Let It Go ! - Benedict

 
  
MessageLun 15 Jan - 16:01
avatar
InvitéInvité
Let It Go !

J'étais une grande casanière tout comme Snow, je restais généralement au Studio plutôt que d'affronter le froid et le regard des autres dehors. On était en plein hiver, il faisait froid tout le monde était en doudoune et mitaine. On venait tout juste de passer les fêtes, c'était une nouvelle année qui commençait. Quelles étaient mes résolutions pour cette année ? Aucune. Les résolutions c'est un peu comme une promesse que tu ne tiendras jamais de toute façon. Pour moi les fêtes s'étaient passé seules, ce n'est pas la première fois j'avais l'habitude. Et puis il y avait bien ma moitié avec moi. J'envie ceux qui peuvent les passer en famille, ou avec leurs amis. Snow regardait une bonne vieille série d'experts, et lisait un bouquin. Moi je regardais par la fenêtre, quand tout à coup je vis un flocon de neige passer. Puis deux, puis trois et ils s'enchaînaient. Ce n'était pas souvent que je voyais de la neige, c'est vrai qu'à Paris il ne neige pas si souvent que ça. La vue de cette neige m'avait réjoui et je commençais à m'habiller pour sortir. J'enfilais un manteau, je mis des chaussures bien chaudes et je filais à toute allure. Snow était toujours émerveillé par la neige, on peut le comprendre c'est après tous une panthère des neiges. C'est l'un des rares moments où il se précipitait à la porte. On courait tous les deux jusqu'en bas pour pouvoir la voir de plus près. Heureusement ce jour-là c'était jour de repos, il n'y avait pas cours donc on en profitait. Même si les cours ne m'auraient pas arrêtée de feindre d'avoir attrapé froid et de ne pas par la suite aller en cours, pour ainsi voir la neige.

La neige ne faisait à peine quelques centimètres, mais le vent soufflait fort et en apportait de belle. On est allé au parc se promener en attendant que la neige arrive. Je ne vis personne sortir, c'était calme on était un peu seul face à nous-mêmes. Je préfère le silence, et le parc sans un bruit était un délice. Le lac était complètement gelé, les poissons nageant en dessous de la glace. Snow aurait bien voulu en attraper un je parie. Les oiseaux ne chantaient plus, ils étaient bien trop préoccupés à se réchauffer. C'est peut-être ce que je devrais faire également, mais l'amour que je porte à la neige ne pourra jamais remplacer un petit rhume. Ma moitié quant à lui essayait de marcher sur la glace, il a fait vite demi-tour quand il a entendu le lac craquer sous ses pattes. Le silence se fait vite étouffer par le bruit de la porte qui s'ouvrit derrière nous, un afflux d'étudiants sortaient en courant. C'est à ce moment-là qu'on se rendait compte de notre âge mental, on était comme des gamins se chamaillant dans la neige. On sait retirait dans le parc pour plus de tranquillité, nous nous cachions des autres sous un saule pleureur. Ces feuilles étaient assez longues pour nous cacher, là-dessous c'était comme un cocon. On s’assit sur le banc un moment et on se perdit dans nos pensées. On pensait à tout et à rien et puis une fois qu'on a fini on se rendit compte du temps qu'on a mis.

On sortit de dessous le saule pour rencontrer une montagne de neige. Sans exagération, ou un petit peu. Mais le sol était assez recouvert pour en faire des milliers de bonhommes de neige. Certains avaient pris leurs patins et avaient tenté d'aller sur la glace tandis que d'autres faisaient des anges et des créations en tous genres. Et puis en revenant un peu plus vers le campus des forteresses se construisaient, pendant que certains préparaient des boules de neige. Je sentais la bataille arriver, c'est un peu comme une bataille qu'on voit dans les films. Oui, j'ai une très grande imagination. Je ne voulais pas déranger, ceux qui s'amusaient entre potes. Donc j'essayais de vite me faufiler vers les dortoirs, quand d'un seul coup je me pris une boule de neige. Je me raidis et ne bougeais plus, Snow était plié de rire. Moi je me retournais et essayais de savoir qui me l'avait lancé. Je les vis tous en train de se cacher derrière leurs petites buttes qu'ils avaient créées. Certains commençaient déjà à tirer sur l'ennemi, et puis c'est à ce moment-là que je vis, ou du moins pense avoir vu, la personne qui m'a tiré dessus. Je me baissais et préparais une de mes vengeances machiavélique, quand je ratais mon lancer et toucha malencontreusement une personne sagement passant par là.

ft. Benedict O'Connell
  
MessageDim 21 Jan - 0:34
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 171Nombre de RP : 48Âge réel : 28Copyright : BibifocAvatar daëmon : Muirne
Benedict O'ConnellNothing will be the same...
Les cours avaient repris depuis une semaine, mais j’avais encore la tête ailleurs, en vacances. J’avais passé les fêtes dans ma famille en Irlande et je crois que c’était le meilleur noël de ma vie. Pour la première fois depuis longtemps, j’avais eu du mal à revenir ici, à Merkeley. J’aurais eu envie de prolonger notre séjour auprès de mes parents, mes sœurs et ma famille, car j’avais de nouveau pris conscience d’avoir une famille en or.

J’étais perdu dans mes pensées quand un coup de sifflet strident retentit dans la patinoire et me fit sursauter. Rivers et Eggerton sautaient de joie autour de moi et les supporters entonnaient des chansons pour la victoire de l’équipe de hockey de LD. Je me levais à mon tour, secoué par mes deux compères et il me fallu quelques secondes pour replonger dans l’ambiance du match. Je cherchai mon favori du regard et je reconnu sans peine le numéro dix qui brandissait sa crosse dans notre direction, en signe de victoire. Il n’y avait que lui pour faire autant de pitreries sur la glace. Il ne tarda pas à être rejoint par ses autres coéquipiers qui se jetèrent sur lui.
– Ah! la subtilité du hockey ! commenta Muirne.
– Ca !... répondit Ains’ le daemon de Will.
– Aller ! Fait pas ton rabat joie !

J’avisai le score, 22 à 12, c’était une belle victoire et je partageais la réjouissance de mes potes.
– Tu viens Muirne ? dis-je, en me frayant un passage parmi les étudiants qui sortaient de la patinoire.
– Hey, O’Connel ! Tu fais quoi ? me héla Rivers.
– Attendez-moi dehors. J’vais chercher Will.
Je les laissai sortir tous les deux, pendant que je prenais la direction des vestiaires de l’équipe. Et comme par hasard, Will n’était pas parmi les premiers à sortir. Quelques joueurs que je connaissais bien me saluèrent et je les félicitais sur ce beau match. D’autres au contraire, m’ignorèrent royalement, mais je ne pu m’empêcher de leur souffler un « Bien joué les gars » enthousiaste quand même. Ce fut au tour de l’ailier gauche de quitter les lieux, un dénommé Allen qui ne me portait pas en très haute estime et qui avait la rancune tenace. D’ailleurs, son regard noir était assez éloquent et sa mâchoire se crispa lorsque que lui lançai un : « Beau match ! » un soupçon provocateur, je devais avouer. Allen ne se retourna pas, mais son gorille de daemon grogna après Muirne qui fut sur mon épaule en trois bonds, les poils tout hérissés.
– J'aurais du lui faire bouffer ses dents quand je pouvais encore me transformer en tigre ! râla-t-elle.
– Allons Muirne !
Puis elle bondit une nouvelle fois comme je me déséquilibrais sous la tape amicale que Will me claqua dans l’épaule.
– T’as vu c’qu’on leur a mis ?
– Ouais, j’ai vu ça ! Joli but ! Tu lui a fait le coup de la feinte par la gauche, tu vois, je t’avais dit que ça marcherait.
Il m’attrapa par le cou et on se mit en route, bras dessus, bras dessous.
– Je savais que ça marcherait, c’est moi qui l’ai mise au point celle-là je te rappelle !
– C’est parce que je t’ai rappelé la stratégie de l’équipe. D’ailleurs, ils l’ont un peu modifiée... [...]

Contrairement à Will, mon coloc, et accessoirement, mon ami d’enfance, je ne jouais pas au hockey. En revanche, je connaissais les règles par cœur et j’étais passionné par la tactique. Ce qui m’éclatait, en dehors du fait d’aller le voir jouer, c’était de décrypter et d’étudier les stratégies des équipes adverses pour lui permettre, à lui et à son équipe, d’ajuster la leur en fonction. Ce qui n’était pas toujours très bien reçu par certains membres de l’équipe, dont le fameux Allen, qui supportait mal les critiques sur son jeu venant d’un mec qui ne savait même pas tenir une crosse, selon ses propres dires. Il était capitaine de l’équipe à l’époque où je lui avais expliqué, devant ses gars, comment améliorer sa technique. Ils s'étaient tous marrés. Son égo en avait pris un coup. Je pense qu'il m'en veut encore.

Nous étions toujours en train de débriefer sur le match quand nous franchîmes les lourdes portes de la patinoire lorsque je me pris une boule de neige en pleine tête.
– Ow man* !
Will s’arrêta net et chercha du regard les trublions.

Muirne s’élança dans la neige et s’amusait des traces qu’elle laissait sur le sol, sous le regard consterné d’Ains’.
– Tu ne grandiras donc jamais !
– Nan et c’est super nul ! J’aurais aimé pouvoir me transformer en phoque, ou un pingouin !
A défaut, la belette se jeta à plat ventre dans la neige, glissa un peu, avant de se retrouver recouverte. Elle s’ébroua, trop fière d'elle.
– Pfff ! N’importe quoi !
Un projectile neigeux effleura la tête d’Ains’ et Muirne sentit son poil s’électriser comme elle sentait l’adrénaline l’envahir.
Je lui passai à côté en courant après Eggerton que je mitraillais de boules de neige. Muirne n'était pas la seule à rester immature.

Will lâcha son matos de hockey et se jeta à corps perdu dans la bataille. Les camps se firent rapidement et instinctivement. Will et moi, contre Eggerton et Rivers. La première bataille fut chaotique et nous finîmes par coucher un Eggerton mort de rire dans la neige.
Nos daemons s’y étaient mis et se chahutaient eux aussi.

Je finis par avoir l’idée de créer un tas de mutions pendant que Will, qui visait bien mieux que moi, il faut le dire, les lançait par rafales. Nous formions une équipe de choc. Puis afin de ne pas se trouver en reste, nos deux acolytes décidèrent de corser le jeu en se transformant en cibles mouvantes. Nous nous miment à nous pourchasser à travers le campus.

Will et moi nous étions séparés et je pensais avoir perdu tout le monde lorsque, après avoir croisé une fille, pensant que l’endroit était safe, je me pris une boule de neige dans le bras. Je me retournais, cherchant rapidement du regard mon agresseur et je fus surpris de constater qu’il n’y avait que cette fille, non loin de moi.
– Ben, attention ! dit Muirne qui me servait d’écharpe poilue. Nous nous tenions chaud.
Je me pris une rafale de boules derrière la tête et je me mis à courir en direction de la fille en riant. Je jurai en gaelique. Les enfoirés !
– Faut pas rester là ! dis-je à la demoiselle.
Au même moment, je sentis une boule s’écraser dans mon dos, j’en esquivais une autre qui toucha la fille.
– Oups ! désolé.
– Hey les gars ! Temps mort ! Il y a des dommages collatéraux, déconnez pas !
– Bouge de là ! cria la voix de Will de derrière un arbre.
– Oh le traître ! Viens par là !
J’attrapai le bras de la demoiselle pour l’inciter à se mettre à couvert à l’angle du bâtiment.

Je ne savais depuis combien de temps nous jouions dans la neige, mais, bien que ça ne se voit pas, ma veste de laine noire était trempée, tout comme mes gants et ne parlons même pas de mon jeans.
Muirne avait sauté de mon épaule et s’était plantée à côté de la panthère.
– Salut ! Désolée de te dire ça, mais… c’est la guerre ! dit-elle sans une once de sérieux.
Elle jubilait autant que moi. Il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre. Même si j’étais désolé que la jeune fille soit mêlée à ça, quelque part, l’idée de m’en faire une potentielle alliée pour affronter mes potes me séduisait. De vrais gosses !


*Avec l’accent Irlandais dans le texte.

  
MessageDim 21 Jan - 12:55
avatar
InvitéInvité
Let It Go !

Je ne sais pas si j'ai toucher la personne qui m'avait elle-même toucher, j'ai un peu fait ça par vengeance. Je ne sais même pas si c'est bien ce jeune homme qui m'avait tiré dessus. D'ailleurs en parlant du jeune homme il se leva et s'approcha de moi. Il m'avertit de ne pas rester là, et après s'être pris deux, trois boules de neige par-ci, par là il me prit le bras et nous allions nous cacher. Le jeune homme était trempé jusqu'au os, enfin je peux parler mais n'ayant pas pris de gants j'avais les mains complément glacées.

"Salut ! Désolée de te dire ça, mais… c’est la guerre ! "

Je supposais que c'était le daëmon du jeune homme qui parla. La guerre, j'étais dedans. J'allais retrouver celui qui m'avait envoyé une boule de neige pour le faire souffrir à son tour. Je m'adressais au jeune homme me tournant vers lui :

"Est-ce-que c'est toi qui ma lancer une boule de neige par hasard ?"

S'il répondait non tant mieux pour lui on deviendrait allié, en revanche, si c'était lui qui m'avait fait ce qu'il ma fait, il allait passer un sale quart d'heure. Les boules de neige continuer de tomber en rafale et notre petit abri n'allait pas tenir longtemps, il fallait trouver une autre stratégie rapidement. Snow quand à lui aimait bien la neige, mais se la prendre aussi prêt à je n'en été pas sûr.

"Allons nous cacher en dessous du saule."

Mon daëmon était intelligent là-bas on serait en sécurité pendant un moment au moins. Les feuilles de ce gigantesque arbre nous cacheraient et nous protégeraient de la bataille sans merci qui se passe en ce moment. Il me semblait par leurs échanges que ce jeune homme se chamaillait avec un de ses amis je n'aimais pas vraiment m'incruster, mais je n'allais pas m'arrêter maintenant c'était bien trop amusant.

"Moi c'est Loana et lui c'est Snow. Et vous ces quoi vos noms si je peux me permettre ?!"


Si ce jeune homme ne m'avait pas balancé cette boule de neige, je le pardonnerais et je passerais à autre chose, comme se présenter par exemple. D'ailleurs Snow était mort de rire qu'on se prît des boules de neige. Après tout lui il s'en fiche pas mal qu'il fasse froid.

ft. Benedict O'Connell
  
MessageLun 29 Jan - 15:21
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 171Nombre de RP : 48Âge réel : 28Copyright : BibifocAvatar daëmon : Muirne
Benedict O'ConnellNothing will be the same...
Je m’étais adossé au mur et je passai la tête à l’angle pour essayer de voir où ils étaient et une nouvelle boule de neige frôla ma tête. C’était Will. Il n’y avait que lui pour viser aussi bien. Je rangeai ma tête et la tournai vers la demoiselle à qui je répondis avec un grand sourire :
– Non, je ne me serais pas permis. Je suis désolé, il y a des tireurs d’élite dans le groupe et je crois qu’il y en a un qui nous a pris pour cible. dis-je en riant. Et il est tenace.
J’en savais quelque chose ! Cela faisait trois ans que je vivais avec Will et j’étais bien placé pour savoir que lorsqu’il avait une idée dans la tête, il ne l’avait pas ailleurs.
– Tu sais viser ? demandai-je avec entrain, ne pensant pas une seconde qu’elle puisse ne pas vouloir se prêter au jeu.

– Ben, Silas est vers les arbres. Egg à côté des bancs et je ne trouve pas Will, mais Ains' est là bas avec ses affaires de hockey, il ne doit pas être bien loin.

Le daemon de la jeune fille suggéra d’aller se réfugier sous le saule. Muirne se retourna et fixa l’arbre dénudé avec ses petits yeux de fouine dépareillés. La neige qui s’était accrochée dans ses branches lui donnait l’aspect d’un rideau de filaments blancs.
– Pour se planquer, ça peut être une idée, mais s’ils nous attaquent… on va manger de la neige quand elle va tomber !

Je me penchai légèrement pour aviser l’arbre en question. Le rideau de branches de neige nous dissimulerait effectivement, mais pourrait nous porter préjudice si mes joyeux compères décidaient de tirer dessus à la boule de neige. J’évaluai d’un coup d’œil où il faudrait tirer pour tout faire tomber. Un sourire étira mes lèvres quand je me plaquai de nouveau contre le mur. Je tournai la tête vers Loana.
– O’Connel, Benedict et elle c’est Muirne. Désolé que tu sois mêlée à ça Loana. dis-je avec désinvolture. C’était une simple remarque de rhétorique. Je n’étais pas vraiment désolé, bien au contraire, j’étais partisan du « plus on est de fous, plus on rit ». Mais je n’allais pas la forcer à prendre part à notre guerre sans son consentement.

– Le saule me paraît être une bonne idée.
– Ah oui ? répondit-Muirne d’un ton pas du tout convaincu.
– Nous allons les attirer là-bas, dis-je le regard brillant d’espièglerie. Enfin… si tu veux bien te joindre à moi ? demandai-je à Loana.
– Et comment tu comptes faire ça ?
– Nous allons courir nous cacher derrière. Il faudra trouver un angle où ils ne peuvent nous voir. Ca va dépendre de Will. Il va falloir attendre de sortir d’ici et j’évaluerais la trajectoire de ses tirs. Si Snow et toi les voyez, dites-le nous, qu’on ajuste notre position. Après, il faudra les appâter.
Muirne frémissait d’excitation à l’idée. Mes plans étaient toujours géniaux en théorie, mais en pratique, nous avions un gros désavantage puisque nos ennemis étaient supérieurs en nombre et il y avait Will, hockeyeur presque professionnel. Je n’avais pas sa condition physique ni sa précision au tir. Mais je misais sur sa fatigue. Il venait de jouer un match, la fatigue avait tendance à diminuer ses capacités.
  
MessageLun 29 Jan - 18:26
avatar
InvitéInvité
Let It Go !

"On peut dire ça.", dis-je le sourire aux lèvres.

J'allais jouer et me venger volontiers de mes chers agresseurs de boule de neige. Je ne savais pas viser à la perfection, mais bon il n'a pas à se plaindre. Quand j'ai entendu tous les noms que Muirne avait citée, il en aura bien besoin d'alliés. C'est quatre contre deux, c'est un peu de la triche on ne va pas se le cacher. Quand le plan de Snow c'est retourner être plus embêtants pour nos ennemis, je me suis dit à quel point on faisait une bonne équipe.

"Tant qu'on s'en va vite d'ici moi ça me va. Au fait, je n'ai rien compris au plan mais je te suis."

Après tout il connaissait mieux les habitudes de ses amis que nous. Il pourrait plus facilement les berner, il doit les côtoyer vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Son ami Will semblait être très bon tireur en tout cas. Qu-est-ce-qu'il faisait dans sa vie pour être aussi, envoyeur de boule de neige professionnelle.

"Au fait tu as compris le plan Snow ?"

Il soupira, lui il s'en contrefoutait qu'il soit aspergé de neige. Il appréciait plus qu'autre chose, après tout ce serait bizarre de voir un léopard des neiges craindre le froid. Mais je pense que son instinct et son ego voulaient de lui, qu'il gagne se combat. Il n'aimait pas perdre et moi non plus. Et comme je l'ai déjà dit plusieurs fois déjà, je veux me venger. Oui je suis rancunière !

"Quand tu parles de "nous", tu parles de nous quatre ou juste de toi et Muirne qui court ?! Je suis perdue, je comprends pas !"

J'étais morte de rire, une boule de neige me frôle au-dessus de la tête et je rigole de plus belle. Je fais une boule de neige, mes mains complètement rouges de froid, tout comme mes joues. J'essaye de tirer sur le plus proche de nous, qui se trouve être Silas il me semble. Je le rate de peu, et en recommence de plus belle. Le ciel est immaculé de blanc, des boules de neige sont envoyées à droite et puis à gauche.

Snow a eu à peine le temps de se baisser qu'une lui frôlait également le dessus de sa tête. Pour ma part j’eus un peu moins de chance et m'en pris une dans le bras en voulant en envoyée une autre. Le plan je le connaissais à peu près, il voulait les mettre en dessous de l'arbre pour pouvoir par la suite tirer dedans et que tout tombe. Ce que je ne comprenais pas c'est si je venais avec lui, ou si je tenais les positions ici, dans notre petit abri de fortune.

ft. Benedict O'Connell
  
MessageMer 7 Fév - 21:07
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 171Nombre de RP : 48Âge réel : 28Copyright : BibifocAvatar daëmon : Muirne
Benedict O'ConnellNothing will be the same...
La réponse de la jeune fille me tira un sourire de satisfaction. Si elle savait à peu près viser, nous n’essuierions pas une retraite trop cuisante.

– Parfais alors. Le plan est très simple. Quand je te le dirais, cours derrière le saule et essaye de ne pas te faire toucher.

J’essayai de jeter un œil derrière le mur pour voir où se trouvaient nos ennemis. J’allais donner le signal quand la question de Loanna me pris de cours.

– Nous quatre, oui. Pourquoi, tu veux rester là ?

Un dernier coup d’œil au coin du mur, une boule qui me frôla et qui explosa contre celui-ci fut le signal que j’attendais. Je pensais savoir où se planquait Will. J’attrapai sans réfléchir le bras de Loana : « Maintenant ! Cours ! » Et je l’entraînai avec moi en direction du saule.

– Ils sont là ! cria Silas Rivers.
Et une rafale de boules de neige s’abattit sur nous. Je me protégeais avec mes bras du mieux que je pouvais en riant tandis que la jeune fille faisait le plein de munitions.

– Ben, j’ai trouvé Will ! Il fonce droit sur nous !
nous alerta Muirne.

– Oh le con ! lâchai-je en voyant mon coloc nous charger. Je fis volte face vers Loana, l’attrapai par la manche et la tirait vers l’arbre : « Restons pas là ! Viens vite !»
Je me mis à courir à toutes jambes.
- Là ! Loana, viens par là !

Une boule éclata dans mon dos tandis que j’entendais Will crier avec son superbe accent écossais :
– Ben t’es un homme mort !
Je souris en lâchant à l’intention de Loana :
« C’est ce qu’il croit ! »

– Moi au moins, je n’porte pas de jupette !
– Ow j’vais m’le faire le bouffeur de trèfles !

J’éclatai de rire en accélérant le pas pour contourner le saule, de peur qu’il ne me rattrape. Il était bien capable de me faire un plaquage ce couillon.

– Loana ! criai-je à l’intention de la jeune fille Vise les hautes branches !

Muirne qui courrait gaiement à côté de Snow s’arrêta soudain en laissant échapper un « oh non ! » Elle me suivit du regard, sachant pertinemment ce que j’avais en tête. J’avais tout à l’heure parlé d’un appât et elle me voyait courir sous l’arbre. Elle dit à l’intention de Snow « Je crois que Ben a décidé d’attirer Will sous le saule. J’espère que Loana sait viser. »

Je me précipitai effectivement sous le saule tandis que Will me fonçait dessus. J’allais passer un sale quart d’heure si Loana ne parvenait pas à faire tomber la neige des branches.
Eggerton et Rivers arrivaient également en courant. Ainsley, le daemon de Will, chargé de ses affaires de hockey, était resté en retrait. La guerre était déclarée.
  
MessageJeu 8 Fév - 14:12
avatar
InvitéInvité
Let It Go !

"Pas vraiment, je te suis."

Je n'avais pas envie de rester sur un terrain à découvert, mais bon maintenant j'avais compris le plan. C'est ainsi qu'on le mit en marche, il me signala de courir et c'est ce que je fis. Il m’entraîna avec lui dans cette course effrénée, je faisais le plein de munitions tandis que mon acolyte se protéger en vain des rafales qui tombaient du ciel.

Je devais avoir bien dizaines boule de neige dans les bras. Je les gardais précieusement pour le moment fatidique. J'entendis vaguement crier Silas et Muirne nous prévenir que Will nous fonçait dessus. Benedict me prit par le bras, me faisant tomber quelques boule de neige. En entendant l'échange entre ce Will et mon acolyte, je me dis qu'il devait se connaître depuis un bout de temps.

Et j'appris que celui-ci devait être Écossais, après tout il n'y a qu'eux qui portent des "jupettes". Appeler ça des kilts au moins, rendez leur honneur. Ils me faisaient marrer les deux à se chamaillaient comme des gamins. Le jeune homme me lâcha enfin pour contourner le saule et attirer son ami sous celui-ci. Il me demanda de tirer sur les hautes branches et je comptais bien avec mes cinq porte bonheur y arriver.

Les deux jeunes hommes enfin sous l'arbre, je commence à tirer ma première boule de neige. C'est un raté bien entendu, Snow me conseille alors de tirer plus à droite et plus haut. La deuxième je la rate également, je me dis que la troisième est un charme. Et deviner quoi, j'ai une nouvelle fois raté.

En colère contre moi-même, je lance la quatrième dans un dernièr effort et touche effectivement pile où il fallait. La neige tombe, mais je pense que le jeune homme avait oublié un truc dans son plan. Il est lui aussi sous la tonne de neige qui vient d'être déversé sur lui. Il n'avait pas prévu qu'il allait être lui aussi bloquer sous le saule.

"On se souviendra de ton sacrifice Benedict.", criais-je pour qu'il m'entende.

Pauvre Muirne, et pauvre Bene. Eggerton et Rivers n'ayant plus de cible visible. Se mirent en chasse et essayaient de me viser. J'esquivais du mieux que je pouvais leur boule de neige, je ne voyais pas Bene revenir à la surface, alors j'allais vite me mettre à couvert. Je conseillais à Muirne de venir avec nous le temps que Bene refasse surface.

"Muirne, tu ferais mieux de venir avec nous, le temps qu'il remonte des profondeurs de l'oubli."

Avec ma dernière boule de neige je touchais Rivers et courais me mettre à l'abri derrière un banc non loin de là. J'avais les yeux rivés sous le saule, en attendant la remontée fulgurante de notre cher acolyte.

ft. Benedict O'Connell
  
MessageMer 14 Fév - 19:08
avatar
Date d'inscription : 18/08/2017Nombre de messages : 171Nombre de RP : 48Âge réel : 28Copyright : BibifocAvatar daëmon : Muirne
Benedict O'ConnellNothing will be the same...
Laissant Loana faire le tour de l’arbre j’avais obliqué sous le saule en voyant Will me foncer dessus, tête baissée, comme d’habitude. Il connaissait pourtant mon esprit retord, pour me fréquenter presque vingt quatre heures sur vingt quatre, sept jours sur sept, depuis trois ans que nous habitions ensemble. Mais non, il arrivait encore à se faire avoir comme un bleu et à tomber dans mes pièges comme un débutant. C’était du Will tout craché ça ! Foncer d’abord, et réfléchir après… peut-être.
Bon, je devais avouer, le taquiner sur son kilt n’était pas très malin, mais si nous avions été fins, tous les deux, ça se saurait. La boutade était rodée, il la connaissait, c’était notre passe temps préféré de nous envoyer des politesses sur nos origines respectives. Il ne s’en offusquait plus, juste pour avoir le plaisir de me vanner sur les miennes. Il ne s’en était pas privé d’ailleurs.

Will n’était pas très épais, mais il faisait vingt centimètres de plus que moi, tout en muscles. J’eus juste le temps de m’écarter assez du tronc d’arbre pour ne pas finir plaqué contre et écoper d’une belle bosse. « Non ! Non ! Noooon ! LoanAAAAAh ! » criai-je en m’étranglant de rire sous l’impact de Will qui me plaqua violement au sol.
– Très viril Ben ! se moqua-t-il, mort de rire.
– Merci ! dis-je avec un sourire en lui balançant de la neige à la tronche.
J’essayai de me dégager, mais il s’était assis sur moi et me bloquait avec ses genoux. Il me fit bouffer de la neige et j’essayai de le repousser de toutes mes forces, avisant les branches de l’arbre qui tremblaient, mais pas assez pour faire chuter cette maudite neige. Dans un dernier effort de lutte, je lui lançai encore de la neige au visage, sachant pertinemment que je n’avais aucune chance contre lui.

Muirne regardait Loana viser et se foirer. Elle marmonnait à chaque amorce de ses tirs : « Aller ! » Elle se sentait envahie par mon adrénaline et savait très bien, elle aussi, que je n’avais aucune chance face à Will qui était bien plus sportif et plus entraîné que je ne l’étais. Et puis elle vit le dernier tir et la liesse éclata. Elle sauta de joie autour de Snow. « Yess !! »

– Ca sert à rien de lutter Ben ! T’as perdu.
– Pff ! Que nenni !
– Tout de suite les grands mots ! Aller, je veux te l’entendre dire. Qui c’est le meilleur ? le plus fort ? le plus malin ? Hein ?
Je me sentis gagner par la liesse de Muirne et j’éclatai spontanément de rire avant de voir l’avalanche de neige nous ensevelir, étouffant nos éclats de rires.

Muirne se vautra dans la neige à côté de Snow et se tortilla, prise d’un fou rire incontrôlable. Elle n’avait pas prêté attention aux daemons des deux autres garçons, un raton laveur et un carcajou qui se ruèrent sur elle et Snow, leur sautant dessus pour s’amuser, au même titre que les deux gars poursuivaient Loana, la dernière survivante de l’équipe Loana-Ben. Muirne était trop occupée à se battre avec le raton laveur pour répondre tout de suite à Loana, même si elle avait entendu. Les profondeurs de l’oubli lui tirèrent un hoquet qui re-déclencha son hilarité.

Quant à moi, j’avais profité de l’effet de surprise pour me dégager des griffes de mon coloc. J’étais toujours mort de rire, mais je reculais prudemment tout de même.
– Tu disais ?
Puis, frottant mes doigts gelés sur ma veste trempée et pleine de neige avant de souffler dessus, j’ajoutai d’un air suffisant : « Je crois que ça va de soit, non ? »
Will s’était redressé et nos regards se croisèrent un instant. Son sourire en coin voulait tout et rien dire et je savais bien qu’il ne me laisserait pas la victoire aussi facilement. D’ailleurs, son regard éloquent me disait « Cours ! » Ce que je fis, pour rejoindre Loana.

– Benedict, espèce de lâche !
– Plus lâche qu'un homme qui refuse de se battre... c'est un homme qui s'attaque à une femme !* dis-je en arrivant à hauteur de Rivers et Eggerton qui s’attaquaient à Loana derrière son banc.
Les bras d’Eggerton lui en tombèrent et il s’arrêta dans son élan. Tous deux avaient suivi le même cursus littéraire que moi et si la citation de disait rien à Rivers qui avait du oublier la moitié des œuvres de Dumas, Eggerton, lui avait tiqué et cela avait suffit à le désarmer.

Je tapotai l’épaule de Rivers et lui adressai un grand sourire quand il se retourna. Je lui soufflait un silencieux : « Elle a gagné » tout en regardant ostensiblement la jeune fille derrière son banc. Je ne lui adressai pas de clin d’œil au risque de me faire griller par Rivers, mais j’osais espérer qu’elle comprendrait la manœuvre, ou du moins, qu’elle saurait en tirer parti.
– Tu rêves ! J’suis pour l’égalité des sexes moi, vieux !
Et Will qui braillait derrière :
– Vous laissez pas avoir pas son baratin les mecs !
– Reconnaît ta défaite Will ! Par mon sacrifice, je suis un martyr ! dis-je en me retournant vers lui, tandis qu’il s’avançait vers notre petit groupe. J’avais ouvert les bras, les mains en évidence en signe de rédemption.
– J’m’en vais te martyriser moi ! Tu vas voir ! dit-il, sur un ton railleur.

Muirne avait rejoint Loana derrière le banc et jubilait de tous nous voir lui tourner le dos. J'avais réussi à monopoliser leur attention à tous les trois.
– Je crois que si tu veux prendre ta revanche, il t’en offre l’occasion. C’est maintenant ou jamais.


* citation tirée d’un livre d’Alexandre Dumas, Kean 1836
  
MessageVen 16 Fév - 23:04
avatar
InvitéInvité
Let It Go !

Donc c'était bien Will qui m'avait attaqué. Il n'avait jamais connu ma revanche ça se voit. Ma colère allez s'abattre sur ce jeune homme comme un coup d'éclair. Mon acolyte réussit à monopoliser l'attention de nos concurrents. Ma principale cible était bien sur ce cher Will. Il allait connaître la revanche d'une daëmonienne en colère. Je préparais une boule de neige dans ma main.

Puis Muirne me dit morte de rire de prendre ma revanche maintenant. Alors à pas de loup je m'approchais de ce bon cher Will. D'un coup d'un seul, je le pris par le col et lui enfonça la boule de neige qui était désormais coincée entre son dos et son t-shirt. Je demandais à Snow de plaquer au sol Eggerton et à mon acolyte de comprendre le message qu'il plaque à terre Rivers.

Je fis tomber à la renverse Will qui se prit la neige en plein visage. C'est ainsi que je lui mis de plus en plus de neige sur lui. Je le badigeonnais de neige, je lui fourrais ces vêtements de neige. Je le recouvrais de neige. Puis je me levais très rapidement et couru vers l'intérieur du bâtiment.

"Benedict je dois te laisser, mais bonne chance pour t'en sortir tout seul."

Après tout j'avais pris ma revanche c'est tout ce qui m'importait. Bien que j'eusse pitié de Ben, je le laissais seul contre 4. Je parie qu'il trouverait bien quelqu'un d'autre pour me remplacer, ou alors il se ferait pulvériser par la team adverse. Au choix !

Snow accourut auprès de moi et nous repartions dans notre petit studio tous les deux. Au chaud et au sec, il était tout trempe à cause des rafales de neige qu'il s'est pris tout comme moi. C'est d'ailleurs pour cela que je pris une douche bien chaude, que j'ai mis les radiateurs à fond et que je me fis un bon chocolat chaud.

Depuis ma fenêtre je voyais partiellement le combat de boule de neige qui se déchaîner en bas, je voyais certainement Will ma Némésis mais grâce à Ben pour tellement. Je ne le remercierai jamais assez de m'avoir aidé à prendre ma revanche. Bien qu'il n'est rien eut en retour.

J'espère que c'est sans mauvais sentiment de ma part. Après tout je ne voulais pas rester dehors, au départ je retournais vers les dortoirs pour me réchauffer. Snow était plus que déplut à l'idée de devoir retourner au chaud, mais ce n'est pas lui qui décide heureusement quand on parle de se réchauffer.

Enfin j'espérais une bonne continuation à mon acolyte d'une bataille acharnée. J'ai un peu abandonnée le navire, mais j'espère sans charge de revanche. J'espère qu'une âme a réussi à l'aider entre-temps. Après tout 4 contre 2 c'était déjà beaucoup, mais 4 contre 1 c'était plutôt de la triche.

ft. Benedict O'Connell
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1