Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

Traumatisme, crise, besoin d'aide [Loana]

 
  
MessageDim 21 Jan - 17:28
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 58Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
J’avance dans les couloirs, telle une ombre qu’on ne remarquait pas, les yeux baissés, mes cheveux dissimulant mon visage. Les écouteurs dans mes oreilles me laissaient entendre la musique d’un groupe de rock que j’avais découvert il y a peu et qui me plaisait bien. Au moins c’était entrainant, et cela me laissait un peu de répit, penser à autre chose. En même temps, je discutais de nos derniers cours avec Seth par la pensée. Tous deux étions en train d’attendre dans la queue de la cafétéria. Lui mourrait de faim, moi je n’en étais pas si sûr. Je n’avais jamais eu un gros appétit de toute manière. Ou personne ne m’avait laissé développer un véritable appétit. Rien que le fait de penser à cela me fit frissonner. Je fermais les yeux, repoussant cette idée au plus profond de mon esprit. Je pouvais sentir Seth qui m’aidait à lutter contre de mauvais souvenirs.

La voix du serveur me fit sortir de ma bulle. Je retirais mes écouteurs en le saluant, et lui dit la commande de mon plat principal. Il le déposa sur la vitre devant moi, et passa à un autre. Je saisis l’assiette, le posait dans mon plateau, pris quelque chose pour Seth, puis partis m’asseoir à une table. Seth bondit sur la chaise en face de moi, et se mit à manger. Quelques minutes passèrent sans que rien ne se passe. Evidemment, qu’est-ce qui pourrait se passer dans une cafétéria ? Rien. Tant mieux. Moi qui cherchait à éviter tout type de stress. J’avais toujours l’impression que les gens me regardaient, mais ce n’était qu’une impression, et j’arrivais encore à convaincre mon esprit. Mais je sentais petit à petit mon cœur accélérer. Je savais pourtant qu’aucun ne me regardait, mais cette sensation ne me quittait pas. Une sensation qui ne faisait que grandir, prenant de plus en plus de place. Une boule d’angoisse loger dans ma poitrine qui ne faisait que grandir, de plus en plus, écrasante. Ma main se mit à trembler, mon cœur à palpiter. Ces sensations ne firent remonter que des mauvais souvenirs. Je me tétanisais, ma fourchette maintenue en l’air, avec un bout de viande à son bout. Ma respiration accélère, ma main tremble, mon regard se vide. Les souvenirs me revenaient. Ces moments où on me jetait dans une cage. La lame s’abat, sur le point de trancher le lien avec mon Daëmon. Douleur, peur, cris. Je me jette sur la grille pour le rejoindre, le libérer.

« Alex, me dit Seth, mais je ne réagis pas. Alexie ! s’exclame-t-il pour essayer de me faire réagir. Tout va bien, il n’y a rien. Respire, essaye de te calmer, me dit-il essayant de me conseiller du mieux qu’il pouvait »

Cette phrase ne fit qu’empirer. Me calmer ? Pourquoi je me calmerais ? Ces gens qui me regardaient, ces rires contre moi, l’impression de perdre pied, et ces souvenirs. Qu’on m’arrachait la moitié de mon âme. Seth ne pouvait pas avoir oublier cette sensation. Ma fourchette tombe dans mon assiette. Je me lève précipitamment, saisissant l’assiette de Seth pour la ramener sur mon plateau. Je devais sortir d’ici tout de suite. J’étouffais, ma respiration ne faisait que devenir de plus en plus saccadée. Je manquais d’air, il y avait trop de monde ici, et les Collins. Ils ne la lâchaient jamais. Toujours là, toujours en train de faire leurs expériences. Partir, je devais partir, je ne savais même plus comment respirer correctement. Les assiettes des gens autour de moi se mirent à trembler, à se soulever, créant bientôt une catastrophe si cela continuait.

« Alexie, appelle Seth doucement malgré l’inquiétude dans sa voix. Tout va bien. Calme-toi, rajoute-t-il lui aussi commençant à paniquer mais pas pour la même raison. »

Si je perdais totalement le contrôle de mon pouvoir, dans un endroit aussi bonder. On risquait la catastrophe. Heureusement, je réussis à m’avancer vers le dépôt des plateaux. Ma vue était floue, mon corps tremblait, je fixais mon objectif tant bien que mal. Je sentis que mon épaule percute quelqu’un. Un quelqu’un que je ne vis pas, auprès de qui je ne m’excusais pas. Je l’avais à peine remarqué à vrai dire. Tout ce que je voulais, c’est sortir. Sortir d’ici. Je déposais mon plateau précipitamment, manquant de faire tomber mon verre. C’est presque en courant que je sortie de la cafétéria. J’accélérais le pas, courant presque ce qui – dans mon état – n’était sûrement pas une très bonne idée, mais je m’en fichais. Je finis par arrêter, me laissant glisser contre un arbre. Il n’y avait personne. Heureusement. Je sortis mon téléphone, et réussis à lancer une musique. Une nocturne de Chopin. Le son au maximum, je serrais l’appareil entre mes mains, le posant contre mon front, ramenant de moitié mes jambes contre moi. Seth glissa sa tête entre mes bras, collant sa joue contre la mienne. Je refermais mes bras sur lui, enfouissant mon visage dans son pelage tacheté.

« Ça va aller Alexie, ça va aller, je suis là »

Non ça n’allait pas aller. Ça n’allait jamais aller. Pas avec tout ça. Je l’entendais encore. Le rire de cet homme. Ces paroles. Ces maudites expériences. Je les revivais toutes. L’une après l’autre. Comme un enfer. Puis le feu. Le feu autour de nous, encore. Les flammes qui nous rongeaient, la fumée qui nous étouffait. Je serrais de plus en plus fort Seth, essayant de me concentrer sur la musique. Sur les notes. L’arbre tremblait, quelques cailloux autour de moi commençait à se soulever. De pire en pire.
  
MessageLun 22 Jan - 13:25
avatar
Date d'inscription : 14/11/2017Nombre de messages : 46Nombre de RP : 37Âge réel : 21Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Loana SmithNothing will be the same...
Traumatisme, crise, besoin d'aide

Ce jour-là, ça a commencé comme un jour normal. Snow et moi nous réveillons, on avait pris notre petit-déjeuner et puis en avant pour étudier. Comme à son habitude Snow était heureux d'aller en cours, moi un peu moins. J'aimais beaucoup ma filière après tout c'est moi qui l'ai choisis. Snow voulait faire un truc totalement différent. Mais vu que ce n'est pas lui qui allait travailler plus tard. Dans tous les cas même si ce n'est pas la filière de ces rêves, il apprécie tout de même la psychologie. Ce qui me dérange surtout ces les ennuyants cours généraux, comme les maths par exemple. Enfin bref, après quatre longues heures d'étude c'est enfin la pause déjeuner. Je suis impatiente pour cette après-midi. On a enfin des cours sur la psychologie, je n'en pouvais vraiment plus des maths. Snow lui ça ne le gêne pas des journées entières faîtes que de mathématiques. La pause-déjeuner, aujourd'hui, je prends petit pois avec un steak et pour Snow un bon paquet de viande qui ferait fuir un végétarien. Je mangeais seul, je ne mettais pas vraiment fait de meilleurs amis je traînais par-ci, par-là. J'étais une solitaire tout comme Snow, sauf que lui ils les fessaient fuir exprès les gens.

On parlait de tout et de rien avec mon cher acolyte, quand une jeune femme se mit à courir et bousculer quelqu'un en sortant son daëmon la suivant de près. Je n'y prêtais pas attention plus que ça, et Snow était bien trop concentré sur ce qu'il mangeait. Après tout ça aurait pût être une personne malade et allant à l'infirmerie. Donc je fis abstraction de ce qu'il se passait autour de moi et fini de manger. Je dis souvent que je suis une grande casanière et normalement après avoir fini de manger je passe à mon studio. Je n'ai pas de colocataire pour l'instant et c'est vrai que de me voir partager une chambre avec d'autres personnes me fais un peu peur. Généralement je n'arrive pas à garder des relations avec les gens. On se crêpe toujours le chignon si on est 24h sur 24 avec eux. J'en ai tiré des leçons dans ma vie et celle-là je ne suis pas prête de l'oublier.

Mais depuis un certain temps, je passe de plus en plus de temps sur le campus. Avec Snow on part souvent faire des tours à côté du lac. On visite le parc, on fait des rencontres, je me rendis compte que je m'ouvre de plus en plus aux autres. Et puis mes plus belles rencontres se sont passées sur le campus. Donc pour une fois, je ne passe pas au studio me réfugier dans mon lit à lire des livres et à passer mon temps sur internet en attendant la prochaine sonnerie. Comme à son habitude Snow essaye d'attraper les poissons du lac, j'imagine un trait qu'ont tous les félins. Après tout on ne peut pas leur retirer leurs instincts. On se balade un peu plus dans le parc, il fait un froid de canard et c'est d'ailleurs à ce moment-là que je me suis dit à quelle point j'étais idiote de ne pas avoir pris un manteau plus chaud. Snow quant à lui adore le froid, faut le comprendre un léopard des neiges qui n'aime pas le froid ce serait choquant. En nous enfonçant un peu plus dans le parc j'entendis une voix disant de ne pas s'inquiéter. Je m'approchais pour savoir de quoi il parlait, après tout si c'était une personne en danger je pourrais peut-être aider. Je faisais quelques pas de plus en avant quand je vis les cailloux volaient autour de moi. Je vis une jeune fille et son daëmon qui la rassurer. Je ne savais pas si je devais m'en préoccuper. Mais de laisser une personne dans sa souffrance ne me faisait guère envie non plus. Snow me déconseilla de m'approcher, mais je tapotais l'épaule de la jeunne femme et lui demanda :

"Excusez-moi, est-ce-que ça va ?"

ft. Alexie Taiji
  
MessageMar 23 Jan - 15:28
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 58Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Je sentais à peine le froid autour de moi, ou le corps chaud de Seth contre moi. J’étais déconnectée de la réalité, plongée dans mes souvenirs qui me faisaient sombrer de plus en plus. Je perdais le contrôle, persuadée que j’étais sur le point de mourir, ou de devenir folle – l’un ou l’autre n’étant pas un avantage des plus rassurant. Contrairement à moi, Seth était encore conscient de ce qui nous entourait. Il entendit l’approche d’inconnus, et lève la tête. Il ouvrit la bouche pour les prévenir, mais trop tard. La jeune femme pose la main sur mon épaule. Ce contact, même doux et faible me fit sursauter, et m’effraya encore plus. D’autres souvenirs remontèrent, les coups de mes parents. Je saisis ma tête entre mes mains, mes tremblements s’accentuant. Seth sentit immédiatement le danger.

« Attention ! s’exclame-t-il. »

La seconde suivante il bondit d’entre mes bras, et bouscule l’inconnue pour la faire basculer en arrière, appuyant ses pattes sur ses épaules. Juste à temps, car les cailloux qui flottaient, fusèrent à l’endroit où se trouvait la jeune femme. Le contre-coup du contact avec elle déclencha une douleur dans ses pattes, et retransmise dans mes mains, bien que Seth se retire de ses épaules aussi vite. Comme une réaction en chaîne exponentielle, toutes les autres roches partirent en tous sens autour de moi, venant s’écraser un peu plus loin, sans blesser personne. Seth retourne auprès de moi immédiatement.

« Il n’est pas là… Il n’est pas là… Répétais-je frénétiquement, ramenant mes jambe contre ma poitrine, cherchant à me convaincre seule que j’étais en sécurité ce qui n’avait pas le moindre effet. J’étais persuadée qu’il n’allait pas tarder à me saisir pour me ramener vers l’enfer »

Mon Daëmon me donne un petit coup de museau dans le visage, puis colle son front contre le mien, cherchant à m’atteindre par le biais de notre lien. Cherchant à me calmer grâce à ses émotions.

« On est en sécurité Alex… Personne ne nous fera de mal. Il ne nous fera plus jamais de mal, dit-il doucement »

Il réussit enfin à m’atteindre à travers la peur qui avait fait barrage aux paroles de Seth jusqu’ici. Je réussis à me calmer petit à petit. Grâce au souffle de Seth sur mon visage, je réussis à calquer ma respiration sur lui. Mes tremblements se calmèrent – sans pour autant s’arrêter totalement. Dans un état semi-conscient, je n’étais pas encore totalement revenue de ma crise, et n’écoutais pas les choses qui se déroulaient autour de moi. Tout ce dont j’étais sûr, était la présence de Seth près de moi.

Seth se redressa, tournant la tête vers l’inconnue.

« Je suis désolé, dit-il. Je ne voulais pas te faire de mal, mais durant une crise, elle perd tout contrôle et ne se rend pas compte de ce qu’elle fait, explique-t-il à l’inconnu, penchant légèrement la tête en avant pour s’excuser »

Juste l’empêcher d’être blessée. Petit à petit, je repris enfin contact avec la réalité, je relâchais mes mains autour de mes cheveux, et levais la tête. Ma crise n’était pas tout à fait terminé. Je sentais encore la peur et ma respiration ne se calmait pas tout à fait, mais j’arrivais à penser à autre chose – un peu seulement. Je pose mes yeux hétérochromes sur l’inconnue, le regard d’abord vide, puis une légère teinte de surprise les éclaira, et malgré les spasmes qui agitaient encore mon corps, et la faiblesse qui suivait toujours une crise, je tentais de me lever.

« Non, ne me dites pas que j’ai… J-Je suis désolée »

La culpabilité déclencha quelques autres spasmes, qui me firent retomber au sol, sans pouvoir bouger pendant quelques secondes. Je posais la tête en arrière, fermant les yeux, cherchant à reprendre le contrôle de celui-ci, mes mains contractées sur mon pantalon, tremblaient encore. Je sentais toujours la peur. Elle refluait petit à petit, mais elle était toujours là, tapis au fond de moi, prêt à bondir à la moindre faiblesse de ma part, et me dévorer tout. La seule idée de refaire une crise d’angoisse me terrifiait encore plus. De plus en plus à vrai dire. Je ne savais pas combien de temps avait duré celle-ci, assez courte je pense, mais la crainte de la suivante, toujours plus proche, m’effrayait presque plus que ma crise actuelle. Pourquoi ne pouvais-je simplement pas être normale ?

« Je suis désolée, répétais-je, la voix tremblante, mais à qui je m’adressais exactement ? Je n’en étais pas sûr moi-même.

- Alexie, ça va aller, dit Seth en s’approchant de moi, collant à nouveau sa tête contre la mienne. Ce n’est pas de ta faute, rajoute-t-il doucement »

Bien sûr que si c’était de ma faute. Tout l’était à chaque fois. C’était de ma faute si je n’arrivais pas à contrôler mes pouvoirs. C’était de ma faute si je manquais de blesser des personnes à cause de mon manque de contrôle. C’était de ma faute si je laissais mes émotions faire n’importe quoi. Et pire que tout, c’était de ma faute si mes crises se déclenchaient sans que je ne puisse jamais rien arrêter.

« Arrête, la culpabilité n’arrange rien, me dit Seth, tandis que j’ouvrais enfin les yeux, mais sans lui répondre.

- Je suis encore désolée, dis-je en tournant la tête vers les deux inconnus, et rouvrant les yeux. Je ne voulais pas vous faire de mal »

Mon corps cessait petit à petit de trembler, bien que quelques spasmes secouaient encore mes mains. J’étais épuisée, j’avais du mal à me concentrer, et même bouger pour me lever. Et j’avais honte que quelqu’un m’ait vu aussi faible, et lâche fasse à ma peur. Je voulais seulement rentrer dans mon appartement, m’effondrer sous ma couette et ne plus en bouger pendant des jours, et mon seul colocataire étant mon Daëmon, cela ne posait de problème à personne. Enfin si, à Seth qui détestait me voir ainsi, et il avait toujours du mal à me faire sortir de ma torpeur à chaque fois. J’avais besoin d’aide, mais je refusais. Seth tourna la tête vers l’inconnue, se demandant si elle pouvait faire quoique ce soit pour nous. De plus en plus, il peinait à me faire sortir de mon lit, à me convaincre de sortir de l’appartement. De plus en plus je cherchais à éviter les endroits qui déclencheraient mes crises, et l’un des rares endroits où je n’en avais pas, c’était dans mon appartement.
  
MessageMer 24 Jan - 11:50
avatar
Date d'inscription : 14/11/2017Nombre de messages : 46Nombre de RP : 37Âge réel : 21Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Loana SmithNothing will be the same...
Traumatisme, crise, besoin d'aide

À peine le daëmon eut le temps de me prévenir du danger qu'il me bondit dessus, je tombai par terre et essayai de pousser le daëmon sur moi. Après tout je savais qu'il souffrait, je ne voulais pas qu'il me touche davantage. Mais je le remerciais gracieusement quand je vis les cailloux s'entre choquer là où je me trouvais il y a de cela quelques secondes. Je me relevais mon daëmon était plus que paniquer. Mais toute mon attention était sur la jeune femme, son daëmon après m'avoir sauvé rejoint vite sa daëmonienne pour la rassurer. Elle se tenait la tête et rester dans la même position, elle essayait de se recroqueviller sur elle-même. Une phrase m'interpella quand le daëmon parla : "Il ne nous fera plus jamais de mal." Qui ?

"Loana ne restons pas là !", mon daëmon furieux, resté tout près de moi.

"Je ne peux pas partir, tu as vu son état ?!"

Snow était prêt à attaquer le daëmon de la jeune femme si l'envie lui reprenait de vouloir me tuer avec des cailloux. Il se mit en position d'attaque près du sol, prêt à bondir sur sa proie. Une chose était sûre ne pas la toucher une nouvelle fois. Mais je pouvais lui parler tout comme son daëmon le faisait. Le daëmon s'excusa et nous informa qu'elle faisait une "crise". La situation était étrange et compliquée à la fois, je n'avais aucune idée de ce qu'il se passait.

"Ne t'inquiète pas tu ne m'a pas fait mal et merci pour... enfin tu sais pourquoi !"

La jeune femme continuait encore à avoir des spasmes, mais elle relâcha son cuir chevelu et tourna sa tête vers moi. Elle tenta de se lever, sa respiration celle d'un buffle apparemment sa crise n'était pas encore fini. Elle eut des spasmes de plus belles en se rendant compte de ce qu'elle venait de faire. Vraiment cette situation me rendait folle et Snow aussi, il restait toujours dans la même position sur l'offensive. La jeune femme s'excusait encore et encore, je savais qu'elle ne mentait pas cette "crise", était-ce une crise d'angoisse. Ça pourrait mais qui lui a fait du mal ? Beaucoup de choses auraient pu se passer, si elle m'en disait davantage je pourrais l'aider du mieux que je puisse. Les deux prochaines minutes furent un mélange entre la demoiselle qui s'excusait et le daëmon qui lui disait de ne pas s'en faire, que ce n'était pas de sa faute.

"On doit partir Loana, c'est un ordre !"

Je n'écoutais pas mon acolyte et m'accroupi devant celle-ci, je mettais mes mains comme si je capitulais. Son daëmon m'implorait de faire quelque chose, son regard en disait long. Je ne savais pas trop quoi faire, mais premièrement j'allais la rassurer :

"Est-ce-que ça va ? Ça va aller "il" n'est pas là ! Je te promets il n'y a personne à part moi ici... et mon daëmon ! Est-ce-que tu peux te relever... on va d'abord commencer à ouvrir les yeux ! Ton daëmon s'inquiète tu sais !"

C'était le mieux que je pouvais pour le moment, j'étudiais la psychologie je n'étais pas encore psychologue, mais je ne pouvais pas la laisser là sans rien faire. Snow ne quittait pas sa position, mais pour l'instant je pouvais bien le laisser comme ça. Après tout on ne s'est jamais si la jeune femme ne venait qu'à reprendre sa crise... Je ne préfère pas y penser.

ft. Alexie Taiji
  
MessageMer 24 Jan - 17:51
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 58Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Face à l’attitude du Daëmon, Seth me contourna, se plaçant de l’autre côté, près de moi, mais tout en gardant un œil sur lui. Les muscles de ses pattes étaient contractés, prêt à se détendre pour se jeter sur lui si l’envie lui prenait de m’attaquer. Bien sûr, il était parfaitement capable de comprendre la réaction de l’autre, après tout, j’avais attaqué sa Daëmonienne, et aurait pu la blesser gravement. A sa place, Seth aurait réagi de la même façon si cela m’arrivait. Mais il se moquait bien des raisons des autres. Quiconque tentait de me faire du mal le payerait, qu’importe les raisons, et même si c’était de ma faute, il ne pardonnerait pas. Après tout ce qu’on avait vécu, toutes les souffrances que l’on avait subies, tout ce que l’on subissait encore, il ne tenait plus à ce que je sois blessée d’une quelconque manière. Et que son cousin félin soit plus grand et plus lourd que lui ne le gênait outre mesure. Mais malgré le fait qu’il garde un œil sur le Daëmon, il restait auprès de moi, tentant de conserver le peu de calme que j’avais réussi à récupérer. Une fois que je n’étais plus totalement emmurée dans la peur, il arrivait à me transmettre ses émotions rassurantes, et calmes. Comment est-ce qu’il arrivait à rester aussi calme alors que moi je paniquais quasiment tous les jours – si ce n’était pas plus.

Quant à moi, j’avais reposé ma tête contre l’arbre, et fermée les yeux, essayant de me détendre, de faire abstraction des paroles de l’autre Daëmon. Sans même le voir, je savais qu’il avait peur. Peur de moi, de ce que je pouvais faire, et blesser sa Daëmonienne. Il n’avait pas tort. Il valait mieux avoir peur de moi, et fuir ma présence aussi loin que possible. Je blessais tous ceux qui m’entouraient, ou alors c’est eux qui me blessaient. A quoi bon avoir des relations si c’était se blesser. Je conseillerai bien à Seth de s’enfuir, s’il n’était pas lié à moi de la sorte. Toute personne normale le ferait en tout cas.

Je sursautais lorsque j’entendis du mouvement autour de moi, et s’arrêta face à moi. Je contractais mes doigts sur mon pantalon, et ouvrit les yeux pour voir la jeune femme juste en face de moi. Immédiatement, je baissais les yeux. Seth pose la tête sur mes genoux tout en me regardant de ses yeux gris-vert sur moi. Je glisse l’une de mes mains sur sa tête, caressant ses poils courts, sans relever la tête.

« T-Tu ne sais même pas de qui je parle, réussis-je à dire en bégayant légèrement, la voix basse, et je ne souhaitais à personne de comprendre. Je relevais la tête Et pourquoi tout le monde me dit que ça va aller ? »

Ma voix se fit légèrement plus agressive. Je détestais qu’on me voie si faible et lamentable, et que quelqu’un m’aide en me regardant avec cet air qui me prenait en pitié. Je savais que j’étais pitoyable – mon père n’avait eu de cesse de me le rappeler – mais je n’avais pas besoin qu’on me le rappelle en permanence. Et cela m’énervait

« A moins que tu ne puisses voir dans l’avenir, personne ne peut m’assurer que ça va aller.

- Alexie, commence Seth en redressant la tête. Elle essaye seulement de t’aider »

Ce n’était pas réellement des remontrances – bien que cela puisse y ressembler – il savait seulement la façon dont je me sentais, et que ce n’était qu’un mécanisme de défense. Une protection lorsque je me sentais particulièrement faible – ce qui était le cas lorsque je venais de faire une crise. En tant normal, jamais je ne me serais adressée à elle de cette manière. Sûrement à cause de la culpabilité, je baissais la tête. Ou alors était-ce parce que je me rapprochais plus à l’animal trop battu qui se soumet à l’homme qui lève la main sur lui et qui s’attend à être battu de nouveau après s’être rebellé.

« Pardon, dis-je. Tu devrais écouter ton Daëmon et partir, ça ne sert à rien de m’aider. Ni de s’inquiéter pour moi, je vais mieux »

Enfin "mieux", n’importe qui verrait que je mens, bien évidemment. Mais la plupart des gens, une fois rassurée de la sorte, partait avec une petite tape sur l’épaule, et un sourire forcé qui dissimulait la pitié qu’il ressentait. Je détestais ça, mais c’était si peu de chose pour que les autres partent, pour montrer à quel point il s’inquiétait pour moi seulement pour se donner bonne conscience.

Je posais mes yeux vairons sur mes mains, remarquant qu’elle avait cessé de trembler. Je laissais échapper un soupir de soulagement, cette crise enfin terminée. Jusqu’à la prochaine. Rien qu’à cette idée, je déglutis légèrement. Seth sentit mon inquiétude pour cela, mais ne dit rien. Je retirais ma main de sa tête, gardant la mienne baissée, et récupérais mon téléphone, éteignant la musique. Puis m’appuyait contre l’arbre pour me mettre debout. Je peinais à me lever, mais je devais rentrer chez moi, ne pas bouger, dormir. La tête baissée, cherchant à me dissimuler derrière mes cheveux en bataille, j’évitais le regard de ma victime. Je ne voulais pas la regarder, après tout ce que je venais de lui balancer, et tout ce que j’avais déjà sur les épaules, j’étais déjà bien trop épuisée pour affronter autre chose. Même simplement la repousser. En même temps, j’étais trop gênée pour partir, ou m’exprimer à nouveau. Peut-être qu’elle partirait d’elle-même après tout ça. Et puis, son Daëmon n’avait eu de cesse d’insister. Sauf que le contre-coup de mon pouvoir, l'épuisement d'après crise,
et me remettre debout eurent l'effet de m'achever. Je laissais échapper une grimace de douleur alors que la migraine me prenait, légère mais pour quelqu'un dans mon état c'était largement suffisant. Je dus appuyer mon dos contre l'arbre,
mes jambes soudain très faible, me portant difficilement.

« Tu devrais t'asseoir, me dit Seth sur un ton inquiet.
Sur un banc au moins, ça vaudrait mieux, rajoute-t-il,
sachant que je voulais seulement rentrer mais que je n'étais pas encore assez remise pour ça »
  
MessageJeu 25 Jan - 14:05
avatar
Date d'inscription : 14/11/2017Nombre de messages : 46Nombre de RP : 37Âge réel : 21Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Loana SmithNothing will be the same...
Traumatisme, crise, besoin d'aide

"Effectivement je ne sais pas de qui tu parles, mais il n'y a pas de "il" ici. Et tu as raison je ne peux pas lire l'avenir, mais quand tu as touché le fond tu ne peux que remontée !"

Je ne voulais pas vraiment me mêler de ce qui ne me regarder pas, et honnêtement si la jeune femme ne se montrait pas plus accueillante je n'allais pas la forcer à parler. Et rien qu'à voir comment elle m'a parler je ne pense pas que ce soit le cas. Je ne vais pas la forcer à s'expliquer mais je ne peux pas, ne pas lui venir en aide. Je vais essayer de l'amener à se faire soigner, le mot essayer et très important dans cette phrase.

Par notre lien, je demandais à mon daëmon de se calmer et d'arrêter de se montrer agressif. Il n'avait pas peur, il a un ego bien trop surdimensionné pour ça. En revanche, il était furieux et ça se voyait. Il arrêta de se mettre en position de combat, mais fis les 100 pas. On dirait un lion en cage, je n'aimais pas le voir comme ça, c'était rare quand quelqu'un réussissait à le mettre en rogne. Son regard était fixé sur le daëmon de la jeune femme, il est assez intelligent pour savoir quand la touchant c'est lui qui aurait mal. C'est pour ça que sa proie était le daëmon. Plus petit que lui il n'aurait pas de mal à le détruire de ses propres pattes. La jeune femme me proposa de partir auquel je répondis :

"Excuse acceptée, en revanche, je sais que ce ne sont pas mes affaires mais si tu as besoin il y a des psychologues sur le campus pour t'aider en cas de besoin. Et il y a bien entendu le terrain pour... tu sais apprendre à contrôler ses pouvoirs."

Je ne savais pas si je devais rester voir si elle allait mieux, ou partir. Son daëmon lui proposa de s’asseoir à un banc. La jeune femme ne voulant pas trop parler à ce que je vois, je pointais du doigt un banc pas très loin au daëmon qui m'avait secouru. Je ne savais vraiment pas quoi d'autre lui dire à part ça, si elle ne voulait pas de mon aide comme je l'ai déjà dit, je ne vais pas la forcer. Et puis entre vous et moi, ça n'a jamais marché de forcer quelqu'un à parler, surtout une inconnue. Si elle avait été une amie de longue date ça aurait pu marcher, mais là. Je ne connais même pas son prénom, qu'elle a déjà tentée de me tuer. Ça on peut dire que c'est une belle première rencontre, mon daëmon par notre lien me dit seulement à moi :

"Comme tu la dis, on ne peut plus rien faire d'autre pour elle, alors vient !"

"… Tu as raison, en plus tu commences à devenir pénible à tourner en rond. Je te suis !"

ft. Alexie Taiji
  
MessageJeu 25 Jan - 21:52
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 58Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Après avoir touché le fond, on ne peut que remonter ? Cette phrase tournait dans mon esprit alors que je lançais un regard en coin à la jeune femme. Je ne savais pas comment interpréter cette phrase. Remonter, est-ce que je pouvais vraiment remonter après tout ce que j’avais vécu ? Seth y arrivait peut-être, mais moi je n’étais pas aussi forte que lui. Je me noyais, et je repoussais tous ceux qui m’envoyait une bouée. Certains diraient à cause de la fierté, mais je ne pensais pas qu’une once ait pu survivre après tout cela. Oh, à une époque c’est sûrement pour cette raison que j’aurais repoussé les autres. Je n’avais jamais eu besoin d’aide, alors pourquoi maintenant plus qu’autre chose ?

Seth ne cessait de surveiller l’autre du coin de l’œil. La plupart des félins le surestimait parce qu’il était plus petit, mais la vie lui avait appris à être particulièrement malin et retord. Il ne se laisserait pas faire. Il était parfaitement immobile, même sa queue ne témoignait d’aucun mouvement. Je lui lançais un regard en coin. Je le connaissais, je savais comment interpréter son comportement. Il examinait le Daëmon pour déceler ses habitudes, la façon dont il se déplaçait, dont il se comportait, dont il bougeait, et ainsi il pourrait savoir où l’attaquer, et frapper là où cela faisait le plus mal. Les plus petits semblaient toujours développer ces avantages : celui de l’observation et de la débrouillardise. Lui et moi nous ressemblions sur ce point, car tous deux avions vécu quasiment en roue libre toute notre vie, personne qui veillait sur nous, et qui prenait soin de nous.

Mon regard revint sur la jeune femme, et je me contractais en entendant ses paroles, tout comme Seth. Tous deux n’aimions pas l’idée d’aller à l’hôpital, ou de voir des médecins en général. Je croisais les bras sur ma poitrine – adoptant une posture plus défensive qu’avant – mal à l’aise à cause de tout cela, de mes expériences. Après tout, après être sorti de « l’orphelinat » et qu’on m’ait envoyé dans un hôpital, puis un centre d’aide thérapeutique, j’avais rencontré plusieurs psychologues, et psychiatre. Entre le bourrage de médicaments qui me rendaient complètement à l’ouest la moitié du temps, et les autres qui ne cessaient de me parler comme une gamine de deux ans en pensant que me prendre la main en me disant que ça irait ne m’avait pas laissé un bon souvenir.

« On n’a pas vraiment eu de bonnes expériences avec des médecins en général, dis-je. Et on n’a pas vraiment d’argent pour ça…

- Mais si tu connais quelqu’un, qui ne nous traite pas comme des enfants de deux ans après avoir appris ce qu’on a vécu, ni ne vide notre portefeuille »

Je lançais un regard noir à Seth qui m’avait coupé la parole, et qui venait de déclarer que j’avais besoin d’aide. Comme si quelqu’un s’intéressait sincèrement aux autres. Et me confier à quelqu’un que je ne connaissais pas, en qui je n’avais pas confiance ne me venais pas à l’idée. Puis Seth lève la tête vers moi, me parlant via notre lien. *Alexie, tu sais qu’il faut que quelqu’un nous soutiennes. On ne s’en sort pas tout seul* *Je n’ai pas besoin qu’on me soutienne, je m’en sors très…* *Mise à part les crises de paniques, la phobie sociale, et d’à peu prêt tout. Tu as besoin d’aide.* Je voulus faire un commentaire, jusqu’à ce qu’il rajoute. *On a besoin d’aide* Je tremblais légèrement à l’évocation du « on ». Seth n’avait jamais admis avoir besoin d’aide avec moi, parce qu’il fallait qu’il soit fort pour nous deux. Mais il avait vécu les mêmes choses que moi, il ne devait pas être dans un meilleur état, même s’il me le cachait. Je fermais les yeux un instant, puis levais la tête vers la jeune femme. Si je ne le faisais pas pour moi, au moins je pourrais le faire pour lui. Jusqu’ici j’avais refusé, peut-être par fierté, par colère, par peur, mais si je m’infligeais tout ça, Seth lui ne le méritait pas. Il méritait bien mieux. Décroisant les bras, et tirant nerveusement sur les manches de mon pull qui dépassait de mon manteau, j’essayais de mettre à plat mes émotions.

« Seth a… Enfin il a raison… J-Je… Si tu connais quelqu’un, peut-être que je pourrais… Après ma veine tentative de demander de l’aide, je passais nerveusement une main dans ma nuque, détournant la tête. Enfin, désolé, je ne devrais pas t’ennuyer à cause de ça. Je relevais la tête vers elle. En tout cas, merci pour ton aide »

Je lui lançais un faible sourire, et me détournais d’elle avançant vers le banc. Je m’assis dessus, prenant ma main entre ma tête, massant mes tempes. Seth n’avait pas bougé, et lança un regard vers la jeune femme.

« Loana c’est ça ? Merci pour ton aide. Tu es bien la première à la faire accepter qu’elle ait besoin d’aide. Enfin, pour le moment, jusqu’à ce qu’elle change d’avis… »

Cette dernière phrase, il l’avait prononcée en me regardant avec tristesse. Il me connaissait assez bien pour savoir que pour le moment j’étais dans un état de faiblesse psychologique, et c’est pour cela que j’avais cédé aussi vite. Mais il fallait maintenant faire l’effort d’aller chercher un psychologue, puis trouver le courage de l’appeler et de prendre rendez-vous, et enfin, aller au dit rendez-vous. Toutes ses actions étaient longues, éprouvantes, et pour une personne dans mon état, quasiment impossible.
  
MessageVen 26 Jan - 19:16
avatar
Date d'inscription : 14/11/2017Nombre de messages : 46Nombre de RP : 37Âge réel : 21Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Loana SmithNothing will be the same...
Traumatisme, crise, besoin d'aide

Avant que Snow et moi nous éclipsions de cette situation, la jeune femme et le daëmon nous énonçèrent quelques mots. La jeune femme avait besoin d'aide ça se voyait, j'ai failli y rester après tout. Elle voulait voir quelqu'un... un psychologue, mais cela devait être gratuit. Je sais qu'on a un cabinet psychologique au lycée, je ne pense pas qu'ils font payer les étudiants en besoin. Vous savez pour ceux qui n'ont pas d'argent pouvoir être traité comme il se doit.

"Il y a un cabinet de psychologie si tu veux, il se trouve au rez-de-chaussée. Tu peux demander Monsieur Loppezou Roncenoire, je ne pense pas qu'ils te taxent ici. Je ne les connais pas tant que ça mais je suppose qu'ils sont bien !"

J'essayais de la rassurer, elle ne me gênait pas du tout. J'étais juste très gênée par la situation, pas par elle. Malgré qu'elle ait failli me tuer, mais bon ça peut s'arranger le terrain de contrôle pourrait l'aider également. Il est fait exprès pour les personnes comme elle après tout, je ne le dis pas sur un ton négatif. C'est pour ça que je lui relâche doucement l'idée :

"Si tu as des problèmes avec tes pouvoirs, je connais un endroit. Je ne sais pas où c'est, mais c'est sur le campus. C'est une salle avec des panneaux enfin tu vois le délire, ça pourrait t'aider pour ton pouvoir."

Je le dis sur le ton de l'humour pour détendre l'atmosphère. C'était très tendu comme situation, c'est assez spécial, je n'avais jamais vu de cas réel. Oui je suis en psychologie, mais avec le secret médical et tout le reste je ne peux pas avoir accès à un patient. En même temps c'est normal, quand on voit l'état du psychologue on n'a pas envie que le patient finisse pareil.

À part lui indiquer ces deux endroits, je ne sais quoi faire d'autre pour la pauvre chose. Elle veut de l'aide mais Seth m'affirme qu'elle risque de changer d'avis. C'est presque impossible de soigner quelqu'un comme ça ! Mais d'un autre côté si elle est repoussée à l'idée de médecin et de traitement, je pourrais en faire mon patient. Alors ça vaudra ce que ça vaut, mais déjà j'aurai une idée pour ma thèse et en plus j'aiderais quelqu'un dans le besoin. Une pierre, deux coups.

"Après je peux te proposer la deuxième alternative, ce qui consisterait à être entre autres ta conseillère. On parlerait de tes problèmes sans jugement, mais en revanche, la démarche doit venir de ta part. Si tu ne veux pas te faire soigner alors c'est d'accord. Mais j'aimerais dire pour toutes les personnes qui viennent après moi : va au moins au terrain de contrôle. Après je ne veux pas m'imposer, c'est toi qui vois."

ft. Alexie Taiji
  
MessageVen 26 Jan - 21:18
avatar
Date d'inscription : 09/01/2018Nombre de messages : 58Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : Moi-mêmeAvatar daëmon :
Alexie TaijiNothing will be the same...
Monsieur ? Un homme. L’idée de devoir me confier à un homme me repoussa, presque répugna, tout comme Seth. Après tout, ceux qui nous avait fait du mal était en majorité des hommes, malgré le fait que ma mère ait été assez violente avec moi, et cette Alysson Collins. Rien que de repenser à ces deux personnes me fit frissonner. Bon d’accord, au final c’était presque équivalent pour l’un et l’autre sexe, seul mon ancien meilleur ami comptant comme troisième du côté masculin. Seth bondit à côté de moi, s’asseyant sur le banc. Je caressais sa tête, en essayant de me redresser légèrement, appuyant mon dos contre le dossier, fermant les yeux en sentant la tête me tourner. Heureusement pour moi que je n’avais pas utilisé mes pouvoirs trop longtemps, sinon ma migraine combinée à ma fatigue aurait été bien pire.

« Je n’imagine pas vraiment me confier à un homme à vrai dire, je baissais les yeux sur mes mains, frottant mes pouces contre la paume de mon autre main. Il y a pas plus chiante pas vrai ? répondis-je en étirant un sourire ironique »

Problème de confiance en moi, et en les autres. Comment ne pas déjà mal partir ? Avec toutes mes névroses, je ne risquais pas de m’en sortir. *C’est faux Alexie, ne sois pas si défaitiste* Me dit Seth par l’intermédiaire de notre lien. Je laçais un regard en coin à la jeune femme, puis revenais sur mes mains que je continuais de tordre nerveusement.

« Je ne crois pas que ce soi mes pouvoirs le problème, dis-je doucement. Je les contrôle quand je laisse pas mes émotions faire n’importe quoi.

- Mais oui, tu préfères ne pas utiliser tes pouvoirs, c’est plus pratique comme ça, dit Seth. Mais t’entrainer à lancer des trucs sur des panneaux ça pourrait être marrant. Exploser des pastèques contre des murs c’est ce qu’on faisait à une époque. »

Je réussis à faire un léger sourire suite à cette référence à une époque qui était sûrement la meilleure – et la seule – période où j’avais été heureuse. Puis vint une proposition qui nous surpris tous les deux. Seth redressa les oreilles, tandis que je me relevais et tournais la tête vers elle. Je détournais la tête, lançant un regard à mon Daëmon. Il semblait pensif, la tête légèrement penchée sur le côté. *Pourquoi pas ?* dit-il. *Elle est gentille, et à l’air de s’intéresser réellement à nous. Elle pourrait nous aider. Au moins le temps de trouver un psychologue* Je baissais les yeux sur mes mains que je n’avais pas cessé de tordre. Avoir quelqu’un qui m’aide. Mais qui disait qu’elle avait les compétences pour m’aider ? Enfin, de toute manière, les psychologues que j’avais vu, ne m’avaient pas beaucoup aidé, alors pourquoi pas ? Mais admettre que j’avais besoin de quelqu’un… Ca n’avait rien de facile. Mais c’était le premier pas. C’est ce qu’on n’avait pas arrêté de me répéter. Je n’avais pas appliqué leurs conseils jusqu’ici. Il fallait peut-être commencer. Je me mordis la lèvre inférieure, et finis par me tourner vers la jeune femme, rassemblant un peu de courage, et d’impulsivité que j’avais perdu.

« Je… On veut bien de ton aide, lui dis-je. Enfin, si tu veux bien.

- Elle t’a proposé son aide, c’est bien que ça ne la gêne pas, me dit Seth en me donnant une petite tape sur la cuisse avec sa patte ce qui étira un léger sourire sur mes lèvres.

- Je m’appelle Alexie. Alexie Taiji, dis-je en manquant d’ajouter mon nom. Et lui c’est Seth, terminais-je en posant la main sur la tête de mon Daëmon.

C’était une situation étrange, surtout après ce qui venait de se passer, je détournais la tête, incapable de maintenir un contact visuel bien longtemps. Je lui avais lancé des cailloux sur le crâne et manquer de la blesser gravement. J’étais dangereuse, je le savais, mais mes pouvoirs me faisaient plus peur que le danger que je représentais pour les autres. Qui sait ce qu’avait pu me faire les Collins pendant quatre ans. Evidemment, les médecins n’avaient eu de cesse de me rassurer, mais qu’en savaient-ils finalement ? Ils n’avaient pas vu tout ce qu’on m’avait fait. *Essayons peut-être de faire un peu mieux connaissance.* Me dit Seth en voyant à quel point j’étais angoissée. Au bien sûr, je n’allais pas tout déballer en une fois. Parce qu’il y en avait beaucoup trop à dire, et que je n’étais pas prête à tout déclarer.

« Je suis étudiante en License du spectacle, en spécialité musique, essayais-je de me lancer, maladroite et mal à l’aise »
  
MessageSam 27 Jan - 13:34
avatar
Date d'inscription : 14/11/2017Nombre de messages : 46Nombre de RP : 37Âge réel : 21Copyright : ShiyaAvatar daëmon :
Loana SmithNothing will be the same...
Traumatisme, crise, besoin d'aide

"Premièrement, je pense que tu devrais arrêter de dire que tu gênes. Tu ne me gêne pas du tout, ton daëmon a raison."

Donc apparemment ce n'était pas ses pouvoirs le problème, seulement ces crises qui lui faisaient perdre le contrôle. Donc je devais trouver la source du problème, en ce faisant je trouverais par la suite des indices sur ce qu'elle a. Mon diagnostic pour l'instant est qu'elle souffre de crise de panique. Elle n'a pas mal de symptômes : des tremblements, des vertiges, une dissociation vis-à-vis d'elle-même. Je serais prête à parier des sueurs froides et des palpitations. Maintenant c'est un jeu de déduction qu'il va se passer.

"Je m'appelle Loana et lui c'est Snow ! J'étudie en psychologie, voilà pourquoi j'ai proposée mon aide. Je m'y connais un peu dans ce rayon-là."dis-je avec un sourire.

J'essayais de la calmer et de détendre l'atmosphère tendue, qui régnait sur ce lieu. Je m'assis à coté d'elle sur le banc assez loin pour ne pas la toucher. Je n'allais pas deux fois faire la même erreur, et puis c'était pour que Snow se calme également. Par notre lien je lui demandais de se calmer, il s’assit tout près de moi, toujours fixant l'autre daëmon. Il ne lâchera pas l'affaire, au moins j'aurais essayée de le calmer.

Je repasse à mon jeu de déductions, cela m'intriguait réellement. Je voulais savoir à tout prix ce qu'elle avait, et après essayer de mon mieux de pouvoir la soigner. Cela pourrait être un problème thyroïdien, mais avec tous les médecins qu'elle a dû voir je pense qu'il l'aurait dépistée bien avant. Une crise peut survenir suite à une substance illicite prise, c'est pour cela que je lui demande :

"Excuse-moi de te poser la question, mais prends-tu de la drogue, ou as-tu pris des antidépresseurs ?"

Cela me semblait logique avec tous les médecins qu'elle a dû voir, je pense qu'elle en a déjà pris. Je parle des antidépresseurs, bien sûr. La drogue c'est autre chose, si elle en a pris c'est forcément par elle-même et seulement elle le sait. Pour l'instant je reste sur cette piste, c'est généralement celle-ci qui est la plus fréquente.

Je n'ose m'aventurer plus loin, en revanche, si c'est la drogue il n'y a rien à faire à part arrêter et aller dans un centre de traitement spécialiser dans ça je suppose. Mais je pense qu'elle n'en a pas pris car après tous les médecins l'auraient vu aussi. Mais mieux vaut être prudent et être sur de ce que j'avance ça écartera des pistes. Après il y a d'autres pistes que j'éloigne comme l'asthme, l'embolie pulmonaire ou un syndrome coronarien. Les médecins l'auraient décelé bien avant moi, et elle aurait été prise en charge pour ça.

"As-tu remarquer des choses étranges pendant tes crises ou même après ? Comme des hallucinations, l'insomnie, un trouble de la concentration peut-être. Des picotements, des acouphènes, des nausées ou bien encore une vision floue ?"

ft. Alexie Taiji
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 5
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant