Effraction Non Planifier d’un Hippopotame Alcooliser

 
  
MessageDim 3 Juin - 14:17
avatar
Date d'inscription : 14/04/2018Nombre de messages : 55Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : sharovarka.comAvatar daëmon : Oophaga Pumilio
Atriom ZverevoNothing will be the same...
-Aller Atri, fait pas ton coincer, après tout tu fais partie de l’équipe !

-Je ne sais pas, ce n’est pas trop mon truc les soirées…surtout déguisés.

En fait tu n’es jamais allez à une quelconque soirée, à chaque fois tu esquivais, trouvais une excuse pour ne pas t’y rendre. Bon tu as bien participé a t’a journée d’intégration, mais tu as rapidement été mis de coter quand ton pouvoir c’est activé. Pour une fois qu’il se déclenchait au bon moment…Bref, tu n’es pas chaud pour t’y rendre à cette fichu fête. Une soirée pour fêter les victoires de l’équipe d’Athlétisme. C’est ton binôme en relais, Tony,  qui tente de te convaincre, c’est un ami, sans plus.

-C’est quand même toi qui nous a rapporté le plus de médaille, alors ça ferai bizarre que tu ne sois pas présent.

C’est juste, tu en as raflé des victoires…  *Allez Atri, ça va te sortir, puis j’en ai marre de ne pas participer à la vie universitaire, c’est toi qui l’a voulu. Alors maintenant qu’on est en fin d’année tu pourrais au moins essayer de t’intégrer.* Tu restes muets un petit moment, en plein dans ta réflexion.

-Alors mec ?

-Ok.


-Parfait ! Dit un chiffre entre 0 et 45.

Du tac au tac tu lui réponds 26. Il sort son portable et fait défilé une liste. Il se met à sourire, un sourire idiot dont il a le secret.

-Bon bah, tu débarque déguiser en hippopotame en tutu.

C’est quoi cette embrouille ! Nina explose de rire, tu n’aurais pas dû l’écouté. Puis où tu vas le trouver se déguisement à la noix.

-Tient je t’envoie  l’adresse d’un bon magasin de déguisement, c’est en location et ce n’est pas trop chère.

Super ! Il pense à tout…

-C’est quoi déjà le thème de la soirée ?


- Le zoo en délire. C’est Nat qui à trouver, tu l’as connais elle est un peu perché cette fille. C’est justement chez elle que la fête va avoir lieu.


- En même temps il y a que elle pour avoir des idées comme ça…Elle commence à qu’elle heure la soirée ?

-21 h pense à ramener un truc à boire ou manger au choix. Bon je te laisse, j’ai des trucs à faire.


Il se barre. Tu es de nouveau seul sur ton banc. Tu reprends ta lecture, Nina percher sur ton épaule. Dans quoi tu t’es embarqué, ça ne te ressemble pas, mais pas du tout. On t’aurait invité à une gentille soirée jeu de société tu aurais accepté sans hésiter, il  a tout de suite moins de risque que ça dégénère. Mais là, avec l’équipe d’Athlé, c’est sûr que ça va partir en couille.

T’as enfin trouvé le magasin dont Tony t’a donné l’adresse. Tu as récupérer le déguisement, hors de question de te triballer en ville dans cette accoutrement, tu es trop « coincer » pour ça. Puis merde tu as ta fierté aussi. 50 balles pour se déguisement, plus la caution, cette fête t’a ruiné.

Le déguisement:
 
Tu te présentes dix minutes en avance chez Nat. Elle t’ouvre déguiser en gorille vert.

-Ouah ! Atriom qui me fait l’honneur de venir, mais c’est un exploit, par contre c’est soirée déguiser mon coco.

Nat, c’est une pro du saut en hauteur et  à la perche, d’où le fait qu’elle soit complètement perché. Ce n’est pas juste un jeu de mot, c’est un fait admis par toute l’équipe, cette fille est dingue.

-Salut Nat ! Je sais, il est dans mon sac. J’ai pas voulu risquer de l’abîmer pendant le trajet jusqu’à chez toi.


- Ouais et mon cu c’est du poulet ! T’assume pas ! Bon rentre, la salle de bain est juste là.

Tu es l’un des premiers. Tu enfiles cet horrible déguisement. Nina, toujours sur ton épaule, n’arrête pas de rire. Tu ressorts, Nat est en train de disposer les boissons et les apéritifs. Son Daemon est perroquet. Il est sur un perchoir dans le coin du salon. La pièce est vaste et bien décorer.

Tu ne sais plus à quel moment ça à déraper. Tu te souviens, que le reste de l’équipe est arrivé un peu plus tard après toi. Tu te souviens aussi que tu as commencé par boire une bière, puis une deuxième. La musique était forte, vous avez joué à des jeux de boisson. Tu as fait un concours de shooter avec Tony, de la fichu Vodka. Le pire c’est que tu as gagné, ça doit être le sang russe. Toi qui ne buvais presque pas, tu tiens admirablement bien l’alcool, mais tu as ta limite. Après 15 shooter, tu l’avais atteinte ta limite et pas juste un peu. Nina quant à elle, est resté égale à elle-même, en te poussant à tenir le parie avec Tony, à danser, en fait à te laisser aller.  Tu as pourtant tout fait pour garder le contrôle. Tu as bu un litre d’eau d’un seul coup. Nat était explosé de rire, Tony te parlais d’une de ces fameuse théorie fumeuse. Tu as campé sur le canapé une bonne partie de la soirée. A tes coter, il y avait un chat.  Timothée, il était sympa, même s’il n’a pas dit un mot. Tu en as eu marre, après un fou rire, tu t’es soudain sentie triste. Ah ! Putain ! Avoir l’alcool triste, c’est pas top, vraiment. Surtout quand tu es catalogué comme coincer, ras bas joie, trop sérieux pour le commun des mortels. A partir de ce moment, il devait être autour des 2h du matin, Nina à tant bien que mal et sous l’influence d’un taux d’alcoolémie bien trop élevé, essayer de te calmé. Tu es sortie de ton état végétatif, et tu as commencé à interpeller tout le monde. Ils se sont bien foutus de ta gueule, vidéo à l’appui. Tu t’es mis à danser tel un petit rat d’opéra sur du Gloria Gaynore, le classique I still Alive.

Imaginer la scène, se garçon toujours sérieux, déguiser en hippopotame en tutu, en train de danser comme un débile. Tu as fait une très belle performance. Tu as fait d’autre truc complètement stupide avec les autres. A la fin, autour des 4h du matin, (tu avais cette étrange lubie de regarder l’heure) tu t’es juste adosser contre un mur, grave erreur. En fait tu n’as pas du tout remarqué que tu n’étais plus dans le même appartement. Bon ok, il y faisait noir et il n’y avait plus de musique. Tu as allumé la lumière en tâtonnant dans le noir, si tu n’avais pas été saoule tu aurais senti le vertige, même fugace, qui t’indiquait que tu avais retrouvé ton état solide. Tu étais donc piéger dans ce qui semblait être la salle de bain du voisin, ou de Nat. En fait tu ne savais pas trop. Bah peu importe, ce qui te prenait toute ton attention c’est la personne en face de toi. Elle n’arrêtait pas de faire la même chose que toi, elle était stupide ou quoi ! En plus elle portait un ridicule déguisement d’hippopotame en danseuse étoile.  Tu étais certain d’une chose, tu connaissais cet individu. Où tu l’avais vu, ça tu n’arrivais pas en t’en souvenir. Dans l’état d’ébriété dans lequel tu te trouvais tu ne savais pas grand-chose.  Peu importe, tu avais une soudaine envie de dormir, tu as simplement et très poliment dit à l’autre en revoir et tu t’es coucher dans un lit, pas très confortable creux et dure. Nina somnolait depuis un certain temps sur ton épaule, où par miracle elle n’était pas tombée.

En résumer, tu te trouvais dans l’appartement du voisin en train de décuver dans sa baignoire.
  
MessageDim 24 Juin - 20:49
avatar
Date d'inscription : 24/11/2014Nombre de messages : 1441Nombre de RP : 145Âge réel : 23Copyright : noragami. / Erwan (pour Lewis) / Beylin (pour l'aesthetic)Avatar daëmon :
Tessa B. O'CahanMODO• Nothing will be the same...

Lorsque ses paupières s'ouvrent le soleil est déjà levé depuis plusieurs heures et quand elle pose son regard sur l'heure affichée sur le cadran de son réveil – qu'elle fait fonctionner rarement – il est marqué dix heures et demie. Un soupir franchit la barrière de ses lèvres, elle se sent bien là, au côté de Lewis qui dort, elle l'a tenu contre elle toute la nuit, c'est quelque chose qu'ils aiment bien faire, dormir l'un à coté de l'autre, l'un contre l'autre. Le contact leur fait du bien, les soulage un peu de la souffrance qu'ils portent. Elle a bien envie de rester là et de se rendormir, après tout, nous sommes samedi ! ils ne bossent pas – pour une fois – ! alors elle peut bien se permettre de prolonger sa grasse matinée. Mais à peine a-t-elle prit sa décision de rester au lit que sa vessie se fait sentir. Ça, c'est quelque chose qui la frustre. Il faut donc maintenant se bouger, s'extirper de sous la couverture et franchir les quelques pas qui la séparent des toilettes. Au moins, elle n'aura pas à traverser tout l'appartement, il faudra juste que la rousse passe dans la pièce d'à côté car les WC se trouve dans sa salle de bain. Pendant un instant elle s'interroge sur l'importance d'aller se soulager, peut-être n'en a-t-elle pas si besoin ? Peut-être que sa vessie peut tenir encore quelques heures ? Non mais parce que là, elle n'a vraiment pas envie de se lever, même si elle se recouchera après. Enfin, elle voit ça comme ça. Trop fatiguer la veille, les deux Irlandais se sont couchés et n'ont pas eu trop de problèmes à s'endormir alors qu'une fête se faisait entendre chez la voisine. En temps normal, ça aurait pu les déranger, cependant, harassés de fatigue par la journée et la semaine qu'ils ont eues, quelques minutes voire même seulement quelques secondes leur ont suffi à rejoindre les bras de Morphée.

En plus de ça, comme tout le monde ils ont été prévenu par un mot affiché dans le hall d'entrée, ainsi si l'un ou l'autre avait eu à intervenir, ça aurait été pour demander de baisser un peu le son et ils n'auraient pas appelé la police ou taper un scandale, ce qui au passage, n'est pas leur genre. Parce que leur sommeil était de plomb, ils n'ont aucune idée d'à quelle heure celle-ci a bien pu se terminer. Ça a peut-être dérangé d'autres voisins mais en tout cas, pas eux ! La jeune femme pousse un nouveau soupir, bon, il va falloir qu'elle se lève, elle le sent, ça va la déranger pour se rendormir à défaut d’être une envie vraiment pressente. Elle n'a pas besoin d'allumer la lumière, d'une elle connaît par cœur son appartement qu'elle peut très bien s'orienter les yeux fermés et deuxièmement, le peu de luminosité que laissent filtrer ses rideaux lui convient très bien. Ça ne l'agresse même pas ! Tessa se laisse rouler, se retrouvant sur le dos, un bras dépassant du matelas, bon, plus qu'à se tourner encore une fois puis se mettre en position assise. Lewis n'a pas bronché, il dort à poing fermé, ou du moins il semble ! Il porte un pantalon de pyjama à carreaux rouges et noirs, parce que oui, même pour dormir il refuse de dormir nu, il lui faut absolument porter un vêtement. Après un effort, la voilà debout, vêtue d'un vieux t-shirt bleu foncé lui servant de chemise de nuit, pieds nus, à à peine un ou deux mètres de l'objet de la délivrance. La jeune femme à la chevelure couleur de feu ne se doute pas un instant de ce qui se cache derrière la porte de sa salle de bain malgré l'éclairage qui filtre un peu, mais elle va bientôt le découvrir.

C'est un cri – ou peut-être un hurlement – qui réveille Lewis en sursaut, il se redresse, en panique, les sens aux aguets, il a bien compris que ce qui venait d'entendre provenait de sa daëmonienne. L'une de ses pattes qui lui sert de main passe sous le sommier pour récupérer la batte de baseball qu'il garde cacher en dessous, sans problème il arrive à comprendre que Tessa est dans la salle de bain. Facile ! La lumière est allumée et celle-ci y est. En quelques pas le voilà auprès de son humaine, brandissant son arme, prêt à frapper il ne sait quoi. En tout cas pas une araignée car la rouquine n'en a pas peur. Elle y est habituée tout comme lui car ils ont grandi sur les routes d’Irlande, dans le camping-car de leurs parents ou d'autres membres de la famille et il n'était pas rare que des insectes s'invitent dans leurs logements d'à point. Tout comme elle, il ne s'attendait pas à voir un hippopotame en tutu dans leur baignoire. À bien observer, ce drôle d'animal qui se trouve être un déguisement, est porté par un jeune homme. Étudiant sans nul doute. Et sûrement un des invités de la fête de la veille chez la voisine. Donc, ne devrait pas être ici, mais devrait piquer ce somme dans la salle de bain de la jeune femme qui habite à côté. L'un et l'autre n'ont pas besoin de réfléchir pour savoir que l'inconnu est un daëmonien, pas d'autre moyen pour lui de s’être immiscé dans leur appartement et d’être venu dormir ici. Par contre, où est sa daëmonne ? Aucune idée ! « T'es qui ? comment tu es rentré ? » parce que même s'il est évident qu'il est comme elle et qu'il a donc dû utiliser son don pour rentrer chez eux, elle ne sait pas comment il a fait. Téléportation ? Intangibilité ? « Où est ta daëmonne ? » demande Lewis d'une voix bien moins agressive que l'irlandaise, sa batte baissée cependant prête à être utilisée si le besoin s'en fait ressentir. Il se soucie de savoir où est l’âme de ce jeune homme, peut-être la porte-t-il sur lui ? Ou s'est-elle endormie autre part dans leur habitation ? Ou est-elle dans l'autre appartement ? De toute façon, il est clair qu'il est hors de question que celui-ci squatte encore longtemps chez eux, mais Lewis a une approche bien moins vive que son humaine.
  
MessageLun 25 Juin - 15:04
avatar
Date d'inscription : 14/04/2018Nombre de messages : 55Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : sharovarka.comAvatar daëmon : Oophaga Pumilio
Atriom ZverevoNothing will be the same...
C'est la lumière qui t'a réveillé avant que la jeune femme ne se met à crier. Tu clignes des yeux, l'ampoule te grille les rétines. Tu ne réalises pas vraiment ce qui est en train de se passer. Tu fronces le front, tu plisses les yeux pour essayer de distinguer les personnes devant toi. Attend deux secondes, c'est quoi ce truc avec un pantalon à carreau et cette chevelure rouge ? Ce n'est quand même pas le rêve de Nina. C'est pour ça que tu ne dors jamais avec elle, elle a tendance, sans le vouloir, à te faire partager ces rêves. Ca y est, tes yeux se sont enfin habitués à l'éclairage.

STOP ! Déjà qu'est-ce que tu fous ici ? Une soirée....de l'alcool...déguisement...puis plus rien le trou noir. Out ch ! Ton crane te fait mal, une salle migraine. Puis tu ne te sens pas bien, t'es tout nauséeux. Qu'est-ce que tu fous ici ? Tu t'es déjà posé cette question. T'es où ? Une salle de bain. Qu'est-ce que tu fiches dans cette baignoire ? Tu n'as quand même pas dormi là-dedans toute la nuit ? Bah on dirait que si. Tu chlingues la transpiration et tu as des relents écoeurant.

Bon, toujours avec ta grimace de « Putain qu'est-ce qui se passe ! ». Tu regardes les deux étrangers devant toi. Non...c'est toi l'étranger...eux ça doit être les gens qui habitent dans cet appartement... les voisins de Nath. Yes ! Ca y ai tes neurones redémarrent et tout doucement tu comprends la situation. La fille avec les cheveux rouges et le lapin bizarre c'est les voisins, toi tu es le gars qui a dormis dans leur salle de bain. Putain de pouvoir de merde qui a dû s'activer hier ou très tôt ce matin. Dans ton état tu n'as pas réalisé que tu étais plus chez Nath puis bourré comme tu devais être tu as juste finis par t'endormir dans la baignoire.

Bon naturellement les deux compères te posent des questions, qui tu es et où se trouve ta daemonne. Ouais, elle est où Nina ?

Elle est nichée au creux de ton épaule, entre ta clavicule et ton omoplate, au chaud, à moitié réveillé, bien décidé à rester cachée. Hors de question de sortir de là ! Ici elle est bien, elle ne veut pas se confronter aux propriétaires. Atri n'a qu'à se sortir tout seul de cette situation. Qu'il assume seul sa connerie ! Puis elle est bien trop de mauvaise humeur, elle n'est pas du matin.

Tu essayes de te relever, mais glisse et te retrouve de nouveau affaler dans la baignoire. Merde alors, le lapin à une batte de baseball. C'est qu'il ne rigole pas le coco ! Tu arrives à te mettre assis et finis par répondre aux questions. Tu te racles la gorge.

« Atriom et je pense que je suis passé par le mur, mais je ne suis pas sûr. Euh...pour ma daemonne faudra attendre qu'elle sorte de son état de vieil ours mal léché.»

Voilà, tu paniques enfin, tu te rends compte que tu es entré par effraction. Pire, tu portes encore ton déguisement. Tu deviens tout rouge de honte. Honte de surprendre une jeune femme qui plus est dans un tel accoutrement. Tu voudrais disparaitre...

« Oh punaise ! Je suis désolé ! Attend le lapin avant d'utiliser ta batte, je voudrais juste te dire que je suis vraiment, vraiment désolé. Punaise ce n'est pas moi ça ! Je ne fais pas ça. Merde, merde, merde... »

Tu dis tout ce qui te passe par la tête. Cette satanée tête qui ne va pas tarder à exploser de douleur. Tu enlèves la capuche qui jusqu'à la cachait la moitié de ton visage. En fait tu voudrais retirer ce foutu déguisement. Puis tu voudrais aussi sortir de cette baignoire. En fait tu voudrais seulement foutre le camp d'ici, mais tu te sens vraiment mal.
  
MessageDim 1 Juil - 21:01
avatar
Date d'inscription : 24/11/2014Nombre de messages : 1441Nombre de RP : 145Âge réel : 23Copyright : noragami. / Erwan (pour Lewis) / Beylin (pour l'aesthetic)Avatar daëmon :
Tessa B. O'CahanMODO• Nothing will be the same...

La situation peut être définie comme cocasse, un jeune homme déguisait en hippopotame en tutu ayant passé la nuit dans une baignoire n'étant ni la sienne ni celle de la personne ayant organisé la fête, et encore plus quand il essaye de se relever. Cependant, ça reste une effraction et quand l'on connaît le passé des deux irlandais on peut tout à fait comprendre qu'ils ne trouvent pas ça du tout marrant. Oh ! Peut-être plus ils en rigoleront, mais dans l'instant présent pas du tout ! Il était évident que l'inconnu venait de la fête d'à côté rien qu'à son accoutrement, cependant, rencontrer un parfait étranger dans sa salle de bain un matin en allant aux toilettes ça choque plus qu'autre chose ! Et Tessa le vit – un peu – comme une agression, même si ce n'était pas volontaire de la part de cet étudiant il s'est quand même introduit chez elle. Les inconnus de bon matin chez elle, c'est plutôt elle qui choisit de les faire venir pour passer la nuit et rien de plus. Le voir galérer à se relever pour insinuer un sentiment de pitié en elle, et c'est peut-être ce qui se passe un peu, pourtant, le voir là la rassure, il ne semble pas agressif, plutôt inoffensif. En plus de ça, malgré l'alcool qu'il a dû ingurgiter et qui doit lui faire sacrement mal à la tête, il semble bien se débrouiller pour réussir à s'asseoir. Et encore là, il lui faudra un peu de temps pour se relever. La rousse croise les bras sur sa poitrine, ses yeux braquer sur le dénommé Atriom, écoutant ses réponses. Donc, comme Lewis et elle doutaient, il vient de l'autre côté. Passer par le mur … donc il est intangible. Bon à savoir. Jusqu'à présent, Tessa a toujours eu ou presque un bon contrôle de son pouvoir, mais à un moment celui-ci a évolué et ça a été la panique pour elle. Elle a craint qu'elle ne pourrait plus jamais toucher quelqu'un car elle n'avait plus à utiliser sa voix pour endormir une personne, mais juste à utiliser son toucher et avoir la volonté que l'individu s'endorme. Pourtant, même alcoolisée, elle ne se souvient pas d'avoir endormi quelqu'un par accident. Bah ! Elle veut bien lui laisser le bénéfice du doute, après tout, tout le monde n'a pas forcément la possibilité de savoir contrôler son don.

« Quand on ne maîtrise pas son pouvoir, on évite de boire. » lâche-t-elle tout en lui tendant la main pour l'aider à se relever de leur baignoire. Faudra qu'elle la rince après son passage. On pourrait croire que c'est par générosité qu'elle lui propose son aide, mais c'est surtout par intérêt qu'elle fait ça. Plus vite il sera partie, mieux ce sera ! Et bien sur, elle ne s'est pas gênée pour lui faire la morale. Après tout, elle est bien placée, il s'est introduit chez eux. Tessa n'est pas du genre à prendre des pincettes lorsqu'elle parle et encore moins dans ce genre de situation. Son regard est dur et froid, premièrement dû à l'intrusion inopinée de l'inconnu et secundo, car il a qualifié Lewis de lapin et ça, elle ne l'apprécie pas. Ça se voit quand même qu'il n'en est pas un ! Sa mâchoire s'est crispée quand il l'a qualifié de lapin, montrant ainsi le mécontentement de la jeune femme. Malgré la froideur de son ton et surtout de son regard, elle est tout de même un peu calmée, le choc de la découverte étant passée et le voir autant embarrassé – c'est bien dû à ça son rougissement, non ? – lui montre que son arrivée dans leurs vies n'était pas prévue et qu’être dans cette situation le met mal à l'aise. C'est bien ! Car elle n'aurait guère apprécié qu'il est un autre comportement.

Doit-elle se méfier du daëmonne du jeune homme ? Ni l'un ni l'autre ne savent quelle forme elle a pu prendre. Même si l'étudiant est en tord et qu'il semble s'en vouloir, l'autre peut avoir une réaction agressive et si l'animal a la possibilité de blesser avec du venin il faudrait que Tessa soit sur ses gardes. Pourtant, elle ne l'est pas. Elle préfère se concentrer sur le daëmonien que sur son âme vu que celui-ci leur a dit qu'elle ne souhaitait pas sortir de sa cachette alors soit ! « Ça va ? Tu te sens bien ? » bien sur, la question prend en compte le fait qu'il est ingurgité de l'alcool et qu'il doit être en mauvais état. Tessa espère juste qu'il ne va pas se mettre à vomir et encore moins sur elle ou Lewis. « Vous avez bu tous les deux ? » souffle Lewis, lui aussi tendu même si plus détendue que son humaine. Sait-on jamais que l'autre va mal à cause de ce qu'elle a pu boire ? Le lièvre de Mars n'a aucune idée de comment il pourrait aider homonyme dans une pareille situation.
  
MessageMer 4 Juil - 22:24
avatar
Date d'inscription : 14/04/2018Nombre de messages : 55Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : sharovarka.comAvatar daëmon : Oophaga Pumilio
Atriom ZverevoNothing will be the same...
Elle te dit qu’il aurait mieux fallu éviter de boire en ne sachant pas contrôler ton pouvoir. Pour une fois que tu te permettais de vivre, tu prends un peu mal sa réplique, mais tu la comprends. Puis en y réfléchissant ça aurait pu arriver sans avoir bu, il aurait suffi que tu t’adosses au mur pour te retrouver de l’autre côté. Un manque de maîtrise sous entends qu’il y a maîtrise, mais dans ton cas tu ne maîtrises rien. Bon vu ton état tu ne vas pas lui expliquer tout ça, puis tu es trop crevé.

La jeune femme te tend la main, étant donné son regard froid et son visage fermé tu hésites un instant avant de la prendre. Après tout tu n’es pas vraiment en position de refuser son aide surtout dans ton état actuel. Puis quelque chose te surprend chez cette jeune femme, mais tu n’arrives pas à savoir quoi.
Comment ça va ? Comment tu te sens ? Bah, tu as juste l’impression d’avoir passé la nuit dans une machine a lavé le linge ! Tu as avalé de la bile à plusieurs reprise, ta gorge te brûle, mais tu ne dis rien, déjà trop embêter d’avoir causé tant de soucis.

Avec l’aide de la propriétaire de cet appartement tu te retrouves debout dans la baignoire, le dos en compote. Tu finis tant bien que mal à sortir. Un violent vertige, bref, te fait vaciller. Tu te maintiens debout en t’aidant du mur.
Tu es étonné par la question du lapin, enfin un lapin assez étrange…Maintenant que tu es un peu plus réveiller tu n’as jamais vu un tel daemon. Il se tient sur ces deux pattes arrière, puis il porte un pantalon de pyjamas !

« Saché Monsieur le lièvre de Mars que je ne bois pas d’alcool ! De un c’est mauvais pour le foie et de deux qui surveillerait ce nigaud ! Sur ceux je vous prierais de parler plus doucement, je partage avec ce débile une sacrée migraine. Alors non, ça ne va pas bien, puis l’autre à des foutus remonté acide, avoir ce gout dans la bouche est répugnant. »

Tu redeviens rouge pivoine, Nina dans toute sa splendeur ! Pire qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Puis cette peste ne s’est toujours pas montrée. Elle exagère tout de même ! Mais en même temps c’est Nina.

Comme tu voudrais enlever se fichu déguisement ! Tu es tellement pitoyable la dedans. En plus tu crèves de chaud, tu as encore tes vêtements en dessous. Puis mince ! Tu tires la fermeture éclair vers le bas et avec une agilité toute nouvelle, surement retrouvé grâce à un profond sentiment de honte, tu retires le déguisement. Nina se glisse sous ton t-shirt, pour ne pas être vue. Tu la détestes quand elle fait ça. Comme ça tu es mieux…enfin dans ta fierté parce qu’au niveau physiologique c’est un peu la cata !
Tu as soudain très soif, ta bouche est pâteuse. Mais tu n’oses pas vraiment demander à cette fille s’il est possible de boire.

« Ah et Atri a soif, une soif de loup, mais trop coincé comme il est, il n’ose pas vous demandez un simple verre d’eau. »

*Stop Nina ! Tu te rends compte qu’on est entré par effraction chez eux, tu ne peux pas leurs parler comme ça ! Puis arrête de faire ta lâche et montre toi !*

Elle ne te répond pas, tu sais qu’elle prépare un truc.
  
MessageLun 9 Juil - 2:50
avatar
Date d'inscription : 24/11/2014Nombre de messages : 1441Nombre de RP : 145Âge réel : 23Copyright : noragami. / Erwan (pour Lewis) / Beylin (pour l'aesthetic)Avatar daëmon :
Tessa B. O'CahanMODO• Nothing will be the same...

Ça se voit comme le nez au milieu de la figure que le jeune homme n'est pas au top de sa forme, d'une main Tessa le soutient comme elle peut alors qu'il s'appuie sur le mur. Sans aucun doute un vertige ! Même si elle n'est pas contente de sa présence dans son appartement et qu'elle aimerait qu'il parte rapidement, la jeune femme fait preuve de patience. Elle-même déjà put être dans un tel état et sait donc que ce n'est pas facile. Elle remarque sans aucun problème le rougissement qui revient sur les joues d'Atriom quand sa daëmonne prend – enfin – la parole, daignant répondre à Lewis, et au plus grand contentement de la O'Cahan, reconnaît son âme comme le lièvre de Mars qu'il est. Sa satisfaction se traduit par un petit sourire. La rouquine n'apprécie guère quand on compare son daëmon à un lapin, il y a une différence entre lapin et lièvre et encore plus lorsqu'il s'agit d'un lièvre de Mars ! Donc, de ce que les deux Irlandais peuvent entendre, la daëmonne ne semble pas être de bonne humeur – à moins que ce soit son caractère habituel – par contre, ils ne savent toujours pas quelle forme elle a prise. Bien sur, il n'y a rien d'étonnant à ce que l'étudiant est mal à la tête avec l'alcool qu'il a dû ingurgiter la veille et cela n'étonne pas plus que ça que l'autre la ressente aussi. Bien, ils feront un effort et parleront plus doucement même s'ils ne parlaient pas si fort que ça. Cependant avec les effets de la gueule de bois, entendre un bruit ou une voix paraît fort alors que le son est à volume normal, volume qui ne dérangerait pas d'habitude. Pour contrer à ça, Lewis a trouvé une technique en visionnant une vidéo sur Youtube, manger et boire beaucoup d'eau aident à moins ressentir le contrecoup de la soirée de la veille.

Lewis s'est un peu écarté, craignant de par sa proximité de risquer de se faire toucher accidentellement par l'autre humain dans la pièce. Pourtant, il sert toujours sa batte dans l'une de ses pattes même si le jeune homme semble inoffensif, il n'oublie pas qu'il est un intrus chez eux. La batte ne semble pas être dangereuse car le bout traîne sur le sol, cependant, le lièvre de Mars sait être vif et sait très bien s'en servir. Voilà qu'ils peuvent le voir tout en entier alors qu'il vient d'enlever son déguisement, Tessa aurait pu faire une remarque, car il n'a pas demandé l'autorisation, après tout, il n'est pas chez lui, mais elle ne sent pas de le sermonner. Au vu de la tenue qu'il portait, il devait crever de chaud. Au moins, à présent il est moins ridicule. Et sa daëmonne se cache toujours. Quelque chose dit à Tessa que ce n'est pas de la timidité, peut-être de la pudeur ? Ayant fréquenté Erwan et sa daëmonne Saphira, la jeune femme a appris à se méfier. Au moins, même si elle ne la voit pas, la rouquine devine que l'animal est petit. Vu le nombre d'animaux de petite taille, elle ne peut qu'émettre des théories sur la forme et rester sur ses gardes. Au moins, une chose est sure, elle n'a pas sa langue dans sa poche ! La O'Cahan pousse un soupir, pince l’arrête de son nez « Mouais … c'est faisable … laisse ça là. » ce qui veut dire clairement suis-moi – nous – on va s'occuper du tas qui est par terre. Elle n'est bien sur pas très à l'aise à l'idée qu'il « visite » leur habitation, cependant il n'y a pas d'autres moyens pour qu'il sorte d'ici – à moins qu'il utilise de nouveau son pouvoir pour s'extraire de la salle de bain et retourner dans celle de la voisine - et elle peut bien lui donner de quoi boire.

Lewis se retourne et sort de la pièce, sort aussi de leur chambre pour arriver dans le séjour qui leur sert aussi de salle à manger et de cuisine. Il a confiance en son humaine pour savoir qu'elle saura gérer très rapidement s'il s'avère que tout cela est une mascarade et que le jeune homme lui veut ou leur veut du mal. Avec le pouvoir qu'a Tessa, il vaut mieux qu'elle ne rentre pas en contact avec vous car vous deviendrez rapidement aussi inoffensif qu'un agneau. Bref, les voilà à présent tous dans la pièce centrale de l'appartement, la jeune femme fait un geste en direction des chaises, invitant ainsi l’intrus à aller s'y asseoir. Elle contourne le bar, se lave les mains, les sèche avant de sortir quatre verres. Lewis a lui aussi soif même s'il ne l'a pas signifié et de l'eau ne déplairait pas à Tessa. Elle pourrait se servir du robinet pour leur verser de quoi boire, mais depuis la contamination de l'eau de la ville par un groupe de pro-daemoniens elle s'en méfie comme la peste et elle a fait un stock de bouteilles. Elle en ouvre une, verse dans un verre, le pose sur le bar pour que son âme puisse le prendre, s'occupe du second pour le jeune homme puis sert le dernier verre qui est pour elle. Elle dépose la bouteille à coté du premier pour que le lièvre de Mars puisse la saisir. C'est Lewis qui a l'idée que la perte de contrôle du don du jeune homme ne serait peut-être pas due – ou pas que – à l'alcool « Tu crois que tu as été contaminé ? » dit-il tout en posant la bouteille alors que Tessa s'approche avec le verre pour Atriom et celui qui est vide pour sa daëmonne, au cas où où celle-ci aurait soif. Par contre, ni l'un ni l'autre ne font un geste pour s'asseoir. La question est claire, pas besoin d'en dire. Le jeune homme n'a pas besoin de regarder la télé, écouter la radio ou aller sur internet pour savoir de quoi parle le daëmon, ça se sait dans toute la ville.
  
MessageJeu 12 Juil - 20:03
avatar
Date d'inscription : 14/04/2018Nombre de messages : 55Nombre de RP : 30Âge réel : 21Copyright : sharovarka.comAvatar daëmon : Oophaga Pumilio
Atriom ZverevoNothing will be the same...
Elle t’a aidée à rester debout, parce que, là ça tangue un peu autour de toi. Tu es pourtant régulièrement pris de vertige, mais tu ne t’es jamais vraiment habitué. Aux paroles de Nina, tu remarques que la jeune fille souris, qu’est ce qui a bien pu la faire sourire ainsi. Tu es bien trop dans le brouillard pour chercher.

Libre ! Voilà ce que tu es après avoir enlevé cette horrible chose. Pourquoi tu as accepté de venir à cette soirée ? Puis pourquoi tu as autant bu ? Pour faire comme les autres, t’intégrer, te sociabiliser ? A quoi ça t’as servie, tu te souviens que du début de la fête, après c’est le trou noir. Tu te trouves juste stupide, idiot d’avoir adopté un tel comportement. La jeune femme devant toi pousse un soupir et accepte sans un vrai enthousiasme, ce qui est tout à fait compréhensible au vu de la situation, de te donner un verre d’eau.

Tu arrives dans la cuisine après avoir quitté la salle d’eau en passant par la chambre. Tu ne t’es pas attarder sur les détaille n’ayant qu’un seul objectif en tête : satisfaire ta soif.
Le lièvre de mars t’a suivi, faisant traîner la batte qu’il tient toujours entre sa patte. Il te fait un peu flipper, surtout parce que tu n’as jamais vu un tel animal. Il est vrai que depuis un an, des créatures étranges tu en as quelque fois croiser en ville ou à l’université et à chaque fois ça te fait un peu bizarre. Tu as la désagréable impression de ne plus être dans le monde réelle, mais dans l’un de ces contes ou mythe que l’on t’a raconté enfant.

Tu restes un instant debout au milieu de la cuisine, puis la propriétaire t’invite à t’assoire. Ce que tu fais immédiatement. Tu as pris sur toi pour arriver jusqu’ici et si tu étais resté une minute de plus debout tu te serais sans doute écroulé. Assis c’est bien, tu mets ta tête entre tes mains, ton mal de crane n’a pas diminué.

Elle n’en peut plus ! Nina voudrait crier à la fille aux cheveux rouges d’arrêter tout se boucant. D’abord le robinet, puis le placard et le bruit des verres qui s’entrechoquent et qu’elle pose sur la table sont de véritable tortures auditives. Prendre sur soi, prendre sur soi et la boucler. C’est dure pour Nina et c’est un véritable acte héroïque envers Atriom de ne pas crier à la jeune femme d’arrêter tout se tintamarre.

Le lièvre te pose une question. Est-ce que tu as été contaminé par l’eau ? Tu regardes le verre devant toi tout en cherchant quoi répondre. Puis tu attrapes le verre, le bois d’un trait et le repose.

« Non, mon père m’a prévenu un peu avant la presse qu’il ne fallait plus boire l’eau courante, donc je penses pas. Pourquoi cette question ? »
  
Message
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1