son idée du pictural pour faire honnêtement sa tache.
Il éclata de rire à la description de la Pietru:
-Il n'écoute personne! N'est-ce pas la raison indirecte de ta présence ici? Du reste je doute qui quiconque dans cet établissement ai la prétention de se permettre des zéros dans quelque matière que ce soit. termina-t-il en agitant la main comme pour chasser un invisible insecte.
Il contourna le comptoir tandis qu'elle terminait sa plaidoirie dont il commençait à voir les failles.
-Chaque professeur sait se faire respecter à sa manière, si il te fait peur, ce n'est sans doute pas tout à fait sa faute.
Il attrapa un gilet en cuir avec une épaulette renforcé sur laquelle Azula alla se percher et frappa 5 coups sur la porte du bureau d'à côté. Il se tourna alors sans attendre vers l'entrée du secrétariat et pris la route de l’amphithéâtre 5 pour essayer de démêler le nœud qui lui était tombé dans les bras. Azula répondit à Lulla d'un ton doux depuis l'épaule de son daëmonien:
-Suivez Nao, j'espère pour vous que vos parents à le sens de l'humour: vous allez en avoir besoin.

HS:
 
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1